Hunter and prey (Benn)
MessageSujet: (#) Hunter and prey (Benn)     Dim 16 Sep - 21:06
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t107-but-i-got-smarter-i-got-harder-in-the-nick-of-time-wilhem http://beyond-earth.forumactif.com/t213-you-got-yourself-a-bad-habit-for-it-wilhem
Messages : 223
Âge : Trente cinq années de manigances.
Occupation : Ingénieur en cybernétique & officieusement à la tête d'un réseau illégal de revente de pièces détachées, armes modifiées, combats illégaux et autres trafics de denrées rares.
Habitation : Regina Mercy, dans une cabine cossue.
Arrivée : Depuis ses huit ans (2200).
Pseudo : wiise
Avatar : Dan Stevens
Crédits : moi même (ava + sign + 2 crackship)
La nuit est tombée depuis quelques temps déjà, sur la flotte, arborant de ce fait des teintes chaudes et douces, plongeant les passants dans une semi-obscurité. Il y a plusieurs heures que Wilhem a fermé les portes de son atelier, dernier sorti comme à l’accoutumer, pour rejoindre le Colossus 5 dans un premier temps. Un temps nécessaire pour gérer quelques unes de ses affaires, quelques uns de ses trafics. Le passage obligé plusieurs soirs de la semaine, pour vérifier que tout fonctionne, pour superviser des chargements ou encore échanges et plus largement pour donner des directives. Il a beau ne pas être le plus épais de ses hommes, ou le plus imposant, il n’en reste pas moins la figure dirigeante, que beaucoup craignent. Connu pour être imprévisible mais surtout, un faux-calme. La quiétude avant la tempête, avant l’explosion. Certains ont été témoin de ses frasques de colère et se garde bien, depuis, de le faire sortir de ses gonds, même sur un désaccord de prix quelconque.

Cigarette entre les lèvres, là où plus rien ne semble rare, ni prohibé, Wilhem signe un énième bon de livraison, avant de donner des directives à ses hommes présents, pour cacher ingénieusement les denrées récupérées. Ou encore pour les livrer à qui de droit, le porte à porte lui apporte encore davantage d’argent, fortement taxé, pour ceux qui refusent de montrer leur vrai visage au milieu du dédale de couloirs du Colossus 5. Une chose qu’il peut concevoir, même si, ici, sa blondeur est bien connu. De même que son regard perçant, qui a tendance à vous mettre mal à l’aise, suivant la façon dont il vous regarde.

Wilhem expie une nouvelle bouffée de fumée, en donnant de nouveaux ordres, avant de s’éclipser après un coup d’oeil à son terminal lui indiquant une heure déjà avancée de la soirée. Il sait que pour son propre alibi, il lui vaut mieux finir dans un bar quelconque, avec bien trop de témoins, pour attester que oui, il était là, à s’envoyer quelques verres, plutôt qu’à trafiquer dans les bas-fonds d’un vaisseau bien connu pour ses trafics et méfaits. « À demain » Lâche t-il simplement à certains de ses hommes qui acquiescent d’un signe de tête avec respect, alors que son ombre, fidèle molosse, le suit sans rien dire jusqu’au bar où il s’installe plus loin et vaque à ses propres occupations. Prêt à intervenir au cas où, mais pas assez proche pour éveiller les soupçons.

S’installant à une table un peu à l’écart, c’est après une gorgée de bière que Wilhem sort une nouvelle cigarette de la poche intérieure de son blouson de cuir, avant de se l’allumer sagement. Ici, aucun réel interdit, on tolère tout et n’importe quoi, tant que les comportements ne foutent pas trop le bordel dans un bouge pourtant bien connu pour son manque cruel de morale et de principes. Simplement parce que le propriétaire n’est pas très regardant, il veut simplement éviter de trop attirer l’attention sur ton établissement, bien loti dans sa tranquillité.
Wilhem expire une première bouffée de fumée alors qu’un type d’une table voisine se penche vers lui, pour lui murmurer qu’un type de la douane traîne dans le coin. Un lieutenant, qui plus est. Wilhem ne bronche pas, ne tourne que les yeux vers son voisin pour le remercier d’un signe de tête. Il n’a pas besoin de davantage d’informations pour savoir de qui il s’agit, puisqu’il a bien comprit que ce type le surveille depuis quelques temps déjà. Pour autant, l’ingénieur s’est toujours senti hors d’atteinte, car jamais encore ce fameux Benn n’a eu le culot de le confronter ou même de venir exiger quoi que ce soit. Jamais sauf ce soir, peut être ? Quand bien même, Wilhem n’est pas nerveux, il se sait suffisamment méticuleux pour ne pas avoir laissé de traces. Du moins, c’est ce dont il se persuade, puisque la bavure du Jeanne d’Arc a laissé quelques traces, quelques tâches, dans l’immaculé de son réseau. Celui qu’il préserve avec un perfectionnisme non feint.

Il ne faut pas plus de cinq minutes pour que le fameux douanier pénètre dans les lieux où une petite musique résonne, en fond, pas assez fortement pour couvrir le bruits des conversations et des voix rauques masculines, qui résonnent à droite et à gauche. Le petit bouge connait son lot de succès, peut être justement, parce que son propriétaire n’est pas regardant. Affalé sur la banquette en velours vert, usée et défraichi, un bras étendu le long de cette dernière, son autre main venant à l’occasion écarter sa cigarette de ses lèvres, il observe le douanier d’un regard détaché, tout comme certains, qui lui jettent des regards inquiets sans pour autant bouger. L’homme sonde la pièce avant de stopper net son regard sur la blondeur de Wilhem, qui ne bronche pas, les pieds croisés, étendu sous la table. L’homme s’approche et vient prendre place en face de lui et c’est exactement à ce moment là que l’ingénieur expire une bouffée de fumée en sa directement. « Lieutenant, que me vaut ce plaisir ? » Lâche t-il, sarcastique, toujours avec cette attitude détendue.


A beating heart of stone, you gotta be so cold
To make it in this world, yeah, you're a natural
Living your life cutthroat
Leave behind your heart and cast away


Brothers, until the end:
 

One day, we'll destroy each other:
 
MessageSujet: (#) Re: Hunter and prey (Benn)     Lun 17 Sep - 13:01
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t984-i-refuse-to-be-anything-but-successful-benn http://beyond-earth.forumactif.com/t995-fail-better-benn
Messages : 7
Âge : 38 ans
Occupation : Lieutenant de la douane | Délégué du C5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : 12 ans
Pseudo : frey
Avatar : JJ Feild
Crédits : Frey
« Lieutenant, que me vaut ce plaisir ? » Tu savoures le grade qui roule sur la langue de l'homme. Tu le savoures d'autant plus que tu as l'impression de l'avoir mérité. Le refus de Rosalija te laisse cependant un goût amer. Il a fallu que quelqu'un de trop fier pour accepter cette promotion soit la raison pour laquelle on te donne enfin l'opportunité de t'élever. Tu ne comprends pas comment elle a pu passer outre les avantages financiers, sociaux et le pouvoir qu'engendre le grade de lieutenant. Tu ne comprends pas le choix de ton ancienne collègue, tu ne comprends pas Rosa, mais d'un certain côté, c'est tant mieux. Alors tu ne peux t'empêcher de planter ton doigt dans son dos, dans son ego et de continuer consciencieusement ce que sa mère a fait pendant des années, lui rappeler à quel point elle est un échec, avec application et une détermination qui te rappelle parfois ces mots, ces échanges que tu avais avec Dot.

Tu prends place et tu souris en liant les deux mains devant toi sur la table, laissant quelques secondes s'écouler que tu prends à profit pour observer de plus près le visage de l'ingénieur. La volute qu'il a lâché dans ta direction pour te saluer disparaît progressivement et te laisse l'entrapercevoir. La blondeur des cheveux, le bleu des yeux, tout s'arrange parfaitement pour que Wilhem Ordo se retrouve au dessus de tout soupçon. Son attitude pourtant, ses fréquentations, sa présence ici-même ne font cependant qu'appuyer son côté « mauvais garçon ». Il est probable qu'aller faire un tour dans sa cabine provoquerait beaucoup de questions, de « comment » et de « où, pourquoi, par qui ? ». Wilhem n'a rien de la relative intégrité qu'a pu avoir un jour son frère, pourtant des deux, c'est l'homme de paix qui a chu en provoquant la mort d'un homme. « Monsieur Ordo, un plaisir de vous rencontrer. » Onctueux, tu accompagnes la parole d'un sourire. Attitude ouverte, dos droit, tu connais la plupart des gens qui vous entourent, par ton bénévolat ou parce que tu les as déjà vu passer, à la douane, dans les ruelles mal-famées, dans les coins qu'on conseillait d'éviter aux arrivants.

« Je crois que j'ai retrouvé quelque chose qui vous appartient. » Tu t'enfonces un peu dans ton siège, les doigts entrelacés, ignorant superbement ces hommes qui se trouvent autour de vous. Ils sont là pour le spectacle. Tu aurais très bien pu cueillir l'ingénieur à la sortie du travail, voire chez lui, mais tu avais toujours rêvé d'une audience, de pouvoir voir les autres se trémousser et se réduire face à toi. Le parler léger et l'affabilité que tu essayais de cultiver t'avaient rendu assez discret et tu faisais souvent figure de bonne pâte auprès de tes collègues. Les piques et les blessures que tu infligeais sous couvert d'humour avaient le mérite de passer suffisamment inaperçues pour qu'on ne les considère pas comme des agressions et si tu avais le malheur de paraître trop indiscret, tu t'efforçais de relever la barre en ronronnant des compliments dans le creux de l'oreille blessée.

Suffisamment à l'aise, tu ne vis pas l'utilité de croiser les jambes et tu carrais tes épaules dans le dossier de ton siège. « Joli travail, d'ailleurs. Je comprends l'utilité, j'imagine le prix. Malheureusement son propriétaire n'a pas tellement eu l'occasion de s'en servir, quel gâchis. » Tu ronronnais presque de plaisir. Tout s'alignait pour te permettre de te hisser toujours plus haut, la promotion, l'évincement de ceux qui pouvaient te poser problème, des opportunités pour pouvoir installer dans ta manche quelques as. Tu avais piétiné pendant des années, coincé dans ton rôle de sergent, incapable d'évoluer socialement, toujours obligé de suivre ta femme. Maintenant qu'elle n'était plus là, tu avais la voie libre pour te permettre d'avancer et de laisser de côté les convenances sociales. Le statut de veuf avait même ses avantages, il t'avait permis de t'attirer la sympathie de quelques personnes et même de pouvoir forger une opinion de toi auprès de certains des amis de Rosalija.
MessageSujet: (#) Re: Hunter and prey (Benn)     Hier à 13:29
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t107-but-i-got-smarter-i-got-harder-in-the-nick-of-time-wilhem http://beyond-earth.forumactif.com/t213-you-got-yourself-a-bad-habit-for-it-wilhem
Messages : 223
Âge : Trente cinq années de manigances.
Occupation : Ingénieur en cybernétique & officieusement à la tête d'un réseau illégal de revente de pièces détachées, armes modifiées, combats illégaux et autres trafics de denrées rares.
Habitation : Regina Mercy, dans une cabine cossue.
Arrivée : Depuis ses huit ans (2200).
Pseudo : wiise
Avatar : Dan Stevens
Crédits : moi même (ava + sign + 2 crackship)
« Plaisir partagé, lieutenant Quinn » Déplaisir partagé, surtout. On ne peut pas dire que Wilhem soit ravi de voir un tel homme en face de lui, surtout dans un bouge pareil sur Colossus. Non pour sur, l’arrivée d’un douanier est comme un mauvais présage. Passer sous une échelle, apercevoir un chat noir. Une genre de superstition mauvaise, associé à la présence d’un seul homme. Pour, il reste détendu, l'ingénieur. Trop détendu pour laisser les soupçons peser sur ses épaules. Son sang-froid est un de ses principaux atouts. Wilhem reste placide, face à celui qui semble afficher une mine un peu trop satisfaite. Un peu trop provocatrice, aussi. L’ingénieur devine sans mal que si le douanier se tient en face de lui, aussi détendu, en cet instant présent, c’est que la suite des évènements risque de ne pas lui plaire. Mais il ne se démonte pas, ne laisse pas une once d’inquiétude s’inscrire sur son visage et trahir ses pensées. Il se contrôle, comme il sait si bien le faire, la plupart du temps. Pourtant, l’arrogance de son interlocuteur lui hérisse le poil. L’envie, furieuse, de faire disparaitre ce sourire de son visage, cette mine satisfaite, lui démange les poings et une violence qui dort, d’un oeil, au fond de lui.

« Ah oui, il me semble avoir oublié un stylo au poste de douane, l’autre jour » Persifle t-il sarcastique, sans entrer dans le jeu du douanier qui semble un peu trop sur de lui. Pour autant, Wilhem n’est pas tranquille. Mais il ne bouge pas davantage, se contente de tenir sa cigarette, une main posée sur la table, l’observant se consumer quelques secondes, avant de relever les yeux vers l’homme en face de lui.
Sa nouvelle réplique, associée à la façon dont il s’affale à son tour dans son siège, fait presque tressaillir Wilhem, qui vient inconsciemment serrer ses dents. Il se crispe, parce que cette réplique là ne laisse rien présager de bon, surtout aux vu des dernières péripéties auxquelles l’ingénieur a dû faire face, pour éviter d’offrir aux autorités de la flotte la certitude que des armes modifiées circulent sur la flotte. Pire, ses armes modifiées. À moins que ce fameux lieutenant ne soit tombé sur une arme par le plus grand des hasard, ou encore une denrées rare affilée d’une façon ou d’une autre à son petit commerce. Les hypothèses s’enchainent bien trop rapidement dans l’esprit brillant de l’ingénieur, qui n’aime en rien ce qui se dessine.

« De quoi parlez-vous ? » Questionne t-il sèchement, le regard ancré dans celui de son interlocuteur. Feintant l'innocence, l'outrage. Un regard presque aussi clair que le sien, d’ailleurs. Peut être moins perçant, mais plus suffisant. Un regard rieur, provoquant, qui se complait dans le fait de rabaisser les autres et de se pavaner avec son poste de gradé. Wilhem n’est bien sur, certain de rien, mais c’est ce que l’apparence de l’homme lui laisse deviner. Lui si habitué à côtoyer tout type de personne. « Je n’aime pas votre ton, lieutenant, qu'insinuez vous, au juste ? Je suis un honnête citoyen » Renchérit-il, en tirant une nouvelle fois dans sa cigarette avant de l’éteinte dans le cendrier présent juste devant lui, venant machinalement tapoter son verre de ses doigts. Nerveux ? Peut être un peu, mais surtout agacé. Wilhem n’est pas doté d’une grande patience, surtout lorsqu’il se sent mis en difficulté, d’une façon ou d’une autre. Ici, par une accusation qui se dessine doucement. Une accusation qui ne lui plaira pas, qu’il devra démentir, d’une façon ou d’une autre. Faire disparaître, en tout cas.


A beating heart of stone, you gotta be so cold
To make it in this world, yeah, you're a natural
Living your life cutthroat
Leave behind your heart and cast away


Brothers, until the end:
 

One day, we'll destroy each other:
 
MessageSujet: (#) Re: Hunter and prey (Benn)     Hier à 23:52
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t984-i-refuse-to-be-anything-but-successful-benn http://beyond-earth.forumactif.com/t995-fail-better-benn
Messages : 7
Âge : 38 ans
Occupation : Lieutenant de la douane | Délégué du C5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : 12 ans
Pseudo : frey
Avatar : JJ Feild
Crédits : Frey
« Ah oui, il me semble avoir oublié un stylo dans votre bureau, l'autre jour. » Ton sourire tremble à peine. Tu n'as pris tes fonctions qu'il y a peu et tu n'as le plaisir d'avoir ton propre bureau que depuis que tu as pu enfiler tes galons et la veste de lieutenant. Tu essaies de rendre l'endroit aussi impeccable que possible et, sans parvenir à y insérer une touche personnelle – que faudrait-il faire pour cela ? – tu ne tolères pas ce qui n'y aurait pas sa place. Tu as déjà entendu des remarques, chuchotées rapidement, que tu essaies trop d'appuyer ton autorité en imitant, en faisant comme si tu étais un de tes prédécesseurs. Tu souris, tu continues de sourire, face à tout le monde et tu notes patiemment les noms, les visages. Ton attention est toute portée pourtant sur Wilhem, espérant y capter un regard, un signe de nervosité qui te permette de confirmer tes soupçons, parce que tu es certain de ton coup, tu ne peux pas te tromper. « De quoi parlez-vous ? » Tu observes un instant le mouvement de la cigarette. Tu ne peux rien dire depuis que les paquets ont été légalisés par la politique de la nouvelle amirale et tu remontes la tête, tes yeux creusant avec attention le visage de Wilhem. Tu n'as jamais aimé les clopes, ces volutes de fumées qui te donnaient l'impression de cacher quelque chose. L'infime mouvement est là, le froncement de sa peau, les muscles qui se tendent. Tu as l'impression que par ce geste, l'homme qui te fait face a abandonné son sentiment de supériorité pour s'intéresser plus à ce que tu dis, laissant passer un message autour de vous. Ton sourire s'étire et tes yeux s’étrécissent d'un plaisir non feint que tu ne cherches même pas à cacher. « Je n'aime pas votre ton, lieutenant, qu'insinuez vous, au juste ? Je suis un honnête citoyen. »

Tu te mords les lèvres pour t'empêcher de parler, tes pouces tournant entre eux tandis que tu te tord les mains. Le sourire est difficile à cacher et même tes dents plantées dans ta lèvre inférieure ne parviennent pas à en masquer l'amplitude. Le tapotement de Wilhem contre le verre, les petits gestes qui répondent aux tiens... Tu te sens maître du terrain et tu te décides à prendre ton temps pour exposer tes pièces maîtresses. « Vous voyez, Ordo, depuis l'effroyable incident qui a secoué notre flotte, nous avons cherché à comprendre ce qui s'était passé. » Tu quittes le confort du dossier pour t'avancer un peu plus sur la table et, baissant d'un ton, tu essaies d'instaurer une fausse confidence entre vous. « Comment nos valeureux soldats ont-ils pu tomber ainsi ? Nos armes sont-elles donc si inefficaces ? » Tu te redresses un peu, tu relâches enfin tes mains pour diriger tes paumes vers le plafond du bar. « Tragique, n'est-ce pas ? » Tu secoues la tête en prenant un air affecté, bien trop exagéré pour être capable de convaincre qui que ce soit. « Quelle ne fut pas notre surprise quand nous sommes tombé sur des affaires qui ne nous appartenaient pas. Pourtant, les hommes d'en face sont partis avec les leurs, non ? Ce serait dramatique s'ils avaient oublié opportunément certaines leurs armes dans les affaires de nos braves soldats. » Tu jubilais et tu avais du mal à garder l'affect dans le ton de ta voix. Il y avait évidemment des restes de l'équipe d'assaut, des douilles, un masque, un morceau d'armure, mais rien qui ne corresponde à ce que tu avais en tête et Wilhem devait bien voir ce dont il s'agissait.
MessageSujet: (#) Re: Hunter and prey (Benn)     

RÉPONSE RAPIDE