Back to you (Dante)
MessageSujet: (#) Back to you (Dante)     Mer 15 Aoû - 0:32
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t107-but-i-got-smarter-i-got-harder-in-the-nick-of-time-wilhem http://beyond-earth.forumactif.com/t213-you-got-yourself-a-bad-habit-for-it-wilhem
Messages : 223
Âge : Trente cinq années de manigances.
Occupation : Ingénieur en cybernétique & officieusement à la tête d'un réseau illégal de revente de pièces détachées, armes modifiées, combats illégaux et autres trafics de denrées rares.
Habitation : Regina Mercy, dans une cabine cossue.
Arrivée : Depuis ses huit ans (2200).
Pseudo : wiise
Avatar : Dan Stevens
Crédits : moi même (ava + sign + 2 crackship)
Haletant, encore hagard des affres du plaisir ultime l’ayant totalement consumé, Wilhem se laisse retomber sur le dos, sur son lit, dans un soupir d’aise. Un sourire satisfait flotte sur ses lèvres alors qu’il passe machinalement une main dans ses cheveux blonds humides. Son corps luit d’une fine pellicule de sueur liée à l’effort, alors qu’il fixe un instant le plafond, encore déconnecté de la réalité. À côté de lui, Dante reprend aussi son souffle. Dante qu’il a appelé un peu rapidement, un peu empressé. Un besoin féroce de se débarrasser des restes de rage et de colère lié à l’échec du blaster modifié retrouvé sur le Jeanne d’Arc. Un échec qui allait lui couter cher et Wilhem déteste échouer. Détester payer, cher, une connerie aussi maladroite. Un quelque chose qui n’aurait pas dû arriver.

Alors oui, après des coups donnés au hasard, détruisant une bonne partie des meubles de son petit antre sur le Colossus 5, après avoir pesté, crié sa fureur, il ne lui restait qu’une dernière chose à faire pour pleinement s’éclaircir l’esprit et c’est naturellement que l’envie, le besoin, de Dante s’est fait sentir. Un besoin physique, surtout, primaire, presque, mais qui s’est inscrit dans sa vie comme une délectable habitude. Puis au delà de ça, il y a sa seule présence, sans trop expliquer le pourquoi du comment. Peut être parce que les deux hommes ne se doivent rien, ne se promettent rien. Ne font que s’envoyer en l’air avant de, parfois, se confier quelques péripéties de leurs vies ou encore opinions diverses. Il n’est pas question de sentiments, il n’est pas question d’attachement ou de promesse, mais un lien est bel et bien réel, impossible à réellement définir.

L’ébat a été particulièrement intense, passionné, emporté et il est probable que Dante conserve quelques marques, durant les prochains jours. Mais Wilhem n’est pas du genre à s’en excuser, bien au contraire. Il demeure chez lui un besoin réel d’afficher une certaine possessivité. Dante lui a plus, dés le premier regard, comme un vieux feuilleton télévisé que plus personne ne connait aujourd’hui, désuet et oublié. Une histoire qui aurait pu être belle, sentimentale, si Wilhem n’était pas ce qu’il est véritablement. Si leur relation n’était pas celle du client et du prostitué. Payer pour l’avoir, c’est ce que l’ingénieur s’est empressé de faire, lorsqu’il a su la seconde profession du machiniste. Un plaisir dont il ne se lasse pas, d’ailleurs.
Pourtant, alors qu’il tourne la tête vers Dante, ce sourire flottant sur son visage s’efface aussitôt à voir que l’homme s’agite. Qu’il s’apprête à se relever, partir, certainement, retourner à sa vie après avoir effectué sa besogne du jour. Froncement de sourcil de la part de Wilhem qui le rattrape par le bras pour le forcer de nouveau à s’allonger sur le lit. Sans pour autant user de sa poigne, un simple geste, léger. « Reste » Dit-il en s’approchant de nouveau, alors que ses dents viennent frôler l’épaule nu de l’homme qui tourne un visage perplexe vers lui. « Je veux que tu restes » Renchérit-il, alors que, se redressant légèrement, ses lèvres gagnent le cou du machiniste, se veulent avides, encore. Jamais totalement rassasié de lui. Cette fois-ci, ses gestes sont plus appuyés, sa poigne également, son côté possessif le pousse à se comporter comme ça, à faire en sorte que Dante accepte, craque, obéisse, finalement.

Peut être parce qu’aujourd’hui, plus que les autres fois, Wilhem a réellement besoin de se vider l’esprit, de mettre ses problèmes derrière lui, même quelques heures. Surtout alors que la nuit est déjà bien avancée, d’après son terminal posé sur sa table de chevet. « Je te paierai un supplément s’il faut » Renchérit-il, entre deux baisers appuyés, insistants. Oui, il sait que Dante ne lui doit rien. Qu’il est libre de repartir s’il le veut, puisque leur relation, même physique, n’est régit que par un code de client fournisseur, quelque part. Que jamais aucun des deux n’a osé contester cela, bien que la possessivité de Wilhem se développe petit à petit. Alors oui, il sait que s’il veut avoir une chance de le faire rester, c’est en faisant miroiter l’argent, ou les denrées rares, des choses qui peuvent foncièrement l’intéresser, autre que sa détestable personne d’ingénieur cachant bien son jeu. Certainement trop conscient de ses défauts.


A beating heart of stone, you gotta be so cold
To make it in this world, yeah, you're a natural
Living your life cutthroat
Leave behind your heart and cast away


Brothers, until the end:
 

One day, we'll destroy each other:
 
MessageSujet: (#) Re: Back to you (Dante)     Ven 17 Aoû - 18:48
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t544-dante-marsh-i-set-my-standards-pretty-low-so-i-m-never-disappointed http://beyond-earth.forumactif.com/t548-dante-i-never-ask-anyone-their-opinion-because-i-don-t-give-a-shit
Messages : 18
Âge : 37 ans
Occupation : Machiniste et vend son corps en échange d'affection et de chaleur.
Habitation : Colossus 5, sur le vaisseau des Wūtuōbāng Bastards dont il est membre.
Arrivée : 2217, comme les autres.
Pseudo : Akira
Avatar : Ryan Gosling
Crédits : Wiise | Bat'Phanie

 
BACK TO YOU
WILHEM ORDO & DANTE MARSH
Tu n’étais définitivement pas assez payé pour ses conneries. Tu connaissais assez bien Wilhem maintenant, ça faisait plusieurs fois que tu l’avais pris comme client régulier et il fallait quand même l’avouer : il n’hésitait pas à cracher sa tune pour toi. On ne pouvait pas dire que tu t’en plaignais. Ça t’apportait exactement ce que tu souhaitais : l’impression d’être aimé pendant quelques heures. Tu n’en demandais pas plus ni moins, pas avec Wilhem en tout cas. Tout était physique et passionnel entre vous. Tu n’avais pas peur du choc, des gestes brusques et de la rencontre violente de vos lèvres. Il en fallait beaucoup pour te surprendre en tant qu’ancien esclave. Quand tu te faisais littéralement rouler dessus lors des combats contre Orson, organisé par vos maîtres de l’époque. Ce n’était pas pour autant que tu appréciais de te faire surprendre à ce point, ni particulièrement a ce que votre session se passe ainsi. Tu allais être honnête, tu garderais quelques marques sur ton corps et ça te faisais chier. Ce n’était pas comme si c’était la première fois que tu lui disais de faire ça. L’ingénieur savait très bien que tu n’avais pas que lui comme client. Et c’était mauvais pour ton petit business si tu avais les traces de quelqu’un d’autre.

« Tu fais chier. » Lâches-tu en réponse quand tu te redresses. Tu as une jambe dans le vide, l’autre encore sur le lit, ton corps penché en arrière et enfin, ton bras retenu par l’autre. Honnêtement, tu as simplement envie de dégager ton bras, prendre ton jean pour l’enfiler et finir de t’habiller en reprenant le chemin de ta cabine. Un soupire s’échappe de tes lèvres quand tu sens des dents gentiment se planter dans ton épaule. Ton ventre et ta poitrine se dégonflent lorsque tu fermes les yeux, essayant de garder ton calme pour ne pas l’envoyer bouler dans le lit et te tirer vite fait. Pourtant, tu restes calme et tu rouvres les yeux pour le regarder, pour laisser les baisers parcourir ta peau sans pouvoir y résister, sans pouvoir le rejeter entièrement. Tu portais ta main sur ton visage, essayant de réveiller ton être de la sueur. Tu puais le sexe. Ce n’était pas forcément désagréable, au contraire même. Tu pouvais surtout sentir sur tout ton corps les doigts de Wilhem, comme une trace fantôme, passant et repassant vos ébats dans ton esprit.

Si sa prise se fait plus forte sur toi, tu n’apprécies pas particulièrement. Tu plissais les lèvres alors que tu continuais à lui faire résistance. Il avait toujours été question de ça entre vous. Il te payait peut-être, mais ce n’était pas pour autant que tu obéissais à tous ses caprices à chaque fois. Ce n’était pas amusant sinon. C’est pour ça qu’en premier lieu, tu forces le passage pour attraper ton terminal pour regarder l’heure puis faire glisser ton doigt pour regarder ton compte bancaire. Il avait déjà payé. Il tapotait de son ongle pourtant coupé « 50 crédits de plus. » De toute manière, il était un peu trop tard pour traverser la moitié de la flotte pour seulement aller dormir trois ou quatre heures dans ta petite cabine pour enchaîné sur une journée de boulot. De toute manière, les Bastards avaient plus ou moins l’habitude de ne pas te voir tous les soirs dans ta piaule. Une fois de plus ou de moins, ça ne changerait rien. Il reposait son terminal au sol avant de se retourner vers lui, d’un mouvement de jambe habile, il avait les cuisses de chaque côté de celles de Wilhem alors qu’il récupérait un baiser en tirant sur sa lèvre inférieure, la douceur oubliée depuis longtemps entre eux. « Je peux savoir pourquoi t’es d’une humeur de chien ce soir ? » Quitte a rester là, autant savoir le fond de sa pensée.
code by bat'phanie


I've lost myself somewhere
Man, the next word that comes out of your mouth better be some brillant fucking Mark Twain shit, cause it's definitely getting chiselled on your tombstone. ▬ The Devil's Rejects


Just a reminder:
 


MessageSujet: (#) Re: Back to you (Dante)     Dim 19 Aoû - 18:52
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t107-but-i-got-smarter-i-got-harder-in-the-nick-of-time-wilhem http://beyond-earth.forumactif.com/t213-you-got-yourself-a-bad-habit-for-it-wilhem
Messages : 223
Âge : Trente cinq années de manigances.
Occupation : Ingénieur en cybernétique & officieusement à la tête d'un réseau illégal de revente de pièces détachées, armes modifiées, combats illégaux et autres trafics de denrées rares.
Habitation : Regina Mercy, dans une cabine cossue.
Arrivée : Depuis ses huit ans (2200).
Pseudo : wiise
Avatar : Dan Stevens
Crédits : moi même (ava + sign + 2 crackship)
Bien sur qu’il fait chier, comme le dit si bien Dante, a être si insistant. À presser son bras entre ses doigts, pour le faire plier. Wilhem n’aime pas qu’on lui dise non, pas plus qu’on lui résiste, pourtant, si réellement Dante l’envoyer chier, il ne chercherait pas plus loin. Il a bien conscience qu’il demeure encore une certaine colère en lui et que ses pulsions belliqueuses ne sont jamais trop loin. Il ne sait pas s’il en viendrait à s’énerver au point de jouer de ses poings, mais il préfère éviter tout drame. Alors il use de toute la manipulation dont il est capable, charmer, à parcourir la peau de Dante de ses dents, puis de ses lèvres, lui mimant à quel point il souhaite qu’il reste là, près de lui. Qu’il reste, cette nuit. Ou du moins, pour les quelques heures qu’il reste avant le lever du jour et l’heure pour Wilhem de se rendre à son atelier.

Cette nuit, il refuse d’être seul. Il refuse de faire face à ses pensées. À cette espèce de culpabilité rageuse qui le bouffe littéralement. Pas spécialement parce que c’est sa faute dans cette affaire, mais bel et bien parce qu’il déteste voir un de ses commerces en péril, ou même sa propre personne. « Je sais… » Dit-il alors simplement, dans un murmure, tandis que ses lèvres se perdent encore dans le cou de Dante, avant qu’il ne se décide vraiment. D’un geste habituel, presque trop facile, Wilhem lui a déjà viré l’argent sur son compte, tout en se concentrant sur sa personne. Il sait qu’en insistant ainsi, il peut avoir gain de cause et c’est exactement ce qu’il se passe.

Dante finit par se tourner, enjambe le corps nu de l’ingénieur se se caler sur ses cuisses et se pencher vers lui, qui sagement, se rallonge, un léger sourire flottant ses lèvres. Il répond au baiser que le machiniste lui arrache, sans pourtant émettre une remarque quant à sa victoire quant au fait que Dante va semble t-il passer le reste de la nuit ici.
Ses mains glissent jusqu’aux cuisses du machiniste, avant de s’y immobiliser. Il caresse la peau de l’homme de ses pouces, avant de soupirer à sa question. Il a l’habitude que les confessions, les confidences, suivent leurs ébats et à vrai dire, il ne s’en plaint pas. À part à May, son bras-droit, il ne peut pas tellement se confier sur sa vie. Et encore, avec la jeune femme, leur relation est surtout professionnelle, il ne parle guère du reste. Finalement, Wilhem est assez solitaire, volontairement. Une façon comme une autre de se protéger. Pourtant, avec le temps, il a apprit à faire confiance à Dante. Il sait que la situation du blond n’est guère plus reluisante que ses mauvais choix et que surtout, il ne sera pas du genre à le balancer aux autorités, parce que même si Wilhem n’a pas explicité tous les méandres de son réseau, Dante a bien comprit qu’il est tout sauf blanc comme neige. Qu’il gère bien plus de choses qu’il ne le laisse sous-entendre. Alors oui, Wilhem peut se permettre de répondre, même s’il reste évasif. « Des emmerdes avec un de mes commerces… » Avoue t-il. « Je me retrouve bêtement dans la merde et je suis en train de chercher comment en sortir » Renchérit-il, perdant un instant son regard sur le torse musclé de Dante, ses épaules dessinées.

« Et tu sais bien que je déteste quand c’est le bordel » Dit-il, esquissant un léger sourire en coin. Wilhem aime quand tout fonctionne, perfectionniste et méticuleux. Il aime quand les choses sont organisées et droites. Maniaque du contrôle et sang-chaud, il sait que ce sont deux aspects de sa personnalité qui ont tendance à le mettre hors de lui au moindre élément perturbateur dans ses affaires. Des facettes de sa personne que Dante connait, du moins en partie. Wilhem sait que depuis longtemps, le Bastard a saisit qu’il est loin d’être une personne fréquentable, respectable ou encore agréable.  


A beating heart of stone, you gotta be so cold
To make it in this world, yeah, you're a natural
Living your life cutthroat
Leave behind your heart and cast away


Brothers, until the end:
 

One day, we'll destroy each other:
 
MessageSujet: (#) Re: Back to you (Dante)     

RÉPONSE RAPIDE