hearts of cold / ek
MessageSujet: (#) hearts of cold / ek     Ven 10 Aoû - 0:41
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 417
Âge : 38 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Qu’est-ce que j’fous là. Elle distingue un peu sa réflexion dans la vitrine de la distributrice, croise le regard d’un fantôme aux yeux cernés, aux pupilles vides. Brièvement, seulement, alors qu’elle tente d’arrêter son choix sur deux misérables sandwiches, terminal serré entre ses doigts. Qu’est-ce que ça changeait, vraiment, lequel elle choisissait – et pourtant c’était comme si la décision dicterait son avenir proche pour le meilleur et pour le pire tant elle la prenait à cœur. Dans un élan d’irritation, elle cogne au hasard sur le panneau, expulsant un soupir agacé, avant de récupérer les deux sandwiches et le thé qui s’offrent désormais à elle. Les murs encore décorés d’une bribe du luxe d’antan du Tiantang défilent devant ses yeux dans un trajet familier qu’elle empruntait désormais de façon plus funeste, presque comme une procession. À l’heure qu’il était, les seuls Stellariens qu’elle croisait sortaient des nombreux bars que le vaisseau abritait, et elle ne leur prêtait guère plus d’attention qu’ils pouvaient en avoir à son endroit. Les lèvres pincées, elle s’arrête devant l’entrée de ce qui fut autrefois le Dex. Probablement qu’elle n’y aurait jamais remis les pieds après la soirée d’adieu officieuse qu’elle avait organisée et de laquelle elle ne conservait qu’un vague souvenir, si ça n’avait pas été d’Elie. Dire qu’elles étaient proches était grandement exagéré. Or, il y avait quelque chose désormais qui l’attirait vers la femme; pas de la pitié, en tant que tel, mais une forme de compassion à travers laquelle Rosalija découvrait une toute nouvelle personne. Témoin, spectatrice de l’envol du mariage de Tiaan et d’Elie, elle avait inévitablement perçu sa chute, sans toutefois commenter, sa loyauté à son collègue – puis patron – toujours un peu plus forte que le reste. Les rumeurs étaient aussi vives que foudroyantes; Rosa n’était pas parfaite et savourait toujours les potins stellaires, mais les conséquences de ces ragots étaient trop difficiles à concevoir pour elle.

La docker finit par entrer, le pas lent. L’ambiance s’était éteinte en même temps que les derniers clients, qui étaient sortis juste avant son apparition. Derrière son comptoir, Elie commençait à boucler la soirée. Pas d’aide aux alentours, a priori; Rosa plisse le nez. Force était d’admettre qu’elle avait bien choisi son moment. « Elie », l’interpelle-t-elle avec l’ombre d’un sourire aux lèvres. Elle agite les sandwiches dans l’air, les posant finalement sur le comptoir, non loin de là où la femme s’affairait. « J’ai pensé que t’aurais peut-être pas eu le temps de manger. » Ou alors elle aurait mangé, mais vu l’heure, probablement que la faim ne tarderait pas, si l’appétit avait encore l’occasion de la tenailler. Se hissant sur un banc d’un geste habile – d’aucuns diraient habitué, et ils n’auraient pas tort –, l’ancienne douanière détaille un instant les traits de son interlocutrice. La détresse qu’elle pouvait y lire lui brisait le cœur. « Toute seule pour fermer ce soir? Est-ce que je peux t’aider? » Alléger le fardeau d’Elie lui faisait plaisir. Elle passait ses journées à charrier caisses et marchandises sur les docks, désormais – remonter des chaises sur des tables et passer la vadrouille ne lui coûterait pas grand-chose, en plus de lui permettre de prendre le pouls de l’état d’Elie.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: hearts of cold / ek     Lun 13 Aoû - 15:00
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t869-je-sais-que-la-mort-nous-mange-le-coeur-je-sais-qu-elle-se-loge-en-nous-et-ne-cesse-de-croitre-tout-au-long-de-notre-vie-elie#7903 http://beyond-earth.forumactif.com/t878-elie-l-espoir-meurt-en-dernier
Messages : 209
Âge : trente-neuf ans
Occupation : barmaid sur le tiantang
Habitation : une cabine exigue sur le tiantang
Arrivée : 2207
Avatar : bridget regan
Crédits : Blake, killer from a gang, .sparkle, gommeamacher
La mécanique dans les gestes et le regard éteint, Elie s'agite derrière le comptoir. Sans un sourire, sans même une expression autre que la tristesse profonde qui creuse les cernes autour de ses yeux, elle encaisse les derniers crédits et, d'un ton morne, demande à Charlie de changer l'inscription des néons pour signaler la fermeture du bar et d'éteindre la musique. Tout le monde a été surpris de la voir revenir si rapidement au travail, et personne n'a réellement su comment se comporter. Les attitudes oscillent entre la sollicitude extrême à une indifférence gênée Bien sûr, on garde à l'esprit la chute libre d'Elie depuis la nouvelle de la mort de Tiaan. La différence entre la Elie d'avant et celle actuelle ne consiste pas à trouver les sept différences. Elles sont des milliers, infimes, et affectent profondément la serveuse. Elle, d’ordinaire débonnaire et souriante semble avoir vieilli de dix ans en l'espace de dix jours. Ses gestes se font lents quand elle rassemble les verres sur son plateau, et qu'elle essuie les tables. Plus un sourire, qu'il soit un peu moqueur, un brin taquin, toujours joyeux, ne vient ourler les lippes et le fond de ses yeux ne reflète rien qu'un désespoir sans fin. Personne ne lui dit, tout le monde l'a remarqué, elle a aussi maigri. Ses joues se creusent et son teint s'altère. La fatigue marque tout le corps d'Elie. Peu à peu, elle s'éteint et s'efface.

Elle ne remarque pas immédiatement la silhouette qui entre dans la salle. Ce n'est que lorsque Rosa s'installe devant elle et lui présente les sandwichs qu'Elie lève finalement deux billes sans éclat vers la jeune femme. « Oh. Bonsoir Rosalija, elle répond mollement. Tu voulais quelque chose ?  Je suis désolée… je viens de fermer. » « J’ai pensé que t’aurais peut-être pas eu le temps de manger. » L'attention la touche même si elle n'en montre presque rien. « Oh.  Merci. » Elie n'a pas d'appétit bien sûr, elle se contente de déplacer les paquets pour passer un coup de lavette sur le comptoir et de sortir deux verres, qu'elle remplit avec un geste habitué. « La même chose que d'habitude. C'est la maison qui offre, elle fait sur un ton complètement atone. » Elle-même engloutit son verre d'une traite et se sert encore dans la foulée sans plus toucher à la mixture. « Toute seule pour fermer ce soir ? » Elie lève ses yeux vers Rosa, et lui renvoie un sourire fade. « Oui. Ca m’occupe l’esprit, elle répond comme pour se justifier. Je supporte pas de rester chez moi. » Un bel euphémisme en réalité. Dans sa cabine, Elie boit jusqu’à s’écrouler et s’éveiller le lendemain une migaine affreuse pour lui cisailler le crâne et lui vider l’estomac dans la cuvette.  Tout lui rappelle Tiaan, constamment. Et cette impression de le voir partout n’aide jamais. « Est-ce que je peux t’aider ? » Si Elie est surprise, son expression n’en montre rien, à peine une moue étonnée. Elle ne connait pas Rosa. Pour ce qu’elle en sait, c’est la seule amie de Tiaan, ou en tout cas, l’une des rares personnes qui comptaient assez pour lui pour qu’il la convie à leur mariage. Du reste, il n’en parlait jamais, et lorsqu’elle venait parfois au bar, elles n’échangent jamais que trois mots polis et de circonstances. « Rosalija ? Je… merci pour ton initiative, l’autre jour. Je suis désolée… désolée que tu n’aies pas pu être là pour les funérailles. » Le verre dans la main, Elie se contente de faire tourbillonner la mixture. Jamais elle ne regarde la jeune docker. Si elle s’exécutait, elle s’effondrerait (encore) en sanglots. Déjà les larmes perlent et coulent le long de ses joues. Plus par soucis de s’occuper les mains, Elie sort du comptoir un plat, et y dispose les triangles de pain. « Tu as mangé, toi ? »




je t'oublierai. je t'oublie déjà.
regarde comme je t'oublie. regarde-moi.
MessageSujet: (#) Re: hearts of cold / ek     Jeu 30 Aoû - 22:09
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 417
Âge : 38 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Il y avait une tristesse indicible chez Elie, une mélancolie inqualifiable tant elle était omniprésente, comme si elle s’était taillé une niche dans son âme pour y faire de sombres racines. C’est dur pour Rosa d’être témoin impuissant devant une telle scène, digne d’une grande tragédie cinématographique, mais en sachant que c’était la réalité et qu’elle ne pouvait pas simplement demander à Charlie de changer de film. Elle aurait pu l’ignorer, aussi, attendre que l’angoisse passe, que les pleurs se tarissent, mais elle sentait une obligation morale à au moins veiller à ce qu’Elie traverse cette épreuve. Peut-être en raison du respect qu’elle pouvait vouer à Tiaan, même à titre posthume, et sans laisser son jugement être souillé par les rumeurs parfois peu reluisantes qu’elle avait pu entendre au sujet de leur couple.
Rosalija accepte le verre d’un signe de tête, n’ayant pas particulièrement de soulever la moindre objection à ce que pourrait dire ou faire Elie ce soir. Même minime, la barmaid n’avait pas besoin d’une contrariété de plus après tout ce qui lui pesait déjà sur les épaules. Le bar est comme un refuge pour Elie, ou du moins, c’est ce que la docker tire de sa justification, une façon de ne pas être constamment confrontée à l’absence de son mari et aux souvenirs que la cabine qu’ils partageaient pouvait lui arracher.

Elle ne peut faire autrement que de baisser la tête, un peu gênée, lorsqu’Elie la remercie d’avoir organisé la soirée en mémoire du directeur. La soirée avait été riche en émotions, pour elle, du moins, au point où pour la première fois depuis de nombreuses années elle avait eu besoin d’aide pour sortir du bar. C’était un peu honteux, à vrai dire, et Rosa regrettait ses excès, mais pas pour l’ignoble mal de bloc du lendemain : simplement parce que c’était une bien piètre façon d’honorer son patron. Quant aux funérailles… elle les avait ratées non par choix, mais en raison de son naufrage sur Keller, avec d’autres douaniers et commissionnaires qui auraient certainement aussi aimé prononcer un dernier adieu à Krishvin. À la place, elle n’avait eu droit qu’à des nouvelles et mises à jour lacunaires et un rapatriement froid qui lui avait laissé un arrière-goût amer au fond de la gorge. Elle avait préféré démissionner que continuer à faire semblant. « Et moi donc », qu’elle souffle finalement en hochant la tête, avalant une gorgée de son verre sans plus de cérémonies. À relever les yeux, elle remarque les larmes qui s’écoulent sur les joues creusées par la fatigue d’Elie, sans pour autant émettre le moindre commentaire. Elle pouvait bien pleurer si elle en ressentait le besoin sans se faire constamment prendre en pitié. C’est un petit sourire qu’elle lui décoche lorsqu’elle croise enfin son regard, simplement pour lui montrer qu’elle avait remarqué, mais qu’elle ne dirait rien.

« J’ai mangé, ouais », admet-elle finalement, avouant par la même occasion qu’elle avait fait tout ce détour essentiellement pour les beaux yeux d’Elie, si humides soient-ils. Entre le sandwich et la proposition de l’aider, les intentions d’alléger le fardeau de la barmaid étaient désormais évidentes. « Je dis jamais non à un en-cas, par contre. Tiens, goûte celui-là, ils sont vraiment pas mal. » Elle insiste, constatant que la maigreur d’Elie n’était peut-être pas due qu’au manque de sommeil et à la négligence pure. Mordant dans un bout du sandwich, elle pose ses coudes sur le comptoir, observant un instant l’environnement de travail de la femme. « Pis après tu m’diras quoi faire, histoire que tu te tapes pas tout le sale travail toute seule. » Que ça soit récurer le plancher à la brosse à dent ou charrier les fûts de bière d’un endroit à l’autre, Rosa n’avait aucune objection, si ingrate la tâche soit-elle.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: hearts of cold / ek     Sam 1 Sep - 22:23
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t869-je-sais-que-la-mort-nous-mange-le-coeur-je-sais-qu-elle-se-loge-en-nous-et-ne-cesse-de-croitre-tout-au-long-de-notre-vie-elie#7903 http://beyond-earth.forumactif.com/t878-elie-l-espoir-meurt-en-dernier
Messages : 209
Âge : trente-neuf ans
Occupation : barmaid sur le tiantang
Habitation : une cabine exigue sur le tiantang
Arrivée : 2207
Avatar : bridget regan
Crédits : Blake, killer from a gang, .sparkle, gommeamacher
Sans vraiment le réaliser, Elie se détend. Rosalija n’est pas venue avec sa pitié, sa charité ou ses bonnes intentions pour se faire du bien. C’est sincère. Elie en réellement touchée. La main attrape l’un des sandwichs, et elle mord dedans, mâche, déglutit lentement. Manger lui fait du bien. Elle n’a rien avalé de vraiment consistant ces derniers jours. « C’est vrai, c’est pas si mauvais, elle sourit un peu. » Ca n’a aucun goût, ou du moins, elle n’en sent aucun, mais la faim la tenaille plus qu’elle ne le pensait. Un sourire las et d’un hochement de tête, et elle croque plus avidement dans le pain. Un moment qui dure, elles ne se disent rien. En réalité, la terrienne ne sait pas très bien comment se tenir vis-à-vis de Rosa, ni ce qu’elle attende ce cette visite, outre lui proposer une aide bienvenue pour la fermeture. Le repas achevé, les lippes se tordent un rictus un peu moins triste. « Merci, elle fait simplement. Il faut...  Elle s’interrompt, pour organiser ses pensées. Je dois faire le solde de la journée, mais tu pourrais me rapporter les verres qui sont encore sur les tables là-bas ? Il faut les mettre dans la machine pour les laver. Après, on pourra nettoyer les tables, et quand ce sera sec, monter les chaises, faire le sol… Je dois laver les machines aussi, et le comptoir, vérifier les stocks. Et, je pensais préparer une partie du service pour demain, mais tu n’es pas obligée de rester. C’est euh… c’est vraiment gentil de proposer ton aide. » Au comble de la gêne, elle se détourne, attrape son Charlie et le log à la caisse. L’historique des ventes de la journée, le solde de la veille, et d’autres informations un peu inutiles pour qui ne doit pas s’en occuper s’affichent sur l’écran. Habituée, Elie compulse rapidement les données, jetant de discrets coup d’œil à la douanière qui s’acquitte aimablement de sa tâche. En quelques minutes, la vaisselle rassemblée est placée dans le lave-vaisselle placé sous le bar. Ne restent que leurs deux verres.

« Comment… elle commence, avant de s’interrompre, de se mordre à lèvre. Elie hésite. Elle n’est pas la seule à être affectée de la mort de Tiaan, et elle en a eu une très belle preuve quelques jours auparavant. Rosalija aussi a été durement touchée. Alors, Elie marque un temps avant de reprendre.  Comment il était, au travail ? Il n’en parlait jamais… elle se sent obligé de se justifier. Je crois qu’il en savait plus sur comment faire tourner un bar que moi sur ses responsabilités.. Les comptes achevés, Elie rejoint la jeune femme en salle, et entreprend de monter les chaises sur les tables nettoyées. Enfin, on n’est pas obligée d’en discuter…. D’ordinaire si prompte au babillage, Elie se sent soudain comme prise au piège, incapable de dire quoi que ce soit sans craindre de blesser involontairement l’autre. Elles marchent l’une et l’autre sur des œufs. J’ai su que tu as démissionné. Les gens… les gens continuent de beaucoup jaser, ici.. Elie s’interrompt pour chercher le regard de Rosa. On lui a beaucoup posé cette question sans qu’elle ne sache y répondre. Mais s’est-on soucié des autres ? De ceux qui ont vécu l’angoisse du silence et récolté le poids des dommages collatéraux. Est-ce que ça va ? »




je t'oublierai. je t'oublie déjà.
regarde comme je t'oublie. regarde-moi.
MessageSujet: (#) Re: hearts of cold / ek     Jeu 13 Sep - 22:14
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 417
Âge : 38 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Rosalija ne s’était pas fait prier pour se pencher par-dessus le comptoir pour y pêcher un plateau de service, attrapant au passage un chiffon humide, croisant le regard d’Elie avec un certain entrain. « Compte sur moi, alors », qu’elle l’assure, se laissant glisser en bas du siège. La tenancière avait mangé, parlé, souri, même, autrement qu’avec l’air d’être à deux doigts de pleurer. C’était rassurant pour Rosa, sûrement que ça revigorait son interlocutrice aussi, un peu, de savoir qu’elle n’était pas toute seule, même si elle ne voulait pas parler. Parfois, le simple fait d’avoir quelqu’un, sans que ce soit pour discuter, pouvait se révéler salutaire; une présence muette, presque invisible, mais qui suffisait à se sentir moins isolé. Si elle pouvait servir à ça, alors Rosa était satisfaite – et c’était encore mieux si elle pouvait en faire plus. Elle s’élance sans plus hésiter, vidant les tables de leurs corps morts, ramassant sans distinction verres, chopes et autres récipients cosmiques, les empilant d’abord sur le comptoir, puis dans le lave-vaisselle, récurant avec vigueur les tables collantes, plongée dans sa tâche. Ce n’était pas parce que c’était une tâche simple qu’elle n’y mettait aucun effort, consciente qu’Elie n’avait pas besoin de devoir repasser après elle une fois qu’elle serait partie – le but était de lui alléger la tâche, pas de contribuer à ses ennuis. Elle frotte, sèche les surfaces dans des gestes machinaux, mais qui ont le mérite d’être efficaces. À Elie les tâches techniques, les chiffres et les finances, ce dont Rosa préférait ne pas s’acquitter sans savoir ce à quoi elle se frottait – jouer les gros bras pour la soirée ne l’embêtait pas outre mesure.

Le balai que manie désormais Rosa, contournant le bar avec un soin certain, faisant aller les fibres dans les moindres recoins – non sans oublier de prendre une gorgée de son verre, de temps à autres – dans la plus grande des concentrations, interrompue uniquement par la petite voix timide de la barmaid. « Comment il était… » répète-t-elle, pensive. Elle avait peur de blesser davantage Elie en lui parlant de Tiaan, mais si elle posait la question, c’était qu’elle voulait savoir. Alors elle interrompt son balayage, s’appuyant sur le manche pour détailler son interlocutrice. « Fidèle à lui-même, je dirais. Je sais pas si ça a du sens », admet-elle dans un petit rire gêné. « Il a toujours été un bon chef, assurément. De peu de mots, mais quand il disait un truc, ça faisait force de loi. Taciturne, mais rien lui échappait. » Elle avait beau se montrer parfois irrévérencieuse à l’endroit de son lieutenant – puis directeur –, elle ne l’avait jamais fait en public, jamais devant les autres, trop soucieuse de conserver pour elle ce qu’elle avait perçu comme un attachement qui remontait à si longtemps qu’elle voulait le préserver au maximum, à l’abri des regards jaloux, de ceux qui s’en seraient servi pour leur causer des problèmes. Or, quand Tiaan parlait, Rosa exécutait, toujours, même si ça râlait, même si ça protestait. Elle affiche un petit sourire triste. Ça ne serait plus la même chose désormais, et si elle refusait de se dire qu’elle avait démissionné parce qu’elle refusait de prendre des ordres de qui que ce soit d’autre que son ancien chef, il y avait peut-être un peu de ça, la réticence à prendre sa place, aussi.

Elle pince les lèvres à la question d’Elie. Bien sûr que les nouvelles avaient vite voyagé. La réaction des autres avait varié de l’outrage à l’indifférence, mais elle savait que sa décision de refuser la promotion offerte sur un plateau d’argent avait fait jaser; celle de carrément partir, aussi. « Ça va », fait-elle finalement, reprenant le balayage, la cadence ralentie. « Tout ça m’a juste donné le coup de pied au cul dont j’avais besoin pour faire ce que je veux, pas ce que les autres attendent. » Elle n’avait pas été aussi franche avec qui que ce soit sur les raisons de sa démission, de son demi-tour abrupt, sur sa chute soudaine jusqu’en bas de l’échelle. « Je suppose que… j’ai eu peur, dans un sens, pis j’me dis, si c’était la dernière soirée, est-ce que je serais satisfaite de ce que j’ai accompli? Pis la réponse était non. » Elle esquisse un petit sourire triste, bref, en fusionnant deux petits amas de poussière devant elle du bout du balai. « Ça me fait juste chier que ça soit tout ça qui m’ait enfin convaincue de recommencer à zéro. »




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: hearts of cold / ek     Mer 26 Sep - 14:08
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t869-je-sais-que-la-mort-nous-mange-le-coeur-je-sais-qu-elle-se-loge-en-nous-et-ne-cesse-de-croitre-tout-au-long-de-notre-vie-elie#7903 http://beyond-earth.forumactif.com/t878-elie-l-espoir-meurt-en-dernier
Messages : 209
Âge : trente-neuf ans
Occupation : barmaid sur le tiantang
Habitation : une cabine exigue sur le tiantang
Arrivée : 2207
Avatar : bridget regan
Crédits : Blake, killer from a gang, .sparkle, gommeamacher
Penchée sur le seau qu’elle remplit d’eau chaude et anormalement concentrée sur les remous de la surface, Elie écoute la réponse de Rosa, les lèvres serrées. A quoi s’attendait-elle ? Fidèle à lui-même. Si, ça avait du sens. Tellement de sens. La rousse prend sur elle et fait un terrible effort pour ravaler le nouveau sanglot bloqué dans sa gorge et lorsqu’elle se relève, serpillère en main et récipient dans l’autre, elle remercie la jeune femme d’un hochement de tête. Ses yeux brillants et rougis trahissent son émotion vive et si elle décolle les lippes, Elie le sait, elle libèrera les larmes qui ne demandent qu’à couler et creuser un peu plus son visage. « Il ne parlait pas beaucoup, c’est vrai, elle réagit après quelques minutes silence et certaine que sa voix sera à peu près vaillante. Après tout ce temps, je crois que j’en savais autant de ses silences et des nuances qu’il pouvait lui donner que lorsqu’on parlait. Le mop contourne les pieds des tables et il flotte dans l’air l’agréable odeur du produit nettoyant. Le silence s’étire à nouveau, Elie plongée dans ses intérieurs réfléchit aux mots de Rosa. « Il… il était aimé ou disons plutôt apprécié de ses hommes ? » Du peu qu’Elie en savait, Tiaan n’avait pas beaucoup d’attaches au travail, mais il cloisonnait tellement sa vie personnelle et professionnelle qu’elle n’avait jamais osé poser plus de question que nécessaire. Même lorsqu’il était évident que son quart avait été éprouvant, jamais la terrienne n’avait insisté ; Tiaan se confiait de son propre chef. C’était rare et pour cela précieux.  « Tu n’es pas obligée de répondre, je comprendrais, elle se reprend finalement. C’est que… je n’ai aucune idée de qui se souviendra de lui. Et comment on se souviendra de lui. Les condoléances officielles et titres posthumes. Un rire sec et triste lui échappe. Disons que c’est très formel, mais pas vraiment sincère. »

De retour derrière le comptoir – le sol du bar encore humide les y confine pour l’instant –  Elie observe et écoute Rosa livrer sa réponse. Elle ne répond pas immédiatement, et se contente leur servir une nouvelle tournée. Le dos appuyé contre l’étagère derrière elle, Elie fait danser le liquide dans son verre, pensive. « J’espère que ça te rendra heureuse, alors. Qu’on pourra se dire qu’un peu de bien peut sortir de tout ça. » Avalé d’une traite, le verre est déposé sur le plateau posé sur le bar et Elie s’attelle à démonter la machine à café – contrairement à beaucoup d’autre établissement, ici ils servaient thé et café jusqu’à la fermeture, ce qui demandait un peu plus de travail aux employés lors de la fermeture. Les filtres sont démontés ainsi que tout un tas d’autres pièces, et s’échouent dans le lavabo, et tandis que la vidange automatique est lancée, Elie nettoie minutieusement chacun des accessoires. « Quels sont tes plans, alors ? » Elle relève les yeux vers la femme installée en face d’elle et lui renvoie un faible sourire – mais un sourire quand même. La présence de Rosa lui fait plus de bien qu’escompté. D’ordinaire en tête à tête avec ses pensées et son chagrin, Elie découvre finalement les bienfaits d’avoir une personne avec qui badiner, qui ne cherche pas à assouvir ni des envies de bien faire ou de petit, encore moins à la recherche de commérages à vilipender sur leur couple. Elle note d’envoyer un message à Theevi, avec qui elle n’a eu aucun échange depuis l’annonce de la tragédie. Elie ne sait pas vraiment comment s’y prendre avec sa belle-sœur, mais se promet d’au moins essayer. Il faudra aussi qu’elle contacte Isiry.

« Il s’asseyait toujours là-bas, elle désigne une table dans un coin, près de la baie vitrée. Depuis le début, ça a été sa place. Jusqu’à la fin, il est venu. C’est très étrange de voir des gens assis à sa place. Les habitués font attention, mais les nouveaux de savent pas, et je ne peux pas les chasser chaque fois. Parfois, en fermeture, il restait aussi, partait juste quelques minutes avant moi pour me prendre à manger. » La voix un peu troublée, elle se tait, mais, vaillante, résiste à l’envie de pleurer. Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle s’ouvre de ces détails avec Rosa : elles ne sont pas si proches et probablement que la jeune femme n’est pas venue l’écouter se lamenter. « Tu reprends un verre ? elle demande tout en remplissant à nouveau le sien tandis que derrière elle la machine à café s’arrête enfin de mugir. »




je t'oublierai. je t'oublie déjà.
regarde comme je t'oublie. regarde-moi.
MessageSujet: (#) Re: hearts of cold / ek     Lun 15 Oct - 23:20
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 417
Âge : 38 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Elle comprenait, Rosa, que les non-dits pouvaient parfois être plus éloquents que les paroles. Il y avait de ces silences qui voulaient tout dire, par leur longueur, par leur langueur, qui sonnaient encore plus fort au creux des tympans qu’un cri du cœur. Or, Elie, elle veut savoir, meubler le mutisme, et cette fois, l’ancienne douanière veut bien accepter la proposition de ne rien dire, de peur de scarifier un peu trop les souvenirs de la barmaid, de les écorcher en n’ayant pas assez fait attention aux mots choisis. « Ce qui compte, Elie, c’est comment toi tu te souviendras de lui. Il aurait ricané de l’ironie des honneurs qu’on lui a jamais faits de son vivant. » Malgré tout, c’est un sourire en coin que Rosa décoche à Elie à travers une mèche de ses cheveux bouclés qui s’était casée devant ses yeux. « En y pensant bien, ce genre de trophées, ça fait plaisir à personne. » C’est insultant, même. Pourquoi quelqu’un aurait-il mérité un honneur public posthume, mais n’aurait pas eu la chance de le recevoir en mains propres alors qu’il était à même d’en profiter? Une médaille ne sècherait pas les larmes d’une veuve éplorée.
Séquestrées derrière le comptoir par les panneaux d’acier trempés, Rosa accepte volontiers le verre alors qu’elle termine d’épousseter ce qui s’amoncèle à ses pieds. « On verra », fait-elle, le nez dans son verre, sans oser s’avancer. Elle était consciente que certains détails feraient sans doute plus mal à Elie qu’elle n’oserait l’admettre – si la docker était heureuse de se trouver quelques atomes crochus avec Elie, elle préférait éviter de ruiner les prémices de ce qui pouvait se révéler être une belle amitié en admettant que là où la barmaid avait perdu, Rosa avait trouvé.

Elle s’occupe les mains avec ce qui traîne, replaçant les accessoires et les ingrédients, accrochant les verres fraîchement sortis du lave-vaisselle, ses doigts bientôt désensibilisés à la chaleur résiduelle du cycle de stérilisation. « C’est flou pour l’instant », admet alors la brune, jetant un coup d’œil vers Elie, trop occupée pour le remarquer. « Je vis au jour le jour. J’ai eu trente-huit ans hier, j’me dis que ça fait une séparation nette entre ‘avant’ et ‘après’. Mon nouveau travail m’plaît dans la mesure où j’ai vraiment du temps pour réfléchir à c’que j’veux faire du reste de mon existence. Je tire pas un trait sur le fait de réintégrer l’armée… » Elle hésite. C’était la première fois qu’elle en parlait à voix haute; même ses plus proches amis ignoraient encore qu’elle y songeait. « … mais pas dans ces circonstances. Peut-être qu’une fois sur Qiang, je repasserai les examens. Recommencer en bas de l’échelle, ça m’embête pas. » Ça lui fait bizarre de parler d’un futur si proche et si lointain à la fois, sûr et incertain à la fois, maintenant qu’elle sait que la stabilité et la relative sécurité de la flotte sont fragiles, vulnérables.

Son regard se porte sur la place mentionnée par Elie. « J’me souviens », qu’elle affirme, le souvenir de son premier passage dans ce bar vivement imprimé dans son esprit. La raison lui échappait; c’était pourtant un événement banal. Pourtant, elle s’en rappelait comme si c’était la veille. Rosa avait envie de suggérer à Elie de retirer la table, de laisser un espace vide là où Tiaan s’asseyait normalement. Or, elle se tait, consciente qu’un rappel constant du creux laissé par Tiaan serait contre-productif. « Ça ira, merci. J’vais y aller, histoire de te laisser aller te reposer tranquille. » Elle lui adresse un petit sourire entendu. Rassemblant les affaires qu’elle avait laissées à traîner sur l’un des sièges du bar, calant sa veste sous son bras, Rosa salue son hôtesse, s’arrêtant une fois sur le pas de la porte. « Elie », l’interpelle-t-elle, reprenant aussitôt : « Appelle-moi quand tu veux. J’repasserai. » L’accent mis sur le quand tu veux est éloquent, laisse croire qu’elle est sérieuse. N’importe quelle heure du jour ou de la nuit et elle bondirait – dur de cerner ce qui poussait Rosa à une dévotion si soudaine, mais elle s’était promis d’être sincère avec elle-même et avec les autres, depuis quelque temps.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: hearts of cold / ek     

RÉPONSE RAPIDE