You run on gasoline.
MessageSujet: (#) You run on gasoline.     Lun 3 Sep - 19:01
Jamie Farzan
http://beyond-earth.forumactif.com/t971-jf-si-j-etais-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t976-dies-irae-jamie
Messages : 65
Âge : trente ans
Occupation : pilote de commissionaire; réaffectée temporairement comme mécano
Habitation : C5
Arrivée : 2224
Avatar : pilar moraga
Crédits : flotsαm, vovicus
L’arrière salle miteuse grouille de monde, elle doit se frayer un chemin à travers le public déjà chauffé à blanc. La foule l’oppresse, mais bientôt, elle rejoint le coin de ceux qui raviront la masse pour la soirée. L’odeur est affreuse. Un mélange de sueur et d’alcool, que bientôt le sang, les larmes et les glaires viendront compléter. Une joie rentrée, les pupilles noires colères de Jamie sont braquées sur l’odieux spectacle qui se déroule dans le cercle. L’ambiance hystérique l’attrape bientôt elle aussi. Les hurlements de douleurs se mêlent à ceux d’encouragement : chacun supporte son champion et le tribut du sang est récompensé par une clameur folle. Bientôt, les paumes la démangent et l’envie irrépressible de prendre son tour lui passe dans le sang. L’impatience fait gicler l’épinéphrine dans les veines. Vient finalement, enfin, son tour. Concentrée sur l’affrontement à venir, Jamie est devenue sourde à la clameur des hommes et des femmes électrisés par les combats. Les pensées toutes dirigées vers ce qui arrive, elle ne voit plus non plus la foule. Juste ce type qui passe lui aussi la ligne tracée sur le sol. A peine plus grand qu’elle, sec, musclé et nerveux. Il lui adresse des obscénités qu’elle n’écoute pas mais qui ont pour effet d’attiser la frénésie de la foule. Un sale rictus orne les lèvres du type, il dit : qu’est-ce que tu crois faire ? Jamie va lui faire ravaler ce sourire. La cloche annonce le début des hostilités, et déjà, Jamie s’est élancée. Un râle, celui du type ou le sien, traverse la couche opaque de son ; et c’est véritablement parti.

Elle a dérouillé. Chaque inspiration et expiration déclenche une douleur vive et diffuse dans les côtes. Son épaule est moins mobile et son genou peine à porter son poids. Elle claudique, le souffle rauque et la respiration sifflante, hors du cercle, hors de la foule. Le corps encore gorgé d’adrénaline, Jamie savoure. Elle a dérouillé, mais elle a vu l’état du type qu’il a fallu porter et confier aux médecins ou soigneurs peu scrupuleux engagés pour la soirée. Elle, elle a juste arraché la gaze qu’on lui a tendu et s’est barrée. Le corps rompu mais l’esprit apaisé, elle boitille en dehors du bar. Les mires captent le reflet de son visage dans une vitre : elle pisse le sang depuis le nez et son œil est décoré d’un magnifique coquard. Pour le reste, son visage est à peu près épargné. Finalement, la fatigue et la rattrape et elle doit s’assoir. La tête lui tourne alors que l’adrénaline redescend finalement peu à peu. Elle aurait dû accepter ce truc dégueu qu’on lui a proposé à manger… « J’espère qu’t’as bien parié c’soir, Qordis, elle fait à la silhouette qui s’est posée en silence à ses côtés ». La compresse, déjà totalement imbibée de sang, retrouve néanmoins sa place contre le nez. La douleur la fait grimacer, mais en promenant doucement ses doigts dessus, elle estime qu’il n’est pas cassé – pas cette fois. « T’pas une clope ? » Le tournis lui fait pencher la tête en arrière et lui lève un peu le cœur. Ils ne peuvent pas rester ici. Et elle est, pour l’instant, incapable de regagner sa cabine.



stabat mater
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Mar 4 Sep - 18:34
Qordis Lek
http://beyond-earth.forumactif.com/t798-qordis-starboy http://beyond-earth.forumactif.com/t803-qordis-did-the-keller-run-in-five-parsecs
Messages : 227
Âge : 44 ans
Occupation : Opérateur, co-pilote du Jeanne d'Arc
Habitation : Colossus 5 ; sur le vaisseau Canopus avec lequel il est arrivé
Arrivée : 2221
I got it from my Mama Pseudo : Frey
Avatar : Clifton Collins Jr
« J'espère qu't'as bien parié c'soir, Qordis. » Tu lui offres un sourire sans répondre. Pour être tout à fait honnête, tu n'avais pas les moyens de parier en ce moment et tu n'avais donc pu participer à la fête qu'en restant à l'écart en berçant ton verre d'alcool acheté avec tes derniers crédits, la boule au ventre de ne pas pouvoir jouer toi aussi. Est-ce que tu aurais parié sur Jamie ? Tu ne sais pas, tu laissais souvent le hasard décider pour toi. La pilote savait se battre, en témoignait sa dernière victoire, mais les habitudes peuvent être trompeuses et certains combattants se reposaient bien trop sur leurs acquis. D'un autre côté, tu étais toi même incapable de relever le défi. Tu savais te défendre, la formation militaire t'avais appris autant que Roy l'avait fait à l'époque, mais les chorégraphies bien huilées et les mouvements répétées des forces de l'ordre se retrouvaient souvent caducs face aux attaques désordonnées de gens prêts à se battre pour quelques pièces. Tu grimaces en la voyant appuyer la compresse contre son nez. Tu sais ce que ça fait, tu l'as déjà eu trop souvent de brisé, ton nez. Incapable de le remettre vraiment droit, tu en subissais dorénavant les conséquences par des infections récurrentes et l'impossibilité de respirer uniquement par le nez.

« T'pas une clope ? » Un sourire prend forme et soulève le coin de tes lèvres. Est-ce que tu as une clope ? Non, tu ne fumais pas. Comme tu te plaisais à dire, tu ne pouvais pas rassembler toutes les tares et les vices et la consommation de cigarettes était trop dispendieuse pour que tu puisses te permettre de boire, jouer et vivre correctement. « Nah. » Désolé, que le ton laisse sous entendre. Tu ne lui demanderas jamais pardon, tu sais trop bien que ce ne sont pas là des mots qu'elle souhaiterait entendre. Jamie était de ces femmes élevées à la dure sur Keller qui voyaient souvent une excuse comme une signe pour la curée. Les faibles ne survivaient pas bien longtemps sur Keller ou Merry Fields ou Shinbashi sans avoir quelqu'un, quelque chose pour les protéger. D'autres n'en avaient tout simplement cure, tels des chiens enragés ils s'attaquaient à tout ce qui pouvait saigner et, après un combat, Jamie te faisait souvent penser à ce genre de personnes. « T'veux qu'j'aille t'en chercher, p't'êt' ? 'devrait p't'êt' y aller par contre, la milice p'rait rappliquer. » La proposition est surtout faite histoire de dire quelque chose. Tu ne laisseras pas Jamie seule tant qu'elle ne sera pas parvenue à se relever toute seule ou qu'elle soit évacuée d'une manière ou d'une autre. « Hey, ton pif est bien remis, t'as rien à faire r'placer ? T'peux t'relever seule ? Penche pas la tête en arrière, l'sang va t'couler dans la gorge. »



I JUST REALLY LIKE STARS
I FEEL AS IF I AM ALSO A
STAR AS WELL
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Ven 7 Sep - 15:14
Jamie Farzan
http://beyond-earth.forumactif.com/t971-jf-si-j-etais-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t976-dies-irae-jamie
Messages : 65
Âge : trente ans
Occupation : pilote de commissionaire; réaffectée temporairement comme mécano
Habitation : C5
Arrivée : 2224
Avatar : pilar moraga
Crédits : flotsαm, vovicus
Souhaite-elle vraiment savoir s’il a ou pas misé sur elle ? Pas vraiment. Jamie ne participe jamais aux paris, elle se contente d’empocher ses gains. Peu lui importe qui la soutient ou ne la soutient pas, l’argent n’est pas la finalité. Non, c’est état de grâce, durant lequel le temps file rapidement et lentement, elle est consciente de tout, entend tout, voit tout, ressent tout, perçoit l’infime et garde l’esprit clair et organisé. C’est pour l’adrénaline qui sature son organisme et abreuve ses veines. Du reste, elle n’est pas certaine de vouloir savoir s’il parie sur elle ou non. Pas par ego, c’est plus complexe, plus subtile et difficile à définir. Impossible de d’anticiper sa réaction, si elle y pense. Peut-être cela la laisserait finalement impassible. C’est le jeu, après tout, et tenir de la rancœur serait facile et injuste. Elle craint pendant que cela entache sa relation avec le pilote, qu’elle apprécie plutôt.

Le haussement d’épaule lui tire une grimace de douleur autant que de dépit. En réalité, ce dont elle a envie, c’est tout à fait autre chose. Cette petite poudre qu’elle s’est injectée, longtemps, dans le corps et dont elle tant les effets. Fumer, c’est un moyen de ne pas rechuter. Alors, contre la drogue, elle clope, pour s’occuper les doigts et s’interdire la vacuité de l’esprit. « T’quiète pas, elle répond pourtant, refusant en même temps la proposition d’aller lui en acheter. C’pas vr’ment d’ça qu’j’ai envie » Un rire sec lui secoue le corps. « Mon ‘paule qu’démise j’pense. J’pourrais pas l’faire seule » Le regard qu’elle lui envoie lui rappelle qu’elle n’a pas besoin de ses conseils, aussi pertinents soient-ils, mais elle redresse pourtant la tête, puis le corps et se relève finalement. Il lui faut un petit instant pour que le vertige passe, et elle se retourne vers Qordis, le juge, le scrute ; l’inspecte presque. « Faut m’remet’ l’épaule. Vas-y. » Les billes le défient presque d’oser poser la main sur elle, mais elle s’oblige et endure. Un frisson lui secoue l’échine, mais les dents serrées et tout le corps contracté, elle supporte. Le claquement, et la douleur vive qui suit, lui tire un souffle rauque tandis qu’elle s’éloigne aussitôt, rétablissant la distance essentielle, inconsciente, à son bienêtre.

Un raclement de gorge peu élégant lui fait cracher sur le sol une gerbe de sang. « J’peux pas rentre comm’ça, les p’tits m’ont j'mais vue comm’ça… » Qordis n’a jamais vu Delilah et Eran, sinon de loin et Jamie ne parle jamais d’eux. Elle les a mentionnés plusieurs fois, à demi-mots. « On va aller chercher qu’que chose pour me patcher. Et manger. C’moi qu’invite. » La suite poinçonne son orgueil. « Aid’moi à m’rcher. »



stabat mater
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Lun 17 Sep - 13:44
Qordis Lek
http://beyond-earth.forumactif.com/t798-qordis-starboy http://beyond-earth.forumactif.com/t803-qordis-did-the-keller-run-in-five-parsecs
Messages : 227
Âge : 44 ans
Occupation : Opérateur, co-pilote du Jeanne d'Arc
Habitation : Colossus 5 ; sur le vaisseau Canopus avec lequel il est arrivé
Arrivée : 2221
I got it from my Mama Pseudo : Frey
Avatar : Clifton Collins Jr
« Mon 'paule qu'démise j'pense. J'pourrais pas l'faire seule. » Tu souris face à son regard en coin, préférant ignorer la demande d'aide comme si tu n'avais pas entendu. Tu étais plutôt du genre à laisser les problèmes te passer à côté et ne pas les arrêter, en espérant qu'en ne les provoquant pas, ils ne viennent pas se rabattre sur toi. Tu restes posé, prêt à te lever pour la ramasser, mais ne faisant pas mine de t'approcher pour l'aider à retrouver son équilibre. Tu t'humectes les lèvres et tu la quittes un instant des yeux pour surveiller les dédales qui vous entourent. Il y a toujours des bruits de pas et les chaussures renforcées de la milice se confondent avec celles des ouvriers, des douaniers et parfois des ingénieurs, impossible de savoir qui allait vous tomber dessus. « Faut m'remet' l'épaule. Vas-y. » Tu avais sûrement une bonne trentaine de raisons qui te venaient à l'esprit pour lesquelles faire ça, toi, au milieu d'une ruelle du Colossus, n'était pas la meilleure idée qui soit passée par l'esprit – sûrement trop confus après tous ces coups – de Jamie. Elle te défie du regard et tu te rappelles encore douloureusement d'un des coups qu'elle t'a mis pour avoir osé la toucher. Tu essuies tes pognes sur ton pantalon et tu fais craquer tes doigts, pas tant parce que cela te serait utile que parce que tu essaies de gagner du temps, espérant peut-être que, pour une fois, sur un malentendu, Jamie se dégonfle et préfère aller voir un vrai secouriste que t'obliger à lui remettre en place le bras.

Au moins, elle aura une véritable raison d'aller pleurer dans une clinique après ton passage. « Putain... »

Tu finis par obéir, de mauvaise grâce, tu lui attrapes le bras, crispé, attendant la claque qui ne manquerait certainement pas de venir. Une fois certain que tu pouvais la toucher sans finir avec la mâchoire arrachée, tu la pousses doucement de manière à la coller contre un mur et tu fais ta magie, grimaçant autant qu'elle au claquement et aux grognements. « Ah mais p'tain. » Sans t'offusquer de son départ, tu croises les bras et tu te frottes à nouveau les pognes sur tes vêtements, cherchant à faire disparaître l'humidité qui s'y est accumulée, poussée par la peur de faire mal et, un peu, de la réaction de Jamie. « J'peux pas rentrer comm'ça, les p'tits m'ont j'mais vue comme ça. » Les p'tits... ah. Le frère et la sœur. De ce que tu savais, ils n'étaient plus si petits que ça. « Vont pas s'inquiéter ? » Tu t'approches pour lui offrir ton épaule, ton bras, ce qu'elle juge bon d'agripper sans y voir une terrible menace et tu lui souris. « C'chic. Va où ? » Tu as une vague pensée pour Delaani – qui à cette heure était sûrement en train de travailler, ou dormir, ou faire un truc bien plus sain que de rafistoler une tarée dans une ruelle sombre et l'emmener lui trouver de l'alcool dans un bar mal famé. Vous vous éloignez déjà, rejoignant un autre coin, passant devant quelques cabines, deux-trois guss qui vous regardent passer avant de reprendre leur conversation et une bande de gars qui rentrent bruyamment de leur quart un peu plus loin devant vous.



I JUST REALLY LIKE STARS
I FEEL AS IF I AM ALSO A
STAR AS WELL
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Lun 8 Oct - 18:06
Jamie Farzan
http://beyond-earth.forumactif.com/t971-jf-si-j-etais-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t976-dies-irae-jamie
Messages : 65
Âge : trente ans
Occupation : pilote de commissionaire; réaffectée temporairement comme mécano
Habitation : C5
Arrivée : 2224
Avatar : pilar moraga
Crédits : flotsαm, vovicus
Il renâcle, rechigne un peu, mais s’exécute finalement. Jamie ne garde pas rancune contre ses hésitations ; si les rôles étaient inversés elle aurait probablement refusé. Le temps de la manœuvre, longue et rapide à la fois, Jamie ne le quitte jamais du regard, attentive. Et elle le remercie d’un hochement de tête sec, avant de faire jouer l’épaule et l’articulation. C’est encore un peu douloureux, mais au moins a-t-elle retrouvé sa mobilité. Elle fera attention à ne pas trop mobiliser son bras. « Z’ont l’bitude d’être seuls m’t’nant. Mais j’préfère quand même qui m’voient pas comme ça. J’ai un autre ‘droit pour pioncer. Elle se retourne vers lui, un dur sourire goguenard pour lui manger le visage. Tu t’quiètes pour moi ? » N’importe qui se préoccuperait un minimum d’elle compte tenu de son état et Jamie se sait chanceuse que ce soit Qoordis et pas n’importe qui. Il ne lui conseillera pas d’aller voir un toubib, ne la forcera à rien. Il se contentera de proposer un bras comme il le fait actuellement, parce qu’elle lui a demandé. Et si Jamie ne se l’avoue pas, elle est dans le fond ravie de le savoir à ses côtés. Elle s’appuie un peu sur l’avant-bras et clopine à ses côtés, lentement. « On va s’faire péter le bide. Alors on va prendre à m’ger à ’porter et t’vas ch’sir là où t’veux boire. » Ils progressent lentement dans les dédales de corridors jusqu’à une cantine, vide à cette heure-ci. « T’veux un truc ? elle propose tandis qu’elle sélectionne son menu et approche son Charlie pour payer »

Ils sont échoués dans un bar choisi par l’homme, assis dans le fond, en face l’un de l’autre. Jamie engloutit en silence son repas. « C’faisait longtemps qu’j’t’avais pas vu l’bas, elle articule, son accent de Keller exacerbé par la nourriture qu’elle mastique en même temps. Repue et quelque peu requinquée, Jamie se laisse aller dans le fond de sa chaise et sort le paquet de clopes acheté sur le trajet. « C’t’dérange ? elle demande pour la forme avant de l’allumer – elle l’éteindra s’il le souhaite. C’fait longtemps qu’j’t’ai pas au taff n’plus. Toi ‘ssi t’as été ‘fecté ailleurs ? » Depuis les attentats du Jeanne d’Arc, les douanes connaissaient de nombreuses contraintes, la principale étant l’interdiction de quitter la Flotte pour Keller ou Byblos. Elle-même a été réaffectée comme mécanicienne jusqu’à ce que le commerce reprenne.




stabat mater
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Jeu 18 Oct - 10:10
Qordis Lek
http://beyond-earth.forumactif.com/t798-qordis-starboy http://beyond-earth.forumactif.com/t803-qordis-did-the-keller-run-in-five-parsecs
Messages : 227
Âge : 44 ans
Occupation : Opérateur, co-pilote du Jeanne d'Arc
Habitation : Colossus 5 ; sur le vaisseau Canopus avec lequel il est arrivé
Arrivée : 2221
I got it from my Mama Pseudo : Frey
Avatar : Clifton Collins Jr
« Tu t'quiètes pour moi ? » Oui, non, peut-être. C'était plus fort que toi, tu ne parvenais pas à laisser couler la souffrance – autant physique que mentale – des gens que tu considérais proche. Ton autre problème était que tu t'attachais beaucoup trop rapidement aux gens. Jamie était autant pour toi une amie qu'elle te laissait l'approcher, te laissait la toucher alors que tu connaissais sa répulsion du moindre contact, surtout masculin. Tu ne lui avais jamais demandé ce qu'elle avait pu vivre pour en arriver à ce degré de méfiance et de colère, mais tu l'imaginais bien. Tu en avais assez vu sur Keller pour comprendre que certaines des traces laissées sur les corps et les esprits des enfants de la station restaient indélébiles et expliquait en partie la violence perpétuellement présente parmi toutes les sociétés kellari. C'était le même genre d'ambiance, de haine à peine contenue, de colère vibrante qui agitait les corps et les relations des Merrymen et de ceux venant de Shinbashi. « Heh. » Tu hausses les épaules en souriant, la laissant babiller à tes côtés tandis qu'elle s'accroche à ton bras. « T'veux un truc ? » Tu hésites, parce que tu ne vas pas dire non à un repas gratuit, parce que c'est proposé et qu'elle te l'a promis mais il y a aussi une part de toi qui se souvient que beaucoup proposent par gentillesse, par bonne conscience, sans réellement le vouloir. Tu finis tout de même par pointer un plat, le moins cher et qui fait partie de ceux que tu sais que tu peux consommer sans surveiller pendant des heures ton taux de glycémie qui était en dent de scie les dernières semaines. Une fois les deux plats récupérés, tu la mènes vers la Ruche où tu évites un peu trop le regard d'un Crius moribond. Ton ardoise n'est plus si impressionnante, elle a même sacrément diminué, mais l'homme t'impressionne, autant par sa force de caractère que par l'inquiétante loyauté qu'il inspire à presque tout le monde.

« C'faisait longtemps qu'j't'avais pas vu l'bas. » Tu passes une main le long de ta joue et tu détournes le regard un instant. Tu avais évité la zone autant parce que tu devais trop d'argent que parce que tu avais des meilleures choses à faire. La réalité était également que t'être fait exploser dans un coin par des créanciers t'avait refroidi un moment et la peur avait étranglé autant ton esprit que tes tripes et t'avait empêché de venir te mêler de trop aux milieux plus clandestin. Tant que tu avais eu mal, tu avais eu une barrière mentale, puis quand la plupart de tes plaies avaient disparues, tu étais devenu plus courageux – plus inconscient de l'avis des gens du Canopus – et tu avais recommencé à fréquenter des lieux que tu aurais dû éviter. Même l'idée de décevoir Delaani ne t'avait pas assez arrêté pour que tu finisses par revenir aux combats illégaux. Ca et le besoin de crédits qui se faisait de plus en plus pressant. La promesse de rembourser rapidement Rosa, ceux qui te réclamaient d'une manière trop hargneuse, ceux que tu avais croisé, ceux qu'avaient fait fuir Andak un moment. « J'm'suis pris une p'tain d'rouste. »

« C't'dérange ? » Tu secoues la tête à la négative. Tu ne fumes pas vraiment, rarement et généralement quand tu es déjà bien intoxiqué, mais la clope ne te dérange pas de la part des autres. Les volutes et les odeurs te calment, bien gratuit dont tu profites passivement sans vergogne. « Toi 'ssi t'as été 'fecté ailleurs ? » Tu grignotes ce que tu as pris en salaire de l'horreur provoquée par le replacement de l'épaule de Jamie et tu observes le bar du coin de l’œil, l'appel de l'alcool se fait pressant et tu te trémousses. Tu t'obliges à te reconcentrer sur Jamie. « Ouaip'. 'fin j'tais en huh... j'pouvais pas trop b'sser jusqu'y a pas l'temps. Mais ouais, j'tais 'voyé 'illeurs po'r l'instant. » Tu refrottes ta joue et tu observes avec fascination les volutes vaporeuses. « C'va ? 'fin j'trouve qu'c'pas pareil les pilotes qu'restent s'la flotte et ceux qu'vont p'u loin. » Bien sûr il y avait beaucoup de civils dans les pilotes intra-flotte et leurs valeurs autant que leur entraînement n'était pas le même que celui des légionnaires ou des opérateurs. Ce n'était pas tant leur professionnalisme qui était impeccable, de toute façon tout le monde savait que le moindre problème risquait de perturber la chorégraphie bien huilée de la Flotte. La seule erreur de navettes restait dans les mémoires, même si la plupart n'avaient jamais connu l'incident en lui même, le souvenir de la mortalité avait marqué les esprits.



I JUST REALLY LIKE STARS
I FEEL AS IF I AM ALSO A
STAR AS WELL
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Sam 17 Nov - 18:02
Jamie Farzan
http://beyond-earth.forumactif.com/t971-jf-si-j-etais-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t976-dies-irae-jamie
Messages : 65
Âge : trente ans
Occupation : pilote de commissionaire; réaffectée temporairement comme mécano
Habitation : C5
Arrivée : 2224
Avatar : pilar moraga
Crédits : flotsαm, vovicus
« J'm'suis pris une p'tain d'rouste. » Jamie redresse les yeux vers Qordis et le dévisage sans aucune gêne. Elle ne distingue aucune marque de coups ou de blessures, mais peut-être que son passage à tabac remonte à plusieurs semaines. « T’dois b’coup d’rgent ? elle demande tout en avalant une bouchée de son plat. C’bien ? » Jamie n’envisage pas de lui proposer un coup de main ou de lui prêter de l’argent : elle connait trop bien ce genre de type, qui emprunte pour rembourser, et elle sait que s’il voulait lui rendre un jour son argent, ce serait en prenant de potentiel risque. Du reste, si elle apprécie l’homme, elle n’envisage jamais la possibilité de lui venir en aide. Son regard, toujours franc, planté dans celui de Qorids, elle attend la réponse sans s’émouvoir plus avant de sa situation. Non pas qu’elle soit indifférente à la situation, quoi que ce ne serait pas faux non plus. Mais si elle ne parle pas de ses problèmes à l’homme, Jamie estime ne pas avoir à ses soucier des siens.

Elle se rembrunit immédiatement à la question de l’opérateur. Les mâchoires serrées, elle se contente de se murer un silence buté et de regarder la foule aller et venir autour d’eux tandis qu’elle sort une nouvelle clope du paquet, sans l’allumer. Elle se contente de la faire tourner agilement entre ses doigts. « Ouais, elle mâche finalement J’spère juste qu’ça va pas durer une ‘ternité. J’vais f’nir par buter mes c’lègues. » Jamie savait suffisamment se débrouiller en mécanique pour faire correctement le boulot qu’on lui demande, mais le confort habituel de sa routine lui manque terriblement. Ethan ne la faisait pas chier et elle avait une certaine tranquillité sur l’Albatross, personne pour lui faire des blagues douteuses, ou même l’approcher. Elle prend sur elle, mais ça lui coute au quotidien de pas expliquer la tronche du premier connard venu qui s’est trouvé assez de courage pour suggérer qu’il pourrait bien la faire jouir dans l’instant. Un frisson de répulsion la prend toute entière et ça réveille les douleurs endormies de son corps et lui tire une grimace. « D’sons qu’ça m’a fait d’bin d’être l’bas c’soir, elle fait finalement, un regard qui en disait long sur son état d’esprit. » La tranquillité de l’espace lui manque, le silence à peine perturbé par la musique d’Ethan et le ronron des moteurs, et surtout, la tranquillité de l’esprit qu’elle y trouvait. Jamie étouffe, enfermée sur la Flotte et rien que l’idée même de savoir qu’elle ne peut pas en partir quand elle souhaite souffit à nourrir son angoisse. Avisant le verre presque vide de son vis-à-vis, elle demande « T’veux un ‘autre ? » Elle-même ne boit pas d’alcool mais ordonne un soda quelconque produit par la flotte, un truc un peu sucré, vaguement dégueu mais qui lui donnerait des forces plus tard pour se trainer vers le vaisseau de son collègue. « J’quand même hâte qu’y z’ouvre à n’vau l’douane et qu’on puisse r’partir. Même si c’pour Keller… »



stabat mater
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Ven 23 Nov - 22:39
Qordis Lek
http://beyond-earth.forumactif.com/t798-qordis-starboy http://beyond-earth.forumactif.com/t803-qordis-did-the-keller-run-in-five-parsecs
Messages : 227
Âge : 44 ans
Occupation : Opérateur, co-pilote du Jeanne d'Arc
Habitation : Colossus 5 ; sur le vaisseau Canopus avec lequel il est arrivé
Arrivée : 2221
I got it from my Mama Pseudo : Frey
Avatar : Clifton Collins Jr
Elle te demande si tu dois beaucoup d'argent et comme d'habitude, ton regard se fait fuyant. Il vacille, s'échappe, tu essaies de trouver une manière détournée d'en parler parce que ça te rappelle de plus en plus tes erreurs, que tu étais avec Delaani – Delaani ! - que tu ne pouvais plus autant déconner qu'avant, pas pour toi mais parce qu'elle allait sûrement chercher la bagarre. Tu finis par lâcher la somme entre tes lèvres, histoire d'en finir, pas persuadé qu'elle s'y intéresse vraiment et ça te rassure. Qu'elle te juge ne te dérange pas, qu'elle le fasse activement te plaisait beaucoup moins. Un poids en moins, tu retournes à l'ingestion de ta pitance, presque plus léger, comme si avoir avoué une faute, même à Jamie, te permettait de poursuivre ta soirée en toute quiétude. Il ne te faut pas bien longtemps – quelques bouchées, deux gorgées – pour être débarrassé de l'insidieuse sensation de mal-être que la discussion avait instillé en toi et tu te remets à écouter posément ton amie qui rage.

Face aux envies de meurtre de Jamie, tu lâches un « Huh » bien développé. Tu n'avais pas besoin de chercher bien loin pour trouver des preuves que Jamie était loin d'être un chaton doux et beau parleur, tu la voyais assez sur le ring depuis quelques années pour savoir qu'elle ne faisait pas partie de ces gens dont tu aimerais croiser le crochet, ni le droit, ni la croiser tout court dans une ruelle sombre et désaffectée. Elle fait partie de ces gens dont les cicatrices sont plus mentales que physiques et qui a été marquée par Keller. Tu ne sais pas exactement quoi mais tu devines bien que c'est le genre d'histoires dont elle n'a pas envie de parler et toi d'entendre. « T'veux un autre ? » Tu baisses les yeux vers ton verre et de manière très articulée tu finis par lâcher un « Huh, ouais ? » Tu ne sais jamais avec elle et si tu sembles toujours tâtonner, tu finis inévitablement par y aller d'un pas courageux, décidant que quitte à te faire plastronner, autant que ce soit en ayant vécu un bon moment. « Ouaip'. J'pas 'vie d'rester là à tra'sporter d'gens ent'deux vaisseaux. J'm'sens un peu... t'sais, claustro ? 'pi ça fait trop d'remous t'ça, y s'décident pas et y veulent pas c'prendre. » Delaani était moins enthousiasmée que toi à l'idée que les routes vers Keller se rouvrent, mais tu n'étais pas certain de réussir à rester sur la flotte éternellement, même pour ses beaux yeux à elle. « T'veux pas p'poser à 'than d'faire d'z'aller genre su'Byblos ? »



I JUST REALLY LIKE STARS
I FEEL AS IF I AM ALSO A
STAR AS WELL
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Lun 17 Déc - 20:41
Jamie Farzan
http://beyond-earth.forumactif.com/t971-jf-si-j-etais-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t976-dies-irae-jamie
Messages : 65
Âge : trente ans
Occupation : pilote de commissionaire; réaffectée temporairement comme mécano
Habitation : C5
Arrivée : 2224
Avatar : pilar moraga
Crédits : flotsαm, vovicus
D’un geste de la main, Jamie fait signe au serveur de servir une nouvelle tournée et tend son Charlie pour régler les consommations. Elle attend que l’homme les ai servi et soit reparti avant de braquer à nouveau son regard sur l’homme assis en face d’elle. Il n’avait pas une conversation des plus intimes ni des plus secrètes, mais Jamie déteste qu’on puisse écouter quoi que ce soit de ses discussions, aussi vides et futiles soient-elles. C’est qu’elle protège, par réflexe et par instinct, farouchement tout ce qui concerne sa vie privée, et son babillage sur le travail et Keller concernait sa vie privée ; de fait n’intéresse pas le tout-venant, même si ce dernier est un serveur qui ne fait bien que son travail et qui n’écoute probablement même plus les racontars de ses clients. « Hm, j’lai pas p’sé la ‘stion, s’il pr‘pose pas j’f’rais pas. Mais ouais. On s’sent claustro, elle approuve en enfilant la moitié de son verre d’un coup. ».

Un moment se passe sans qu’ils ne se disent rien de particulier. L’avantage de Qordis c’est qu’il supporte aussi bien ses silences que ses rares babillages sans jamais s’en plaindre – et s’il voulait alimenter la conversation, il savait parfaitement trouver un sujet pour. Pourtant, cette fois, c’est Jamie qui reprend la parole. « Lek. Y’a un type l’bas qui t’fixe d’puis ‘taleur. T’le c’nnais ? elle le désigne d’un geste discret du menton mais ne cesse de le jauger ouvertement pour autant. J’l’ai vu c’soir. C’t’un d’bookmaker. Un ami à toi ? » C’est le moment que choisit l’autre pour quitter son coin, un sale sourire qui se veut problement charmeur plaqué sur sa sale face. Sans demander s’il gêne – la moindre des choses – il attrape une chaise libre à côté d’eux et la pose le dossier contre la table avant de s’installer, les coudes sur le rebord. Le long regard appréciateur qu’il lui renvoie la fait frémir, mais elle s’oblige et respire, les lèvres pincées. « Eh bah dis moi, Lek, on s’refuse rien, commence l’autre un brin railleur et l’œillade de connivence vers un compère mâle qu’il doit juger en rut. Qu’est ce qui la retient, sincèrement, de lui exploser les quelques dents qu’il lui reste contre la table ? La douleur dans ses membres, la fatigue et le lieu. En silence, le visage fermé et les mires dures braquées sur l’homme, Jamie semble irradier d’une rare colère sourde, de celle que les instincts même les plus faibles détectent et fuient. L’autre, au contraire, semble satisfait de son petit manège. « T’vas lui d’mander d’plier pour rembourser ? C’est qu’tu m’dois un p’quet d’thunes, et j’aime pas trop attendre, moi. Et t’m’a déjà fait pas mal patienter… ton copain, vois-tu, y m’dois des sous. Et moi j’sais qui t’es, Farzan. Alors, on va p’tet pouvoir s’arranger, à trois nan ? »

Séditieusement, le sourire étire les lippes de Jamie, qui garde le silence. Juste une mise en garde en règle, de quoi le prévenir que s’il aligne un mot de plus, il devra chercher sa langue dans le fond de sa gorge la prochaine fois qu’il voudra balbutier trois mots à moitié intelligents.



stabat mater
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Dim 23 Déc - 16:54
Qordis Lek
http://beyond-earth.forumactif.com/t798-qordis-starboy http://beyond-earth.forumactif.com/t803-qordis-did-the-keller-run-in-five-parsecs
Messages : 227
Âge : 44 ans
Occupation : Opérateur, co-pilote du Jeanne d'Arc
Habitation : Colossus 5 ; sur le vaisseau Canopus avec lequel il est arrivé
Arrivée : 2221
I got it from my Mama Pseudo : Frey
Avatar : Clifton Collins Jr
Tu es ravi d'apprendre que tu n'es pas le seul à mal vivre ce maintien forcé au sol, ou même de ne pas aimer tout simplement de quitter ton petit train-train confortable d'aller-retour entre Keller et la flotte. Tu opines doucement en attirant à toi ton nouveau verre avec un léger signe de tête de remerciement pour le serveur et pour Jamie. Elle t'indique quelqu'un et tu te tournes légèrement pour jeter un regard en coin. Tu renifles, mal à l'aise. Tes problèmes te courent un peu trop derrière de ton avis. « Euh. Ouais ? » Tu te redresses, nerveux à l'idée qu'à nouvelle fois une discussion soit interrompue par une réclamation beauf de tes dettes. « 'fin, j'crois pas t'op qu'ce soit un ami ? » C'est sur ces mots que tu peux le voir s'extirper de son coin pour vous rejoindre, accompagné de sa morgue et de tes sueurs froides. Celles-ci s'accentuent d'ailleurs lorsqu'il se pose entre vous et lance un long regard à Jamie.

Tais toi, tais toi, tais toi « Eh bah dis moi, Lek, on s’refuse rien. » Nooooon. Tu offres un sourire gêné au bookmaker et un regard navré à Jamie qui est déjà tendue comme un coup de trique. « Je... c'pas... j'ai... déjà... huh... » Finalement, tu préfères te taire et prendre une gorgée de ta nouvelle boisson, pour ne pas la gâcher avant que tout n'explose, mais également t'offrir un peu de courage liquide. Est-ce que c'est le moment de disparaître au mépris de tout héroïsme ? Est-ce que tu avais insulté des étoiles récemment pour subir autant de revers ? Est-ce que ce pauvre type cherchait à se faire défigurer de manière définitive ? « Euh. » Tu reprends plusieurs gorgées et tu reposes le verre devant toi, tu frottes ta joue contre ton épaule. Ne te mets pas entre une femme et le sujet de sa haine. « 'fin, c'ton problème à toi et à moi, nah ? Pas à Jamie. La mêle pas à ça, hein ? » Vas-y Qordis, impose toi ! Enfin pas trop... enfin... te fais pas trop marcher dessus...



I JUST REALLY LIKE STARS
I FEEL AS IF I AM ALSO A
STAR AS WELL
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Mer 16 Jan - 18:33
Jamie Farzan
http://beyond-earth.forumactif.com/t971-jf-si-j-etais-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t976-dies-irae-jamie
Messages : 65
Âge : trente ans
Occupation : pilote de commissionaire; réaffectée temporairement comme mécano
Habitation : C5
Arrivée : 2224
Avatar : pilar moraga
Crédits : flotsαm, vovicus
Les billes furieuses de Jamie braquées sur l’homme qui les interrompt, elle ne prête qu’une attention lointaine aux bredouilles de Qordis – et c’est sûrement mieux pour leur amitié qu’elle ne perçoive rien de la piètre qualité de sa défense. L’autre homme, lui, ne la regarde pas vraiment et quand il le fait, c’est pour la détailler salement, comme une vulgaire marchandise dont on jauge l’apparence avant de trancher de son potentiel achat. Jamie vibre de tant de hargne et de rage de se retrouver encore, malgré elle, dans une telle situation. Les hommes sont les mêmes, de la pire espèce, quoi qu’on fasse, où qu’on aille. « Au contraire. Moi, j’pense que si c’est ton ami, c’la concerne, t’crois pas ? Elle s’rait pas une bonne amie si elle t’aide pas. Nan ? il l’interroge en se tourne, tout sourire vers la brune. » Jamie se contente de hocher lentement la tête, les doigts crispés autour de son verre.

Soit cet homme est stupide soit il est inconscient ; plus probablement un savant mélange des deux. Il se dégage de la jeune femme de vraies ondes dangereuses et ça ne demande pas un œil particulièrement fin ou aguerri pour en trouver les signes, depuis les phalanges rendues blanches à la mâchoire serrée ou les mires ombrageuses. « C’est vrai. On pourrait s’arranger, elle fait néanmoins d’une voix beaucoup trop affable et le ton posé, chaque syllabe presque détachée. Elle se penche verre lui, un odieux sourire sur les lippes. Et vive, elle attrape le type par le col tire brutalement vers le sol, de façon à ce qu’on menton et son nez explosent brutalement contre la table. Un craquement sourd et une plainte se font entendre, mais même diminuée, elle reste plus habituée au combat que l’homme. Son autre main tient le surin discret qu’elle a toujours dissimulé sur elle et s’en amuse le long de la gorge du malheureux. T’dis quoi ? elle crache en maintenant la pression. J’tends pas bien, elle ajoute. Quand elle se lève, c’est pour tordre le bras de l’homme dans son dos dans un angle qui n’a rien ni de naturel, ni de confortable. J’tire, c’casse, t’m’as compris ? L’autre gémit une réponse et secoue finalement la tête en signe d’assentiment. J’pense qu’on s’pas bien c’pris toi et moi. Alors v’là c’qu’on v’faire. T’vas oublier mon ami Qordis. T’fais comme t’veux, l’a plus d’dette. P’dant qu’t’y es, ‘site pas à p’yer n’verres. Clair ? » « Je beux bas faire ça, l’autre répond, mais une simple pression de la main lui tir un glapissement et il se ravise. » « Mieux, elle répond, satisfaite. Barre-toi main’tnant. »

Le visage fermé, elle observe l’homme clopiner hors du bar. Le geste aussi rapide de discret, la lame a à nouveau disparu dans les replis de ses vêtements. Il lui faut un court instant et plusieurs bouffées de tabac pour enfin réussir à se tourner vers Qordis avec la certitude qu’elle n’aura pas envie de lui refaire, à lui aussi, le portrait. C’est un peu raté, certes, mais elle se comporte correctement. Les yeux fureur de Jamie et son silence parlent pour elle.









stabat mater
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Lun 4 Fév - 14:41
Qordis Lek
http://beyond-earth.forumactif.com/t798-qordis-starboy http://beyond-earth.forumactif.com/t803-qordis-did-the-keller-run-in-five-parsecs
Messages : 227
Âge : 44 ans
Occupation : Opérateur, co-pilote du Jeanne d'Arc
Habitation : Colossus 5 ; sur le vaisseau Canopus avec lequel il est arrivé
Arrivée : 2221
I got it from my Mama Pseudo : Frey
Avatar : Clifton Collins Jr
Lorsque Jamie ouvre sa bouche, lorsque tu vois son sourire, la rage qui anime autant ses yeux que ses poings, tu sauves ta boisson avant que tout ne vole et n'explose. Tu fais bien car ton « ami » se retrouve imprimé sur le bord de la table. Tu as un sifflement douloureux rien qu'à imaginer ce que traversait le type. Héroïquement, tu restes assis à serrer ton verre contre toi tandis que les clients autour vous lancent des regards mi-inquiets, mi-intéressés. Le surin posé sur la gorge du pauvre type, la manière de se déplacer de Jamie qui fait plus prédateur que proie te fait remercier les étoiles de ne pas être – pas encore – de son mauvais côté.

Tu grimaces sans grande discrétion lorsqu'elle lui tord le bras – tu guettes le bruit écœurant de l'os qui se brise, de l'articulation qui se déloge – et surtout à ses mots. A la façon de Delaani, elle te causait plus de tort en intervenant qu'en laissant couler. Si l'homme pouvait dire oui maintenant, rien ne voulait dire qu'il ne reviendrait pas te faire la peau plus tard ou ne t'envoie quelques autres gars récupérer à sa place. Lorsqu'elle le renvoie et qu'il disparaît, tu préfères suivre son clopinement piteux que de regarder Jamie qui diffuse toujours autour d'elle une aura meurtrière.

Les gens autour de vous le ressentent aussi puisque personne ne commente ou n'intervient. Tout le monde retourne à ses affaires et te voilà à nouveau isolé au milieu du monde. Tu prends une gorgée avant de te rendre compte que ton verre est vide et tu le reposes sur le bord de la table. Ne pas énerver la lionne. Ne pas faire de gestes trop brusques. Tu devrais la remercier mais ça risque surtout de tout faire exploser. Tu devrais aussi lui rappeler que les surins et les armes n'étaient pas autorisées sur la flotte mais ça serait faire preuve de mauvaise foi et risquerait surtout de te porter préjudice. « Euhm. Tu es … impressionnante... comme toujours. » Les sueurs froides sont toujours là. C'est que tu ne sais pas comment réagir pour ne pas réveiller d'autres pulsions dans Jamie. « Ça va ton … bras ? »



I JUST REALLY LIKE STARS
I FEEL AS IF I AM ALSO A
STAR AS WELL
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     Sam 16 Fév - 3:07
Jamie Farzan
http://beyond-earth.forumactif.com/t971-jf-si-j-etais-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t976-dies-irae-jamie
Messages : 65
Âge : trente ans
Occupation : pilote de commissionaire; réaffectée temporairement comme mécano
Habitation : C5
Arrivée : 2224
Avatar : pilar moraga
Crédits : flotsαm, vovicus
« Euhm. Tu es … impressionnante... comme toujours. » Séditieusement, les billes noires colère de Jamie se posent sur Qordis. Elle se pensait prête, mais les compliments de l’homme ne font qu’alimenter sa fureur. Les mâchoires douloureusement serrées, la brune ravale son envie de coller un poing ou deux dans le visage d’ordinaire jovial de l’opérateur. A la place, elle fait doucement jouer son bras et retient avec peine une plainte et elle ne dissimule pas vraiment la grimace soucieuse qui lui barre le visage. « J’rai voir mon doc., elle mâche, le timbre vibrant encore de colère et le visage fermé. C’est son genou plus que son bras qui l’inquiète et surtout le frottement de l’articulation à chaque mouvement même involontaire. Son coup d’éclat n’a sûrement rien arrangé. Autour d’eux, la vie reprend doucement dans le bar, quoi qu’on évite avec soin d’entrer dans le périmètre de leur table et quand elle fait un geste vers le barman, il semble hésiter à s’approcher. « Une autre tournée, elle commande. J’régale le tout. » Le barman bafouille que tout a déjà été payé et Jamie ne fait même pas l’effort de retenir la balafre satisfaite qui lui barre le visage. « Qu’on soit clair : c’tait la première fois. Et la dernière. J’t’aime bien, Lek. Pas assez pour ça. J’connais c’gars, il reviendra pas. P’tet que ses c’pains viendront mais j’spère qu’il’fra passer l’message… Et le rictus qui s’étale un peu plus encore la fait véritablement mentir. Les mecs comme ça, c’est ceux qu’elle préfère : suffisants et stupides, le genre facile mais satisfaisant à briser. « T’as b’coup d’dettes comme ça encore ? »

La réponse l’intéresse peu. Mais si elle est honnête, elle apprécie assez l’homme pour ne pas lui souhaiter qu’il se vide de son sang dans une venelle après un énième combat ou pour des dettes. Le serveur dépose leur commande sur la table, mais Jamie n’y touche pas immédiatement, pensive et les brilles braquées sur Lek. Songeuse, elle déteste l’idée qui se profile. A-t-elle vraiment du temps à perdre pour lui ? D’accord, il est toujours aimable, sympa et avenant. Il n’a jamais rien tenté, et une part de la jeune femme sait que ça ne tient pas uniquement à son manque flagrant de courage. Il pourrait compter du côté des bons si elle concevait seulement que des hommes puissent faire partie. Sérieuse, elle se redresse et se penche vers l’homme, le verre entre ses mains blessées. « Pas d’nouveaux paris. Pour les p’rchains, j’te rencard’rai. C’tiendra qu’à toi..  » Elle se lève et masque avec peine la grimace de douleur qui s’imprime sur ses traits. C’est tout son corps qui est perclus et les courbatures entrent finalement dans la bataille. « Bonne soirée, Lek. »



stabat mater
MessageSujet: (#) Re: You run on gasoline.     

RÉPONSE RAPIDE