Réquisition discrète ~ Pierro
MessageSujet: (#) Réquisition discrète ~ Pierro     Mar 24 Avr - 16:04
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t564-karst-comme-un-rock#5349
Messages : 21
Âge : 48 ans
Occupation : Professeur des écoles
Arrivée : Il y a 3 ans à bord d'un vaisseau pirate
Pseudo : Jostophe
Avatar : Andy Serkis
Crédits : moi (ava)
La nuit et le jour n'avaient aucun sens sur la flotte, uniquement régulés par les éclairages et les horaires que les pionniers de la flotte avaient décidé d'imposer aux Stellariens. Des horaires que les dirigeants actuels ne devaient pas manquer de modifier eux-même selon l'envie, lorsqu'ils avaient besoin que tel ou tel secteur travaille plus que les autres. Trois ans sur la flotte n'avaient pas suffit pour faire de Karst un Stellarien et le géologue était certain que vingt ans de plus ne suffiraient pas non plus. Cependant, il n'y avait rien pour lui sur la Terre, à part des imbéciles pompeux qui avaient refusé de se rendre à l'évidence : les civilisations extraterrestres étaient une réalité.

Or, si la flotte n'avaient que peu d'intérêt pour un géologue souhaitant faire des recherches concrètes sur les roches et autres planètes telluriques dispersées dans l'espace, elle avait au moins pour avantage de ne pas être complètement fermée à ce qui n'était pas la Terre. La flotte aurait même pu devenir encore plus intéressante si les Stellariens n'étaient pas des crétins de couilles molles qui votaient à gauche. Au lieu de choisir une voix qui les aurait mené droit vers l'exploration et l'apothéose scientifique, ils avaient donné leur voix à une femme dénué de compétence, de charisme et même de crédibilité.

Voilà pourquoi Karst se trouvait désormais dans l'un des hangars du Colossus interdit au public, déguisé en extracteur, caché derrière des caisses de matériel inintéressant tandis que l'objet de son intérêt se trouvait un peu plus loin, hors de sa vue. Les astéroïdes récupérés par les extracteurs n'étaient pas soumis à un régime de surveillance particulièrement haut, mais il y avait tout de même quelques gardes pour éviter que n'importe qui viennent s'amuser dans les réserves d'astéroïdes. Des gardes que Karst devait éviter malgré son uniforme, car en cas de contrôle, ses accréditations de professeur des écoles ne lui permettraient pas de justifier sa présence ici et ne correspondaient pas du tout à l'uniforme qu'il avait chapardé avec son époux officiel.

Celui-ci se trouvait d'ailleurs à côté de lui, dans le même uniforme, surveillant un autre angle de vue. Bien entendu, aucun des deux uniformes n'était parfaitement à leur taille, puisqu'il les avait récupéré dans une laverie, mais au moins ils pouvaient marcher sans se prendre les pieds dedans. Les yeux du géologues suivaient le parcours las du garde, l'observant bailler et finalement s'asseoir. Karst se retint de cracher par terre, par habitude et tapota l'épaule de Pierro sans quitter l'autre des yeux.

-Cet enfoiré veut pas bouger, dit-il a voix très basse.

Cet enfoiré se trouvait malheureusement sur le chemin direct qui menait à leur cible, c'est à dire les roches extraterrestres récoltées par les extracteurs. De simples échantillons suffiraient amplement pour ce que les deux scientifiques souhaitaient en faire, à savoir des analyses sur ces roches. Cependant, pour récolter leurs échantillons, il leur fallait passer ce garde et Karst était presque certain qu'on ne les laisserait pas passer sans checker qu'ils avaient les bonnes autorisation pour se faire.

-De ton côté s'en est où ?

Si le deuxième garde restait dans le coin, ils allaient avoir du mal à se débarrasser du premier, que ce soit en le baratinant ou en lui mettant un bon coup sur le crâne. Karst avait bien sûr pris son marteau pour casser de la roche et il n'hésiterait pas à en donner un bon coup sur la tête du garde au besoin, mais assommer quelqu'un risquait de mener à des complications inutiles, telles que le renfort de la sécurité, ce qui rendrait bien plus difficiles leurs prochaines excursions.
MessageSujet: (#) Re: Réquisition discrète ~ Pierro     Mar 1 Mai - 0:03
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t563-pierrino-comme-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t664-pierro-linceul-de-pourpre-ou-dorment-les-songes-morts
Messages : 55
Âge : 49 ans
Occupation : Taulard sur le Lady Grace [[Professeur des écoles (niveau CP) ; Xenoarchéologue]]
Habitation : Lady Grace
Pseudo : Frey
Avatar : Robert Downey Jr
Crédits : Signa : Bat'Phanie
Tu tirais en soupirant sur la combinaison malodorante d'extracteur que tu avais emprunté à la laverie pour une escapade avec ton cher et tendre époux. Autant dire que tu n'étais absolument pas dans une situation optimale et autant le poids de l'uniforme trop grand que la situation inconfortable te faisait grincer des dents. Même sur terre, tu n'avais plus été obligé de t'agenouiller ainsi pendant plus de quelques minutes, ton titre de professeur te plaçant généralement au dessus des larbins de fouille et les femmes préféraient le lit ou être à tes pieds plutôt que l'inverse. « Cet enfoiré veut pas bouger. » Tu levais les yeux au ciel et tu faisais des petits pas de côté pour bouger et fixer ton collègue. Tu ouvrais puis fermais la bouche pour retourner ton attention sur ton propre garde qui, le temps que tu exprimes ta lassitude s'était eclipsé. Tu clignais plusieurs fois des yeux, puis persuadé que vous n'étiez pas suffisamment visibles ni bruyants pour être repérés, tu ne t'en inquiétais guère. La mauvaise foi et le peu d'envie d'être présent rendait peut-être aussi un peu trop lâche ton attention sur ce qui se passait. Tu aurais pu occuper ta soirée autrement, faire des choses passionnantes, comme … corriger les exercices d'écriture de tes chères têtes blondes ! Boire jusqu'à oublier ton nom, écrire un essai sur la stupidité inhérente de tel professeur terrien, aller trouver une jolie fille dans un bar ou même, soyons fou, retrier ta collection de colliers de l'amitié de tes élèves.

Après tout, pourquoi vous infiltrer ainsi alors que vous auriez pu pressuriser un peu les abeilles de la ruche, que ce soit en tapotant un peu trop les doigts de leurs enfants, en faisant des clin d'oeil à ces rustres dames ou en proposant un peu d'argent ? Puis, tu avais beau aimer les cailloux, tu restais un archéologue, ce qui t'intéressait surtout c'était les traces humaines qui faisaient ton gagne pain et autant dire que ce n'est pas en piquant une pierre random que tu allais pouvoir prouver quoi que ce soit à ces dégénérés de terrien. « De ton côté c'en est où ? » Tu plissais les yeux. Bon dieu, tu aurais dû prendre tes lunettes, tu n'étais pas certain que la forme que tu voyais au loin n'était pas juste une protubérance dans le mur. Tu passais ta main sur ton menton, pesant le pour et le contre de ta prochaine déclaration avant de chuchoter vers Karst. « Mort à en faire jouir un nécrophile, il n'est plus là. » Dans le doute, tu dirais que c'était de la faute de ton époux et que vous vous étiez perdus.

Difficile cependant de prendre la fuite, et Karst n'hésiterait pas un seul instant à te vendre aux autorités. C'était une belle amitié que vous aviez, vous pouviez avoir confiance l'un envers l'autre sur le fait qu'il ne fallait pas avoir justement confiance en l'autre. « Rappelle moi pourquoi on a besoin de ces morceaux là précisément ? Non, parce que je suis sûr qu'on aura d'autres opportunités d'avoir des sédiments de l'espace qu'en faisant une heure de fitness en tenue jaune fluo. Non pas que ça ne m'aille pas au teint, mais … tu vois … » Tu avançais légèrement de ton côté, pour t'assurer que ton garde avait assurément disparu – aux toilettes, évanoui ou parti faire ce qu'un garde savait faire le mieux … ce qui de ton avis ne demandait probablement pas plus de 3 neurones consécutifs et un doigt dans le nez.

« Comment tu comptes te débarrasser de l'autre ? » Tu lançais un coup d'oeil derrière toi. « Je tiens à préciser que nous n'avons certainement pas de forêt reculée où enterrer son corps, ni de baignoire avec de la chaux vive, alors évitons d'envisager la manière létale. »


I believe in ME
People are intimidated by a man who acts with no apparent regard for consequences. Behave as if you cannot be touched and ▬ no one will dare to touch you
MessageSujet: (#) Re: Réquisition discrète ~ Pierro     Dim 3 Juin - 15:45
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t564-karst-comme-un-rock#5349
Messages : 21
Âge : 48 ans
Occupation : Professeur des écoles
Arrivée : Il y a 3 ans à bord d'un vaisseau pirate
Pseudo : Jostophe
Avatar : Andy Serkis
Crédits : moi (ava)
Karst jeta un petit coup d’oeil intéressé vers son époux de circonstance lorsqu’il déclara la situation suffisamment morte pour faire jouir un nécrophile. Si au moins l’autre avait pu vraiment mourir, ils auraient eu un moyen de distraction suffisamment important pour faire bouger celui qu’il surveillait lui-même. En revanche, s’il était juste parti pisser, le problème allait leur revenir dans la gueule assez rapidement, ils avaient donc une petite fenêtre qui ne manquerait pas de violemment se refermer s’ils ne se décidaient pas à l’utiliser. Reportant son attention sur son garde (qui baillait à s’en décrocher la mâchoire), Karst se mit à réfléchir furieusement.

-Parce que le type qui les a récolté a dit que leur signature ressemblait à celle d’une croûte terrestre. Si ça se trouve, on a un morceau qui aurait été arraché à une planète par l’impact d’un astéroïde plus gros encore.

Or, s’ils trouvaient des évidences de vie sur ce morceau, que ça soit des traces moléculaires, la présence d’eau, ou même avec énormément de chance, un fossile ou deux, ils sauraient vers quoi diriger leurs recherches sur les civilisations extraterrestres. Même s’il était probable qu’un choc suffisamment important pour arracher un morceau de croûte à une planète ait été assez puissant pour déclencher une crise biologique majeure sur la planète en question. Mais bon. L’archéologie est la science des civilisations mortes, pas vrai ? Peu leur importait s’ils n’y avait aucune créature encore vivante dans leurs ruines, pourvu qu’ils trouvent des ruines.

-T’emballes pas, le jaune c’est pas ta couleur. Essaye les uniformes de la milice la prochaine fois, marmonna-t-il pour ne pas être entendu.

Il soupira et dégaina son marteau d’un air dubitatif lorsque Pierrino lui exposa ses conseils sur le fait de ne pas utiliser la manière létale. S’il retenait son coup il pourrait sans doute se contenter de l’envoyer faire une bonne sieste. Une bonne sieste un peu douloureuse. Ils auraient sans doute dû voler quelques produits dans les laboratoires de chimie avant de venir. Mettre au point un mélange pour endormir les gens ne devait pas si compliqué, si ? Ou bien piquer un anesthésiant sur le Regina Mercy, rien de bien létal non plus.

-Va falloir le baratiner. Il lui adressa un sourire mauvais. Et comme c’est toi le baratineur, entre nous deux, je propose que ça soit toi qui y aille. Je m’occupe de faire les muscles. Merci d’avance.

Là dessus, il attrapa son cher et tendre par le col et le poussa dans l’allée menant à la porte, bien en vue du garde qui n’eut pas besoin de plus d’une seconde pour remarquer l’importun dans sa combinaison jaune. Il ne restait plus qu’à contourner le problème, puis à s’en débarrasser. À condition que son dos ne se bloque pas quand il voudrait se relever. S’est donc dans l’inconfort d’être resté dans la même position pendant trop longtemps que Karst fila de l’autre côté des caisses de matériel en tâchant d’être synchrone avec l’avancée du garde. Tant que Pierrino accaparait son attention, il avait une chance de le contourner. Cependant, connaissant son partenaire de crime, il allait devoir faire vite avant que celui-ci ne se décide à le balancer pour s’enfuir en courant.

Aussi, plutôt que de continuer seul, il reparu derrière le garde, une fois celui-ci passé pour interpeller correctement Pierrino, leva son marteau, se ravisa, le rangea à sa ceinture, puis pris son élan avant de lancer un « hey ! » et d’envoyer son poing de toutes ses forces dans la tempe du pauvre bougre à moitié retourné. Celui-ci se le prit de plein fouet et s’écroula dans un cliquetis d’uniforme et d’armes.

-Reste pas planté là, aide-moi à le remettre à son poste avant que son petit copain revienne, maugréa Karst en attrapant un des bras du garde.
MessageSujet: (#) Re: Réquisition discrète ~ Pierro     Sam 16 Juin - 16:21
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t563-pierrino-comme-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t664-pierro-linceul-de-pourpre-ou-dorment-les-songes-morts
Messages : 55
Âge : 49 ans
Occupation : Taulard sur le Lady Grace [[Professeur des écoles (niveau CP) ; Xenoarchéologue]]
Habitation : Lady Grace
Pseudo : Frey
Avatar : Robert Downey Jr
Crédits : Signa : Bat'Phanie
« Parce que le type qui les a récolté a dit que leur signature ressemblait à celle d'une croûte terrestre. » Tu soupirais exagérément. Les appareils d'analyse de la flotte étaient certes avancés mais l'existence de cailloux de l'espace impliquait que la planète n'existait plus ou avait été suffisamment heurtée pour que son atmosphère et sa croute soient parties à la dérive. Rien qui ne puisse te servir dans tes propres recherches outre des suppositions bien maigres dont tu te serais toi même moqué si quelqu'un était venu te proposer l'idée d'une civilisation à partir de vieux morceaux flottants. « Si ça se trouve, on a un morceau qui aurait été arraché à une planète par l'impact d'un astéroïde plus gros encore. » Un autre soupir, les yeux levés vers le ciel tandis que tu faisais semblant de parler en ouvrant plusieurs fois la bouche de façon à former des mots sans pour autant laisser des sons s'échapper. Tu étais de bien mauvaise foi, tu savais ce que cela voulait dire, que la moindre trace de vie serait la preuve irrémédiable que vous ne vous trompiez pas, pas complètement du moins. Les annales de la conquête de l'espace avaient déjà prouvé qu'à défaut d'avoir trouvé des formes de civilisation quelconque, plusieurs planètes abritaient des espèces végétales et animales, les recherches n'avaient juste pas été poussées assez loin pour prouver qu'il y avait pu avoir autre chose.

Ton regard retourné vers lui, tu te pris à plisser les yeux lorsque tu entendis ton époux. « Va falloir le baratiner. » Son sourire ne fit qu'accentuer ta méfiance. Des années passées dans les milieux huppés et bourgeois t'avaient appris qu'il n'y avait pas arme plus tranchante qu'un sourire. « Et comme c'est toi le baratineur, entre nous deux, je propose que ce soit toi qui y aille. Je m'occupe de faire les muscles. Merci d'avance. » Tu ouvrais la bouche pour lui demander des explications, voire protester – surtout protester, soyons honnête – lorsque Karst t'empoigna par le col et te poussa dans la fosse aux lions. Fils de pute. Étant de base dans une posture qui ne te permettait pas de faire des gestes larges et gêné par la taille de la combinaison, tu ne parvins pas à te redresser, ni même faire une entrée un tant soi peu digne. Tu te frottais le menton en te redressant, persuadé que le goût ferreux dans ta bouche indiquait que tu t'étais mordu la langue lorsque ton cher et tendre t'avait poussé.

Tu allais pour protester, outré, choqué, déçu – peut être pas déçu, même un peu fier de ton époux – mais la voix du garde te fit te pétrifier sur place. Tu levais un regard – vaguement – désolé vers l'homme qui se mouvait dans ta direction, probablement mitigé sur cet événement venant interrompre son quart probablement palpitant. L'idée de t'enfuir en courant et d'abandonner Karst te traversa l'esprit. Tu aurais même jubilé à cette idée, l'imaginant sans peine coincé quelque part après avoir tenté de se relever trop vite, mais tu n'étais pas certain de pouvoir distancer un garde – puis inévitablement sa bande d'amis – lorsque celui-ci se rendrait compte que tu n'avais réellement rien à faire ici. Puis de toute façon, tu tenais trop à ton époux et à votre confort... cet enculé allait te balancer s'il se faisait choper et tu avais un peu trop de mal à te relever pour opérer un repli stratégique effectif. Le temps de passer sur tes genoux, le garde s'était déjà approché et son attitude n'était pas franchement amicale. Tu levais les deux mains avec un sourire contrit.

« Vous savez, je suis aussi violent et intimidant qu'un papillon rose collé sur un marshmallow, vous n'avez pas besoin de me menacer ainsi.. Attendez, vous savez ce qu'est qu'un marshmallow ? Un papillon ? Allons, même les enfants de 6 ans savent ça. Vous... Oh la... Eh bien tel que vous me voyez j'allais travailler. Désolé, je sais que je suis en retard pour le travail mais j'étais supposé changer de coiffure mais quand je me suis observé dans le miroir, je me suis rendu compte que mes cheveux étaient déjà parfaits. » Tu offrais un clin d’œil appuyé vers l'homme – sur un malentendu, ça pouvait passer – tandis que tu passais une main dans tes cheveux pour leur redonner un peu plus de volume. Tu suivais des yeux la progression de ton collègue, les sourcils froncés et aussi peu discret que possible. Quitte à être dans la merde, autant emmener Karst avec toi. Tu avais toujours été un mauvais perdant. « NON ! N'appelez pas votre ami, c'était un malentendu ! Je … Pourquoi je suis autant en retard ? Eh bien voyez vous mon époux qui est un immonde fils de pute a décidé que ma vie valait moins que la sienne, ce que je ne trouve absolument pas … » Tu n'eus pas le temps de finir de déverser ta rancœur envers Karst que le garde s'était retourné, autant poussé par l'exclamation du géologue que ton regard appuyé vers celui-ci.

« Reste pas planté là, aide-moi à le remettre à son poste avant que son petit copain revienne. » Tu grognais en te relevant, massant exagérément ta mâchoire, la bouche pâteuse et douloureuse. « S'il y a des caméras qui ont filmé la scène ou s'il se souvient de mon visage, chose très probable, je dirais que tu m'as menacé avec ton marteau et que j'ai obéis sous l'injonction de la violence. » Tu grommelais toujours en époussetant ta tenue d'extracteur, mettant le plus de mauvaise volonté possible avant de t'exécuter et aider ton compagnon à déplacer le garde en attrapant l'autre bras. « Euhm... mais Charlie ne va pas prévenir son collègue ? »


I believe in ME
People are intimidated by a man who acts with no apparent regard for consequences. Behave as if you cannot be touched and ▬ no one will dare to touch you
MessageSujet: (#) Re: Réquisition discrète ~ Pierro     Dim 17 Juin - 14:51
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t564-karst-comme-un-rock#5349
Messages : 21
Âge : 48 ans
Occupation : Professeur des écoles
Arrivée : Il y a 3 ans à bord d'un vaisseau pirate
Pseudo : Jostophe
Avatar : Andy Serkis
Crédits : moi (ava)
Tu parles d'un baratineur, songea le géologue alors qu'il se déplaçait lentement et en grinçant des articulations pour surprendre le garde. Son débit de parole était effectivement assez élevé, sans doute un reste de son passé de maître de conférence, où perdre les élèves étaient une sorte de sport local, mais le contenu n'était pas vraiment brillant. Sans doute karst aurait-il coupé court à tout ça pour le faire dégager à coup de pied, à sa place, mais le garde semblait assez ahuri pour se laisser submerger par le flot de parole et se fit donc cueillir à la tempe et mettre hors jeu assez rapidement. Victoire par K.O.

-Si t'essayes de les convaincre comme t'as essayé de le baratiner, ça ira, je m'en sortirais, railla-t-il.

Il attendit que son cher et tendre ne s'empare du deuxième bras de l'homme pour commencer à tirer. Pas trop d'effort tout seul, sans quoi son dos allait finir bloqué pour de bon, surtout avec cette position. Ah il était loin le temps où il cavalait avec panache dans les montagnes terriennes. Il pourrait toujours y retourner, mais avec bien plus de prudence que dans ses jeunes et insouciantes années. Il songea d'ailleurs que c'était un comble, pour une société comme la leur, de ne pas encore avoir inventé de quoi retrouver un brin de jeunesse physique. Voilà bien la preuve que les biologistes et autres médecins étaient des tanches.

-Bah maintenant que tu lui en as donné l'idée, c'est un risque ouais, lança-t-il en s'accroupissant pour appuyer le garde dans une position assise plus naturelle, contre le mur qu'il gardait. Mais Charlie ne l'a pas vu heu... s'endormir. C'est sans doute pas la première fois qu'il pique un somme en plein service de nuit, proposa-t-il prudemment dans une tentative pour embrouillé une IA sans doute en proie au doute.

Ils n'avaient sans doute pas beaucoup de temps pour trouver un moyen d'ouvrir la porte sans déclencher toutes les alarmes du bloc. Les véritables extracteurs devaient sans doute avoir un laissé passer, puisqu'une console existait pour gérer l'ouverture des portes. Ou bien un code devait exister et dans ce cas entrer serait plus compliqué. Karst n'avait rien d'un pirate informatique. Il était également possible que le garde ai de quoi déverrouiller la porte, puisqu'il était chargé d'en garder l'entrée. Il se mit donc à lui faire les poches avant de lancer un regard à Pierrino.

-À quoi ressemble la console ?

À force de fouiller, il finit par découvrir le terminal du garde dont il s'empara avant de se relever précautionneusement et le lancer à Pierrino pour qu'il se charge de leur ouvrir la voie. Si ce garde avait les autorisations requises, il suffirait normalement d'approcher l'objet du terminal pour leur permettre d'entrer dans la réserve et de s'emparer de tous les cailloux qu'ils trouveraient intéressants.

-T'inquiète, t'auras pas besoin de parler à ce bidule, on devrait s'en sortir, gloussa-t-il alors avec un rire grinçant.

Il se fit la réflexion qu'il était étrange que Pierrino ai autant ramé à trouver de quoi retenir suffisamment l'attention de ce garde, puis, en y réfléchissant, en vint à conclure qu'il se serait sans doute bien mieux débrouillé si l'inconnu avait été pourvu d'une paire de nichons. Tout comme il aurait sans doute mis plus de cœur à la fouille, d'ailleurs.
MessageSujet: (#) Re: Réquisition discrète ~ Pierro     Dim 17 Juin - 20:52
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t563-pierrino-comme-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t664-pierro-linceul-de-pourpre-ou-dorment-les-songes-morts
Messages : 55
Âge : 49 ans
Occupation : Taulard sur le Lady Grace [[Professeur des écoles (niveau CP) ; Xenoarchéologue]]
Habitation : Lady Grace
Pseudo : Frey
Avatar : Robert Downey Jr
Crédits : Signa : Bat'Phanie
« Si t'essayes de les convaincre comme t'as essayé de le baratiner, ça ira, je m'en sortirais. » Frustré et outré de la remarque, tu avais envie puérilement de lui dire de se débrouiller puisqu'il n'avait pas besoin de toi. Tu aurais presque tapé du pied et pris la tangente si tu n'avais pas pertinemment su que Karst avait besoin de toi. Son dos, son manque de verbe et de discrétion le rendait aisément reconnaissable et il ne le laisserait jamais en dehors de cela. « S'il a ton niveau de réflexion actuel, j'aurais pu m'évertuer à sortir la plus belle prose du monde, il n'aurait pas eu de réaction plus intelligente. » Que tu rétorquais en grognant, attrapant le bras pour tirer le garde et aider ton époux. Tu aurais probablement dû le laisser le tirer sur quelques mètres, ça lui aurait fait une belle jambe – ou un bon dos. « Rappelle moi de retourner faire de l'exercice plus souvent, si on se dirige réellement vers Qiang on aura besoin d'être capable de plus que ça. » Ton exercice physique actuel se limitait généralement au sport de chambre et à fuir les parents de tes élèves... tu ne faisais plus de sport qui nécessitait une démonstration de ta part depuis que tu t'étais fait une entorse en voulant montrer comment lancer un frisbee.

Tu lâchais le bras du garde dès que tu le pus et tu reculais sans chercher à l'aider à placer le pauvre garde qui aurait l'immense chance d'arborer un hématome sur la tempe à son réveil. « Bah maintenant que tu lui en as donné l'idée, c'est un risque ouais, » Tu voulais bien croire que les plantons n'étaient pas la crème intellectuelle, où que ce soit, mais ils avaient tout de même quelques consignes à suivre. Prévenir leurs collègues lorsque quelque chose arrivait, obéir aux ordres de leurs supérieurs, compter sur Charlie... « Mais Charlie ne l'a pas vu euh... s'endormir. C'est sans doute pas la première fois qu'il pique un somme en plein service de nuit. » Tes yeux s'étrécirent, le jugement lourd dans ton regard. Tu te raclais la gorge pour te détourner et faire quelques pas le long du mur, les bras croisés. Finalement, tu passais une main dans tes cheveux après avoir tapoté tes lèvres du bout des doigts pour t'assurer vainement qu'elle n'était pas trop endommagée.

Au pire, tu pourrais dire que Karst te battait. Ca ferait toujours bien devant un jury. Contraint, forcé, battu par un rustre armé d'un marteau. Qui croirait en l'innocence de ton époux de toute façon ? Les manières et le savoir être ne faisaient certainement pas partie de ses atouts. « A quoi ressemble la console ? » Tu haussais les épaules, lui tournant le dos. « A une console... J'ai un doctorat en archéologie, pas une maîtrise en matériel de sécurit-oh ! Fais attention ! » Le terminal fit quelques bonds entre tes mains avant que tu ne le lâches et qu'il s'écrase au sol dans un bruit mât. Tu le regardais d'un air désolé. Est-ce qu'il fonctionnait toujours ? Est-ce que Charlie allait donner l'alerte ? « T'inquiète, t'auras pas besoin de parler à ce bidule, on devrait s'en sortir. » Le rire de Karst te fit grincer des dents et tu ramassais avec précautions le terminal qui se trouvait à tes pieds pour l'observer, t'assurant qu'il était toujours en état de fonctionner. Il ne manquerait plus qu'ajouter destructions de biens à votre liste de méfaits.

« Konrad ? » Tu haussais un sourcil en souriant, indiquant le terminal du garde à Karst. « On ne te voit plus sur les caméras, ton terminal a lancé un signal. » Tu le lui renvoyais. « Je ne dois pas lui parler, tu oublies pas, hein ? »


I believe in ME
People are intimidated by a man who acts with no apparent regard for consequences. Behave as if you cannot be touched and ▬ no one will dare to touch you
MessageSujet: (#) Re: Réquisition discrète ~ Pierro     Lun 18 Juin - 9:31
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t564-karst-comme-un-rock#5349
Messages : 21
Âge : 48 ans
Occupation : Professeur des écoles
Arrivée : Il y a 3 ans à bord d'un vaisseau pirate
Pseudo : Jostophe
Avatar : Andy Serkis
Crédits : moi (ava)
Karst hésita entre s’esclaffer ou se vexer de la pique de son époux. C’était – et il ne risquait pas de l’admettre – de bonne guerre, mais les échanges de répliques cinglantes n’étaient divertissantes que si les deux parties jouaient le jeu et faisait un minimum mine d’être atteint par l’insulte. Il se contenta donc d’émettre un grognement neutre qui n’engageait rien, pouvant vaguement être assimilé à l’expression de l’effort qu’il était en train de fournir. En revanche, il ne put que tomber en accord avec Pierrino lorsque celui-ci souligna leur piètre forme physique. Il était certain qu’ils n’allaient pas cavaler comme de jeunes chiots sur Qiang avec le niveau de leurs performances actuelles.

A sa proposition un peu naïve, Pierrino lui adressa un regard si rempli de jugement qu’il ne put que hausser les épaules avec un air d’impuissance. Il fallait bien donner des suggestions à l’intelligence artificielle, même si celle-ci n’était effectivement pas la plus brillante qu’il ait pu trouver de toute sa longue carrière d’espion amateur. Les avancées technologiques ne leur facilitaient décidément pas la tâche. Tout était bien trop surveillé ici, avoir son terminal sur soit revenait à avoir un putain de flic dans sa poche. Il était certain que les terminaux non crackés transmettaient tout aux autorités dès qu’un doigt de pied était posé hors de la ligne.

Alors que son époux rappelait qu’il possédait un doctorat en archéologie, Karst lui balança sans vraiment l’écouter le terminal du garde, espérant qu’il pourrait effectivement déverrouiller la porte avec ça, en profitant pour le vanner au passage. Pierrino fit une nouvelle fois preuve de maladresse, physique cette fois, et laissa tomber le terminal sous le regard furieux de Karst. Avec quoi est-ce qu’ils allaient ouvrir cette fichue réserve s’ils cassaient la possible clé ? Cependant, le pire ne survint que lorsqu’une voix s’éleva du terminal qui lui fut rendu comme une patate chaude. Il réussit à ne pas le faire tomber et se retint d’insulter Pierrino pour sa désinvolture, mais en silence, sur ses lèvres, il put parfaitement faire passer le message qu’il souhaitait. Va te faire.

En silence, les yeux écarquillés, il chercha autour de lui l’inspiration pour se sortir de ce mauvais pas. Il ne connaissait pas la voix de leur bel endormi et n’était de toute façon pas qualifié pour imiter la voix de qui que ce soit, mais il n’avait peut-être pas besoin de parler pour s’en sortir ? Soudainement, l’illumination lui vint en une idée aussi stupide que subite, mais qui pourrait, avec un peu de chance, leur faire gagner un minimum de temps. Il approcha le terminal de son visage et, avec une certaine nervosité, imita un ronflement sonore qui fut transmis par Charlie au collègue du garde dont l’inconscience ne durerait pas éternellement.

A l’autre bout de la ligne, il y eut un silence, puis un soupir, puis la communication sembla se couper. Une chance sur deux pour que le garde vienne réveiller son collègue, mais une chance sur deux pour qu’il estime que ce qu’il gardait n’en valait pas l’effort. Dans tous les cas, sans être sûr, ils allaient devoir partir du principe qu’ils n’avaient pas beaucoup temps pour effectuer leur méfait. Aussi, Karst plaqua rapidement le terminal sur la console, priant pour qu’au moins cette partie du plan fonctionne.

Malheureusement, la console resta fermée avec un air d’insolence qui ne lui plut pas du tout. Il se tourna alors vers Pierrino avec un air accusateur, comme si tout était de sa faute et poussa un soupir frustré, abattant son poing sur la porte, déjà douloureux du dernier coup qu’il avait donné et qui n’arrangea certainement pas son humeur. Leur dernière solution revenait à forcer la porte, ce qui était possible s’il utilisait son marteau à tête sédimentaire, pour l’utiliser comme pied de biche, mais le risque d’abimer son outil fétiche ne lui plaisait pas outre mesure.

-Bon. C’était sympa, mais ça me plait de moins en moins cette histoire, déclara-t-il alors comme s’il ne parlait que d’un mauvais exposé fait par un étudiant particulièrement décevant. On rentre ?

Il jeta un dernier coup d’œil à la console pour voir s’il n’y avait pas tout simplement un bouton pour ouvrir la porte sans avoir besoin de code, et se rendit compte avec une certaine consternation que c’était effectivement le cas. Il n’eut qu’à appuyer dessus et la porte s’ouvrit devant eux, avant de lancer un sourire malin à son conjoint.

-Alors, je vais la réclamer où ma maitrise ?
MessageSujet: (#) Re: Réquisition discrète ~ Pierro     Lun 18 Juin - 22:20
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t563-pierrino-comme-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t664-pierro-linceul-de-pourpre-ou-dorment-les-songes-morts
Messages : 55
Âge : 49 ans
Occupation : Taulard sur le Lady Grace [[Professeur des écoles (niveau CP) ; Xenoarchéologue]]
Habitation : Lady Grace
Pseudo : Frey
Avatar : Robert Downey Jr
Crédits : Signa : Bat'Phanie
Puériles, voilà ce que Karst et toi étiaient et ce depuis que votre alliance avait débuté. Puériles et mesquins et vous en étiez toujours fiers comme des paons. Alors, lorsque le terminal du garde se mit à grésiller, tous les reproches visuels et non-dits que put te faire Karst te passèrent au dessus de la tête. Tu lui répondis par un sourire et un clin d’œil tandis que tu croisais maladroitement les bras pour te donner un peu plus de place dans l'espace. La combinaison trop grande et malodorante ne facilitait pas la posture et tu finis par abandonner en sentant tes muscles protester face aux étirements que tu leurs infligeais. Tu ne fis pas un geste pour venir au secours de ton époux, le laissant se débrouiller, à la recherche d'une solution pour vous sortir de ce pétrin. Après tout, il était le principal responsable de cette misère, ayant assommé le garde et en ayant envoyé le terminal sans s'assurer que tu étais capable de le réceptionner.

Tu arquais cependant un sourcil lorsque celui-ci se mit à ronfler dans le terminal. Persuadé jusqu'ici que pour répondre il était nécessaire d'appuyer quelque part ou signaler à Charlie que tu acceptais la communication, tu lançais un regard dubitatif et méfiant envers ton collègue et mari. Tu te reculais en voyant d'ailleurs celui-ci s'approcher et plaquer le terminal sur la console dans un bruit métallique qui te fit grimacer tant il semblait bruyant dans le silence relatif du hangar. Ton expression se transforma en une forme de contentement et tu haussais les épaules, les mains vers le ciel et un sourire trop grand pour être honnête sur tes lippes. Tu ne t'attendais cependant pas à ce que Karst mette un coup de poing dans la porte et tu reculais d'un pas, cachant ta méfiance à nouveau derrière un masque de reproche. « Bon. C'était sympa, mais ça me plaît de moins en moins, cette histoire. » Tu acquiesçais, bien d'accord. Cette sortie était un fiasco et toute ta mauvaise foi et volonté avaient enfin payé. « On rentre ? » Un sourire aux lèvres tu acquiesçais à nouveau, dirigeant ta main vers ta combinaison pour commencer à l'ôter, surtout ravi d'ôter ce qui te mettait si peu en valeur. Déjà à mi-chemin de ton déshabillage, tu entendis le chuintement de l'ouverture de la porte. Tu ouvrais la bouche, puis la refermait, persuadé que des gardes se trouvaient à l'intérieur et venaient vous arrêter avant de voir le sourire ravi de ton conjoint. Tu plissais les yeux en remontant la combinaison dans un ziiip que tu aurais souhaité plus accusateur.

« Alors, je vais la réclamer où ma maîtrise ? » Ton nez redressé dans le plus grand pédantisme, le mépris le plus visible dont tu parvenais à faire preuve en étant habillé de jaune fluo, tu rétorquais sèchement. « A la milice. » Tu poussais ton époux dans l'entrepôt. « Dépêche toi d'aller chercher ce que tu veux, je fais le guet. » Tu lançais tout de même un bref regard à l'intérieur avant de te retourner brusquement en lançant un regard derrière toi, les yeux écarquillés. Tu appuyais prestement sur le bouton pour fermer la porte, laissant ton époux à l'intérieur tandis que tu parlais trop fort. « Oh ! Je venais chercher mon terminal, je l'avais laissé à l'intérieur et j'ai vu votre ami allon- »


I believe in ME
People are intimidated by a man who acts with no apparent regard for consequences. Behave as if you cannot be touched and ▬ no one will dare to touch you
MessageSujet: (#) Re: Réquisition discrète ~ Pierro     Mar 19 Juin - 16:03
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t564-karst-comme-un-rock#5349
Messages : 21
Âge : 48 ans
Occupation : Professeur des écoles
Arrivée : Il y a 3 ans à bord d'un vaisseau pirate
Pseudo : Jostophe
Avatar : Andy Serkis
Crédits : moi (ava)
Le mépris écrasant dont faisait preuve son époux glissa sur le géologue comme de la pluie sur une dalle de granit. Il ricana une fois de plus devant la réponse pour le moins laconique de son compère avant de foncer à l’intérieur, marteau à nouveau en main, pour prendre les échantillons qu’il leur fallait. Bien entendu, Karst n’avait qu’une confiance limité en la capacité de Pierrino à faire un guet convenable, c’est-à-dire une sentinelle fiable qui n’irait pas se cacher sans mot dire quand apparaitrait la milice. Cependant, il avait au moins confiance en son mari pour savoir qu’il ne devait lui-même pas avoir confiance en lui si jamais il venait à être le seul appréhendé.

Malheureusement pour tout le monde, ils eurent l’occasion de vérifier très rapidement les talents du terrien à accomplir sa mission. Tout ce que Karst pu apercevoir fut la porte qui se refermait sur lui alors que Pierrino commençait à s’adresser à un inconnu invisible de son côté, prétextant avoir oublié son terminal pendant son service. Peut-être qu’il lui faudrait finalement revenir sur son affirmation précédente, il s’en sortait pas si mal en impro, son mari. Il n’eut cependant pas besoin de terminer sa pensée pour y renoncer immédiatement, avançant déjà entre les différents caissons et containers qui étaient stockés ici.

Le géologue avait lui-même un objectif précis, commun avec Pierrino. Un peu plus commun de son côté que du sien, pour être tout à fait honnête. Cependant, il avait également ses propres courses à faire ici, son intérêt au sujet des roches spatiales étant bien plus grand que celui de son mari. Il allait donc de soi qu’il ne comptait pas repartir uniquement avec l’échantillon prévu, mais bien avec quelques autres trouvailles.

Marteau à la main, il entreprit donc de se dépêcher de repérer les numéros qu’on lui avait indiqués lors de sa prise d’information, avant de voler des gravats ou d’échantillonner en tapant sur les roches. Il s’en tira avec trois bon morceaux – dont celui qu’il était censé ramener à la base – dissimula son marteau dans sa combinaison, les pierres au niveau de son ventre, lorsqu’il lui fallut trouver un moyen de sortir. L’opération ne lui avait pas pris bien longtemps et il se demandait si Pierrino était toujours là, ou bien si ce dernier avait réussi à s’en sortir sans trop de mal. Seul le fait qu’il n’y ai aucun garde qui soit venu vérifier la présence d’un « balourd armé d’un marteau et probablement très violent » comme Pierro n’aurait pas manqué de le décrire, était un indice suffisamment important pour qu’il estime que celui-ci n’était pas suffisamment en danger pour le balancer. Il paria donc sur le fait que son époux tenait toujours la jambe du garde et décida de mettre en scène une petite excuse qui empêcherait sans doute les plantons de poser trop de questions.

C’est donc en train de se rhabiller ostensiblement qu’il ouvrit la porte, faisant exprès de regarder par terre pour faire mine de ne pas voir la situation qui se déroulait sous ses yeux, posant les siens sur le garde allongé par terre et affichant un long sourire salace.

-Eh beh, on l’a pas réveillé ç’ui là avec le bou… Oh. Il s’arrêta d’un coup, ses yeux ayant enfin rencontré ceux du milicien qui se tenait devant son mari officiel. Il se dépêcha de remonter le zip jusqu’à son cou et s’essuya nerveusement les mains sur sa combinaison. Tu heu. Tu lui as tout dit ? Sans vraiment lui laisser le temps de répondre, il joignit les mains en jetant des coups d’œil aux alentours. Écoutez, c’est vraiment gênant mais… ça fait longtemps qu’on avait envie de le faire ça. On ne va pas en rajeunissant mon mari et moi, et comme notre vie sexuelle est un peu au point mort, on s’est dit qu’on allait essayer de redémarrer la machine en essayant quelque chose qui nous a toujours donné envie d’essayer. Il jeta une nouvelle œillade à son conjoint, l’air un peu honteux et tenta un sourire. On a vu votre collègue ici, on s’est dit qu’on allait entrer sans faire de bruit, faire notre affaire et repartir aussi vite…

Il avait dit ça en se dirigeant vers Pierrino avant de lui passer un bras autour des épaules. Comme pour montrer qu'il resterait uni à son cher et tendre peu importe la sanction.

-Je comprends que vous n'ayez sans doute pas le choix, mais je vous en prie, nous ne sommes pas de mauvais bougres, nous ne faisons rien de vraiment mal, on essaye juste de s'aimer un paix, soyez indulgent, conclu-t-il finalement.
MessageSujet: (#) Re: Réquisition discrète ~ Pierro     Jeu 21 Juin - 12:00
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 523
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

Réquisition discrète.
Pierro & Karst

Elle n’avait pas eu les détails, simplement une alerte sur son terminal, signe que l’on demandait à la milice d’intervenir. La seule indication qu’elle possédait, c’est le degré de gravité que l’on attribuait au danger et celui-ci était plutôt faible. En vérité la personne n’était même pas sûre qu’il y ait vraiment danger mais avait visiblement préféré, dans le doute, contacter la patrouille la plus proche. Loin de s’offusquer d’être interrompue dans sa routine, qui plus est nocturne, il ne fallut pas longtemps pour que la jeune femme, accompagnée de deux de ses collègues, ne prenne la direction des hangars. Le signal émanait de locaux qui, s’ils ne contenaient rien de particulièrement dangereux, n’étaient pas ouvert au public et bien qu’elle ne voyait pas très bien ce que l’on pourrait vouloir récupérer ici, la milicienne n’excluait pas la possibilité d’un vol. A moins qu’il ne soit simplement question de curiosité mal placée, une excuse qui ressortait souvent de la part de ceux qu’elle attrapait la main dans le sac et qu’elle avait, de ce fait, en horreur. Accélérant l’allure, la petite équipe arriva finalement sur les lieux alors qu’un garde s’entretenait visiblement avec deux individus. Des extracteurs, vu la tenue. Songeant brièvement à la possibilité qu’il ne s’agisse que d’un malentendu, Anastasia n’était toutefois pas assez sotte ou fainéante pour ne pas pousser l’interrogatoire jusqu’au bout. De ce fait elle s’avança jusqu’à l’attroupement, ses camarades faisant de même. « Bonsoir messieurs. Sergent Donovan. Il y a un problème ? » Demande-t-elle finalement au garde, qu’elle reconnaissait par ailleurs de tête, lui évitant ainsi d’avoir à douter des raisons qui justifiaient la présence de cet homme ici. Jetant un bref coup d’œil aux deux autres individus, un couple peut-être vu leur manière de se tenir l’un contre l’autre, son regard est toutefois bien vite attiré par un autre garde, adossé contre le mur mais ne semblant pas réagir d’une quelconque façon.

Sur un simple signe de tête, l’un des miliciens qui l’accompagnait se dirigea vers l’homme, afin de vérifier son état de conscience tandis que l’attention d’Ana se portait de nouveau sur ses interlocuteurs, partiellement sur le garde qui lui expliquait désormais la situation (à savoir que si l’un des hommes avait expliqué avoir oublié son terminal ici, l’autre justifiait leur présence comme étant le résultat d’un fantasme sexuel. Le garde quant à lui s’était décidé à se rendre sur place lorsqu’il perdit contact avec son collègue) et partiellement sur les deux autres hommes, guettant le moindre signe d’hostilité ou la présence potentielle d’une arme, malgré les larges combinaisons qui risquaient de camoufler le moindre objet porté sur eux. « Vos accréditations s’il vous plaît. Bien qu’elle ne doutait pas du fait qu’ils n’avaient rien à faire ici, vu les propos tenus jusque là, la milicienne ne pouvait guère se permettre de simplement supposer, aussi réclama-t-elle quelques preuves visant à mettre en avant un premier « crime » si l’on peut dire. L’air relativement serein et diplomate qu’elle arborait jusque là se mua cependant en quelque chose d’à la fois plus sérieux et grave lorsque son collègue se redressa pour annoncer que le garde contre le mur ne s’était pas endormi comme un imbécile, ce qui aurait pu arriver soyons honnêtes, mais était bel et bien inconscient. Cette information, couplée au fait que Charlie lui annonçait que les deux hommes n’étaient pas le moins du monde des extracteurs, acheva de dissiper toute trace de cordialité sur le faciès de la milicienne. La main glissant sur son arme par précaution, qu’elle ne dégaine pas toutefois, elle reprit alors la parole avec fermeté : Je vais vous demander de mettre doucement les mains derrière la tête et mes collègues vont procéder à une palpation de sécurité. » Ne les lâchant pas des yeux, elle laisse ainsi les deux autres miliciens s’assurer rapidement qu’aucune arme ne soit masquée à leur vue, par sécurité. Il était toutefois certain qu’ils n’auraient plus ensuite qu’à les accompagner jusqu’au poste afin qu’une enquête plus poussée soit menée, la jeune femme sachant qu’elle n’était pas habilitée à s’en occuper elle-même, qui plus est ici. A défaut, le lieutenant du Colossus déciderait de leur sort.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: Réquisition discrète ~ Pierro     

RÉPONSE RAPIDE