J'déteste les fêtes de famille ~ Joel
MessageSujet: (#) J'déteste les fêtes de famille ~ Joel     Lun 6 Aoû - 16:42
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t889-led-le-monde-est-un-ivrogne
Messages : 44
Âge : 42 ans
Occupation : Inspecteur à la milice
Habitation : Argus One
Arrivée : Il y a une quinzaine d'année
Pseudo : Jostophe
Avatar : Tom Hardy
Dans le métier, on appelait ça un refus d'obtempérer et tout le monde était coupable. Elle pour envoyer chier tous les efforts de pourparler qu'il avait tenté, lui pour s'accrocher à l'affaire comme un camé à son astre. Il lui avait fait quoi, pour qu'elle l'éjecte comme ça de sa vie, hein ? Il était coupable de rien envers elle, à part d'avoir essayé de pas trop lui servir de modèle. Il avait peut-être été plus dur qu'un autre, il avait peut-être été plus distant aussi. Mais il avait jamais raté un anniversaire et l'avait jamais oublié à l'école. Il l'avait peut-être jamais gâtée non plus, mais c'était pas dans son idée de la paternité.

Ça devait être la garde partagée qui avait tout foutu en l'air. Depuis qu'il devait se la partager avec son ex femme, Maelia était plus pareil, plus distante, comme si elle regrettait de devoir encore se coltiner son père. Dès qu'elle avait pu, elle avait allumé le moteur d'ailleurs, s'était tirée pour faire ses études dans une de ces résidences étudiantes où les merdeux devaient affluer par dizaines. Ça l'avait blessé, Led, entaillant le cuir épais de son être avec la force d'un casseur armé d'une machette laser. Ça l'avait blessé, mais ça avait également rendu sa détermination plus forte. Il ne comptait pas se faire éjecter de la vie de la seule famille qu'il avait apporté avec lui sur la flotte.

Alors, avec l'acharnement qui lui était propre, il continuait de partir à l'assaut de cette porte fermée qu'elle lui opposait sans cesse, avec la régularité du marteau qui s'abat sur la ferraille en espérant qu'elle se brise. Il avait des devoirs envers elle des devoirs qu'il n'avait pas toujours su remplir avec efficacité, mais il avait aussi des droits. Le droit de la voir et de chercher une explication à ce rejet net auquel elle le soumettait.

En arrivant devant la porte de sa cabine cependant, l'inspecteur se figea, son regard s'accrochant sur le visage bien trop familier de celui qui s'avançait déjà pour frapper à la porte. L'inspecteur Morales en personne. Ce salaud qui avait prétendu être son ami pendant toutes ces années avant d'enfin se révéler au grand jour. Ledward avait les foies rien que de s'imaginer la raison pour laquelle il se trouvait là. Sa faute à lui. Il avait presque imposé Joel comme parrain pour sa fille. Il aurait pourtant cru qu'il aurait la putain de décence de rester loin de sa fille après avoir été responsable de son divorce.

-Method man en personne, lâcha-t-il en mâchant ses mots. Chais pas s'que tu fous là mais j'te conseille de te barrer. T'as rien à faire ici.

Il n'avait pas de temps à perdre à discuter avec Morales. Plus vite il serait parti et plus vite Ledward pourrait en revenir à ses occupations : harceler sa fille jusqu'à ce qu'elle lui parle. Pourtant, par habitude autant que par intérêt, il ne pu s'empêcher de détailler un peu en détail son interlocuteur, cherchant quelque chose qui aurait changé, un signe quelconque de nouvelles données dans sa vie. Joel avait été son meilleur ami depuis aussi longtemps qu'il puisse s'en souvenir. Ils n'avaient pas toujours été sur la même longueur d'onde, en particulier pendant ces dernières années, mais il restait en lui suffisamment d'attention derrière la colère pour chercher à savoir s'il allait bien. Et à ne pas savoir s'il était déçu ou pas en comprenant que c'était le cas.

En tout cas, d'après les rumeurs qui ne manquaient pas de circuler dans le commissariat, il semblait à Ledward que son ancien collègue n'avait pas décidé de changer de ligne de conduite. Toujours à vouloir être quelqu'un qu'il n'était pas. Y avait vraiment que Led pour voir jusqu'au tréfond de sa tête, pour savoir qui il était vraiment sous ce verni. Le problème du verni, c'est que ça craque. Tu seras à court de couche un jour et là on verra que t'es comme moi. Un enfoiré de plus qui a décidé de faire les bonnes choses.
MessageSujet: (#) Re: J'déteste les fêtes de famille ~ Joel     Lun 20 Aoû - 19:50
avatar
Messages : 72
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Crédits : av (c) lux aeterna
Tonton, y’a mes colocs qui sont partis pour la soirée, tu veux venir manger avec moi? Apporte des pâtes, bisous. Y’a pas une gamine de quinze ans qui insistait pour passer du temps avec un oncle, si cool soit-il. Qui plus est, Joel était loin d’être cool, ce qui ne manquait pas de contribuer à sa surprise, même si elle était bienvenue. Alors il avait obtempéré, sans faire d’histoire, attrapant de quoi faire un repas qui n’était pas le moins du monde équilibré – pâtes à la crème, cheesecake, thé glacé et un paquet de cookies pour faire bonne figure – avant de se diriger vers la cabine de Maelia sur l’Argus One. Selon sa compréhension, tous les étudiants à l’Académie étaient logés sur le vaisseau-mère, ce qui ne manquait pas de soulever des doutes dans son esprit. Pourquoi faire cohabiter la rigueur militaire et l’insouciance de la jeunesse? Le premier groupe ne manquerait pas d’agacer le second, inévitablement, d’un sens ou dans l’autre – ce n’était pas, comme on dit, un match parfait. La contrainte de l’espace justifiait sans doute partiellement ce choix étrange. Quoiqu’il en soit, il avait tout mis dans un sac en papier qui laissait filtrer une douce odeur de sel et de gras qui embaumait tout le couloir. Method Man en personne qu’il entend derrière lui, un peu à gauche, et il ne reconnaît que trop aisément le propriétaire de la voix narquoise qui l’apostrophe. Ledward Holloway avait été son plus grand ami avant de sombrer dans l’abîme de la jalousie; de l’aveuglement, aussi.

Joel ne pouvait pas deviner que sa femme allait tomber amoureuse de lui, surtout qu’il ne lui avait jamais démontré la moindre finesse particulière. Déjà, parce qu’elle ne l’intéressait pas, et en plus, elle était la femme de son meilleur ami. La base.

« Holloway » fait-il finalement, les dents serrées, préférant faire preuve de cordialité (si on peut dire cela) et de plus de discernement que son interlocuteur. Il passe sa main libre dans sa longue barbe en broussaille – il avait abandonné l’idée de prendre soin de son allure à peu près au même moment où Ledward et lui s’étaient brouillés. « J’ai été invité, contrairement à toi. » Le ton était sec sans être méprisant. Assuré et ferme sans être strictement vil. Ledward n’avait pas le droit de faire comme si tout lui était dû. Il s’était mis sa fille à dos et maintenant, Joel était le seul qui pouvait réellement garder un oeil sur elle. Il prenait la tâche à coeur, ayant été dans la vie de la gamine depuis sa naissance – c’était aussi son rôle de parrain, quoi que l’autre inspecteur en dise. « C’est toi qui m’a donné la responsabilité de prendre soin de Maelia si jamais y’arrivait un truc. Si tu pouvais pas assurer. » Le truc n’était ni la mort ni la maladie, mais la déception, et ça comptait tout autant que le reste. En refusant d’adresser la parole à son père, Maelia s’était tournée vers son parrain, une trahison de plus, sans doute, aux yeux de Ledward, qui voyait sa femme autant que sa fille lui tourner le dos bien malgré un Joel coincé entre les deux feux. Il fallait qu’il compose autour de la situation que Ledward lui avait imposée au mieux, et Maelia serait la dernière à en faire les frais, histoire de la protéger au maximum. « T’as que toi à blâmer, hein. »




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: J'déteste les fêtes de famille ~ Joel     Mer 29 Aoû - 11:43
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t889-led-le-monde-est-un-ivrogne
Messages : 44
Âge : 42 ans
Occupation : Inspecteur à la milice
Habitation : Argus One
Arrivée : Il y a une quinzaine d'année
Pseudo : Jostophe
Avatar : Tom Hardy
Putain c’est qu’il osait le prendre de haut en plus, avec sa dégaine de clodo. Y avait du laisser aller chez son ancien binôme, il le voyait à sa barbe trop longue comme un buisson mal taillé sur l’Helios, mais aussi à son port fatigué malgré sa voix sèche et sans appel. Exit le fier Morales. Y avait plus que Jojo l’asticot. La prochaine étape c’était quoi ? Prendre du bide ? Ils allaient tous les deux finir un peu mou, s’ils finissaient pas dans une broyeuse après l'enquête de trop. Enfin, Ledward finirait dans une broyeuse. Method man et ses grands principes iraient sans doute se noyer dans l’alcool pour oublier qu’il arriverait pas à s'oublier, lui.

Une glorieuse fin pour de glorieux hommes.

En attendant c’était pas lui qui prenait de l’avance sur le bide.

Le couloir puait le gras et la bouffe copieuse, le genre de trucs qu’on prenait seulement quand y avait prescription, la fin d’une enquête, ou bien un malheur à noyer dans la bouffe. Sauf que là, y avait rien à fêter, et si sa gamine était malheureuse, il l’aurait su à force de laisser traîner oreilles et stagiaires dans son entourage. Donc peut-être bien qu’il y avait prescription. Peut-être bien aussi que Ledward allait prendre ce sac de gras et lui éclater sur la gueule. Y avait pas beaucoup de sujets sur lesquels il était vraiment chatouilleux, mais qu’on lui dise en face de se tirer parce qu’il était le seul à blâmer dans cette situation, ça pour le coup, ça passait pas et ça passerait jamais.

-Moi j’suis l’seul à blâmer ? Siffla-t-il en faisant un pas en avant.

Là c’était le pompon. Bien joué inspecteur mors-à-laisse, vous venez de sauter à pieds joints dans le plat tendu. Pas de bol, y avait déjà les panards de Ledward dedans. Putain ce qu’il était gonflé. Bien sûr ! C’était lui qui avait cherché à ce que sa femme tombe amoureuse de son meilleur pote, c’était plus facile pour proposer des plans à trois ! Et puis sa fille ? Ouais aussi, elle faisait peut-être la gueule parce qu’elle était pas invité ? Quel blaireau, bordel ! Il avait jamais voulu être un mauvais mari, il avait jamais voulu être un mauvais père, il avait même pas compris à quel moment il avait merdé.

-Y m’semble que tout l’monde savait dans quoi y s’lançaient en s’accrochant à mes basques, j’ai jamais menti, j’ai jamais triché et essayé de me faire passer pour un glandu, moi. Je crois bien qu’on dirait que j’suis l’seul qui a respecter sa part du deal alors viens pas m’balancer tes conneries com’quoi tout est d’ma faute.

Il ne le touchait pas, il le poussait pas, mais avait largement pénétré dans sa zone de confort personnel. Qu’il ose lui dire un truc, un seul encore et c’était Ledward qui irait attaquer le premier. La seule raison pour laquelle il ne l’avait pas encore fait était que cette porte fermée devant laquelle ils « discutaient » pouvait s’ouvrir à tout moment pour laisser apparaître Maelia.

-Maint’nant, tu vas m’laisser ramasser la merde que vous m'avez foutu avec June ent’ma gamine et moi.

On ne pourrait pas lui reprocher de ne pas essayer, ni de ne pas réellement aimer sa fille. Si le comportement de Ledward avait empiré depuis son divorce, ça n’avait été que pour palier à la peine qu’il ressentait, désormais encore plus forte de voir que sa fille lui préférait elle aussi l'homme qui se trouvait en face de lui. Un putain d’hypocrite.
MessageSujet: (#) Re: J'déteste les fêtes de famille ~ Joel     Jeu 6 Sep - 1:10
avatar
Messages : 72
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Crédits : av (c) lux aeterna
« Ouais, toi. » Il répète, insiste comme si ça lui apporterait quelque chose, mais en réalité, ce n’est que parce que ça lui semble si clair. Ledward était aveugle de ses propres défauts, ou plutôt, les embrassait trop fermement pour oser tenter de changer pour le mieux, là où Joel essayait trop fort pour reléguer au titre de souvenir ce qui faisait de lui un être autrement sans trop d’intérêt. L’odeur du fromage fondu lui remplit les narines alors qu’il inspire sereinement. L’autre inspecteur le traite de glandu, l’accuse à tort et à travers sans que Joel ne comprenne trop à quoi il fait référence. Les reproches étaient peut-être fondés, à un certain niveau, mais s’ils l’étaient, il se refusait à les admettre, même à lui-même persuadé que son interlocuteur perdait la raison dans sa quête de vérité et de rédemption complètement inutile. « Ledward, t’as pas respecté ta part du deal en tournant l’dos à ton meilleur ami quand c’était ta femme le problème. » Il n’avait que rarement utilisé le prénom complet de son homologue, sauf dans leur douce jeunesse à faire des mauvais coups sur Merry Fields. Depuis l’adolescence, les diminutifs avaient pris le dessus, le nom de famille, aussi, jusqu’à ce que le prénom de naissance tombe dans l’oubli. Mettre la faute sur June était également quelque chose qu’il n’avait jamais fait, même en étant conscient que c’était peut-être cette familiarité avec la femme de son ami qui avait contribué à quelque mauvaise compréhension. Il n’en demeurait pas moins qu’il n’avait jamais été autrement que courtois avec elle et que l’animosité de Ledward à son égard était mal placée. D'où un ami faisait-il ça à quelqu'un? D'où un ami ne faisait pas confiance à quelqu'un qu'il connaissait depuis deux fois plus longtemps que ladite femme?

Le fait que Holloway empiète dans son espace vital l’agaçait, sans plus. Il s’était promis qu’il ne serait pas le premier à péter les plombs dans cette affaire, deux ans auparavant, et il comptait bien se respecter suffisamment pour tenir cet engagement. De toute manière, il n’avait rien à se reprocher, sinon d’avoir été trop honnête avec quelqu’un qui ne le méritait pas particulièrement. En souhaitant épargner à Led une mauvaise nouvelle, ou pire, un mariage mensonger, en souhaitant contrôler les variables de l’annonce, il avait résolument mis un terme à leur amitié qui durait depuis des décennies entières. Une triste façon de désunir des amis qui avaient tout surmonté, mais ça avait été la goutte qui avait fait déborder le vase, de toute évidence. « J’ai pas parlé à June depuis deux ans, alors je saurais pas d’quelle merde tu parles. Et par respect pour ta fille, reviens quand tu seras de meilleure humeur, et aies la décence de l’appeler avant. » Il était inconcevable pour Joel que Maelia ait accepté que son père lui rende visite alors même que son parrain était en route – elle était beaucoup trop brillante pour ne pas tenter une réconciliation forcée sous le couvert du destin, devant la porte de l’appartement qu’elle partageait avec d’autres étudiants. Se refusant à simplement frapper, soumettant la petite au triste spectacle de son père au bord de la crise, Joel se contente de soutenir froidement – ou plutôt, videment – le regard de son interlocuteur, attendant qu’il tourne les talons de lui-même.




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: J'déteste les fêtes de famille ~ Joel     Sam 8 Sep - 20:07
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t889-led-le-monde-est-un-ivrogne
Messages : 44
Âge : 42 ans
Occupation : Inspecteur à la milice
Habitation : Argus One
Arrivée : Il y a une quinzaine d'année
Pseudo : Jostophe
Avatar : Tom Hardy
C'était un truc qu'on pouvait pas reprocher non plus à Jojo, de pas rester sur ses principes, sur ses certitudes, quitte à avoir l'air d'un programme bugué qui veut pas faire ce qu'on lui demande. Alors il insiste, le Joel, il insiste. Il répète même, encore et toujours que c'est lui, Ledward, qui était à blâmer. Ah ça il avait bon dos, bien large, pour qu'on lui mette toutes ces conneries dessus. C'était dingue qu'un inspecteur de la trempe de ce gars arrive même pas à comprendre qu'il n'y était pour rien dans cette affaire. Toutes les preuves étaient pourtant là : il avait jamais menti à sa femme ou sa fille. Il avait jamais trompé June. Il avait jamais particulièrement maltraité Maelia. Il était ni alcoolique, ni drogué et s'il distribuait quelques raclées aux moins coopératifs, il avait jamais tabassé ni son ex femme ni sa fille. Oh bien sûr, les affaires avaient bien volé une ou deux fois, les mots aussi, peut-être même que quelques baffes s'étaient perdues de tous les côtés, mais il était pas le seul dans cette histoire. Le blâme il le prendrait pas seul.

Cependant, le sale coup, il se le prit seulement après, lorsque Joel le reprit sur le deal que personne n'avait respecté sauf lui. Il avait beau avoir répondu à côté de la plaque, ça rendait pas les mots moins durs à entendre. Il serra les dents, les poings fermés et tremblants sous la pression qu'il s'imposait. Il les leva simultanément, mais avec lenteur, dans un geste mesuré avant de les poser sur le torse de Joel sans le frapper, suite à quoi il le repoussa avec force. Il n'avait même pas les mots pour décrire à quel point il avait pu viser juste, ni pour exprimer à quel point il n'y avait là que la partie visible de ce qui l'avait poussé à s'attaquer à Joel, à ce moment là.

Ouais, sa femme avait merdé, y avait aucune raison de mentir là-dessus et d'accord, peut-être bien que Joel n'y était pour rien. Il l'avait jamais dragué devant lui en tout cas ce salopiaud, et quand bien même, il aurait été gonflé de le faire dans son dos, vu les airs de droiture qu'il essayait de se donner. June, c'était sans doute ça qui l'avait eu. Y avait pas photo normalement, quand ils étaient juste trois sauvages à débarquer sur la flotte, y avait aucune raison de préférer l'un à l'autre, mais au bout d'un moment on finit par s'habituer aux manières du coin, à plus mordre quand les autres parlent, à se sortir de la bulle protectrice que l'on s'était faite pour survivre, simplement parce qu'il y avait plus besoin.

Il avait eu du mal avec ça Ledward. Il avait toujours cru que June, c'était une battante. Le genre à jamais se poser, à toujours résister quand il le fallait, à jamais se trahir toute seule. Sauf que voilà, ils avaient eu Maelia et cette gamine avait joué le rôle d'un blaster atomique. Un tir et c'était foutu, voilà que June fondait de l'intérieur pour se transformer en quelqu'un d'autre. Pas de bol, Ledward, lui, il avait pas bougé. Sa gamine il l'avait aimé dès qu'il avait posé les yeux dessus, c'est pour ça qu'il était resté à distance. Ses pognes à lui elles étaient pas faites pour tenir des trucs aussi délicat qu'un bébé. Encore moins de bol pour tout le monde, Joel avait donné le ton, cherchait à changer, à se faire devenir un autre type que Ledward connaissait pas et qui lui disait rien. Forcément que ça avait attiré l'attention. Il faisait figure de loup à côté du bon chien que son collègue essayait de devenir et y avait pas photo encore une fois : les chiens, pour les gosses, c'est mieux que les loups. Donc peut-être bien que c'était pas la faute de Joel, mais un peu quand même. En se trahissant lui-même, il avait attisé cette envie de June de plus être une sauvage elle aussi. Sauf que quand elle avait essayé de changer Ledward tout pareil, il avait résisté. Y avait pas de secret.

Et ça le rendait malade de se dire ça. De se dire que pour garder une femme qu'il avait aimé, il lui aurait fallu se changer en un type qu'elle connaissait pas, qu'elle avait pas rencontré, qui était même pas le père de sa gosse. Ça le rendait malade de se dire qu'elle l'avait quitté parce qu'il était resté fidèle à ce qu'il était et que la seule façon de la garder ça aurait été de devenir un gars qui aurait jamais réussi à faire la moitié de ce que Ledward faisait. Alors ça l'avait rendu fou de rage, le Led. Fou de rage contre elle, fou de rage contre Joel et ses airs de bon copain qui venait lui dire « désolé mon pote, ta femme elle veut me pécho » et fou de rage contre la flotte qui avait changé les deux adultes qu'il aimait le plus en des gens qu'il ne connaissait pas, qu'il ne connaissait plus. Et forcément, dans la bataille, il avait fallu qu'il perde sa fille aussi. Fille qui revint comme sujet central de la conversation alors qu'il tournait le dos à Joel pour se passer une main sur le visage. Pourquoi tout était si compliqué ? Il fit volte face pour s'adresser à Joel.

-La merde, c'est qu'ma gamine elle veut p'us m'causer à cause de toi et June. J'te pense pas capable d'la r'tourner cont'moi, parce que s'est pas ton style, method man. Sauf que v'la la situation. Ça s'passait bien avec elle, pis il a fallu qu'tu joues les jolis cœurs, ensuite June s'rend magiquement compte qu'le réseau est mailleur chez l'voisin et ma fille suit le mouvement ?

Il leva les bras et les laissa tomber le long de son corps, secouant la tête.

-M'dis pas qu'ça vient d'moi aussi ça ! Y m'semble pas avoir signé quoi qu'ce soit disant que j'voulais plus qu'elle m'parle. C'est sa mère que j'voulais plus voir. Toi, tant qu't'admettra pas qu'ta manie d'vouloir être un trou du cul a pourri mon mariage, j'veux pas t'voir non plus. Encore moins à monter un peu plus ma fille cont'moi.
MessageSujet: (#) Re: J'déteste les fêtes de famille ~ Joel     Lun 17 Sep - 22:26
avatar
Messages : 72
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Crédits : av (c) lux aeterna
Il ne flanche pas lorsque les poings de Ledward s’abattent sur son torse, pas non plus lorsqu’il les retire. Joel savait mieux que quiconque que son homologue inspecteur avait la mèche courte et les nerfs constamment à vif, la colère à fleur de peau, comme un baril de poudre à canon posé trop près d’une flamme à découvert; savait mieux que quiconque aussi que le souvenir de leur amitié n’empêcherait pas Holloway de lui en coller une, ou deux, ou encore plus si c’était ce que lui dictait le volcan qui bouillonnait constamment au creux de ses entrailles. Quelque part, peut-être même qu’il était surpris que l’autre inspecteur n’ait pas cherché à lui refaire le portrait une seconde fois, après l’escarmouche qui avait semé l’émoi dans le quartier général de la milice et qui avait causé plus de dommages matériels qu’il osait admettre. S’il s’était défendu la première fois, Joel n’aurait pas levé les poings en retour, cette fois-là; il avait une sorte d’indifférence morbide vis-à-vis du fait d’être à la merci de la colère pourtant redoutable de Ledward, comme s’il espérait qu’une bonne castagne imposée et incontestée suffise à remettre un peu de sens dans les idées de son interlocuteur. Il ne fait rien non plus, Joel, quand Ledward lui tourne le dos, sauf se passer une main nerveuse dans le fouillis pileux qui lui sert de barbe, les doigts de la seconde crispés sur le sac qu’ils tenaient.

Il trouve l’insistance de Ledward à blâmer tout le monde sauf lui-même pathétique, en réalité, même s’il se garde soigneusement de le lui montrer. Impassible, un air presque mortuaire sur le front, les yeux vides, Joel écoute son interlocuteur – que peut-il faire d’autre, vraiment, que de le laisser expulser la pression qui semblait impatiente de quitter les tempes de l’inspecteur imberbe. « Quand tout son entourage est composé de trous du cul et d’gens qui comprennent rien, parfois c’est parce qu’il faut juste r’garder un bon coup dans l’miroir », note le latino, le ton égal, préférant laisser Ledward deviner tout seul ce qu’il entendait par là. « J’m’excuserai pas pour quelque chose que j’ai pas fait et pour avoir essayé d’me débarrasser de la putain d’odeur de crasse de Merry Fields qui m’colle encore dessus. La seule chose qui va m’rester à la fin, c’est la mémoire de ma mère et celle de Rina, parce que c’est la seule chose de bon qui soit r’sorti de c’te planète pourrie et que j’ai pas emmené avec moi ici. »

« C’est qui, Rina? »

Il n’avait même pas entendu la porte s’ouvrir, Joel, et possiblement que Ledward non plus. Le barbu perd son visage de marbre, ses sourcils arqués pour dénoter une surprise certaine, les lèvres pincées imperceptiblement. « Hey Mae, tu veux prendre ça et m’attendre cinq minutes? » qu’il lui fait d’un ton doux, lui tendant le sac-repas. Elle l’attrape d’un geste mesuré, mais ne fait aucun geste pour retourner dans son antre. « Qu’est-ce que tu fais là, p’pa? » qu’elle renchérit, le regard vissé sur son géniteur, et Joel regrette instantanément de ne pas avoir traîné Ledward plus loin pour leur petite altercation. Ils se tenaient sur le pas de la porte et il était probable qu’elle avait voulu voir à quelle distance de chez elle se trouvait Joel pour finalement remarquer qu’il se tenait juste devant sa porte – ou alors c’était Charlie qui avait grillé leur présence à tous les deux.




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: J'déteste les fêtes de famille ~ Joel     Sam 22 Sep - 20:21
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t889-led-le-monde-est-un-ivrogne
Messages : 44
Âge : 42 ans
Occupation : Inspecteur à la milice
Habitation : Argus One
Arrivée : Il y a une quinzaine d'année
Pseudo : Jostophe
Avatar : Tom Hardy
Vraiment, cet enfoiré de fils de pute de Morales avait de la chance, énormément de chance que sa fille soit arrivée à cet instant précis. De la chance, parce que sans son intervention, Ledward l'aurait tué, là, tout de suite, sur le pas de la porte. Il l'aurait tué pour avoir osé prononcé son prénom, pour l'avoir salit une fois de trop en le lui lançant à la gueule comme un reproche qu'il ne pouvait définitivement pas se faire. Rina. Son premier échec, le plus douloureux, le plus marquant. Celui qu'il ne pourrait pas oublier, qui avait de lui l'homme qu'il était et la raison précise pourquoi lui refusait de changer. S'il n'avait été que la moitié de l'homme qui portait aujourd'hui ses traits, jamais Rina n'aurait ainsi fini sa vie, brutalement, prématurément.

Son regard flamboyant se posa sur Maelia, chaire de sa chaire, sang de son sang. Un instant la rage qu'il ressentait s'accrocha à elle, l'aveuglant complètement alors qu'il retrouvait autant de June que de lui-même dans ses traits. Il la détesta pour ça, pour l'avoir ainsi sorti de sa vie quand tout ce qu'il voulait était en faire partie, faire de son mieux, être un père présent, à défaut d'en être un bon. Il la détesta pour être la fille de June et non pas celle de Rina et il la détesta pour le regarder avec cette hostilité, avec cette méfiance, puis cette peur alors que son regard terrible la foudroya sur place.

-Je v'nais voir la p'tain d'dernière personne qui comptait pour moi.

Son visage se tourna à nouveau vers Joel, rempli de haine, mais également de jalousie. Il suffisait de les entendre, de voir la familiarité avec laquelle son ancien ami parlait à sa fille pour comprendre qu'il avait déjà été remplacé comme père, sans doute depuis longtemps, sans même qu'il ne se soit rendu compte du moment où tout avait changé, sans qu'il n'ai réussi à comprendre ce qu'il se passait, sans qu'on ne lui laisse une chance de l'empêcher. Et il avait mal, Ledward, terriblement mal à l'idée qu'on lui avait déjà volé sa fille, qu'on l'avait privé de sa femme et qu'on l'avait privé de l'avenir plus doux qu'il envisageait avec Rina. D'ailleurs, la question restait encore en suspens entre eux trois, comme un pas posé sur une mine qui ne manquerait pas d'exploser dès qu'on le retirerait. Or, Ledward n'avait pas envie d'être le seul à avoir mal.

-Tu veux savoir qui est Rina, Mae ? Ses yeux étaient toujours fixés sur Joel, une leur mauvaise, cruelle au fond des prunelles. Oh oui, ils allaient avoir mal. Rina c'est la meilleure personne sur qui jamais jamais posé les yeux, et autre chose. C't'elle que j'voulais vraiment, c't'elle que j'aimais vraiment et ça a toujours été elle qui aurait dû être ma p'tain femme à la place de ta sale pute de mère, cracha-t-il en direction de Maelia. J'te parie qu'les gosses que j'lui aurais fait auraient pas été des connards comme toi, pas'qu'y avait pas un iota de méchanceté en elle. J'aurais donné ma putain de peau pour elle. Sauf que Joel parfait Morales a pas été foutu d'respecter le seul engagement qu'il aurait dû et elle en est MORTE !

Il avait crié sur ce dernier mot, les poings serrés et la fureur plus intense que jamais. Il ne frapperait pas sa fille, mais Morales, c'était autre chose. Peu importe si Maelia était là finalement, ça n'avait même plus d'importance. Il était visiblement trop tard pour tout ça. D'ailleurs, quitte à ne plus jamais avoir de chance avec elle, autant être sûr que le message était passé. Il se tourna rapidement vers elle, un indexe rageur tendu dans sa direction alors qu'elle l'observait avec des yeux choqués, accusant un mouvement de recul.

-T'vois s'que c'est l'plus terrible dans s't'histoire ? C'est qu't'es née juste parce que des gens l'ont tué elle et qu'j'aurais même pas eu à m'pourrir pour une sale gosse comme toi si elle avait vécu, parce que aucun de ses gosses à elle aurait jamais été le moitié de l'ingrate de merde que t'es.

Dans le silence qui suivit, il pu voir la bravoure de Maelia s'effacer devant les larmes qui lui montaient aux yeux, irrépressibles. Putain ce qu'il lui avait fait mal, à sa gosse. Putain ce qu'il était con. Elle voulu dire quelque chose, puis se décida à garder sa dignité, contrairement à lui et ne dit rien avant de retourner dans sa cabine en fermant la porte, ordonnant d'une voix tremblante de larmes à Charlie de verrouiller derrière elle.
MessageSujet: (#) Re: J'déteste les fêtes de famille ~ Joel     Ven 12 Oct - 20:50
avatar
Messages : 72
Âge : 43
Occupation : inspecteur de la milice
Habitation : columbiad
Arrivée : 2212
Pseudo : Canard
Avatar : joaquin phoenix
Crédits : av (c) lux aeterna
Si on lui avait dit qu’un jour, Ledward irait si loin qu’il oserait cracher au visage de sa propre fille par mépris pour quelqu’un d’autre, Joel aurait rigolé et dit que même le tempétueux inspecteur ne s’abaisserait jamais à ce genre de manège. Maelia restait entièrement innocente dans toutes les embrouilles qu’il pouvait y avoir eu entre ses parents et son parrain, bien malgré ce dernier; Joel maintenant qu’il avait pris la bonne décision et ne pouvait plus constamment dédouaner son collègue de ses pulsions colériques, qui duraient depuis bien trop longtemps. Or, Ledward aurait pu s’arrêter après avoir insisté sur l’échec de Morales et sur le décès bien trop précoce de Rina. « Tu d’vrais faire attention à c’que tu dis », le prévient Joel, mais c’était comme si l’inspecteur qui lui faisait face était mu par quelque chose de plus fort que sa propre volonté. La colère, la frustration, l’autodestruction. Il n’y avait aucune raison sensée pour laquelle Ledward aurait pu croire qu’il était justifié d’ainsi intimider sa propre fille, sa chair, son sang, et c’est sans doute cette incompréhension – ainsi qu’une once d’espoir naïf qu’il allait s’en tenir à ces propos déjà bien trop violents – qui fait qu’il ne l’arrête pas alors qu’il poursuit.

On aurait pu entendre le cœur de la gamine se fendre, et Joel serre les lèvres, regrettant de ne pas avoir écouté son instinct qui lui disait que rien de bon ne sortirait des propos haineux de son collègue. La porte se ferme dans un petit bruit sec, glissant sur ses rails, et contre son bon jugement, le Joel d’il y a vingt ans reprend le dessus, osant agripper fermement Ledward par le col de son uniforme, l’autre bras l’appuyant contre le mur le plus proche sans la moindre tendresse. « Est-c’que tu t’es entendu, pauv’ con? T’as vraiment rien trouvé d’mieux que d’passer un savon à ta propre gamine? T’es conscient que tu viens d’planter l’dernier clou dans ton cercueil de père, Led? » Il voit rouge, Joel, distingue à peine les traits de son interlocuteur à travers ses pupilles brouillées par la rage. Sa voix est rauque, basse; il ne crie pas, contrairement à son homologue, mais on y ressent aisément toute la colère que l’échange faisait naître en lui. Il n’était pas sorti de ses gonds depuis des années entières, canalisant son impulsivité d’antan avec brio… jusqu’à ce moment fatidique où, encore une fois, il avait laissé Ledward aller trop loin. Encore une fois, c’était celui qu’il avait appelé son meilleur ami pendant la plus grande partie de sa vie qui faisait ressortir le pire de lui, ce qu’il tentait de changer, de camoufler sous des airs de patience et de tolérance auxquels il commençait à se faire. Il aurait pu y arriver si ça n’avait été de Holloway, qui s’obstinait à demeurer la même personne, le même adolescent vindicatif, aveuglé par le drame qui les avait tous les deux frappés.

« Écoute-moi bien », qu’il grogne à travers sa barbe hirsute. « Ça t’fait chier que j’m’occupe de ta gamine, mais c’est toi qui m’donne des raisons d’le faire. Elle t’pardonnera jamais pour ça. Jamais. J’espère que June va t’faire ta fête quand elle saura qu’t’arrive pas à faire le moindre effort pour Maelia. » Si elle s’était assagie avec le temps, June n’en demeurait pas moins une gamine des rues de Merry Fields et Joel doutait qu’elle se montre compréhensive et tolérante envers les excès de son ex-mari. Le bras de Joel remonte jusqu’à la gorge de Ledward, appuyant un peu plus fort sur ses clavicules le temps d’une dernière mise en garde. « J’te jure que si j’te r’vois dans l’coin, ça a intérêt à être à genoux pour t’excuser d’tes conneries, même si j’vois pas comment ça rattrapera l’coup. »




--- i thought by now
i'd find rough justice is a long lifeline, back and forth between the desert and the sea, who i was and i will always be
MessageSujet: (#) Re: J'déteste les fêtes de famille ~ Joel     

RÉPONSE RAPIDE