trouble is her only friend / ek
MessageSujet: (#) trouble is her only friend / ek     Mar 28 Aoû - 22:20
avatar
Messages : 85
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Il y avait une sorte de satisfaction macabre, voire morbide, à se retrouver collé à l’enquête sur l’attaque du Jeanne d’Arc. Essentiellement parce que certes, enquête il y avait, avec tout ce que ça impliquait; or, les éléments de preuves étaient inexistants et les pistes rarissimes. On pouvait extrapoler tout et rien à partir de ce qui avait été récolté sur le vaisseau – la seule hypothèse activement déboutée avait été celle, lancée à la blague, voulant que des extraterrestres étaient venus implanter des œufs dans l’abdomen des passagers, essentiellement parce qu’on ne rapportait aucun témoignage de présence d’aliens et qu’aucune des victimes et des survivants du drame n’étaient, pour ainsi dire, enceints. Malgré le ridicule de la chose, le détail était là, sous ses yeux, des raisons qui faisaient en sorte que les chances que des entités non-humaines inconnues soient responsables de la tragédie étaient nulles. Les analystes et enquêteurs n’avaient même pas cru bon de laisser la place au doute sous la forme d’un « improbable à 99,99999 % », et Joel ne pouvait guère leur en vouloir. Alors il continue avec ce qu’il a : des pièces d’équipement laissées derrière dans leur fuite; quelques bouts de composantes électroniques d’un ordinateur; un masque de licorne à paillettes qui avait occulté l’identité d’une des assaillantes, qu’on disait une gamine, aussi improbable ça puisse sembler; un bâton électrique de conception kellarienne; des clips thermostabilisantes pour des armes que Joel devinait sophistiquées sans vraiment s’y connaître. Bref, de quoi réfléchir longuement sans réellement pouvoir tirer la moindre conclusion. Même les hypothèses étaient rarement solides, faute de connaissances suffisantes de ce qui pouvait se tramer en dehors de la flotte, surtout en ces temps d’huis-clos presque entier.

« Inspecteur Morales, y’a euh… » L’officier s’interrompt en voyant le regard morne que Joel darde sur lui, visiblement irrité de s’être fait couper dans son élan. « … un souci », termine-t-il d’une plus petite voix. Voyant que l’homme ne disait rien, se contentant de la fixer, elle continue dans sa lancée. « Y’a une dame au comptoir qui refuse de partir et qui met tout le monde mal à l’aise. Elle veut rien entendre, donc on se disait… » L’inspecteur lâche un grognement irrité, toisant un instant de plus la recrue échevelée avant de verrouiller son poste de travail, s’extirpant de sa chaise avec l’enthousiasme d’un condamné s’en allant au sas. Ils voulaient une figure d’autorité qui enverrait la belligérante bouler sans remord, en somme. Il ne dit rien alors qu’il sort de l’alcôve réservée à l’équipe d’enquête, balayant du regard la pièce pour repérer la trouble-fête. Au comptoir, une femme qui lui était inconnue et qui était loin d’avoir l’air d’une agente de la paix, le poing solidement ancré sur le meuble et l’œil espiègle, si on pouvait appeler ça comme ça. « Est-ce que je peux vous aider d’une quelconque manière, m’dame? » qu’il l’interroge avec toute la politesse que sa voix usée laisse filtrer à travers sa barbe en brouillon. « C’pas très productif pour le service, tout ça. J’peux vous inviter à la machine à café voir c’que j’peux faire? » Il pointe en direction d’une porte ouverte non loin, qui se révèle n’être rien de plus qu’une salle d’interrogation avec un peu plus de chaises et une distributrice que l’on avait également agrémenté d’une guirlande lumineuse, sûrement pour retirer l’aspect glacial et peu invitant de la pièce. Il l’invite – sans vraiment lui laisser le choix – à y entrer, espérant clore cette histoire rapidement.




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Mer 29 Aoû - 19:44
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
« ... et il se promène avec ses tripes dans les bras en hurlant qu'il a croisé un p'tain d'tablier rouge, qu'sur sa mère il va défoncer tout l'monde et là il lâche le tas et … » Tu te stoppes en voyant que les regards écœurés des agents se tournent vers un homme qui vient d'entrer comme si le putain de représentant d'Okma venait de débarquer pour leur offrir leur paie. Ton poing toujours sur le comptoir, tu t'appuies un peu plus, appuyant sur ta poitrine pour te pencher vers l'agent d'accueil. « Je crois que c'pour moi chéri, bouge pas, j'reviens te raconter la suite après. » Tu lui offres un clin d’œil et tu te détaches du comptoir avec une lenteur toute calculée pour accepter l'invitation tout à fait tentante de l'espèce de clochard qui vient de t'inviter à boire un café. L'homme semble d'ailleurs un peu insistant pour que votre discussion se passe à l'écart. Pft. D'un autre côté, vu tous les secrets que semblent vouloir garder la plupart des représentants des forces de l'ordre dans le coin, qu'on te demande de venir voir dans un coin si tu y étais pour qu'on te dise de te calmer ne te choquait plus vraiment.

A croire que la Flotte se complaisait avec ses œillères. Bah ! C'était pas tant ton problème tant que ça ne t'empêchait pas de pouvoir savoir ce que tu souhaitais et pour l'instant le plus important était surtout de pouvoir évaluer les risques d'une fuite de la Flotte. Puis, peut-être un peu, d'en savoir un peu plus sur ce qui avait causé la mort de tous ces enculés du comptoir. De bon gré, un sourire en coin aux lèvres, tu pénètres dans l'antre du mauvais goût, tes mains posées sur tes hanches. « Sympa la déco', dans le genre paumé. J'prends pas d'sucre ou de connerie dans l'genre avec mon café. » Tu vas te coller dans un coin, les bras croisés, observant d'un œil plus critique la dégaine de celui qui semblait être le chef. Pas très reluisant, il a quelque chose de plus frustre que tous ces cols montés et ces cheveux gominés que tu as pu voir parmi les gradés. Enfin un qui pensait avec autre chose que son miroir, ou alors il s'agissait vraiment du plus gros paumé du lot qu'on t'avait envoyé dans l'idée de vous occuper tous les deux pendant que les grandes personnes faisaient de véritables choses. Bah ! Tu reviendrais le lendemain. « Sympa l'look, j'peux avoir un nom ? » Tu te détaches du mur et tu tends une main impérieuse vers l'homme qui te fait face, peu inquiète des vagues répercussions que ton geste pourrait provoquer. « Elleen Krishvin. »


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Ven 7 Sep - 3:25
avatar
Messages : 85
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Ça l’aberre autant que ça l’amuse, de voir les regards dégoûtés des officiers se tourner vers lui comme s’il leur apportait une salvation un peu tardive. D’un côté, il se dit que la jeunesse stellarienne n’était pas faite bien forte si la moindre mention de quelque chose – il n’avait pas eu la chance d’entendre les détails – leur donnait la nausée; de l’autre, il leur souhaite de demeurer largement à l’écart des horreurs de l’humanité, dont il avait pu être témoin et indirectement victime sur Merry Fields. Pour lui, ça ne changeait pas grand-chose. Aussi triste que ça soit, même fouler la tôle du Jeanne d’Arc ne lui avait guère arraché le moindre haut-le-cœur – la rage, certes, la colère d’une telle injustice, mais les corps mutilés et le sang séché ne le bouleversaient pas plus que l’odeur persistante de la mort. « Une officière a bricolé ça en disant que la pièce était déprimante, pis maintenant on se sent juste dans une morgue un peu inappropriée à cause de la luminosité des ampoules bon marché », lui confie-t-il d’un ton égal, sans être visiblement dérangé par la salle-d’interrogation-morgue-festive-de-pause, se contentant de servir deux mugs de café ornés du logo de la Fédération, les envoyant valser sans trop de cérémonie sur la table. Personne ne pleurerait les quelques gouttes irrévérencieusement renversées dans sa brusque manœuvre. Obstinément debout, l’invitée ne semble pas disposée à s’asseoir dans le relatif confort de la salle de pause.

Joel lève le regard vers la blonde lorsqu’elle reprend la parole, sans réagir à son commentaire sur son allure. « Inspecteur Joel Morales », qu’il se présente en retour, serrant fermement la main de l’étrangère. Non, ce qui le fait réagir, ce n’est pas son impertinence, ni son allure de tigresse, ni son apparente aversion pour la table d’interrogatoire dont les chaînes avaient été sciées pour en faire une table à pique-nique. Krishvin. Il ne savait plus si c’était la veuve ou la sœur, la cousine ou la femme du frère, mais il n’en demeurait pas moins que le nom avait de quoi résonner.  « Toutes mes condoléances, m’dame Krishvin », qu’il marmonne les lèvres à moitié dans sa tasse de café. « Qu’est-ce que j’peux faire pour vous aider? » Il s’ébouillante les lèvres sans broncher, préférant se noyer dans la noirceur de son breuvage. Il tire d’une main la chaise de son côté de la table, invitant la blonde à faire de même. « V’savez que j’peux pas dire grand-chose par rapport à euh… » Il réfléchit un instant. Feu son frère, son mari, peu importe, en vrai. « … tout ça. Mais si j’peux aider. » Il le ferait, parce que c’était son travail, déjà, mais aussi parce qu’il avait de la sincère compassion pour ceux qui étaient coincés dans cette situation. Pas trop, juste assez pour qu’il ait su garder son calme et sa patience intacte en public, devant les veuves éplorées et les frères enragés qui avaient défilé au commissariat. Trop peu, peut-être, mais c’était déjà trop pour lui.




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Ven 14 Sep - 13:23
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
Tu ricanes – ou tu glousses, peut-être – lorsqu'il t'explique l'origine de cette décoration aberrante. Tu attrapes la tasse de café placée « cérémonieusement » sur le table et tu prends une gorgée, mettant un point d'honneur à ne rien laisser paraître de ton dégoût pour leur flotte aromatisée – et la chaleur de la boisson tout juste sortie de la machine. La poigne de main que tu échanges avec l'inspecteur te fait sourire, à défaut de paraître, il avait la poigne qui laissait sous entendre une certaine fermeté. Son apparition avait fait taire les hommes, mais c'était cet échange bref qui t'avait convaincue que tu te trouvais devant l'un des hommes qui pouvaient t'être utiles. « Toutes mes condoléances, m'dame Krishvin. » Cela faisait des années que plus personne de plus de 20 ans t'avait appelé m'dame, ou pas sans être sous la menace d'un flingue. La politesse presque obséquieuse que tu retrouvais sur la Flotte tranchait avec ton monde fait de colère, de cris et d'une familiarité parfois déconcertante. Te retrouver à nouveau éloigné de tous par des barrières sociales t'énervait autant que cela t'effrayait, les règles ? Tu n'avais joué à les respecter qu'au magasin et plus par une ironie adolescente que par réelle politesse. « Qu'est-ce qu'jpeux faire pour vous aider ? »

Tu reposes la tasse et tu ne tires pas la chaise, préférant t'asseoir sur le bord de la table, les jambes croisées devant toi pour te soutenir, tes bras imitant le mouvement. « V'savez que j'peux pas dire grand-chose par rapport à euh... » Tu lui souris, l'invitant à poursuivre. Il y avait comme un non-dit sur ce qui s'était passé, les gens préféraient ne pas en parler, comme si cela allait ré-invoquer ceux qui avaient fait ça. « ... tout ça. Mais si j'peux aider. » Tu te mets à rire et tu te redresses un peu. « Allons, m'sieur Morales. Comment vous pouvez m'aider ? M'tapoter l'épaule pendant que je vous raconter les meilleurs souvenirs que j'ai eu avec lui ? La dernière fois que je lui ai parlé ? Vous vous en branlez bien. » Tu reprends la boisson et tu observes un instant le contenu. « J'veux aussi savoir ce qui s'est passé, parce que ça m'fout les boules de savoir qu'il a crevé comme un abruti dans ce qui était censé être l'institution la mieux protégée du coin. » Tu renifles et tu le dévisages. « J'veux qu'on sache pour que toute cette putain de flotte puisse passer à autre chose que l'attentisme débile. J'connais des trucs, j'vais pas faire vot'boulot de … milicien ? 'fin, c'que vous êtes, mais si j'peux vous aider. »


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Mar 18 Sep - 22:23
avatar
Messages : 85
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Dire qu’il s’en branlait n’était pas tout à fait exact. Certes, il n’en avait pas grand-chose à faire sur le plan personnel, même s’il s’essayait à être plus altruiste, plus à l’écoute des autres – avec un succès mitigé. Or, ce qu’elle aurait pu lui dire sur le défunt directeur du comptoir commercial aurait pu être d’une importance stratégique quelconque. Peut-être qu’elle n’avait pas la capacité de déterminer ce qui était une information importante d’un détail ennuyeux sur le travail de son frère-mari-membre de la famille plus ou moins éloigné (il savait juste qu’ils portaient le même patronyme et ça suffisait). Le secret se trouvait peut-être là, quelque part dans un vieux souvenir qui puait l’alcool et la fumée froide, un peu la nostalgie, aussi, mais il en doutait sincèrement. Appelez ça du cynisme, ou plutôt l’habitude du métier, mais il était convaincu qu’il n’y avait aucune piste potable à remonter et qu’il perdait son temps, à son bureau, à ressasser les mêmes infimes détails et les mêmes extrapolations. Autant se rendre utile ailleurs. Ses doigts plongent dans sa barbe le temps de se gratter la joue, puis il la lisse d’un geste mécanique, habitué. « Techniquement, j’ai pas l’droit d’vous toucher sauf si c’est pour vous mettre en état d’arrestation, donc vous pouvez vous rassurer là-d’sus », qu’il déclame, interprétant le cynisme d’Elleen comme un deuil qui ne méritait pas de pincettes particulières. À vrai dire, ce n’était pas exactement le cas, mais les contacts physiques étaient souvent si mal interprétés qu’il évitait au maximum de toucher à qui que ce soit, sauf si c’était pour remettre de l’ordre.

« J’suis conscient que ça serait, comment on dit, cathartique de savoir les détails, mais outre le rapport d’autopsie des proches, j’peux rien vous dire. » Il prend une pause, ingurgite un peu de café. « Essentiellement parce qu’on sait rien, mais aussi parce que même dans l’secret des Dieux on pourrait pas en parler à la populace, sauf si l’amirale avait envie d’le faire. » Au final, c’était Leona qui aurait pu suggérer que certains détails filtrent au moyen des canaux officiels à la disposition du Conseil, mais faute d’histoire à raconter, tous nageaient dans le noir. Il se sentait un peu mal de rien pouvoir offrir à Elleen, même pas de quoi s’accrocher à l’espoir d’une résolution rapide. « Honnêtement, y’a pas grand-chose que vous pouvez faire. À moins qu’le directeur vous ait vraiment parlé de quoi que ce soit de louche, je pense qu’on a usé les douaniers et les commissionnaires à la corde pour essayer de leur tirer quoi que ce soit. » Sans succès, parce que c’était imprévu, une surprise complète. Il tire son terminal de la poche de son blazer, pianotant dessus un instant, le montant au niveau de son visage pour un scan rétinien. Accès aux archives de la morgue autorisé. Il tourne l’écran vers la femme, lui montrant une photo de Krishvin, tirée directement de son dossier militaire et sans doute vieille de bien trop d’années pour être représentative de qui il était au moment de sa mort. « J’peux vous faire lire, si vous voulez. C’pas grand-chose, mais c’est d’jà ça. »




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Mar 18 Sep - 23:04
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
Tu roules des yeux. Encore des bons sentiments. Ne pas se toucher, ne pas parler trop fort, ne pas dire de gros mots, être poli, gentil, aimable, laisser passer les gens qui sortent des navettes, les vieux et les handicapés, dont les femmes enceintes. La loi du plus fort n'existait pas chez les fédérés, eux qui croyaient qu'un peu de politesse et de discussion suffisait à limer les crocs des loups les plus affamés. On voyait le résultat avec le Jeanne d'Arc. « V'z'inquiétez pas, j'vais pas crier si vous m'touchez. » Puis le voilà qui utilise des mots compliqués.. Cathartique. Cathartique. Qui utilisait ce genre de mots au XXIIIe siècle ? Quel genre de personne croyait-il avoir en face ? Tu n'avais pas bouffé un dictionnaire avant d'arriver, putain. « Qu'Tiaan m'ait parlé de qu'chose de louche ? Hah. » Tu laisses échapper un rire sec, comme une toux. Tu prends une gorgée de pisse sombre et tu croises les jambes pour les décroiser dans l'autre sens, toujours appuyée contre la table « Keller c'est bourré de gros tarés et d'gens louches selon vos normes, ça 'rait été l'inverse qu'm'aurait surprise, m'sieur Morales. »

Tu te redresses et tu poses le gobelet à côté de toi, sans douceur. Ca fait gicler du café, tu t'approches pour voir ce qu'il essaie de te montrer. Y a ton frangin d'il y a quelques années, il devait encore être lieutenant, peut-être pas encore. Tu roules des épaules et tu tends la pognes pour qu'il te pose le terminal dans la main. Dans le coin, ça avait l'air d'être comme un flingue chez toi, personnel et probablement mortel. De ton avis, outre lancé à une très grande vitesse dans le bon angle, l'appareil n'avait pas plus d'attrait que ce que certaines sociétés pouvaient proposer sur Keller. « Pour faire mon deuil, c'est ça ? » Tu offres un sourire plein de dents à l'inspecteur. « C'est chic de vot'part, m'sieur Morales. J'pensais pas à ce genre d'aide, mais si vous insistez. » Les raisons mêmes de la mort de ton frère n'étaient pour l'instant pas parfaitement élucidées et en apprendre un peu plus sur ce qui l'avait tué pourrait peut-être te permettre – idiotement – de mettre plus facilement un nom sur qui ou quoi avait décidé de se faire les dents sur le vaisseau de la fédération. Des bandes de pirate, il y en avait quelques unes et chacune avait sa façon de faire, d'aborder, de tuer, de laisser plus ou moins de traces, de survivants, de mutilations. Certains n'étaient même pas des pirates mais des mercenaires, qui agissaient pour plus grand qu'eux. D'autres encore étaient juste propulsés par l'appât du gain et le désespoir. « J'imagine qu'y a pas d'photos d'c'qui restait ? Pour les âmes sensibles, tout ça ? »


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Jeu 4 Oct - 22:16
avatar
Messages : 85
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Il accuse un petit sourire entendu au commentaire narquois d’Elleen. Il avait passé le plus clair de sa vie sur une planète qui ferait aisément passer Keller pour un Eden inattendu, et ses normes, comme elle l’insinuait, étaient loin d’être réellement représentatives de la flotte. Des pirates sans vergogne, des mythomanes, des psychopathes, il en avait vu, dans sa vie, trop même. La flotte était un changement d’environnement rafraîchissant; une bouffée d’air sain après une vie à s’intoxiquer. « J’ai immigré d’Merry Fields. J’pense que j’pige un peu ce que vous voulez dire. » Il noie sa moustache dans son mug sans grimacer à l’ignoble tord-boyaux infusé qu’il ingurgite. La façon qu’elle avait de l’appeler m’sieur ne lui revenait pas spécialement, trop habitué à se faire appeler inspecteur où qu’il aille (la faute à l’uniforme et à l’insigne, et aussi au fait qu’il n’y avait pas des masses d’inspecteurs sur la flotte), ou, à défaut, Joel. Il n’entretenait pas vraiment de relation qui justifie l’entre-deux, pas de gamine avec un copain qui l’appellerait comme ça, faute d’être à l’aise avec la familiarité. Il tolérait, toutefois, sachant son interlocutrice immigrante. Il était passé par là.

À la main tendue, il n’hésite pas et y pose son terminal, laissant la blonde échevelée absorber les détails autant qu’elle le voulait. Il se demande brièvement s’il aurait voulu, le cas échéant, voir les détails de l’assassinat sordide de Rina, à l’époque. Trop jeune pour ce genre de considération, il avait malgré tout une image douloureusement nette du cadavre sur lequel il était tombé. Peut-être que les détails auraient fait pire; peut-être qu’il aurait lu des choses qui auraient fait en sorte qu’il serait d’autant plus hanté aujourd’hui. Maintenant qu’il était vieux, il n’avait toujours pas décidé si, confronté à la possibilité, il se laisserait aller à son besoin de savoir ou s’il demeurerait dans le noir à jamais. « La curiosité, p’t-êt’ », qu’il avance alors que Elleen lui sourit. Elle n’avait pas l’air d’être particulièrement atteinte. Peut-être que son deuil avait été éclair. Peut-être qu’elle s’en branlait, aussi – qui était-il pour juger, au fond.  La question le surprend malgré tout. Il ne connaissait pas beaucoup de gens qui insisteraient pour poser les yeux sur les corps mutilés de leur propre frère. Pourtant, quelque chose lui dit que ce n’est pas par mépris, pour pouvoir jeter un dernier regard sur le défunt, un regard de t’as vu, c’est bien fait pour toi qu’elle demande. « Charlie, donne accès aux fichiers média du dossier en consultation », qu’il marmonne simplement, et un bip sonore confirme qu’Elleen a désormais accès aux photos du rapport. Avant l’autopsie, pendant, après, les notes vocales du médecin légiste. Il n’en a rien à faire, Joel, qu’elle se torture l’âme et les yeux, ni même qu’il soit en train de violer quelques règles élémentaires du travail de milicien. Il avait fait pire, assurément. « Si vous attendiez pas c’genre d’aide », entame-t-il, sous-entendant de quoi fermer ce chapitre de sa vie de sœur endeuillée, « va falloir m’éclairer. » Joel était bien disposé à apporter du soutien à Elleen, mais s’il était un bon juge de caractère, il n’était pas devin.




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Ven 5 Oct - 14:09
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
« J'ai immigré d'Merry Fields. » Ton rire ressemble à un aboiement. « Bah dis donc, c'est une vocation chez les merrymen d'devenir flic ? » Ethan te traverse brièvement l'esprit. Le gamin tenait bien trop à sa liberté pour s'imaginer dans les bottes d'une quelconque entreprise et tu ne le voyais pas même dans un gang. Savoir qu'il avait rejoint la flotte, il y a de cela des années, t'avait plutôt surprise. Il était pour toi égal à Avayne, trop attaché à son libre arbitre pour accepter de ployer la nuque plus que quelques instants en échange d'argent. L'inspecteur ne paraît pas plus affecté que par tout le reste alors qu'il te donne l'autorisation d'approfondir tes recherches dans les dossiers de la flotte sur ton frère. Tu lances à peine un regard vers lui alors qu'il continue de parler.

Ça te passe par dessus la tête, tu comprends pas trop ce qu'il essaie de te dire. De toute façon, t'es trop occupée à ouvrir les fichiers vidéos et audios auxquels tu as maintenant accès. Tu en as vu des corps, mutilés, tordus, parfois encore en vie – à peine – parce que tu avais suivi les pas de Vespillo, parce que tu étais une pirate et que tu en étais parfois responsable ou juste parce que sur Keller tu enjambes parfois des gens qui se sont fait éviscérer par des gangs, des Hurleurs ou par un taré quelconque. T'es pas pour la torture, t'es pas pour l'acharnement. C'est ton petit frère qu'il y a là, ou plutôt les restes de ce qui a été le gamin que t'as vu grandir et que t'as laissé partir. Tu deviens trop sensible, trop molle maintenant. T'étais qui pour croire que vous étiez invincibles ? Tu étais persuadée que les trois aînés seraient des premiers à partir, mais comme des cancrelats vous étiez ceux qui vous en sortiez le mieux. Tiaan était morte, Theevi incapable et Vegtam avait perdu un enfant.

Tu poses le terminal en continuant de regarder en silence, tu réattaches les cheveux, tes lèvres se pincent. Le corps de ton frère était presque méconnaissable. « Y s'sont acharnés ? Qu'une d'ces blessures pourrait être mortelle. » Tu tires une chaise et tu la glisses juste à côté de lui, ta chaise penche en arrière alors que tu mets tout ton poids sur deux pieds. Le terminal du milicien assez loin pour que vous puissiez voir tous les deux. Tu pointes la brûlure visible sur le visage trop pâle de ton petit frère. « Sauf ça, mais ça c'était pour tuer, pas pour interroger, hein ? » Tu poses ton pouce contre sa narine et renifle. « Y z'ont pas été interrogés, c'est ça ? Juste tiré dans l'tas et fait des exemples. Bah ! » Ca fait mal de voir ça, pas parce que c'est dégueu mais parce que c'est quelqu'un, pas un corps anonyme, pas un nom, pas un souvenir – quoi que maintenant si, mais c'était ton souvenir. « Vos fusils, y défoncent aussi bien ? »


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Jeu 18 Oct - 22:01
avatar
Messages : 85
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
« On peut dire ça. » Il avait froncé les sourcils à la mention d’autres potentiels officiers campijoliens, n’en connaissant qu’un autre s’il s’excluait, ce qui ne constituait guère une statistique probante, mais il n’était pas d’humeur à débattre de sémantique avec Elleen. Il sirote son café dégueulasse en silence, n’osant guère trop détailler la blonde alors qu’elle plonge dans le dédale de documents de tous genres, qu’elle lance les clips sans vraiment se soucier de sa présence, concentrée sur sa tâche dans une morbide curiosité.  Or, il n’irait pas jusqu’à la juger. S’il le pouvait, il ferait la même chose dans le dossier de la mort de Rina, analyserait le moindre détail, absorberait tout ce qu’il pouvait pour mieux planifier sa vengeance par la suite. Il la laisserait éclater comme un volcan qui cède sous la pression, dévastant tout sur son passage, lui ferait payer avant de le laisser pourrir aux mains de la justice impitoyable de Merry Fields. Malheureusement pour lui, il n’aurait jamais cette chance. Peut-être que c’était un peu pour ça qu’il laissait Elleen entrer dans le secret; dans l’espoir qu’elle aussi irait réclamer vengeance et qu’elle ait l’occasion de faire ce que lui ne pourrait jamais accomplir. Probablement que ça n’arriverait jamais, mais l’espoir faisait vivre, après tout.

Joel se ressert un peu de café, réchauffant également le mug de la blonde, avant de s’asseoir. Elle le rejoint éventuellement, plaçant l’écran de façon à ce qu’ils puissent l’observer simultanément. Elle a l’œil, assurément, et sait reconnaître les différents types de blessures qui maculent le corps de son frère, et si ça ne semble pas des connaissances… normales, ça ne l’inquiète pas outre mesure. Chacun son jardin secret, si morbide soit-il. Un moment pensif, il finit par s’éclaircir la gorge, tapotant l’écran pour montrer une galerie d’images. « Selon l’équipe de reconstitution et les témoins, y’a eu un moment d’panique à cause d’une coupure de courant et le directeur a réussi à mettre un des assaillants à terre et à le désarmer, sauf que le type avait un couteau plasma. » Il mime la trajectoire de la lame sur une photo post-mortem prise par les médecins légistes. « Il a encore réussi à le prendre par surprise, un peu après, lui a piqué son flingue. Mais ça a fait peur aux deux autres et elles ont tiré sans trop discriminer », explique-t-il, désignant les nombreuses marques dans le mur derrière l’endroit où Tiaan avait poussé son dernier souffle; le mur était criblé de traces de brûlure dues aux tirs des deux assaillantes. « De c’que j’ai compris, ils étaient pas vraiment là pour quelqu’ raison qu’ce soit. Ils ont rien volé, rien d’mandé, posé une fausse bombe, pis ils s’sont cassés. Y’a pas d’motif plausible sauf la thèse d’une sorte d’avertissement… sauf qu’on sait ni qui, ni quoi, ni pourquoi, ni comment, et on a aucune piste, alors c’est mort d’avance. » Pourtant, il prenait ça au sérieux, continuait d’y réfléchir constamment, de façon officielle ou officieuse, mais il savait que l’amirale perdrait espoir et réaffecterait l’essentiel de l’équipe à autre chose jusqu’à ce que de nouvelles pistes soient découvertes.

La réponse à la question de la blonde est aussi brutalement honnête qu’instantanée. « Non. » C’était à la fois terrifiant et désespérant, autant pour un Stellarien de longue date que pour un nouvel arrivant comme Elleen. Quelle genre d’incompétents avait-elle rejoints? « La recherche et l’développement dans l’domaine militaire a duré quelques années après l’départ, pis après ça s’est tassé au profit d’aut’ chose. L’agriculture, le confort, tout ça. J’sais pas si on aurait eu des armes de c’calibre malgré tout. » Ça n’embête pas Joel de déblatérer autant. Ce n’est rien de critique ou de dangereux pour l’intégrité de la flotte. Ce n’était plus un secret que leur puissance d’attaque ou de défense laissait à désirer désormais, et c’était bien ça, l’ennui. Soucieux de ne pas soumettre la blonde à plus de torture visuelle, il récupère son terminal et le glisse dans sa poche avant de reprendre sa tasse.




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Sam 3 Nov - 17:45
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
Le directeur. Quel drôle de mot. C'était comme désincarner définitivement ton frère, lui donner une qualification plutôt qu'une identité. Un nom, un grade, une occupation, quelque chose qui restera dans quelques mémoires. Il a au moins eu l'honneur d'être le premier. Ça te fait rire aussi, nerveusement, parce que t'aurais jamais appelé ton petit frère ainsi. Tu ne l'aurais jamais imaginé ainsi. Il faut dire que tu ne l'aurais jamais non plus imaginé mourir sur le pont d'un vaisseau de la Fédération, mais il faut croire que la vie est pleine de surprises. « Mais ça a fait peur aux deux autres et elles ont tiré sans trop discriminer. » Tu ne saisis pas trop ce que discriminer veut dire alors tu ignores, tu passes en t'intéressant à ce qui est plus à ta portée et tu fronces les sourcils. « Elles ? Donc c'était des meufs ? Bah bravo Tiaan, te faire déglinguer comme un débile. Ça a servi à quelque chose ou c'est vraiment une mort à la con jusqu'au bout ? Le mec qui l'a planté a aussi pris une bastos ? » Tu croises les bras en soupirant, courbant la nuque vers le plafond alors que tu digérais les brûlures qui se trouvaient sur les plaques derrière ton frère. Ca te ferait peut-être quelque chose de savoir que ton frère avait au moins provoqué la douleur d'un autre, plus que de l'ego – et encore. Tes yeux roulent et tu ricanes à la remarque de ton voisin, tes yeux se tournant enfin vers lui. « C'est qu'ça devait pas êt'pour eux qu'y z'ont fait ça, qui irait foutre le boxon sans s'vanter à moins qu'vous soyez bien trop faibles pour qu'y s'marrent. Elle arrivera bien à un moment, vot'réclamation, pour l'instant c'qu'vous êtes pas retourné là bas. »

Tu te redresses face à la brutalité honnête qu'il te sert. Il faut dire que tu t'en doutais. Tiaan n'avait qu'une connaissance éculée et vétuste des armes qu'il voyait parfois passer au magasin et de ce que tu avais eu l'occasion d’apercevoir en intégrant la fédération, c'est que les armes des douaniers ou des légionnaires n'avaient pas de quoi faire très peur. « Heh. Y a quelqu'un qui veut vous rappeler qu'y sont t'jours dans la course et que vous ne l'avez pas quitté. C'triste parce que la Fédération fait 'core plus figure d'fuyard qu'avant avec cette déculottée. » Tu passes une main dans tes cheveux pour les passer du côté de ton épaule et tu glisses machinalement tes doigts entre les mèches tout en faisant glisser le chouchou jusqu'à ton poignet. « Mais y reste qu'a pas beaucoup qui peuvent s'permettre d'êt'aussi bien équipés, bien entraînés et qui s'vantent pas trop. » Tu épargnais à Joel une remarque sur la qualité de leur entraînement autant que de leur équipement, tous les pirates ne seraient pas capables d'aligner autant de facteurs, de gens et surtout de matériel, sans que, de surcroît, Vespillo ou toi n'en ayez entendu parler. A moins que ton frère ne soit également mouillé dans ce genre d'emmerdes. Des groupes para-militaires du reste, il n'en restait que quelques uns et la plupart étaient soit des mercenaires, soit appartenaient à des grosses entreprises qui avaient sûrement d'autres choses à faire que sacrifier leur protection à aller défoncer des nomades de l'espace. « Ah p'tain ! »


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Mer 14 Nov - 21:44
avatar
Messages : 85
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Un rire narquois, presque étouffé, passe les lèvres de Joel en entendant Elleen narguer de façon posthume les bourreaux de son frère. « M’dame Krishvin, sauf vot’ respect, y’a qu’une femme pour vraiment v’nir à bout d’un homme, peu importe la manière. » C’était peut-être déplacé comme remarque, mais à vrai dire, il s’offrait à la blonde, à la merci de son interrogatoire à peine voilé par pure sympathie pour sa situation et aucunement parce qu’il y était obligé. Dans la bouche de Joel, le commentaire était déférent, empreint d’une certaine frayeur respectueuse pour la force qu’était la Femme; forcément, Elleen pourrait l’interpréter autrement, ignorant la façon d’être de l’inspecteur. Ça ne l’embêtait pas outre mesure qu’elle pense qu’il manquait de respect à qui que ce soit, que ce soit le défunt ou quelque hypothétique incarnation de la gent féminine. « Pas grand-chose selon les témoignages, même si y’a bien un technicien d’comm’ qui pensait que l’directeur aurait l’dessus à un certain moment, ‘fin il s’est bien défendu. » La réalité était tout autre à en voir les conclusions de l’affaire, mais ça, ils étaient tous au courant désormais.

Elleen lui offre ses impressions sur la situation, ce qui ne manque pas de surprendre l’inspecteur. Soit elle avait une véritable dent contre les assaillants – ce qui ne serait pas surprenant considérant qu’ils avaient assassiné son frère –, soit elle en savait plus que ce qu’elle avait laissé entendre. L’air neutre, Joel gratte son menton à travers sa barbe, pensif. Il rumine avec un certain intérêt ce que la blonde avance. Il avait été plus que loquace jusqu’à maintenant, mais elle se dirigeait doucement en terrain miné, à moins qu’il ne puisse saisir l’occasion de glaner quelques informations sur les dessous de Keller. « Des mercenaires, donc. » Il ne semblait pas y avoir d’autre interprétation possible à ce que Elleen semblait sous-entendre. « Ça reste difficile d’cerner un suspect. Y’a plus d’anti-Féd’ au mètre carré sur Keller que sur la Terre, et c’pas comme si y’avait des autorités avec qui collaborer dans c’trou à rat. Avec respect », ajoute-t-il après une seconde de silence, conscient qu’il qualifiait là la station spatiale d’où Ellen était native. Il comparait aisément Keller avec Merry Fields, qu’il méprisait de façon égale, ou presque – la seconde avait pour principale caractéristique d’être l’endroit le plus concurremment doux et amer qu’il ait connu. Las, Joel se cale dans sa chaise, se balançant brièvement sur les pattes de derrière. « Ent’ vous et moi, t’façon, l’enquête va être bouclée dans l’mystère d’ici quelque temps. » Ça n’était pas vraiment un secret, ou alors un secret de polichinelle – tout le monde s’en doutait depuis un moment, mais aucune annonce officielle n’avait encore été faite.  C’était une question de temps, de timing, l’amirale voulait sans doute trouver le meilleur moment pour adoucir le choc du couperet qui tomberait.

L’exclamation d’Elleen le surprend, pour ainsi dire, et il sent son équilibre se précariser – il profite donc d’un instant pour reposer sa chaise au sol entièrement. « Z’avez oublié un rendez-vous? » fait-il, innocemment, observant Elleen un instant avant de se relever pour chercher la carafe. Il réchauffe leurs deux mugs d’un geste las, lent, presque exaspérant.




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Mer 14 Nov - 22:41
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
« M'dame Krishvin, sauf vot'respect. » Quoi ton respect, qu'est-ce qu'il allait encore te raconter, l'ahuri. « y'a qu'une femme pour vraiment v'nir à bout d'un homme, peu importe la manière. » Il ne croyait pas si bien dire et tu l'observes du coin de l’œil d'un air méfiant et dubitatif. Est-ce qu'il essayait de te faire un compliment ou une blague de mauvais goût. Tu renifles fortement. « C'le cas d'le dire, y'en a qu'ont pas d'chances avec les gonzesses et faut croire qu'Tiaan en était. » Tout le mépris que t'inspiraient la plupart des femmes de la flotte, belle-soeur, sœur, gamines, suait de tes mots. Elles étaient plus mortelles que pouvait l'être Avayne, sans pourtant le vouloir, juste en étant incapable de se rendre compte de la force destructrice de leurs mots et de leurs gestes. « M'ouais, ok, d'cord. » Autant dire personne n'avait trouvé que ton frère avait fait quelque chose de grand et tu es bien la première à te foutre de l'inutilité de son action... tu sens tout de même que ton voisin évite la question, par ignorance ou volontairement et ça ne te plait pas trop.

« Des mercenaires, donc. » Tu te tais, à nouveau méfiante, il faut dire que l'idée te semble bien plus logique qu'une véritable armée qui aurait à de nouveau disparue du jour au lendemain. Ce genre de surprises ne faisait plaisir à personne et tu imaginais bien assez une bande d’extrémistes bien-pensants et surtout sur-armés décider de dératiser la galaxie en allant faire péter quelques lieux mal-famés. Tu lèves la main cependant pour lui signifier qu'aucune offense n'est prise de ses mots. Tu en as entendu des pires, venant de la bouche de Kellari mêmes et malgré le chauvinisme qui gronde dans ton ventre, tu as compris il y a longtemps que toutes les batailles n'étaient pas bonnes à prendre. « Ouaip', ç'm'étonne pas d'trop. » Qu'une enquête soit menée était une chose, qu'il y ait des répercussions en était une autre et le Jeanne d'Arc prouvait bien que la fédération était bien incapable de faire autre chose que baisser la nuque. Se venger de qui ? Comment ? Elle n'avait ni les moyens humains, ni matériel, pour partir en guerre et sa technologie pouvait parfois être considérée comme vétuste face aux innovations des grandes entreprises qui continuaient de vivre dans l'espace connu.

« Z'avez oublié un rendez-vous ? » Tu te retournes vers l'homme et tu l'observes de haut en bas. Ça t'irrite cette lenteur dans tout, parce que tu as déjà vu ce genre de personnes, c'était de ceux qui n'en avaient plus rien à foutre ou qui savaient qu'ils avaient le dessus. Tu ne réponds pas et tu poses tes mains sur tes hanches, attendant la tasse que tu attrapes lorsqu'elle arrive vers toi et tu bois plusieurs gorgées, retenant la grimace en te mordant la langue. « Faut pas s'presser, hein m'sieur Morales ? Rien n'presse, c'pas comme si quoi 'lait partir, tout vient à qui sait attendre. » Tu poses brutalement la tasse sur la table et tu croises les bras, jaugeant du regard l'homme mou. « Au moins n'est pas déçu quand on vise pas d'êt'l'premiers. »


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Mar 20 Nov - 21:41
avatar
Messages : 85
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Il semblait y avoir un détail qui échappait à Joel; le commentaire d’Elleen en réponse à sa brève tirade philosopessimiste et l’œillade sceptique qu’elle lui décoche instantanément suffit à lui mettre la puce à l’oreille, même s’il ne renchérit pas. Il était inspecteur, après tout – s’il voulait des clarifications sur ce que la blonde insinuait, il trouverait une autre façon d’obtenir satisfaction. Il n’en faut pas plus pour que Joel décèle un changement subtil d’attitude de la part de la femme, qui réduit ses réponses subséquentes au strict minimum, l’air un peu plus renfrogné qu’auparavant. Qu’à cela ne tienne. C’était elle qui était venue vers lui en premier lieu. Si elle n’était pas contente, elle pouvait retourner là d’où elle venait sans que Joel ne s’en indigne. Visiblement, Elleen comprenait ce que l’inspecteur insinuait, et son défaitisme imitait celui de Joel jusqu’à un certain niveau. Dire qu’il trouvait étrange qu’elle ne soit pas plus indignée de la mort de son frère était un euphémisme, mais il n’était pas là pour juger, juste pour lui resservir – très lentement – du café de qualité médiocre et répondre à ses interrogations. « Moi j’suis pas pressé. J’ai encore 7 heures d’travail d’vant moi », répond-il, haussant les épaules, ostensiblement peu impressionné par l’irritation de la sœur Krishvin. En comptant bien, ça faisait une journée de travail de 14 heures, mais il faisait rarement moins. Il ne la regarde même pas, se contentant de se verser à lui aussi une rasade d’or noir de l’espace avec la même lenteur qui semblait l’horripiler. Il n’était pas du genre insolent, mais ses journées étaient à ce point dépourvues d’intérêt ces temps-ci que la simple perspective de pouvoir s’amuser en taquinant Elleen suffisait à lui tirer l’ombre d’un sourire sous sa barbe fournie.

C’était simplement étrange que c’était sa lenteur qui suscitait chez la blonde le plus de réaction et non pas le regard détaillé qu’elle avait pu poser sur des photos du cadavre de son frère. Chacun son truc.

« J’pige pas c’que vous voulez dire, en vrai. » Il fait le con parce que ça ne sert à rien de prendre la mouche, de commencer à s’obstiner contre Elleen pour quelque irrespect perçu à l’endroit de la flotte, de son armée. C’était comme si elle leur reprochait d’avoir consciemment balancé des centaines de soldats entre les mains de l’ennemi, en toute connaissance de cause. L’objectif ultime de la flotte était de survivre, pas de gagner, pas d’asseoir quelque dominance que ce soit – et c’était ce qu’ils avaient fait, dans l’ensemble, gérant les suites de l’attaque de façon maladroite, mais avec la volonté de bien faire. Or, le chemin de l’enfer était pavé de bonnes intentions. Toujours aussi las, il verrouille sa tablette, la glisse dans sa poche avec un flegme inexorable. « J’peux faire autre chose pour vous aider, m’dame Krishvin? » Autant dire qu’il n’était pas prêt à lui offrir plus que ce qu’il lui avait déjà montré. C’était tout ce qu’il pouvait faire, de toute manière.




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Lun 26 Nov - 11:49
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
« Moi j’suis pas pressé. J’ai encore 7 heures d’travail d’vant moi. » Au vu de la vitesse déployée, il n'avait pas vraiment besoin de se presser. Ce qu'il foutait en plus en heures avait l'air d'être étouffé dans l’œuf par son flegme. Ça te donnait envie de le secouer, putain. Il avait cette apathie que tu retrouvais parfois chez Vegtam, mais tu savais que ton frère était capable de plus, tu avais sous tes yeux l'étendue de son travail. Là, tu voyais un homme qui allait pisser ses litres de café et probablement passer quelques heures sur le trône à jouer sur son Charlie. Ils n'avaient rien, ne savaient rien et se vantaient pourtant de venir d'ailleurs et cet homme était l'allégorie de leur inefficacité. Il te gonfle aussi à l'ouvrir pour dire des inepties. T'étais pas là pour philosopher avec lui, si tu avais voulu trouver un gars qui te sortait des conneries ou des généralités tu serais allé voir ce gros lard de Serrano. « J’peux faire autre chose pour vous aider, m’dame Krishvin? » Tu te retiens de rouler des yeux. Les bras toujours croisés, tu fais quelques pas dans la pièce, ne le quittant pas un instant des yeux. Tu n'as pas l'intention de revenir de sitôt, surtout pas de ton plein gré, alors tu cherches ce que tu pourrais encore demander. Tu te creuses la cervelle mais t'as déjà eu trop d'informations d'un coup et tu moulines dans le vide. Qu'est-ce que tu pourrais demander sans que l'autre te repose une autre question débile, pardon... subtile ? « Non, j'l'impression qu'v'z'avez fait tout c'qu'vous pouviez. » Ça t'écorche la gueule mais tu finis par rajouter, parce qu'on est sur la flotte et que la politesse semble être le seul salaire en vigueur dans les sphères légales de la fédération. « M'ci. » Tu reprends ta tasse et tu te l'enfiles d'un coup. Tu as bu pire. Tu bois souvent pire, mais il faut croire que les quelques semaines – mois – passés sur la flotte t'ont rendue précieuse. Une princesse. T'irais peut-être voir Holloway plus tard. Tu pourrais demander s'il est là, mais t'as pas envie de voir sa tronche et probablement que lui non plus, pas maintenant, pas au boulot. Oh, tu pourrais le faire chier, lui aussi, pousser sur l'inspecter ta détresse, mais est-ce que ça serait sérieux ? « J'peux encore vous aider vous, m'sieur Morales ? »


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Mer 28 Nov - 22:35
avatar
Messages : 85
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Quelque part, ça l’amuse, presque grossièrement, d’enfoncer le couteau de sa lenteur fonctionnaire dans la plaie de l’impatience d’Elleen. Joel n’avait jamais été particulièrement drôle, plutôt doté d’un sens de l’humour unique, pour ne pas dire… alternatif. Il n’en demeurait pas moins, toutefois, que les sept heures qu’il affirmait avoir encore à bosser commenceraient à s’écouler après son petit entretien impromptu. L’appel de son bureau commençait à se faire sentir, même si c’était pour trouver une façon de conclure le rapport sur l’attaque du Jeanne d’Arc par quelque chose qui n’était pas trop… déprimant. Fataliste. Il hoche la tête au remerciement de la femme, qu’il sent quelque peu forcé sans toutefois le souligner. De toute évidence, soit elle avait su tout ce qu’elle voulait savoir, soit elle était remuée par les photos et les enregistrements qu’il avait mis à sa disposition. Un peu des deux, peut-être. Il observe la descente impressionnante de la blonde, puis fait un geste en direction de la porte. « J’vous raccompagne », propose-t-il poliment, tentant d’ignorer l’insistance du regard de la femme sur lui. Il n’arrivait pas à le décoder, et ça le mettait quelque peu mal à l’aise.

Le retour de la question le prend de court et il observe un instant la blonde à son tour, comme s’il réfléchissait. C’était si rare qu’on lui offrait de coopérer. Sa spécialisation d’interrogateur faisait en sorte qu’il avait le don d’aller chercher l’information chez les personnes réticentes, mais jamais on ne lui avait proactivement offert de l’aider. Ce n’était pas un interrogatoire, il faut dire, mais il était si profondément ancré dans le travail avec les histoires de l’autopsie du directeur du comptoir qu’il l’avait presque oublié. Un pied de l’autre côté de la porte, il adresse à Elleen un sourire un peu amer. « Malheureusement, j’doute que vous puissiez m’aider de quelqu’manière que c’soit. Mais j’apprécie. » À moins qu’elle se révèle secrètement psychiatre télépathe, ou qu’elle ait le nom de qui que ce soit lié de près ou de loin à l’attaque, elle ne pouvait pas l’aider, malheureusement. Au moins, elle proposait; peut-être à reculons, ou par réflexe, mais il notait quelque part dans son esprit la nonchalante collaboration de la femme. Il la fait passer devant lui, la dirigeant vers la porte pour éviter qu’elle ne dégoûte encore le poste avec ses histoires, lui ouvrant la porte pour lui permettre de passer, mais sortant à sa suite pour griller une cigarette bien méritée. « J’suis désolé pour vot’ frère. Vraiment. » Il regrettait de ne pas pouvoir en faire plus. C’était pour ça qu’il évitait de trop parler avec les proches des victimes; il s’attachait, envers et contre tout. Son truc à lui c’était les criminels qu’il pouvait secouer un peu. Les pincettes, ça n’était pas son fort.

Mais il s’en était plutôt pas mal sorti.




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     Ven 7 Déc - 11:26
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
« J'vous raccompagne. » Tu as l'impression d'être escortée vers la sortie, comme une sale môme qui n'est pas assez grande pour jouer avec les autres, dont on se moque et qu'on traîte avec un certain paternalisme. « Je devrais trouver la sortie, finissez c'qui vous occupe. » Il s'extirpe tout de même de son siège et te fait face. Tu le laisses passer devant, pour garder un semblant de fierté, tes yeux suivent les mouvements, évitant pour l'instant les regards des miliciens qui se trouvent de l'autre côté. « Comme v'voulez, m'sieur Morales. » On a pas besoin de gens comme toi dans les petits papiers de la flotte, ça la foutrait mal quand même, de savoir qu'une pirate a permis d'aider à en découvrir un peu plus sur ce qui s'était passé. C'était cependant faire preuve de mauvaise foi, tu préférais ne pas le voir fouiller de trop dans tes affaires, surtout pas avant que tu ais discuté avec Avayne de ce qu'elle savait de tout ça. Soit elle, soit tes frères, mais quelqu'un avait forcément entendu parler de ce qui s'était passé.

Finalement, tu passes devant lui, pressée de sortir de là, de t'éloigner de la mollesse spongieuse qui semblait t'entourer. Tu eus un mouvement écœuré et tu t'ébrouais alors que tu te retrouvais sur le pas de la porte. Tu sens qu'il t'oriente et tu ne cherches pas à protester, tu offres tout de même un clin d’œil aux hommes qui vous regardent passer. Tu ne vois aucune tête familière mais tu n'es pas certaine de vouloir discuter avec eux maintenant. « Le soyez pas, il est mort com'un abruti. » Tu lui fais face, un poing sur une hanche et l'autre agrippée à ta ceinture, tu arques un sourcil, observant une dernière fois la face ravagée par l'ennui de l'inspecteur Morales.


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: trouble is her only friend / ek     

RÉPONSE RAPIDE