Un petit bonhomme bien pressé... [PV]
MessageSujet: (#) Un petit bonhomme bien pressé... [PV]     Mar 3 Juil - 10:08
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t734-urania-lane-trasam http://beyond-earth.forumactif.com/t741-urania-fille-des-etoiles
Messages : 55
Âge : 30 ans
Occupation : Ingénieur en aérospatiale (argus one)
Habitation : Columbiad
Arrivée : 21 mai 2227
Pseudo : Méropée
Bébé semblait ne pas vouloir sortir ce qui n’amusait pas vraiment Urania qui était pressée d’en finir. Si la grossesse était pour certaine femme un état des plus agréables, il n’en n’était rien pour la jeune ingénieure qui souffrait d’un peu près tous les maux relatifs à cette état ou presque. Urania n’avait qu’une hâte tenir son petit garçon dans ses bras, bien sur les nuits qui suivraient serait éprouvantes, mais rien n’était comparable à son mal de dos, ses jambes ankylosés, ses brûlures d’estomacs et cette fatigue sans fin. Le système de la flotte concernant la maternité n’était pas non plus des meilleures, on lui refusait de retourner au travail avant au moins une à deux semaines de repos, mais elle ne pourrait pas compter sur Darian pour la soutenir car il ne pouvait quitter son poste. Othilia avait beau être raisonnablement sage, la lupis n’avait qu’une hâte trouver une nourrice et retrouver son havre de paix : son travail. Certain pouvait la traiter de mauvaise mère cela ne la touchait pas, elle savait ce qu’il en était, elle adorait ses enfants, elle avait juste besoin d’un peu de temps pour ses projets et pour elle. Il était grand temps d’aller voir un médecin sur le Regina, si bébé ne voulait pas sortir, l’accouchement serait forcé deux jours après terme, c’était la procédure pour que le bébé ne devienne pas trop gros surtout qu’Urania était fort menue.

Othilia dans sa poussette, une tototte dans la bouche, Urania était assise sur le siège d’une navette de transport. Dans l’habitacle les gens ne se dérangeait pas pour la dévisager. Une femme enceinte sur la flotte c’était plutôt peu commun, mais une femme enceinte avec déjà un bambin, c’était rarissime. Urania n’était pas maquillée, c’était plutôt rare de sa part, elle était habituellement une femme toujours apprêtée et féminine, mais elle était trop épuisée dernièrement pour faire le moindre effort. Ses cheveux étaient attachés à la va vite en une queue de cheval et elle portait une robe grise, plus confortable que jolie, à ses pieds des baskets qu’elle avait troqué lors de l’australe ne supportant plus rien d’autre. Elle arriva enfin à la gare, un homme l’aida à descendre la poussette de sa fille et elle le remercia avec son sourire le plus enjôleur, malgré son humeur plutôt grincheuse. Elle vit avec plaisir l’homme rougir, ce qui la rassura un peu sur son allure. La femme enceinte poussa à peine une dizaine de mètre la poussette sur le quai, qu’elle ressentit une douleur dans le bas du ventre qui la plia en deux lui coupant le souffle. Elle tenta de respirer, elle reconnaissait la douleur, mais il était toujours possible que ce soit une fausse alerte ou alors le tout début du travail, ce qui dans ce cas-là lui laissait largement le temps d’arriver dans la zone médicale des accouchements. Pas la peine de paniquer, elle attrapa son terminal sous la poussette de sa fille quand une seconde contraction la fit lâcher l’objet. Ca ce n’était pas normale, les contractions étaient atrocement proche pour un début de travail, pour Othilia cela avait pris plus de 20 heure, mais peut-être que le petit gars était plus pressé lui. Elle chercha de l’aide du regard.



Mother of Othilia (18 month) and Lothair (1 month).
MessageSujet: (#) Re: Un petit bonhomme bien pressé... [PV]     Mar 17 Juil - 23:44
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t724-oluwadja-nillo-matumaini http://beyond-earth.forumactif.com/t726-oluwadja-nillo-uhusiano
Messages : 31
Âge : 34 ans
Occupation : Secouriste
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 13 août 2213
Pseudo : Adja
Avatar : Lupita Nyong'o
Comme souvent lorsqu’elle est en horaire de garde nocturne au Regina Mercy, afin d’agir en urgence sur les différents imprévus de la nuit, Oluwadja n’a pas vu ses douze heures de shift passer. Mieux, elle a – comme souvent – la sensation du devoir accompli. Elle a du surveiller l’état de deux extracteurs gravement blessés lors d’une sortie la veille. Si elle aime agir en tant que secouriste à l’affût de la moindre intervention, œuvrer sur le RM lui convient tout autant et lui permet parfois d’avoir une réelle implication suivie sur certains cas.

A chaque fois, c’est en quittant son poste qu’elle ressent une vague de fatigue la prendre. A croire que son corps fait office de la meilleure horloge qui soit pour lui dire qu’à cet instant précis, c’est à d’autres de prendre la relève pour qu’elle et ses compères de la nuit puissent se reposer. Machinalement, elle file sortir sa blouse et tout ce qui constitue sa tenue de travail, vêtue de son uniforme bleu marine, elle récupère son sac besace qu’elle glisse sur son épaule et s’assure sur son turban noir à grosses fleurs bleues et jaunes soit bien ajusté sur sa chevelure, de manière à contenir son épaisse tignasse quelque peu en arrière (c’est toujours plus pratique pour bosser !). D’un pas un peu las, elle se dirige vers l’une des navettes de transport, car elle a prévu de passer chez sa tante pour la journée, ce qui signifie dormir un peu chez celle-ci, avant de manger ensemble. Une habitude qu’elles ont toujours ponctuellement, de façon à avoir des nouvelles l’une de l’autre.

Arrivée à la gare, elle voit au loin les portes qui se referment, signe qu’une navette vient juste d’arriver et va très vite repartir. Mais elle n’a pas la force de courir. Un soupir quitte ses lèvres et elle se fait à l’idée d’attendre quelques minutes de plus. Par réflexe, elle jette un regard circulaire à ce qui l’entoure, sans trop forcément prendre le temps de s’attarder sur quoique ce soit. Elle remarque seulement la silhouette d’une jeune femme enceinte, déjà mère de famille à en croire la poussette devant elle. Si les grossesses sont ponctuelles, elles n’ont rien d’anormal, fort heureusement. Le fait d’avoir deux enfants, voilà qui est moins commun. La femme en question a son âge, ou peut-être moins, et rappelle ces beautés froides qui ont toujours émerveillés Adja. De longs cheveux blonds, une peau pâle… On s’émerveille souvent de ce qu’on n’a pas. Oluwadja détourne la tête rapidement, elle n’aime pas se faire trop observatrice, elle sait que ce n’est jamais bien agréable. Elle continue alors à avancer. Pour éviter de s’endormir et se remotiver un peu, elle se dit qu’elle écouterait bien un peu de musique. D’un geste, elle glisse sa main dans son sac, à la recherche de son terminal, quand un bruit attire son attention.

La poussette s’est arrêtée, et un terminal est maintenant au sol. Elle constate rapidement que la jeune femme semble aux prises d’une violente douleur. Et là, l’instinct de la secouriste ne fait qu’un tour. D’un pas rapide, elle s’approche de la jeune femme.

« Madame ? Quelque chose ne va pas ? » Elle ne appesantit pas de savoir si sa présence est bien vue ou non, elle ajoute : « Des contractions ? Vous en êtes à combien de mois ? »

Elle veut la soutenir d’un geste du bras et annonce, comme pour asseoir sa légitimité à intervenir : « Je me nomme Oluwadja Nillo, je suis secouriste sur le Regina. »

RÉPONSE RAPIDE