You could be the company I'm keeping / Avie
MessageSujet: (#) You could be the company I'm keeping / Avie     Mer 11 Juil - 20:23
avatar
Messages : 38
Âge : 44 ans
Occupation : Mécanicienne d'entretient sur le C5.
Habitation : Tiantang, dans une cabine partagée avec sa jumelle.
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Kim / GP
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Miself
Pension d’arrivée : trois cent cinquante crédits. Une somme misérable une fois convertie en dies. Loin des payes vertigineuses auxquelles Avayne était habituée sur Keller et autre fortune qu’elle avait autrefois gagnée. Elle avait frappé du poing devant la maigre somme, faisant sursauter le jeune délégué qui lui avait transmis son terminal. Peu rassuré, il avait quand pris le temps de lui expliquer le fonctionnement économique de la flotte : assurant qu’elle aurait de quoi faire pour plusieurs mois. Un détail que l’immigrée avait pris comme un défi. D’abord dubitative, elle lui avait donné le bénéfice du doute avant d’arracher son nouveau terminal de ses mains tremblantes.

L’objectif d’Ava était simple : dépenser toute sa pension le soir même. Une tradition (ou une mauvaise habitude) de la Kellari qui considérait que tout argent cumulait était un appel à se faire voler. Autant le dépenser aussitôt reçu. En plus de s’offrir une belle soirée, elle pourrait aussi tester la vrai « valeur » de la flotte. Un plan qui s'avéra rapidement être une grande déception. Elle avait changé de bar une fois, deux et même trois fois, pour trouver un alcool digne de ce nom. Une boisson qui serait lui rappeler les saveurs de Keller ou à défaut, les surprendre. En vain.

Elle avait changé de secteur et après avoir hésité entre plusieurs établissements, elle avait enfoncé le pas dans un bar à l’apparence plus soigné que les autres. Un reste d'opulence que l’on devinait destiné aux vacanciers du vaisseau de croisière. Signe aussi que l’endroit se voulait réservé à une clientèle plus distinguée que n’importe quel stellarien. Avayne avait rapidement compris que l’égalité pour tous les stellariens dont la fédération était si fière n’existait pas réellement. C’était impossible. Les classes sociales subsistaient. La preuve avec ce lieu. « Oh gosh… Tell me you’ve got something more decent than the piss they shamefully call beer in this entire fleet. » Personne ne l’avait vraiment entendu, une cigarette bien entamé pincée entre ses lèvres l’empêcha de râler pleinement.

La blonde emboîte le pas vers le comptoir, nullement décidée à rester si elle était encore une fois déçue. Elle se pose à quelques centimètres d’une inconnue à la chevelure sombre dont la cambrure lui avait arraché un sourire lubrique. Son regard passe de son visage à son verre, haussant un sourcil curieuse.  « What are you drinking darlin’ ? La brune n’a pas le temps de répondre que le barman se plante devant elles, quelque peu méfiante de la nouvelle cliente. Ne laissant ni le temps au barman, ni à sa voisine de comptoir d’ouvrir la bouche que la blonde reprend, l’air désabusé en désignant la coupe vide à côté d’elle.  I’ll take the same thing as the lady. » Elle désigne le verre de son pouce avant de plaquer ses mains contre le comptoir, impatience de voir sa boisson arrivée. « I hope you’ve got good taste. »




Look me in the eyes
If you wanna tell a lie
I bet you can't, you know why?
I'm just like your mother
MessageSujet: (#) Re: You could be the company I'm keeping / Avie     Jeu 12 Juil - 23:41
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)
La musique résonnait entre les tempes de la vice-capitaine, son rythme agressif marqué par le bout de l’ongle de la femme sur le comptoir. Le tapotement, inaudible sous le son de la musique house qui se déversait des haut-parleurs, s’arrête dès que le barman glisse un verre devant elle. Evelyn était seule, d’apparence, mais en réalité bien plus accompagnée que même ceux qui se déhanchaient à des distances indécentes l’un de l’autre sur la piste de danse. Il n’y avait rien qu’elle préférait au monde que d’observer la faune à son état sauvage, de s’imaginer mille et une raisons pour la présence de chacun de ses acteurs. Pour certains, la solitude, pour d’autre, les affres du pire que l’on pouvait trouver dans un endroit pareil. Le besoin de s’évader, de se sentir ailleurs, libre, d’oublier qu’ils étaient tous coincés dans un ingénieux amalgame de boîtes de conserves. Comme elle, Evelyn, juste Evelyn, pas la vice-capitaine du Colossus 5, pas la mère de David, pas l’ex d’un taulard. Elle. Elle qui n’a rien à voir avec la figure autoritaire, stoïque, marmoréenne, l’uniforme immaculé, le chignon sévère, la concentration sur les tâches à accomplir – plutôt une silhouette féline accoudée sur sa chaise, les cheveux rebelles et le fard copieux sur ses paupières, prédatrice en quête d’une proie qu’elle chasse du regard parmi la foule. What are you drinking darlin’? qu’elle entend et elle remarque aussitôt la blonde qui s’est postée à côté d’elle. Elle n’est pas la seule – le barman l’observe avec méfiance, l’inconnue débarquée visiblement de nulle part, cigarette au bec, et clairement sans savoir où elle mettait les pieds. On sentait aisément l’outrage dans les regards des gens autour, l’amusement dans certains autres. Le barman s’exécute avec un regard noir, alors qu’Evelyn gratifie plutôt l’audace de l’inconnue d’un sourire malicieux. « You can make up your mind yourself », fait-elle en poussant vers la blonde la copie conforme de son propre verre, que le barman vient de déposer entre elles deux. « Time will tell if I have good taste in anything other than drinks. » Le sourire s’étire et elle coince ses cheveux derrière son oreille, détaillant momentanément l’inconnue en faisant tinter son verre contre le sien.

Il y avait une mélodie dans sa voix qu’Evelyn reconnaissait vaguement. Une étrangère – ou alors une arrivée récente, encore mésadaptée à la vie sur la flotte. Quoi qu’il en soit, sa seule présence avait suffi à attirer l’attention – et l’intérêt – de la vice-capitaine. « You’ve got this air about you. » Elle sirote une gorgée de son verre, ses yeux résolument ancrés dans ceux de l’inconnue. « Like someone that’s not planning to stay here for very long. » Il y avait quelque chose qui mettait la puce à l’oreille d’Evelyn. Un regard, une attitude, une irrévérence qui lui plaisait, inexorablement. L’inconnue n’était pas venue pour danser ou pour boire; ou du moins, pas longtemps. Elle cherchait quelque chose, et elle l’avait peut-être trouvé. « I wouldn’t mind helping you find your way, if you’re lost. » Tout en subtilité, mais d’une audace indéniable; une façon de lancer la perche mais de se rétracter si elle voyait que tout n’allait pas dans son sens. « I’ve been here for a while. Might go for a walk in a spell. I can show you around. »
MessageSujet: (#) Re: You could be the company I'm keeping / Avie     Jeu 26 Juil - 0:58
avatar
Messages : 38
Âge : 44 ans
Occupation : Mécanicienne d'entretient sur le C5.
Habitation : Tiantang, dans une cabine partagée avec sa jumelle.
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Kim / GP
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Miself
« I bet you have. » Lance-t-elle sous fond de leur deux verres qui tintent prudemment. Avayne croise le regard de la brune pour la première fois, un bref instant qui lui permet aussi d'apercevoir pleinement son visage. Elle échappe un sourire, satisfait, charmé par cette perle dans un océan de déception. Mais aussi parce qu’elle était la première à lui offrir un sourire ce soir quand tout le reste n’avait émis que des regards suspicieux. La blonde juge son cocktail du nez -une habitude de kellari, avant de le déverser dans sa gorge pour en juger le goût. Elle n’a néanmoins pas le temps de se faire une idée que les paroles de l’inconnue l’empêche de pleinement de profiter. Like someone that’s not planning to stay here for very long. Soudain, l’air mystérieux de la brune n’a plus rien de charmant. Elle ne voit plus qu’un serpent de Keller qui l’aurait suivi jusqu’ici. L’échange de leur regard se mêle dans un quiproquo qui manque gâcher leur rencontre, mais aussi le séjour de la mercenaire.

Avayne ne perd pas la face pour autant et c’est sans difficulté qu’elle peut faire taire ses doutes quand la brune se prouve totalement innocente. Ou du moins, innocente des accusations perfides survenues dans l’esprit de la blonde. Autrement, la jeune femme n’avait d’angélique que son visage. Le rire de la mercenaire agite ses épaules, à la fois soulagée et amusée par sa proposition. « What are you ? Some kind of a guide ? » Elle rabat sa crinière à l’opposé, dégageant son visage pour mieux la voir. Elle ne se veut pas moqueuse. Au contraire, elle semble tout de même intriguée par ce qu’elle pouvait proposer. Elle coince sa cigarette aux coins de ses lèvres et garde son verre en main alors qu’elle se tourne dos au bar. Elle peut ainsi posé ses coudes sur le comptoir et observer la salle qui semble l’ennuyer. « What's so interesting to show me ? I really doubt you could surprise me. » Elle échange son tabac pour l’alcool, hochant la tête pour montrer qu’elle était au moins convaincue par le goût qu’il avait. La lèvre inférieure pincée pour en essuyer le sucre, elle glisse à nouveau un regard vers elle. « How do you survive ? To... whatever it is ? » La cigarette presque consumée pointe le reste du bar alors qu’elle hausse un sourcil septique.




Look me in the eyes
If you wanna tell a lie
I bet you can't, you know why?
I'm just like your mother
MessageSujet: (#) Re: You could be the company I'm keeping / Avie     Lun 30 Juil - 22:29
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)
L’occasion était en or. Les circonstances et les paroles de la blonde semblaient lui confirmer qu’elle n’était pas du coin – sans doute une récente immigrée, peut-être une Byblienne, même si quelque chose l’empêchait d’être vraiment convaincue par cette hypothèse. Elle avait tout d’une audacieuse aventurières, en quête de nouveaux horizons après avoir tout vu de son monde natal, quel qu’il soit, et Evelyn était tout à fait prête à lui faire miroiter l’hospitalité stellarienne. « Of course not », répond-elle finalement après une autre gorgée prise lentement dans son verre. « But I like to make exceptions. » Evelyn ne faisait pas d’exceptions, en temps normal, trop prise par son propre code d’éthique et sa morale criblée de failles, mais à laquelle elle se tenait mordicus. La vice-capitaine s’accorde un instant pour détailler les traits de l’inconnue alors même que cette dernière observe la faune de la discothèque, visiblement peu intéressée, peu impressionnée par les jeux de lumière et la foule en sueur qui se déhanchait devant elles. Dans un sens, il n’y avait pas de quoi être subjugué, surtout lorsqu’on avait mille et une fois vu et revu la même scène. La blonde était blasée avant même d’avoir eu le temps de s’ennuyer et ça venait chatouiller l’intérêt d’Evelyn d’une toute nouvelle façon. L’avait-elle mal jugée, mal cernée dès le départ? Le mystère ne faisait que s’épaissir, tout comme la curiosité de la brune qui se surprend à observer avec une certaine insistance le moindre mouvement de son interlocutrice. « Are you challenging me? It sure sounds to me like you are. » Le sourire d’Evelyn s’étire, à la fois narquois et amusé. Si elle lui lançait un défi, alors certainement qu’elle ne serait pas déçue; l’ancienne médecin était du genre pleine de ressources lorsqu’il s’agissait de gagner un pari.

La question la frappe de plein fouet, même si elle garde le même air léger, presque moqueur. Evelyn s’était longtemps posé la question – comment faisait-elle pour supporter la même routine, les mêmes gens, malgré son envie de toujours changer qui elle fréquentait. Un carcan imposé, duquel elle ne se voyait plus sortir désormais. Elle ne fait pas d'effort particulier pour dissimuler une certaine nostalgie, une sorte de tristesse blasée qui s'installe dans ses traits fins. « You stop thinking about it after a while. You’ve just got to forget that there’s something else out there. » Qu’il y a la Terre, Keller, tout le reste. C’est d’une brève lampée que la brune termine son verre, piquant la cigarette de la main de l’inconnue pour en tirer la fin, éteignant ce qui en restait dans le fond de son verre vide. Inutile de s’apitoyer sur son sort maintenant – la blonde n’en avait certainement rien à faire. « C’mon, stranger, let’s get out of here », l’enjoint-elle finalement en extirpant de son décolleté une petite boîte en aluminium, de laquelle elle tire une cigarette qu'elle allume en descendant de son siège. Elle avait suffisamment bu et sa patience s’amoindrissait, même si elle demeurait singulièrement intriguée par l’inconnue. Le terminal pointé vers le bar, elle paye l’ensemble de la note, peu préoccupée par le peu de temps qu’elle avait laissé à son interlocutrice pour terminer son verre.

À peine les portes passées que la musique se fait presque inaudible, le quasi-silence parfait du Tiantang une toute nouvelle mélodie à ses oreilles. « Tell me what you want to see, stranger. I'll make it happen. » La désigner simplement comme par son statut – l'inconnue, l'étrangère – était loin de déranger Evelyn. Après tout, elle n'avait pas envie de s'étendre en longues conversations, d'échanger de sympathiques plaisanteries avec la blonde, pas plus qu'elle ne perdrait son temps à tenter de se rappeler de son nom. La femme ne semblait pas s'en offusquer, à sa plus grande satisfaction, pour autant que ça durait. La vice-capitaine tire longuement sur sa cigarette, entraînant l'étrangère dans une direction qui aurait pu sembler aléatoire.
MessageSujet: (#) Re: You could be the company I'm keeping / Avie     Mar 11 Sep - 6:41
avatar
Messages : 38
Âge : 44 ans
Occupation : Mécanicienne d'entretient sur le C5.
Habitation : Tiantang, dans une cabine partagée avec sa jumelle.
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Kim / GP
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Miself
Bien sûr qu’elle défiait l’inconnue, elle la défiait de devenir plus qu’une simple inconnue au joli minois. Elle se contente de lui offrir un clin d’oeil quand elle lui glisse un regard un coin. Ça valait mille mots. Elle revient à l’ambiance ennuyeuse de la salle et elle tente de comprendre comment ils arrivent tous à supporter cette mascarade. En supposant qu’ils s’en rendent compte. « It’s kind of sad. » Lance-t-elle aussitôt. Se limiter à ça quand on disposait enfin des moyens illimités pour parcourir l’univers entier. Un nombre incalculable d’endroit. Autant d’endroit pour faire la fête, s’oublier le temps d’une soirée. « You look sad darlin’. » Avayne souffle à demi-mot, dans une pensée qu’elle ne veut pas spécialement partager. Personne, encore moins la concernée, l’entend.

C’mon, stranger, let’s get out of here. La fin de sa cigarette lui échappe tout comme la brune qui s’éloigne du bar avec l’intention de l’embarquer loin d’ici. Un endroit plus amusant, elle espérait. Avayne se prête au jeu facilement et obéit après avoir engloutit son verre d’une traite avec le seul regret de ne pas avoir pu profiter plus longtemps de sa gratuité. Les verres offerts avaient toujours meilleurs goüt. Sans un regard au barman à qui elles laissent les deux verres vident, la blonde enjambe le pas. Ses yeux scrutent les alentours une fois à l’extérieur, comme si elle était toujours aux aguets dans un territoire inconnu. « Oh so now you’re a magician ? You're making me more and more curious about you. » La kellari la rattrape aisément, la suivant aveuglément là où elle voulait bien les amener. Elle tourne les talons une fois à sa hauteur et se met à avancer à reculons pour mieux faire face à la jeune femme. Un sourire se glisse à ses lèvres quand son regard se pose sur elle maintenant qu’une lumière plus claire dévoilait son visage. Lucky draw, que disait son regard satisfait.

Son pas ralentis jusqu’à totalement s’arrêter devant elle, lui imposant elle aussi l’arrêt. Elle a bien une idée en tête, ça peut se lire sur son visage pendant qu’elle détaille l’inconnue. Il devient évident qu’elle lui plait, et non pas pour sa personne. La brune pouvait se faire passer pour n’importe qui à cet instant, une personne qu’elle n’avait même pas pris le temps de connaître. Non, ce qui lui plaisait c’était son allure distinguée, cette façon de se pavaner avec fierté. Elle jurait presque voir une once d’insolence dans son regard. Ce n’était pas la première personne à se comporter de la sorte qu’elle racontait. Keller débordait d'arrogant. Or, elle avait assez de subtilité ne pas avoir un comportement insolent. Ou peut-être qu’Avayne y était plus sensible.

Elle sort son terminal de sa poche, s’y prenant à deux reprises pour le tenir dans le bon sens entre ses mains. Elle affiche le compte de ses crédits au milieu de son écran puis le tourne pour le montrer à la brune. « I wanna find a way to put one more zero on this account. » L’écran affichait 102 crédits. Ce qui était largement suffisant pour vivre correctement sur la flotte. Ce que Avayne était incapable de faire. Hier encore, le montant était encore au-dessus de 200 crédits.  « From where I come, the easiest way to make money is to fight. But you won't believe me if I told you that I'm a good fighter… so let's just said that I'm a good gambler. » Elle pouvait entendre le rire de sa sœur si elle avait pu entendre ça. Pourtant il ne s’agissait pas d’un mensonge. La blonde n’avait rien d’une combattante d’apparence, rien qui ne laissait imaginer qu’elle gagnait sa vie en tuant à tour de bras. Du moins, pas habillée.
Sa demande était claire, elle voulait miser ce qui lui restait d’argent pour multiplier ses gains par dix. La blonde s’avance d’un pas et tend son doigt vers l’inconnue, l’air faussement menaçant. « You said anything, don't desappoint me girl. » Elle hoche la tête avant de passer son doigt sous son menton en une brève caresse.



Look me in the eyes
If you wanna tell a lie
I bet you can't, you know why?
I'm just like your mother
MessageSujet: (#) Re: You could be the company I'm keeping / Avie     Mar 18 Sep - 0:56
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)
« Curiosity killed the cat. » Magicienne, sorcière – peu importait, réellement. Elle souligne l’expression, ponctuée de rien sauf d’un coup d’oeil vers son interlocutrice, sur ses talons. La vérité était qu’Evelyn était capable de tout et de rien à la fois, mais montrer les coins les plus intéressants de la flotte à l’étrangère, elle le pouvait. Elle tire sur la cigarette – à l’ancienne, faute d’avoir l’électronique, qu’elle trouvait trop encombrante en soirée –, décochant à la blonde un sourire malicieux, les sourcils un peu froncés, comme si elle essayait de voir à travers le voile de mystère qui entourait la femme. Pas trop, par contre; le mystère, l’inconnu, c’était ce qu’il y avait de plus intéressant chez elle. Lorsqu’elle s’arrête, la fougueuse étrangère, Evelyn s’arrête aussi, docile, peu soucieuse de projeter quelque soumission que ce soit. C’était elle qui avait la bonne main, les cartes les plus intéressantes à jouer, la connaissance du terrain, un avantage qui n’était pas strictement militaire après tout.

La blonde tripote son terminal un instant, projetant à Evelyn le solde de son compte. De quoi survivre pendant plus d’une semaine, ce qui n’était pas de maigres économies lorsque l’on savait que les Stellariens étaient payés quotidiennement. Quand on ne se permettait que de rares luxes, comme la vice-capitaine, souvent sous la forme d’un repas partagé avec son fils, et que l’on était grassement rémunéré pour son travail, ce genre de montant était risible. Or, elle n’en laisse rien paraître, même si la tentation de simplement virer à l’inconnue une somme obscène, pour enfin passer à plus intéressant, la tiraille doucement. C’est tentant, mais avec une somme importante, elle aurait une piste de plus pour savoir qui elle est, et Evelyn n’était pas intéressée par ce genre de risque. « Your wish is my command », qu’elle déclame finalement, solennelle, presque, alors qu’elle se poste aux côtés de l’étrangère. Quelques pas plus loin, elle s’arrête, écrasant ce qui restait de sa cigarette à un endroit approprié – jamais elle n’aurait osé saboter ainsi le vaisseau d’un autre capitaine. « You’re feeling lucky tonight, stranger? » demande-t-elle alors qu’elle les mène vers une section animée du Tiantang, là où les néons et la musique ne s’éteignaient jamais entièrement. Les casinos de la flotte, les légaux, du moins, étaient soumis à des règles strictes pour évider les joueurs compulsifs et les dépendants – qui allaient plutôt se faire détrousser sur le Colossus 5, juste sous son nez, comme pour narguer tous les efforts qu’ils pouvaient faire pour redorer le blason du cargo. « I’ve been told I’m quite the lucky charm. I hope I live up to my reputation. » Son sourire passe d’absent à discret, pas moqueur, mais joueur, alors qu’elle mène la femme jusque dans un casino. N’importe lequel, peu importe, en réalité – les chances de gagner étaient les mêmes partout.

« Take your pick, it’s your night », fait Evelyn en désignant l’immensité du lieu d’un signe de la main. La vice-capitaine attrape son terminal dans son décolleté, cédant finalement à l’envie de virer à l’inconnue une somme plus raisonnable qu’initialement prévue – juste parce qu’elle le pouvait – sous la forme d’un don anonyme. Le terminal de la blonde tinte joyeusement dès que la brune appuie sur le bouton d’envoi. « Here, for luck. Impress me. »




--- some of us
are wild ones, ever under wanted, I believe
MessageSujet: (#) Re: You could be the company I'm keeping / Avie     Jeu 1 Nov - 13:54
avatar
Messages : 38
Âge : 44 ans
Occupation : Mécanicienne d'entretient sur le C5.
Habitation : Tiantang, dans une cabine partagée avec sa jumelle.
Arrivée : 03.07.2227
Pseudo : Kim / GP
Avatar : Alison Mosshart
Crédits : Miself

« I’m always lucky dear. Let’s hope our gift does not cancel. » Avayne a confiance. Elle s’était suffisamment démerdé seule (quand elle refusait de gagner sa vie avec ses aînés) pour avoir peur de l’échec. Ça lui avait parfois porté préjudice mais l'important c’est qu’elle était toujours en vie. Or, elle savait aussi que deux personnes confiantes ne faisaient jamais bonne équation. Une superstition qu’elle sort de nulle part sinon de mauvaises expériences. Pour autant, elle suit aveuglément l’inconnue jusqu’au casino. Elle ne s’attendait pas mieux. Ce n’était pas sa méthode préférée pour gagner de l’argent mais elle concevait qu’ici les méthodes étaient limitées.
Sur place, la blonde est trop occupée à observer les lieux pour capter les intentions de sa guide. Interpellé par son terminal, elle tombe directement sur le compte de ses crédits généreusement gonflé. Elle fait rapidement le lien entre cette augmentation et la brune. « Demn darlin’. Lance-t-elle sincèrement surprise. So you do have more to offer than a pretty face. » avant qu’un sourire éclaircisse son visage quand elle jette un coup d’oeil vers elle. Lucky me qu’elle pense si fort qu’on peut deviner ce qu’elle pense à son regard satisfait.

« Let’s do this ! Lâche-t-elle soudainement dans un léger rire d’excitation. Elle engage la pas mais fait aussi volte-face pour arrêter la brune. Oh no, you know what ? Gimme twenty minutes. Get another drink, I dunno. » La demande est un peu brutale mais Avayne ne veut pas vexer sa nouvelle rencontre. Elle fait glisser sa main de son épaule à son décolleté dans lequel elle ne se gêne pas de plonger son regard. Elle ne veut pas la perdre. Pas pour ce soir. Mais elle avait besoin d’espace pour ses magouilles et surtout, être affiliée à personne. Ses yeux remonte aux siens et son sourire se fait plus subtile mais tout aussi évocateur. « I’ll come back. » En guise de seule promesse : un baiser brûlant qu’elle dépose avec délicatesse mais de courte durée. Un clin d’œil plus tard, la blonde s’échappait dans la salle de jeu d’un pas confiant.

***

Avayne avait bien calculé son coup. Moins de vingt minutes plus tard, elle était de retour à ses côtés. Elle avait le regard d’une joueuse satisfaite. Elle se gardait néanmoins de dire la somme gagnée et surtout ce qu’elle avait fait. Il lui tardait néanmoins de dire à Elleen que les méthodes de triches basiques de Keller fonctionnent du feu de dieu ici. « Here we go again. » Comme une heure plus tôt, elle se pose à ses côtés au bar et la brune a définitivement l’air de s’ennuyer. La mercenaire pose son coude sur le comptoir et sa main s’enfouit dans sa chevelure pour tenir sa tête au niveau de la nuque. « So, mysterious rich magician guide… Will you take me to your place now I’ve everything I wanted ? Well, almost everything. »




Look me in the eyes
If you wanna tell a lie
I bet you can't, you know why?
I'm just like your mother
MessageSujet: (#) Re: You could be the company I'm keeping / Avie     Jeu 8 Nov - 21:33
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)
Dire qu’elle demeure de marbre lorsque l’inconnue lui fait signe d’aller jouer ailleurs serait un odieux mensonge. Evelyn plisse le nez, peu habituée de se faire rabrouer ainsi, observant la blonde pendant un quart de seconde avec une irritation visible. Elle n’avait certainement pas fait tout ce chemin, tous ces efforts pour retourner bredouille chez elle – ce serait un premier échec et un badge que la vice-capitaine était peu soucieuse d’ajouter à son tableau de chasse. The one that got away. Le contact des doigts de la femme l’apaise un peu, comme si la langueur à elle seule lui promettait que la soirée ne s’arrêterait pas là, tout comme elle la rassure en quelques mots. La surprise des lèvres de l’étrangère contre les siennes, possessives, suffit à la convaincre de ne pas tourner les talons et abandonner la blonde à son sort. « Whatever », marmonne Evelyn, juste assez fort pour que l’autre l’entende avant de s’éclipser hors de son champ de vision.

C’est au bar qu’elle s’installe, peu enthousiasmée par l’idée de dilapider son argent pour rien. Au moins, en achetant un peu de divertissement liquide – sous la forme d'un martini qu’elle engloutit en temps record – elle aurait quelque chose de concret pour son argent. Impressionné par sa descente, ou alors témoin du râteau temporaire qu’elle venait de se mériter, le barman lui offre un autre verre, dont elle avale la moitié, ralentie par la cigarette qu’elle tenait de la main gauche. L’air las, elle alterne alcool et tabac dans un ballet enivrant pour les sens, mais qui a le mérite de passer le temps. En voyant la blonde se rediriger vers elle, elle fronce les sourcils, remarquant l’heure sur son terminal posé sur le bar. Elle avait été partie pour dix-sept minutes à peine, et ne semblait pas regretter ses mises, à voir l’air vaguement guilleret qu’elle arbore lorsqu’elle vient se rasseoir près d’elle. « I sincerely thought you’d never ask », souligne Evelyn, soufflant vers le haut une volute de fumée blanche. « I don’t usually take strangers home. I’ll make an exception, but don’t stand me up again, love. » Derrière le sourire mielleux, un avertissement sincère : si elle la laissait derrière une autre fois, elle disparaîtrait et elle ne serait plus capable de la retrouver. Quelqu’un ferait-il le lien facilement entre la sulfureuse brune fardée de noir et perchée sur d’impressionnants talons et la stoïque, rigide vice-capitaine du Colossus 5? Evelyn en doutait sincèrement.

Elle termine son verre d’une lampée, éteignant ce qui restait de sa cigarette dans la coupe désormais vide, avant d’entraîner la blonde à travers les couloirs du Tiantang. Heureusement, grâce à l’utilisation judicieuse de certains couloirs de service du Regina Mercy, ils arrivèrent promptement devant la cabine de l’ancienne médecin. Elle ne ramenait jamais ses conquêtes chez elle, c’est vrai; or, le risque était maigre avec une étrangère, qui ne connaissait sûrement pas encore les détails du fonctionnement de la flotte, et qui aurait le temps d’oublier la soirée en grande partie avant de devenir réellement à l’aise. L’heure tardive assure que les coursives sont désertes, mais elle pousse malgré tout doucement la blonde à l’intérieur, laissant la porte glisser derrière elles. « Fancy another drink or you’re an all-business kind of girl? » Evelyn ne ferait pas le premier pas, simplement pour se venger d’avoir été laissée pour compte, même pendant un quart d’heure; et puis, c’était plus amusant comme ça. Elle était patiente, presque désespérément, lorsqu’elle le voulait. « You need to tell me what you want before you can get it. »




--- some of us
are wild ones, ever under wanted, I believe
MessageSujet: (#) Re: You could be the company I'm keeping / Avie     

RÉPONSE RAPIDE