Do you remember? - Nova
MessageSujet: (#) Do you remember? - Nova     Ven 29 Juin - 19:12
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t787-zeck-rivers#7074
Messages : 30
Âge : 36 ans
Occupation : Instructeur en pilotage
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2216 officiellement, il a longtemps tourné autour de la flotte pour aider avec son vaisseau
Avatar : Miguel Gomez
Crédits : Lilie
De repos et, en journée, Zeck avait toujours une certaine tendance à l'ennui profond. Le soir, notre homme trouvait toujours comment s'occuper, principalement en traînant dans toutes sortes de bars, profitant tant de l'ambiance, que de la musique, que de l'alcool. Selon son oncle, la bière était le meilleur moyen de passer une bonne soirée, faire des rencontres et se créer les meilleurs des souvenirs. Contrairement à ce que cette affirmation pouvait laisser présager, il n'évoquait pas là, de quelconques rencontres qui se finissaient dans une étreinte charnelle et à moitié passionnée. Non, pour lui, ce genre d'endroits était le cœur de l'humanité. Il pouvait y avoir des débordements, certes, lorsque l'alcool montait un peu trop, mais si l'on voulait festoyer, se libérer la tête ou tout simplement ne pas rester seul, il n'y avait jamais eu de meilleur endroit pour lui. Alors, suivant les conseils de son oncle, le pilote avait toujours passé une grande partie de ses soirées là-bas et, force était de constater que le vieil homme avait raison, comme à son habitude. Après-tout, n'était-ce pas lui qui lui avait tout appris ? Le métier, le pilotage ou même à se défendre ? Oui. Les yeux fermés, Zeck lui aurait fait confiance.

Cependant voilà, bien que les soirées avaient des activités toutes trouvées, les après-midi, elles, étaient bien moins agitées. De temps à autres, comme en ce jour, Zeck n'avait pas de cours à dispenser et ce, même en semaine. Chose qui signifiait que l'écrasante majorité de ses connaissances eux, travaillaient, ne le plongeant que plus encore dans l'ennui total. N'étant pas du genre à rester chez lui à ne rien faire, le kellari s'était mis en tête d'aller sur Helios. Après tout, quitte à ne rien faire, autant prendre l'air et profiter d'un semblant d'atmosphère. Il n'avait malheureusement pas vraiment eu le temps de visiter la Terre, se contentant de bref passages, à chacune de ses visites, effectuant son travail et déguerpissant le plus vite possible afin de ne pas se faire attraper. Malgré cette méconnaissance de l'endroit et, le manque de souvenirs qui pouvait y être lié, il y avait comme un sentiment de … Nostalgie, à chaque fois que l'homme s'y rendait. Il n'avait jamais vraiment su dire pourquoi. Peut-être était-ce dû aux histoires que sa mère lui racontait sur les vastes étendues qui avaient pu sillonner cette planète ? Peut-être encore à cause de quelques vidéos qu'il avait pu entrapercevoir ? Ou peut-être, tout simplement, que c'était là, quelque-part, bien caché au fond de lui. Quelque chose qui le rattachait au berceau de l'humanité. Que ce soit les gènes ou je ne sais quoi, mais quelque chose qui pouvait le faire frissonner à chaque fois qu'il voyait l'intérieur de ce vaisseau. Malheureusement, il n'y avait pas que de bons côtés à visiter cet endroit, non. Son genoux droit, amoché lors de son tout dernier passage sur Terre, avant de mettre ses compétences et son vaisseau du bon côté, le faisait souffrir. Pas au point de se taper la tête contre les murs non, mais, la douleur s'accentuait. Clopinant habituellement en grimaçant de temps à autres, là, la douleur devenait aiguë, tant et si bien qu'il ne pouvait marcher bien longtemps. Un sentiment étrange mais, pouvoir admirer ce lieu n'avait aucun prix, il y avait quelque chose d’apaisant, qui aurait très certainement plu à sa mère.

Malgré ce décor de rêve, il ne fallut pas bien longtemps à Zeck pour que l'ennui devienne mortel. Allongé là, dans l'herbe à regarder le ciel, les interminables soupirs commencèrent à se faire entendre après une dizaine de minutes seulement. Les agitations cinq minutes plus tard, puis, une poignée de minutes plus tard, un départ, entièrement façonné d'un ras-le-bol parfaitement visible. Rien faire lui était tout simplement impossible. Lui qui ne lisait pas des masses ne pouvait guère apporter grand chose pour se détendre dans ce genre de lieux. Grimaçant en reprenant la route, notre homme repris la route, dépité, en direction de la navette, passant près d'un buisson et, contre toute attente, l'arbuste semblait posséder une jambe. Jambe qui, comme animée par la destiné, sembla se placer pile sur la route de l'éclopée. Lui, bien sûr, ne pouvait faire attention à une telle erreur de la nature et, fatalement, se fit avoir et tomba lourdement dans le dit buisson, cognant au passage un corps. Corps animé, n'ayez crainte. Se rattrapant comme il put pour ne pas blesser cette silhouette qu'il entraperçu, Zeck envoya une main à côté de celle-ci, se l'écorchant au passage, mais aussi son genoux qui, vous vous en douterez, lui arracha une grimace sévère ainsi qu'un petit florilège de grossièretés que, ne vous épargnerai. Contrairement à ce qu'un observateur pourrait imaginer, la liste de noms d'oiseaux évoqués par l'homme en colère n'étaient guère destinée à ce qui l'avait fait tomber, mais contre lui, d'une certaine manière, mais aussi contre cette douleur.

Se relevant difficilement, continuant à marmonner des mots peu poétique, Zeck continua d'afficher une grimace ignoble, pour finalement se frotter nerveusement le genoux douloureux. Renifflant lourdement en haussant un sourcil, l'homme finit par tendre une main vers la fameuse silhouette, qui, en y regardant de plus près semblait féminine et, à première vue, loin d'être une erreur de la nature. « Hey m'dame, z'allez bien ? J'suis désolé hein, j'm'attendais pas à c'qu'vot'jambe dépasse d'par là. J'me suis massacré p'tain. » Grognant à nouveau contre la douleur qui n'avait guère l'intention de cesser de l'étreindre, le même sourcil se haussa de plus belle lorsqu'il aperçu enfin son visage. Plissant les yeux, ces traits semblaient lui dire quelque chose. Alors, déjà, il n'y avait aucun doute sur le fait qu'elle soit une erreur de la nature, contrairement à ce que la jambe sortant du buisson pouvait laisser présager mais, elle était surtout une très belle femme. Une de celles que l'on ne pouvait oublier, d'ailleurs. Un comble, n'est-ce pas ? Une personne inoubliable que l'on finissait par oublier. Fronçant cette fois-ci les sourcils en plissant légèrement les yeux, tout en faisant appel à tout son esprit, Zeck resta un moment immobile, presque ailleurs, avant que la vérité ne vienne enfin le frapper. Cette femme-là, il l'avait rencontrée dans un bar, quelques jours auparavant. Ils avaient bu bu les deux, ah ça. Il ne lui dit pas, certes car, la chose pouvait être mal interprétée mais, à la voir comme ça, toute gentille toute mignonne, toute fringante, il n'aurait jamais imaginé qu'elle puisse avoir une telle descente. Chapeau. Les détails de la soirée étaient quelques peu obscurs, ne revoyant que quelques bribes de leur conversation, quelques flashs, de temps à autres. Rien de bien glorieux. Son nom, cependant, il s'en rappelait, comment l'oublier ? Pour les petits malins du fond, ne vous faites pas de fausses idées. Il n'en était pas tombé fou amoureux, ou une connerie comme ça. Non, au sein des instructeurs en pilotage, cette jeune femme était une légende. Dans le mauvais sens, la pire personne à qui ils n'aient jamais enseignés. Une claque sur son propre front, pour se punir de sa stupidité et de son manque de mémoire, fut très vite rattrapé par un petit rire amusé. « J'vous r'connais vous. M'dame la Légende, Nova, comment j'ai pu zapper hein ? Ahaha ! C'quon s'était mis la dernière fois, tu m'étonnes que j'ai des trous d'mémoire. Maint'nant qu'j'y pense, m'aviez dit qu'vous faisiez un truc avec … J'sais plus, les plantes, les fruits ou j'sais pas quoi. J'avais complètement mis d'côté tout ça. Ça explique des choses …. Mais, dites, qu'est-ce'vous foutez là-d'dans hein ? » Fronçant de nouveau les sourcils, une évidence lui vint en tête, chose qui le fit doucement rire. « Hey, dites, j'parle et tout mais … Vous vous rap'lez d'moi d'ailleurs ? Ou z'aviez trop chargé au final ? »
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     Jeu 5 Juil - 16:14
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t411-nova-aldren http://beyond-earth.forumactif.com/t417-supernova
Messages : 305
Âge : 26 ans
Occupation : Maraîchère
Habitation : Columbiad
Pseudo : Biss
Avatar : Stella Maeve
Crédits : Shiya (avatar) WickersJulia (gif)
S’il y avait bien une chose qui fascinait la jeune Nova, c’était la terre. La terre dans tous ses sens. Aussi bien cette bonne vieille planète Terre, cette sphère bleue suspendue à des années-lumière de là, aujourd’hui inaccessible même si elle avait vu le début de leur aventure, que la terre artificiellement nourrie et enrichie pour faire pousser tout ce que les Stellariens mangeaient. Aussi loin qu’elle puisse s’en souvenir, la nature et sa capacité à faire grandir des choses avaient toujours fait forte impression sur la gamine qu’elle était. Bien plus que n’importe quelle avancée technologique en matière de navigation spatiale ou de médecine. Sur ce point au moins, la brune pouvait se targuer de se démarquer des autres dans sa capacité à s’extasier sur des choses qui n’avaient absolument rien de spectaculaire et m’as-tu-vu. Elle se contentait de choses simples : une plante qui reprenait vie à partir de rien… une graine germée dans du sable… quelqu’un capable d’avaler pas moins de vingt barres de céréales avant d’être malade. C’était peut-être un peu pour ça qu’elle avait parfois l’impression de ne pas avoir sa place sur la Flotte. Car au lieu de soupirer après la découverte de nouvelles planètes et de nouvelles étoiles, son cœur n’aspirait qu’à retourner vers ses origines, vers la Terre et sa nature.

En attendant, faute de pouvoir piquer une navette et de voguer tous réacteurs dehors vers la planète bleue, Nova se satisfaisait très bien des merveilles de l’Helios. Elle connaissait le biodôme comme le dos de sa main à présent. C’est ce qui arrivait généralement quand on passait l’essentiel de son temps libre à vagabonder dans un endroit en particulier. Elle aimait bien les autres vaisseaux aussi, du moins pour se balader, mais les couloirs de métaux et de composants divers du plastique revêtaient bien moins de charme que les pelouses et les serres sur le vaisseau scientifique. Après, elle devait aussi reconnaître que certains endroits au sein même de l’Helios avaient plus de charme que d’autres. Prenez par exemple les laboratoires dédiés à la production agricole dans lesquels Nova travaillaient étaient bien moins exotiques que les serres ouvertes au public où fleurissaient une pléiade de végétaux en tout genre. Nova était quelqu’un de particulièrement pantouflard, pour ne pas dire paresseux – c’était d’ailleurs son plus grand défaut – mais étrangement, cette tare dans son caractère disparaissait comme de la xingji à un match de taik lorsqu’on lui demandait de travailler dans les serres. Que ce soit une urgence ou pour remplacer un ingénieur mystérieusement indisposé – ce dernier cas se produisant étrangement le vendredi, elle avait commencé à deviner que les ingénieurs floraux devaient être de très bons vivants –, la brune était toujours partante pour aller se glisser dans les serres et y traîner plus que nécessaire.

Ce qui était le cas aujourd’hui, pour son plus grand plaisir. Évidemment, ils ne confiaient jamais les meilleures missions aux remplaçants de dernière minute comme elle – et la brune pouvait parfaitement comprendre qu’ils se gardent les meilleures tâches – donc elle se retrouvait à faire le tour de la pelouse 7 pour faire le point sur l’état des arbres et des arbustes. Mais la jeune femme n’aurait jamais craché sur un ordre de mission officiel pour aller se balader comme une fleur – ha ! Elle avait presque terminé son tour d’inspection – fait avec la lenteur d’escargot juste ce qu’il fallait pour ne pas paraître suspect – et s’attelait à l’observation des racines d’un arbuste quand… quand quelqu’un lui marcha dessus ! Enfin, on ne lui marcha pas vraiment dessus, on la heurta sur le côté puis on lui dégringola dessus avant de l’abreuvoir d’injures. Nuance. Par reflexe, Nova avait fermé les yeux comme si cela pouvait l’empêcher de se prendre un coup et ne finit par les rouvrir que lorsque le choc attendu commença à se faire attendre. Et s’il se faisait attendre, c’est qu’il ne devait pas venir. Logique quand tu nous tiens.

Une main scinda les feuillages du buisson pour lui offrir un peu d’aide à se relever. Elle la prit et se hissa sur ses jambes non sans grimacer un peu en sentant ses membres protester contre le mouvement. Elle avait dû rester trop longtemps allongée ou le choc n’avait pas dû être apprécié par son corps. Passant une main dans sa nuque, elle releva les yeux vers celui qui l’avait heurtée et qui s’excusait de l’avoir fait. Si ç’avait été quelqu’un qu’elle connaissait, la brune aurait au choix engueulé la personne ou insisté pour dire que ce n’était pas grave, mais en face d’un inconnu, Nova perdait toute confiance. Encore plus, lorsqu’il s’agissait de quelqu’un du sexe opposé, allez savoir pourquoi !

Mais dans le cas présent, c’était pire que tout puisqu’après avoir jeté un coup d’œil à la figure qui lui faisait face, Nova réalisa que l’homme n’était pas du tout un inconnu, mais qu’elle l’avait déjà rencontré un soir où elle avait bu plus que de raison. Et visiblement, il l’avait reconnue aussi. Une teinte rouge cramoisi s’étala sur les joues de la brune qui baissa la tête pour regarder ses pieds comme une gamine prise en faute. « La légende », oui, elle se souvenait de ça aussi. Dans le brouillard cotonneux qui entourait ses souvenirs, il y avait des images de Olven, son ancien instructeur, l’infortuné malheureux à qui il avait échoué la tâche de la former, à l’époque où elle voulait faire plaisir à Papa-Maman en tentant de devenir navigatrice. Pour échouer lamentablement mais de façon assez spectaculaire pour qu’on se souvienne encore d’elle comme la pire élève de tous les temps, la grande responsable des scores les plus bas et des plus belles simulations ratées.

— Pas du tout !

Répliqua-t-elle, les joues en feu, alors qu’il l’accusait presque à demi-mots de s’être comportée comme une véritable pochtronne la fois où il l’avait vue.

— Bien sûr que je me souviens de vous… Zeck, c’est ça ? Vous travaillez avec Olen…

De ça elle s’en souvenait puisque c’était ce dernier qui avait fait les présentations en la repérant dans la foule. Et elle avait tellement bu ce soir là que sa timidité ordinaire avait fichu le camp, loin très loin, pendant ce temps là, la laissant abandonner ses amis sans la moindre gêne pour se greffer au groupe d’instructeurs.

— Et je suis désolée que vous vous soyez fait mal…

Ajouta-t-elle sur un ton poli, espérant faire distraction. Nova savait en général de quoi elle avait l’air quand elle buvait et ce n’était pas forcément joli-joli. Surtout que si elle se souvenait avoir fait la connaissance du jeune instructeur, elle n’en avait en revanche aucun de comment avait terminé la soirée. Preuve que finalement… elle l’avait bien chargée la mule !

— … je n’ai pas l’habitude de me cacher dans les buissons, mais je devais vérifier l’état de ses racines. C’est le genre de truc qu’on nous demande parfois quand on travaille avec les végétaux et tout ça…

Wow. S’il existait une récompense pour la litanie de platitudes sans intérêt qu’elle venait de sortir, elle l’aurait eue haut la main. Entre ça et son incapacité à se souvenir de toute la soirée en détail… Nova aurait adoré trouver un trou et s’y enterrer.
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     Mar 17 Juil - 20:12
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t787-zeck-rivers#7074
Messages : 30
Âge : 36 ans
Occupation : Instructeur en pilotage
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2216 officiellement, il a longtemps tourné autour de la flotte pour aider avec son vaisseau
Avatar : Miguel Gomez
Crédits : Lilie
Cette semi-inconnue était, tout ce qu'il y a de plus adorable. Le peu que Zeck se souvenait de cette soirée, la belle semblait moins réservée, beaucoup moins. Elle semblait, littéralement une autre personne, à se demander même, si elle n'avait pas une sœur jumelle, une sosie, ou quelque chose comme ça. Oui, cela peut paraître idiot, cliché ou je ne sais quoi encore mais, à la voir regarder ses pieds tandis que ses joues ne semblaient vouloir cesser de devenir de plus en plus rouge, notre homme ne la reconnaissait pas vraiment. Elle pour qui il semblait si simple d'aborder des gens, de discuter de tout et de rien, sans la moindre gêne, c'était un choc, vraiment. Malgré tout, ce changement radical avait quelque chose d'attachant et, cela donnait presque envie de la taquiner encore plus. Ceci dit, à en voir ce rouge écarlate présent sur une bonne partie de son visage, Zeck finit par se raviser, certain que la jeune femme finirait par imploser, ou, au moins, aurait une absence. Chose qu'il ne désirait bien évidement pas. Pourtant, malgré cette envie de ne pas la mettre encore plus mal à l'aise, notre homme ne put s'empêcher de rire lorsqu'elle tenta de renier le fait qu'elle avait bu comme … Comme personne, probablement, alors que ses joues semblaient atteindre une couleur inimaginable. Levant ses deux mains proche de sa tête, le pilote tenta de calmer les choses. « Allons m'dame, c'pas bien grave. Regardez, on a passé une bonne soirée non ? J'm'en souviens pas forcément d'tout, mais c'était cool. Tant qu'vous passez un bon moment et qu'ça vous apporte pas tout plein d'emmerdes, c'pas une mauvaise chose. Puis, hé, ça vous rend pas mal plus sociable l'truc. » Souriant doucement, ses mains se baissèrent rapidement, non sans être passé par quelques grattouilles sur son nez. « Pis, honnêtement, m'dame, on est entre nous, j'm'étais mis une sale race c'soir là... » Agitant son nez frénétiquement avant de le tapoter de son index, comme pour le stopper, puis, se frotter l'arrête de celui-ci en soupirant longuement, notre homme recommença, presque sans oser la regarder en face. « Désolé m'dame, c'pas l'genre d'vocabulaire qu'on est sensé avoir d'vant une dame. Les vilaines habitudes ont la vie dure hein ? Fin, j'crois c'est quelqu'chose comme ça. Tout ça pour dire que, z'avez pas à avoir honte ou j'sais pas quoi. Pis, j'me rend comtpe qu'je parle beaucoup pour pas grand chose, désolé m'dame. » Un petit rire nerveux s'échappa de ses lèvres, ponctuant ainsi ses mots. Il le savait, Zeck, qu'il parlait beaucoup, trop même et pour rien, une tare qu'il avait hérité de son cher oncle, une des innombrables. Il avait tenté bien des choses pour s'en débarrasser, mais rien n'y fit jamais. Alors, au final, l'instructeur s'était contenté d'apprendre à vivre avec.

Bien vite, le kellari fut agréablement surpris que la demoiselle se souvienne autant de lui que de son prénom, chose qui n'était pas forcément évidente au vu de la précédente soirée. Souriant comme un enfant à qui on avait offert le jouet qu'il attendait tant, Zeck semblait sincèrement heureux de cela. « Oh ! Qu'ça m'fait plaisir d'voir qu'vous vous souv'nez d'mon nom m'dame ! Et ouais ! J'travaille avec Olen, un chouette type. » Son sourire ne sembla s'éteindre que lorsque, bien vite, Nova parla de sa jambe et de sa douleur, se disant désolée de l'incident. La chose fit se sentir mal, quelque part, Zeck. La faute était, après tout, en grande partie la sienne, il n'y avait nul besoin de s'excuser. A en voir la douceur et la délicatesse que pouvait faire preuve son interlocutrice, le pilote se demanda même si elle n'était pas du genre à s'en vouloir, sincèrement, pour ce genre de choses. Ainsi, rapidement, l'éclopé tenta de remettre les choses à leur place en agitant ses deux mains en signe de négation. « Oh ! Faut pas vous en faire m'dame ! J'me suis bousillé l'genoux y'a quelques années. C'tait … Bah c'tait tout simplement l'moment où j'me suis installé sur la flotte, quand mon vaisseau à pété. J'me demande même comment j'suis pas mort c'jour-là. » Riant sans la moindre gêne sur cette phrase, plus pour le bol qu'il avait eu, que pour la mort passé toute proche de lui. Son rire s'arrêta bien rapidement et brusquement lorsqu'il remarqua que ce rire pouvait être particulièrement déplacé. « Pardon m'dame. Fin, tout ça pour dire qu'depuis, j'ai mal à peu près tout l'temps puis bon, j'avais qu'à regarder où j'foutais les pieds hein. Z'en faites pas. Puis, si on arrêtait d'se vouvoyer ? Ça fait presque b'zarre puis bon, on passé un bon moment ensemble déjà.» Riant légèrement, presque heureux de sa proposition, son visage changea du tout au tout lorsqu'il comprit le double-sens de sa phrase. Ses yeux s'écarquillèrent bien vite, haussant ses sourcils comme jamais tandis que ses mains s'agitèrent de nouveau dans tous les sens, en signe de protestation. « Houlà ! Houlà ! Désolé hein, cette phrase sonnait vachement moins bizarre dans ma tête. J'voulais juste dire que, bah … On avait pas mal parlé et tout, qu'on peut passer à l'étape supérieure. Et ça aussi ça sonne louche put... Rah ! Enfin, vous … fin, tu vois c'que j'veux dire hein ? Que'j'passe pas trop pour un con jusqu'au bout ? »

La conversation passant enfin à autre chose, Zeck se senti comme libéré d'un poids immense. Bien entendu les occasions pour passer pour un con ne manqueraient certainement pas mais, au moins, notre ami avait réussi à survivre à la précédente, ce qui n'était pas plus mal. Nova, de son côté, ne semblait pas beaucoup plus à l'aise que lui, chose qui le rassura étrangement. Le sujet était passé à la raison de sa présence dans les buissons et, il était question de surveiller les racines de ces derniers. Acquiesçant lentement d'un mouvement de la tête, tout en revêtant une moue presque impressionnée de tout cela. « J'vais paraître débile mais … Pourquoi qu'on devrait vérifier les racines d'ces buissons ? Une fois qu'ils sont dehors c'est qu'les racines sont bien non ? » Se grattant nerveusement sa barbe naissante en observant avec grande attention les fameux buissons, la parole lui revint bien vite. « Fin, l'truc, c'est qu'j'aime bien la botanique, j'fais pousser 2-3 trucs chez moi, pour l'plaisir hein. Mais pwah ! Que j'suis nul ! » Un grand rire, sans la moindre gène s'échappa de ses lèvres. Une fois celui-ci calmé, le pilote repris doucement. « Y'a plein d'trucs j'arrive pas, j'comprends pas et ça m'saoule p'tain ! J'veux dire, j'lis des trucs et tout mais j'sais pas ça veut pas. Puis, c'est un truc de gros taré, j'arrive pas à retenir les propriétés des trucs. La dernière fois j'ai voulu m'faire un remède, j'me suis chopé une espèce de … Fin, j'raconte pas les détails ça sert à rien mais, tout ça pour dire que … Bah v'la, j'suis pas contre si j'peux choper 2-3 infos. En plus vous … Fin, tu es genre une pro et tout, si j'peux apprendre c'est bien ici. Mais … Pour l'coup, j'suis en train d'me dire que j'te fais juste chier là, tu taffes et moi j'te raconte ma vie. Désolé ... » Une mine presque triste s'afficha finalement, se grattant nerveusement l'arrière du crâne, presque choqué de sa propre bêtise, ne se rendant que si tard de la chose.
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     Lun 23 Juil - 17:25
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t411-nova-aldren http://beyond-earth.forumactif.com/t417-supernova
Messages : 305
Âge : 26 ans
Occupation : Maraîchère
Habitation : Columbiad
Pseudo : Biss
Avatar : Stella Maeve
Crédits : Shiya (avatar) WickersJulia (gif)
Impossible de nier que l’alcool rendait Nova sociable. Un verre et elle se détendait. Deux verres et elle sortait de sa réserve naturelle face aux inconnus. Trois verres et elle allait tailler le bout de gras avec le premier venu le plus naturellement du monde. Quatre verres et elle se mettait à danser (mal bien sûr, sauf de son point de vue). Cinq verres et elle se mettait à chanter (faux, évidemment). Six verres et elle se mettait à flirter. Après… peu importe le nombre de verres, c’était un condensé des six premiers verres mais beaucoup plus maladroit et probablement plus effrayant. Ce soir-là, elle avait dû bien descendre huit ou neuf verres et le pire c’est qu’elle ne souvenait même pas de ce qu’elle était venue fêter en premier lieu. Il lui semblait que ses collègues avec qui elle était arrivée l’avaient abandonnée en cours de route sans qu’elle s’en rende vraiment compte. Ils étaient probablement rentrés chez eux mais elle avait tellement bu qu’elle avait dû croire qu’ils avaient disparu spontanément. Au moins la brune avait passé une bonne soirée ! C’était le lendemain matin qu’elle avait regretté. Quand elle s’était réveillée avec la langue pâteuse, le monde qui ne cessait de tourner, un tambour dans sa tête lancé à un rythme de diable et l’impression d’avoir des cheveux qui lui poussaient à l’intérieur de son crâne.

Nova ne put s’empêcher un petit sourire en l’entendant se reprendre sur son vocabulaire comme s’il s’adressait à une grande dame de l’espace – ce qu’elle était bien loin d’être. Il avait l’air nerveux et réagissait exactement de la même manière que la brune : en parlant beaucoup d’un coup. Ce défaut partagé ne pouvait que l’attendrir, sûrement parce qu’elle était si bien placée pour savoir ce que l’on ressentait dans ces moments-là.

En entendant le nom d’Olen associé à « chouette type », Nova ne put s’empêcher de grincer des dents. Comprenons-nous bien… La brune n’avait rien contre lui. En tant que personne, c’était bel et bien quelqu’un de bien, malheureusement la jeune femme étant son ancienne élève, tout ce qu’elle rattachait à l’idée d’Olen étaient des heures et des heures pénibles de frustration. Nova avait mérité son surnom de la « Légende », la légende de la pire apprentie pilote que l’on ait jamais vu de la mémoire collective de la Fédération. 500 simulations, 499 échecs. Et elle devait au hasard le succès de la seule simulation qu’elle ait jamais réussi. A posteriori, Nova pouvait en rire et partager l’incrédulité des personnes à qui elle annonçait son palmarès, n’empêche que sur le moment, ce n’était pas agréable. C’était des heures de travail, des heures à essayer, à prier, à supplier les machines pour échouer lamentablement et systématiquement. La jeune femme attribuait à cette période sombre de sa vie le fait que ses mains deviennent moites sans raison dès qu’elle s’aventurait près de l’Argus One.

— Wow… c’est… euh… terrible…

Commenta-t-elle, surtout surprise de le voir rire à une telle déclaration, comme si la mort qu’il avait évitée le jour de son arrivée n’était qu’une anecdote de fin de soirée. Au moins ce n’était pas de sa faute s’il avait mal, et c’était quelque part un réel réconfort. Elle l’écouta s’en prendre à lui-même, de plus en plus charmée par la personnalité simple et modeste de son interlocuteur (la vantarde qui se cachait en elle ne pouvait qu’admirer une telle réserve) et fut mise à mal lorsque Zeck relança la balle vers elle en lui proposant d’arrêter l’utilisation du « vous ». Nova qui ne s’attendait pas à avoir à parler aussi vite en fut un peu chamboulée. Autant par la nécessité soudaine de parler que de l’étrange formulation de l’instructeur qui la faisait s’interroger. Ses yeux s’écarquillèrent en miroir de ceux de Zeck. Elle avait bu une petite dizaine de verres ce soir-là et elle connaissait son échelle de désinhibition éthylique. Qu’est-ce qu’elle avait bien pu foutre ce soir-là ?! Par toutes les puissances de la galaxie, faites qu’elle ne se soit pas trémoussée avec lui, faites qu’elle ne l’ait pas allumé et par pitié faites qu’elle ne se soit pas comportée de manière inappropriée !

— Je… ok, d’accord… vous n’avez qu’à… tu… enfin, ok…

Une médaille pour le meilleur discours de l’année, s’il vous plaît, une ! Elle n’était incroyable à ne pas pouvoir aligner deux mots sans que l’hémisphère droit de son cerveau ne décide de provoquer l’hémisphère gauche en duel. Mais ça n’allait certainement pas s’arranger s’il continuait à avoir des formulations aussi louches ! Quoique… le voir aussi mal à l’aise que lui la détendait un peu et lui donnait presque envie de rire. Pas contre lui mais avec lui, pour évacuer le malaise, avec un bon vieux rire nerveux des familles. Le rire lui échappa et elle passa sa main devant sa bouche pour essayer de le contrôler. Heureusement, la conversation retourna sur un sujet plus stable. Un sujet qu’elle maîtrisait et qui l’éloignait de ce qu’elle avait bien pu faire à cette fameuse soirée ! Nova s’y jeta dessus comme sur de l’eau dans le désert.

— Certaines espèces attrapent des saloperies par les racines, que ce soit des maladies ou des parasites qui s’installent. C’est aussi parfois – comme dans le cas des buissons – l’endroit le plus facilement accessible pour observer leur écorce et s’assurer de leur bon développement.

Jamais elle n’irait le reconnaître à défaut de passer pour une Mimi Cracra qui aimait se traîner par terre, mais Nova appréciait les motifs qu’offraient les feuilles et les fleurs depuis le sol. Zeck reprit la parole et il réussit à la faire rire en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « ouf ». Il y avait quelque chose de si vivant, de si accessible et tranquille en lui qu’il débordait de sympathie. Il réussissait, d’une manière assez incroyable pour être soulignée, à la mettre à l’aise alors qu’elle détestait parler à des inconnus. Réminiscence de la soirée qu’elle avait passée – et elle allait devoir à un moment ou à un autre l’interroger sur la question – ou charisme naturel, ce que faisait Zeck marchait.

— Non pas du tout ! J’avais presque terminé de toute manière. Tout va bien, alors on est pas à ça près… ils ne vont aller nulle part… C’est plutôt cool que tu fasses pousser des trucs même si… et bien je pense que la prochaine fois que ça ne va pas trop, tu devrais aller au Regina Mercy te faire soigner plutôt que tenter les recettes de grand-mères mais sinon c’est vraiment cool. Après, les conditions de culture dans l’espace sont assez compliquées, surtout si tu cherches à faire pousser des plantes qui aiment l’eau et le soleil. Toutes les cabines n’ont pas forcément la bonne luminosité, ou du moins pas en quantité suffisante, alors ne t’en fais pas trop…

Son entourage avait tendance à reconnaître qu’elle avait la main verte mais pour être honnête, elle avait aussi eu beaucoup de chance avec l’attribution de sa cabine qui lui permettait d’entretenir ses cultures. Bon, elle avait aussi chapardé une vieille lampe UV destinée au recyclage pour donner à ses cultures de Byblos l’ensoleillement dont elles avaient besoin mais les autres se contentaient de l’éclairage artificiel…

— J’adorerai t’aider ! Enfin… si je peux faire quelque chose, ou te filer deux-trois tuyaux. Je pourrais passer voir, si tu veux, et te dire si quelque chose empêche la pousse de tes plantes. D’ailleurs, qu’est-ce que tu as essayé de faire pousser exactement ?

Bon après certaines personnes ne pouvaient résolument rien faire pousser mais elle aimait bien Zeck et elle préférait entretenir l’espoir qu’il puisse faire pousser quelque chose plutôt de partir tout de suite sur le négatif.
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     Ven 3 Aoû - 17:59
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t787-zeck-rivers#7074
Messages : 30
Âge : 36 ans
Occupation : Instructeur en pilotage
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2216 officiellement, il a longtemps tourné autour de la flotte pour aider avec son vaisseau
Avatar : Miguel Gomez
Crédits : Lilie
Nova sembla étrangement surprise par la déclaration du pilote. Sans doutes que, d'un point de vue extérieur, notre homme semblait prendre la chose à la rigolade et, en y repensant, il était vrai que Zeck préférait en rire, plutôt qu'en pleurer. De cette expédition, il fut l'un des très rares à survivre et, ne perdre qu'une partie de la mobilité de son genoux était une bien bonne chose. Ses parents, tout comme son oncle, eux, n'eurent pas cette chance. Alors oui, le souvenir était encore douloureux et amer mais, il avait malgré tout réussi la mission que son paternel lui avait confié, tout comme il avait respecté la promesse faite à sa mère dès le début, celle de veiller sur ses gens. Malheureusement, certain d'entre eux furent blessés, mais, rien de très grave. A vrai dire, le hasard avait voulu que la seule blessure que l'on pouvait qualifier d'importante était bel et bien la sienne. Malgré cette douleur qui persistait, suite à cette immense perte, Zeck allait de l'avant, certain, de toute façons, que son oncle lui aurait mis de bien belles baffes en ressassant cette histoire encore et encore. Après tout, de part le métier que la famille pratiquait, perdre des membres des proches faisait malheureusement parti des risques, chose à laquelle il fallait se préparer. Et puis, entre nous, le pilote n'avait pas à se plaindre, une bonne situation, un petit appartement confortable, surtout en comparaison au taudis dans lequel il vivait sur Keller. Et puis, instructeur, pour former les jeunes et aider la flotte à se défendre, sans aucun doutes que sa mère aurait été particulièrement fière de ce genre de choses. Un petit sourire orna ses lèvres, après un bref soupir, dû à la pensée de sa mère. « Oh, j'sais c'que ça a l'air dit comme ça, mais, c'juste que … J'suis juste content d'avoir eu tant d'chance. On peut pas tous s'vanter d'avoir survécu à c'genre de bordel. Puis … J'escortais des gens, y'a pas eu un mort dans mon vaisseau. Sacré veine hein ? J'sais pas, j'me dis que … Doit y avoir quelqu'chose, ou quelqu'un qui veille sur moi. Fin, un truc dans l'genre. » Un petit rire pour seule ponctuation, tout en regardant la fameuse légende, espérant avoir pu la rassurer. Enfin, rassurer était un grand mot. Pour tout dire, notre ami n'aurait vraiment su décrire ce qui s'était échapé de son interlocutrice sur le moment, mais se sentit malgré tout obligé d'essayer de rectifier le tir. Peut-être pour qu'elle ne se méprenne pas sur lui ? Peut-être. Après tout, cela l'aurait quelques peu dérangé qu'on ne le voit que, comme un taré qui ne craignait pas la mort, pire encore, qu'il en rie.

Bien vite, une proposition fut faite par Zeck, celle de passer au tutoiement, que la chose semblait trop formelle et, après tout, ils se connaissaient déjà un peu. Alors, pourquoi pas n'est-ce pas ? Cependant, dans sa grande maladresse, notre homme formula la chose de la pire des manières, laissant sous-entendre qu'une partie de la soirée avait pu se dérouler dans un lit. Chose qui, bien sûr, il tenta de rattraper, tout aussi maladroitement. La belle sembla quelque peu chamboulée par tout cela, que cela puisse être de la demande, de la formulation, ou des deux, elle ne trouva que peu de mots à lui lancer, se contentant de balbutier maladroitement et douloureusement. Chose qui fit rire le pilote. A l'intérieur. Oh, il aurait bien voulu se marrer, ouvertement, mais à voir la jeune femme face à lui, cela n'aurait rien fait d'autre que la mettre encore plus mal à l'aise, alors, notre homme se contentant de se pincer les lèvres pour éviter le moindre problème. Une fois un semblant de calme revenu, l'éclopé partit dans une direction que ne pouvait que plaire à la légende, parlant de ce qui sembla être une très grande passion, les plantes. Ce fut à ce moment-là que la machine se mit en route et ne sembla plus vouloir s'arrêter. Zeck se surpris même à la faire rire, facilement et sans la moindre gêne, même si elle tenta de le cacher. Elle était, simplement adorable. La voir si ouverte, si simple et sans cette pression qu'elle semblait vouloir porter habituellement … Il y avait quelque chose de rafraîchissant et de particulièrement agréable dans tout ça. D'attendrissant même.

Écoutant sagement la réponse, l'instructeur ne put s'empêcher de froncer les sourcils devant les explications de la maraîchère. Il y avait bien une chose qu'il ne comprenait pas mais hésita à demander des éclaircissements. Une crainte momentanée de passer pour un idiot encore plus grand, qui disparut cependant bien vite, se rassurant comme il pouvait en se disant tout simplement que, de toute façons, passer pour un con c'était déjà fait. « Mais … Heu … J'me demandais … Vu qu'faut sortir les racines et tout … On les abîme pas en f'sant ça ? Puis, si elles sont a l'air et tout, elles manquent pas de … C'quoi l'mot déjà ? » Zeck s'arrêta un petit moment, en fronçant les sourcils. Son regard se posa sur le sol, tandis qu'il se grattait le menton, espérant retrouver ce fameux mot perdu, avant que, finalement … Illumination. Un index victorieux se dressa vers le haut. « Nutriments. Voilà. 'fin, j'me doute que dans ta branche, devez être super poituns sur tout c'genre d'machins hein mais voilà, j'me demande juste comment qu'ça marche de c'côté là. »

Un nouveau rire de la part de Nova, qui semblait de plus en plus à l'aise en compagnie de notre home, le rendit lui, particulièrement joyeux. Il ne se savait pas si drôle et, rares étaient les femmes à rire si facilement à ce qu'il pouvait bien raconter. Encore moins celles qui étaient au moins aussi jolies. Un jour de grâce, sans doutes, ou quelque chose comme ça. Vous savez, de ces jours où, tout semble vous réussir, où tout semble aller dans la bonne direction. Certes, ce n'était là que de petites choses mais, avoir réussi à positionner son interlocutrice dans sa zone de confort le rendit tout simplement guilleret. Très vite, la dame à la main verte le rassura sur son intervention, expliquant qu'elle avait presque fini sa tâche et que, de ce côté-là, l'invité surprise n'avait pas à se faire de soucis. Elle se montra aussi bien vite enjouée à l'idée qu'il puisse tenter de faire pousser par lui-même quelques plantes. Rapidement, l’experte expliqua les raisons potentielles de ces échecs, notamment le manque de soleil avant de finalement proposer de l'aider, non sans le questionner sur ce qu'il avait essayé de faire pousser. La voir tant parler d'un coup amusa beaucoup Zeck, qui ne put s'empêcher de sourire bêtement devant cette scène. Adorable. Voilà le seul mot qui put venir en tête à notre homme, avec son vocabulaire limité, mais il semblerait que ce mot décrivait relativement bien cette personne. Alors qu'ils ne se connaissait que peu, il avait reussi à la faire passer de la fille maladivement timide à un moulin à parole qui, sans se poser de question voulait l'aider et même, aller chez lui. Il ne savait pas comment il avait fait mais, la chose était plaisante. « Ça fait plaisir d'te voir parler autant. Faut croire que j'ai tapé pile où il faut pour faire tomber tout … Fin, toute ta timidité ... » Souriant bêtement, il se rendit compte, malheureusement trop tard, qu'une telle déclaration pouvait la faire retourner à son état premier, chose qu'il ne désirait absolument pas. Pour l'empêcher de réfléchir un peu trop à tout ça, le pilote renchérit rapidement. « Pour l'soleil et tout, j'ai trouvé des lampes spéciales à mettre dans ma cabine. Paraît c'est cool pour les plantes. Fin, en vrai, j'y connais rien, j'me suis peut-être fait couiller » Un grand rire moqueur s'envola dans l'air, sans la moindre retenue, comme à son habitude. Sur sa terre natale, si l'on pouvait l'appeler comme ça, notre homme avait une vilaine habitude d'arnaquer les gens et, se faire renvoyer l'ascenseur avait quelque chose de comique et d'ironique. « Pour les médecins … T'sais, là où j'ai grandi, y'en avait pas beaucoup, j'ai toujours appris à m'débrouiller tout seul, alors bon … Puis c'tait pas grand chose, pas b'soin de déranger un doc'. J'veux dire, y'a forcément des gens plus à plaindre que moi et … Si un jour j'arrive à bien comprendre tous les dosages et tout l'bordel, bah ma foi … Ça f'ra vraiment du travail en moins pour eux, c'pas une si mauvaise chose j'pense. » Un sourire léger fit office de transition, pour la suite, alors qu'il se grattait nerveusement le crâne à la recherche des noms des fameuses plantes. « Je … Honnêtement, les noms j'retiens rien du tout. Y'en a même que j'arrive pas à lire, c'pour dire ! » Un grand rire moqueur, une fois de plus, laissa en suspens la conversation une pognée de secondes. « Mais, pour la grande majorité, c'des plantes médicinales. Genre j'ai chopé un vieux bouquin, ça vient d'Chine que ça dit.» Un souffle étouffé, synonyme de « pas la poindre idée de ce que c'est » sur le nom du pays et c'était reparti. « On m'a dit qu'dans c'coin z'étaient vachement doués pour tout ce qui était remède à base de plantes. Mais j'a du m'gourer quelqu'part. J'ai aussi chopé des p'tits machins aroma … Tique ? Tisés ? J'sais plus. Ça ça va encore, j'm'en sors à peu près. Puis … J'en ai 2-3 pour faire joli, mais ça r'semble à rien. » Se moquant à nouveau de son incompétence, Zeck finit par s'aventurer sur le terrain glissant où, il était sûr de ne jamais revenir indemne. « Oh bah, c'super gentil ça dis-donc ! On fait ça quand tu veux ! Faudra on s'retrouve quelqu'part, j'habite pas dans un endroit super cool, y'a d'gens bizarre qui traînent par là, j'veux pas trop il t'arrive un truc par ma faute. Mais heu … Oh ! J'sais ! Le bar où on s'est rencontré, tu t'souviens c'est l'quel ? On a qu'à s'retrouver là-bas. J'te paierai même un verre. Ou deux, pour t'remercier d'ta v'nue. Ça m'semble pas mal. » Affichant un immense sourire, celui-ci redescendit bien vite lorsqu'il se rendit compte, une fois de plus, du message sous-jacent, le faisant se gratter la tête nerveusement. « Ahh … Dit comme ça, ça fait très rencard en mode piège. Désolé. Fin, faut pas hein … C'pas que j'dirais non à c'genre d'choses hein. T'es toute jolie et tout en plus c'juste que, bah t'vois, c'pas bien de ...  Oh et puis tu dois avoir quelqu'un, c'qui fait que j'passe encore plus pour un abruti et puis t'façons ...» Soupirant un long moment pour s'arrêter Zeck se frappa doucement mais à plusieurs reprises le front, pestant contre sa bêtise. « J'crois j'vais m'la fermer, j'vais toujours plus m'enfoncer et ça va d'venir super moche derrière. Dooonc, voilà, j'pense ça s'rait l'plus facile, même si ça sonne louche dit comme ça. Mais … Désolé j'ai pas mieux comme formulation là. »
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     Sam 11 Aoû - 14:20
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t411-nova-aldren http://beyond-earth.forumactif.com/t417-supernova
Messages : 305
Âge : 26 ans
Occupation : Maraîchère
Habitation : Columbiad
Pseudo : Biss
Avatar : Stella Maeve
Crédits : Shiya (avatar) WickersJulia (gif)
Sortir les racines ? Nova plissa les yeux un instant pour essayer de comprendre ce que lui racontait Zeck avant de comprendre que le problème ne venait pas de lui mais de ses explications à elle. Le problème saisi, elle se redressa en secouant la tête.

— Oh non ! Non, non ! On ne sort pas les racines de terre ! Non… les plantes elles aiment pas ça en général… Non, on vérifie juste la tête de l’écorce au plus bas de l’individu… au plus près près de la terre… on regarde s’il y a un changement de pigmentation de l’écorce, des traces de parasites végétaux ou insectes ou n’importe quoi qui pourrait indiquer un problème.

Sans parler des sondes plantées un peu partout dans les serres qui analysaient continuellement la qualité du sol, son humidité et qui prenaient en compte tout un tas de critères divers et variés qui n’intéressaient que les grands pontes de la botanique et qu’il fallait synchroniser avec les terminaux pour vérifier certains individus en particulier. Mais elle ne préférait pas dévoiler tous leurs secrets, préférant entretenir une auréole de mystère autour de ce que faisaient les ingénieurs horticoles et maraîchers.

Ce qui relevait d’une grande force morale compte tenu du fait qu’une fois lancée sur n’importe quel sujet tenant de près ou de loin du jardinage, Nova avait parfois du mal à se contenir, oubliant souvent que ses interlocuteurs ne partageaient pas tous son intérêt ou son vocabulaire ou son enthousiasme pour le sujet. En l’occurence, Zeck, lui, ne semblait avoir aucun problème à l’écouter discourir sur le sujet comme si elle était une sorte d’experte en la matière. À moins que ce ne soit le contraire… La brune remarqua le petit sourire qui se dessinait sur ses lèvres et se demanda un instant si elle n’était pas un peu d’en faire trop. La dernière chose qu’elle voulait était de le saouler et de lui donner matière à se moquer d’elle. Nova vivait très mal l’idée d’être tournée en ridicule, que ce soit par quelqu’un qu’elle estimait, qu’elle méprisait ou qu’elle ne connaissait ni d’Ève ni d’Adam. L’instructeur ne pensait pourtant pas à mal, et avec un sourire, il lui fit remarquer sa soudaine loquacité dans des termes qui la firent tourner au rouge tomate. Heureusement pour tous les deux, Zeck jugea bon de ne pas s’appesantir autant sur le sujet et enchaina sur le genre de matériel qu’il s’était procuré pour le bien-être de ses plantations maison. La légèreté qu’elle lui avait trouvé sur un sujet aussi grave d’un accident se dessina plus comme un trait de caractère optimiste et enthousiaste qu’on ne trouvait pas chez tout le monde. À croire qu’il arrivait à parler de tout à n’importe qui en saisissant parfaitement les limites de ce qu’il pouvait ou non dire à son interlocuteur. Bon, ceci dit, être capable de cerner quelqu’un devait sans doute être une compétence essentielle chez un instructeur, pour pouvoir se mettre au niveau de son élève, par exemple.

Nova se raccrocha à son rire pour ne pas s’attarder sur la gêne passagère qui la renverrait assurément vers des tréfonds de réserve. L’instructeur avait pris à sa charge l’alimentation de la discussion le temps que la brune reprenne ses appuis et elle devait reconnaître qu’elle prenait un certain plaisir à l’écouter parler de ses relations avec la médecine – à des années-lumière de sa propre conception du rôle des médecins–, ou encore de la source de ses essais d’auto-médecine et enfin de ses plantations. Pour avoir dû apprendre le nom des pays, et en particulier des grandes puissances mondiales, de la fin du vingt-deuxième siècle, le nom « Chine » sonnait familier aux oreilles de la jeune femme mais elle préférait ne pas l’interrompre, ne s’y connaissant de toute manière pas assez en matière de pratiques médicales terriennes pour intervenir pertinemment. « tique », souffla-t-elle avec un sourire entendu en l’entendant tiquer. Son sourire s’agrandit en l’entendant lui jeter des fleurs. C’est vrai qu’elle était gentille tout de même. Et d’ailleurs, elle avait tendance à l’être encore plus une fois qu’on le lui faisait remarquer. Mais elle fronça vite les sourcils, concernée de l’entendre dire qu’il n’habitait pas dans un quartier très sûr alors que pour elle tout et tous sur la Flotte n’étaient qu’amour et prospérité. Jamais elle n’avait entendu dire que certains coins étaient plus risqués que d’autre mais peut-être qu’elle ne s’était aussi jamais assez aventurées dans des endroits où on ne l’attendait pas. A posteriori, Nova réalisait que même ses déambulations tournaient toujours autour des mêmes endroits, peuplés et côtés des gros vaisseaux du noeud. Cependant, elle hocha du chef à sa proposition intermédiaire de le rejoindre dans un bar, sans essayer de faire sa curieuse sur le pourquoi du comment son quartier n’était « pas super cool ». Si ses souvenirs n’étaient pas altérés par tout l’alcool qu’elle avait bu ce soir là, elle avait rencontré Zeck à la Ruche, le bar de Crius, qu’elle affectionnait autant pour le service que pour le tenancier. Tant qu’elle ne forçait pas trop sur les verres, elle serait parfaitement capable de jeter un regard professionnel sur les questions de l’instructeur. Mais avant qu’elle n’ait eut le temps de dire quoi que ce soit, Zeck reprit la parole pour souligner une interprétation possible de sa proposition qu’elle n’avait cependant pas du tout vue venir.

Et Nova se remit à rougir en regardant ses pieds pour se donner une vague contenance. Si elle avait relevé les yeux, elle se serait rendue compte qu’elle n’était pas la seule à souffrir de l’embarras.

— Je… eeeuuh… j’avais compris dès le départ que ce serait en tout bien tout honneur, hein…

Bredouilla-t-elle maladroitement en rangeant une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle préférait ne pas s’attarder sur ce qu’il venait de dire – autant pour le compliment que pour ses suppositions erronées sur sa vie sentimentale ou ses prétendues interprétations de la situation – au risque d’imploser de gêne.

— Ca me parait… bien, comme… euh… compromis…

Nova se serait frappée de toutes les pauses qui parasitaient ses phrases. Était-elle soudainement incapable de trouver les mots dont elle avait besoin pour formuler ses phrases ou quoi ? Elle tenta de se racler la gorge d’un air dégagé mais ne parvint au’à se faire tousser bêtement. Bon sang, il fallait vraiment qu’elle abrège le plus vite possible cette discussion pour pouvoir aller cacher sa tête dans un trou et l’oublier dedans.

— Donc… rendez-vous à la Ruche du coup… Demain soir, ça t’irait ? Vers 19h ? Je ne peux pas finir plus tôt, désolée… Ramène moi tes plantes ou essaie juste de trouver les noms… et prends des photos, comme ça je pourrais… enfin j’essaierais de t’aider.

La jeune femme se remit en marche, reprenant le chemin des laboratoires des horticulteurs mine de rien, restant relativement assez lente pour qu’il puisse lui emboîter le pas.

— En tout cas… je vais essayer de trouver des infos sur les plantes médicinales et aromatiques.

Ajouta-t-elle autant pour lui que pour elle, car elle risquait d’oublier entre temps. Mais elle repensa à un point qui lui avait traversé l’esprit en l’écoutant et s’arrêta derechef avant de prendre son courage à deux mains pour demander d’une voix hésitante en regardant ses pieds.

— Et euh… est-ce que je pourrais… enfin, si ça ne te dérange pas… est-ce que tu voudrais bien… euh… me prêter ton livre ?

Pénible mais audible. Elle releva pourtant la tête rapidement en sentant que c’était quand même beaucoup à demander.

— Enfin, pas pour que je l’emmène et tout, hein ! Juste… pour y jeter un coup d’œil ?
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     Ven 31 Aoû - 17:30
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t787-zeck-rivers#7074
Messages : 30
Âge : 36 ans
Occupation : Instructeur en pilotage
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2216 officiellement, il a longtemps tourné autour de la flotte pour aider avec son vaisseau
Avatar : Miguel Gomez
Crédits : Lilie
Malgré les idioties que pouvait déblatérer Zeck au sujet du travail de la demoiselle, celle-ci sembla garder son sérieux et sa patience, prenant tout de même un instant, à réfléchir, tentant tant bien que mal de comprendre ce que son interlocuteur voulait dire par là. Les sourcils froncés, la réflexion avait du être suffisamment intense et profonde pour agripper au passage une immense partie de sa concentration. Une fois l'erreur comprise, la spécialiste finit par expliquer ce qu'elle faisait, dévoilant le processus de A à Z, avec des mots simples, afin que l'instructeur puisse y voir plus clair. Ouvrant grand la bouche, tandis que ses yeux s'écarquillaient devant l'explication, il se sentit presque idiot d'avoir compris de travers quelque chose de si simple, ce qui le fit doucement rire tandis qu'il remerciait d'un petit mouvement de la tête la belle, qui semblait particulièrement patiente. En effet, de telles choses semblaient être le b.a-ba de la bottanique et, devoir les expliquer pouvaient être ennuyeux au possible, comme si l'on devait corriger quelqu'un se trompant dans une addition à deux chiffres. Quelque chose d'exaspérant pour la grande majorité des gens mais, pas pour elle, appartement. Peut-être le prenait-elle pour un idiot fini ? Peut-être avait-elle envisagé la chose que, même les plus simples des informations pouvaient être compliqués à enregistrer ? Non. Non, ce n'était certainement pas son genre, douce, souriante et agréable … Non, définitivement non. Malgré tout, l'idée traversa un bref instant l'esprit du kellari, toujours particulièrement confiant en ses capacités, mais aussi de l'image qu'il dégageait.

C'est après un nouvel échange au sujet des plantes et de son livre, deux sujets entrecoupés de silences gênants, de rougissement, de regard vers le sol et de petits rires que Zeck se permit une petite folie en invitant la maraîchère à prendre un verre. Plus pour la dédommager de ses services et de ses conseils au sujet de ses plantes qu'autre chose. Ceci dit, la formulation paraissant des plus étranges et, pouvant largement laisser planer de nombreux doutes sur le fond de ce rendez-vous, le pilote se permis des explications. Sans doutes l'avez-vous compris, à force, mais tenter de se rattraper ne fut jamais le point fort de notre ami, loin de là. Plutôt que de couper court, il tenta d'y mettre des formes, la complimentant sur son joli minois, rajoutant même qu'il n'aurait pas été contre l'idée, avant de se rendre compte de tout ça, se désespérant même tout seul face à sa bêtise. Ce genre de choses, elle devait déjà le savoir non ? C'était une belle fille, des tas de gars, à plusieurs degrés de lourdeurs, avaient du lui dire, encore et toujours. Tout comme ils devaient être nombreux à se proposer pour des rendez-vous. Mignonne, maligne et agréable, oh, elle devait en avoir l'habitude, sans nul doutes. A ces épithètes-là, il fallait bien entendu rajouter une grande timidité, dont elle fit preuve face aux explications, ou plutôt devrais-je dire tentative d'explications, de Zeck. Rouge comme à son habitude en regardant ses pieds, tel un enfant qui aurait fait une bêtise. Cela pouvait être idiot mais, la voir ainsi rajoutait à son charme, simple, naturelle et loin d'être hautaine ou prétentieuse … De bien bonnes choses à rajouter dans de nombreux caractères.

Comme pour couper court à ces tentatives désespérées et, sans doutes pour tenter de l'aider, la demoiselle expliqua avoir compris la chose ainsi, dès le début, en bredouillant difficilement et maladroitement, obligée de faire de nombreuses pauses entre les mots prononcés, pour finalement toussoter, sans doutes pour tenter de revenir à elle, ou dans un étant qui s'en approchait. Le compromis lui semblait être une bonne idée et lui proposa de se revoir le lendemain, vers 19h, s'excusant même de ne pas pouvoir plus tôt, ce qui amusa grandement son interlocuteur, avant de lui demander quelques devoirs, photos et noms des dites plantes, qu'elle puisse l'aider. Puis, en ayant finit ses mots, elle se mit à marcher, doucement, comme consciente de la difficulté de l'éclopé à tenir un rythme habituel. Une nouvelle preuve, parmi tant d'autres, d'un grand cœur. Rares étaient celles et ceux à faire attention à ce genre de choses, se comportant comme à leur habitude, avant qu'on ne leur face la remarque. L'instructeur lui, ne voyait pas de la pitié dans ce genre de geste, non, loin de là. Il y voyait sincèrement un acte de bonté et d'attention, qui le fit doucement sourire. « C'est vachement cool d'bien vouloir faire tout ça. Faut pas s'inquiéter hein, d'main j'ai des cours aussi t'façons et, 19h, ça m'va parfait, j'aurais eu l'temps d'finir, d'rentrer et d'me changer. Tout parfait pour moi. J'note tout ça, comme ça j'oublie pas. J'suis un peu tête en l'air des fois. » Riant sans la moindre gêne, Zeck dégaina son terminal, pour y noter l'heure, le lieu ainsi que ce qu'elle lui avait demandé. Quelques pas plus tard, Nova, d'une façon particulièrement hésitante et gênée, finit par demander s'il voulait bien lui prêter son fameux livre, le tout avec une certaine difficulté, tout en regardant ses pieds avant de finalement relever la tête, expliquant que c'était juste pour regarder, pas pour l'emporter. Affichant un petit sourire en coin, presque charmé par ce genre de comportement, notre ami rajouta une ligne sur les notes de son terminal, avant de relever les yeux vers la demoiselle, un grand sourire aux lèvres. « Pas d'soucis ! Ça m'fera même plaisir qu'tu l'gardes un p'tit moment pour l'lire. J'veux dire t'vas m'aider à faire pousser mes trucs, j'peux bien faire ça. Puis, hey, si grâce à moi t'apprends des trucs dans ton domaine, ça m'fera plaisir t'sais. Boon. Allez. Moi j'vais t'abandonner, t'as encore plein d'trucs à faire et … J'dois préparer mes cours pour demain, j'dois expliquer la théorie à des p'tits jeunes d'comment qu'on fait certaines manœuvres, la dernière fois z'avaient pas tout tout compris, j'dois r'faire avec d'meilleurs termes. Puis, t'as sûrement des trucs à finir. J'te dis donc à demain soir. Ça m'a fait plaisir d'te r'croiser en tout cas. » Rayonnant d'un grand sourire, Zeck hésita même un moment à se laisser aller à un geste affectueux pour la saluer, mais se ravisa bien vite. Après les quiproquos balancés plus tôt dans la conversation, il valait mieux ne pas en rajouter.

Reprenant doucement le chemin de sa maison, notre homme pensait déjà aux retrouvailles le lendemain, espérant simplement ne pas encore passer pour un idiot. Ou au moins, pour ne pas passer pour encore plus idiot qu'il ne l'était. Ces retrouvailles occupèrent même ses pensées durant la journée de cours qu'il dispensa, lui affichant même un sourire béât et idiot un long moment de la journée. Ce n'était pas un rendez-vous, il en avait bien conscience, après tout, elle-même avait avoué avoir compris le sens de sa demande. Était-ce une façon détournée et polie pour lui intimer de rester à sa place ? Ou pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas la moindre chance ? A force de repenser à tout ça, l'instructeur passa un moment à se triturer les méninges en réfléchissant à la réponse à cette question, avant de finalement se rappeler le grand cœur que l'intéressée semblait avoir. La chose avait sûrement été formulée pour le rassurer, plus qu'autre chose. Afin qu'il ne se sente pas plus mal qu'il ne semblait l'être, à s'enfoncer encore et toujours dans ses explications. Malgré le fait que cela ne ressemble à rien qui pourrait déboucher sur quoi que ce soit, notre homme était nerveux, presque sûr que, malgré sa concentration, il finirait par faire une connerie. Oh, il n'avait pas d'espoir particulier d'un virage inattendu sur leur relation, certainement pas. Peu doué, peu intéressant et, assez enclin à briser le peu d'histoires qu'il avait eut, l'idée ne lui effleurait même plus l'idée à force, se contentant de vivre sa vie, au jour le jour. Ce n'était pas réservée aux histoires de cœur, non, mais bel et bien à l'ensemble de sa vie. Si quelque chose de bien arrivait, tant mieux, si rien n'arrivait, ce n'était pas grave, vu qu'il n'avait pas spécialement d'attente.

Le moment venu, sa nervosité s'était encore amplifié. Bien habillé pour l'occasion, sans même savoir pourquoi, il était arrivé une demie-heure en avance, poireautant devant l'entrée de la Ruche, à faire les cent-pas, regardant régulièrement l'heure qui ne semblait pas avancer assez vite à son goût. Heure qui, miraculeusement, retrouvera la pédale d'accélérateur une fois la maraîchère arrivée. C'était toujours comme ça, de toute façons non ? On s'emmerde, c'est long, on passe du bon temps – à ne pas comprendre de travers pour l'occasion – et le temps fuse. Cessant finalement de tourner en rond, se rendant compte que cela le rendait encore plus nerveux, pour aucune raison particulière, Zeck finit par s'adosser aux murs de l'établissement pour feuilleter ce livre qu'il commençait à connaître particulièrement bien, tandis que des jeunes le regardaient, ébahis. Ou plutôt, regardaient cette relique du passé entre ses mains, semblant même, pour certains, se demander ce que pouvait être une telle chose. Et puis, la lumière au bout du tunnel finit par apparaître, lorsque, du coin de l’œil, il aperçu la demoiselle arriver, ce qui fit s'illuminer son visage d'un grand sourire. Refermant son livre il s'avança vers elle, en gardant un grand sourire, tandis qu'il se perdit un bref instant à la contempler, pour finalement se rendre compte que c'était bien plus que malpoli. « Salut ! T'es toute belle ce soir dis-donc. » Riant doucement à ces mots, il finit par se gratter le menton nerveusement, regardant un peu à droite et à gauche avant de reprendre la parole. Fait notable, ce ne fut pas pour tenter des explications hasardeuses qui auraient continué de l'enfoncer. « Enfin, j'suppose que c'pas l'genre de choses qu'on est sensé dire pour c'genre de … Fin, d'soirées. Mais voilà, juste pour dire que j'aime beaucoup. » Un petit rire gêné, tandis que ses doigts continuaient de gratter cette barbe naissante, avant de, comme à son habitude, passer à autre chose, radicalement, comme pour se sortir d'affaire. Tendant son vieux livre à l'experte dans ce domaine, notre ami reprit la parole. « Tiens, le fameux bouquin. J'espère juste qu'il t'apportera quelqu'p'tites choses au moins. Bien, on rentre ? » Toujours aussi souriant, l'instructeur fit quelques pas rapides, ce qui lui offrit une certaine pointe de douleur, ainsi qu'une grimace qu'il cacha comme il le put en regardant dans la direction opposée de la demoiselle pour lui ouvrir la porte, l'invitant à rentrer la première.
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     Lun 17 Sep - 20:19
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t411-nova-aldren http://beyond-earth.forumactif.com/t417-supernova
Messages : 305
Âge : 26 ans
Occupation : Maraîchère
Habitation : Columbiad
Pseudo : Biss
Avatar : Stella Maeve
Crédits : Shiya (avatar) WickersJulia (gif)
Sa fascinante capacité à se vanter pour tout et n’importe quoi ferait un jour sa perte. Alors que Nova aurait pu faire sa vie tranquillement, rejoindre Zeck avec le minimum d’efforts qu’elle mettait sans discrimination dans tous les aspects de sa vie, ils avait fallu qu’elle la ramène. C’était entièrement de sa faute pour le coup. Elle avait voulu se plaindre d’avoir à bouger alors que sa mère était à côté et celle-ci, en accord avec sa curiosité naturelle lui avait tiré les vers du nez. Avant de se lancer dans une diatribe d’une demi-heure pour tenter de lui expliquer que ce n’était pas dans un fauteuil qu’elle allait s’amuser et qu’au lieu de son terminal, c’était un homme qu’elle devrait mettre dans son lit et qu’elle ne sortait pas assez, et qu’elle ne profitait pas assez de sa jeunesse et patati et patata. Une très longue demi-heure que Nova n’avait écouté que d’une oreille distraite, connaissant déjà le refrain par cœur pour l’avoir entendu des milliers de fois. Mais si la jeune femme le connaissait déjà, il n’avait pas perdu de son pouvoir ulcérant. Pendant le court instant où sa mère avait reprit son souffle – entre « Tu ne vas pas y aller dans cet uniforme froissé » et « Mais ! Qu’est-ce que tu as fait à ton visage !? Il faut dormir pour être belle, jeune demoiselle » –, la brune avait vaguement caressé l’idée de faire entendre raison à sa maternelle et lui expliquer que ce rendez-vous était purement professionnel avant d’abandonner et de se laisser faire en priant pour le calvaire de termine plus tôt si elle ne disait rien pour alimenter le flot continu de paroles de sa mère. Spoiler : ça n’avait servi à rien. Sa folle de mère avait même trouvé le moyen de rallonger le discours moralisateur qu’elle gardait pour sa fille de six minutes par rapport à d’habitude. Et ce, sans nouvel arguments, juste en insistant sur les points clés, à croire qu’elle redoutait que sa fille n’ait pas compris les cent premières fois. Et pour une fois, Sabina sous-estimait sa fille parce que Nova aurait pu la citer en dormant tellement elle connaissait ses arguments.

Quand sa mère daigna enfin la relâcher – et seulement parce que la maraîchère insista en lui rappelant qu’elle allait finir par rater son rendez-vous avec sa potentielle âme sœur –, Nova se retenait de ne pas détruire tous les efforts de sa mère juste par défi. Quitte à avoir enduré un aller-retour en enfer, autant qu’elle en profite un peu, même si elle aurait au moins adoré avoir le temps de passer par sa cabine pour troquer le t-shirt près du corps et décolleté qu’on lui avait passé presque de force pour une version plus ample dans laquelle Nova aurait été plus à l’aise. Elle devait cependant au moins reconnaître que ses cheveux étaient bien mieux ainsi, ça, elle ne pouvait pas le nier. Sa mère avait toujours su faire ressortir le meilleur d’eux-mêmes. Elle prit le chemin de la Ruche et attrapa une navette de justesse. La désagréable impression d’être observée et jugée par tout le monde lui collait à la peau et elle passa tout le trajet le regard baissé sur ses chaussures. Nova songea qu’elle aurait dû prendre le risque d’être en retard si un détour par son armoire avait le pouvoir de lui redonner un minimum de confiance en elle. D’autant qu’avec toutes les supplications maternelles pour qu’elle se trouve quelqu’un et vite, la brune se sentait aussi nerveuse à l’idée de retrouver Zeck. Savoir déjà qu’elle avait passé une soirée complètement alcoolisé avec lui n’était pas pour la rassurer sur ce qu’elle avait pu lui dire ou faire mais malgré tout, elle avait réussi à gérer une discussion avec lui. Mais là… elle ne pouvait pas s’empêcher de se demander ce qu’il allait penser à la voir toute pomponnée de la sorte alors qu’il s’agissait vraiment d’une rencontre en tout bien tout honneur. Avec les conneries de sa mère, la maraichère redoutait de lui donner de l’induire en erreur sur ses intentions. De toute manière, l’affaire se réglerait bien d’elle-même. Même s’il l’avait intéressée, Nova se serait sûrement retrouvée à bégayer comme une idiote face à lui. Ce qui risquait bien d’arriver si elle continuait à se focaliser là-dessus.

Nova secoua la tête et se força à se concentrer sur sa respiration en récitant l’alphabet à l’envers. Elle pouvait se comporter comme quelqu’un de normal pour une soirée, c’était tout à fait dans ses cordes. Tout comme le déni et l’auto-persuasion l’étaient. La navette marqua l’arrêt dans le secteur des bars et des lieux communs et la brune descendit, tendu comme un fil électrique. Elle était tellement tendue qu’on aurait pu la croire transformée en tronc d’arbre comme cette fille dans un des mythes grecs que lui racontaient ses parents quand elle était petite. Zeck était déjà arrivé et l’attendait à l’entrée du bar, sous le panneau qui disait « Recel & marché noir interdit », le nez plongé dans un vrai livre véritable. Toute sa raideur disparut en voyant l’objet ouvert entre les mains de l’instructeur et ses foulées se firent plus grandes, pressée d’aller le voir de plus près. Un grand sourire l’accueillit et elle se sentit rosir un peu avant de l’imiter par réflexe. Et de rougir de plus belle face au compliment de Zeck.

— M’rci.

Marmonna-t-elle le nez sur ses chaussures. Elle piétina d’un pied sur l’autre en sentant un certain silence s’installer et rougit de plus belle en l’entendant en rajouter une couche. Son égo prenait un coup salvateur mais sa gêne était toujours là. Nova n’avait jamais su prendre des compliments. Elle avait dû rater le coche à un moment ou à un autre de sa croissance et depuis était incapable de prendre un compliment sans rougir ou bégayer. Pour éviter de paraitre plus ridicule qu’elle ne l’était déjà, la brune se contenta de hocher de la tête. Zeck sembla faire comme si de rien n’était et posa le livre dans ses bras, la faisant redresser la tête pour observer l’objet, émerveillée. Elle l’ouvrit à demi pour faire glisser quelques pages sur ses doigts, avec, sur le visage, l’air d’une gamine le jour de son baptême.

— Oh wow…

Ravie, la brune redressa la tête vers l’instructeur et lui offrit un grand sourire venu de nulle part.

— Ouep. Ouais… bien sûr.

Serrant le livre contre elle, elle se tourna vers la porte pour l’ouvrir et rentrer. Elle lança un petit sourire à Crius au bar et se glissa à une table dans un coin désert, face à Zeck et posa le livre devant elle pour l’ouvrir, le feuilleter quelques secondes avant de réaliser la rudesse de son comportement et redresser, un peu coupable, la tête vers son voisin. Elle le referma et croisa les doigts avant d’adresser une grimace qui se voulait sourire à l’instructeur.

— Euh… Tu vas bien ? Ta journée s’est bien passée ?

Elle se sentait prise en faute et sentit une vague de justifications forcer leur voie jusqu’à ses lèvres.

— Désolée, je… hm. Je n’ai pas souvent vu de livres faits de papier… alors un livre de papier sur les plantes…

Nova caressa amoureusement la couverture du bouquin. On aurait pu croire qu’elle était tombée sur une licorne.
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     Ven 21 Sep - 19:58
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t787-zeck-rivers#7074
Messages : 30
Âge : 36 ans
Occupation : Instructeur en pilotage
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2216 officiellement, il a longtemps tourné autour de la flotte pour aider avec son vaisseau
Avatar : Miguel Gomez
Crédits : Lilie
Zeck n'était pas le plus poétique des hommes, tout comme il n'était pas particulièrement éloquent. De part son manque flagrant d'éducation, de part sa jeunesse sur Keller, il lui était relativement compliqué de trouver de jolis mots, que ce soit pour une description ou un compliment. Il lui était encore plus difficile de faire de belles tournures de phrases, comme les politiques ou encore les hauts gradés étaient capables. Non, lui, était plutôt du genre direct, parler simplement, en allant le plus droit possible. Les détours exceptionnels que prenaient certains d'entre eux pour parler d'un sujet en particulier avaient une certaine tendance à l'agacer, lui donnant presque l'envie de s'enfuir au milieu d'une phrase, tant cela le poussait facilement à bout. En y ayant réfléchi plus d'une fois, l'instructeur en était arrivé à se dire que, son manque de chance et, son manque de talent auprès de la gent féminine était peut-être du à cela. La chose ne l'avait jamais perturbée plus que ça, à vrai dire. Sa mère lui avait sans cesse répéter qu'il devait être lui-même et, que de bonnes choses arriveraient forcément par arriver. Après tout, son oncle était sans aucun doutes le plus joyeux des hommes qu'il ait pu rencontrer durant sa vie et, il n'avait jamais eu de relation sérieuse et longue. Alors, pourquoi essayer de changer ? Dans tous les cas, voir Nova réagir ainsi, à un compliment si simple et peu élaboré l'amusa presque. Rouge comme une tomate, en n'osant soutenir le regard de l'instructeur, la demoiselle fixait timidement ses pieds, semblant s'amuser avec ceux-ci, probablement en espérant que cette gêne puisse disparaître, avant de finalement hocher la tête en guise de remerciement. Notre ami garda, au plus profond de lui, toute expression qui aurait pu se rapprocher, un tant soit peu d'un rire, ou d'un sourire amusé. Il aurait été idiot d'en rajouter, tant la jeune femme semblait déjà gênée. Pourtant, selon lui, une si femme devait être la cible de bien des tentatives de compliments, ou d'approches et, sûrement bien plus élaborée. En cela, la voir réagir ainsi rajoutait à son charme.

Pour couper court à ce petit malaise qui semblait s'être instauré entre nos deux protagonistes, le pilote finit par lui offrir son fameux livre. On aurait presque pu voir des étoiles dans ses yeux, tant la maraîchère semblait émerveillée par cette relique du passé, pour finalement relever les yeux vers son propriétaire pour lui offrir un magnifique sourire, ce qui eut l'effet de le détendre et le rassurer sur son état. De la grande timide renfermée, passer à un si grand sourire, cela avait de quoi le rasséréner. Lui rendant comme il le put son sourire, notre homme l'invita finalement à rentrer, chose qu'elle accepta facilement, avant d'entrer l'établissement, serrant le fameux ouvrage contre elle, tel le plus précieux de ses biens, chose qui fit doucement sourire Zeck. Lui-même n'avait jamais pris tant soin de cette relique du passé. L'experte en plante pris la tête de l'expédition et, trouva rapidement une table éloignée du reste des clients, après avoir salué le barman, telle une grande habituée du lieux. À peine posée, la jeune femme ouvrit le fameux livre qu'elle feuilleta un bref instant, avec une grande douceur, avant de se redresser, une étrange grimace sur le visage, l'air presque coupable d'on ne sait quoi, pour très vite prendre des nouvelles de son interlocuteur et de sa journée, pour finalement s'excuser de son comportement, expliquant n'avoir vu que très rarement de vrais livres, encore moins sur la botanique. Charmé, une fois de plus, Zeck se contenta de rire doucement en mettant ses deux mains devant lui, les agitant tout doucement, en se voulant rassurant. « Hola, hola. Ne t'inquiète pas pour ça, va, c'pas bien grave hein. J'comprends, j'étais pareil quand j'l'ai vu pour la première fois lui. J'suis né sur Keller, j'sais pas si t'en as entendu parler. Autant t'dire que là-bas, les bouquins sur la botanique, c'pas l'machin qu'on croise d'partout. » Riant doucement, Zeck baissa ses mains, pour les croiser devant lui, imitant quelques peu la position de Nova. « J'l'ai lu et relu, un nombre incalculable d'fois quand j'l'ai eu. C'est … C'mon oncle qui me l'a ramené, il avait fait un … Voyage sur Terre. J'suis pas sûr d'comment il l'a récupéré même si … J'ai ma p'tite idée. » Un petit rire bref, avant de reprendre, sans la moindre once de honte ou de gêne à l'idée d'en parler. « Bien avant que j'm'installe ici, on était dans la contrebande, mon oncle et mon père m'ont tout appris, dont l'pilotage et, ils s'gênaient pas vraiment pour prendre c'qu'ils voulaient. » Levant les yeux vers le plafond, avec un grand sourire nostalgique, pour finalement se rendre compte de son temps de parole. « Pardon, je parle, je parle, j'ai une p'tite tendance à m'étaler à chaque fois. »

Fort heureusement, un serveur arriva au bon moment, sauvant Zeck d'une gêne grandissante et inutile, remerciant cette intervention, quasi divine, au plus profond de lui. Il était question de passer commandes et, poliment, notre ami laissa choisir son invitée en premier, pour finalement glisser sa commande à la fin. « Ça s'ra une pinte d'blonde pour moi s'te plaît. Merci. » Attendant patiemment que le serveur se soit éloigné, l'instructeur finit par répondre à la question précédemment posée. « Bah, vui, ça va. Aujourd'hui on a tenté des manœuvres avec mes éléèves, sur des simulations, ça s'est plus ou moins bien passé, j'ai eu qu'deux crash sur ma classe donc, ça reste correct. Quelques p'tits trucs à corriger dans l'ensemble, mais ça devrait bien s'passer. » Un petit rire pour ponctuer, qui se mua très vite en une grimace, semblable à un rictus douloureux, rapidement suivi par quelques excuses. « Désolé, j'pense que c'pas forcément l'genre de … D'informations qui doivent être plaisantes pour toi. Du coup, toi, ta journée ? Bien passée ? Toujours à examiner les racines ? »
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     Jeu 4 Oct - 15:09
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t411-nova-aldren http://beyond-earth.forumactif.com/t417-supernova
Messages : 305
Âge : 26 ans
Occupation : Maraîchère
Habitation : Columbiad
Pseudo : Biss
Avatar : Stella Maeve
Crédits : Shiya (avatar) WickersJulia (gif)
Si elle s’était écoutée, Nova se serait renfoncée dans le siège avec le livre et une infusion de thé glacé à la menthe et aurait passé la soirée enfermée dans un silence religieux pour avancer sa lecture. Cependant, ses parents avaient travaillé dur pour faire d’elle une jeune femme bien élevée et la sensibiliser aux conventions sociales en vigueur sur la Flotte pour qu’elle se laisse aller de la sorte à ses désirs. Sans compter qu’elle soupçonnait fortement sa mère d’avoir refoulé une envie de la suivre pour être sûre qu’elle se comportait de manière appropriée à cette « rencontre » et qu’elle mettait toutes les chances de son côté pour leur assurer des petits-enfants. Son esprit rationnel rejetait la possibilité comme l’huile rejetait l’eau. Ses réminiscences de l’enfant qu’elle avait été, en revanche, avaient tendance à la pousser à la paranoïa. Qui sait quelle mère inquiète pouvait se cacher dans l’ombre des réseaux de circuits électriques ?

Dans le doute, Nova allait être un exemple de bienséance.

Un sourire reconnaissant accueillit les paroles de Zeck et elle sentit les muscles tendus de son dos se relâcher quelque peu. Le flot d’informations submergea le reste de vague culpabilité qu’elle aurait pu ressentir vis-à-vis de sa conduite et elle se laissa prendre par les mots de l’instructeur. Elle ignorait son origine kellari – à moins qu’il ne lui ait dit le soir de leur rencontre et que l’alcool avait simplement effacé l’information – et fut encore plus intriguée par l’origine de ce livre. On parlait beaucoup de la station et il courait de nombreuses rumeurs à son sujet dont il était dur de démêler le vrai du faux. À en croire les on-dit, Keller serait une espèce de repaire de pirates galactiques, un endroit mal famé où se retrouvaient les pires individus de l’espace exploré. Pourtant, Zeck ne semblait pas rentrer dans cette description et elle peinait à imaginer des parents rester dans un tel endroit alors qu’ils pouvaient élever leurs enfants dans des endroits plus sûrs.

Il ne lui laissa pas un instant pour l’interrompre – et l’aurait-il fait qu’il se serait retrouvé face à une Nova sans mots, suspendue à ses lèvres. La Terre ? Contrebande ? L’homme qui lui faisait face prenait soudain une dimension supérieure dont elle ne se serait jamais doutée et qui parlait à son univers de passionnée d’aventure – tant qu’elles arrivaient aux autres ou dans des fictions.

Elle maudit le serveur qui se posta à côté de leur table.

— Oh non, t’inquiète !

Assura-t-elle sans pouvoir aller jusqu’au bout de sa phrase du fait de l’intervention d’un serveur. Nova était fascinée par ce qu’il avait à dire de son passé et de celui du livre qu’elle avait entre les mains. Sans compter que ce qu’il avait à dire à ces sujets paraissait bien plus intéressant que ce qu’elle aurait pu avoir à dire de son côté. Des contrebandiers, des visites furtives sur Terre, une enfance sur Keller… on se serait cru dans le début d’un bon roman d’aventure. Non qu’elle pense que Zeck soit là pour la divertir ! C’était juste que Nova préférait écouter qu’essayer vainement de broder autour d’un quotidien qui ne sortait pas de l’ordinaire. Vivre par procuration était sa grande spécialité et si elle n’allait pas s’en vanter sur tous les modules résidentiels, elle s’en satisfaisait très bien. En attendant de pouvoir le relancer sur le sujet, la brune demanda le cocktail du jour avant d’adopter la même attitude que son voisin et retrouver la confidentialité de leurs deux seules présences.

Mais au lieu de lui en dire plus, Zeck répondit poliment aux autres questions de Nova qui sentit très vite qu’elle allait aussi devoir y répondre. Question de conventions sociales, tout ça… Elle se mit à rougir en repensant à ses exploits du temps où elle-même faisait partie de ce type d’élève et se gratta le cou pour se donner une vague contenance. Zeck, décidément très prévenant, sembla lire dans son jeu comme dans un livre ouvert et s’excuser des souvenirs qu’il avait pu faire remonter comme s’il était responsable de son manque de talent pathologique en pilotage.

— Oh non, t’in…

Elle s’arrêta au milieu du mot en lui trouvant un manque d’originalité pathétique et haussa les épaules avec un vague sourire pour souffler, à la place :

— C’est rien ! C’est loin. Il n’y a que mes parents pour pleurer sur ce que j’aurais pu devenir si j’avais eu un esprit plus spatial.

Nova pinça les lèvres d’un air fataliste. Elle passa une main dans son cou, l’autre resserrée sur son coude et essaya de trouver une position plus confortable.

— Non, de retour aux cultures aujourd’hui ! Je ne fais que donner un coup de main pour les racines mais mon vrai poste est auprès des fruits et des légumes. C’était… ça allait comme journée. Ce n’est pas vraiment digne d’un récit en X parties…

Sauf bien sûr les jours où un de ses collègues s’amusait à brancher un circuit électrique sur un citron ou qu’un autre décidait de créer des boules de plasma en soumettant des raisins à des micro-ondes… Elle lâcha un petit rire avant de changer de nouveau de position.

— Par contre toi… contrebandier c’est ça ? Tu dois en avoir des choses à raconter !

Taquina-t-elle avec un beau sourire, espérant de toutes ses forces qu’il saisisse la perche et partage avec elle quelques histoires de contrebande. C’est qu’elle aussi s’était lancée là-dedans – techniquement seulement, Nova était loin d’assumer son identité secrète et fortuite.
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     Sam 20 Oct - 19:50
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t787-zeck-rivers#7074
Messages : 30
Âge : 36 ans
Occupation : Instructeur en pilotage
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2216 officiellement, il a longtemps tourné autour de la flotte pour aider avec son vaisseau
Avatar : Miguel Gomez
Crédits : Lilie
Il n'y avait pas à dire, voir cette jeune femme rougir si aisément et, la voir si gênée aussi souvent avait quelque chose de plaisant et de charmant. Zeck ne pouvait qu'apprécier cette timidité, se retrouvant quelques peu dans ce malaise, tout en l'éloignant un peu de ces gens qu'il avait pu côtoyer et qu'il côtoyait d'ailleurs toujours. Nombreux étaient ceux, et celles, à se sentir supérieur pour tout et n'importe quoi, certain d'être des sortes d'élus intouchables, destinés à d'immenses choses. Sur Keller, bien entendu, notre homme en avait rencontré d'inombrables, passant les mailles du filet, par chance parfois, ou grâce à certaines compétences mais, cet orgueil beaucoup trop grand qu'eux, avait souvent eu raison de leur vaisseau, ainsi que du reste. La Flotte n'était pas en reste avec ce genre de personnages, qu'ils soient hauts gradés ou tout simplement des élèves avec de bonnes notes et, certaines pré-disposition à faire de belles choses. L'instructeur faisait ce qu'il pouvait pour les recadrer mais, malheureusement, une bonne partie d'entre eux n'écoutaient rien ni personne, ne les rendant que plus insupportable. Par chance, ce genre d'élève restait une minorité pour le boiteux. Ainsi donc, voir cette demoiselle, ainsi faite, avait ce petit quelque chose de rafraîchissant et d’apaisant, sans nul doute. Cependant, lui, finit par se sentir quelques peu coupable de lui faire ressasser ces choses du passé qui, semblait malgré tout toujours la retravailler. Pire encore, selon ses dires, ses parents lui en parlaient de temps en temps, chose qui l'acheva presque. La voyant toute gênée face à cette déclaration, Zeck se tenta à une petite tentative, espérant lui remonter, ne serait-ce qu'un peu le moral, en tapotant doucement son bras, qui frottait nerveusement son coude. Il faillit d'ailleurs lui toucher la main dans ce pseudo geste amical, ce qui lui offrit une petite absence. Ses lèvres finirent alors à s'agiter, timidement au début, avant de monter en confiance, après ce petit blanc. « Faut pas les écouter voyons. C'génial c'que tu fais puis, t'as l'air tell'ment passionnée par les plantes et tout, qu'ça aurait été bête d'te savoir dans l'espace nan ? Fin, tu participes à quelqu'chose d'vraiment cool, pour le moral d'beaucoup c'génial d'pouvoir aller s'balader là-bas, d'toucher l'herbe, voir … Voir tout ça, puis hey, manger des fruits c'est … T'sais quoi ? Avant d'arriver ici, j'en avais jamais vu eu, donc ouais, c't'une super chose. » C'est alors que notre homme remarqua le contact qui s'était éternisé, le faisant sourire bêtement en essayant d'enlever furtivement sa main de son avant-bras. Du moins, aussi furtivement que cesser un contact puisse l'être. Se grattant le cou à son tour en ne sachant guère où regarder, certain qu'elle pourrait s'imaginer des choses, le kellari enchaîna sur le même sujet. « Puis, t'sais, mon oncle il disait qu'tout l'monde était fait pour une chose en particulier, suffisait d'trouver et d's'y mettre à fond. Il y avait aussi une histoire de moule, que si t'étais pas fait pour rentrer d'dans, bah, en forçant, tout éclatait. » En fronçant nerveusement les sourcils, l'éclopé fit mine de forcer l'emboîtement de deux objets imaginaires, en les tournant dans tous les sens, avant de représenter le fameux éclatement. « Fin, j'tourne en rond, j'le sais, j'suis pas doué pour … Fin, tout ça. Mais, c'que tu fais ça t'plaît, ça s'voit, faut pas s'prendre la tête avec les rêves des parents, c'ta vie. Puis, si sortir dans l'espace ça t'fait rêver, j'peux peut-être organiser ça. » Un petit rire nerveux, avant de se gratter le nez, en soupirant, se sentant bête. « J'crois qu'ça sonne encore plus comme une invitation à un rencard. »

Se sentant idiot à nouveau, Zeck baissa le regard, fixant cette carte qu'il connaissait déjà par cœur, attendant qu'un miracle ne se produise, en le sauvant de sa bêtise et sa maladresse. Alors oui, c'était une femme très intéressante, très jolie aussi, tout comme elle semblait particulièrement gentille et agréable, mais sans nul doutes qu'à force de balancer des trucs comme ça, elle allait le prendre pour un gros con, ou quelque chose qui s'en rapprochait relativement bien. Bien vite, la conversation revint aux formalités et, à la journée de la belle, expliquant que son vrai travail était de s'occuper des fruits et légumes et que c'était une journée simple. Acquiescant d'un signe de la tête, Zeck répondit quelques mots, tout simplement. « Oui, je me souviens, on en avait parlé notre … J'allais dire notre première fois, mais ça sonne vach'ment … Voilà. Quand on s'est croisé l'aut'soir et que … Enfin voilà. Ça m'avait marqué cette info j'crois. » Un petit rire plus tard et, la maraîchère lui demanda, curieuse et avec un grand et magnifique sourire, de parler un peu de son ancienne occupation. « Oh bah ça oui ! Y'en a plein des choses à dire et ... » Reniflant nerveusement plusieurs fois en fronçant les sourcils à l'arrivée du serveur et de la commande. Le remerciant avec un sourire, Zeck proposa de trinquer avant de commencer à descendre sa pinte, pour finalement se souvenir que, d'un, il n'était pas seul et, de deux, une explication était en cours.

C'est donc après avoir descendu bien les trois-quarts de son verre et s'être essuyé presque délicatement avec une des serviettes mises à disposition que notre homme soupira un long moment en se tapotant son ventre, comme pour aider la descente. « C'est … Ouais, j'avais une vie bien remplie. Après … C'est pas d'tout r'pos, j'ai failli mourir une bonne douzaine de fois, voire même torturé, ou pire, si j'avais pas eu tant d'chance. » Regardant sa pinte avec nostalgie en souriant grandement, son regard vint finalement s'ancrer dans les jolis petits yeux de son interlocutrice pour continuer sur un ton plus joyeux. « Mais … Ce sentiment d'liberté, d'pouvoir aller où j'voulais, quand j'voulais et faire c'que j'voulais … Ah, ça … Ça n'a pas d'prix. Puis, j'travaillais avec mon père et mon oncle, on s'éclatait bien ensemble. J'ai pu visiter pleins d'coins, j'ai vu plusieurs stations, Mars, c'était … C'était vraiment sympa. J'ai du faire des choses pas … Pas très … Enfin, tu vois, j'étais pas forcément du bon côté du truc. Mais au final bah … Quand y'a eu … » S'arrêtant un petit instant en levant les yeux, pensif, vers le plafond, le conteur fit bouger ses bras en une sorte de cercle devant lui, comme pour désigner tout ce qui l'entourait. « Tout ça quoi, on s'est rangé du bon côté. On a aidé l'plus d'gens possible d'partir d'la Terre, on s'est pas mal fait tirer d'sus d'ailleurs. » Cette fois, ce fut un petit rire qui accompagna ses mots. « Puis, on connaissait du monde, on avait accès à du matos et tout, on a aidé comme on a pu la flotte, pendant un long moment. Oh ! T'aurais vu ma mère ! Elle était tell'ment fière d'nous voir faire c'genre d'choses ah … Fin, voir les étoiles dans les yeux d'maman c'était ... » Se frottant nerveusement l'oeil, comme pour empêcher la moindre larme de couler en repensant à sa mère, notre ami tenta de dissimuler tout ça en un faux rire nerveux. « J'étais tellement content d'pouvoir faire quelqu'chose d'bien, t'sais, j'ai jamais été bon qu'pour des mauvaises choses, du coup, pouvoir mettre ça au service d'bonnes choses c'était franch'ment cool. J'ai pas trop pu voir la Terre malheureusement, c'était compliqué, mais j'peux dire que j'ai eu la chance d'm'y poser. Puis … Voilà, sur un trajet, j'me suis fait toucher par des pirates, ça a pété un peu d'partout, j'ai perdu quelques passagers, ma jambe a … Fin, voilà, t'as vu, j'suis arrivé en un seul morceau et, j'me suis un peu calmé après. J'ai eu ma place à bord, j'ai fait abeille un p'tit moment et, au final, j'ai eu b'soin d'autre chose. » Un sourire en coin, presque triste, avant que la pinte ne soit finie d'une traite. « Désolé, j'parle beaucoup encore, puis ça doit pas être super intéressant tout ça, désolé. »
MessageSujet: (#) Re: Do you remember? - Nova     

RÉPONSE RAPIDE