Pour un flirt, avec toi
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: (#) Re: Pour un flirt, avec toi     Dim 16 Sep - 21:36
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
« Si ça t'plait hésite pas à t'resservir, Princesse. C'est gratuit. » Tu ricanes et tu attrapes ses bourses entre tes doigts, sans presser, juste histoire qu'il se rappelle de la douleur que tu pouvais causer. « T'es chaud pour un autre round, chéri ? Je suis toujours partante. » Tu le relâches pour le laisser partir se sécher, lui indiquant de se servir dans les serviettes – ce fut celle d'Avayne, qui n'aurait qu'à la brûler ou l'étouffer avec si cela lui chantait – pour profiter d'avoir la cabine à toi toute seule pour finir de te rincer. Propre et à peu près fraîche, tu imites l'homme avec ta propre serviette, passant une main dans tes cheveux trempés qui dégoulinaient dans ta nuque et dans ton dos. Tu le suis et tu va te poser sur ton lit, les jambes croisées, faisant peu de cas des empreintes que tu laissais derrière toi.

Le spectacle s'offre pour le plaisir de tes mirettes et tu l'observes se rhabiller en souriant. Ça a quelque chose de fascinant, voir les gestes de l'habitude, les petits arrêts sur les blessures, les muscles qui s'étirent et la concentration. Tu indiques du doigt pour l'aider, le guidant alors qu'il sait déjà, ça t'amuse. « Si j'trouve pas mieux que toi sur l'Colossus, j'reviendrais t'chercher dans l'coin, chéri, c'était sympa. » Te redressant, tu quittes le confort du lit, la serviette abandonnant ton corps pour s'enrouler autour de tes cheveux que tu frictionnes. Tu continues de déambuler, nue, au milieu de votre cabine. « J'fais comment pour te joindre, sinon ? J'passe dans l'Argus en beuglant jusqu'à que tu pointes le bout de ta queue ? » Tu te diriges vers le fond et tu ouvres d'un mouvement de hanche un des placards où vous entreposiez de la nourriture, des canettes, de quoi survivre en cas de coup dur – ou de cuite. « Si t'as faim ou que tu veux un café, sers toi. » Tu abandonnes ta serviette sur le lit de ta sœur dans un mouvement ample et tu ramasses ce qui traîne pour t'habiller également, lui piquant un pantalon, tu enfiles au dessus un tee-shit et tu te hisses sur le bureau après avoir attrapé une canette auto-chauffante de café que tu lances.


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: Pour un flirt, avec toi     Jeu 20 Sep - 19:01
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t889-led-le-monde-est-un-ivrogne
Messages : 69
Âge : 42 ans
Occupation : Inspecteur à la milice
Habitation : Argus One
Arrivée : Il y a une quinzaine d'année
Pseudo : Jostophe
Avatar : Tom Hardy
Cette femme aimait un peu trop accrocher ses coucougnettes. Ça aurait pu être flatteur. Ça aurait pu être agréable, mais il n’y avait rien dans son attitude qui pourrait provoquer ce genre de plaisir chez lui. Au contraire, c’était même franchement casse couilles, au bout de la deuxième fois, sans mauvais jeu de mots. Au moins, elle avait pas serré cette fois, ce qui aurait simplement provoqué une réaction sans doute violente chez l’inspecteur puisqu’il n’avait fait que faire une proposition. Heureusement, discours qui accompagnait le geste était plus plaisant et il se détendit donc légèrement en allant se prendre une serviette.

Une fois sec, il sortit de la salle de bain, bien vite suivi par son inconnue du soir, puis il chercha les quelques affaires qu’il avait sur lui en arrivant, laissant la fauve lui désigner les vêtements qu’elle voyait, ne l’aidant que partiellement. Encore une fois, cette envie de guider et de commander qui ressortait. Il se demanda quel genre de travail elle faisait. Elle devait sans doute être là où les ordres étaient peu nombreux, ou bien elle était la chef de son domaine pour ne pas avoir de commande à recevoir. Ça ne lui déplaisait pas, tant qu’elle laissait ses bijoux de famille tranquilles hors de leurs rapports.

Rapports qui pourraient se répéter, ou pas, si madame ne trouvait pas aussi bien sur le Colossus. La remarque le fit grogner, peu convaincu. Il avait sans doute provoqué le destin en l’appelant princesse, mais de toute évidence, le surnom était bien trouvé. Une princesse qui niquait des mères et écrasait les couilles des honnêtes gens, mais une princesse quand même. La leçon avait pas été apprise, il allait lui falloir un deuxième service, visiblement. Il lui donna son numéro de cabine.

-T’auras qu’à t’pointer là quand t’en auras marre des trous d’uc du C5. C’est ma piaule, y aura personne pour faire chier. À part moi.

Ses propositions de nourriture et boissons lui firent de l'œil. Un café à cette heure là n’était pas vraiment dans ses habitudes, en revanche il avait faim. Baiser de la gueuse, ça creuse. Il se dirigea donc vers le placard qu’elle venait d'ouvrir en finissant de passer son haut, dérangé par ses plaies, mais ne cherchant pas à étaler son inconfort. Il siffla en voyant la réserve, s’appuyant d’une main au-dessus du placard.

-Eh beh, tu t’prépares pour l’apocalypse ou quoi ?

Il attrapa le premier snack qu’il trouva et en déchira l'emballage, la lorgnant à nouveau. Si elle voulait pas s'habiller, elle faisait ce qu’elle voulait, par contre fallait pas s’étonner qu’il regarde. Fallait pas non plus s’étonner si à force, il en revoulait, malgré la douche qu’ils venaient de prendre.

-J’sais pas s'que tu fais dans la vie, mais j’aime s’que ça donne.

Il la regarda faire le même manège que lui, se cherchant des vêtements et les enfilant au fur et à mesure alors qu’il mangeait ce qu’on lui avait proposé, restant à son point d’observation, appuyé d’une épaule à côté du placard.

-T’es sur la flotte pour longtemps ? Finit-il par demander, ou t’attends la fin du bordel pour partir ?

Les voyages hors de la flotte étaient toujours interdits tant que l’enquête ne serait pas terminée. Il participait lui-même à sa résolution, mais n’avait rien de concluant à avancer, à part que les assaillants avaient visiblement un humour tordu digne de ce qu’il avait entendu à propos de Keller. Le message était en tout cas très clair : on ne voulait pas d'eux là-bas.

-Toi et celle qui vit avec toi, rajouta-t-il en balayant la pièce du regard.

Pas de signe de présence masculine, mais des affaires de femme partout et deux lits. Pas besoin d’être un génie pour lancer cette hypothèse, en plus du fait qu’elle avait dit qu’ils pourraient être interrompus.
MessageSujet: (#) Re: Pour un flirt, avec toi     Sam 22 Sep - 20:14
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
Tu notes dans un coin de ta mémoire – Charlie fera le reste – le numéro qu'il te donne. Aller sur l'Argus pour faire autre chose qu'emmerder les miliciens ? Ah ! Pourquoi pas, puis tu pouvais bien faire d'une pierre deux coups. « Bah alors, chéri, une dent contre les gars du Colossus ? » Tu ris et tu le suis. « Eh beh, tu t'prépares pour l'apocalypse ou quoi ? » Tu tends la main derrière lui, l'effleurant à peine, pour attraper un paquet toi aussi et tu poses le paquet à côté de ton café. « Ça m'saoule d'aller dans les cantines, elles sont trop propres et les gens sont pénibles. Puis y en a ici qui rentrent 'vec une sale gueule de bois. » Tu pensais notamment à Avayne qui avait réussi à vider son compte de tous ses crédits en une soirée.

« J'sais pas c'que tu fais dans la vie, mais j'aime c'que ça donne. » Tu lui fais un clin d’œil. Lui dire que tu détroussais des marchands et que tu tuais ceux qui résistaient n'était certainement pas le genre de réponses auxquelles ton plan cul s'attendait et, d'un certain côté, tu n'étais pas sûre de vouloir partager ça avec lui. Ca impressionnait les p'tits gars, les pirates, puis il y avait tous les autres qui y voyaient un mal. Peut-être à raison, il n'y aurait pas besoin de piraterie dans un monde parfait comme celui que cherche à créer la fédération. Tu prends une gorgée brûlante de ton café sans lui répondre. « T'es sur la flotte pour longtemps ? » Tu haussais les épaules. Dans l'idéal, tu partirais avec Avayne et Theevi dès que ce serait possible, pour ne plus jamais remettre les pieds sur la flotte, dire adieu à tous ces idéaux et ces rêves d'enfants qui avaient tué un des vôtres. Dans la réalité, il fallait que vous prépariez tout ça, que vous vous renseigniez, que vous puissiez faire passer d'une manière ou d'une autre Theevi par le Jeanne d'Arc. Cela allait nécessiter une logistique qui demanderait probablement plus d'un aller-retour entre Keller et la Flotte. « Ou t'attends la fin du bordel pour partir ? » Tu grignotes en observant le bonhomme, sa gueule cassée et sa violence qui, pourtant, semblait déjà être un peu maté, comme si de trop longs mois, années, passées ici l'avaient écrasés peu à peu. « Toi et celle qui vit avec toi. » Tu souris et tu te redresses. T'as hâte de rentrer. T'es rarement aussi longtemps loin de la Belle et même si tu aimes t'en éloigner, tu aimes y retourner, retrouver tes petits, ta famille, les habitudes, dépenser l'argent que tu as gagné. « On est clouées ici pour l'instant, le temps qu'là haut ça rouvre l'commerce 'vec Keller. » Tu lances un regard vers la couchette de ta sœur, réflexe, tu aimerais l'y retrouver, te blottir contre elle comme vous le faisiez gamines, cachées sous la couverture à ricaner. Tu aimerais aussi y retrouver la silhouette de tes gosses, des jumeaux, de l'aîné. Ils avaient grandi sans père et presque sans mère et toi tu continuais de t'éloigner.

T'aurais peut-être dû choisir entre Theevi et Tiaan et ceux de ta famille qui étaient encore en vie et près de toi. Tu retournes la tête vers l'homme, un sourire goguenards aux lèvres. « Mais t'es bien curieux, chéri. Qu'est-ce que tu fais dans la vie ? »


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: Pour un flirt, avec toi     Sam 13 Oct - 20:49
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t889-led-le-monde-est-un-ivrogne
Messages : 69
Âge : 42 ans
Occupation : Inspecteur à la milice
Habitation : Argus One
Arrivée : Il y a une quinzaine d'année
Pseudo : Jostophe
Avatar : Tom Hardy
Ledward haussa les épaules. Dire qu'il avait une dent contre les habitants du Colossus n'était pas tout à fait exact. Le vaisseau en lui-même était cependant un nid à emmerdes et il y avait fait suffisamment d'intervention pour savoir qu'il était rempli de cons, peu importe le barreau de l'échelle sociale sur lequel on se trouvait. Il se servit sans plus hésiter dans le placard et déchira l'emballage qui protégeait la nourriture avant de mordre dedans, ne perdant pas la princesse de vue alors qu'elle se rhabillait à son tour, avant de lui demander si elle était simplement de passage sur la flotte, ce qui lui paraissait le plus vraisemblable, vu le personnage. Il s'adossa au placard les bras croisés, en attendant sa réponse.

Celle-ci ne lui arracha pas de réaction particulière, s'étant douté qu'elle n'allait pas lui avouer une envie soudaine de se poser pour finir sa vie dans un endroit aussi plan plan que la flotte. Elle ne s'étala pas non plus, se montrant aussi peu loquace sur sa vie qu'il pouvait l'être sur la sienne, respectant sa part du contrat tacite qui stipulait qu'ils n'étaient pas là pour faire connaissance, à la base. Il n'échappa pourtant pas à une question directe sur sa profession, quelque chose dont il était fier, d'une certaine façon, mais qu'il ne s'était pas imaginé devoir partager avec elle.

-J'pose des questions. Pis si les réponses m'plaisent pas, j'donne des rendez-vous avec le Lady. Chuis d'la milice.

Il ne voyait pas vraiment de raison de le cacher, elle avait son adresse à présent et s'il devinait correctement, elle serait sans doute venue le voir un moment où un autre, découvrant sa profession sans trop d'efforts, vu sa propension à laisser traîner ses pièces d'uniformes sur l'unique chaise de sa cabine solitaire. Il aimait les avoir en vue et personne n'utilisait cette fichue chaise, de toute façon, que ça soit lui ou les rares personnes qui passaient par sa cabine. Il enfourna le reste de son snack dans sa bouche, puis froissa le papier d'emballage pour le fourrer dans la poche de son pantalon, son regard déviant une fois de plus sur le reste de la cabine.

-Toi t'as pas dit, c'est quoi ton taff ? Il avait beau essayer de comprendre les raisons pour lesquelles elle se trouvait là, il avait du mal. Elle n'avait pas la gueule d'une commerçante. Ni l'attitude. C'est à cause de lui qu't'es coincée ici ?

Quoi qu'il soit, c'était la faute à pas de bol pour être et tous les autres qui se retrouvait comme des cons à pas savoir quoi faire de la vie le temps de pouvoir rentrer chez eux. Enfin, à défaut elle avait trouvé quoi faire de ses soirées, visiblement. Pécher le chaland dans un bar pour le ramener à la maison était un passe-temps comme un autre, il n'était pas là pour juger. Ni pour lui faire passer un interrogatoire, mais les mauvaises habitudes avaient la vie dure et il se trouvait qu'il en avait amassé à la pelle, de ces trucs.

-'Fin ça d'vrait pas durer.

C'était déjà trop d'avoir décidé de fermer toutes les allées et venues après le permier examen du vaisseau. Pas besoin d'être un putain de génie pour comprendre que cette attaque était un message, pas une déclaration de guerre ouverte. Le seul genre de messages que les crevards de Merry Field aurait compris. Ils étaient quelques uns sur la flotte à gronder pour une vengeance, surtout parmi les légionnaires, mais revanche sur qui ? Sur quoi ? Pas d'ennemi ouvertement déclaré, y faudrait faire un tarif de groupe pour l'occasion et là par contre, ça serait la misère. Restait que ça servait à rien de maintenir les ports fermés aussi longtemps, ils devaient bien se marrer là-bas à les voir se mettre en boule comme ça.
MessageSujet: (#) Re: Pour un flirt, avec toi     Sam 3 Nov - 17:23
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
« Ch'uis d'la milice » Avec une moue faussement impressionnée, tu te mets à acquiescer. Un militaire du genre fouille-merde, un flic, une petite ordure qui ne faisait pas de vieux os dans les sociétés dans lesquelles tu avais l'habitude de graviter. Les forces armées de Keller étaient le plus souvent à la solde d'une entreprise influente ou d'une bande de quartier et il n'y avait de justice que celle qu'on était capable de fournir soi-même ou, à défaut, l'argent pouvait nous payer. « Moi qui croyait que la justice locale demandait des procès, t'vas pas un peu vite en besogne, chéri ? » Tu lui offres un sourire un peu trop large, surtout plein de dents, tout en t'appuyant sur le comptoir pour lui faire face. « Ch'uis commissionnaire, mais 'vec l'interdiction d'ller sur Keller, ch'uis pas grand chose d'intéressant. L'ennui, il tape fort ici. »

« D'lui ? T'm'expliques ? » L'utilisation du pronom te laisse perplexe, il faut dire que tu n'as jamais laissé un homme décider de ta vie, même ton père a toujours été incapable de vous mâter et vous lui accordiez de temps en temps quelques ordres pour lui donner un semblant d'autorité. Quant à ton frère ou Ethan, ils n'avaient été que des moyens pour arriver à tes fins et clamer haut et fort ton indépendance. Même tes gosses n'avaient jamais réussi à t'arrêter bien longtemps et le fait que ce soit le benjamin de la fratrie qui les avait élevé n'était qu'une preuve de plus qu'aucun homme, soit-il de ton sang, n'avait la main sur ton destin. « 'Fin ça d'vrait pas durer. » Tu renifles en ricanant et tu te retiens de peu de cracher par terre pour ponctuer ses paroles – faut dire que c'est un peu toi qui nettoie après, puis devant un milicien … avec le moindre pet qui devient une offense capitale, tu préférais ne rien risquer. « Qu'est-ce qui t'fait dire ça, chéri ? La milice entend plus d'choses que l'gens qui bossent pour le comptoir ? Bah mazette. » Tu te félicites tout de même de n'avoir rien laissé de trop compromettant en évidence, ni même d'avoir parlé de ce qui aurait pu causer un froid entre vous. Un fouille-merde qui se vante est soit un cador, soit un mec qui a des trucs à compenser et tu peux dire de source sûre que c'était pas ses prouesses sexuelles. « T'bosses pour quelle partie d'l'armée, donc ? 'fin, d'la milice. »


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: Pour un flirt, avec toi     Dim 4 Nov - 20:00
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t889-led-le-monde-est-un-ivrogne
Messages : 69
Âge : 42 ans
Occupation : Inspecteur à la milice
Habitation : Argus One
Arrivée : Il y a une quinzaine d'année
Pseudo : Jostophe
Avatar : Tom Hardy
Elle avait beau faire une tête impressionnée, Ledward n’était pas tout à fait dupe. Elle avait pas vraiment le profil de ceux qui portaient la milice dans leur cœur. Il n’était même pas sûr que ce genre de personne existe. En tout cas, personne n’avait jamais crié de joie en le voyant arriver, à part peut-être en de rares occasions d’intervention contre un danger direct. Généralement c’était plutôt nervosité, renfermement, bâtons dans les roues et compagnie. C’était fou ce que les gens se trouvaient soudain à se reprocher quand un uniforme passait un peu trop près d’eux.

Modérant son impatience, il se contenta d’écouter les réponses à ses propres questions en se cherchant un endroit plus confortable où s’installer le temps de terminer la conversation. Conversation qui n’aurait sans doute pas dû avoir lieu, pour le confort de tous.

-Ouais, d’lui, ton taff.

Il parlait correctement anglais pourtant, peut-être que leurs accents l’empêchait de voir les subtilités des intentions des uns et des autres, mais il en doutait. Cas banal d’incompréhension réciproque, il en avait tout le temps. Si même les kellaris pigeaient pas ce qu’il disait, il ferait mieux d’aller mettre la clé sous la porte et de rendre badges et uniforme. Trouver un métier où y avait pas besoin de parler peut-être ? Comme par exemple agent d’entretien. Ou bien piétaille de première. Il sortit son appareil à fumée.

-J’peux ?

Il attendit la confirmation avant de commencer à fumer, se rendant compte qu’il en avait envie depuis déjà un moment maintenant. Il croisa les bras sur son torse, n’en levant un que pour coincer le bec de son appareil entre ses lèvres lorsqu’il souhaitait tirer une bouffée avant de laisser mollement retomber son bras sur l’autre.

-J’sais pas, j’crois pas. C’juste mon pari. J’pense pas qu’ça va durer pasque c’est pas viable et qu’s’est débile d’rester comm’ça. Beaucoup d’gens pensent pareil, les autres ont peur.

Il n’aimait pas les décisions prises par l’amirale à ce sujet, pas plus qu’il n’aimait l’aspect totalement vain du massacre commis sur le Jeanne d’Arc. Tout ça pour un avertissement. Un message qui leur signifiait qu’ils n’étaient pas les bienvenus sur la station. Pas une menace d’invasion pour la flotte. Une démonstration de force aussi sans doute. Ces petits bâtards de merde étaient bien mieux équipés, désormais il faudrait être fou pour vouloir leur chercher des emmerdes. Sa question suivante lui fit tirer la gueule. Il était certain que la réponse ne lui plairait pas et qu’il risquait de perdre un potentiel plan cul intéressant s’il divulguait son grade. Un inspecteur ça mettait rarement en confiance les étrangers.

-Écoute princesse, commença-t-il, j’sais comment ça s’passe s’genre de truc ok ? J’commence à dire qu’chuis inspecteur et soudainement tout l’monde flippe et on j’revois p’us jamais personne, alors s’te plait, panique pas quand j’vais dire qu’chuis inspecteur, mais j’vais pas t’mentir, chuis inspecteur, ok ?

Il avait dit ça en agitant sa cigarette électronique avant de conclure sa phrase en la remettant dans sa bouche, appuyant son discours d’un sourcil levé en l’attente de ne pas se faire mettre à la porte.
MessageSujet: (#) Re: Pour un flirt, avec toi     Mar 6 Nov - 22:36
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t836-ellie-tell-your-children-not-to-hear-my-word http://beyond-earth.forumactif.com/t838-ellie-pretty-reckless
Messages : 106
Âge : 44 ans
Occupation : Commissionnaire
Habitation : Tiantang, avec sa soeur
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Frey
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Gif : Kim
Tu observes les volutes de fumée un instant, le creux du ventre réclamant à grands cris une seule bouffée de tabac. Tu n'en avais pas serrée une entre tes lèvres depuis trop longtemps à ton goût et  tu n'avais jusqu'ici pas pris le temps de faire de réelles provisions de tabac, qui n'était pas aussi répandu que sur Keller. Comme tout ce qui faisait du bien en faisant mal, le tabac, l'alcool, la drogue, il fallait le vouloir pour se le procurer et cela devait repousser l'essentiel des êtres bien-pensant de cette putain de conserve spatiale. « Y a pas d'vraies clopes 'ci pour qu'faille utiliser ça ou c'juste une lubie ? » Tu étais mauvaise langue, tu en avais vu plus d'une fois sur Keller, mais ceux qui se permettaient ce genre d'excentricités étaient soit très riches, soit très barrés, dans tous les cas ils ne faisaient pas partie du menu fretin. Certains poussaient le vice jusqu'à parfumer leur clope et voilà que des odeurs sucrées envahissaient l'espace dans lequel ils libéraient leur chimie. Celle-ci disparaissait aussitôt sous l'assaut vengeur de la fumée de quatre autres fumeurs, comme une guerre d'idéaux. « Tu me fais essayer ? » Tu tends déjà la pogne, les doigts s'agitant pour l'inciter à se dépêcher. Lorsqu'il te prête sa machine, tu l'enfonces au coin de ta bouche et tu l'observes alors qu'il parle, inspirant plusieurs fois comme tu l'as déjà vu faire pour mettre en route le petit appareil.

« L'gens ont beaucoup peur ici. Y se font manger par les p'tites frappes qui arrivent, non ? Ou alors vous les matez bien fort ? » Tu renifles et tu te torches les narines du pouce après avoir relâché la fumée par le nez. « C'pour ça le semblant de Keller dans les bas-fonds ? C'est plutôt mignon, même si c'est aussi propre que le reste du coin. » Tu en as rien à faire de ces gamins qui jouent à se battre, tout ça c'était des secrets de polichinelle. Tu repenses à Crius qui s'est rangé et ça te fait claquer de la langue sur ton palais d'un air irrité. Tous ces types biens, autant qu'on peut l'être en ayant réussi à s'élever dans les strates kellari, qui finissaient mou et gras à force de vivre dans un tel assistanat. Tu rends la clope électronique à Led alors qu'il se tait un moment. « Ca a une drôle d'odeur ton truc, c'est concept ? C'est feng-shui ? » Tu n'as pas de point de comparaison et ça t’écœure autant que ça t'attire. Plutôt rassurée de ne pas sentir un truc sucré-brûlé de tapette, tu considères qu'il a vaguement passé le test de virilité.

Tu continues de l'observer, avec un air vaguement amusé, alors qu'il fait une tirade nerveuse. Tu attrapes une bouteille d'eau que tu vides à moitié en quelques longues gorgées avant de la reposer sur le comptoir en faisant claquer le bouchon lorsqu'il heurte l'opercule. « Je dois avoir peur, c'est ça ? Bah écoute, minet... je crois qu'j'm'en tape les couilles. On a aucun intérêt à s'foutre d'ssus. T'vas dire quoi ? Qu'j'ai baisé avec toi ? On a les marques, ça se cache pas. Au delà, pft. »


I am also a we
I don't really care about anyone liking me. Most of you motherfuckers don't even like yourselves ▬ if karma doesn't hit you, I fucking will
MessageSujet: (#) Re: Pour un flirt, avec toi     Jeu 8 Nov - 20:22
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t889-led-le-monde-est-un-ivrogne
Messages : 69
Âge : 42 ans
Occupation : Inspecteur à la milice
Habitation : Argus One
Arrivée : Il y a une quinzaine d'année
Pseudo : Jostophe
Avatar : Tom Hardy
L’attention de la Kellarienne se porta une nouvelle fois sur sa cigarette électronique lorsqu’il en tira une première bouffée libératrice. Curieuse, légèrement envieuse, peut-être ? Il haussa les épaules lorsqu’elle lui demanda s’il s’agissait d’une lubie ou d’un manque de facilité à obtenir des vraies cigarettes qui l’avait poussé à s’y mettre. Pas vraiment l’un, ni l’autre. Il fumait de vraies cigarettes, auparavant, puis on lui avait dit d’arrêter ou bien il allait finir crevé comme un rat à qui on aurait retiré les poumons, alors il avait changé de poison. Il verrait bien ce qu’on lui dirait au prochain examen médical, mais jusque là, il tenait mieux ce truc là que les industrielles que Joel fumait encore.

Il lui tendit sa cigarette sans trop hésiter, histoire de lui laisser se faire son propre point de comparaison entre ça et les clopes à proprement parler. Il avait eu du mal à accrocher, lui-même, ayant testé des tas de produits plus dégueux les uns que les autres, à en rendre fou son distributeur, pour finalement rester sur le parfum qu’il utilisait actuellement. C’était pas trop écœurant comparé à d’autres. Ça arrachait pas la gorge comme le tabac. Puis c’était pas désagréable à sentir, même sous forme de fumée.

-La légion s’charge de mater les vrais durs quand y en a qui s’croient tout permis. Pour l’reste, c’est surtout des gens qu’aiment pas les uniformes. Y protestent à leur façon.

Voilà pourquoi Ledward se battait les steaks des petites frappes et autres menu fretin qui écumaient les différents vaisseaux de la flotte, et plus particulièrement le Colossus. Des rebelles anti-système, y en avait partout. Des gars ou des nanas qui voulaient juste se faire un peu de fric sur le dos de la fédération, pareil, on les trouvait à la pelle. Ils étaient pas dangereux ces gens là. Ils ramenaient un peu de contrebande de bouffe ou de clopes, ils se battaient en douce comme si c’était leur seule manière de se rassurer sur leur capacité à casser des gueules. Puis voilà.

Non, les vrais salauds ils profitaient justement que ces petits là prolifèrent pour essayer de refourguer des armes au premier débile venu, pour faire passer des substances nuisibles, pour essayer de bousiller des vaisseaux et globalement d’empêcher les bonnes gens de dormir correctement sur leurs deux oreilles. Il y avait peu de crimes graves de commis sur la flotte, parce qu’il y avait peu d’habitants. Cependant, quand il y en avait, Ledward était là pour démêler les histoires et faire passer l’addition.

-Ouais concept on va dire. C’t’une plante. Pis au moins elle pue pas.

Il récupéra sa clope et recroisa les bras, son pouce tapotant l’appareil avant de se décider à jouer sur l’humour pour avouer son métier à Princesse. Sa réponse lui arracha un sourire tranquille et un reniflement amusé alors qu’il tirait sur sa cigarette, puis soufflait vers le plafond.

-Si t’as pas peur s’pas bon signe. Y’a que les criminels qui flippent pas d’vant la milice, lâcha-t-il sans se départir de son léger sourire.

Les gens les plus louches étaient ceux qui avaient beaucoup trop la confiance en parlant aux forces de l’ordre. La plupart des civils avaient beau l’habitude de voir des uniformes noirs partout, quand un brassard bleu les approchait, ils devenaient tout nerveux, tout mal à l’aise, comme s’ils se rappelaient de la dernière fois qu’ils avaient pas tenu la porte à une vieille et qu’ils se demandaient s’ils pouvaient se faire arrêter pour ça. C’était vaguement agaçant. Il sortit son terminal pour y jeter un coup d’oeil avant de le ranger. L’heure tournait. Il n’avait pas envie de s’attarder jusqu’à ce que les choses deviennent ennuyeuses alors qu’ils avaient fait en sorte de rendre la soirée satisfaisante.

-Bon, Princesse, j’vais filer. Il se leva. Hmm t’sais où m’trouver si t’as envie d’remettre ça. C’était bon. Ça s’rait con d’se priver.

Il ne lui proposa pas ses services de miliciens. Si elle voulait faire appel aux autorités locales, elle irait au poste. Ou bien il ne doutait pas qu’elle était parfaitement capable de prendre les devant et de venir lui demander directement, même si l’idée même lui semblait absurde.
MessageSujet: (#) Re: Pour un flirt, avec toi     

RÉPONSE RAPIDE