Accismus | Ithan + Rhil
MessageSujet: (#) Accismus | Ithan + Rhil     Mer 4 Juil - 18:26
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 416
Âge : 37 ans
Occupation : Astronome - projet de terraformation de Byblos | Hélios.
Habitation : Hélios. & RM tant que visiteurs bybliens
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

Feigning disinterest in something while actually desiring it
Ithan & Rhil - début janvier 2227
On a dit de Rhil qu’il n’aimait rien plus que ses étoiles et ses constellations. C’est faux, mais si cela ne l’était pas, considérez ça : l’Australe est une voûte céleste à elle toute seule. Où qu’il regarde, il pose un regard de gamin émerveillé, et le sourire jusqu’aux oreilles mange sa barbe. Depuis 27 ans, c’est son rituel, personnel, familial. Avec l’âge, seule l’allure de son pas a changé, et il se promène, prend son temps la démarche paresseuse, achète peu, mais se gave de cette vie, de l’essence du vaisseau qui l’a vu grandir. Il finit toujours par s’adosser quelque part pour croquer les instants, l’effervescence, l’implosion des émotions qui lui est si chère, et le talent des artistes qui les font revivre. L’Australe est sacrée pour lui.
Il pivote sur ses talons pour observer de haut en bas, un peu surpris, l’homme qui vient de l’aborder. Isaac. Difficile à ignorer quand son calme le détache de l’agitation braillarde, comme s’il voulait créer un interstice entre lui et les gens par sa stature. Le sourire de Rhil ne l’ébranle pas : il se pince d’une fossette amusée, au contraire. « - Bonjour Isaac. » Il n’est qu’à moitié surpris de le voir là, il a rencontré Boris à une Australe et Isaac… Rhil est lié à Ithan incapable de graviter trop loin du médecin, le commandant si preux, si noble, si parfait, et maîtrisé, n’a pas beaucoup plus de dignité quand il s’agit d’une certaine jeune femme. Si cela effraye Rhil, il se demande comment Isaac peut bien le prendre. Comment il conciliait le désir de faire la guerre, le feu et la furie, pour reprendre ce qu’il avait abandonné et le bonheur qu’il ne pourrait trouver que lors d’une Australe, sur la Flotte et sur les débris artistiquement sculptés en oiseau aux yeux précieux. « - Vous ne m’avez jamais demandé. » Il lui jette un coup d’œil par-dessus son épaule, malicieux tandis qu’ils progressent entre les étals. Il poursuit calmement. « - Pour être honnête, vous ne semblez pas vraiment à l’aise ici. » Il n’y a pas de haine entre eux, pas même d’indifférence, mais aux yeux de Rhil, Isaac ne lui laisse guère assez de prises pour qu’il puisse l’apprécier vraiment. Ou peut-être sont-ils trop différents. Ou peut-être pas, puisque leurs esprits se seront rejoints dans le même pincement jaloux, mal avoué, mal assumé, impossible à ignorer. Pathétique, voilà le mot que Rhil cherchait.

Il n’a pas un sursaut en sentant la main qui vient caresser son dos, se redressant légèrement pour rechercher le contact, presque sans y penser. Le contact tactile venait facilement à Rhil, et il n’aurait vu rien de bien grave à se promener, un bras passé autour de la taille d’un ou d’une amie. Isaac, l’un des rares avec qui il n’a pas ce toucher facile, ces mains aussi baladeuses qu’amicales, innocentes, leur relation ne s’y prête pas vraiment. Ithan, l’autre, parce qu’il se sentait moins innocent, et qu’il s’était instauré des limites pour respecter l’espace d’Ithan, les limites avec lesquelles Boris se torchait allègrement la dernière fois qu’il les avait vu ensemble, oui. Rhil ferme à demi les paupières sous le murmure à son oreille, et son sourire s’étend, non factice, auréolé de l’adrénaline de l’Australe et de la pensée niaise qu’il risque de croiser le chirurgien.
Ithan l’intéresse. Leur relation est résumée si facilement par ce verbe, le seul exact. Ithan, c’est son absolu. Il l’intéresse et lentement l’intérêt devient douleur, l’intérêt devient obsession. « - Vraiment ? » Il avance lentement au côté d’Isaac, comme si la caresse subtile était l’invitation à rentrer dans l’espace vital d’Isaac, frôlant sa hanche de la sienne. Comme s’ils étaient à l’aise l’un avec l’autre. Alors que lui-même n’ose pas relever les yeux pour croiser le regard d’Ithan, observant à la place les objets exposés sur les tables et il effleure du doigt des bijoux artisanaux, s’immobilisant un instant comme pour montrer quelque chose à son compagnon. Ses doigts viennent se poser sur l’épaule d’Isaac, et il vient murmurer à son tour, ses lèvres effleurant sa joue comme un chuchotement physique. « - J’ai vu les œuvres de quelqu’un d’autre, tout à l’heure. Ils sont peut-être ensembles. » Il hausse les épaules, et revient souplement à sa place comme si de rien n’était, près de lui. Même si lorsqu’il se passe la langue sur les lèvres, et relève les yeux, l’étincelle bleuté parcoure l’Australe à la recherche d’une seule personne.
code by bat'phanie



Pathfinder.
« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Accismus | Ithan + Rhil     Mer 4 Juil - 18:33
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t120-sleep-under-the-stars-ithan-keikwan http://beyond-earth.forumactif.com/t139-if-you-need-me-i-ll-be-in-space-ithan-keikwan
Messages : 130
Âge : 38 ans
Occupation : Médecin & chirurgien spécialiste en cybernétique.
Habitation : Sur le Regina Mercy avec le reste du corps médical.
Arrivée : 2200, lors de la fuite de la flotte le 9 novembre.
Pseudo : Akira
Avatar : Travis Fimmel
Crédits : Lady Azraël | Wiise

Accismus  
L’Australe, c’était le rendez-vous de la flotte. Très peu de monde manquait ce rendez-vous et Ithan en faisait très naturellement partie. Il y avait de véritables petits trésors cachés à chaque coin d’échoppes et de discussions, là où son oreille aimait parfois traîner pour entendre dire qu’ici ou là, il y avait de belles choses. Parce que oui, pour ceux n’étant pas très au courant, Ithan adorait l’art dans toutes ses formes, allant des plus classiques au plus underground et méconnu. Passant de la peinture à la sculpture, laissant son regard se poser sur des sortes de mosaïques entre les deux disciplines. Cela lui venait de sa mère, cet amour pour l’art. Elle n’avait fait que créer un terrain fertile pour les goûts d’Ithan qui s’était développé avec le temps et l’expérience, assez pour discuter et débattre avec sa mère sous l’écoute tranquille et attentive de son père. Donc quand il n’était pas sous une tonne de paperasse et que ses patients allaient bien, il ne manquait pas de venir au rendez-vous du mois de la flotte.

Alors l’esprit ailleurs et le pas tranquille, tu faisais ton tour dans les allées en prenant bien soin de ne toucher personne par mégarde. Cela arrivait souvent quand il y avait du monde comme aujourd’hui, mais s’il pouvait s’en passer, alors il n’en était que plus heureux. Finalement, ses pas le guidèrent devant une dame d’un certain âge qu’il saluait poliment avant d’attraper une petite statuette en forme de serpent, amusé par la ressemblance avec son propre reptile dans sa cabine. Bestiole qu’il avait prise avec lui sans vraiment trop savoir pourquoi, il y a plus d’un an maintenant. Un serpent, d’une taille relativement petite aux écailles d’un blanc presque nacré. Il avait eu le coup de foudre, il l’avait immédiatement acheté pour le ramener avec lui, dans un geste impulsif qui ne lui ressemblait pas vraiment. Après un échange avec la vendeuse, il tendait son terminal afin d’effectuer sa transaction pour l’achat de l’objet avant de la ranger soigneusement dans son sac avec de continuer son aventure. Aventure qui le menait à une rencontre lointaine alors qu’il croisait le regard acéré d’un homme, Isaac. Ami et surtout amant d’une de ses patientes… En compagnie de Rhil. Il observe le duo un bref instant, voir cette scène lui offrait une drôle d’impression et lui serrait très légèrement le ventre en vue de la proximité que semblait partager les deux hommes.

« DOC ! » Son sixième sens se mit à lui hurler dessus qu’il y avait une menace immédiate en approche, mais bien trop tard pour finalement réceptionner quelqu’un qui venait lui faire un câlin. D’abord aussi tendu qu’un fil, il se détendait après quelques secondes en reconnaissant la personne. Quand on parle du loup. Boris, bien naturellement, ça ne pouvait être qu’elle. Il avait l’habitude -à son grand désespoir- de devoir subir ses embrassades à chaque fois qu’elle passait dans le coin et là, ça ne manquait pas. « Boris, moi aussi je suis content de te voir. » Cette jeune femme aurait un jour sa peau, mais tant pis. Il remarquait qu’elle restait accrochée, semblant fixer quelque chose plus loin, qu’il ne pouvait pas voir lui-même, mais qu’il devinait aisément en vue de l’air que la jeune femme affichait… Venait-elle de faire exprès de lui sauter aussi bruyamment dans les bras pour attirer l’attention de cette personne, d’Isaac ? « Je ne t’ai pas vu vers mon stand, tu essayes de me trouver concurrence ? » « Qu... Non, bien sûr que non. Je n'ai pas encore eu le temps de te trouver. »

Sans pouvoir protester, Boris prenait son bras du sien pour le faire tourner et le faire marcher à ses côtés, un sourire provocateur sur les lèvres. Elle savait où elle voulait aller. Et Ithan avait peur de sa démarche. Tout en étant, il devait bien l’avouer, très amusé et impatient de la suite quand finalement ils rencontrèrent le duo d’hommes ensemble. Ithan remarquait la main d’Isaac dans le dos de Rhil, la proximité qu’ils semblaient partager tous les deux. Boris resserrait un peu plus le bras d’Ithan contre elle, cela en devenait presque gênant alors qu’elle semblait rentrer en conflit par le regard avec son amant. « Isaac, Rhil, je suis heureux de vous voir tous les deux. Trouvez-vous votre bonheur ? » La voix douce et tranquille, Ithan tentait de temporiser l’étrange ambiance de ce quatuor. Son regard se posait enfin sur Rhil, son regard semblait ne s’illuminait rien qu’à voir le rayon de soleil qu’était Rhil dans son existence. « As-tu trouvé des étoiles ou quelques plantes pour ta cabine ? »
code by bat'phanie


He didn't just fall in love with him once. He falls in love with him every time he looks at him.
by wiise


MessageSujet: (#) Re: Accismus | Ithan + Rhil     Sam 14 Juil - 11:21
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 416
Âge : 37 ans
Occupation : Astronome - projet de terraformation de Byblos | Hélios.
Habitation : Hélios. & RM tant que visiteurs bybliens
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

Feigning disinterest in something while actually desiring it
Ithan & Rhil - début janvier 2227
« - Trouvé.» Le défi était réel dans la foule de l’Australe et les familles qui se retrouvaient, les comédiens qui tentaient de se faire voir au milieu des mouvements   escaliers du Columbiad comme il regarde à deux fois les résultats de ses sondes lancées dans l’espace. Ithan. Le médecin est grand et sa dégaine l’isole du reste de la foule, lui qui contrairement à tous cherche à se frayer son chemin au milieu de sa propre bulle, en vain. Oh, et les dizaines de centaines d’esquisses des épaules et du dos d’Ithan sotkcées dans la mémoire de son terminal donnaient également à Rhil un œil particulièrement acéré quant au repérage de son ami. Sa barbe chatouille la gorge d’Isaac avec douceur, tandis que Rhil renverse sa tête en arrière, sur l’épaule du capitaine du Regina Mercy. Il parvient toujours à conserver Ithan dans son champ de vision, et la chaleur qui s’était répandue dans son corps depuis la main d’Isaac dans son dos, se transforme en rigidité cadavérique, l’impression d’un froid glacial dans ses entrailles. Le nombre de personnes qui enlaçaient Ithan étaient, de manière significative, zéro. Zéro comme « à peine Rhil ». Comme « même pas Rhil ». Comme jamais assez souvent Rhil, qui doit toujours se contenir de son besoin de contact, de sentir les mains rassurantes posées sur lui, qui lui rappellent à quel point, tout tissé de poussière d’étoiles qu’il est, il est toujours humain et a besoin de compagnie. Pourtant Boris les rejoint, bras dessus-bras dessous avec Ithan. Ce sentiment Rhil ne l’identifiera pas comme de la jalousie avant de long mois, ce n’en était pas au final. Il sent pourtant ses dents se serrer et le pouce d’Isaac caresse sa colonne vertébrale de manière plus appuyée, comme pour en dénouer les tensions que le spectacle crée en Rhil, à son insu. Il avait envie de tourner les talons. Il n’avait pas envie de voir ça.

C’était le sentiment irrationnel qui prenait possession de lui, mais le contact d’Isaac contre sa hanche l’empêche de tourner les talons. Et le sourire solaire d’Ithan l’épingle sur place comme les terriens du passé accrochaient les insectes au lieu de les manger. Pourrait-il un jour avoir l’air indifférent au ronronnement de la voix d’Ithan, pourquoi son regard arrivait-il toujours à le harponner, magnétique, sans qu’il comprenne ce qui se passait ? Il était si facile pour Rhil d’oublier les gens, normalement. Comment être indifférent à ce visage ? Ithan semblait heureux, illuminé, lui que Rhil surprenait si souvent sombre quand il croyait qu’on ne le stalk…. Regardait pas. Rhil sourit timidement à Boris, se demandant comment le duo s’amusait à l’Australe, ce qu’aimait Ithan. Comment pouvait-on d’un câlin l’apprivoiser à ce point ? « - Les plantes ne m’intéressent pas. » Cela sort plus sec qu’il ne le pensait, alors qu’il se rattrape aux traverses, pris de court par la chaleur présente dans la voix d’Ithan, lui dont les yeux étaient en train d’observer Boris. Il avait envie d’égratigner ce sourire pour le remplacer par.. par un autre. C’était mal. C’était faux. Ithan était heureux d’être là, que lui importait le pourquoi ? Il devrait déjà se réjouir que le génie des corps et des âmes vienne leur tenir compagnie.

Feindre l’indifférence pour stimuler la curiosité. Attirer l’attention de Boris et d’Ithan. Lorsqu’Isaac avait murmuré ses messes basses à son cœur, Rhil n’avait pas résisté. N’avait pas hésité – il avait du mal à se souvenir du but exact de la manœuvre, mais cela soulageait autant que cela torturait quelque chose qu’il ne comprenait pas tout à fait ça. Rhil n’était pas jaloux – ni maintenant, ni jamais. Il avait eu quelques relations, aussi maladroites soient-elles et il n’avait jamais ressenti ce qu’autres appelaient jalousie. Et il ne voyait pas non plus, en théorie l’intérêt qu’il aurait à rendre jaloux Ithan – il n’y arriverait jamais et  dans quel but ? Mais Rhil marchait à la baguette, et le plan lui était irrésistible. « - Isaac me montrait… » Il a un geste de la main, à la recherche de ce que pouvait bien lui montrait l’homme à ses côtés, mais rien sur la table n’appelle vraiment son intérêt. C’est Woodrow qui vient à son secours, avec sa grâce habituelle :  « - Nous pensions plutôt aller voir une troupe de théâtre, ensembles. » Il sent ses joues devenir cramoisies sous le mensonge. Quiconque le connaissait assez savait que ce ne pouvait être qu’un mensonge. Il n’avait pas la patience et l’imagination pour ces choses là. Il s’asseyait souvent dans un coin pour les dessiner sur son terminal, c’est vrai. Rhil pourtant refuse de se laisser à avoir l’air embarrassé, d’un gamin pris en faute, les jambes coincées dans les traverses. Il relève un peu le menton au contraire, exhibant ses pommettes rougies sous les lumières, et l’éclat vif de son regard tandis qu’il fixe Ithan. Mais… Il aurait préféré de nouvelles étoiles lumineuses pour remplir les espaces de son plafond de nouvelles constellations, lui qui en découvrait chaque semaine de nouvelles dans le ciel infini qui les entourait. Ce n’était pas une denrée courante à bord. C’était inutile, et parfaitement esthétique, tout en étant relativement difficile à fabriquer à partir de trois fois rien. Il lui en manquait.

Oui il aurait préféré chercher des étoiles avec Ithan.
code by bat'phanie



Pathfinder.
« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Accismus | Ithan + Rhil     Jeu 9 Aoû - 12:49
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t120-sleep-under-the-stars-ithan-keikwan http://beyond-earth.forumactif.com/t139-if-you-need-me-i-ll-be-in-space-ithan-keikwan
Messages : 130
Âge : 38 ans
Occupation : Médecin & chirurgien spécialiste en cybernétique.
Habitation : Sur le Regina Mercy avec le reste du corps médical.
Arrivée : 2200, lors de la fuite de la flotte le 9 novembre.
Pseudo : Akira
Avatar : Travis Fimmel
Crédits : Lady Azraël | Wiise

Accismus  
Si ce n'était pas Boris qui tenait son bras aussi fermement, cela ferait longtemps qu'Ithan aurait montré des signes de gênes à sa compagne du jour. Il se passait une main sur ses lèvres, comme pour s'enlever cette impression de bouche sèche et d'embarras. Il n'était pas gêné par la jeune femme, disons que c'était tout à fait inhabituel pour lui, comme tout un chacun le sait quand on côtoie Ithan. No touchy. Hormis quelques rares personne comme Wilhem, ses parents, Boris... Rhil. Même s'il ne sait pas comment lui faire comprendre que c'est « ok » pour lui sans avoir l'impression que cela sonne faux dans ses mots. Alors il voulait que Rhil le fasse, seul. Sa responsabilité de tenter quelque chose. Nerveusement, il se passait sa langue sur ses lèvres, discrètement. Le malaise venait plus du fait de la situation entre Boris et Isaac que les deux blonds. Une tension dont ni Rhil ni Ithan n'étaient au courant et pourtant, ils se retrouvaient acteurs de ce jeu entre les deux amants. Tous se connaissaient assez bien pour savoir que personne ne trompait personne avec l'autre, il n'empêche qu'il n'appréciait guère être pris comme plan pour énerver l'autre. Volontairement ou non, il peut sentir le bras de Boris se refermer un peu plus sur le sien, lui donnant l'impression qu'on lui coupe sa circulation sanguine en miroir aux caresses réconfortantes qu'Isaac semblait offrir à Rhil.

Son intérêt est piqué au vif quand Isaac explique qu'ils souhaitaient assister à un spectacle de théâtre. Comme les millier et million d'étoiles qu'ils pouvaient apercevoir autour d'eux lorsqu'ils levaient les yeux, ceux d'Ithan brillaient d'une nouvelle intensité. L'art sous toutes ses formes, multiple et varié, avaient toujours passionné le médecin. Amour transmis par sa mère depuis qu'il était tout jeune, peut-être un moyen ludique et calme pour sortir la tête de l'eau de son fils subissant séjours à l'hôpital et périodes sombres pour son esprit. Mais il y avait quelque chose d'étonnant dans la phrase de Isaac. C'était la présence de Rhil assistant à une pièce de théâtre. Il ne doutait pas de la culture de l'astronome ou de son intérêt pour cette forme d'art... Mais il n'avait jamais montré grande attirance pour ce genre d'évènement. S'il en était ainsi, peut-être qu'il pourrait se permettre de lui glisser un mot discrètement pour lui proposer ce genre de rendez-vous. Peut-être que ça lui plairait plus qu'une simple balade. De toute façon, il savait que tout serait intéressant avec Rhil, quoi qu'ils fassent. Même si cela se résumait à être assis sous le dôme d'Hélios à regarder les étoiles.

Il fixait intensément Rhil, attiré par le rouge de ses joues. Il plissait très légèrement les lèvres avant de laisser un rictus apparaître en coin. « Nous pourrions nous joindre à vous, si cela vous va bien sûr. » Le ton de sa voix était tranquille, très paisible en vérité. Cherchant a déceler le mensonge se cachant sous les mots d'Isaac et l'attitude de Rhil qui s'affichait plutôt fièrement aux côtés d'Isaac. Il était quasiment certain qu'il n'y avait pas de pièce prévue, hormis si c'était une représentation « sauvage ». Il avait du mal à visualiser Rhil sagement assis sans trouver l'ennuie au rendez-vous. Il posait doucement sa main sur le bras de Boris, lui indiquant ainsi qu'elle pressait un peu trop son bras, cela devenait gênant, voire même envahissant. Ils échangèrent un regard rapide, avant qu'elle ne desserre sa poigne autour de lui, ne laissant qu'une main avachie sur son coude. Il respirait bien mieux. Il avait beaucoup d'affection pour Boris, mais en toute honnêteté, il rêvait d'une autre compagnie à son bras. Le cinquantenaire eut un étrange sourire avant d'avancer la main, invitant vers une direction. « Nous avons du temps devant nous, nous n'avons qu'à marcher ensemble. »

Le quatuor se mit alors en route sans qu'un commentaire ne soit ajouté. Il y avait une curieuse ambiance qui se dégageaient d'eux. Le duo d'hommes avançait à quelques centimètres devant eux, Ithan ne pouvait s'empêcher d'observer inlassablement la nuque et la forme des épaules de Rhil, comme pour les graver inconsciemment dans son esprit. Cela lui soulevait la poitrine, dans le bon sens du terme. Comme une sorte de fierté, de pouvoir avoir la chance, la possibilité de sortir avec lui. D'un pas qu'il ne contrôlait pas, il emportait Boris un peu plus en avant avec lui pour glisser son bras de libre à celui de Rhil d'un mouvement doux. Presque tranquille. Ithan relevait les yeux dans l'espoir de rencontre ceux de Rhil, l'espoir de ne pas se voir rejeter tandis que dans son dos, il ne voyait même pas Boris et Isaac échanger un regard. « J'espère que ça ne te gêne pas ? » C'était à lui de faire un effort à son tour. Pourquoi ne pouvait-il pas lui accorder la même affection qu'il pouvait partager avec quelques rares personne ? Mieux, lui donner quelque chose que les autres ne pourraient jamais avoir de lui. Mais que Rhil seul possèderait ? Cette simple pensée, le rendait légèrement nerveux. Mais c'était un sentiment agréable. L'inconnu, la peur de faire le faux pas. La douleur d'un refus, mais le plaisir de fantasmé par l'acceptation de Rhil. L'envie de lui faire mille compliments, mais la retenue lui disait de ne rien dire, préférant, espérant avoir un moment seul avec lui pour les lui murmurer à l'oreille quand l'occasion se présenterait.
code by bat'phanie


He didn't just fall in love with him once. He falls in love with him every time he looks at him.
by wiise


MessageSujet: (#) Re: Accismus | Ithan + Rhil     Ven 10 Aoû - 15:55
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 416
Âge : 37 ans
Occupation : Astronome - projet de terraformation de Byblos | Hélios.
Habitation : Hélios. & RM tant que visiteurs bybliens
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

Feigning disinterest in something while actually desiring it
Ithan & Rhil - début janvier 2227

Il y a un tressaillement dans la raideur de l’astronome lorsqu’il sent les doigts se poser sur son bras, et la main qui se glisse contre son biceps. La chaleur picote et remonte à son épaule. Depuis que le quatuor s’était éloigné du stand, Rhil sentait le piège se refermer derrière lui. Il préférait la science aux humains. Les étoiles ont leur trajectoire et leurs lois, leur langage à décrypter. Une fois qu’on les comprend, le regard glisse sur les errements stellaires en bonne intelligence. Il n’y avait pas de inintelligible. Il n’y avait pas d’irrationnel et les questions brûlantes n’étaient que des manques à compléter, une carte du ciel à trou à compléter. Lorsque son esprit se heurtait à l’inatteignable, Rhil n’avait qu’à se balancer une nuit, deux nuit, une éternité à en perdre la tête, se balancer sur sa chaise à roulette, jusqu’à ce que le mouvement et l’impatience résolve l’énigme.
Il se sentait pris au piège depuis que le quatuor s’était éloigné. Il se laissait guider par Isaac sans intervenir, laissant les autres parler théâtre et rire. Rhil sentait la nervosité envahir à nouveau ses membres et son souffle se coincer dans sa poitrine. L’agitation le pousse à triturer ses doigts, son pouce fait tourner sa bague sans repos et il froisse la soie du costume d’Isaac sans y penser, les caresses pensives transformées en va-et-vient troublé. Il n’était qu’un puzzle de tics contenus dans la nonchalance singée.

Il ne voulait pas aller voir une quelconque pièce de théâtre. Il ne voulait pas se retrouver coincer entre deux feux, à attendre que ça passe. A perdre son temps sans pouvoir ne serait-ce que se balancer d’avant en arrière, plombé dans l’ambiance électrique qui liait les quatres amis. Rhil marchait du même pas assuré qu’à l’habitude, blottit contre Isaac dont la chaleur lui apportait au moins un peu d’aplomb. Il ne pouvait pas fuir de ce côté là, et il s’appuyait contre son capitaine comme contre un pilier de soutien. S’afficher ainsi à l’Australe à son bras était d’une insolence rare et Rhil s'accrochait à cette branche pour ne pas péter les plombs. Le blond se détendait progressivement maintenant qu’ils avaient repris le mouvement, même si la perspective de rester immobile devant une pièce de théâtre le rendait fou par avance.

Oui, le geste d’Ithan le fait tressaillir et Rhil vient croiser son regard presque trop vite. Surpris. Il lui faut un moment avant que son regard s’illumine, ses yeux retraçant le visage de l’homme qui fait vient de faire le saut de l’ange et de venir à son bras. L’astronome trébuche, un sourire se dessinant dans sa barbe avec une douceur infinie. Il croise son regard pétillant en continuant à marcher, et il n’a d’yeux que pour le barbu alors même que l’étreinte d’Isaac se desserre doucement de sa taille. Rhil était inconscient de ce qui se jouait autour de lui, l’esprit obscurci par une éclipse imprévue; inconscient que le bras d’Isaac se détend lentement, son pouce pressant contre la colonne vertébrale du scientifique comme pour l’encourager, et le regard plein de complicité qui s’échange entre Boris et l’amant de celle-ci. Inconscient de la manière dont il se penche légèrement vers Ithan alors même que les deux hommes font la même taille. Il y a de la tendresse dans ses yeux, et surtout dans la manière dont son corps vient embrasser celui de son compagnon. Il osait à peine le toucher, à peine s’appuyer contre lui. Ithan qui venait le toucher, Ithan qui faisait le premier pas.  Il est envahit d’une énergie qui le trahit à chacun de ses pas, qui le fait presque bondir - mais c’est avec adoration qu’il pose son front contre sa tempe, son corps tout entier incliné vers Ithan plutôt que vers le capitaine. ”- Merci. ” Le murmure, sans raison, atteint l'oreille d’Ithan avant que l’astronome se redresse un peu.

Son coeur s’enfonce dans sa poitrine et son regard quitte un instant celui d’Ithan. Il l’évite et regarde ailleurs. Il ne cherche pourtant aucune estrade impromptue, aucune déclamation, aucun art à offrir en pâture. Rhil était pris en flagrant délit de son mensonge, s’enfonçant dans l’imbroglio de la supercherie - pire. Rhil était pris en défaut par la joie sincère d’Ithan. Isaac l’avait fait exprès, Rhil en était certain. Il passe sa langue à l’intérieur de sa joue, goûtant la goutte de sang qui s’y était formé. Il s’était mordu comme il avait rougit, comme il s’était enfoncé tout seul. Le petite génie ne pouvait pas s’empêcher de faire des liens entre la joie pure qui avait illuminait les yeux d’Ithan et leur direction. Ithan aimait l’art, les pièces de théâtre, les artistes et les musiciens. Ses choses qui passaient pour des pertes de temps pour Rhil. C’était terrifiant que d’être mis au pied du mur.
”- Tu es heureux d’y assister ? ” La question est sincère, mais contient autant de peur que de curiosité. Bien sûr Ithan et lui sont différents et Rhil, en huit ans, a appris à apprécier chacune de ces surprises avec un ravissement sur lequel il n’a pas de mots. Ithan aime les pièces de théâtre dont les stellariens sont tant friands. Rhil ne pouvait pas se forcer à en avoir quelque chose à foutre. C’’est le retour des sueurs froides et des noeuds dans la gorge, de l’impression de vertige abyssal et d’être ligoté par des bras au milieu de la nuit. La chute et la prison.  Il faut encore faire des efforts, et il est incapable d’en faire, l’histoire l’a approuvé. Il n’y arrive pas à s’y résoudre, ce n’est pas dans son ADN. Mais il ne pouvait pas se retrouver seul dans un lit à pleurer la porte qui claque et le regard d’Ithan qui s’éteint.

Il ne pouvait pas.
Cela se bloque dans sa gorge.
Rhil se dégagea de l’étreinte du capitaine avec aisance. Il se décale d’à peine quelques centimètres, ses doigts effleurant sa cuisse quand il puise ses cigarettes et son briquet du fond de sa poche. Isaac se retourne à demi vers lui, interrogateur et le scientifique vient planter un baiser sur la joue de son aîné en douceur. Les non-dits lui explosent la poitrine, lui brûlent la bouche qu’il humecte de la pointe de la langue. Tacitement, le regard échangé avec Isaac signe leur départ, signe sa gratitude infinie, signe la compréhension entre les deux hommes.

D’une main, il plante sa cigarette entre ses lèvres. Il ralentit et se laisse doubler par Isaac et Boris qui s’éloignent, moquant gentiment Rhil en le bousculant. Il garde Ithan au creux de son bras, et s’abrite contre lui pour se battre avec son briquet. C’est une erreur de ne pas le lâcher des yeux. C’est une erreur mais le regard de Rhil tente d’accrocher Ithan en place. De l’empêcher de suivre le mouvement quand l’astronome reste à l’arrêt. Le regard caressant qui le dévore des yeux, charmeur et sourire en coin, - si on omet le fait qu’il peine à allumer son briquet, que les étincelles crépitent dans le vide.
Avec un geste rageur, il referme du pouce le clapet et tend le briquet à Ithan pour qu’il lui allume sa cigarette. Son pouce frotte la barbe brune, s’y perd un instant timidement et la pulpe de ses doigts se griffe à la douceur de ses poils quémandant la flamme, le regard dansant. Il se racle la gorge, la diction éraillée par la cigarette qu’il maintient difficilement. Elle l’empêche de dire des conneries, elle l’empêche de se mordre les lèvres, elle le force à mesurer ses questions. A faire un effort. ”- Pour notre date, tu préfères … ?”

code by bat'phanie



Pathfinder.
« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Accismus | Ithan + Rhil     Lun 13 Aoû - 23:29
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t120-sleep-under-the-stars-ithan-keikwan http://beyond-earth.forumactif.com/t139-if-you-need-me-i-ll-be-in-space-ithan-keikwan
Messages : 130
Âge : 38 ans
Occupation : Médecin & chirurgien spécialiste en cybernétique.
Habitation : Sur le Regina Mercy avec le reste du corps médical.
Arrivée : 2200, lors de la fuite de la flotte le 9 novembre.
Pseudo : Akira
Avatar : Travis Fimmel
Crédits : Lady Azraël | Wiise

Accismus  
C’est une bulle de soulagement qui éclate doucement dans la poitrine, telle une fleur qui éclot à la place de son cœur. Pendant un bref moment, il a l’impression d’être seul, isolé du monde, alors qu’il est plongé dans les yeux de Rhil. Protégé de ce qui l’entoure, il en oublie à son tour la présence d’Isaac et de Boris à leurs côtés. C’était comme si tout l’univers, les galaxies et l’essence même de la vie se retrouvaient à vivre au cœur des iris de Rhil. Pour rien au monde il ne voulait quitter cette vision si douce, si belle. C’était niais, lui qui n’avait jamais démontré le moindre signe d’affection pour qui que ce soit, c’était quelque chose de nouveau, de terrifiant, de magnifique à vivre. Rhil disait tout et rien à la fois. Ce n’était qu’un simple merci, quelque chose de simple et banal mais qui était souvent trop oubliée ou bien trop pris à la légère. C’était important pour Ithan. Il ne voulait pas de reconnaissance, il n’aimait pas ça, que les gens aient l’impression de lui devoir quelque chose. Mais il sentait que son effort était récompensé et qu’il avait eu raison d’agir ainsi.

Quand le front de l’autre blond quitte sa tempe, il a l’étrange impression d’un manque qu’il n’a jamais connu. C’est presque un frisson qui parcours le médecin alors qu’il le regarde s’éloigner de nouveau de lui. Il n’avait pas cette sale impression d’avoir gêné son ami, il n’espérait pas en tout cas, au contraire, il savait Rhil toujours en demande, en besoin d’affection. Plus il se voyait faire, plus il était proche de lui, voyant que les barrières tombaient enfin, plus il sentait, pas de la jalousie, mais un autre genre de sentiment pour l’astronome : il voulait lui ouvrir ses bras et chasser tous ceux qui voudraient prendre cette place. Sans s’en rendre compte, il arquait l’un de ces sourcils quand il lui demande s’il était heureux. Quelque chose le gêne dans cette question, qu’il sent presque à double tranchant, consciemment ou non de la part de Rhil. Malgré toute sa bonne foi que Rhil voulait bien lui donner. Et le médecin ne pouvait consciemment le réconforter sur ce point sans mentir sur ses propres goûts. « Ce n'est pas ce que je préfère, mais je me laisse facilement tenter. » Il ne pourrait jamais se passer de toute forme d’art, sans avoir l’impression de manquer quelque chose dans son emploi du temps. Ce qui n’était pas le cas de Rhil.

Le reste de ce qu’il se passe n’a aucun sens pendant un bref instant. Comme s’il y avait un blanc et qu’Ithan assistait à la scène, comme un spectateur invisible et impassible. Le baiser volé sur la joue. Un sourire échangé entre les deux hommes dont Ithan ne connaîtrait jamais le secret ni l’importance. Pourtant il se sent étouffer un bref instant dans sa poitrine, peut-être que c’était ça, que de se sentir jaloux, un petit peu. Mais avait-il seulement le droit de l’être ? Non, il ne le pensait pas, il n’avait aucun droit. Rhil trouvait son bonheur ailleurs, trouver des baisers et des caresses qu’Ithan n’avaient, jusqu’à présent, jamais capable de lui offrir. C’est presque dans un mouvement comique que Ithan était retenu par le bras de Rhil qui avait stoppé leur course, tandis qu’il sentait Boris se délier de son affection et lui offrir. C’est presque dans un mouvement comique que Ithan était retenu par le bras de Rhil qui avait stoppé leur course, tandis qu’il sentait Boris se délier de son affection et lui offrir un clin d’œil alors qu’Isaac et elle continuait leur chemin, sans eux. Il jetait un regard à son compagnon, puis de nouveau sur le couple inavoué qui disparaissait dans la foule.
Son regard se perdait sur les étincelles du briquet laser pour remonter finalement jusqu’à ses yeux allumés d’un feu qu’il ne pensait pas encore avoir rencontré. Une fois encore, il pensait qu’il n’y avait rien autour d’eux alors que le monde continuait de profiter de la joie de l’Australe. Il avait même l’impression de sentir son souffle coupé en le regardant, un ronronnement agréable parcourant sa gorge lorsqu’il sent le pouce de Rhil caresser son menton. Il attrapait d’un geste lent le briquet pour le saisir entre ses doigts, venant allumer ce que Rhil cherchait désespérément à allumer entre eux pour voir le rayon violacer apparaître du premier coup. Prenant son temps pour l’approcher de l’embout de la cigarette, sans répondre dans un premier temps à son futur date. Il refermait le claquet d’un coup sec, avant de faire glisser le briquet lui-même dans la poche arrière de Rhil d’un mouvement fluide. « Je préfère être avec toi sans distraction possible. » Il ne voulait pas d’un rendez-vous au théâtre ou dans une exposition. Même si l’idée était séduisante et charmante, il se dirait que la personne n’a pas cherché plus loin que ce qu’Ithan montrait aux autres. Un sourire apparaît, alors que son visage n’est qu’à quelques centimètres du sien, il pouvait sentir le souffle de son compagnon sur ses lèvres chatouiller son épiderme. « Viens. »

Il ne voulait plus de la foule et du bruit. Cet évènement était agréable, mais il n’y avait vraiment qu’une chose qui retenait son attention, depuis plus de huit ans maintenant et il l’avait à portée de main. S’il ne suivait pas leurs compagnons, ils pouvaient se créer un chemin à eux maintenant. C’est lui qui invite Rhil à le suivre dans les allées de l’évènement, s’éloignant du brouhaha et des exclamations, les trouvant bien futiles maintenant qu’il n’y avait qu’eux. L’odeur de la cigarette venait chatouiller ses narines agréablement, bien qu’il préférât l’odeur du tabac à pipe qu’il fumait occasionnellement. Le bras lié à lui, il tournait la tête vers lui pour de nouveau lui parler. « Emmène-moi là où tu aimes aller toi. C’est toi qui m’intéresses. » Le rendez-vous, l’australe, qu’importe, il irait n’importe où pour lui, pour s’accrocher à son regard et à son être. « Je veux connaître ce que tu aimes. »
code by bat'phanie


He didn't just fall in love with him once. He falls in love with him every time he looks at him.
by wiise


MessageSujet: (#) Re: Accismus | Ithan + Rhil     Jeu 16 Aoû - 0:13
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 416
Âge : 37 ans
Occupation : Astronome - projet de terraformation de Byblos | Hélios.
Habitation : Hélios. & RM tant que visiteurs bybliens
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

Feigning disinterest in something while actually desiring it
Ithan & Rhil - début janvier 2227
Sur la langue la fumée inhalée est âcre et brûlante, mais pas moins que la sensation de provocation sensuelle qui te trouble. La barbe d’Ithan était douce sous tes mains et ses pommettes t’aimantent comme des étoiles à baiser. Prendre son visage en coupe entre tes phalanges brisées et saisir ses lèvres et lui couper le souffle. Un baiser qui aurait valeur de salut et de grâce, de reconnaissance et le monde qui gravite et s’oublie, tes étoiles qui s’éteignent dans l’indifférence générale. « - C’est donc comme ça, hm ? » L’amusement perceptible dans ta voix frôle la provocation à ton tour tandis que ton regard papillonne entre ta fesse et les yeux d’Ithan. Tu n’en reviens pas de te faire allumer comme un légionnaire, d’un souffle et des doigts qui t’effleurent. Cela n’a pas grand-chose à voir avec ce que tu ressens avec tes conquêtes de nuit et de passage. Des bras qui t’accueillent dans leurs couches et entre leurs cuisses pour que tu te sentes moins seul. Pour que tu oublies la peur qui te ronge les tripes et qu’aucun soupire ne réparera tes erreurs, que le peau à peau ne suffit pas à trouver en toi la force et la patience de les aimer.

Tu n’aurais pas dû dormir dans les bras de Ithan.

Cela fait des mois que l’on ne t’a plus touché, des semaines que Ithan ne t’as plus touché. Tu en as encore les marques sur la peau, l’œil cerné de bleu violacé et les straps qu’il t’a posé sur ta lèvre sensible. Des semaines à te tordre de solitude et de la sensation glaciale des draps sur ta peau. Tu vas crever seul. Des mois déjà à fixer les ronds de fumée que ta bouche exhale vers le ciel factice les promesses de rendez-vous et le rythme cardiaque désordonné de Ithan sous tes doigts. La berceuse que tu scandes de mémoire. La promesse que tu lui fais de l’effet. A l’instant, quand tu jettes un coup d’œil au briquet glissé contre ta fesse, l’air abasourdi, exagéré, tu en joues, pas plus pas moins que lui. Le charme tu l’as facile, ta jolie gueule, ta nonchalance, la barbe taillée en pointe, tes mots compliqués et l’assurance que tu dégages sûr de ton fait. Tu ne joues jamais rien, quand tu souris en fossette, mais aujourd’hui tu tentes de t’en persuader autant que de le convaincre.

Tu as fermé les paupières lorsque le souffle de Ithan quitte tes lèvres. Tu y crois un instant, que tu vas l’avoir ton baiser. Peut-être que c’est tout ce qu’il vous faut – une baisade pour se rendre compte que Rhil n’est toujours attiré que par l’inaccessible. C’est bien ce que tu fais qu’il ne l’embrasse pas à bras le corps. Votre rendez-vous n’a pas eu lieu, tu n’as pas gâché tes chances, relevé l’étendue du simulacre et l’imposture. Faire durer la douceur du bonbon entre tes dents avant de te voir éclaté en sang par son sauveur. A la place, Rhil joue de ta mâchoire, la frustration grandissante et le tic mord l’intérieur de ta joue. Puisque Ithan reprend ses distances et que ton regard ne peut que le défier d’y revenir.

”- Ici ?”  De ta main libre, du bout incandescent, tu fais un signe circulaire pour singer l’Australe. Tu es définitivement conscient de la forme du briquet dans ta poche. L’australe ou leur rendez-vous à venir ? Ce que Rhil aime ou ce qu’il cherche ? “- J’aime mon boulot, mes astres. Je ne suis pas si… ” Le déni lui revient aux lèvres et s’y échoue. Ils ont eu cette discussion et ce mirage d’être aimé. L’esquisse d’haussement d’épaules est avortée au profit d’une moue qui se veut malicieuse. Tes lèvres essaient de diminuer la vérité qui tombe sous le ton de la plaisanterie. Ta langue s’esquive sur ta lèvre inférieure, dans ta joue et tu inspires profondément. Tu n’oses plus regarder l’homme à ton bras, tu n’oses pas non plus t’en écarter. Maintenant que tu fumes, tu libères ton bras de celui d’Ithan. « - A l’Australe, je vais voir mes parents, je profite d’être sur le Columbiad pour déjeuner à la cantine avec eux… Ou bien je m’assois dans un coin, et je dessine. Les gens, ou voir mes tatoueurs… ce n’est pas ton art. » Tu le revendiques presque dans un souci d’évidence. Dans un souci de ramener sur le tapis le mensonge par omission qui te perturbe. Tu as peur qu’Ithan ne te change. Tu ne voulais pas faire compromis avec Ithan, vous plier en deux et finir insatisfaits, finir par décroiser leurs routes entremêlées depuis si longtemps. Le goût amer des adieux avec Anastasia, cette nuit-là au creux de leur lit te reste en bouche. Ces déceptions et cette inéquation, tu ne peux pas l’étouffer sous la cendre de ta cigarette. C’est la frustration que tu avales par inhalation, et Rhil ravale la fumée par la bouche en rond parfait, fixant Ithan comme pour le provoquer de t’embrasser. C’est un défi qui t’intéresse et t’aiguille. Même si la frustration te donne envie de briser des pommettes, de te déchaîner contre un sac de boxe jusqu’à n’être plus qu’une épave pantelante. Couverte de sueur, dont la cage thoracique se soulève à la recherche d’un oxygène oublié sur une planète lointaine, et les larmes d’épuisement lavent tout ce qui pourrit dans ta poitrine.

Ithan ne répond pas à ta question et tu voulais l’embrasser.

Tu t’es libéré de sa main posée sur ton bras, mais tu as dérapé, comme la main d’Ithan avait dérapé sur la couture de ton jean. Tu passes plutôt ton bras autour de sa taille, et d’une pression contre son dos, tu l’emmènes contre ta hanche dans les allées trop encombrées. Tu lui jettes un coup d’œil en coin en tiraillant sur ta cigarette. Tu te demande si tu aurais aimé le voir dormir, lui. Si tu n’avais pas eu de sang coagulé dans les cheveux, est-ce que tu serais endormi si facilement dans ses bras, est-ce que sans les vertiges qui t’assaillaient tu te serais relevé pour t’en extraire, voyou ennuyé ?  « - Ce que je préfère – je te l’avais dit, je crois ou bien j’ai déliré ? » La question est réelle, il y avait le vertige de la fièvre dans ta mémoire, la fièvre de ton corps défendant et l’ivresse des coups qui te sortent de toi-même pour te faire tomber dans ses bras. Des câlins et des conversations intellectuelles. Il préfère encore dormir dans les bras d’Ithan. Il avait dormi, dormi d’un sommeil sans rêves et sans étoiles, étourdi par la douleur qui étreignait son visage comme un linceul et par les bras qui étreignaient son corps comme un baume. Rhil se racle la gorge et reprend le mouvement de balancier de ses foulées, le tracé de ses doigts mobile contre la taille de Ithan.   « - C’est ce que j’aime à l’australe – ce n’est pas la place des discussions intellectuelles. Je ne suis qu’un gitan de l’espace, au fond, malgré mes airs. » Il convient doucement, comme une mélodieuse qui refait briller ses yeux.  Ce serait pour plus tard les doutes et le vertige assourdissant d’envisager sa vie sans Ithan seulement pourvue du vide entre les étoiles de l’univers. A la place, il se perd du regard. Il doit penser à ce que Ithan préfère, s’il veut… Trouver un mot pour eux.

code by bat'phanie



Pathfinder.
« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Accismus | Ithan + Rhil     Mer 12 Sep - 13:32
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t120-sleep-under-the-stars-ithan-keikwan http://beyond-earth.forumactif.com/t139-if-you-need-me-i-ll-be-in-space-ithan-keikwan
Messages : 130
Âge : 38 ans
Occupation : Médecin & chirurgien spécialiste en cybernétique.
Habitation : Sur le Regina Mercy avec le reste du corps médical.
Arrivée : 2200, lors de la fuite de la flotte le 9 novembre.
Pseudo : Akira
Avatar : Travis Fimmel
Crédits : Lady Azraël | Wiise

Accismus  
Les relations humaines. Cette expression se suffisait à elle-même, pas besoin de faire un quelconque commentaire dessus. Ithan n’avait jamais été très doué pour ça, sans être quelqu’un de profondément antisociale. Au contraire de sa personne, Rhil était le genre d’humain qui avait besoin d’être entouré, de n’importe quelle manière que ce soit. Il y avait des gens comme ça, le docteur ne jugeait nullement. Chacun faisait comme il devait être avec les autres. C’était amusant, de voir deux êtres aussi différents l’un de l’autre être si proches. C’était touchant, presque poétique, alors qu’il pouvait presque sentir la poitrine de Rhil se soulever contre la sienne, à chaque fois que l’astronome prenait une nouvelle respiration pour infester ses poumons de tabac. L’odeur ne le dérangeait pas, au contraire. Mais ce n’était pas l’odeur qu’il préférait concernant le tabac. Ce n’était pas parfumé et plus âcre comme le tabac à pipe qu’Ithan affectionnait plus particulièrement. L’odeur de cigarette semblait plus… industrielle, moins personnelle, c’était tout simplement moins bon pour ses goûts et son palais. Discrètement, il caressait ses dents de sa langue, gardant la bouche fermée lorsque Rhil vient préciser que le tatouage, ce n’est pas son art. Sans un commentaire, sans un mot, Ithan portait sa main à son cœur, faignant la blessure pour ce qu’il disait. Il n’était peut-être pas aussi tatoué que son amour presque secret, mais tout de même.

Lorsqu’il le quitte, c’est pour retrouver la chaleur de son bras tout autour de ses hanches, le ramenant bien au chaud contre lui. Pas qu’il fasse bien froid durant l’Australe. Aller voir ses parents, c’était touchant. Il n’était pas très sûr d la proximité que Rhil partageait avec ses parents. Il ne savait rien des relations que pouvaient partager les gens avec leurs géniteurs, il supposait que comme tous, il prenait sa manière de fonctionner comme modèle pour tous, de manière très égoïste. Au moins, s’il allait les voir, c’était qu’ils avaient une relation positive, agréable avec eux. Rhil ne semblait pas du genre à s’emmerder des relations non nécessaires, pas même celles que l’on disait obligatoire par le sang. « Je serai ravi de rencontrer ton tatoueur. » Il ne pouvait pas s’en empêcher. Il n’avait pas dans l’idée de rajouter une goutte d’encre supplémentaire sur sa propre peau, mais il voulait connaître les choses, les gens importants pour Rhil. Le choix d’un tatoueur et de lui être fidèle était une décision considérable dans une vie. Il voulait connaître la personne qui avait toute la confiance de Rhil pour graver ses petits bouts d’art un peu partout sur son corps. Il était curieux de tout, mais surtout du blond contre ses hanches.
Il se sentait léger à marcher entre les ombres de l’Australe, jetant parfois des coups d’œil ici et là, ne pouvant trouver quoi que ce soit intriguant le chirurgien et faisant vibrer sa poitrine. « Je ne savais pas que tu avais l’âme d’un poète. » Mais tous ici, n’étaient-ils pas des voyageurs ? Des voyageurs des étoiles, sans attache planétaire, se suffisant à eux-mêmes comme communauté, n’ayant que leurs « maisons » flottant dans l’espace infini et magnifique pour eux seuls. À son tour, consciemment ou non, son bras et sa main montèrent dans le dos de Rhil, ses doigts tapotant l’endroit entre ses omoplates. Il pouvait sentir la colonne vertébrale de l’autre, presque l’envie de connaître ce qui se cachait sous les vêtements, voir ses marques et l’encre sur sa peau. Le tabac venait de nouveau chatouiller ses narines, lui faisant plisser le nez. Ithan se laissait aller contre lui, perdu un bref instant dans ses pensées « Pour le date… ».

Il sent sa voix partir, comme embourbé par un chat dans la gorge. Honnêtement ? Il n’avait aucune idée de ce qu’il désirait pour ce rendez-vous. Il voulait tout et rien à la fois. Il se rendait compte qu’une simple balade pourrait le satisfaire. Tout comme allait le Tiang pour aller voir un film, aller écouter quelques musiques, découvrir la vue sur Helios ensemble. Même faire une séance de sport ensemble lui semblait une bonne idée. Tout ce qu’il désirait, c’était faire quelque chose avec Rhil et que cela rime à quelque chose pour les deux humains. Il s’éclaircissait la gorge, reprenant calmement, s’excusant presque du regard « What about some foods ? Anything is good for me. On pourrait prendre à manger et aller quelque part pour s’installer, sous les étoiles. Tous les deux. » C’était une idée comme une autre. Il ne se voyait cependant pas aller manger dans les cantinas avec tous les autres habitants de la flotte. L’idée d’être seul avec Rhil le ravissait. Il remontait lentement ses yeux vers lui, observant le dessin de son visage. Pourtant, ses lèvres n’atteignent pas les siennes, mais elles se promènent un instant sur sa joue avant d’embrasser sa peau brûlante, redessinant le bas de sa mâchoire tandis qu’il épouse ses formes. « What do you think about it ? » Ithan n'avait même pas réalisé qu'il s'était arrêté sur le côté d'une allée pour faire cela, trop obnubiler par le goût de la peau de Rhil sous ses lèvres. Nicotine, encre et passion.
code by bat'phanie


He didn't just fall in love with him once. He falls in love with him every time he looks at him.
by wiise


MessageSujet: (#) Re: Accismus | Ithan + Rhil     Lun 1 Oct - 10:52
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 416
Âge : 37 ans
Occupation : Astronome - projet de terraformation de Byblos | Hélios.
Habitation : Hélios. & RM tant que visiteurs bybliens
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

Feigning disinterest in something while actually desiring it
Ithan & Rhil - début janvier 2227

Les pensées de Rhil se propagent à la même allure que son regard. Les prunelles de l’astronome bondissent d’étoiles en étoiles, sans s’arrêter savourant le plaisir lascif que dévorer son compagnon du regard. Il n’y a rien qu’il n’ait déjà vu pourtant. La barbe qui sous les lumières de l’australe redevient blonde, alors qu’il a le souvenir d’un châtain tendre et dru sous ses doigts gourds et ensanglantés. La naissance de ses cheveux à sa tempe, et le tatouage qui orne son avant-bras. Les petites rides en pattes d’oie au coin de ses yeux, comme pour irradier son visage de son âme en une myriade de constellations creusant sa peau. Il revient à Ithan comme il revient à la voie lactée dans les hublots. Pour le sentiment de familiarité qui réchauffe son âme, qui fait écho à son coeur déserté en parlant un langage indicible, pour le plaisir renouvelé d’y déceler à chaque fois une nouvelle information, une nouvelle source de la curiosité qui dévore son poitrail et son ventre. Rhil a le visage d’un homme qui savoure un délice sur la pointe de la langue.

“ - Mais pas rencontrer mes parents, hm ?” Il souligne, amusé, le non-dit du médecin. Il n’envisage de rencontrer qu’un seul de ceux que Rhil vient chercher dans les coursives du Columbiad. C’est une question en forme de trou noir, de cul de sac. Il n’a jamais présenté ses parents à quiconque ( exception faite d’Elara, à juste titre, son âme damnée depuis l’adolescence, que pas une seconde sa mère n’a envisagé comme belle-fille, fut-elle idéale ). Son tatoueur, pourtant, a la même importance que ses parents, dans ce qu’il est devenu. Il leur doit son patrimoine génétique, il lui doit l’aspect de sa peau et le corps qu’Ithan pourrait dessiner des doigts. Il leur doit ses rêves d’espace infini et la couleur de ses yeux, reflet de l’azur de Lupine et le refus de se laisser arrêter par le champ des possibilités. Il lui doit la matérialisation de ses pensées évanescentes, et l’inscription du scientifique dans le cosmos.  Rhil cherche Ithan, moqueur avant de faire la moue, aspirant nouvelle bouffée de nicotine. “- Il y a de la poésie dans les mathématiques, dans le cosmos, dans les étoiles.” Les poèmes d’amour sonnaient creux à ses oreilles, et les pièces radiophoniques lui étaient si se transforme en couinement. Il lui jette un coup d’oeil une mèche blonde retombant sur le coin de son oeil. Le rendez-vous. Ses doigts se crispent sur la taille d’Ithan acquis à la certitude qu’il va le perdre. Il en faut beaucoup pour empêcher Rhil de réfléchir, et ce n’est pas le calme, c’est le mäelstrom. Il reste immobile sous son baiser le souffle coupé, comme si c’était un uppercut qui rendait hyper sensible toute sa mâchoire et l’immole sous la passion; Les yeux mi-clos, l’astronome se laisse envoûter par la solidité du corps pressé contre le sien, et la brûlure du souffle sur son visage encore sensible. Prêt à lui faire l’amour sur place. Les doigts de Rhil enserre sa taille, se froisse sur ses hanches avec une possessivité très loin des doigts qu’il a posé sur Isaac. Il doit presque lui faire mal, à le serrer comme ça, comme s’il allait disparaître, les dents agitées d’un tic, prêt à embrasser le vent, le vide. Prêt à le pousser contre une de rambardes décorées de plantes qui habillent le Columbiad comme une caravane gitane des temps terriens.

Le temps que Ithan pose ses lèvres sur sa mâchoire, il a le temps de dresser des plans sur la comète, le pour et le contre. Il aimerait ne pas l’embrasser, faire ça dans les règles ( oubliées ), d’abord le rendez-vous, ensuite le baiser, parce que il n’en a jamais eu de rendez-vous, ni de romance qui ne sonne pas creuse, mais ses doigts, mais sa bouche ont déjà arpentés les corps froids. Il doit y avoir un rapport. il Il n’a rien écouté. “- Hm. Tu disais ?” Rhil rouvre les yeux, cligne des paupières, ajuste sa vision sur l’homme en face de lui. Il concentre son regard sur l’air anxieux du médecin, et ses lèvres désirables encadrées de sa barbe. Il veut que ithan l’embrasse, lui. Rhil expire lentement, sa poitrine qui s’évide au manque de Ithan.  Quand bien même il n’a pas de vestiges de lèvres sur les siennes, il en sent le fantôme persistant. Il doit s’investir disait Anastasia. Ce n’est pas normal.
Il n’a rien écouté, et quand son étreinte allait se relâcher, brusquement, Rhil attire Ithan plus violemment à lui. Un “hmf” très doux lui échappe au moment où leurs lèvres se joignent. Pas de dents, pas de langue, pas de passion, Rhil pose simplement ses lèvres contre les siennes avec douceur, étreignant Ithan de tout son corps, au beau milieu de la foule.

code by bat'phanie



Pathfinder.
« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: Accismus | Ithan + Rhil     Sam 13 Oct - 23:37
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t120-sleep-under-the-stars-ithan-keikwan http://beyond-earth.forumactif.com/t139-if-you-need-me-i-ll-be-in-space-ithan-keikwan
Messages : 130
Âge : 38 ans
Occupation : Médecin & chirurgien spécialiste en cybernétique.
Habitation : Sur le Regina Mercy avec le reste du corps médical.
Arrivée : 2200, lors de la fuite de la flotte le 9 novembre.
Pseudo : Akira
Avatar : Travis Fimmel
Crédits : Lady Azraël | Wiise

Accismus  
Les évènements s’enchaînaient avec une rapidité extraordinaire. Pouvoir toucher Rhil comme il le pouvait, c’était un plaisir secret qu’il n’avait plus tant envie de garder pour lui, il ne voulait pas le réfréner, plus maintenant. Il avait l’impression de jouer à un jeu dangereux, celui de l’insatisfaction. C’était cruel, autant pour Rhil que lui. Pourquoi ne pas passer simplement le pas ?  Il ne se considérait pas comme un homme méchant et encore moins sadique. La douleur avait un attrait repoussant pour lui, que cela soit par l’esprit ou par la chair. Pourquoi ne pouvait-il pas s’accorder le bonheur simple d’un baiser sur les lèvres d’un autre ? Peut-être qu’il était plus cachotier dans le fond. La peur du rejet, la peur du dégoût. Non, c’était peut-être poussé la chose un peu loin. Mais le premier, oui. Il ne connaissait pas de relation vraiment stable de Rhil et lui-même n’était pas le meilleur des exemples. Jamais attaché, jamais amoureux. Mais assez con pour tourner autour du même mec sans pour autant aborder le sujet pendant dix ans. Offrant une épaule amicale lorsqu’il en avait besoin, jouer le garde-fou d’une replongée de Rhil dans l’Astre. Il pouvait le faire mille fois sans problème plutôt que de risque de perdre sa présence.

Il sourit poliment à l'autre qui lui parle de poésie et de ses parents. Pas qu'il ne désirait pas les rencontrer, au contraire. Ce n'était pas une question de sauter des étapes non plus. Mais si Rhil le faisait, il devrait le faire un jour ou l'autre pour les siens. Aucunement qu'il est honte de ses parents, il ne savait pas si Rhil était prêt à rencontrer la pluie de comètes que pouvait être sa mère lorsqu'elle était de bonne humeur. Ou un véritable ouragan. Avec sa chance, elle ne le mettrait pas trop dans l'embarras et ne ferait pas peur à Rhil. Quoiqu'il ne parierait pas sur ça. À voir si un jour cette rencontre se faisait, si Rhil allait se montrer assez poli pour lui dire t'es mignon, mais plus jamais ça. Pourtant, ses pensées disparaissent bien vite, il sent la poigne des doigts de Rhil sur sa taille. Il grondait sans pouvoir s'en empêcher, partagé entre douleur et désir rabroué depuis tant d'années. Non, la cruauté n'était pas sa came, la souffrance non plus, mais il avait l'envie sincère d'avoir l'empreinte du corps de Rhil sur lui.

Il n'avait pas le temps de penser à lui répondre, tout allait trop vite pour le médecin ou peut-être trop lentement. Dix putains d'années qu'il attendait que l'un d'eux porte ses couilles et embrasse l'autre. Quand il sent les lèvres de Rhil sur les siennes, c'est une délivrance, c'est une bulle de joie et de soulagement qu'il sent enfin exploser dans sa poitrine. Et non plus une grosseur gênante et informe bloquant sa respiration a chaque fois qu'il se trouvait dans la même pièce que Rhil. Il peut enfin tout sentir. Le goût du sang, du métal, la coupure de sa lèvre inférieure, les poils de sa barbe qui chatouillent la sienne. Instinctivement, il portait une main sur le bas de la mâchoire et sur la joue de Rhil. Il ne pouvait pas s'empêcher d'aimer ce qu'il sentait contre lui, toute timidité ou gêne envolée, ayant oublié où ils se trouvaient et la foule oppressante autour d'eux. Quelques regards peut-être, mais ce n'est pas comme si quelqu'un allait dire quoi que ce soit. Qu'ils aillent se faire foutre, il avait un peu trop attendu, au diable les « étapes » à suivre avec le rendez-vous, ou que diable encore. Il avait enfin ce qu'il voulait.

Il y avait de la douceur, peut-être trop. Son autre bras autour de lui, enroulant son dos. Sa main toujours posée sur sa joue. Ithan aimait la douceur, mais n'avait pas peur d'un peu plus d'action. C'est pour ça qu'il en demande plus aux lèvres à Rhil, il voulait être nourri de qu'ils couvaient tous les deux. Leur baiser se fait un peu plus intense pendant quelques instants, jusqu'à séparer ses lèvres des siennes alors qu'il capturait sa lèvre inférieure entre ses propres lèvres et surtout de ses dents pour le relâcher. Son regard qu'on dit déstabilisant par instant, parfois rieur et avec une pointe dont ne sait quoi qui dérange les plus sensibles des stellariens se plongeait dans celui de Rhil un bref instant. Si son bras se sépare de son dos, l'autre reste sur la joue de Rhil avant que l'astronome reçoive un baiser plus violent, presque à entrechoquer leurs dents pendant de longues secondes. Glissant enfin sa main dans la sienne, se séparant une deuxième fois avec la même énergie. Sans pour autant quitter ses côtés. « Come. Nous n'avons plus rien à faire ici. »
Plus rien à faire sous les regards des curieux en tout cas. Il lui jetait un clin d'œil, le visage d'Ithan à cet instant, avec quelque chose de presque enfantin, plein de joie tandis qu'il fendait la foule en compagnie de l'autre blond. Comme des sales gosses ayant fait une connerie fuyant les potentielles remontrances qui ne venaient pas. Non, ils étaient deux hommes adultes. Pourtant, Ithan avait le plus beau sourire au monde alors que Rhil ne devait pas le voir vu la manière dont il le traînait. Un endroit un peu isolé. Il voulait encore goûter les étoiles parsemées sur les lèvres de Rhil et il n'avait aucunement envie de partager ce privilège, avec qui que ce soit.
code by bat'phanie


He didn't just fall in love with him once. He falls in love with him every time he looks at him.
by wiise


MessageSujet: (#) Re: Accismus | Ithan + Rhil     

RÉPONSE RAPIDE