Fall in deep (Rhil)
MessageSujet: (#) Fall in deep (Rhil)     Dim 19 Aoû - 19:36
Wilhem Ordo
http://beyond-earth.forumactif.com/t107-but-i-got-smarter-i-got-harder-in-the-nick-of-time-wilhem http://beyond-earth.forumactif.com/t213-you-got-yourself-a-bad-habit-for-it-wilhem
Messages : 243
Âge : Trente cinq années de manigances.
Occupation : Ingénieur en cybernétique & officieusement à la tête d'un réseau illégal de revente de pièces détachées, armes modifiées, combats illégaux et autres trafics de denrées rares.
Habitation : Regina Mercy, dans une cabine cossue.
Arrivée : Depuis ses huit ans (2200).
Pseudo : wiise
Avatar : Dan Stevens
Crédits : moi même (ava + sign)
Assis sur un tabouret, les coudes appuyés sur le comptoir de ce bar de fortune aménager pour accueillir les clients de ses combats illégaux, Wilhem a une vue imprenable sur le spectacle. Dans ce sous-sol, bien isolé des bruits et surtout, des curieux, c’est une véritable jungle qui s’est installé. Des cris, des encouragement, des sifflements et des levés de poings aux rythmes de la rage qui suinte par toutes les pores des combattants. Ce soir, c’est Rhil, son étoile montante. Celui qu’il fixe de ses prunelles claires, en expirant une bouffée de fumée de sa cigarette. Malgré toute l’agitation ambiante, Wilhem est extrêmement calme, savourant chaque seconde du spectacle sans s’occuper du reste. Il élude tout. Les bruits ne sont plus qu’accessoire, de même que les silhouettes qui se poussent pour s’approcher un peu plus de la cage, ou encore des bookmaker qui s’affairent. Son attention est totalement absorbée par les poings de Rhil s’écrasant avec force sur son adversaire. Une vision jouissive pour l’ingénieur qui ne se lasse pas du spectacle.

Presque en transe, il ne reprend ses esprits que lorsque l’arbitre s’interpose pour déclarer l’astronome vainqueur, tandis que l’autre homme gît au sol dans quelques gémissements de douleur, le visage fracassé. Du sang a tâché le sol grisâtre du ring une nouvelle fois, mais Wilhem ne voit là que les effluves normal de ces combats acharnés qui le distraient plus que de raison. Mais l’ingénieur a toujours eu un penchant pour la violence, peut être parce que lui même est atteint de pulsions malsaines, le sang-chaud et les poings faciles.
Écrasant le mégot de sa cigarette dans un cendrier poser sur le comptoir sombre du bar, il se lève et ajuste sa chemise sombre pour gagner les vestiaires de fortune, dans une pièce adjacente au local de combat et rejoindre ainsi Rhil. Il sait qu’il ne devrait pas encourager le blond à continuer ces combats, à s’investir là dedans, comme il compte bien le lui proposer, à terme. Il sait que ne serai-se que pour Ithan, il devrait se freiner, mais son égoïsme le pousse à continuer. Le profit, les affaires, plus que le sentimentalisme. Malgré le fait qu’Ithan soit un de ces seuls véritables amis. À croire que Wilhem possède une propension à tout gâcher à un moment ou à un autre. Mais en cet instant, une fois de plus, il ne pense pas à l’avenir, ou aux conséquences. Il vit l’instant présent, au jour le jour.

Déambulant avec aisance au milieu de l’effusion du lieu, des discussions intenses, des voix fortes, des rires, de la fumée de cigarette et des effluves d’alcool, Wilhem arrive enfin au niveau de la porte donnant sur un petit couloir et deux vestiaires séparés. Il sait celui dans lequel est Rhil et y pénètre rapidement, pour trouver l’homme en train de se passer de l’eau sur le visage. Un visage partiellement amoché. Un instant, le regard de Wilhem glisse le long de la silhouette familière, détaille les muscles saillants de son dos. Il a beau s’être toujours tenu à une distance respectable, observer avec insistance n’a jamais fait de mal.
Ici, dans ce petit local à la lumière blanche et aux murs d’un blanc vieilli et éprouvé, l’agitation dans la salle de combat n’est plus qu’un vague souvenir. Un brouhaha lointain. « Beau combat ce soir, Rhil, comme d’habitude » Lâche t-il enfin, à haute voix, interpellant l’homme qui se redresse, essuie son visage dans une serviette et se tourne vers lui. Un sourire se dessine sur les lèvres de Wilhem, un sourire satisfait, tandis qu’il s’approche un peu plus de l’astronome. « Tu excelles réellement dans ce domaine » Renchérit-il, le complimentant sincèrement. Wilhem ne rate aucun combat de Rhil, bien que toujours plus ou moins tapis dans l’ombre, surveillant le bon fonctionnement du lieu en sous sol d’un petit commerce lambda, sans importance, dont il paye gracieusement le patron.

Arrivant à sa hauteur, ayant avalant quelques pas les séparant, son regard glisse allègrement le long du torse musclé du blond en face de lui. « Rien de cassé j’espère ? Je m’en voudrais » Lâche t-il dans un nouveau sourire en coin, sur un ton légèrement taquin.


A beating heart of stone, you gotta be so cold
To make it in this world, yeah, you're a natural
Living your life cutthroat
Leave behind your heart and cast away


Brothers, until the end:
 

One day, we'll destroy each other:
 
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Ven 31 Aoû - 23:03
Rhil Trasam
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 473
Âge : 38 ans
Occupation : Astronome | Hélios.
Habitation : RM
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

there's nothing likea punch in the face to remind you you don't want to die
Wil & Rhil | Août 2227

L’eau froide recyclée mille fois par les turbines du vaisseau usé ne suffit pas à calmer la brûlure qui irradie sa peau. Cela vient de l’intérieur, l’énergie qui dévore, c’est pour cela qu’il s’abîme le minois contre des phalanges pétées, que ses pieds nus ont traversé les carreaux défoncés des vestiaires, laissant des marques de sueur qui s’estompent lentement après son passage. Rhil s’asperge le visage, comme si l’eau allait faire disparaître les rougeurs qui tavèlent ses pommettes ou laver la sueur qui dégouline des cheveux blonds. Le soleil de Byblos lui a donné bonne mine, écho à l’énergie solaire qui pulse du combattant appuyé des avant-bras sur l’évier. Il sent le regard posé sur lui avant d’entendre approcher, avant de reconnaître l’intrus, mais Rhil ne bouge pas d’un pouce. Il savoure.

L’odeur d’alcool et de sang dans l’air sont assez fortes pour rendre soul, si un autre genre d’ivresse ne lui était pas déjà monté à la tête. L’agitation extérieure le maintien en état d’ivresse, les étoiles dans ses yeux brillent plus fort. Il brûle, il brille et le sourire est gamin sur ses lèvres en fixant son reflet dans le miroir, et l’ombre qui se dessine juste derrière les muscles saillants de son dos, qui soulignent les détails de constellations que l’astronome y a encré. Il devrait avoir honte de l’image qu’il reflète – la semi-nudité, l’ecchymose qui naît sur son épaule, la lèvre qu’il a lui-même mordu jusqu’au sang, l’excitation qui traverse son corps, bestiale. Mais pour une fois, Rhil se sent bien dans chaque atome de son corps. Et il y a l’homme en chemise noire cintrée, et le sourire conquérant quand bien même il n’a pas de sang sur les mains. Autoritaire, à l’aise, trop bien habillé et rien à foutre dans les vestiaires puants d’un bar qui n’existe que lorsqu’il y a des combats. Rhil le fixe un moment par-dessus son épaule. Sa seule surprise était que Wilhem soit toujours proche d’Ithan. Rhil n’a rien osé demander. Comme Ithan ne demande rien.
« - C’était un plaisir, boss. »  Il nargue. Il ne se bat que pour le plaisir, les crédits n’ont pas vraiment d’utilité dans sa classe sociale. Et surtout rien à voir avec ses raisons propres. Il se gargarise du compliment, de l’attention qu’on lui accorde, la fierté resplendissante, rougissant un peu plus ses joues essoufflées. Rhil se retourne pour appuyer les coudes contre le lavabo derrière et soutenir le regard de l’homme qui s’approche, pas plus troubler que ça. Au contraire, il en rajoute dans le charme, le corps ronronnant, passant sa langue sur sa lèvre. Il se gargarise de l’attention.

Chaque soir de combat, avant de partir, quand il bande ses poignets étroitement tandis que Ithan fait semblant de ne rien voir alors qu’ils partagent actuellement une cabine de 20 m² à deux, Rhil liste les raisons qui le pousse à faire ça. Au cas où, un jour, Ithan les lui demande, au cas où un jour le non-dit arrête de pourrir lentement sous leurs pieds. Est-ce cela sera, ce qui ruinera leur relation ? Rhil a toujours eu une forte propension pour tout gâcher ; Il ne saurait pas quoi faire de lui-même s’il était à la hauteur. Alors, il ne voit pas de raison d’arrêter.
Il fait ça pour le regard de Wilhem sur lui à la minute, et les vivats d’il y a trente secondes. Il fait ça pour se sentir adoré, respecté, à la hauteur. Face à un homme ou à une femme, en combat singulier, tout s’efface. Se sentir fort, sentir ses efforts payer. Se sentir partie intégrante d’un tout – Le Colossus, le monde dont il rêve, lui qui ne sera jamais qu’un scientifique à la lèvre tuméfiée et à la curiosité placée partout, pas un vilain garçon comme les coursives teigneuses et noircies de crasse du C5 en héberge.  L’ambiance qui lui fait un bien fou. L’expérience lui a appris qu’il était incapable de donner autant d’amour à quelqu’un – mais il en a besoin. C’est bien pour ça, qu’avant que les lèvres d’Ithan ne rejoigne les siennes, il cumulait au charme les coups d’un soir, juste pour l’adoration des bras et le plaisir coupable de quitter les bras ragaillardis, prêt à bosser.

« - Je ne sais pas de quoi cela avait l’air, mais c’était jouissif. » Il convient, sourire gamin aux lèvres. Il ne savait pas si cela avait un beau combat. L’esthétique était putride ici, même s’il le fascinait, attiré par sa gravité ; par les combats, par le sang, les tripes, les cris de rage et d’extase, le petit monde de Wilhem. Se sentir vivant surtout. Ne plus penser à rien et savoir qu’il doit se donner à fond ou souffrir. Être dans l’instant présent ou céder à la pulsion malsaine, de mort qui vibre en lui, au diapason de l’audience surexcitée. C’est comme être sous astre.
Il est perfectionniste en tout, bien sûr qu’il excelle – Rhil adresse un clin d’œil à Wilhem. Il fait le beau, le paon, l’étoile filante. L’astronome, étire un peu les muscles qui bientôt viendront lui rappeler sa leçon, et son poignet sur l’autre coude étire un peu son triceps décoré, rallume les étoiles. « - Pas cette fois. » Pour une fois, il ne s’est rien cassé, il a l’impression. Peut-être la douleur le réveillera plus tard, mais il plisse les yeux, tente de fixer Wil sous la lumière des vestiaires. Les doigts raides des bandages qui se font la malle ou qui serrent trop, patchwork inégal, Rhil remet une mèche de cheveux en place derrière son oreille. Petit con couvert du sang d’un autre, qui fait la moue, son regard regardant Wilhem de haut en bas, un sourcil arqué. « - N’essaie pas d’avoir l’air inquiet pour moi, je sais ce que je vais trouver ici. J’ai eu ce que je voulais… comme toi. » Il n'avait pas envie de descendre de son extase avec des considérations pour ses blessures ou la raison. Mais Wilhem devait comprendre, en partie du moins - il était là, ici, quand Ithan le fuyait. Rhil puise dans sa poche une cigarette à demi déformée par le combat et l'agite devant son visage, puisqu'il sait son briquet quelque part avec ses affaires de rechange, loin pour ses pas encore dansants, l'enthousiasme communicatif au bout des lèvres. « - Je peux te demander une faveur ? »


code by bat'phanie



It is not clear that intelligence has any long-term survival value.

« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Lun 3 Sep - 0:22
Wilhem Ordo
http://beyond-earth.forumactif.com/t107-but-i-got-smarter-i-got-harder-in-the-nick-of-time-wilhem http://beyond-earth.forumactif.com/t213-you-got-yourself-a-bad-habit-for-it-wilhem
Messages : 243
Âge : Trente cinq années de manigances.
Occupation : Ingénieur en cybernétique & officieusement à la tête d'un réseau illégal de revente de pièces détachées, armes modifiées, combats illégaux et autres trafics de denrées rares.
Habitation : Regina Mercy, dans une cabine cossue.
Arrivée : Depuis ses huit ans (2200).
Pseudo : wiise
Avatar : Dan Stevens
Crédits : moi même (ava + sign)
Bien sur qu’il observe avec intérêt. Un intérêt certainement trop prononcé, peu à sa place, mais qu’importe. Wilhem n’est pas homme à respecter les règles, ou les promesses. À vrai dire, il ne promet jamais, c’est plus simple, cela évite bien des déceptions. Bien des désarroi. Une façon de se prémunir. Pourtant, il y a des gens avec qui il sait se tenir, un minimum. La hiérarchie légale, les autorités, aussi, faire profil bas, baisser le nez, se faire oublier. La chose marche particulièrement bien. Mais ici, ce soir, dans ce vestiaire défraichi, face à un Rhil encore sous le joug de la satisfaction de la victoire et de l’adrénaline du combat, il n’a pas à se tenir. Il ne compte pas le faire. Que cela soit dans ses paroles, ses provocations ou son regard qui détaille allègrement les muscles dessinés de l’astronome. Ses tatouages, aussi. Fascinant.

Il complimente, Wilhem, parce qu’il sait le faire. Il n’est pas homme à se complaire dans le fait de feindre un désintérêt permanent. Prétexter que rien n’est assez bien. Suffisant. Si la chose lui plait, alors il le dit. Il félicite un travail bien fait, ou une belle performance. Ici, le combat de la soirée, alors que pourtant, un autre doit faire rage d’ici quelques minutes. Mais pas aussi intéressant que celui de Rhil. En tout cas aux yeux de Wilhem. D’un homme qui se laisse porter par ses fascination et ses fantasmes. Ses envies du moment, aussi. « C’était… » Il cherche ses mots, un instant. « Oserai-je dire bandant ? » Avec un large sourire amusé, étirant ses lèvres, dévoilant une dentition parfaite. Le fait d’avoir grandi en partie sur terre, puis plus largement dans une famille ayant des moyens plus que corrects.
Il lui fait un clin d’oeil, l’astronome. Il entre dans son jeu et l’ingénieur s’en satisfait. Il n’a pas d’attente. Il n’est pas dans l’expectative. Il se contente du moment présent. Un moment bien plus agréable lorsque son interlocuteur daigne entrer dans la danse. Dans ses petites taquineries, aussi. Une espèce de flirt qui flotte dans l’air, entre eux. Innocent, mais pas totalement.

« J’espère bien » Persifle t-il presque, sarcastique, lorsque Rhil répond n’avoir rien de cassé, cette fois. Mais il ne s’est jamais réellement cassé quelque chose à un de ses combats. En tout cas pas ceux supervisés par Wilhem. Oh bien sur, l’ingénieur n’interviendra pas, si le combat dégénère, si les coups se veulent plus violent, l’humiliation plus vile. Il se repaîtra du spectacle. Cette arène lui appartient, ce lieu lui appartient, mais il ne se pavane pas comme en étant le propriétaire. Pas tellement pour les risques, bien qu’en partie pourtant, mais surtout parce qu’il n’a aucun intérêt à le faire. Il cherche la reconnaissance, la gloire, faire naître la crainte chez les uns et les autres. Mais il sait aussi que ce n’est pas en se pavanant au yeux du grand public, qu’il l’obtiendra. C’est en offrant petit à petit à son cartel, plus de puissance, de moyen, d’activités. Plus d’hommes aussi. D’hommes qui règle ses comptes et sèment une vague de terreur, lorsqu’il l’ordonne. Mais Rhil n’a pas besoin d’être la victime de ses machinations. Pas juste à cause d’Ithan, mais bel et bien parce que cela n’apporterait rien à Wilhem.

Le regard du blond, le détaillant de haut en bas, le fait sourire en coin, un sourire plus charmeur. Un sourire qui s’étire lorsque l’astronome lui explicite qu’il n’a pas besoin de feindre l’inquiétude. Comme si cela lui importait vraiment. Wil n’est pas altruiste. Il ne le sera probablement jamais. Haussement d’épaule, regard amusé. « J’aurais essayé, mais il faut croire que tu commences à me connaître » Accompagnant ses paroles d’un clin d’oeil à son tour. Puis Rhil exprime que oui, ils ont tous les deux eu ce qu’ils voulaient. « Tout à fait ! » S'exclame Wilhem avec un large sourire satisfait.

Voyant l’astronome chercher un briquet, l’ingénieur en sort un de la poche intérieure de sa veste avant de s’approcher d’un pas supplémentaire pour le lui tendre avant qu'il ne s’en saisisse. « Une faveur dis-tu ? Tu sais que mes faveurs coutent cher » Un air un peu suffisant sur le visage, un brin arrogant, aussi, mais curieux. « Dis moi tout. Qui sait, ton euphorie est communicative, peut être que j’accepterai facilement… » Evasif et taquin, les yeux brillants d’une lueur malicieuse. Une envie de jouer, encore un peu.  


A beating heart of stone, you gotta be so cold
To make it in this world, yeah, you're a natural
Living your life cutthroat
Leave behind your heart and cast away


Brothers, until the end:
 

One day, we'll destroy each other:
 
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Jeu 4 Oct - 23:43
Rhil Trasam
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 473
Âge : 38 ans
Occupation : Astronome | Hélios.
Habitation : RM
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

there's nothing like a punch in the face to remind you you don't want to die
Wil & Rhil | Août 2227

Le scientifique si embrigadé dans sa logique dévorante est incapable d’expliquer le besoin de s’abîmer les mains, de risquer la commotion, l’oubli de la bêtise, le crâne descellé. Il est incapable de respecter les interdits, de comprendre la limite, toujours motivé par l’idée d’aller plus loin. L’impossible est juste le plafond de verre que la science doit pulvériser. Il est là, à flirter avec Wilhem, avec les étoiles, le Lady, sous les néons malmenés. L’atmosphère artificielle d’un vestiaire improvisé, les relents de chaudière, le ronronnement des moteurs, qui rappellent qu’ils sont dans le ventre d’une bête abyssale. C’est presque un rite que de descendre jusqu’ici depuis les dômes verdoyants de l’Hélios, trop lumineux, trop nets. Le franchissement d’une frontière, d’un interdit auquel Rhil ne sait pas dire non. Il nie que cette addiction-là soit aussi dangereuse que l’Astre qui irradiait ses vaisseaux gorgés d’énergie achetée au marché noir. C’est un ersatz dont il doit se suffire. Il était vivant.

« - Je suppose que tu oses. » réplique Rhil, l’amusement perceptible dans la voix, tandis qu’il observe Wilhem qui le regarde. Il a un agacement involontaire aux fautes de syntaxes, aux erreurs de grammaire, mais s’il utilise en général, pour sa part, un vocabulaire châtié, il en faut plus pour l’offenser qu’une référence à la biologie. A quelque chose qu’il ressentait aussi. « - Je vois ce que tu veux dire. » Attiser le désir ne lui ferait pas peur, mais ce n’est pas de ça dont il est question. Il ne souvient pas de ses adversaires, ils disparaissent sous ses plaies, sous ses coups, sous la peur. Rhil a le regard allumé, fiévreux, comme aucune étreinte n’avait pu allumer la lumière dansante d’une galaxie au fond de ses prunelles.
Il ne sait pas ce qui peut intéresser Wilhem à sa danse plus qu’un autre combat. Lui brûlerait d’y retourner à l’instant, s’il ne pensait pas au regard inquiet de Ithan sur lui. Il risquait de se casser quelque chose, s’il y allait maintenant. Comme un animal en cage, qui vibre et palpite à l’idée d’être approché, d’être regarder, il se laisse approcher, tendant main et menton. Une étincelle de surprise arque le sourcil du combattant abîmé ; Il prend pourtant l’objet sans poser de question, allumant sa cigarette. Wilhem est assez près pour qu’il perçoive l’odeur suave qui mêle tabac, sueur, sangs et parfum de luxe. Non, il n’a pas idée de pourquoi l’homme s’attarde, mais cela ne titille qu’en partie sa curiosité insatiable. D’abord, il profite de l’attention.

Wilhem, le maître dans l’ombre, qui ne s’expose jamais, qui ne semble pas tirer les ficelles et pourtant peut affirmer avec la morgue assurance « mes » combats. C’est le contraire de la demi-nudité exposée aux lumières et aux coups de Rhil. Le danger est indicible pour Rhil, qui ne le voit même pas assez pour s’en méfier ou en être attiré. Il glisse le petit objet dans la poche de la chemise de Wilhem et souffle un rond de fumée bleutée parfait, qui s’évapore pour laisser place au sourire de fripouille. L’audace espiègle face à l’arrogance propriétaire.  Ce n’est que lorsqu’il n’a plus le briquet en main qu’il reprend la parole. « - Je voulais juste ton briquet.  Mais si tu es d’humeur généreuse, je peux trouver quelque chose. Ce serait une honte de ne pas en profiter. » Il a une moue amusée avant de reculer lentement. Il glisse sa cigarette entre ses lèvres et libère ses mains, le temps de se jucher le cul sur le lavabo. Dans cette attitude ( irrévérencieuse ) et position ( les tatouages de son dos contre le miroir ébréché ), il semble réfléchir, les bras croisés contre son torse. « - Je suis parfaitement satisfait : sur un petit nuage d’extase, l’adrénaline pompant encore son sang à son cœur à la va vite, le rythme cardiaque n’est pas encore au repos, la sueur pas encore gelée sur sa peau. « -  Cela ne dure jamais, pourtant. J’en veux plus. » Il reprend sa cigarette du coin de sa lèvre et a un vague signe main, traçant un cercle dans la distance entre. C’est plus fort que lui.   « - Tu as parié sur moi ? »



code by bat'phanie



It is not clear that intelligence has any long-term survival value.

« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Dim 7 Oct - 20:11
Wilhem Ordo
http://beyond-earth.forumactif.com/t107-but-i-got-smarter-i-got-harder-in-the-nick-of-time-wilhem http://beyond-earth.forumactif.com/t213-you-got-yourself-a-bad-habit-for-it-wilhem
Messages : 243
Âge : Trente cinq années de manigances.
Occupation : Ingénieur en cybernétique & officieusement à la tête d'un réseau illégal de revente de pièces détachées, armes modifiées, combats illégaux et autres trafics de denrées rares.
Habitation : Regina Mercy, dans une cabine cossue.
Arrivée : Depuis ses huit ans (2200).
Pseudo : wiise
Avatar : Dan Stevens
Crédits : moi même (ava + sign)
Il y a souvent, sur le visage de Wilhem, cette arrogance narquoise, qui étire ses lèvres d’un sourire satisfait. Ce soir ne fait pas exception, alors qu’il se veut charmeur, à flirter allègrement avec un Rhil encore au sommet de sa gloire de la soirée. Il a déchainé les passions, les cris de rage, la satisfaction de certains et la frustration de d’autre. La joie des paris, de l’effusion bestiale qui règne dans ces lieux où il est le maître. Le maître de l’ombre, dans l’ombre, volontairement. Certains se doutent, d’autres savent, mais la plupart ignorent. Pour beaucoup, il n’est qu’un client discret, comme un autre. Bien habillé, certes, tranchant avec la pauvreté de certains, mais un type à l’apparence trop angélique pour être suspect. Pour éveiller les soupçons. Une chose dont il se satisfait grandement.

Bien sur que le blond voit ce qu’il veut dire. Bien sur qu’il peut très bien s’imaginer les sous-entendus plus ou moins appuyés qu’aime utiliser l’ingénieur. Bien souvent dans le charme, lorsqu’il n’est pas dans la colère. Wilhem est rarement fait de gris, plutôt de noir et de blanc, virant parfois au rouge. Intense, dans tout ce qu’il vit. Il observe l’astronome allumer sa cigarette et ce seul geste attise un peu plus les envies de l’ingénieur qui pourtant, restera à distance. D’ordinaire, il ne se refuse rien, jamais. Il est rare qu’il laisse une once de morale s’immiscer entre lui et ses envies. Mais parfois, il sait, il se raisonne. Il lui reste encore quelques limites, rares, mais présentes, qui le force à rester droit, à rester sur place et à ne pas avoir une main qui se balade ardemment, ou un pas de plus, en avant, pour avaler la distance entre eux. Bien que l’envie ne manque pas, le corps, lui, reste de marbre. Seul son regard parle pour lui.

Un léger sourire, alors qu’il le suit des yeux, jusqu’à ce qu’il s’installe sur le lavabo, avec une nonchalance de maître des lieux. Mais il a mérité sa victoire, autant que la satisfaction allant avec. Debout, à distance, toujours, il entreprend de sortir une cigarette de la poche de son pantalon, l’allumant en quelques secondes pour expirer avec délectation la première bouffée de fumée, qui s’évade rapidement, parcourant la pièce. Un sourire qui étire un peu plus ses lèvres, alors que Rhil souligne sa bonne humeur, de même que le fait d’en profiter. « Dommage que tu ne puisses profiter que de cela » Renchérit-il rapidement, évasif, bourré de sous entendus, sans pour autant les expliciter davantage. La limite, là encore, mais l’envie de jouer, plus forte que beaucoup de choses. Des fantasmes, qui se perdent, qui s’évaporent rapidement, mais qui traversent son esprit, quelques fois.
Il fait quelques pas, s’avance lentement vers l’astronome, en prenant le temps de savourer sa cigarette, avec la désinvolture arrogante qui le caractérise souvent. En tout cas, lorsqu’il quitte son habit d’ingénieur pour revêtir celui de maître de cartel. De dirigeants à la poigne de fer et aux manières douteuses, sanglantes, cruelles, aussi. Wilhem et ses deux personnalités, capable du meilleur, comme du pire, le tout caché derrière un visage d’ange. Une belle gueule.

« J’aime te satisfaire » Lâche t-il, ambiguë, lorsque Rhil évoque d’abord la chose, même s’il sent une suite venir. Il attend, alors, ensuite. Il attend de savoir ce que sera la fameuse faveur. Lorsque les paroles retentissent dans l’air, traversant les lèvres du blond, Wilhem sourit davantage. Une lueur intéressée dans le regard. Lui aussi en veut plus, toujours plus, s’enfonçant allègrement dans les méandres du crime. Il sait que le point de non retour est depuis longtemps atteint et qu’un jour ou l’autre, il causera sa propre perte, mais il n’est pas à penser à ça pour le moment. « Oui, je sais, l’adrénaline retombe bien vite Rhil, elle est de courte durée, même si très agréable » Comme appuyant sur une évidence. « Plus de combats ? Plus de gains ? Plus de responsabilités, peut être ? Nous pourrions accomplir de grandes choses… » Déclare t-il, évasif, en s’approchant un peu plus du blond, se campant devant lui, ses doigts effleurant son genou un instant. « Tu doutes de moi ? » Un sourire. Un sourire charmeur, un sourire joueur, surtout.  


A beating heart of stone, you gotta be so cold
To make it in this world, yeah, you're a natural
Living your life cutthroat
Leave behind your heart and cast away


Brothers, until the end:
 

One day, we'll destroy each other:
 
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Dim 14 Oct - 11:06
Rhil Trasam
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 473
Âge : 38 ans
Occupation : Astronome | Hélios.
Habitation : RM
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

there's nothing like a punch in the face to remind you you don't want to die
Wil & Rhil | Août 2227

« - Ne me dis pas ce dont je peux profiter. C’est plutôt une question de ce que je veux. » Il a la voix douce, encore un peu rauque après les coups reçus et les cris enfiévrés, hors de son corps. Rhil secoue la tête, lentement, sans décroiser ses bras, le rond incandescent de sa cigarette réchauffant la peau de son biceps. Il pouvait profiter d’autre chose que de la prétendue gentillesse de Wilhem. Ce n’est pas comme si quelque chose le lui interdisait. Il connait mal l’homme qui est pourtant un ami proche de Ithan, et l’homme devant qui il s’exhibe plusieurs nuits par mois. Il ne sait pas grand-chose de lui, des facettes derrière lesquelles ils se cachent, mais le bonheur est qu’il n’a pas à s’en soucier. Il sait juste que Wilhem ne lui refuserait pas ses bras, ici, maintenant, dans une arrière-salle au goût de javel, un vestiaire qui a dû connaître plus de pipes à genoux sur les plaques de taules qui singent du carrelage, qu’autre chose. Il pourrait en profiter, prolonger un peu le rush d’hormones et du dérèglement de sa raison. Mais il n’en a pas envie. La passion assassine quatre des sens, dont le bon. Et le sourire joueur de Rhil ne diminue en rien l’affirmation sous-jacente : il ne veut pas de Wilhem.
Il pourrait… La clope lui vient aux lèvres et la nicotine de synthèse vient brûler son palais, divertir ses pensées assassines. Il revient sur le Colossus d’un claquement de langue contre son palais au goût de cendres. Wilhem pourrait être un fantasme qu’il désire, mais il ne serait que cela. Dans l’état hors de lui, intense, jouissif, dans lequel se trouve Rhil, il serait capable de vouloir de lui. Il éructe un rire moqueur, à la joie satisfaite, câline de Wilhem. Wilhem aime le satisfaire, se satisfaire, sans doute, aussi. Mais Rhil est l’éternel insatisfait. Si ce n’était pas le cas, il serait glissé entre des draps chauds, blottit contre Ithan, ronronnant de la plénitude que son sexe insère dans sa chair, apaisé, roulé en boule dans leur lit et volant un peu de silence à ses astres.

A la place, il est assis comme un roi qui se drape dans le plaisir obscène des regards sur lui et diapré de sang et de la satisfaction bestiale de cracher sur un corps meurtri, de la jouissance de vivre intensément. Juché en hauteur, mais dévisagé – déshabillé du regard par le mépris d’un prince, et les désirs d’un brigand.  On aurait dit un gosse qui se régalait par avance d’un sachet de friandise, un mac qui se lèche les babines d’entre les cuisses de son employé. Wilhem n’a jamais ce visage quand Rhil le croise avec Ithan. Rhil connaît le processus inverse, du scientifique en uniforme à la barbe de petit diable, aux yeux brillants, dont l’intellect n’admet pas de concession ni d’autorité, prêt à enflammer les étoiles à mains nues, il devient un autre.  S’il se satisfait d’un petit ami aimant, d’un job passionnant, de parents en bonne santé, il ne narguerait pas Wilhem, le visage illuminé par les néons blafards, assoiffé de vie et d’intensité, de beauté et d’intelligence. Mais le sang coagule, colle à la sueur, forme des aplats mates qui contrastent avec le jaunissement de ses ecchymoses sous sa peau, qui lui collent à la peau, et bientôt il descendra de sa transe. Il a senti le regard de Wilhem sur lui, depuis l’arène.  Avec les autres regards, les autres désirs, les stellariens emportés loin de leur civilisation en préfabriqué, déchaînés. Lorsque l’adrénaline retombe, lorsque ses émotions arrêtent de l’emporter sur sa pensée, au creux de la nuit et des draps tâchés de sang, il a honte de regagner un peu d’estime de soi et d’aimer entendre son nom gueulé, et d’aimer sentir le regard sur lui. Du fait que le simple fait que Wilhem soit une très mauvaise idée, l’attire. Il se dégoutera et passera la nuit recroquevillé sur sa chaise de bureau à regarder Ithan dormir.

Pour l’instant, il irradie, coruscant, et sa jambe part sous le contact des doigts de l’homme, stimuli réflexe qui fait frissonner sa peau, chargée de chair de poule. Il se tient un peu plus droit sous le geste, sans le lâcher du regard. « - Tu doutes de moi ? » répond Rhil, sur le même ton que Wilhem. Il veut savoir la vérité, si Wilhem a parié sur lui. Prêt à se battre à nouveau, mordant. « - Je veux tout. » Le sous-entendu fait vibrer sa voix de malice et d’assurance. La fumée que ses lèvres expirent vient chatouiller la base du cou de Wilhem. « - Je me fiche de l’argent, mais je veux combattre. Je veux… plus. » Plus. Plus  - il ne veut passer à côté de rien. Il veut se punir et il veut ressentir.  Il fronce un peu les sourcils, et lui adresse un signe de menton, plus sérieux à mesure que ses muscles se tendent, se refroidissent, et que les responsabilités, l’engagement, tout ce qu’il fuit en se crevant dans les bas-fonds lui reviennent dans la peau, accueillant Wilhem entre ses cuisses tandis qu’il penche le buste en avant. « -  Qu’est-ce que tu entends par responsabilité ? »


code by bat'phanie



It is not clear that intelligence has any long-term survival value.

« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Lun 29 Oct - 11:19
Wilhem Ordo
http://beyond-earth.forumactif.com/t107-but-i-got-smarter-i-got-harder-in-the-nick-of-time-wilhem http://beyond-earth.forumactif.com/t213-you-got-yourself-a-bad-habit-for-it-wilhem
Messages : 243
Âge : Trente cinq années de manigances.
Occupation : Ingénieur en cybernétique & officieusement à la tête d'un réseau illégal de revente de pièces détachées, armes modifiées, combats illégaux et autres trafics de denrées rares.
Habitation : Regina Mercy, dans une cabine cossue.
Arrivée : Depuis ses huit ans (2200).
Pseudo : wiise
Avatar : Dan Stevens
Crédits : moi même (ava + sign)
Jeu de provocation. Jeu d’ambiguïté et de charme. Dans le fond, Wilhem se doute bien que Rhil se craquera pas, ne se laissera pas aller à ses attentions, dans ce vestiaire isolé des cris et de l’ébullition de la salle de combat. Mais il ne peut s’empêcher de titiller, de provoquer, de séduire, de charmer. C’est sa façon de fonctionner, la plupart du temps. Surtout lorsqu’il est en position de force. Lorsqu’il est le roi, au milieu de ses sujets, comme ici, dans son arène, dans ce hangar accueillant une de ses activités les plus lucratives et les plus populaires. Gourmand, voulant toujours plus. Vivre plus fort, plus intensément. Savourer la monté d’endorphine et le plaisir des gains et de la victoire. Wilhem ne vit pas pour l’argent ou pour la réussite. Il vit pour l’adrénaline et le pouvoir. Qu’il soit acquis de manière légale ou illégale. Surtout illégale, frisson du danger. Alors oui, là encore, il joue, en sentant que Rhil est totalement obnubilé par les endorphines pulsant encore dans son corps, post combat. Sensation de plénitude. Alors il en profite, l’ingénieur. Il en profite allègrement. Son manque cruel de morale et son égoïsme chronique ferait qu’il ne regretterait probablement rien, s’il venait à se passer quelque chose entre eux. Même si cela voudrait dire des mensonges supplémentaires, à sa vie en étant déjà remplie. Alors oui, il continu son petit jeu.

Un sourire étire ses lippes, alors qu’il lui retourne sa question. « Je savais que tu gagnerais » Déclare t-il, du haut de toute sa franchise. Oui, il le savait. Il ne va jamais truquer un combat, même s’il pourrait car il aime trop le frisson de l’imprévu. D’une issue qu’il ne peut pas toujours voir venir. Il préfère laisser le plaisir du jeu. Bien plus excitant. Alors oui, cette fois-ci, comme la plupart du temps, il admet volontiers qu’il ne doutait pas de Rhil. Qu’il doute rarement de lui, qu’il parie allègrement, à l’occasion. Bien que cela ne soit pas dans ses habitudes. Il préfère ne pas faire partie de ses propres rouages. De ceux qu’il supervise et dirigent. « Tout, hein ? » Répète t-il, un large sourire sur les lèvres. Un sourire satisfait, un sourire affamé, aussi. Carnassier. Le prédateur face à sa proie. Le diable à qui l’homme est en train de vendre son âme. Wilhem peut largement être affublé de cette comparaison, pour ceux connaissant encore les anciennes religions. Celui à qui on vend son âme, sans trop savoir ce qu’il en fera. Celui auprès de qui on se damne un peu plus, s’enfonçant dans les méandres de l’illégalité.

« Et bien… » Evasif, alors que ses doigts frôlent les abdos de Rhil, ses muscles soulevés par son souffle, son torse nu, jusqu’à remonter à son plexus, sur lequel il pose son index. « Tu continueras de combattre, je ne compte pas te retirer cette possibilité. Mais tu pourrais aussi… » Ses yeux dérivent sur les muscles du blond, jusqu’à venir se camper dans son regard clair, s’y ancrant. « Tu pourrais aussi recruter, me trouver de nouvelles âmes à faire monter sur les rings. Des combattants susceptibles de galvaniser un peu la foule, de me rapporter du public et des gains » Lâche t-il en haussant les sourcils, pour évoquer l’évidence. « Je suis toujours en recherche de nouveaux talents » Renchérit-il, un sourire en coin. Un sourire charmeur. Wilhem cherche toujours de nouvelles têtes, de nouveaux noms à ajouter à sa lice. De nouveaux hommes, ou femmes, capables de faire le show. Il ne cherche pas la maîtrise, il ne cherche pas l’excellence des coups, préférant des combats plus brouillon, plus brutaux. De ceux où rapidement, les visages sont ensanglantés et les torses couverts de sueur. Un côté bestial et primaire, tranchant avec son apparence à lui, toujours impeccable, toujours élégante. « Mais tu devras te montrer digne de ces responsabilités supplémentaires, Rhil, ne crois pas que je te fais une faveur juste parce que je t’apprécie, ou que tu serais un délicieux passe temps » Toujours charmeur, toujours carnassier, le sourire qui s’élargit, alors qu’il conserve sa position entre ses cuisses. Un avertissement mielleux, léger, mais pas moins réel. Wilhem ne s’embarrasse jamais d’un collaborateur ne faisant pas l’affaire.


A beating heart of stone, you gotta be so cold
To make it in this world, yeah, you're a natural
Living your life cutthroat
Leave behind your heart and cast away


Brothers, until the end:
 

One day, we'll destroy each other:
 
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Jeu 1 Nov - 19:08
Rhil Trasam
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 473
Âge : 38 ans
Occupation : Astronome | Hélios.
Habitation : RM
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

there's nothing like a punch in the face to remind you you don't want to die
Wil & Rhil | Août 2227

La morale du premier de la classe a du plomb dans l’aile. C’est comme une antichambre, séparée du temps et de l’espace, de la flotte et de sa morale, de ses conséquences et de ses responsabilités. Comme un trou noir, où le temps ne s’écoule plus, ou la poitrine de Rhil ne cesse de se soulever et de redescendre avec force. A la différence près que l’épicentre du champ gravitationnel qui perturbe son équilibre ( il devait faire un tour, fumer une cigarette le temps que son rythme cardiaque s’apaise et qu’il s’habitue à la douleur, avant de rentrer prendre une vraie douche brûlante pour noyer les odeurs primales de sa peau et s’écrouler dans le lit de Ithan pour dormir sans rêves ni insomnies, d’une traite ) – ce n’est pas un trou noir, non ce qui aimante l’atmosphère, attire et repousse Rhil à la fois, c’est l’homme en face de lui.
Pourquoi ne pas tomber ?
Au-delà du profond esprit de contradiction de petit bâtard que possède Rhil, ce qui l’ancre au vaisseau et à la raison, c’est le froid désagréable ( humide ) de l’évier sous ses cuisses. Comme si cela suffisait à baisser en partie la fièvre qui enveloppe son corps comme une étreinte. Rhil a une moue appréciatrice, entendant la confiance de Wilhem en lui. Ce n’est pas flatteur au sens d’un compliment, cela l’irradie d’un peu plus d’assurance, un peu plus de vigueur. Rhil affiche l’air d’un petit con satisfait de son cou, plein d’aplomb et d’audace. La façon dont il contemple, presque de haut, Wilhem est seulement entachée par les tâches de rousseur rosées, embrassées qui picotent ses pommettes – chaleur, hématomes et ego.

Rhil l’interrompt tandis qu’il parle, les yeux encore brillants de la rémanence du combat dans son corps et dans son esprit. « - Je veux continuer à me battre. » Ce n’était pas négociable, c’était pour cela qu’il était avait passé de l’autre côté du miroir.  C’était ce qu’était la vie : de brefs instants terribles, explosions d’adrénalines et de coups de génies, alternées de repos, de réflexions, de pages blanches et de frustrations insurmontables.
Son regard se rive au sien, un sourcil arqué et les lèvres entrouvertes. Il y a une légère surprise, une incertitude dans son regard.
C’est… une proposition intéressante. « - Pourquoi je ferais ça, boss ? Pour que tu me jettes dès qu’un de tes nouveaux chouchous m’aura brisé les os ? » Nargue doucement Rhil, vaguement amusé malgré la tristesse moqueuse de son ton. Pour un né stellarien, il se bat bien, il le sait. Il n’a pas peur des coups et de la douleur, de toute façon. Il est vif, rapide, doué pour la nargue qui fait perdre son calme à n’importe quel combat, bestial quand il se bat avec ses nerfs à vif et ses tripes. Grand, musclé, mais il ne le sera jamais autant que ses heures passées à s’entraîner et à se muscler le mériterait. Mais il y aura toujours plus costaud, aux os plus solides qui ne se bat pas contre les lois de la physique et de l’espace elles-mêmes.
Le souffle de Rhil se coupe brièvement lorsque le doigt de Wilhem vient marquer son plexus solaire, jouant le jeu sans en connaître les règles. Avant tout jeu, tout combat, tout défi, il faut se mettre d’accord sur trois points : les règles, les enjeux et le moment de s’arrêter. Rhil ignore tout ça et par les astres, l’homme déteste ne pas savoir. Que ce soit légal ou non, Rhil aime jouer, aime le frisson du danger et des éruptions solaires.  

L’astronome est transi du frisson qui l’étreint à chaque saut de la foi. L’instinct de la fuite est puissant. Son regard fuit un instant et Rhil va pour frotter la cicatrice, plus large qu’il a près de sa ceinture. Ses doigts encore brûlants et meurtris rencontrent la main de Wilhem et il cesse immédiatement. Ce n’est pas comme éviter un poing, il ne faut pas laisser au scientifique le temps de réfléchir. Il se bat précisément pour éviter les responsabilités, pour nier tout ce qui lui colle à a peau, toutes les voix qui crient dans son esprit, pour oublier les incohérences et la médiocrité. Il ne doit pas se laisser happer par la lumière des étoiles dans les yeux de Wilhem, non par son sourire trop éclatant, où lui a toutes ses dents. «  - Je ne penserais jamais ça. » Il était un génie, souvenez-vous.

« - Non, tu me fais une faveur pour gagner quelque chose. Si c’est même une faveur, ce qui va rarement avec le terme responsabilité. » Il y avait le regard prometteur de Wilhem sur son corps, dont il ne devait pas oublier l’implicite. Cela n’échappe pas à Rhil, qui sur le moment s’était redressé, torse bombé, comme prêt à la bagarre ou à autre chose. Il redresse un peu plus le menton, et saute gracieusement de l’évier, sans se soucier de la proximité écrasante de Wilhem, de son pantalon humide contre ses fesses ou de la chaleur de l’homme contre son torse.  « - Je ne suis pas un passetemps. » Assure-t-il tranquillement, sans sembler troublé, autant une déclaration de liberté que la dure réalité : il n’avait rien d’aussi facile à supporter qu’on pouvait l’imaginer. Le bout de sa langue pointe entre ses dents, le visage du scientifique concentré sur une énigme qu’il a besoin de comprendre, les sourcils froncés. Il ne disait pas non, mais sa curiosité prend le pas sur le reste. « - Pourquoi alors ? »


code by bat'phanie



It is not clear that intelligence has any long-term survival value.

« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Mar 15 Jan - 14:10
Wilhem Ordo
http://beyond-earth.forumactif.com/t107-but-i-got-smarter-i-got-harder-in-the-nick-of-time-wilhem http://beyond-earth.forumactif.com/t213-you-got-yourself-a-bad-habit-for-it-wilhem
Messages : 243
Âge : Trente cinq années de manigances.
Occupation : Ingénieur en cybernétique & officieusement à la tête d'un réseau illégal de revente de pièces détachées, armes modifiées, combats illégaux et autres trafics de denrées rares.
Habitation : Regina Mercy, dans une cabine cossue.
Arrivée : Depuis ses huit ans (2200).
Pseudo : wiise
Avatar : Dan Stevens
Crédits : moi même (ava + sign)
Il s’impose délicieusement, autant dans sa conversation que dans sa proximité avalée, avec le corps de l’astronome. Tout pour Wilhem, n’est que tension, provocations et souvent jeu. Il sait jouer, est même un maître en la matière, là où les corps s’oublient et les esprits s’échauffent. Quels que soient les sentiments derrière. La plupart du temps, l’ingénieur se contente de plaisirs volubiles, éphémères, parce que personne ne semble suffisamment digne et aussi tordu que lui, appréciant le frisson de l’illégalité et l’adrénaline, pour partager son quotidien à plein temps. Pas qu’il soit contre une envie de donner un peu plus d’importance à l’un plutôt qu’à l’autre, disons simplement que personne ne lui est apparu comme une évidence jusqu’ici. Il sait Rhil inaccessible, parce qu’attaché à une des personnes qu’il estime le plus sur cette flotte, mais cela ne l’empêche pas de se jouer du danger et de l’interdit de la chose. Egoïste dans bien des points, mais sans cela, il ne serait pas arrivé à cette position de pouvoir qu’il occupe aujourd’hui. Régnant d’un poing de fer, impitoyable et cruel. Il ne fait pas dans la morale, pas plus que dans la compassion. Le blond pourrait être un partenaire idéal, si les faits et les évidences n’étaient pas ce qu’ils sont aujourd’hui.

Un sourire étire ses lèvres, un sourire en coin, un peu satisfait, en reconnaissant que Rhil a raison. Bien sur qu’il passerait à autre chose. Wilhem se lasse, parfois, des êtres, pour se découvrir un intérêt nouveau ailleurs. Pourtant, l’astronome ne l’a jamais déçu. « Je sais, tu aimes trop te battre pour que je te retire ce plaisir et qu’on se le dise, j’apprécie particulièrement te regarder faire » Le tout associé d’un rictus un peu enjôleur, presque en grognant comme un fauve enragé avant de se jeter sur sa proie. Il pourrait le faire, capturer ses lèvres sans lui demander l’autorisation. Prendre, sans y être invité. Mais il demeure encore une forme de respect, de distance. Il se fait violence pour ne pas la briser. Pas encore, en tout cas. La tension n’est pas à son paroxysme. « C’est vrai, je me lasse parfois » Souligne t-il ensuite. « Mais tu ne m’as jamais déçu et j’ose espérer que tu ne vas pas commencer à le faire » Menace un brin déguisé derrière des paroles enjôleuses. Wilhem est sincère, honnête, souvent tranchant, mais ici, il minaude un peu derrière des attitudes séductrices. Pourtant, ses vérités n’en sont pas moins évidentes. S’il y a bien une chose qu’il ne supporte pas, c’est qu’on le trahisse, ou qu’on le déçoit, après qu’il ait accordé sa confiance. Son index sur le torse de l’astronome n’est là que pour renforcer un peu plus ses dires.

Bien sur qu’il ne pensera jamais cela, puisque personne n’est dupe lorsqu’il s’agit de Wilhem. Tous savent qu’il faut se méfier de lui. Que ses airs de prince charmant, tout droit sorti d’un conte de fée désuet, ne sont là que pour endormir un peu plus la méfiance. Heureux, d’avoir été ainsi gâté par la nature, lui permettant de faire avaler n’importe quoi à n’importe qui. Incapable d’être soupçonné trop vite. La légalité collée aux basques, humilité feinte pour celui qui ne vit que par le pouvoir et les gains. Gagner, écraser, pour sa propre ascension, pour sa propre ambition. Rhil se lève se campe devant lui, avalant les derniers centimètres les séparants. Le regard accroché au sien, ancré dans le sien, clair lui aussi, peut être un peu moins, alors qu’il écoute les répliques de l’astronome. Ce sourire, un brin mauvais, un brin amusé, qui étire ses lèvres, lorsque le blond comprend qu’avec Wilhem, il n’est jamais question de don dénué de toute forme d’intérêt. « Tu commences à me connaître, ta jugeote est appréciable » Parce que trop nombreux sont ceux qui se font avoir sans lire entre les lignes. L’ingénieur est tiraillé de nombreux défauts, mais sait très largement usé de finesse, de charme et de manipulation. Un de ces jeux favoris, possiblement avec celui des étreintes. La proximité agréable du corps de l’astronome ne fait que raviver son intérêt pour lui, possiblement parce qu’il représente aussi une forme d’interdit. Une pâtisserie délectable qu’on avale trop vite, mais dont on veut absolument une deuxième part. Addictive. Ce type là, il pourrait le dévorer jusqu’à ne plus rien laissé qu’un trognon abimé et vidé. Ses yeux glissent d’ailleurs jusqu’aux lèvres qui s’agitent encore, légèrement entrouverte. Son souffle s’échoue contre celui de Wil, se mêle au sien, alors qu’ils sont trop proches. Il s’en délecte. Un léger rire lui échappe, cristallin, lorsque Rhil avoue ne pas être un passe-temps. Il peut sentir sa fierté masculine, autant qu’un autre sentiment, peut être celui de se targuer d’être libre, de dominer une situation. « Ah oui ? » Un sourire étire plus largement les lèvres du trafiquant. « Il ne te reste qu’à me le prouver… » Invitation évasive et charmeuse, alors qu’en prononçant cette phrase, l’intérêt titillé un peu plus, Wilhem frôle ses lèvres, avant de reculer légèrement le visage, pour retrouver sa distance initiale. Proche, mais un peu moins. Oui, le blond peut lui prouver être autre chose, dont il ne se lassera pas après une seule étreinte.

Pourtant, la conversation dévie de nouveau, un peu plus sérieuse et le sourire de Wilhem s’efface pour un visage plus concerné. « Parce que j’ai envie de pouvoir te faire confiance » Confiance quant au rôle qu’il lui propose. La confiance du chef de cartel est une autre histoire, bien plus difficile à obtenir. Mais il peut tout à fait accorder de la reconnaissance à quelqu’un remplissant suffisamment bien sa fonction pour petit à petit, gagner une place de choix parmi son cercle restreint. C’est à ça qu’il invite l’astronome, en cet instant, alors que son regard le défie autant qu’il le dévore.


A beating heart of stone, you gotta be so cold
To make it in this world, yeah, you're a natural
Living your life cutthroat
Leave behind your heart and cast away


Brothers, until the end:
 

One day, we'll destroy each other:
 
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Sam 26 Jan - 21:13
Rhil Trasam
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 473
Âge : 38 ans
Occupation : Astronome | Hélios.
Habitation : RM
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

there's nothing like a punch in the face to remind you you don't want to die
Wil & Rhil | Août 2227
« - Jugeote ? C’est le mieux que tu puisses faire ? » Rhil réplique avec une arrogance issue de l’évidence. Il nargue. Il en a de la jugeote. Juste assez pour calculer le placement des étoiles, l’attraction des atmosphères et l’épaisseur de la ligne sur laquelle il danse. Il est intelligent, il est un génie, et c’est bien le compliment qu’il préfère, l’étoile filante qu’il poursuit. Mais il jappe presque un rire – il est convaincu de son intelligence, et qu’il aille en enfer avec. Malgré les maladies qui rongeaient son corps, ses muscles et ses os de l’intérieur, il était séduisant. Peut-être à cause d’elles et de l’obstination qu’elles faisaient naître en lui, par dépit. Le besoin de prendre des risques, de se défier de la gravité, des os brisés, des ordres des médecins. Contredire ce qui était censé le limiter – d’abord les contusions, puis les étoiles. Petit à petit, l’addiction au danger, à l’interdit. La menace qui minaude, ronronnant sous le velours de la voix de Wilhem brouille son instinct de survie. On ne sait pas d’où le danger va sortir. Fuir ou se battre. Le passage du temps, les réalités s’évaporent vous empêche de penser à autre chose qu’au prédateur. Trouver son extase à la demi-seconde du battement de cœur qui se loupe, au pas de trop, l’équilibre instable qui vous rappelle d’être en vie.

Il sent l’esquisse de baiser effleurer ses lèvres, inachèvement tentateur. Le geste est trop lent, trop mesuré pour être le résultat innocent de leur proximité – Rhil sent le froid des boutons de sa chemise sur sa peau à vif, sur la chair de poule de ses mamelons. Trop léger pour créer une envie véritable : il ne veut pas d’un bécot d’Académie, ni la tendresse qui l’accueille dans ses pénates en rentrant. Sur le moment, il a un mouvement de mâchoire – comme pour se battre, mordre, embrasser le vide. Assoiffé. Réflexe instinctif. Supplique. Prend, sans demander, sans lui laisser le temps de réagir. Donne-lui une excuse pour s’emporter et rendre baiser sur baiser, assaut sur assaut, exiger que le voyeurisme tourne à l’adoration, lutter à nouveau pour soumettre l’autre. L’oxymore est enivrant, elle participe au fantasme. Si Wilhem l’avait embrassé, Rhil l’aurait repoussé. Glacé, ramené à la réalité.
Et le souffle de Wilhem si léger soit-il crée la déception, il ne parvient pas à augurer ce que les pulsions désirent.
A la place, il porte sa cigarette à ses lèvres, inspirant une bouffée de toxine qui se relâche dans son corps. Sans cesser de déshabiller lentement Wilhem du regard, baissant les yeux sur leur proximité infamante. « - Yeah. » Il fait la moue, face à une offre professionnelle peu concluante.  Une flamme sombre qui danse au creux de son regard, menaçante et brûlante – attirante aux yeux de feu-follet, lutinant, de Rhil. Comme la lumière aux papillons, les trous noirs aux scientifiques. Qu’est-ce qui se passera, ensuite ? L’idée n’est pas consciente à l’instant, elle ne sera claire que plus tard sous la douche de leur cabine. Elle sera suffocante comme les bouffées de vapeur qui l’entourent pour désinfecter ses plaies et purger son corps des vices qui le caressent, cinglante comme les jets d’eau qui pilonnent son dos tatoué de cicatrices et d’étoiles. Il y a les uppercuts extérieurs, et ceux intérieurs, ils vous mettent tous les deux à genoux.  Il avait joué à ce jeu, sous une autre forme, pendant des années avec Ithan. Les sens n’étaient pas de la partie, plutôt leurs âmes, jusqu’à devenir de l’amour. Mais le jeu, le besoin d’entretenir la tension, la cultiver avec, au creux du ventre, la peur du manque une fois que le nœud gordien sera résolu.

« - Tu veux que je te trouve d’autres combattants, pour me défoncer pendant que tu regardes. » Il résume, plus tranquille, avalant une bouffée de fumée, impavide. Il a envie de hurler, de se déchaîner contre un corps et il a un frisson qui prend son dos comme un spasme, rendant mouvant les galaxies de sa colonne vertébrale, attirant les révolutions des astres, petit univers convoqué dans le plus sordide des décors. Plaisir exhibitionniste que de croiser un bras sous l’autre, les muscles encore tremblant de l’effort consenti précédemment. Rhil relâche un dernier nuage de buée, ses lèvres formant un rond parfait seulement rompu de bout de sa langue. Le mégot ignoré lui brûle un peu les doigts. « - Tu m’intéresses. » Il concède en se passant la main dans sa barbe, tentant de la remettre dans sa pointe facétieuse, coutumière, après le sang et la sueur. Puis d’un mouvement fluide, il effleure ses cheveux pour passer son bras sur son épaule, le mégot rougissant effleurant le cou de l’ingénieur. Les lèvres de Rhil effleure à son tour son oreille, le souffle suspendu, muet un instant. Le regard perdu par-dessus son épaule, comme son bras qui pend dans son dos. Il fixe sans le voir leur reflet dans une autre glace – l’éclat de son regard, et l’auréole jaunâtre d’un hématome qui se fond avec la racine de ses cheveux accroche les néons, la chemise sombre, les plis satinés sur les muscles du dos de l’ingénieur refuse de diaprer la lumière. Le décor est abject, les deux silhouettes n’en ressortent que plus enlacées, en l’absence de perspective. En l’absence du son qui ordonne calmement à l’oreille du maître des lieux, comme on demande le sel. Mais le temps de silence a été trop long, mesuré. Tentateur, on peut presque entendre le claquement de sa langue contre son palais, sans qu'il y soit. <«- Mon t-shirt je te prie. »

code by bat'phanie



It is not clear that intelligence has any long-term survival value.

« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Mer 6 Fév - 21:53
Wilhem Ordo
http://beyond-earth.forumactif.com/t107-but-i-got-smarter-i-got-harder-in-the-nick-of-time-wilhem http://beyond-earth.forumactif.com/t213-you-got-yourself-a-bad-habit-for-it-wilhem
Messages : 243
Âge : Trente cinq années de manigances.
Occupation : Ingénieur en cybernétique & officieusement à la tête d'un réseau illégal de revente de pièces détachées, armes modifiées, combats illégaux et autres trafics de denrées rares.
Habitation : Regina Mercy, dans une cabine cossue.
Arrivée : Depuis ses huit ans (2200).
Pseudo : wiise
Avatar : Dan Stevens
Crédits : moi même (ava + sign)
Il ne peut s’empêcher de rire, lorsque Rhil se vexe presque du terme jugeote. Oh pour sur qu’il aurait pu le complimenter davantage, lui offrir un qualificatif plus reluisant. Mais non, Wilhem se contente de ce terme là. « Ne sois pas si exigeant » Le corrige t-il, sans quitter ce sourire trop large et trop blanc. Wil et sa blondeur parfaite, ses yeux trop clairs et son air charmeur. Il en joue, en profite, s’en sert allègrement pour endormir la méfiance et attirer de nouvelles proies entre ses draps. Il n’a pas de morale, vis à vis de faire de son apparence une arme. On se méfie moins, d’un homme charmant, serviable et agréable. Ainsi, on ne le soupçonne pas de toutes les horreurs dont il est capable ou encore des commerces illégaux qu’il possède. Sur lesquels il règne, d’une main de fer. Impitoyable, lorsque son sourire satisfait disparait, laisse place à la colère ou à l’insatisfaction. Monstre de rage, impitoyable et cruel, lorsqu’il n’est pas l’amant attentionné. Mais ce soir, ce n’est que l’amusement, allié à un côté enjôleur, qui transparait sur son visage et dans ses yeux. Appétit diaboliquement aiguisé, pour celui qui lui fait face, mais avec qui il se garde bien d’aller trop vite, trop fort.

Le frôlement de lèvres, ce baiser suggérer et pourtant pas achevé, l’amuse, lorsqu’il fait face à la réaction de Rhil, presque comme un animal sauvage, ayant bien du mal à se laisser approcher. Mais l’ingénieur n’est pas bête, ni tête brulée, il sait que ce n’est pas le moment, malgré que l’envie lui tiraille bas ventre, se joue de ses entrailles. Il le regarde fumer sagement sa cigarette, se rend compte que lui aussi va avoir besoin d’un de ces bâtonnets empoisonné pour calmer ses pulsions. Canaliser ses ardeurs.
Un léger gloussement lui échappe, nerveux, naturel. « Il ne tient qu’à toi de ne pas te faire casser la gueule, je te préfère en un seul morceau » Avoue t-il, le mettant toutefois au défi de continuer sur sa lancer, de s’imposer, de fracasser, de briser, d’écorcher. L’ingénieur aime trop voir l’aspect féroce de l’astronome, qui offre toute sa violence sur ce ring illégal. Qui détruit avec une certaine facilité, rythmée par un côté bestial. C’est une chose qui l’excite particulièrement, autant par la rage qu’il dégage, que par toute son apparence. La sueur collant à sa peau, le sang maculant ses articulations, les dents serrées et l’air féroce. Il ne lui en faut pas davantage pour parler à son âme malsaine et avide de toujours plus de brutalité. Wilhem le sait, son esprit est loin d’être sain, pas plus que raisonnable, mais il n’agit plus dans l’espoir de devenir meilleur. Il n’agit que dans ses propres intérêts. Seul son jumeau peut encore voir ses bons côtés, un Wilhem loin de celui qu’il est dans ce genre d’établissement. Celui qu’il a été, à une époque, qu’il aurait pu être, s’il n’avait pas fait les choix l’ayant menés jusqu’ici.

Il l’interesse. Bien sur qu’il l’intéresse et le sourire de l’ingénieur se veut un peu plus carnassier. Braconnier prêt à capturer sa proie, l’attirant par un stratagème. Pourtant ici, Wilhem ne cherche pas à causer la perte du blond. Bien au contraire. Il cherche à l’attirer un peu plus dans ses filets. Le lier à sa cause, l’impliquer davantage. Il devrait se garder de ce genre de choses, en le sachant fréquenter son meilleur ami, mais ne peut s’en empêcher. Régit par une forme d’égoïsme depuis des années, comprenant qu’il n’y a que comme ça qu’il pourra arriver au sommet. Chose qu’il a fini par faire. Même si son pouvoir actuel est satisfaisant, mais jamais pleinement suffisant. Il le sent contre lui, proche, encore trop proche pour ne pas calmer ses pulsions, ternir ses envies. Il sent la chaleur du mégot, contre son cou, la proximité de son bras, l’odeur sa sueur et du sang lui collant à la peau. Un léger rire lui échappe, lorsque l’astronome lui réclame son t-shirt. « Oh mais débrouille toi avec ça » Déclare t-il simplement la voix rieuse, alors qu’il tourne la tête pour faire face au blond, ses yeux dans les siens et un rictus amusé sur le visage. « Tu crois véritablement que je vais t’aider à te couvrir et me gâcher le spectacle ? » Petit tintement de bouche, trois fois, pour appuyer la négative de ses paroles, alors qu’il le regard avec insistant, que ses doigts glissent le long de ses hanches, qu’une de ses mains s’agrippent à sa ceinture pour l’approcher un peu plus de lui, alors que ses lèvres frôlent de nouveau les siennes. Proximité avalée. « Alors, tu acceptes ma proposition ? »


A beating heart of stone, you gotta be so cold
To make it in this world, yeah, you're a natural
Living your life cutthroat
Leave behind your heart and cast away


Brothers, until the end:
 

One day, we'll destroy each other:
 
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     Dim 17 Fév - 13:09
Rhil Trasam
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 473
Âge : 38 ans
Occupation : Astronome | Hélios.
Habitation : RM
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

there's nothing like a punch in the face to remind you you don't want to die
Wil & Rhil | Août 2227
Ils sont proches à s’enlacer. Mais cela n’arrivera pas, n’est-ce pas ? Les bras de Wilhem ne se refermeront dans son dos pour l’écorcher et l’étreindre. Rhil a la sensation du précipice dans son dos, du manque à combler. La tension n’a pas tout à fait disparu de son corps, l’adrénaline remplaçant à petites doses vives, l’effet de l’endorphine. Son organisme ne comprends pas sur quel pied il danse, est-ce qu’il est encore en train de se battre ? L’hypermnésie note, presque détachée, l’effet qu’il produit sur Wilhem. Le gloussement et l’excitation électrique, le sourire carnassier qui dilate les pupilles, le rire - et pas parce qu’il a dit quelque chose de drôle. Il n’y a pas de sang sur les dents parfaites de l’ingénieur, et les lèvres mal assorties aux mots qu’elles prononcent. C’est dérangeant, comme une chute d’extase - Wilhem ne prend pas les coups, ne les distribue pas vraiment et son aspect policé démange les doigts de Rhil. Cela n’empêche pas son regard de se fixer sur les lèvres du blond, intentionnellement, distinctement, les cils dorés occultant à peine la lumière de son regard quand il baisse les yeux pour le mater. Wilhem est bel homme, mais Rhil a passé des années à admirer des corps par pur esthétisme sans éprouver de réel désir pour eux. Sans y céder.

« - Yeah, je le crois. » L’assurance lui fait des fossettes sous la barbe. Le premier de la classe qui perché sur seulement deux pieds de sa chaise, contre le radiateur et pourtant au premier rang, celui qui attends que toute la promotion de l’Académie se casse les dents sur le problème de mathématiques avant de délivrer la réponse avec grâce et une suffisance bien méritée. Il tient sa lèvre coincée entre ses dents, comme pour étouffer son sourire en coin qui lui ressort par les pores de sa peau comme une auréole d’ivresse et d’endorphine. Ils se font face à face, maintenant, et c’est impossible d’ignorer l’absence de distance entre leurs corps, leurs lèvres. Les doigts de Wilhem qui s’insinuent contre son ventre et qui l’attirent à lui, les doigts qui ne quittent pas sa ceinture. C’est une sensation diffuse, mais palpable, chaude. Si Rhil n’enlève pas lui-même ces doigts, c’est sa ceinture qui va foutre le camps.

Mais il conserve le même regard amusé, les yeux scintillant. La férocité est revenue, sous le ramage du lutinage, le goût du sang, du sien et de celui de l’homme qu’il a soumis sous lui, le goût du sang imbibe sa langue, sa bouche, ses sens quand il humecte ses lèvres ouvertes. Le défi danse dans ses yeux, et il montre un peu le dents, sourire hilare.   “- En tous cas, si tu veux ne pas avoir à expliquer à ton meilleur ami le rapport avec mon torse nu et ton envie de me sucer dans un vestiaire ?” Il hausse les épaules, comme si c’était aussi simple que ça. Le langage vulgaire ne lui est pas familier, pas aussi vulgaire en tout cas, mais les mots ont un goût âcre, addictif en bouche. Ce n’est pas une faiblesse que d’invoquer Ithan entre eux, il ne se cache pas derrière son amant, il rappelle la certitude tranquille que le martien évoque dans ses bras. Son ancre qui l'empêche de tomber dans les abysses si tentatrice qui le touchent sans honte. Un petit sourire, tendre, lui échappe, qui ramène de la douceur dans ses traits délirés, épuisés. Au milieu du faciès que Ithan est incapable de voir. La partie du cosmographe que Rhil lui-même n’est à l’aise de voir que dans ces miroirs fendus et ces vestiaires vénériens.

Dans le même temps, il ne cesse de bouger, il est en incapable, le corps sans repos, hyperactif. Il change ses appuis presque imperceptiblement, glissant une jambe entre ses cuisses pour saisir son t-shirt. Il ramène enfin son bras entre eux, et coince sa cigarette au coin de ses lèvres.   « - Je suis partant. » Comme si de rien n’était. Son bassin reste aimanté à celui de Wilhem, mais il passe son t-shirt, sans le toucher. Le t-shirt ébouriffe ses cheveux sur son passage, colle à ses omoplates encore luisantes de sueur, et le sang pas tout à fait sec imbibe le coton uniforme de la flotte, la cendre dégringole sur leurs ceintures qui se touchent. “- Je ne te décevrais pas.” Parce que c’est bon pour santé mentale d’ancien camé, hein Rhil ? D’ajouter cette phrase inutile, d’exprimer l’ardeur qui fait trembler tes cordes vocales, et tes prunelles qui se plantent sans concession dans celle du bookmaker. D’ajouter cette responsabilité sur tes épaules, ce nouveau risque de décevoir, ce nouveau potentiel de glisser, de te flinguer la culpabilité. Rhil lui adresse un petit signe de menton, tandis que, rhabillé, il pose ses mains sur ses propres hanches, le calme retrouvé, la moquerie aussi. “- Ca sera tout, monsieur ?”


code by bat'phanie



It is not clear that intelligence has any long-term survival value.

« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Fall in deep (Rhil)     

RÉPONSE RAPIDE