Big boy / Evelyn
MessageSujet: (#) Big boy / Evelyn     Ven 17 Aoû - 21:10
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 89
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : Miself (av)

J’ai bientôt fini mon service, ça te dis de manger au réfectoire Khang ?
- David, 11:34

Les lèvres pincées, David regardait le message écrit sur son terminal à destination d’Evelyn. Charlie attendait néanmoins confirmation avant de l’envoyer. Il n’avait jamais pris l’initiative de cette façon. Ce n’était pas la première fois qu’ils venaient à manger ensemble pourtant. Il s’était déjà vu ramener le repas comme compensation pour occuper sa cabine ou encore partir tous deux prendre un petit déjeuner avant de vaquer à leur occupation. Il subsistait néanmoins cette hésitation dès qu’il s’agissait de faire un effort, un pas en avant vers sa mère. Cela devenait plus facile, moins contraignant avec les années mais jamais naturel. Or ce matin, c’était tout comme si tout le poussait vers sa mère. Son équipe avait patrouillée toute la matinée non loin du pont de commande du Colossus. Un secteur calme et bien entretenu dû à sa proximité avec les hauts dirigeants du vaisseau. Ils avaient rencontré sur leurs incessants allers-retours l’officier à la bar et même le capitaine Andak qui parlerait forcément de sa présence à sa mère. Se défiler paraissait alors impossible. Il se devait de profiter de l’occasion pour qu’un jour, ce genre de message ne lui embrouille pas autant l’esprit.

« Krugger ! Tu viens ? La pause est finie. » Dans un sursaut, David se relève de la caisse où il avait épargné quelques minutes ses pieds. Un juron lui échappe quand il aperçoit que le message a été envoyé dans la précipitation. Il se mord le poing avant d’être à nouveau rappelé à l’ordre par ses collègues. Il abandonne alors son terminal dans sa poche, se précipitant pour les rejoindre, moqué dès lors qu’il arrive près d’eux. Il recevra la notification d’une réponse quelques minutes plus tard sans qu’il puisse regarder, le laissant dans le désarroi jusqu’à la fin de son service. En attendant, il s’était fait une dizaine de scénario en tête. Il était persuadé qu’elle déclinait l’invitation, sûrement trop occupée par un travail qui prenait très souvent le dessus sur ses priorités personnelles. Peut-être même qu’il ne s’agissait pas d’elle mais d’une bêtise trouvée sur starchat envoyé par un ami. Alors la surprise est réelle lorsqu’il peut enfin jeter un œil à son terminal -une fois la relève arrivée et que la réponse est positive. Un sourire lui échappe, celui d’un gamin heureux, mais qu’il ravise aussitôt qu’il est interpellé par ses collègues qui proposent d’aller manger. Il refuse en promettant de se rattraper demain, prétextant de devoir manger avec un ami.

Pris de court par le changement d’équipe, le milicien prend un peu de retard et c’est au pas de course qu’il arrive jusqu’au réfectoire déjà plein. Il doit bien tourner deux à trois fois sur lui-même avoir de trouver la seconde du vaisseau dans la foule. David la rejoint dans la file d’attente en esquivant avec agilité les quelques personne qui cherchaient une place avec leur plateau plein. « Hey. » Lance-t-il avec précaution lorsqu’il arrive dans son dos. « Désolé la relève a un peu tardé puis euh… je t’ai pas trouvé toute suite. Bref, désolé. » Il s’excuse à nouveau, les lèvres pincées, visiblement gêné. Il inspire longuement avant d’ouvrir la veste de son uniforme pour mieux reprendre son souffle. Ne sachant quoi ajouter, son regard vogue autour de lui sans vraiment s’intéresser à ce qu’il pouvait se passer. La file avance et il reprend finalement : « Je sais pas si Khang t’allais ? T’as peut-être l’habitude de manger autre part. Je me suis juste dis que c’était proche pour nous deux. » David lui accorde un léger sourire, essayant de deviner le ressenti de sa mère sur son visage qu’il peinait encore à décrypter totalement. Il comprend assez vite qu’il a manqué un détail et il rajoute aussitôt pour se rattraper : « Parce que je patrouillais dans le coin alors… Enfin j’ai vu le Capitaine Andak, il t’a peut-être dit. »


You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Show me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Lun 20 Aoû - 20:45
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)

Bien sûr. On s’y rejoint dans environ une heure?
- Evelyn 11:42

Ça lui avait fait plaisir de recevoir l’invitation, même si son visage demeurait de marbre alors qu’elle invitait Charlie à envoyer sa réponse. Quatre ans qu’ils avaient repris contact et il y avait toujours une certaine distance entre mère et fils, même si elle était tendre et décidément plus chaleureuse que l’absence de contact qui avait duré pendant presque deux décennies. À côté d’elle, le capitaine lui avait demandé si le message était à l’attention de son fils, ce à quoi elle avait brièvement répondu par la positive, surprise par la facilité avec laquelle Khan avait décrypté son intention. Le chat était vite sorti du sac lorsqu’il avait admis avoir croisé le jeune milicien au gré des couloirs, ce qui n’avait pas manqué de rassurer Evelyn quant à sa capacité à dissimuler adéquatement ses émotions. Elle s’était rapidement excusée d’avoir envoyé un message personnel alors qu’elle était en service avant de reprendre le travail, gênée d’avoir été prise sur le fait.

Comme une horloge, une heure plus tard, elle s’était mise dans la file d’attente pour le réfectoire, peu soucieuse de prime abord de ne pas y voir David. Après tout, il n’aurait certainement pas oublié, et il y avait mille et une raisons pourquoi il pouvait accuser quelques minutes de retard – rien à signaler pour une mère trop peu inquiète, peut-être, mais qui avait le mérite d’honorer la philosophie de laisser de l’espace à son fils à l’extrême. Lorsqu’elle le voit enfin, elle lui adresse un petit signe de main, discrètement, lui adressant un sourire lorsqu’il se confond en excuses. « Ne t’en fais pas, je n’ai pas attendu. » Peu attendu était sûrement le mot juste, mais il ne servait à rien d’en rajouter, surtout qu’il n’y avait pas de mal à tout ça. « J’ai l’habitude de manger sur le pont, en vérité. Ça me fera changer d’air. Merci de l’invitation. » Elle assortit la remarque à un élargissement presque imperceptible de son sourire. Il y avait toujours une sorte de malaise associée avec le fait d’agir comme une mère à l’égard de son fils, même quatre ans plus tard – même vingt-deux ans plus tard. Quelque part, elle s’en voulait de lui avoir fait traverser une enfance sans mère, même si, avec tous ses défauts, son père s’était indubitablement bien occupé de lui. Il savait qu’elle n’avait pas voulu de lui, au départ, et elle espérait simplement qu’il ne s’imaginait plus que c’était encore le cas. Ils n’avaient jamais clarifié la situation, jamais eu de discussion, vraiment, à ce sujet. Evelyn ne serait jamais capable de survivre à ça.

« Il m’a grillée en train de t’envoyer un message. Je trouvais étrange qu’il ait deviné direct à qui il était adressé », admet-elle finalement en laissant poindre sur son visage un peu d’espièglerie. Elle avance un peu, suivant le rythme de la file, pour finalement être contrainte de choisir un plat, qu’elle sélectionne sur l’écran. « Tu prends quoi? C’est moi qui offre. » L’inverse aurait été insensé, pour elle. Tendant les doigts vers l’uniforme de David, Evelyn prend un instant pour ajuster le col mal retourné de sa chemise de milicien, son regard détaillant l’allure de son fils. Elle était fière. Inexorablement. Pourtant, elle se sentait hypocrite de penser ainsi; après tout, elle n’avait pas contribuer à élever l’homme qu’il devenait doucement, mais s’octroyait le droit de quelque fierté parentale en le voyant évoluer.
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Jeu 23 Aoû - 18:55
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 89
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : Miself (av)
« Ca faisait un moment alors… » David hausse les épaules, un sourire réservé aux lèvres. Ça lui faisait plaisir de partager de rapide moment avec elle, quand bien même il avait sacrifié toute sa pause en pensant le pour et le contre. Au fond de lui, il espérait un jour que cette sensation d’incertitude disparaisse. Malgré tout, il avait hâte d’arriver à un stade de la relation où tout serait plus facile -si tant est que ce jour arrive. Le jeune milicien ne peut s’empêcher de rire en imaginant sa mère taquinée par son supérieur. Bien que le mot taquineries était sûrement un peu fort. Il avait une image très austère de l’atmosphère qu’il y avait sur un pont de commandement. Depuis qu’Evelyn avait été promu, il était sincèrement curieux de voir comment ça fonctionnait là-haut. « Ou peut-être qu’il regardait par-dessus ton épaule...» Ce qui, au vu de la carrure du capitaine, était chose osé aux côtés de sa seconde. Son sourire s’élargit pour laisser place à toutes interprétations, et il a seize ans à nouveau, balayant tout signe de maturité.

Devant l’écran de choix de leur menu, David sélectionne son repas sans avoir besoin de réfléchir entre les différentes propositions. Il avait pensé à son repas futur repas toute la matinée et son ventre l’avait fait savoir à ses collègues, hilares après un énième gargouillement intensif. Il saisit le geste d’Evelyn avant même qu’elle atteigne son col et il lève la main aussitôt pour l’arranger avant qu’elle ne puisse le faire. Mais il rencontre la main de sa mère avec la sienne avant sans pouvoir l’arrêter. Il grimace dans un demi-sourire, amusé mais surtout gêné. Une réaction qui traduit son malaise certain, quand bien même il savait la bonne intention de sa mère.

« C’est gentil, merci, mais j’ai déjà commandé. » Il pointe du doigt l’écran qui affichait une longue commande alors qu’il tâte ses poches de son autre moins à la recherche de son terminal. Ce n’était pas une excuse mensongère mais ça restait un moyen d’y échapper. Il avait mis tant d’effort dans sa réussite et son indépendance qu’il acceptait difficilement la moindre aide. Il interprétait le tout avec exagération. Et c’était comme-ci le karma voulait lui faire remarquer. En connectant son terminal, il se confronte à la dur réalité de son compte bancaire. Le milicien se pince les lèvres quand un léger bip de refus tinte. « Je savais que les quatre repas d’hier étaient un peu exagérés. » Lance-t-il d’un rire embarrassé. Il s’était juré de faire des économies puis avait tout dépensé dans la nourriture et un autre besoin plus implicite. Il tape frénétiquement sur la borne du bout du doigt, réduisant son repas au minimum.



You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Show me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Jeu 30 Aoû - 22:37
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)
Evelyn laisse échapper un petit rire amusé alors qu’elle imagine le capitaine s’intéresser, à son insu, au contenu de ses messages. Il était beaucoup plus grand qu’elle, ce qui aurait facilité la chose, mais elle savait qu’il avait autre chose à faire que d’épier ses conversations privées. Elle lui décelait toutefois une certaine affection pour David, ce qui ne manquait pas de l’étonner – pas qu’il ne semblait pas du genre à apprécier les recrues, mais elle ignorait si le fait qu’il soit son fils y était pour quelque chose. La vice-capitaine tend la main vers l’uniforme vaguement débraillé de son fils, menant à bien sa quête malgré sa tentative vaine de la prendre de court. Elle fait vite, histoire de ne pas embarrasser le garçon outre mesure. « Désolée », finit-elle par souffler. « C’est important de se projeter adéquatement quand on est en position d’autorité », se justifie-t-elle ensuite, la voix basse, se voulant de bon conseil. Elle savait que c’était une sage suggestion, mais ignorait si David la prendrait au sérieux, sans trop réellement s’en faire. Elle n’écoutait pas non plus ses parents à son âge, et ce n’était pas comme si elle avait élevé le gamin de façon irréprochable au point où il prendrait au sérieux tout ce qu’elle pourrait lui dire.

Son acharnement des dernières années était dû à la résistance constante du côté Krüger de la famille, celui-là même qui se complaisait à trouver toutes les occasions de critiquer Evelyn et ses mauvaises décisions. Le grand-père Krüger était une mauvaise influence sur David, à son sens, avec ses idées extrémistes et ses attentes déraisonnables pour la seule progéniture de son fils, le premier à faire un doigt d’honneur à la tradition scientifique de la famille. Elle en était fière, Evelyn, indéniablement. Une épine supplémentaire dans le pied pour Lanzo Krüger, même si ça voulait dire que ses attaques à son égard étaient d’autant plus virulentes. Qui plus est, la nouvelle position d’autorité de son ancienne belle-fille semblait avoir décuplé sa hargne. Qu’à cela ne tienne; si Evelyn n’avait pas été une mère exemplaire pendant la jeunesse de son fils, elle rattrapait le temps perdu en faisant ce qu’elle faisait le mieux : se tenir droite et fière dans ses convictions. Les justifications de David la sortent de ses pensées et elle ne réagit pas réellement. Elle avait proposé de payer et David l’avait refusé – il était suffisamment mature pour apprendre à gérer son argent ou accepter la générosité des autres. Soucieuse de ne pas aller à l’encontre de ses souhaits, elle hoche la tête, le laissant réduire sa commande à un minimum raisonnable. Pendant qu’il est occupé à élaguer son repas, elle ajoute discrètement quelques extras au sien, bouclant la commande sans un autre mot.

Lorsqu’ils s’assoient enfin, assez chanceux pour attraper une table à deux places alors que d’autres partaient, Evelyn s’attaque aussitôt à ses frites – un terme large et généreux pour désigner ce que c’était réellement, à savoir des légumes variés et qu’elle ne saurait distinguer – non sans y ajouter une rasade de sel. « Est-ce que t’as eu la chance de voir le pont de commandement depuis ton diplôme? » lui demande-t-elle finalement, curieuse d’en savoir plus sur la routine de David. « C’est vraiment impressionnant là-dedans. Je sais pas encore à quoi servent les trois quarts des boutons et des panneaux, mais je fais semblant de m’y connaître devant les invités, ça m’amuse. » Evelyn pince les lèvres dans un petit sourire. Devant David, comme devant d’autres très rares personnes, elle n’était pas la même : plus détendue, plus spontanée, même si elle rentrait encore carrément dans le moule de ‘coincée’. Un repas à la cantine à la fois, mère et fils s’ouvraient l’un à l’autre naturellement, chacun à son rythme. « Oh, et comment va ta petite amie? » se risque-t-elle à demander enfin, quelque part dans la conversation, tentant de paraître aussi naturelle que possible. Evelyn n’appréciait pas particulièrement la copine de David, même si elle ne l’avait croisée que quelques fois; il avait suffi d’une pour qu’elle tire un trait sur le moindre effort de mieux faire sa connaissance. Il y avait quelque chose qui lui déplaisait chez elle, et ce quelque chose, c’était qu’elle lui faisait trop penser à elle-même. Quelque part, elle espérait qu’il lui dise qu’ils avaient rompu, même si elle se doutait qu’elle l’aurait su bien assez vite.




--- some of us
are wild ones, ever under wanted, I believe
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Ven 14 Sep - 17:44
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 89
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : Miself (av)
C’est avec un certain soulagement que David s’étale sur le banc après avoir déposé son maigre plateau sur la table, face à sa mère. Si maigre d’ailleurs qu’il allait très certainement en faire qu’une bouchée. Alors il ne s’y attaque pas toute suite, regrettant au fond de ne pas avoir accepté l’invitation d’Evelyn. Le milicien hoche négativement la tête lorsqu’elle lui demande s’il a eu l’occasion de visiter le pont, espérant qu’elle enchaîne par une invitation à visiter. La suite est tout autre et il oublie rapidement l’idée. Son verre d’eau en main, il manque de s’étouffer quand il rit en l’imaginant faire semblant devant une bande d’inconnu qui n’ont dû y voir que du feu. « C’est important d’impressionner quand on est en position de supériorité, hein ? » L’intitulé n’est pas exacte mais l’idée y est. Il comprend encore une fois qu’il n’échappera pas aux carrières exceptionnelles de ses géniteurs. Un point qu’il ne peut leur reprocher. Or, il passait désormais de fils Krüger, au fils de la seconde du Colossus 5.

Le milicien craque et s’attaque enfin à son plateau en plantant ses deux couverts dans le palet de viande sec qu’il allait dévorer malgré son aspect peu reluisant. Un sourire glisse à ses lèvres lorsqu’elle évoque sa petite amie, un terme qu’elle était la seule à utiliser - si on ne le comptait. Neema ne s’était jamais présentée ainsi et leurs amis communs semblait voir plus clairement que lui le type de relation qu’ils entretenaient. « Ca va bien, enfin… Rien a changé. Elle est fidèle à elle-même. » Malgré le ton enthousiaste de David, on pouvait déceler une pointe d’exaspération dans les mots choisis. Sans l'événement de la veille, David serait resté sur son enthousiasme, peut-être même qu’il aurait invité les deux femmes à manger autour d’une table dans un cadre plus intimiste. Evelyn n’a pas à poser plus de question pour que le garçon s’explique. « On devait se voir hier mais elle est jamais venue sans me dire pourquoi, ou même me prévenir. C’est comme si j’avais un don pour m’entourer que de femme qui… Je sais pas, ne parle pas ? Tu verrais mon sergent de brigade. Elle est très sympa mais faut pas avoir le malheur de lui poser une question trop personnelle. »

Le visage de David se fronçait au fur et à mesure que les mots se libéraient. A croire qu’il se devait faire la place pour mieux accueillir toute la nourriture qu’il ingurgitait. Il fait encore moins attention à ce qu’il dit et comment, indirectement, il inclut sa mère dans ce lot de femme qu’il affectionnait - toute d’une manière différente, mais qui ne lui rendait pas correctement. « Enfin bref. Elle a passé la journée avec Abel, et depuis plus de nouvelle. Mais je m’inquiète pas, elle a dû se plonger dans quelque chose et ne pas voir le temps passer. » Conclut-il alors en finissant son assiette, tentant de positiver.



You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Show me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Mar 18 Sep - 22:22
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)
Qu’est-ce qu’elle pouvait mépriser, dans le plus grand des secrets, la pauvre sotte qui avait décidé de jeter son dévolu sur David. Evelyn déteste voir l’expression qui change, qui passe du relatif enthousiasme à la préoccupation, déteste voir son fils vivre dans le déni le plus total. Cette gamine profitait de la gentillesse d’un garçon épris, et la vice-capitaine sentait son sang bouillonner juste d’y penser, aussitôt calmé par la vive ironie qui s’impose à elle : elle faisait pareil, dans une certaine mesure, pas suffisamment insolente à tout le moins pour étirer la supercherie dans le temps. Un soir et c’était fini, envolées les promesses et les assurances. Elle allait la lui souligner, l’indécence de la gamine, son irrespect, entre deux phrases, mais il la prend de court. Il a un don qu’il estime, mais elle sait mieux que ça, Evelyn, persuadée que c’est plutôt la malédiction de l’avoir eue pour mère. Il avait raison, après tout, elle ne parlait pas, lui disait tout et rien à la fois, comme si elle estimait qu’elle ne pouvait pas lui faire confiance, alors que c’était tout le contraire. « Je vois. » Elle ne rajoute rien, finalement, se ravisant, plongeant dans son plateau repas pour torturer un morceau de légume du bout de sa fourchette.

Il a beau parler davantage, il mange tout de même plus vite qu’elle, ce qui n’est pas surprenant. Evelyn reprend sa contenance, adresse à David un petit sourire avant de transférer une portion entière de frites et un bout de gâteau sur son plateau. « J’ai un peu surestimé mon appétit », se justifie-t-elle, se doutant que le milicien comprendrait peut-être qu’elle avait voulu contourner son refus de lui payer son repas. Ça ne l’embêtait pas; elle était sa mère et c’était quelque chose de maternel à faire, ce qui lui donnait l’espoir qu’elle n’était peut-être pas une cause perdue. « J’aimerais bien la rencontrer, dans tous les cas, un de ces quatre. » Lui passer le message, subtilement – ou pas – qu’elle menait le mauvais garçon en bateau, même si ça voulait dire potentiellement s’aliéner David – non, en réalité, elle n’était pas suffisamment confiante pour risquer de détruire le progrès qu’ils avaient fait. « Je trouve quand même dommage que tu sois passé au second plan comme ça. Tu mérites d’être important, David. Je peux voir que ça te préoccupe, tout de même. » Peut-être qu’elle s’avançait en territoire indiscret, mais elle ne voyait pas d’autre façon de lui laisser savoir qu’elle tenait à lui – et à ce qu’il soit heureux. S’il ne voulait pas en parler, alors elle laisserait tomber l’affaire. Pour l’instant.




--- some of us
are wild ones, ever under wanted, I believe
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Ven 5 Oct - 21:24
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 89
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : Miself (av)
Quand sa mère lui verse une partie de son assiette, David ne se soucie pas de lui demander si elle était sûre. L’appétit du garçon est si grand qu’il attaque aussitôt le supplément, la remerciant à demi-mot, la bouche pleine. A défaut, on peut voir sur son visage la satisfaction procuré par cette concession. « Oh carrément ouais ! » Il plaque aussitôt le dos de sa main contre ses lèvres, se rendant compte qu’après coup du volume de sa voix trop enjouée. Il s’excuse auprès de leurs voisins d’un léger signe de main et revient aussitôt vers Evelyn. « On pourrait aller boire un verre, depuis le temps que je te parle d’elle. » David avait envie d’y croire. Il pensait sincèrement qu’une autre barrière venait de tomber avec cette proposition : celle de rencontrer ses amis, son entourage. Elle s’était montrée très présente lors de ses examens, l’obtention de son diplôme et de son badge. Un premier pas facile puisque ces événements avaient occupé toute la vie de David ces derniers mois. Alors qu’elle continue ses efforts le rendait forcément enthousiaste.

Or, elle enchaîne et le sourire du brun se perd quelque peu et son visage se ferme. Il finit son assiette avec moins de vigueur et abandonne ses couverts au milieu du plateau. Il entend le reproche, pas à lui mais contre Neema. Et elle avait raison. Celle-ci jouait les distances. David se laissait berné par toutes ses excuses. Il n’était pas naïf, il le savait mais refusait de l’admettre. Têtu qu’il était, un trait de caractère commun à la famille. Il lève ses yeux vers elle et la fixe, elle et son expression désolé. Il voulait bien croire qu’elle était sincère dans ses inquiétudes mais il acceptait difficilement que la critique émane d’elle. J’suis passé au second plan pour toi aussi. Au dernier même. Bien sûr que je mérite d’être important. A ces yeux peut-être, mais surtout aux tiens. T’as pas le droit de dire ça, pas le droit tant que tu te seras pas rattrapé. Quand je serais plus qu’un déjeuner sur ton emploi du temps, plus qu’un compte sur lequel verser ton argent en trop, plus qu’une connaissance : un fils. Sûrement jamais.

« Bien sûr que ça me préoccupe… » A ces mots, il tire un léger sourire, décrochant son regard du sien. Pardon, je me suis emporté. C’était difficile de la rendre légitime mais il se persuadait qu’elle faisait autant d’effort qu’il en faisait. Alors il ne dit rien, ne relève même pas l’ironie de son inquiétude. « M’enfin c’est pas un drame non plus. C’est pas la première fille à faire ça et ça sera pas la dernière. » Il hausse les épaules et hoche la tête pour la persuader qu’il n’en tenait pas vraiment compte. C’était le jeu jusqu’à ce qu’il trouve la bonne. Il regarde le dessert sur le plateau de la vice-capitaine, le pointant du doigt d’un air finalement intéressé. « Tu le manges pas ? »


You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Show me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Mar 9 Oct - 22:14
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)
Elle lève les yeux, mais ne dit rien, spontanément. Elle se sentirait hypocrite de faire semblant de s’extasier à la nouvelle alors que ce serait mentir, alors elle ne fait que lui décocher un petit sourire qui se veut ravi, fidèle à elle-même, à son attitude constamment posée. Evelyn ne faisait pas dans les excès, ne faisait ni dans l’exubérance ni dans la tempête – c’était plus facile de faire semblant. « Super. Je vous inviterai tous les deux, d’ici la fin du mois. On conviendra d’une soirée. » Les efforts étaient sincères, même si elle n’appréciait pas spécialement ce qu’elle décelait chez Neema. Or, elle voulait bien faire, être présente pour David maintenant, faute de l’avoir été par le passé. Le fait qu’il admette finalement être inquiété par la situation la soulageait toutefois. Evelyn ne pouvait pas contrôler les fréquentations de David, pas plus qu’elle ne souhaitait le faire – mais l’étincelle de lucidité qu’il laissait entrevoir la rassurait quant à sa capacité à lire entre les lignes. Qu’il s’accroche s’il le souhaitait, tant que ce n’était que par détermination et non pas par aveuglement. Il avait raison – trouver la bonne personne était parfois une histoire d’essai et d’erreur. Evelyn pensait avoir trouvé, elle aussi, à son âge. Puis la réalité l’avait rattrapée.

« J’ai mangé tard ce matin », explique-t-elle, une demi-vérité en réponse à la question de son fils. « J’avais plus ou moins faim, mais j’ai pris la même portion, par habitude. Vas-y, prends ce que tu veux », insiste-t-elle en poussant ce qui lui reste dans son plateau – un dessert, quelques légumes grillés et du pain, notamment –, des portions supplémentaires qu’elle avait prises pour compenser le maigre repas que pouvait s’offrir David. Sa bouteille de thé à la main, la vice-capitaine croise ses bras devant elle, s’appuyant un peu sur la table. Elle qui était toujours droite et fière, l’affaissement discret de ses épaules laissait présager qu’il y avait autre chose qui la pesait. « Tu as eu une bonne idée en proposant ce repas. Il y a justement un truc que je dois t’annoncer. » Annoncer. Pas seulement dire; le verbe aurait été trop faible. Les doigts de sa main libre se crispent sur le tissu immaculé de son uniforme, seule indication que les mots étaient difficiles à prononcer. « Y’a le lieutenant Ström qui est passé me voir sur le pont ce matin. Les démarches sont entamées pour la sortie de prison de ton père, d’ici un mois ou deux. » Ça lui faisait mal au cœur de l’admettre, mais cacher la nouvelle à David aurait assurément fait pire que de lui dire de but en blanc. Elle-même avait des sentiments confus vis-à-vis de la nouvelle, considérant les circonstances. Quant au dit lieutenant, David le connaîtrait comme étant un de ses supérieurs – Evelyn avait toutefois une tout autre relation avec le haut-placé militaire, ce qu'elle se garderait d'admettre. C'était toutefois cette relation clandestine qui avait fait en sorte qu'elle était au courant, un avantage collatéral non négligeable. « Ils ont jugé qu’il serait plus utile aux efforts de préparation que sur le Lady Grace, alors ils le laissent sortir, sous certaines conditions. »

Dire le contraire aurait été de mauvaise foi : Emmerich Krüger était un ingénieur brillant qui avait mis son talent à profit de la mauvaise façon. Il n’y avait pas d’excuse pour son manque de jugement, et si elle aurait pu être à même de lui pardonner bien des écarts, Evelyn ne lui pardonnerait jamais d’avoir ainsi laissé leur fils derrière, ironiquement. Mieux valait le réaliser tard que jamais, sans doute. Elle craignait simplement que le retour de son père mine leurs efforts de réconciliation – que le travail qu’ils avaient accompli sur leur relation ne tombe à l’eau. Si elle devait être entièrement honnête avec elle-même, elle s’admettrait menacée par la réintégration d’Emmerich à la flotte, sans pour autant pouvoir se résoudre à souhaiter qu’il lui laisse encore le champ libre quelques années. David avait le droit d’être attaché à son père et lui souhaiter un malheur était malhonnête.




--- some of us
are wild ones, ever under wanted, I believe
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Lun 22 Oct - 5:56
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 89
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : Miself (av)
David accueil une nouvelle portion de nourriture dans son assiette avec joie. Il plante déjà sa fourchette dans les légumes alors que sa mère n’a pas fini de tout verser. S’il mange sans se faire prier, il ne peut s’empêcher de relever son faible appétit. Loin de s’imaginer qu’il s’agissait d’une ruse de sa part, il remarquait que ce n’était pas la première fois. Il comptait plus fréquemment toutes les fois où elle avait sauté son repas du soir, l’esprit trop occupé par des responsabilités qui dépassaient David. Il avait pourtant plus d’une fois ramené des plats pour deux jusqu’à sa cabine, le moins qu’il pouvait faire pour emprunter son canapé. Il n’était pas rare néanmoins qu’à son réveil, la part de sa mère soit restée intacte (ce qui lui servait sous de petit-déjeuner). Jamais il ne lui avait fait part de son inquiétude, la jugeant futile. Il ne surveillait pas son alimentation quotidiennement.

Or, quand il la voit soudainement affaissée, il comprend que quelque chose ne va pas. Il cale la bouchée qu’il vient de prendre dans sa joue. Un truc que je dois t’annoncer. Plein d’idée passe par la tête du milicien. Ce début de formulation laissait présager quelque de pas si terrible mais qui allait changer quelque chose. Chez elle ? Dans leur relation ? Pourquoi donc voudrait-elle lui dire autrement. Elle a rencontré quelqu’un. Quand l’idée survient dans son esprit, il a du mal à s’en détacher, impossible d’imaginer autre chose qui demandait une telle annonce.

Difficile pour David de mettre des mots sur ce qu’il ressent lorsqu’elle met un terme au suspense. Son père allait sortir de prison. Après toutes ces années, il allait enfin revoir son père. La nouvelle semblant bouleverser le jeune homme. Il est incapable d’exploser de joie. S’il est heureux ? Bien sûr, au-delà même. Mais l’émotion le submerge et c’est beaucoup trop à gérer pour qu’il en dégage une quelque émotion claire. Il abandonne le contenu de son assiette et même ses couverts. Ses mains disparaissent sous la table avant qu’elles ne trahissent quoique ce soit. « Sous quelles conditions ? » Demande-t-il mécaniquement. C’est la seule question qui parvient à sortir après un long moment de silence. Toutes les autres s’étaient emmêlés dans un nœud d’angoisse qui pesait désormais dans son ventre. Allait-il bien ? Était-il blessé ? Allait-il le reconnaître ? Est-ce qu’il devait lui dire ? Pour l’armée, pour Lanzo, pour Evelyn. Serait-il fier ? Content, malgré tout ? Pourrait-il le prendre dans ses bras ? Il avait définitivement envie d’être dans ses bras. Un contact qu’il n’avait jamais échangé avec sa mère. David voulait avoir 12 ans à nouveau et serrer son père sans se poser la moindre question.

Sauf qu’il n’avait plus douze ans et beaucoup de chose avait changé durant son absence.

« Est-ce que je dois faire quelque chose ? Pour sa cabine, par exemple. » La voix du brun est tremblante. Loin de sa vigueur habituelle. Il y a bien longtemps qu’il a arrêté de regardé Evelyn dans les yeux. Son regard fuit, s’agite tout comme sa jambe qui ébranle légèrement la table. Il est pourtant incapable de retenir les larmes qui envahissent ses yeux. Elles sont si soudaines qu’il ne parvient même pas à s’essuyer le visage avant qu’elles ne coulent. « Désolé. » Murmure-t-il la voix brisé alors qu’il baisse son visage. Il désire plus que tout se dérober des regards, des autres mais surtout de celui sa mère. Lui qui avait mis tant d’effort pour se donner une image d’adulte tenace, craquait à la simple idée de revoir son papa.



You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Show me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Lun 22 Oct - 21:50
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)
Elle s’en veut âprement d’avoir hésité, de s’être demandée si tout lui raconter était préférable ou s’il valait mieux attendre une meilleure occasion. Elle ne peut pas toutefois contenir le pincement au cœur – plutôt comparable à une aiguille à travers la poitrine – qui la fait serrer la mâchoire l’espace d’un instant. C’était égoïste de s’attendre à ce que David ne soit pas aussi bouleversé par l’annonce, par la perspective de voir son père à nouveau après six ans sans le moindre contact, et il était impossible pour Evelyn de lui en vouloir pour ça. Il ne sait pas comment réagir et elle demeure impassible, l’appétit encore plus coupé, l’estomac noué. « Rien qui sorte de l’ordinaire. Il devra se rapporter à un officier régulièrement, peut-être un couvre-feu, je ne connais pas les détails. » Ça restait à voir, aussi, sûrement, selon son dossier de conduite et les responsabilités qu’il serait amené à prendre lorsqu’il serait de retour au travail; inutile d’ensevelir David sous des hypothèses et des suppositions pour l’instant. La réaction de son fils lui brise le cœur sans qu’elle puisse réellement se l’expliquer, ou plutôt se l’admettre.

« David », l’interpelle-t-elle alors qu’elle sent que le jeune homme se referme sur lui-même, agitant nerveusement ses jambes sous la table. Il évite son regard et c’est sans doute ce qui fait le plus mal, mais elle n’a pas le choix d’agir en mère – c’est la meilleure chose à faire dans les circonstances. Les larmes du milicien étaient contagieuses, mais Evelyn ne sentait que sa gorge se nouer, ce qui n’en demeurait pas moins un niveau d’émotion qui lui ressemblait peu. « T’as pas à être désolé. T’as pas vu ton père depuis six ans, c’est normal. » Normal d’avoir envie de rire, de pleurer, de hurler, d’avoir hâte autant que d’avoir peur. D’une certaine façon, c’était comme si elle comprenait que David appréhendait une réunion avec Emmerich après avoir vécu six années charnières de sa vie en l’absence de son père. Il avait fini par se tourner vers sa mère et Evelyn comprenait désormais que c’était peut-être par dépit. Elle avait soutenu tous ses projets, encouragé ses ambitions professionnelles, l’avait accueilli et appris à agir comme une mère… partiellement. Il y avait encore du travail à faire, mais le gamin retrouverait bientôt la véritable figure parentale de sa vie et elle comprenait qu’elle pouvait dire adieu à sa relation avec son fils, au risque de paraître dramatique.

Elle ne pouvait, malgré tout, pas s’abaisser à quelque sabotage préemptif de la relation entre lui et son père. Mettant sa main sur la table, paume vers le haut, elle invite David à y poser la sienne, dans un geste rarissime de tendresse physique entre mère et fils – or, il semblait en avoir besoin. « Je sais que ton père sera fier de l’homme que t’es devenu et qu’il sera encore plus fier d’être là pour la suite. » Ses parents à elle l’auraient invitée à sécher ses pleurs, mais elle n’ajoute rien. Lanzo aurait été trop à même de faire le même commentaire, et la simple possibilité de pouvoir dire quelque chose de typiquement associé au grand-père de David l’horripilait. « Tu veux qu’on y aille? » demande-t-elle plutôt, au cas où il aurait préféré se soustraire aux regards des curieux.




--- some of us
are wild ones, ever under wanted, I believe
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Sam 3 Nov - 21:20
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 89
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : Miself (av)

David se frotte le visage sans délicatesse du dos de la main, pourvu que ses larmes disparaissent. Il ne peut néanmoins dissimuler le bouleversement qu’on lit aisément dans son regard. C’était une bonne nouvelle, définitivement la meilleure nouvelle qu’il pouvait attendre - pense-t-il. Ça lui arrache un sourire déformé par le trop plein d’émotion. Il entend les paroles de sa mère mais il n’a rien à lui répondre. Non pas qu’elle s’attendait à l’entendre argumenter. Il se contente d’hocher la tête, de peur que les sanglots qui nouent sa gorge le trahissent.

Puis il y a cette main ouverte, cette invitation à chercher un peu de réconfort. Ce n’était pas la première fois. Il y avait déjà une sorte de réconfort que de s’endormir dans le canapé de sa cabine ou que de prendre le déjeuner au calme à ses côtés après un shift intense. Cette fois ça semblait néanmoins différent. Plus proche, plus affectueux. Son regard cesse de fuir et, après quelques secondes d’hésitation, il plonge sa main dans celle de sa mère. C’est étrange, et pour le moins inhabituel. Il fait l’effort de rester ainsi jusqu’à ressentir le soulagement recherché.

L’instant est bref avant que la vice-capitaine propose de s’enfuir. Ce à quoi David répond d’un hochement de tête approbatif précipité. Il se défait de sa main et il attrape aussitôt son plateau (qu’il ne sait pas résolu à finir) pour le débarrasser. En quelques pas, ils font dos au réfectoire dont le bruit semble abasourdi le jeune milicien. Il avance, ou plutôt il s’éloigne le plus loin possible de l’endroit, là où le calme l'apaise enfin. Il se sait suivit par sa mère au bruit des talons qui tentent de suivre sa marche.

Ses épaules se baissent enfin lorsqu’il souffle longuement, signe qu’il se remettait doucement de ses émotions. David fait à nouveau face à sa mère, un léger sourire aux lèvres. Ce qui est le plus rassurant, c’est qu’elle comprenait sa réaction. Il n’avait jamais vu ses parents se disputer violemment mais la froideur de leur rare échange n’en étaient pas moins difficiles. Alors qu’elle fasse l’effort de comprendre et surtout de compatir, lui retirait un poids des épaules. « J'annoncerais la nouvelle à Lanzo et Ann. Qu’il reprend après un moment d’absence. Enfin... Tu comptais peut-être sur moi de toute façon. On va pas rendre les choses plus compliqués. » Un rire accompagne sa réflexion, tachant d’y ajouter une touche de légèreté. Il souffle à nouveau, baissant la tête encore lourde de question. « Merci de m'avoir prévenu. Et merci d’être là. » Conclut-il enfin d’une voix basse, sincère mais incapable de la regarder en face.



You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Show me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     Lun 5 Nov - 21:57
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)
Ça ne l’étonne pas qu’il préfère partir, souhaitant sans doute épargner aux autres affamés le spectacle de ses larmes portant discrètes. Evelyn débarrasse ce qui reste sur leur table, puis suit son fils hors du réfectoire en silence, le laissant reprendre ses marques dans ce qu’elle sait être une nouvelle réalité. Sans doute que pour David, il y aurait l’âge adulte avant et après le retour de son père. L’avant maladroit, ponctué de quelques moments mère-fils qui seraient rapidement effacés, brouillés par l’après, saturé d’une proximité père-fils qui referait tomber la vice-capitaine dans l’oubli familial. Elle aurait largement de quoi rebondir, pourrait se plonger dans le travail – ce n’était pas ce qui manquait sur le Colossus, après tout – et laisserait son fils vivre sa vie. Il était trop vieux pour qu’elle se montre possessive maintenant, même si elle savait qu’elle lui en voudrait à terme. À lui et à Emmerich à parts égales. Le sourire qu’elle adresse finalement à David lorsqu’il se retourne est forcé par la surprise – plongée dans ses pensées, elle n’avait pas remarqué qu’il la toisait, l’émotion encore perceptible dans ses yeux rougis. « C’est gentil », le remercie-t-elle à sa généreuse proposition. Elle préférait sincèrement ne pas avoir à adresser la parole à Lanzo plus que strictement nécessaire. Elle limitait donc son capital d’interactions aux assemblées, faute d’avoir la patience pour l’étendre à la sphère personnelle.

Les remerciements la touchent d’une façon qu’elle n’aurait guère imaginée, quelque part entre la satisfaction de savoir qu’elle avait fait la bonne chose et l’émotion de voir son fils ainsi retourné par la nouvelle. Il avait quelque temps pour s’en remettre et se faire à l’idée, au moins, et sans doute une fois Emmerich libéré il serait un peu plus solide sur ses pattes, paré aux retrouvailles. Là où la main sur la table avait été un geste calculé, le pas qu’elle fait en avant, passant un bras autour de David pour le serrer brièvement contre elle lui vient sans la moindre réserve, sans réfléchir. Il n’était plus le petit garçon qu’elle avait si rarement tenu dans ses bras; il le dépassait d’une poignée de centimètres, au moins, et il n’avait plus rien d’un enfant. Elle n’avait jamais été une bonne mère et maintenant, il était trop tard. Elle était là maintenant, pensant qu’elle aurait un peu de temps pour créer un véritable lien avec son fils pendant que son père était à l’ombre, mais elle avait manqué de temps. Le contact est bref, a presque tout d’un adieu déchirant dans son exécution, à l’exception des larmes et des cris : parfaitement stoïque, c’est malgré tout un regard doux qu’elle décoche à David lorsqu’elle s’écarte. « Je dois retourner au travail. N’hésite pas à aller dormir à ma cabine si la coloc est trop bruyante. » Elle rentrerait sans doute tard, comme d’habitude – un gage de tranquillité pour le milicien. Sans plus de cérémonies, elle lui tourne le dos, reprenant le chemin du Colossus d’un pas vif, moins posé qu’à son habitude. Une fois hors du champ de vision de David, la vice-capitaine cueille du bout de l’ongle une larme solitaire qui perlait dangereusement à l’intérieur de son œil, l’essuyant derechef sur son uniforme. La larme avait disparu aussi vite qu’elle était apparue, mais l’étrange oppression de la tristesse et de la rancœur demeuraient bien malgré elle.




--- some of us
are wild ones, ever under wanted, I believe
MessageSujet: (#) Re: Big boy / Evelyn     

RÉPONSE RAPIDE