Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
  Le soleil se lève même après les nuits les plus sombres [May]
MessageSujet: (#) Le soleil se lève même après les nuits les plus sombres [May]     Lun 2 Juil - 0:40
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t798-qordis-starboy http://beyond-earth.forumactif.com/t803-qordis-did-the-keller-run-in-five-parsecs
Messages : 178
Âge : 44 ans
Occupation : Opérateur co-pilote
Habitation : Colossus 5 ; sur le vaisseau Canopus avec lequel il est arrivé
Arrivée : 2221
I got it from my Mama Pseudo : Frey
Avatar : Clifton Collins Jr
Tu t'étais mis d'accord avec l'idée de mourir. Ce n'était pas une sensation étrangère pour un pilote. Ce n'était peut-être pas réellement vrai. Tu ne t'étais que très rarement retrouvé dans une situation tellement irrécupérable que la mort te renvoyait ton regard, mais la fréquence avec laquelle cet échange pouvait avoir lieu n'était rien comparé au sentiment que l'on pouvait ressentir en cet instant. Le simple fait d'y goûter suffisait généralement pour toute une vie. Tu pouvais dire que tu l'avais assez goûté pour durer une dizaine de vies. Alors quand les nouvelles du Jeanne d'Arc avaient commencé à faire surface, tu ne pouvais pas dire que tu n'étais pas accoutumé au sentiment froid et rampant dans ton estomac, qui grattait tes entrailles de ses doigts crochus. Tu ne pouvais pas sincèrement prétendre que tu n'étais pas familier avec la peur abrutissante qui alourdissait ta langue sous ton palais.

La première fois que tu t'étais fait à l'idée de mourir, tes deux pieds étaient enfoncés sur le plancher du vaisseau et celui-ci opérait une manœuvre aussi stupide que dangereuse entre deux autres coureurs. Jusqu'ici, l'idée de mourir t'avait effleuré l'esprit mais ne s'y était jamais logée comme l'avait pu le faire en cet instant la sensation de tourner sans jamais pouvoir t'arrêter à gravité zéro. Lorsque tu paniquais, la première odeur qui assaillait tes narines, presque trop fort pour être supportable, était l'odeur de transpiration et de vieux cuir, suivi par celle d'huile de moteur que tu utilisais partout à l'époque où tu avais commencé les courses. L'attaque du Jeanne d'Arc avait été un coup sans en être un. En tant que co-pilote, tu t'étais retrouvé à plusieurs reprises dans le navire à la place à côté du navigateur. Tu connaissais le vieux vaisseau, tu avais même appris à l'aimer.

La brûlure de l'alcool te fit déglutir et tu fermais les yeux un instant tandis que tu suivais le parcours du liquide jusque dans ton ventre. Tu fixais le verre dorénavant vide avec insistance, espérant que celui-ci serait capable de purger toutes les peurs et les « et si » qui avaient germé dans ton esprit les derniers jours. Tu t'humectais les lèvres en faisant signe au tenancier de te resservir, acquiesçant distraitement sur ton moyen de paiement. Tu observais le contenu du verre un instant avant de te décider à le soulever et t'éloigner, un peu trop, il te fallu quelques pas pour bien te redresser et te diriger vers la silhouette qui te faisait de l’œil depuis un petit moment.

Avec un sourire trop grand, pas aussi sincère que celui que tu lui aurais offert habituellement, tu te glissais à ses côtés, veillant à ne jamais la toucher. Tu posais le verre entre vous deux et tu te frottais frénétiquement les yeux avec les deux mains, tirant un peu plus sur le col de ta veste d'uniforme, cherchant du bout des doigts les ouvertures de celle-ci pour t'aider à respirer. Un mal de tête latent et des difficultés à prendre des inspirations suffisantes par le nez laissaient sous entendre qu'il allait être nécessaire de passer dans les prochains jours dans une clinique ou subir des migraines et de la fièvre le temps que l'habituelle sinusite soit éradiquée par ton système immunitaire... ou se développe en quelque chose de moins réjouissant. « Hey May, un verre ? » Les yeux brillants et la difficulté qu'il te fallu pour te hisser proprement sur ton siège te firent grimacer et tu glissais tes mains au niveau de tes côtes sous ta veste pour y chercher un peu de chaleur.



I JUST REALLY LIKE STARS
I FEEL AS IF I AM ALSO A
STAR AS WELL
MessageSujet: (#) Re: Le soleil se lève même après les nuits les plus sombres [May]     Lun 2 Juil - 21:43
avatar
Messages : 52
Âge : trente-quatre ans, quelque chose comme ça. ça n'a pas d'importance.
Occupation : officiellement, elle est secouriste. officieusement, bras droit de willem et son réseau illégal.
Habitation : petite cabine du regina mercy trop étroite pour être partagée avec un byblien.
Arrivée : il y a quatre ans, c'est si frais et en même temps si peu dans sa vie.
Crédits : belispeak (avatar)

Ses derniers jours avaient été plus que mouvementés. Riches en émotions, en sensations qu'elle n'avait pas totalement maîtrisé et cette perte de contrôle était loin de lui plaire. May s'était toujours targué d'avoir sa vie entre ses deux mains, fermement maintenue : c'était elle qui décidait de ce qu'il s'y passait, elle n'était plus depuis longtemps passive. Victime du destin. Elle s'était reprise littéralement en main dans sa jeunesse et était bien trop fière pour accepter de perdre à nouveau le contrôle. Galina, puis Wilhem en avaient fait les frais après deux disputes qui s'étaient enchaînées presque ironiquement. Puis il y avait eu Jyreese, dont elle ne pensait pas recroiser la route : un fantôme de ses premières années de secourisme, sauvé puis incompris. Et le nuage de fumé qui entourait l'ex-prisonnier ne s'était pas encore totalement levé. Son agacement était en perpétuelle augmentation, se nourrissant des petites frustrations quotidiennes qui se mêlaient à celles plus sérieuses de ces derniers jours. Elle avait besoin de relâcher la pression, et pour ce faire, elle connaissait exactement le lieu pour : sa fidèle ruche. Le nom en était presque devenu ironique quand on savait à quel point l'endroit était devenu son petit territoire, sa cachette, sa ruche. Assise à sa table habituelle, celle au fond de la salle dans le coin le plus éloigné de la porte, elle observait les clients du bar : habitués, nouvelles têtes, rien ne semblait lui échapper. Et c'était bien là la seule raison pour laquelle cette table était devenue sa favorite : elle lui permettait d'avoir une vue d'ensemble sur la ruche.

À son arrivée lorsqu'elle avait cherché un endroit où étancher sa soif, ses réflexes de merrywoman avaient pris le dessus sur ceux de la nouvelle stellarienne qu'elle était devenue. Alors ses yeux s'étaient posés sur cette table, qui ne comportait pas vraiment d'angle mort : elle avait fonctionné à l'instinct de survie, comme si elle se trouvait encore sur Merry Fields ou sur Keller. Aujourd'hui, la raison de son choix semblait ridicule lorsqu'on connaissait le pourcentage de délinquance de la flotte et qu'on le comparait à celui de Keller. Mais elle avait gardé cette habitude qui n'avait pas lieu d'être. Et comme toujours, elle y était assise, un verre de vin sur la table. Lorsque Qordis vint s'assoir à sa table, May ne broncha pas et continua même d'observer un moment le reste de la salle profitant des dernières secondes de quiétude qu'elle était venue chercher ici avant qu'il n'entame la conversation. De sa chaise, elle pouvait sentir l'odeur de l'alcool blanc dont était friand le pilote : il n'était pas à son premier verre, le nombre exact lui était cependant inconnu. Hey May, un verre ? ce à quoi un rire moqueur lui échappa, ses sourcils s'arquant dans une fausse expression surprise. Est-ce que j'ai vraiment le choix ? demanda-t-elle sans attendre de réponse, celle-ci se trouvant déjà dans la présence du brun à ses côtés sans qu'elle n'ait eu le temps de protester. Ou l'occasion. Mais elle secoua la tête négativement tout de même, décidant d'arrêter sa pseudo mauvaise humeur. J'ai déjà de quoi faire. lui fit-elle remarquer en levant son verre à pied avant d'en prendre une gorgée. Elle le reposa en s'humectant les lèvres avant d'enfin daigner regarder Qordis. Qu'est-ce qui t'emmènes ? lui demanda-t-elle, sans passer par quatre chemins. La dynamique de leur amitié était telle qu'il ne venait que rarement la voir sans une idée (une demande, en vérité) derrière la tête. Demande à laquelle elle disait rarement non, surement parce qu'il était de Keller lui aussi et que sur la flotte aussi surprenant cela pouvait-il paraître on se serrait les coudes entre kellaris.

La Ruche, 1 juillet 2227.
May parle en 993333





EVERYONE I KNOW GOES AWAY IN THE END
☾☾ AND YOU CAN HAVE IT ALL MY EMPIRE OF DUST ☾☾
MessageSujet: (#) Re: Le soleil se lève même après les nuits les plus sombres [May]     Ven 6 Juil - 16:43
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t798-qordis-starboy http://beyond-earth.forumactif.com/t803-qordis-did-the-keller-run-in-five-parsecs
Messages : 178
Âge : 44 ans
Occupation : Opérateur co-pilote
Habitation : Colossus 5 ; sur le vaisseau Canopus avec lequel il est arrivé
Arrivée : 2221
I got it from my Mama Pseudo : Frey
Avatar : Clifton Collins Jr
On repérait aisément à l'attitude et aux postures ceux qui étaient sur la flotte depuis longtemps et ceux qui avaient connu un ailleurs. Une méfiance exacerbée, une tension entre les épaules, des regards en coin et un besoin de toujours chercher une sortie, un moyen d'esquive et un point de surveillance. Tu te souvenais de la gamine qu'était May sur Keller – et pour toi, May restait une enfant, dans sa forme comme dans sa vision du monde. Une sauvageonne que tu n'aurais jamais cherché à apprivoiser. La flotte t'avait longtemps rendu mou et il avait fallu que tu retournes plusieurs fois sur Keller pour reprendre les quelques réflexes que tu y avais adopté. On t'avait depuis signalé en ricanant qu'il était inutile d'autant s'inquiéter en entrant dans un bar et de cesser de jeter autant de coups d'oeil derrière soi sous peine de croire qu'il était plus occupé à regarder des choses peu légales sur son terminal. « Est-ce que j'ai vraiment le choix ? » Tu te contentais de sourire alors que tu prenais toi même tes aises. Tu ne lançais qu'un bref regard par dessus ton épaule, surtout destiné à voir où se trouvait le propriétaire des lieux avant de retourner toute ton attention sur la secouriste. Tu avais une ardoise assez conséquente à la Ruche et la seule raison pour laquelle tu n'étais tout simplement pas persona non grata était ton habitude de rembourser régulièrement Crius. Cependant, ce n'était pas le jour où tu pourras t'acquitter de ta dette auprès de l'ancien kellari, tu avais d'autres dettes plus urgentes à régler. « J'ai déjà de quoi faire. » Tu souriais, ravi de ne pas avoir à te relever pour aller commander quelque chose pour la jeune femme. La question était de toute façon assez rhétorique, si May avait besoin de quelque chose, tu ne comptais pas sur le fait qu'elle te le demande. Tu attrapais alors le verre que tu avais posé entre vous deux pour prendre plusieurs gorgées, attendant que la jeune femme daigne tourner son regard vers toi. L'attitude de May te rappelait parfois celle de petites frappes qui avaient gagné du galon, une suffisance et une attitude qui puait la peur, une façon de se démarquer des autres en n'accordant de l'importance que selon son bon vouloir.

La dynamique de votre relation ne pouvait de toute façon pas réellement être qualifiée d'amitié, mais tu ne t'en inquiétais guère. Le fait était que May et toi n'aviaient jamais cherché à améliorer votre façon de vous comporter, vous basant chacun sur vos habitudes pour vous rassurer et votre attitude extérieure n'était qu'un reflet de vos propres problèmes. « Qu'est-ce qui t'amènes ? » Tu passais ta main entre tes deux yeux, appuyant fermement sur tes sinus pour atténuer la douleur dans un geste vain mais rassurant. Il te fallu quelques inspirations pour calmer le souffle court qui commençait à prendre place avec ton trop plein d'alcool et l'infection. Tu repris une gorgée de ta boisson, espérant anesthésier la douleur dans le bourdonnement de l'ébriété. « Rien qui ne change de d'habitude. J'ai besoin de crédits. » Inutile de passer par quatre chemins avec May, tu préférais tout comme elle aller directement aux raisons de ta venue. Tu fermais compulsivement les yeux pour les rouvrir et tu lui offrais un sourire, t'appuyant sur la table avec le coude et posant ton menton dans ta main. « C'est un peu urgent, pour ça que je viens vers toi. »



I JUST REALLY LIKE STARS
I FEEL AS IF I AM ALSO A
STAR AS WELL
MessageSujet: (#) Re: Le soleil se lève même après les nuits les plus sombres [May]     Jeu 12 Juil - 19:19
avatar
Messages : 52
Âge : trente-quatre ans, quelque chose comme ça. ça n'a pas d'importance.
Occupation : officiellement, elle est secouriste. officieusement, bras droit de willem et son réseau illégal.
Habitation : petite cabine du regina mercy trop étroite pour être partagée avec un byblien.
Arrivée : il y a quatre ans, c'est si frais et en même temps si peu dans sa vie.
Crédits : belispeak (avatar)

Elle pouvait presque déjà entendre la voix de Qordis lui demander des crédits. Parce que c'est souvent le cas, mais le lui avouer aurait quelque chose de malsain. Loin d'elle l'idée d'installer une habitude entre eux, que le fait qu'il vienne la voir soit une solution de facilité, un service plus qu'un dernier recours alors elle attend sa réponse. Presque impatiente. Elle voit bien que quelque chose cloche, le gêne mais elle ne parvient pas à savoir quoi : a-t-il simplement déjà trop abusé d'alcool ? La secouriste en doute, quelque part, se souvenant de l'avoir vu dans un plus piètre état à une heure bien plus tardive. Non. C'est autre chose, plus physique. Elle l'observe se pincer l'arrête du nez dans une grimace qui ne lui est pas peu familière et c'est sa position de secouriste qui parle quand elle pense que le kellaris a des problèmes de santé. Une migraine peut-être, mais dans ce cas l'alcool n'était pas franchement la meilleure des solutions au contraire : il risquait de le déshydrater et augmenter son mal de tête. Alors elle soupire, las de voir les gens autour d'elle agir comme des enfants (ou des ignorants). Elle ne dit pas un mot pourtant, parce qu'elle n'est pas sa mère à Qordis et qu'elle a autre chose à faire que de courir après lui pour qu'il aille voir un médecin.

Ils se connaissent depuis trop longtemps pour qu'il lui fasse le déplaisir de tourner autour du pot. Au contraire, il va droit au but arrachant à May un maigre sourire satisfait.  « Rien qui ne change de d'habitude. J'ai besoin de crédits. » Tiens. Elle s'en doutait et ses sourcils se haussent dans une grimace qui transpire sa réaction quelque peu satisfaisante. Un genre de Sans blague ? silencieux qui l'aurait presque fait rire si elle n'avait pas eu envie de se poser plus que de faire affaire ce soir. La suite lui arrache un sourire, trouvant la position que venait de prendre le brun bien trop innocente pour ce qu'il faisait actuellement : lui demander de le sortir d'une mauvaise passe, surement parce qu'il ne savait pas gérer ses envies que May voyait comme des faiblesses. « C'est un peu urgent, pour ça que je viens vers toi. » un soupire faussement amusé lui échappe tandis qu'elle prend une gorgée de son vin, avant de reposer le verre à pied sur la table devant elle. Je m'en doute. lui répondit-elle, le ton coloré de sarcasme. Il venait rarement la voir en première, préférant surement emprunter de l'argent à des amis proches, de vrais compagnons, plutôt que May. Ce qu'elle avait toujours compris sans pour autant le questionner : elle comprenait qu'en vivant derrière des barrières qu'elle avait elle-même érigé, peu de personnes la considéraient vraiment comme une véritable amie. Il te faut combien ? finit-elle par demander, sans s'inquiéter de savoir pourquoi Qordis avait tant besoin d'argent ce soir. Elle ne le lui demandait jamais car même si sa curiosité la démangeait, c'était une question de bon sens. Moins elle en savait, mieux c'était. De même pour Qordis qui ne lui demandait pas d'où elle sortait les sommes qu'il lui demandait avec autant de facilité. Chacun restait sur son territoire par sécurité. J'ai peut-être un boulot pour toi, si tu es libre samedi soir. dit-elle en faisant tourner son verre sur la table, d'apparence distraite et détendue. Rien de sûr, tout dépendrait de ce qu'il lui demanderait et de si elle jugerait que le travail en retour serait suffisant pour couvrir l'emprunt.

La Ruche, 1 juillet 2227.
May parle en 993333





EVERYONE I KNOW GOES AWAY IN THE END
☾☾ AND YOU CAN HAVE IT ALL MY EMPIRE OF DUST ☾☾
MessageSujet: (#) Re: Le soleil se lève même après les nuits les plus sombres [May]     Sam 14 Juil - 23:09
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t798-qordis-starboy http://beyond-earth.forumactif.com/t803-qordis-did-the-keller-run-in-five-parsecs
Messages : 178
Âge : 44 ans
Occupation : Opérateur co-pilote
Habitation : Colossus 5 ; sur le vaisseau Canopus avec lequel il est arrivé
Arrivée : 2221
I got it from my Mama Pseudo : Frey
Avatar : Clifton Collins Jr
Les mimiques de May t'arrachent un sourire et tu accompagnes le sien, ta risette ne cessant d'augmenter au fur et à mesure des mimiques de la jeune femme. Certains pourraient penser que tu y voyais déjà une victoire, mais tu ne pouvais répondre aux plaisirs des autres que par le tien propre. Tes yeux s’étrécirent d'une joie que tu ne parvenais pas tout à fait à contenir et tu sentais une chaleur se frayer un chemin dans tes tripes. « Je m'en doute. » Avec dérision, tu haussais les épaules, les deux paumes levées vers le ciel l'air de dire qu'y puis-je. Le ton, l'attitude, rien ne t'atteint et tu laissais couler paisiblement le léger reproche que tu pouvais sentir. La chaleur est retombée, mais elle a permis de mettre de côté, ne serait-ce que quelques instants, la douleur qui te tiraillait les sinus. « Il te faut combien ? » Tu te raclais la gorge, te passant la main au niveau du coup pour remonter sur ta nuque. « 600 crédits. » Tu te sentais obligé de rajouter après quelques secondes : « Pour l'instant. »

En tant que pilote de course sur Keller, tu avais brassé de formidables sommes, qui ne t'étaient pas toujours revenue ; il fallait payer le vaisseau, le carburant, les modifications et les réparations, mais également l'entreprise, les sponsors, éponger tes dettes et celles de ta mère qui te suivaient malgré sa mort. Tu avais toujours vécu ta vie d'adulte au milieu d'argent qui ne t'appartenait pas réellement, passant entre tes mains avant de disparaître dans la poche d'un autre. Tu te plaisais à imaginer que ce serait toujours comme ça et qu'il n'y avait aucune raison de s'inquiéter, les crédits finiraient toujours par retrouver leur chemin jusqu'à ta poche et qu'en attendant il était juste nécessaire de prendre ton mal en patience. Tu ne pouvais pas uniquement perdre.

« J'ai peut-être un boulot pour toi, si tu es libre samedi soir. » Tu te redressais, les yeux papillonnant, acquiesçant par réflexe, rapidement, essayant de montrer plus de volonté que tu n'en ressentais réellement l'envie. « Je t'écoute, May. » Tu extirpais de ta poche ton terminal et tu lui tapotais plusieurs fois dessus pour le sortir de la veille forcée dans laquelle tu l'avais mise. Tu ne pouvais t'empêcher de penser à propos de ton terminal en termes exclusivement féminins. Tu considérais que, comme tous les vaisseaux que tu avais piloté, Charlie avait son âme propre qui méritait autant d'attention et de respect que tout être vivant. « Hey, Charlie. » Tu ne pus empêcher le ravissement de poindre dans ta voix lorsque l'interface s'allumait et que l'IA pris le temps de te répondre avant de te signaler que tu avais plusieurs messages en attente. Tu parcourais rapidement de l'index la liste de ceux-ci, nerveusement, observant les rappels d'un air plus circonspect, mais également les propositions de jeu et les invitations de collègue à aller boire un coup. « Tu me sauves la mise, May. »



I JUST REALLY LIKE STARS
I FEEL AS IF I AM ALSO A
STAR AS WELL
MessageSujet: (#) Re: Le soleil se lève même après les nuits les plus sombres [May]     Ven 10 Aoû - 21:08
avatar
Messages : 52
Âge : trente-quatre ans, quelque chose comme ça. ça n'a pas d'importance.
Occupation : officiellement, elle est secouriste. officieusement, bras droit de willem et son réseau illégal.
Habitation : petite cabine du regina mercy trop étroite pour être partagée avec un byblien.
Arrivée : il y a quatre ans, c'est si frais et en même temps si peu dans sa vie.
Crédits : belispeak (avatar)

600 crédits. C'était pas rien. C'était le salaire moyen d'un technicien de surface sur la flotte, vingt crédits par jour pendant un mois. Mais elle pouvait les lui avoir. May ne roulait pas sur l'or, mais elle avait ses contacts, toutes les personnes qui lui devaient de l'argent. Sans doute qu'elle pourrait lui faire un virement d'ici quelques jours à peine... contre un coup de main. On avait jamais rien sans rien, sur la flotte comme sur Keller. Et c'était surement encore vrai sur la Terre même si elle n'y avait jamais mis les pieds. Et de savoir qu'elle peut lui filer le salaire mensuel d'un autre, ça lui confère un certain pouvoir qu'elle apprécie. Parce que même si marcher sur les autres, elle ne l'a jamais aimé (s'étant elle même faites trop souvent piétinée avoir l'avantage était toujours plaisant. Ami ou non, c'était une sensation que May cherchait à avoir. Toujours. Comme pour se rassurer de ne jamais plus tomber dans l'enfer de l'esclavage et de l'exploitation pure et dure. Alors elle hoche doucement la tête lorsqu'il émet le montant, à peine choquée de la somme qu'il lui demande. C'est le pour l'instant qui la chiffonne et si elle ne dit rien pour le moment, elle ne l'oublie pas pour autant. Puis il a l'audace de dévier son attention vers son terminal, et même s'il la remercie entre les lignes par avance rien n'est encore signé. Elle pourrait très bien revenir sur ses mots, à tout moment et ça il semble l'avoir oublié se pensant certainement déjà sauvé.

Pose ton terminal, on a pas terminé. qu'elle lui dit presque sèchement. Elle a beau avoir ses arrières et apprécier sa compagnie lorsqu'il était question d'affaire May revêtait un air bien plus sérieux et intransigeant. Dans le milieu, on était fort ou on était rien. Alors elle avait appris à se faire écouter. Je t'ai dis que je pouvais peut-être, pas que je le ferais. puis elle prend le temps de monter le verre qu'elle tient jusqu'à ses lèvres dans un hochement d'épaules qui se veut détaché. Rien n'est signé. c'est le message qu'elle lui envoie très clairement dans un énième gorgée. Puis elle repose son verre, bloquant le pied de ce dernier entre son index et son majeur pour en faire tourner distraitement le contenu. Un air qu'elle se donne plus qu'un véritable état, sa concentration est bien là car sur le point de faire affaire. Samedi soir, y'aura un match. J'veux que t'y aille pour superviser les paris. pas besoin de préciser le sport, déjà parce qu'il n'est pas légal et que ce serait stupide qu'on les entende de parler de ça ici, mais aussi parce qu'elle ne s'intéresse en business qu'aux combats illégaux. Tu récupères les noms, les montants. Tu suis le match, puis tu viens me voir dans ma cabine. et elle rajoute, aussi las que possible pour dédramatiser le service délicat qu'elle lui propose C'est pas grand chose, t'as vu ? May remonte son regard de son verre jusqu'aux yeux de Qordis, lui offrant un petit sourire satisfait. Je te filerais les crédits en échange. qu'elle lui dit pour finir, avant de lever son verre vers le sien dans l'attente qu'il vienne tchiner avec elle. Deal ? À prendre ou à laisser.

La Ruche, 1 juillet 2227.
May parle en 993333





EVERYONE I KNOW GOES AWAY IN THE END
☾☾ AND YOU CAN HAVE IT ALL MY EMPIRE OF DUST ☾☾
MessageSujet: (#) Re: Le soleil se lève même après les nuits les plus sombres [May]     Sam 18 Aoû - 11:19
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t798-qordis-starboy http://beyond-earth.forumactif.com/t803-qordis-did-the-keller-run-in-five-parsecs
Messages : 178
Âge : 44 ans
Occupation : Opérateur co-pilote
Habitation : Colossus 5 ; sur le vaisseau Canopus avec lequel il est arrivé
Arrivée : 2221
I got it from my Mama Pseudo : Frey
Avatar : Clifton Collins Jr
« Pose ton terminal, on a pas terminé. » L'injonction autant que le ton de ta voix te font obéir immédiatement et tu poses ton terminal sur la table entre vous sans même lui accorder un autre regard, le dos droit. Tes yeux te piquent, tu sens que la fièvre va te faire rapidement piquer du nez, mais tu essaies de garder bonne figure et tu prêtes à May toute l'attention que tu es capable de tenir. « Yep. » Tu ne t'excuses pas, tu ne considères pas que cela soit nécessaire et tu n'es pas certain qu'un « pardon » ait des répercussions positives. « Je t'ai dit que je pouvais peut-être, pas que je le ferais. » Tu clignes des yeux, sentant une pointe de nervosité t'envahir. Tu avais besoin de cet argent et rapidement. Ces simples paroles étaient la plus efficace des douches froides.

« Samedi soir, y'aura un match. J'veux que t'y aille pour superviser les paris. » Tu grimaces. Le boulot est d'autant plus tordu qu'en plus d'être illégal, il t'empêche de toi même participer. Tu ne vas pas régulièrement aux combats illégaux, mais lorsque tu t'y rends, c'est moins pour l'amour du sport que pour l'argent que tu peux te faire. Te faire endosser ce rôle est autant un moyen de te coincer que t'obliger à prendre sur toi. Cette demande est pour toi un supplice et tu cesses un instant de vouloir sourire. Il faut cependant te rendre à l'évidence, personne n'acceptera de te prêter autant d'argent en aussi peu de temps, même en allant voir plusieurs personnes pour réclamer ou supplier. « Tu récupères les noms, les montants. Tu suis le match, puis tu viens me voir dans ma cabine. » Tu ne sais pas si c'est le stress ou la fatigue, mais tu sens la douleur qui s'accroît au niveau de ton crâne et tu fermes un instant les yeux, les sourcils froncés comme pour enfermer la douleur dans un seul point. « C'est pas grand chose, t'as vu ? » Protester ou la reprendre était la dernière chose que tu pouvais te permettre maintenant. Même si les opérateurs n'étaient que rarement considérés comme de vrais militaires, vous restiez formés et dévoués à la sécurité des Stellariens et cela impliquait de ne pas encourager toutes formes illégales de distractions.

Tu as l'impression d'avoir avalé un citron. Le self-control que tu allais devoir déployer était très certainement au dessus de tes forces. Tu n'étais pas connu pour ta capacité à te restreindre – ce qui était la source principale de tes problèmes - ni t’inquiéter réellement des conséquences de tes actes, mais tu voyais beaucoup de failles dans ce que te proposais May. « Deal ? » Tu prends une longue inspiration par la bouche, ton nez trop pris pour te le permettre et tu relâches le tout dans un semblant de sourire. Tu lui refais face, le regard toujours trouble, mais tu tentes de dégager une attitude plus certaine que celle que tu as montré quelques instants plus tôt. « Ouais, deal, merci. » Tu te forces à sourire et, progressivement, celui-ci reprend plus naturellement sa place. Pourquoi t'inquiéter, les étoiles veillent sur toi comme elles l'ont toujours fait. Cette fois-ci, c'était peut-être loin de leur influence mais tu ne doutais pas d'elles, jamais. Tu lèves à ton tour ton verre vers le sien pour trinquer et sceller votre accord. Tu t'enfiles d'un coup ce qui reste et tu déglutis en lançant un regard vers le reste de la salle. « Quelle heure ? Même endroit ? »



I JUST REALLY LIKE STARS
I FEEL AS IF I AM ALSO A
STAR AS WELL
MessageSujet: (#) Re: Le soleil se lève même après les nuits les plus sombres [May]     Mer 19 Sep - 21:52
avatar
Messages : 52
Âge : trente-quatre ans, quelque chose comme ça. ça n'a pas d'importance.
Occupation : officiellement, elle est secouriste. officieusement, bras droit de willem et son réseau illégal.
Habitation : petite cabine du regina mercy trop étroite pour être partagée avec un byblien.
Arrivée : il y a quatre ans, c'est si frais et en même temps si peu dans sa vie.
Crédits : belispeak (avatar)

C'est délicat. Déjà parce qu'en soi superviser des paris illégaux n'est pas forcément une activité plaisante ou sûre, mais aussi parce que celui à qui elle le demande est un joueur. Un grand joueur. De ceux qui jouent trop et ne savent pas s'arrêter (sinon, il ne viendrait pas la voir aussi souvent). C'est autant vouer à l'échec qu'au succès, et ça ne la dérange pas tant que ça. Car au fond, ça ne lui retombera pas sur les épaules à elle mais sur celles de Qordis. Wilhelm serait furieux un temps avant de diriger sa colère et sa frustration vers le dépensier notable : May serait alors safe pour quelques temps encore. C'est pas glorieux, mais c'est une sécurité. Quand elle lève le verre, elle voit bien que le brun n'est pas totalement convaincu. Après tout, il avait grimacé plusieurs fois lorsqu'elle lui avait proposé son plan et si elle ne s'en était pas formalisé May retenait cependant qu'il n'était pas totalement convaincu par sa proposition.

Mais il n'avait pas vraiment le choix.

Alors elle attend le bras levé qu'il signe d'un tintement de verre le contrat oral qu'elle lui donne. Qu'il lui vende son âme l'espace d'une soirée qui pourrait (si elle tournait mal) changer le reste de sa vie. Pourtant elle lui présentait ça comme un service, pas grand chose sans aucun scrupule. Elle n'avait pas le temps de se faire du soucis pour lui. Ouais, deal, merci. et ils trinquent dans un sourire (rare) satisfait de May qui finit tout comme son vis-à-vis le verre qu'elle tient dans les mains d'un coup. L'alcool lui brûle à peine la gorge, alors qu'elle attrape son terminal pour vérifier l'heure déjà trop tardive par rapport à ce qu'elle avait décidé avant de venir s'enfoncer dans La Ruche. Quelle heure ? Même endroit ? sans défaire son regard de son terminal, l'ancienne pirate secoua négativement la tête. Nope. se contenta-t-elle de dire d'abord, avant de verrouiller son terminal et de reposer son regard sur Qordis qui ne l'avait pas écoutée. Ma cabine. dit-elle plus concentrée et plus gravement. Samedi soir, 23h30, soit à l'heure. finit-elle par expliquer avant de rajouter. Je te filerais l'endroit et l'heure du match plus tard dans la semaine, pas besoin de me chercher je viendrais à toi. puis elle se leva sans chercher à plus discuter avec Qordis. Il se faisait tard. A plus Qordis. qu'elle le salua finalement dans un sourire plus amical, car Qordis n'était pas seulement un client c'était aussi une figure amicale, un type bien malgré ses mauvais penchants.

La Ruche, 1 juillet 2227.
May parle en 993333





EVERYONE I KNOW GOES AWAY IN THE END
☾☾ AND YOU CAN HAVE IT ALL MY EMPIRE OF DUST ☾☾
MessageSujet: (#) Re: Le soleil se lève même après les nuits les plus sombres [May]     

RÉPONSE RAPIDE