Your heart is far too young to realize the unimaginable light you hold inside.[OS]
MessageSujet: (#) Your heart is far too young to realize the unimaginable light you hold inside.[OS]     Dim 9 Sep - 18:19
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t112-blood-on-my-name-jyresse http://beyond-earth.forumactif.com/t198-the-soul-of-shame-jyreese#1096
Messages : 219
Âge : 35 ans même s'il en paraît plus, abîmé qu'il est par ses deux années passées sur le Lady Grace.
Occupation : Sergent légionnaire & pilote. En période probatoire.
Habitation : Sur le Columbiad dans une cabine assez spacieuse pour lui et sa fille adoptive, Sanah.
Arrivée : En 2200. Il avait à peine 8 ans quand il a quitté la Terre. On a suivi maman et papa. Les souvenirs de la Terre s'effritent au fil du temps. Un peu trop à son goût.
Pseudo : BereniceWCL
Avatar : Chris Evans
Crédits : BereniceWCL (ava) - beardedchrisevans (gifs) - Wiise (code signature)
Your heart is far too young to realize
the unimaginable light you hold inside.



Il patiente. Parce que c'est ce que l'éducateur lui a dit de faire. On lui a dit qu'il devait venir dans les locaux pour effectuer quelques réparations sur une machine mais ça été demandé à la dernière minute et il n'a pas eu le temps de demander des précisions Jyreese. Alors, il a pris sa boîte à outils et il est venu. Sauf qu'on lui a dit que l'éducateur était en entretien avec un enfant et qu'il devait attendre. Donc il attend. Devant la porte. Debout. Sa boîte à outils à ses pieds. Et il n'est pas le seul à attendre. Une petite fille attend elle aussi, assise sur une chaise à sa gauche. Elle a le visage fermé, sérieux, trop pour une enfant se fait-il la réflexion silencieusement. Heureusement les cheveux blonds de la petite adoucissent un peu ses traits. Il se demande pourquoi elle fait cette tête Jyreese et c'est pendant qu'il la regarde qu'il la surprend en train de l'observer aussi. Il esquisse un petit sourire et détourne le regard, craignant de faire peur à l'enfant à la regarder de cette façon. Mais il sent son regard à elle peser sur lui. Vraiment peser sur lui. Alors il finit par doucement reporter son attention sur la petite fille qui plisse les yeux en le fixant avec davantage d'intensité. Alors il finit par arquer un sourcil, un air interrogatif sur le visage.

« Tu veux plus te cacher ? »

Pour le coup, l'air interrogatif s'accentue alors que les sourcils se haussent.

« Pardon ?
- T'as enlevé ton bonnet. Donc tu veux plus te cacher ? »

La bouche du mécanicien s'ouvre sous la surprise. Pendant un instant il se demande s'il a bien entendu mais il n'est pas mal-entendant, il a bel et bien compris ce qu'il a compris. Il termine par froncer un peu les sourcils, cherchant d'où la petite pourrait le connaître et surtout, le connaître à ce point-là.

« On s'est déjà parlés ? » qu'il finit par demander, pas du tout sûr de son coup.

La petite pince un peu les lèvres avant de secouer négativement la tête.

« Non mais t'es souvent venu ici réparer des trucs en te cachant sous ton bonnet.
- Oh, faut que tu arrêtes de dire ça, je ne me cachais pas. »

Vil menteur. Et la petite capte le mensonge au point qu'elle fronce les sourcils.

« Faut pas mentir, c'est pas bien. »

Il se tait une seconde et se mord l'intérieur de la bouche.

« Non, tu as raison. Ce n'est pas bien. »

Il finit par soupirer et vient finalement prendre place sur la chaise à côté de la petite. C'est qu'il est curieux pour le coup. Très curieux. Comment sait-elle ? Comment a-t-elle deviné juste en le voyant ?

« Comment tu sais que je me cachais ? »

Elle hausse les épaules.

« Je sais pas comment je le sais. »

Jyreese l'observe un petit instant puis termine par esquisser un petit sourire.

« Eh bien on peut dire que tu es une petite fille très observatrice, sans doute trop pour ton âge.
- Pourquoi tu te cachais ? »

Bien sûr qu'elle pose la question, pourquoi ne le ferait-elle pas ? Puisqu'elle a deviné qu'il se cachait, qu'elle a l'occasion d'en découvrir les raisons, elle ne va pas s'en priver. C'est qu'elle a l'air d'être assez directe et aussi de savoir ce qu'elle veut cette petite demoiselle. Il reste un instant silencieux, cherchant la meilleure façon d'expliquer à une enfant qui doit avoir au bas mot sept ou huit ans pourquoi il se planquait sous son bonnet. Il laisse échapper un petit soupire avant de se racler la gorge et d'oser se lancer.

« Alors en fait hum... » Il hésite un peu. « Tu as déjà fait une grosse bêtise ? » qu'il termine par lui demander.

Elle hausse les sourcils.

« Je suis assise là en attendant l'éducateur alors que les autres sont en train de jouer. Pourquoi à ton avis ? »

Il sourit. Il ne devrait pas mais il sourit. Le naturel de la petite est presque déconcertant.

« D'accord. Donc, voilà. J'ai fait une très grosse bêtise. » qu'il termine par avouer en perdant son sourire malgré lui. « Et j'ai été très sévèrement puni pour ça. Puis, quand la punition a été terminée... Tu sais, quand on a été puni et qu'on a fait la punition, en général on est pardonné de la bêtise qu'on a faite. Eh bien moi, après ma punition, je m'en voulais encore trop pour accepter qu'on me pardonne. Et je ne voulais pas me pardonner à moi-même. Et garder ce bonnet sur la tête c'était un peu ma façon de continuer à me punir. »

Enfin, c'est surtout tout ce qu'il y a eu autour et ce que le bonnet signifiait qui faisait qu'il se punissait mais il ne va pas entrer dans les détails avec la petite. Il en dit déjà sans doute un peu trop. Elle l'observe d'ailleurs avec des yeux ronds : et s'il lui faisait peur ?

« C'était vraiment une très, très grosse bêtise alors...
- Oui. »

Ils s'observent en silence un instant et il a cette impression étrange que la petite arrive à lire en lui. Oui, c'est étrange et un poil déstabilisant aussi.

« Mais tu t'es pardonné du coup puisque tu te caches plus. »

Rien ne lui échappe. Il esquisse de nouveau un petit sourire.

« Pas tout à fait mais j'essaye. »

Elle détourne son regard, semble songeuse puis laisse échapper un soupir.

« Heureusement que tu l'as enlevé, t'avais l'air très bizarre avec. » qu'elle lâche soudain avec une presque grimace sur le visage.

Et Jyreese laisse échapper un petit rire.

« Merci. »

Et de nouveau le silence entre eux. C'est finalement Jyreese qui termine par le briser au bout de quelques instants, étant lui aussi assez curieux pour le coup.

« C'est quoi ta grosse bêtise ? Comment tu t'es retrouvée là ?
- J'ai cogné sur un garçon. 
- Quoi ?
- En plein nez et il a beaucoup saigné. »

Elle dit ça avec un détachement un peu déstabilisant et en même temps, il lui semble voir soudain un soupçon de colère voiler le regard de l'enfant.

« Pourquoi ?
- Quoi ?
- Pourquoi tu l'as frappé ?
- Parce qu'il était méchant avec mon amie. Il l'a faite pleurer. Je voulais qu'il arrête.
- Oh. »

C'est terrible comme il y a du bon et du mauvais dans ce geste qu'elle a eu et après un petit temps d'hésitation, Jyreese décide de tenter d'y mettre son nez. Il tend sa main à l'enfant.

« Je m'appelle Jyreese, et toi ?
- Sanah. »

Elle vient glisser sa petite main dans la grande paluche du mécanicien.

« Enchanté.
- Moi aussi. »

Les mains se séparent mais le regard de Jyreese reste fixé sur celui de la petite.

« Bon, maintenant qu'on n'est plus des étrangers : je peux te donner un conseil ?
- Hm... Oui, d'accord.
- Bien. »

Il affiche un air on ne peut plus sérieux. Pas sévère ni réprobateur, juste sérieux.

« Si tu peux éviter la violence, il faut que tu l'évites. Il ne faut que pas que ce soit ta réponse si tu peux en donner une autre.
- Il lui a dit des choses très méchantes.
- Ce qu'il a fait est très mal. Et toi, ce que tu as fait, c'est très brave et très respectable. Défendre ton amie de cette façon. Vraiment. Mais est-ce que tu crois qu'il méritait que tu le frappes ?
- Elle pleurait !
- Est-ce qu'il l'a frappée ? Poussée ?
- Non.
- Donc crois-tu qu'il méritait que tu le frappes de cette façon ? »

Elle retrousse un peu le nez, réfléchit.

« Non ?...
- Non. Tu aurais pu te montrer plus digne que lui ne l'a été. Parce que ce n'est pas digne de faire du mal aux gens avec des mots ou avec des poings. »

Et il sait de quoi il parle. Elle croise les bras et plisse les yeux, là encore songeuse.

« Et s'il l'avait frappée ?
- Il ne l'a pas fait.
- Il aurait pu.
- Et tu l'aurais défendue.
- En frappant.
- Peut-être. Ecoute Sanah en fait, il faut que tu apprennes à prendre les bonnes décisions en fonction de chaque situation. Et tu sauras comment répondre de la meilleure manière possible au final. Mais si tu peux éviter la violence il faut l'éviter, c'est tout. »

Elle plonge son regard quelque peu intrigant dans celui de Jyreese.

« Tu pourrais m'apprendre ?
- A faire quoi ?
- Prendre les bonnes décisions. »

Il n'a pas le temps de répondre que la porte s'ouvre sur l'éducateur et sur le gosse en question. Il a effectivement bien saigné du nez puisqu'il tient un mouchoir sous le nez, un mouchoir fort imbibé de sang. Sanah se redresse vivement, il fait de même et le petit garçon la fixe avec un regard assassin.

« Je suis désolée. J'aurais pas dû te cogner dessus, c'était mal. »

L'éducateur et Jyreese doivent écarquiller les yeux au même moment. Le petit garçon est visiblement aussi surpris qu'eux. C'est que les excuses sortent de nulle part. Qui plus est le regard de Sanah reste très sombre à l'égard du petit garçon.

« Mais ce que tu as fait c'était très mal aussi. Tu l'as faite pleurer et elle était très triste. Rendre les gens tristes c'est mal mais j'aurais pas dû te cogner dessus alors je suis désolée. Je ne recommencerai plus mais faut pas que tu recommences toi non plus. »

Jyreese sourit. Fier cet idiot, fier. Parce qu'elles sont parfaites ces excuses qui en même temps donnent un petit avertissement au garçon sur son comportement.

« Tu peux y aller. » que l’éducateur lance au petit garçon qui s'exécute. « Toi aussi Sanah. » qu'il ajoute quand le garçon s'est assez éloigné.

Et voilà que la petite écarquille les yeux.

« Vous ne me punissez pas ? »

Elle semble sincèrement surprise. L'éducateur sourit.

« Non. Tu as visiblement déjà appris la leçon. Tu peux y aller. »

Et le sourire qui étire les lèvres de l'enfant fait littéralement fondre Jyreese comme un glaçon au soleil. Enfin, à l'époque.

« Merci ! » Elle se tourne vers Jyreese, rayonnante. « A plus Jyreese ! » qu'elle lance avant de partir en courant en agitant sa petite main pour dire au revoir. Et lui de faire pareil.

« A plus ! »

Et il reste là, à sourire, alors que l'enfant a déjà disparu.

« Que lui avez-vous dit ? »

La question le surprend. Il se retourne vers l'éducateur, hausse un peu les épaules.

« Rien de bien spécial. Je lui ai un peu parlé de mes propres bêtises et puis je lui ai dit qu'elle devait éviter la violence quand elle le pouvait, c'est tout. Pourquoi ?
- Parce que c'est la première fois qu'elle s'excuse. »

Et il tique Jyreese. Il en fronce les sourcils.

« Ce n'est pas la première fois qu'elle cogne sur un camarade ?
- Malheureusement non, mais c'est la première fois qu'elle s'excuse. J'ai bien essayé de lui parler mais à chaque fois je me suis heurté à un mur.
- Et ses parents ? »

Tout à coup l'éducateur semble mal à l'aise. Il finit par soupirer.

« Elle est orpheline. Elle vit en famille d'accueil mais elle finit toujours par changer. »

Il prend les informations au fur et à mesure Jyreese. Orpheline. Famille d'accueil. Dont elle change souvent.

« Pourquoi ?
- Parce que c'est une petite très en avance pour son âge. Elle est très intelligente, très observatrice et très intuitive. »

Il a remarqué oui.

« Alors elle voit trop, réfléchit trop et elle est du coup parfois difficile alors... »

Jyreese serre les poings, sa mâchoire se crispe alors que ses sourcils se froncent.

« Et personne ne la garde juste à cause de ça ? »

Il est en colère oui et l'éducateur le remarque.

« Vous savez, chacun fait comme il peut.
- Oui, sans doute oui... »

Il détourne son regard de l'éducateur pour le reporter vers le couloir où Sanah a disparu.

« On y va ?
- Oui. Oui, allons-y. »

Parce qu'il est venu ici pour travailler à l'origine.

|-|-|

Cela fait des heures que ça le travaille. Même pendant qu'il avait les mains au milieu des fils de la machine défectueuse, il y pensait. Sanah. Cette petite sortie de nulle part, apparue soudainement dans sa vie alors qu'il venait simplement réparer une machine. La façon dont ils ont échangé, la façon dont elle a su lire en lui, dont elle a su accepter ses mots, ses conseils, la façon dont elle les a appliqués et la façon dont lui, ça l'a rendu fier. Et puis cette colère en imaginant que personne ne veut l'adopter parce qu'elle n'est pas « facile ». Quel enfant l'est ? Certains le sont sans doute, il n'a pas véritablement d'expérience dans le domaine après tout. Il laisse échapper un profond soupir, allongé sur son lit, tourne pour la énième fois de l'autre côté, incapable de trouver le sommeil. Il termine par se redresser et par s'asseoir au bord du lit.

« Charlie ?
- Oui Jyresse ?
- J'ai besoin que tu me trouves toutes les informations concernant une procédure d'adoption s'il te plaît. 
- Tout de suite. »

Il faut qu'il sache. Il est peut-être complètement fou de s'imaginer faire ça alors qu'il l'a rencontrée aujourd'hui, qu'il n'a jamais passé que quelques minutes avec elle mais... C'est inexplicable, ce qu'il ressent pour cette petite. C'est comme s'ils s'étaient trouvés, c'est tout. Il ne faut que quelques instants à l'IA pour répondre à la demande de Jyreese.

« C'est trouvé.
- Dis-moi.
- Il faut vous adresser au bureau des services sociaux, remplir un dossier. Si l'enfant vous est confiée, vous serez d'abord considéré comme une famille d'accueil et recevrez quotidiennement des visites pour s'assurer du bien-être de l'enfant. Et par la suite seulement l'adoption pourra être prononcée.
- D'accord. »

Dis comme ça, ça ne lui semble pas insurmontable. Certes, il est seul mais combien de familles monoparentales s'occupent parfaitement bien d'enfants ? Il se frotte le visage.

« Et est-ce qu'il y a des conditions pour pouvoir prétendre à l'adoption ?
- Oui. Vous serez interrogé pour qu'ils s'assurent de votre état mental et de votre état de santé également. Ils viendront aussi voir où vous habitez.
- Je changerai de toute façon pour quelque chose de plus grand. »

Il parle au futur comme si c'était déjà fait.

« Et il faut avoir un casier judiciaire vierge. »

Jyreese se fige. Il a le cœur qui se serre alors qu'il tourne son regard en direction du terminal.

« Tu es sûr ?
- Affirmatif. »

Un silence. Les entrailles du mécanicien se tordent.

« Le vôtre ne l'est pas.
- Non, effectivement Charlie.
- Souhaitez-vous que j'envoie malgré tout une demande dès maintenant ?
- Non. Non... »

Non. Parce que ça lui sera forcément refusé. Il jette un regard en biais à l'image de son père qui trône sur un petit meuble avant de fermer les yeux. Il a repoussé le moment. Pourtant, il en avait envie, de reprendre son ancien poste de légionnaire. Après les événements survenus sur le Jeanne d'Arc, quand il a été contacté pour qu'il puisse reprendre son ancien poste et auparavant passer devant un comité pour effacer son casier, il a simplement répondu qu'il allait réfléchir. Car s'il en crevait sincèrement d'envie, davantage même depuis sa rencontre avec May, il n'était pas encore tout à fait sûr de le mériter. Mais aujourd'hui, son casier est-il si important que cela pour lui ? Ce qu'il a fait, est-ce si important que cela ? Est-ce plus important que de redevenir l'homme qu'il aurait voulu ne jamais cesser d'être ? Alors qu'en laissant sa culpabilité de côté il pourrait de nouveau servir la Flotte et peut-être rendre une enfant heureuse ?

« Non, à la place, tu vas envoyer un message à quelqu'un de ma part.
- A qui ? »

Un soupir, il rouvre les yeux et le nom s'échappe de ses lèvres.

Il est temps à présent.
Il est temps.





(c) sweet.lips


---------------------
mi-août 2227


Where there is no hope, it is incumbent on us to invent it.
by wiise


Until the end of the line.:
 


The world is brighter than the sun now that you're here.:
 
MessageSujet: (#) Re: Your heart is far too young to realize the unimaginable light you hold inside.[OS]     Sam 10 Nov - 16:45
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t112-blood-on-my-name-jyresse http://beyond-earth.forumactif.com/t198-the-soul-of-shame-jyreese#1096
Messages : 219
Âge : 35 ans même s'il en paraît plus, abîmé qu'il est par ses deux années passées sur le Lady Grace.
Occupation : Sergent légionnaire & pilote. En période probatoire.
Habitation : Sur le Columbiad dans une cabine assez spacieuse pour lui et sa fille adoptive, Sanah.
Arrivée : En 2200. Il avait à peine 8 ans quand il a quitté la Terre. On a suivi maman et papa. Les souvenirs de la Terre s'effritent au fil du temps. Un peu trop à son goût.
Pseudo : BereniceWCL
Avatar : Chris Evans
Crédits : BereniceWCL (ava) - beardedchrisevans (gifs) - Wiise (code signature)
Your heart is far too young to realize
the unimaginable light you hold inside.




« Vous n'avez pas encore changé de logement.
- C'est prévu si Sanah accepte. »

La femme tapote sur son terminal et s'enferme dans le silence alors que Jyreese se tient là, sur sa chaise, nerveux. Extrêmement nerveux. Parce que les choses prennent enfin une tournure tout à fait officielle. Il a été réintégré après avoir passé les tests et maintenant qu'il a repris officiellement sa fonction de légionnaire, il est là, pour ramener Sanah chez lui. Si on accepte de bien vouloir lui laisser une chance. La femme qui est face à lui est passée le voir chez lui à plusieurs reprises en  l'espace de quinze jours et elle lui a posé de nombreuses questions, parfois certaines questions sont revenues et maintenant ils en sont là. Il espère qu'elle va donner son accord et une fois que cela sera fait, ce sera à Sanah de donner son accord car non Jyreese de l'emmènera pas si elle ne souhaite pas le suivre. Il se l'est promis, de ne strictement rien imposer à cette petite fille. La femme repose son terminal et relève son regard vers Jyreese avant, pour la toute première fois, d'esquisser un sourire.

« Je vous le souhaite. Vous semblez très attaché à cette petite, apte à l'accueillir chez vous. On peut dire que vous vous êtes battu pour ça. »

Il hoche la tête. On peut le dire oui. Ce retournement de situation dans sa vie a été brutal, radical et rapide mais même si ça n'a pas été facile et que ça ne l'est toujours pas car même si son casier a été effacé, Jyreese ne fait pas semblant et n'a pas oublié (il n'oubliera jamais) mais il avance. Il avance et même si c'est difficile c'est particulièrement libérateur. Il vit vraiment à présent, il a cessé de juste survivre.

« Bien. »

Elle tapote sur son terminal.

« Vous pouvez faire venir Sanah. Merci. »

Il prend une profonde inspiration. Il se frotte les mains, moites. Il n'a rien préparé, pas de discours, pas de mots répétés pour essayer de convaincre Sanah de venir vivre avec lui mais maintenant qu'il sait qu'elle va bientôt arriver, il se dit qu'il aurait peut-être dû pour être certain de ne pas s'éparpiller et faire fuir l'enfant. Et si elle disait non ? Et si c'était un refus net ? En fait, Jyreese n'a jamais envisagé cette possibilité. Qu'on lui refuse de reprendre son poste, que les services sociaux refusent d'étudier sa demande ça oui, il y a songé, mais au refus éventuel de Sanah... Cet idiot n'y a jamais pensé non alors que l'enfant peut tout à fait ne pas vouloir de lui. Idiot. C'est à cela qu'il est en train de penser, en pâlissant à vue d'oeil, quand la porte s'ouvre. Le visage se tourne vers l'entrée du bureau et quand il voit Sanah, il sourit bien largement Jyreese. Il ne l'a pas revue depuis leur rencontre et voir la bouille de la petite, enfin, remplit son cœur de joie. La petite semble d'abord étonnée de le voir puis un grand sourire vient éclairer son visage.

« Jyreese ! Salut !
- Bonjour Sanah. » qu'il répond en riant un peu.

L'enthousiasme de Sanah fait diminuer ses appréhensions même si elles ne disparaissent pas complètement. Sanah s'approche de lui rapidement puis quand elle réalise que l'éducatrice est là également elle s'arrête et fronce les sourcils : elle est loin d'être idiote alors elle sait. Elle sait que quelque chose se trame.

« Qu'est-ce qui se passe ?
- Tu veux bien t'asseoir s'il te plaît ?
- Qu'est-ce que j'ai fait ? »

Comme ça fait mal au cœur à Jyreese de réaliser que Sanah pense être là pour peut-être être punie d'une chose dont elle ne se souvient pas et pour cause : pas de punition pour la petite aujourd'hui. En théorie, c'est censé être une bonne nouvelle.

« Absolument rien.
- Oh. »

Elle jette un regard à Jyreese qui lui sourit avec douceur, en espérant pouvoir la rassurer un peu mais Sanah ne sourit plus. Elle prend place sur la chaise à côté de Jyreese et regarde l'éducatrice les sourcils froncés. Puis elle attend. Sauf que l'éducatrice ne dit rien. Elle se contente de faire un petit signe de tête en direction de Jyreese : c'est à lui de parler.

« Oh... Ok. » qu'il souffle dans sa barbe fraîchement taillée avant de se tourner vers Sanah qui elle aussi tourne son regard suspicieux vers Jyreese. « Hum... Alors voilà. » Voilà rien. Silence. Ce n'est franchement pas si simple et il regrette vraiment de ne pas avoir réfléchi davantage à ce qu'il pourrait lui dire. Il va devoir improviser, y aller le plus naturellement possible. Il lui faut prendre une autre profonde inspiration avant de se lancer. « Si je suis là et que tu es là, c'est parce que j'aimerais beaucoup que tu viennes vivre avec moi. »

Sanah fronce un peu plus les sourcils. Sa bouche s'entrouvre sous la surprise avant qu'elle ne tourne son visage vers l'éducatrice avant de se lever de sa chaise.

« Ils ne sont pas contents ? Ils ne veulent plus de moi ? »

Jyreese comprend qu'elle parle de sa famille d'accueil actuelle.

« Je n'ai rien fait !
- Je sais Sanah, calme-toi.
- Ce n'est pas eux Sanah. » intervient Jyreese qui capte de nouveau du coup l'attention de la petite fille. « Ils n'ont pas dit qu'ils ne voulaient plus que tu vives avec eux. C'est moi qui demande à ce que tu viennes vivre avec moi. Je voudrais pouvoir t'adopter et pour le moment, ce n'est pas possible. Il faut d'abord que tu acceptes de venir vivre avec moi et si tout se passe bien... Hum... Si tout se passe bien je pourrai devenir ton papa. »

Et voilà. C'est dit. La petite bat des cils, son regard va de Jyreese à l'éducatrice, et vice versa, à plusieurs reprises. Sa bouche forme un « Oh » de surprise. Elle semble avoir du mal à croire ce que Jyreese.

« Quoi ?
- Si tu es d'accord pour venir avec moi, tu p-
- J'ai compris ce que t'as dit mais je comprends pas pourquoi tu dis ça. Tu veux m'adopter ? Moi ?
- Oui.
- Mais tu me connais pas. »

Là où un autre enfant aurait pu simplement sauter de joie, Sanah elle cherche à comprendre et ça ne suprend pas Jyreese, pas avec l'avance qu'elle a, pas avec la façon dont elle réfléchit trop d'après ce qu'on lui a expliqué.

« Je te connais un peu.
- Tu m'as vue qu'une seule fois.
- Et ça m'a suffi Sanah. Depuis que je t'ai rencontrée j'ai voulu t'accueillir chez moi.
- Sauf que t'es jamais revenu. »

Elle y a pensé alors, à lui. Et ça le touche comme ça lui fait mal.

« Je ne pouvais pas.
- Pourquoi pas ?
- Parce que légalement je ne pouvais pas t'adopter. J'ai fait de la prison et à cause de ça je ne pouvais pas t'adopter. »

Il ose. Il ose la transparence. Elle écarquille les yeux. Silence pesant dans le bureau. Sanah semble réfléchir à toute allure.

« La bêtise dont tu as parlé ?
- Oui. »

Elle s'en souvient. Il en sourit un peu.

« Effectivement. Et la prison a été ma punition et il fallait d'abord qu'on me... Hum... Tu sais ce qu'est un casier judiciaire ?
- Oui. »

Elle répond du tac au tac, comme si penser qu'elle ne le sait pas est une insulte.

« Eh bien il a fallu effacer mon casier pour que je puisse être dans la possibilité de demander à t'adopter. Et après ça, il a fallu que je rencontre ton éducatrice et je ne voulais pas te rendre visite et te parler de tout ça si finalement on ne m'autorisait pas à te prendre avec moi.
- Et on t'autorise ?
- Oui, c'est pour ça que je suis là. »

Un nouveau silence, elle se tourne vers l'éducatrice, cherchant visiblement une confirmation, alors la femme hoche la tête. Sanah se retourne vers Jyreese et au fil des secondes, le visage tendu de l'enfant se détend avant que des larmes n'apparaissent dans ses yeux.

« Tu veux m'adopter ?
- Oui.
- Vraiment ?
- Oui.
- Moi ?
- Oui, toi. »

Elle se tourne de nouveau vers l'éducatrice.

« Je peux ?
- C'est ton choix Sanah alors oui, tu peux si tu veux. »

Et pour toute réponse, l'enfant se jette au cou du légionnaire qui, pendant l'espace de quelques secondes est si surpris qu'il n'en bouge pas. Puis, alors qu'il réalise que ce câlin est sa réponse, ses grands bras viennent entourer la petite alors que les larmes lui montent aux yeux bien malgré lui. Il tient sa fille dans ses bras, voilà ce que son cœur ne cesse de lui dire. C'est fou mais c'est comme ça.

« On va prendre ça pour un oui. »

Il sourit aux mots de l'éducatrice. Sanah se recule un peu et vient poser ses petites mains sur les joues de Jyreese : elle a un large sourire aux lèvres malgré les larmes qui coulent sur ses joues. Ils sont deux à pleurer comme des idiots heureux.

« Tu m'emmènes alors ?
- Pas aujourd'hui.
- Pourquoi pas ?
- Parce qu'il faut d'abord que je déménage vu que pour le moment je n'ai pas la place pour t'accueillir et puis il faut que tu récupères tes affaires aussi.
- Quand alors ?
- Quelques jours tout au plus. »

Oui. Quelques jours. Et les quelques jours passeront finalement bien vite et quand Sanah passera pour la première fois la porte de la cabine, quand elle sera auprès de Jyreese, ce sera un peu étrange comme il aura l'impression qu'elle a toujours été là.

Qu'elle était faite pour être là, avec lui.




(c) sweet.lips


---------------------
mi-septembre 2227


Where there is no hope, it is incumbent on us to invent it.
by wiise


Until the end of the line.:
 


The world is brighter than the sun now that you're here.:
 

RÉPONSE RAPIDE