JYORIS × Black & white ... and grey
MessageSujet: (#) JYORIS × Black & white ... and grey     Dim 11 Fév - 3:02
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t108-borislava-x-to-the-moon-and-back http://beyond-earth.forumactif.com/t208-borislava
Messages : 70
Âge : [vingt-huit] ans.
Occupation : [extracteur] affectée sur le colossus 5. pas que ça l'enchante de devoir parcourir les corridors de ce maudit vaisseau mais ce qui se trouve après, une fois de sortie dans cette affreuse combi, ça en vaut la peine. ça vaut même le ridicule d'être une abeille.
Habitation : dans une des cabines du [colombiad].
Candidat : [aucun] priya n'est pas réaliste, zaky veut les emmener on-ne-sait-où sans garantie et sans aucun plan, leona veut faire la guerre à la terre - non, vraiment. aucun ne l'a convaincue jusqu'ici.
Arrivée : arrivée en [2201] dans les entrailles du tiantang, fraîchement ensanglanté par la révolte du pauvre.
Pseudo : [sovereign]
Avatar : [emma dumont]
Crédits : [sovereign] avatar, [tickpickwick] gif profil, [] gif sign, [] code sign
JYORIS | Black and white ... and grey
Most people only see life in black and white. They don't realise that there's a grey area somewhere in the middle.

[ DEBUT JAN.2227 | COLUMBIAD ] Lorsqu'elle émerge, Boris n'a pas besoin de son terminal pour savoir qu'il fait nuit. Derrière la porte qui lui offre intimité et espace personnel, le brouhaha d'une communauté vivante, pleine de gosses, s'est éteint avec les lumières artificielles. « Char- appelle-t-elle, en baillant, la voix pâteuse du sommeil qui englue encore ses neurones : -lie ? » « Borislava ? » Une grimace de dégoût comme celle qui accompagne toujours la pisse de moteur qui lui sert de café tous les matins. « Vous avez dormi 34,78 heures d'affilée. » Urgh. C'est toujours comme ça quand elle revient d'une expédition. Elle finit sur les rotules, à peu près tout son corps est douloureux (et surtout son épaule en fait). Et elle dort - parce qu'honnêtement, c'est impossible à faire correctement dans une abeille. « Nous sommes au début de la soirée, le capitaine Woodrow a envoyé un message pendant que vous dormiez, il a dit qu'il viendrait demain car il doit dîner avec la vice am- » « Ouais, c'bon, je sais. » Interrompt-elle l'intelligence artificielle, enfonçant sa tête sous l'oreille de sa couchette. Ce n'est pas qu'elle est jalouse ou qu'il lui manque, hein. C'est juste que c'est chiant, elle voulait le voir. C'tout. « Il vous dit de bien vous reposer et qu'il viendra demain soir. » C'est ce soir qu'elle veut le voir. Et d'ailleurs, elle ne se gêne pas pour lui envoyer un message boudeur (mais mesuré parce qu'elle n'est pas jalouse après tout).

[ Tant pis, tu dormiras sans moi. Your loss. B. ]
Envoyé.

« Vous devriez écouter son conseil, Borislava, insiste l'intelligence artificielle alors qu'elle s'étire, s'extirpe de la couverture : Si vous ne dormez pas maintenant, vous allez encore décaler votre cycle circadien et le docteur Keikwan sera mécontent - » Sauf qu'en sachant qu'Isaac est avec Rosenstein, c'est impossible de se rendormir. Elle sait bien qu'ils sont amis, mais ça ne rend pas moins amère leur complicité (toutes ces choses que la vice-amirale sait sur lui et qu'elle-même ignore, tout ce qu'il partage avec la vieille plutôt qu'avec elle). Et « en même temps, si tu arrêtais de lui dire la vérité ... » Tout serait plus simple. « Je ne suis pas programmé pour mentir » insiste l'IA quand le siphon de la douche avale les derniers restes de sommeil. « Ça, c'est parce que tu ne veux rien retenir de mes leçons. » Peut-être qu'elle devrait demander à Nilin si elle ne connait pas quelqu'un qui pourrait trafiquer son Charlie pour pas cher. C'est bizarre que son IA soit à la fois plus polie et plus à cheval sur les règles qu'elle, non ? Ils devraient vraiment faire des modèles différents de Charlie. (Boris aurait définitivement pris la version qui jure et insulte les gens - celle qui ne la vouvoie pas aussi - et qui utilise des gros mots - bref, elle n'aurait pas pris la version qui parle comme son ancien prof de mandarin)



« C'est cassé. » Dans l'espace étroit qui lui sert d'atelier, la voix métallique de l'intelligence artificielle résonne d'évidences. « Ca saoule. » Un grommellement vocalise l'agacement de découvrir que sa scie à métaux est cassée - alors que, bien évidemment, elle en a besoin pour dégrossir la plaque. « Vous devriez aller dormir. » Pour rêver d'Isaac en train de rire avec l'autre ? Merci, non merci. Et puis, il doit bien y avoir quelqu'un à qui elle peut emprunter une scie à métaux, non ? « Le voisin, c'est pas un mécano ? Le nouveau. » Celui auquel elle n'a pas encore eu le temps d'échanger plus que des bonjour bonsoir quand ils se croisent dans la coursive. « C'est quoi son nom déjà ? » « Jyreese Ordo. » « Je vais aller lui demander. » Il n'en faut pas plus pour qu'elle se glisse dans une veste qui cache à peine les tâches d'huile à moteur agrémentant son t-shirt. « Ce n'est pas vraiment une heure appropri- » « Vraiment, Charlie ? Après mon prof de mandarin, c'est Stan que tu tiens à imiter ? » La porte claque en même temps que son coup de langue et ignorant l'avertissement de l'intelligence artificielle, Boris ne tarde pas à sonner à la cabine voisine.

Une fois.
Puis le silence s'étire, plusieurs minutes semble-t-il.
Alors elle sonne une seconde fois. On ne sait jamais - des fois qu'il dorme ou soit sous la douche.

« Bonsoir ~ » lance-t-elle, contente de voir qu'elle n'aura pas besoin d'insister une troisième fois. Et elle décoche à Jyreese son plus beau sourire et son expression la plus charmante qu'elle ait avant de demander sans une once de gêne : « tu me prêtes tes outils pour la nuit, darling ? »



❝ In the space between yes and no ❞
There's a lifetime. It's the difference between the path you walk and the one you leave behind; it's the gap between who you thought you could be and who you really are; its the legroom for the lies you'll tell yourself in the future.

RÉPONSE RAPIDE