Sharing part of myself ~ ft. Ana
MessageSujet: (#) Sharing part of myself ~ ft. Ana     Ven 15 Juin - 10:21

De retour d'un petit voyage pour décompresser et s'amuser, le Glass Spike reposait à nouveau sur le Colossus 5. Il allait rester là, posé à ne rien faire, un bon moment, à cause de l'arrivée des bybliens. Le vaisseau aurait aimé ne pas rester piégé comme ça, à l'intérieur d'un autre vaisseau, comme retenu dans le ventre d'un monstre géant. Enfin...C'était ce que je me disais, extériorisant ma propre envie de liberté pour la projeter sur le vaisseau. Même si au fond, mon vaisseau était autant un ami que pouvait l'être Thorn, depuis le temps que je voyageais avec lui, il était devenu une partie de moi.

Et là, le petit hic qu'il y avait, c'était que j'allais partager le Glass Spike avec quelqu'un d'autre. J'avais eu le choix, j'aurais pu dire non, j'aurais pu dire que je ne voulais pas partager un espace aussi réduit que la cabine de mon chasseur. Mais je ne me sentais pas à l'aise à faire ça, à refuser de donner mon aide à de nouveaux arrivants alors qu'on m'avait moi-même beaucoup aidé quand j'avais posé le pied sur la flotte la première fois. J'appréhendais ce moment, me demandant vraiment sur qui j'allais tomber, si ce serait une cohabitation sympathique ou non. Je n'étais pas vraiment réputé pour être très sociable, même si j'étais sur la flotte depuis dix ans maintenant, je ne m'étais pas vraiment montré très doué pour nouer des liens avec les autres...Un vrai misanthrope.

J'imaginais déjà quelqu'un d'un peu paumé, fraichement débarqué, qui ne savait pas encore vraiment où aller, quoi faire. Comme je l'avais été. Etais-je la bonne personne pour mettre à l'aise quelqu'un d'un peu perdu...? Pas sûr mais j'allais faire au mieux. Et au pire, je pouvais toujours postuler encore une fois pour le Fer et laisser le Glass Spike au nouveau venu quelques semaines, qu'il soit un peu plus à l'aise. Je verrais bien de toute façon, ça ne servait à rien de faire des plans sur la comète, on finissait toujours par se tromper. Je n'avais plus qu'à attendre de voir, attendre de connaitre la personne qui allait partager le chassrur avec moi, en espérant qu'on ne se marcherait pas trop sur les pieds.

On m'avait dit que le nouveau venu arriverait aujourd'hui, alors après mon service, j'étais retourné directement au Colossus. Je venais d'arriver au vaisseau, sans même avoir eu le temps de retirer mon uniforme. La porte du vaisseau était ouverte, montrant le petite cabine capable d'accueillir deux personnes et le poste de pilotage à l'avant de l'appareil. Le nouveau allait devoir prendre l'habitude de vivre dans un espace confiné, si il ne l'avait jamais fait ! Je me posai quand même cinq minutes, prenant le temps de m'asseoir sur une des couchettes pour vérifier les messages qu'on avait pu me laisser. Je me changerais après, j'aurais bien le temps, ça n'allait pas débarquer de sitôt quand même.
MessageSujet: (#) Re: Sharing part of myself ~ ft. Ana     Mar 19 Juin - 15:41
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 543
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

Sharing part of myself.
Ana & Valarr

Il faut croire que les délégués avaient autre chose à faire aujourd’hui et Ana leur aurait volontiers rappelé qu’il en était de même pour elle et que, non, les miliciens ne passaient pas leurs journées à glandouiller. Surtout en cette période, entre leur nouvelle affectation aux passerelles et la présence des Bybliens qui faisaient que la milice était particulièrement sollicitée. C’est ce qui arrive une fois de plus, tandis qu’un Byblien -probablement d’à peine moins de trente ans- était arrivé jusqu’à elle, lui expliquant qu’on lui avait assigné une cabine sur le Colossus, à partager avec un habitant de la Flotte, mais qu’il ignorait où se rendre précisément. En temps normal, Anastasia n’aurait guère hésité à le renvoyer auprès d’un délégué, quelqu’un de plus à même de gérer ce genre de cas, mais on lui avait gentiment fait comprendre que personne n’était disponible dans l’immédiat. La jeune femme aurait alors pu demander à son interlocuteur de demeurer patient, mais l’angoisse qui semblait émaner de ce dernier la dissuada de le mettre dans une telle position. Elle se souvenait de sa propre arrivée sur la Flotte, alors gamine, et de sa panique face aux interrogatoires des douaniers. Puis elle avait passé les jours suivants à angoisser pour tout et rien, perturbée par cet environnement inconnu au possible. Ce qui avait facilité son intégration, c’est son frère (et sa famille en général) ainsi que la présence de Rhil, lui donnant de ce fait des bases solides sur lesquelles s’appuyer. Ce Byblien n’avait peut-être pas le droit au même genre de soutien et bien que son passage sur la Flotte ne soit probablement que temporaire, la milicienne ne se voyait pas le laisser se débrouiller, à se demander à chaque seconde s’il faisait une erreur ou non. Qui plus est, chercher une adresse quelconque sur le Colossus lorsque l’on ne connaissait pas l’endroit pouvait s’avérer incroyablement complexe. Ce fut ainsi pour toutes ces raisons qu’elle abdiqua, offrant l’esquisse d’un sourire à l’homme qui lui faisait face et lui assurant qu’elle l’emmènerait à destination. Au moins pouvait-elle officiellement poursuivre ses patrouilles, et donc son travail, tout en aidant une personne dans le besoin. Qui plus est, jouer les guides ne l’avait jamais vraiment dérangé.

Il ne fallut pas longtemps à Anastasia pour guider le Byblien jusqu’aux hangars. L’espace d’un instant, la milicienne eut une pensée pour son pauvre interlocuteur qui allait devoir, visiblement, partager l’espace non pas d’une cabine mais d’un vaisseau. Si certains pouvaient être relativement cosy, d’autres paraissaient incroyablement exigus et pouvaient donner des angoisses à tout bon claustrophobe. Pendant un instant elle espère que les personnes qui prenaient en charge l’attribution des cabines avaient pris ce genre de paramètres en compte mais, s’abstenant du moindre commentaire, la jeune femme préfère interroger son compagnon du moment. Elle lui pose ainsi quelques questions, anodines, cherchant à savoir ce qu’il pensait de la Flotte, pour une première impression, avant de changer de sujet afin de s’intéresser à Byblos. Le teint bronzé de l’homme lui avait rapidement fait envie, le concerné s’attirant des œillades intéressées de sa part, simplement pour l’exotisme que ce faciès apportait à la Flotte. En tous les cas, ils arrivèrent sur place et Anastasia releva les yeux en direction du vaisseau qui allait devenir le foyer de Joris, car c’est visiblement ainsi qu’il s’appelait. Ne s’arrêtant pas là, de crainte que le colocataire du Byblien  ne soit pas présent, la milicienne s’engagea jusqu’à la porte donnant sur l’intérieur de la carcasse de ferraille au repos. Une porte déjà ouverte et si elle en fronce les sourcils un bref instant, se demandant d’instinct s’il y avait un problème, elle en vient rapidement à se dire qu’il s’agissait peut-être d’une invitation pour le Byblien perdu. N’hésitant pas, de ce fait, à s’approcher jusqu’à l’ouverture, elle passa sa tête à l’intérieur de celle-ci et capta rapidement la silhouette de Valarr, assis sur une couchette, son terminal en main. Ravalant un grognement agacé, estimant brièvement et avec ironie qu’elle était bien tombée, Anastasia retint toute trace de négativité et se contenta de se racler légèrement la gorge pour attirer l’attention du légionnaire. « Ton nouveau colocataire est arrivé. Lâche-t-elle simplement, se décalant légèrement avant de faire un signe de main pour inviter Joris à s’avancer. Joris, voici Valarr. Valarr, voici Joris. » Présente-t-elle brièvement tout en se demandant pourquoi diable elle jouait les entremetteuses alors que son rôle pouvait s’achever ici. Au fond, tout ceci n’avait rien de surprenant. Valarr devait sûrement, comme une bonne partie de la Flotte, se sentir concerné par les événements et était prêt à faire des efforts pour accueillir autrui comme on avait pu l’accueillir lui. Qui plus est, n’ayant visiblement pas de compagne ou d’enfants, il était plus aisé pour lui -comme pour elle- de faire preuve d’altruisme. Mais voilà, si elle avait pu apprécier le jeune homme à son arrivée, il n’en était pas moins devenu légionnaire. Pire, pilote au sein de la légion, tout ce dont elle avait toujours rêvé. Et si Anastasia se surprenait à être moins amère auprès de certains de ces militaires, il était encore difficile pour elle de regarder Valarr dans les yeux en faisant abstraction de sa jalousie dévorante.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 

RÉPONSE RAPIDE