serendipity - galrich
MessageSujet: (#) serendipity - galrich     Mer 13 Juin - 15:33

serendipity
Feat @Ulrich Weber
Qu'importe ce qu'elle essayait, l'image que reflétait le miroir ne lui convenait pas. D'habitude si simple, Galina avait décidé de troquer son tee-shirt contre une tenue plus sophistiquée pour l'occasion. Alors qu'elle retirait ce qu'elle venait d'essayer, ses pensées divaguèrent vers les raisons à l'origine de son tourment vestimentaire.

Quelques jours auparavant, qu'elle n'avait pas été sa surprise d'apprendre la démission du capitaine du Columbiad et la nomination d'Ulrich Weber pour le remplacer. Elle ne connaissait que trop bien ce nom qui appelait au respect et à l'autorité. C'était avec lui qu'elle avait commis un des plus grands faux-pas de sa vie, qu'elle avait trahi son ex-mari, une erreur ; une erreur qu'elle était cependant si loin de regretter dés qu'elle se ressassait cette nuit, à la fois si douce et si passionnée. Mais plus d'un an et demi après cet incident, maintenant qu'elle se reprenait enfin en main après ce divorce qui l'avait émotionnellement épuisée, la peur de tomber sur Ulrich s'était enfin évaporée, au point qu'elle trouva même le courage de lui envoyer un message pour le féliciter de sa promotion. Et la réponse n'avait pas tardé.

Il l'invitait à une soirée qu'il organisait pour célébrer son nouveau poste, en petit comité, dans le pub même où ils s'étaient rencontrés et si souvent retrouvés avant qu'ils ne commettent l'irréparable. Ne désirant plus retomber sur lui, Galina avait tout simplement arrêté d'y mettre les pieds, se tenant le plus possible à l'écart de ce lieu où elle avait cédé à la tentation. L'invitation était restée sans réponse pendant plusieurs jours, le temps pour elle de rassembler ses pensées et ses émotions, mais surtout de déterminer si se présenter là-bas était une bonne idée. Ce fut finalement sur un coup de tête qu'elle avait lâché prise et envoyé un simple « je serai là », au matin du grand jour.

Et la voilà qui stressait sur sa tenue, elle qui d'ordinaire s'en fichait si royalement. Elle opta finalement pour une fine robe à bretelles lui arrivant sous les genoux, noire avec des motifs, et qui mettait délicatement et délicieusement ses formes en valeur en suivant ses courbes et grâce à un cordon attaché autour de sa taille (tout à fait dans ce style). Pour terminer, elle appliqua un maquillage très léger pour se donner bonne mine et attacha ses cheveux en un chignon bas, laissant quelques mèches retomber sur les côtés de son visage (le fameux chignon Markle tmtc).

« Charlie, quelle heure est-il s'il te plait ? »

« Il est 20 heures et 2 minutes. Pour arriver à l'heure à votre soirée, vous devriez partir à 20 heures et cinq minutes. »

Remerciant l'intelligence artificielle, un autre choix cornélien s'offrit à la scientifique : devait-elle préférer une paire de talons ou une de ses paires de baskets ? Ulrich avait précisé que l'évènement serait plutôt intimiste, elle ne souhaitait pas attirer l'attention sur sa personne en étant trop habillée. Rapidement, d'un geste automatisé par la routine, Galina enfila ses sneakers blanches les plus neuves et soignées et quitta sa cabine, la laissant sous la haute surveillance de Charlie.

Lointaine était l'époque où elle s'aventurait souvent dans ce coin du Columbiad. À son grand soulagement, les choses n'avaient que très peu changé. Certains visages lui étaient même familiers. Cette atmosphère animée et familiale eurent tôt fait de la faire sourire tendrement. Il fut un temps où elle rêvait de venir vivre sur ce vaisseau, avec Marcus et un enfant, leur enfant, comme une belle famille unie. Elle se rendait compte désormais à quel point elle s'était bercée d'illusions, comme tous ces projets qu'elle avait envisagés n'avaient été en réalité que des mirages, une banale utopie. Cette nostalgie fut balayée en un instant par son angoisse grandissante à la vue du pub où devait se dérouler la soirée.

La devanture, comme le reste dans le quartier, n'avait en rien évolué. Elle se rappela soudain que sa dernière fois ici ne remontait qu'à un peu plus d'un an et demi et que ce n'était pas tant que ça, bien qu'elle avait l'impression d'avoir évité ce lieu pendant une éternité. Son terminal affichait qu'elle avait deux minutes d'avance qu'elle comptait bien passer dans la rue plutôt que dans le pub. Galina redoutait ces retrouvailles avec Ulrich. Avait-il changé ? Qu'avait-il fait depuis ? Comment vivait-il la démission de son ancien supérieur ? Mais ces questions n'avaient que peu de poids face aux autres, bien plus enfouies et secrètes. Malgré tous ses efforts, elle ne pouvait s'empêcher de se demander si l'attraction qu'ils avaient autrefois ressentie l'un pour l'autre serait toujours là, s'il avait l'intention de la courtiser comme avant ou s'il l'avait invitée par politesse. Si sa raison lui criait de fuir, de tourner le dos et de ne plus regarder en arrière, ses sentiments lui hurlaient quant à eux de foncer, d'ouvrir la porte du pub en grand et d'afficher un énorme sourire en croisant le regard du capitaine. Déboussolée par ses sentiments contradictoires, Galina ne sortit de ses pensées qu'à la voix de Charlie provenant de son terminal lui rappelant que l'heure de sa soirée était arrivée.

Reprenant ses esprits et affichant cet air confiant dont elle avait le secret, elle rejoignit finalement le pub où quelques personnes s'étaient déjà retrouvées. L'endroit ayant sûrement été privatisé pour l'occasion, il ne pouvait s'agir que d'invités. Elle les salua d'un petit sourire, cherchant au passage la star de la soirée qu'elle trouva au bar en train de commander. Dépasser la barre des quarante ans lui avait donné quelques rides, bien que de façon générale, son visage n'avait que très peu changé depuis leur dernière rencontre. Ce n'était pas la première fois qu'elle le voyait dans son bel uniforme noir et blanc, mais ce dernier avait subi quelques modifications avec sa promotion. En effet, ses épaulettes arboraient désormais des barrettes, signe de son grade. Au premier abord, sa barbe lui sembla plus longue mais la sensation de chatouillis sur ses cuisses la fit immédiatement changer d'avis, envahissant ses pensées des souvenirs de son contact à la fois doux, rugueux et piquant sur sa peau si fine et délicate.

Son souffle fut coupé et son cœur rata un battement quand le regard d'Ulrich se posa sur elle. L'impression d'avoir été prise la main dans le sac était trop imposante pour être chassée et Galina alla même jusqu'à imaginer qu'il avait compris ce qui lui avait traversé l'esprit un instant. Fière, elle garda sa carapace de femme confiante et lui offrit un grand sourire en s'approchant pour entamer une discussion.

« Bonsoir Ulrich. Félicitations pour la promotion ! » Posant son terminal sur le comptoir, elle commanda une pinte de Xingji avant de continuer. « J'ai été agréablement surprise en entendant la nouvelle à la radio. C'est quand même dommage pour le capitaine Reynold, ne pas s'entendre avec l'amirale à ce point... »

À vrai dire, elle n'osait pas encore le regarder dans les yeux. Elle se rappelait de leur clarté et de leur profondeur, et avait peur de s'y perdre à nouveau, comme ce fameux soir où elle avait dit oui bien plus d'une fois.
©️ FRIMELDA

MessageSujet: (#) Re: serendipity - galrich     Jeu 14 Juin - 23:11

serendipity
Feat @Ulrich Weber
« A la tienne, Ulrich ! Pourvu que les jours qui arrivent soient meilleurs que les précédents ! » Levant son verre, Ulrich entrechoqua sa pinte avec les verres de ses amis venus ici ce soir pour célébrer sa promotion. En effet, Ulrich avait été promu il y a quelques jours Capitaine du Columbiad. Ce serait mentir de dire qu'il n'en avait pas rêvé, ambitieux comme il était. Mais le rêver et le vivre étaient deux choses différentes. Il se rendait compte de cela maintenant. Il n'était pas spécialement du genre à se vanter de sa réussite, mais c'était en fait sa tante qui l'avait poussé à faire cette soirée. Elle avait été la première personne à qui il avait annoncé sa promotion. Lorsqu'il lui avait rendu visite, il s'était assis près d'elle sur le lit de soins, et il lui avait pris la main.

« Ma tante... J'ai quelque chose à t'annoncer. »

Sa première réaction avait été de penser qu'il se mariait. Il avait simplement sourit en lui répondant par la négative. Non, le jour où une Mme Weber partagerait sa vie lui paraissait de plus en plus lointain au fur et à mesure que le temps passait. Il lui avait alors expliqué qu'avec les nouvelles élections de l'Amiral, le Capitaine actuel du Columbiad avait décidé de renoncer à ses fonctions pour cause de désaccords majeurs avec Priya. Il avait alors légué sa place à son second, Ulrich. Les étoiles brillaient dans les yeux de sa tante lorsqu'il lui conta l'histoire. Il se demanda alors pourquoi il passait son temps à naviguer dans l'espace, puisque les seules étoiles qui valaient le coup d'être vues étaient celles-ci. De l'amour, de la fierté. Et aussi une mise en garde : la responsabilité que tout cela incombait. Sa tante lui avait ensuite suggéré de faire une soirée dans un des bars populaires du Columbiad où il aimait traîner. Et puis, Ulrich s'était dit, pourquoi pas. Il prenait très peu le temps de célébrer les victoires, et cette fois, l'occasion était inestimable.

Il avait donc convié via Starchat des amis, collègues, et autres connaissances qui pourraient venir prendre un verre s’ils le souhaitaient. Une suggestion d’invitation avait néanmoins retenu son attention. Une certaine Galina Adero. Un léger sourire étira ses lèvres lorsqu’il vit sa photo. Il avait déjà eu l’occasion de côtoyer la jeune femme, plusieurs fois. A voix haute, dans ses appartements, il demanda, par une question qui se voulait rhétorique, l'air un peu absent :

« Charlie, qui est Galina Adero ? »

« Galina Adero, 35 ans, ingénieur en nanobiotechnologie. Elle effectue actuellement des recherches approfondies sur l’ostéoporose. D’ailleurs, les inscriptions sont ouvertes pour rejoindre son groupe de test. »

« Merci, Charlie. »

Evidemment, sa question n’avait pas vocation à obtenir de réponse. Il savait qui elle était. Elle était une jeune femme qui avait croisé sa route de nombreuses fois. Mais il n'avait pas pour autant réussi à vraiment la cerner. Il se décida finalement à l’inviter.

« Alors, quelles seront tes premières décisions en tant que Capitaine ? » demanda Jameson, après avoir bu une gorgée de sa bière.

Ulrich haussa les épaules.

« Commencer par éplucher la paperasse qui s’entasse sur le bureau ! Ca commence par cela ! » répondit-il, déclenchant l’hilarité générale.

A vrai dire, la question était bonne. Ulrich avait de grands projets pour le Columbiad qu’il souhaitait ouvert, accueillant, berceau de rêves. Mais les moyens seraient à distribuer entre ces projets d’envergure, et pour l’instant, il n’avait pas eu le temps de s’y atteler. Ils rirent du bon vieux temps en racontant quelques anecdotes, et bientôt, les verres se vidèrent. Ulrich se releva, proposant d’aller les remplir à nouveau. Il les attrapa dans ses mains et arriva jusqu’au bar.

Il n’y était que depuis quelques secondes qu’il entendit une voix derrière lui.

« Bonsoir Ulrich. Félicitations pour la promotion ! »

Il se retourna, croyant reconnaître cette voix. Galina. La jeune femme avait l’air rayonnante. Elle ne semblait pas avoir changé depuis la dernière fois où ils s’étaient vus. Elle avait toujours ses grands yeux sombres, des pommettes hautes et bien dessinées. Ses cheveux formaient un chignon qu’Ulrich ne pouvait pas voir, mais qu’il se souvenait avoir déjà détaché par le passé. Des bribes de souvenirs lui revenaient alors qu’il observait la façon dont ses clavicules se dessinaient lorsqu’elle bougeait. Sa robe, fine, semblait épouser parfaitement les courbes d’un corps qu’il avait par le passé couvert de baisers. Il la remercia d’un signe de tête.

« Je te remercie, Galina. Le capitaine Reynold est resté fidèle à ses principes. Je pense qu’on ne peut pas lui en vouloir. »

Effectivement, peu importe leurs différences, Ulrich respectait les hommes de principe. En laissant sa place, l’ancien Capitaine avait montré qu’il s’en allait dignement, la tête haute, sans aucun regret. Laissant à Ulrich l’opportunité de prendre les rênes. Il tendit les verres vides au barman puis, s’accoudant au bar, replaça son attention sur l’ingénieure.

« Je n’étais pas sûr que tu accepterais de venir. Je ne pensais pas que ce bar continuait à faire partie de tes lieux favoris. »

Il jeta un œil à la table un peu plus loin, d’où il venait. Le groupe de quatre s’était dissout, et il ne restait plus que deux de ses amis, Marty et John. Ils avaient fait l’académie ensemble quasiment jusqu’aux stages. De forts liens s’étaient créés et même s’ils n’avaient pas pris tous la même voie, ils se voyaient toujours.

« Comment vas-tu ? »

©️ FRIMELDA

MessageSujet: (#) Re: serendipity - galrich     Ven 15 Juin - 17:47

serendipity
Feat @Ulrich Weber
Ulrich la remercia, et commenta vaguement la décision de démissionner de l'ancien capitaine du Columbiad. Il avait raison, rester fidèle à ses principes était primordial pour un bon épanouissement, mais de là à renoncer à son poste... Cela ne faisait que démontrer l'ampleur de leurs désaccords. À défaut de continuer à commander son magnifique vaisseau, il pouvait néanmoins se consoler dans une belle retraite avec enfin assez de temps pour profiter des nombreuses installations de la Flotte. Reynold avait beaucoup donné pour le Columbiad qui était un des vaisseaux les plus appréciés du nœud, il avait accompli un travail incroyable durant toutes ces années et laissait dans les mains de son successeur un appareil tenant la route. Dans sa démission, il partait tout de même avec honneur finalement.

Pour seule réponse, Galina se contenta d'offrir un sourire en coin plutôt léger et de reporter son attention sur le barman qui s'occupait de sa commande, plus par souci de ne pas savoir où regarder que par intérêt pour le (trop) jeune homme.

« Je n’étais pas sûr que tu accepterais de venir. Je ne pensais pas que ce bar continuait à faire partie de tes lieux favoris. »

Trahison d'une nervosité grandissante ou conséquence d'un relâchement progressif, l'ingénieur laissa échapper un petit rire. Elle s'était toujours convaincue qu'il ne remarquerait pas son absence de ce pub où elle avait autrefois passé tant de temps, et que le fait qu'elle n'y s'y présenta plus passerait entièrement inaperçu. Force était de constater qu'elle s'était lourdement trompée en essayant tant de se voiler la face.

« Et bien figure-toi qu'il n'est toujours pas remonté en haut de la liste de mes lieux favoris, mais j'avais entendu parler d'une soirée censée être un peu détente, organisée par un gars pour se célébrer lui-même... Je me suis dit que ça pouvait être sympa alors je suis venue voir. »

Pour compléter sa petite boutade moqueuse, Galina enchaîna avec un clin d'oeil taquin.

Puis le regard d'Ulrich se posant sur une table au loin, le sien suivit par curiosité. S'y trouvaient deux hommes qui semblaient avoir le même âge que leur hôte, discutant vivement, l'esprit sûrement déjà un peu embrumé par l'alcool. Ils avaient l'air de se connaître depuis longtemps, et à la lueur presque tendre et amusée dans les yeux du nouveau capitaine en les observant, elle en conclut qu'il s'agissait probablement d'un groupe d'amis de longue date.

« Je vais bien, beaucoup mieux que la dernière fois en tous cas, ça c'est certain. »
, s'exclama-t-elle en réponse à sa question toute simple. « Je me sens beaucoup plus fraîche, j'ai l'impression d'avoir gagné 2 ans plutôt que perdu ! »

Elle faisait bien évidemment référence à cette fameuse soirée durant laquelle elle avait cédé au beau Vice-capitaine après avoir appris que Marcus l'avait trompée avec Eirian. Galina était très talentueuse pour cacher ses émotions négatives, mais ce soir-là avait en quelque sorte fait exception. Plutôt que de pleurer toutes les larmes à en mourir de chagrin et de déshydratation, elle avait porté ce masque dur et froid si inhabituel sur son visage d'ordinaire si doux et souriant. Ulrich avait sûrement remarqué la différence, mais il avait tout de même accepté les avances directes et inattendues de la scientifique sans hésiter et elle ne pouvait pas lui en vouloir ; il était un homme censé après tout, qui de normalement constitué aurait refusé ?

« Et toi ? », lui retourna-t-elle la question pour éviter d'avoir à s'étendre plus longuement sur le sujet, « Comment ça va ? On a du te poser la question un millier de fois, mais prêt pour toutes ces nouvelles responsabilités en ces temps mouvementés ? »

Les boissons arrivèrent enfin et, attrapant sa pinte pour la soulever dans les airs, Galina ajouta :

« À ta réussite, Ulrich. »
©️ FRIMELDA

MessageSujet: (#) Re: serendipity - galrich     Mer 20 Juin - 13:28

serendipity
Feat @Galina Adero

Elle se mit à sourire, déviant un peu son regard et laissant échapper un petit rire pas tout à fait contrôlé selon Ulrich. De cette femme émanait une certaine grandeur, une certaine prestance, qui laissait supposer qu’elle était intelligente et qu’elle pouvait accomplir beaucoup si elle s’y employait. Ulrich se souvint que c’était ce qui l’avait attiré en premier lieu chez elle, lorsqu’ils s’étaient rencontrés une première fois dans ce même bar, puis plusieurs fois ensuite. Vous croisez beaucoup de personnes dans une vie, mais pas tous ne vous marquent autant que cette femme l’avait fait. Pour bien des raisons, elle avait hanté ses pensées, et elle était une source d’inspiration quasiment inépuisable pour le nouveau Capitaine. Ulrich se délectait de cet échange qui commençait avec elle, car cela faisait remonter des souvenirs agréables qu’il avait presque oubliés.

Après leur « rapprochement », Ulrich était revenu plusieurs fois dans ce bar qu’il fréquentait, avec la petite poussée d’adrénaline qu’il ressentait lorsqu’il pensait qu’il la retrouverait, assise au comptoir, souriante. Et pourtant, il ne l’avait pas revue après cela. Ils s’étaient quittés en bons termes, certes, mais Ulrich n’avait pas vraiment compris cette distance soudaine entre eux. Galina lui répondit avec une taquinerie, ce qui permit à Ulrich d’afficher un grand sourire. Et effectivement, elle était en pleine forme ! Buvant une gorgée de son verre nouvellement rempli, il se mit ensuite à sourire, et plongea son regard dans le sien.

« Il vaut mieux saisir toutes les opportunités pour célébrer quelque chose ! Tu sais bien que je ne rate jamais une occasion de boire un coup, surtout lorsque la personne à l’honneur est moi ! »

Il avait beau afficher cette fausse modestie, il est bon de rappeler qu’il n’avait pas souhaité organiser de fête. C’était sa tante, grandement malade depuis quelques mois maintenant, qui l’avait poussé à le faire. Il détourna le regard.

« Pour tout te dire, c’est ma tante qui m’a poussé à organiser cette soirée parce que je « travaille trop » et que j’ai « besoin de me détendre et de voir du beau monde » ».

Ulrich jeta un coup d’œil vers la jeune femme, et ajouta :

« Et je crois qu’elle avait raison. »

Toutes les occasions étaient bonnes pour faire une vanne et se détendre, alors se montrer charmeur constituait un agréable bonus. La jeune femme lui avoua qu’elle allait mieux qu’il y a deux ans, lors de leur dernière rencontre. Ulrich réalisa que cela faisait effectivement deux ans. Il n’était que second à ce moment-là, et loin de s’imaginer que deux ans plus tard, il serait capitaine d’un vaisseau regroupant plus de cinq mille personnes. Il se souvenait clairement de cette soirée, même si elle était lointaine. Galina, ravissante, mais teintée d’une sombre tristesse en apprenant que son époux l’avait trompée. La belle avait non seulement cédé à ses avances qui s’étaient faites nombreuses sur les semaines précédant cette soirée, mais elle en avait également été l’instigatrice. Au plus grand plaisir d’Ulrich. Un sourire distrait étira ses lèvres alors que des bribes de souvenirs lui revenaient. Un regard, une caresse, un souffle, un baiser,  un gémissement…

La question de Galina le tira brusquement de ses pensées.

« Je vais aussi bien qu’un gars qui se célèbre lui-même… »

Il lui dédia un sourire en reprenant le terme qu’elle avait utilisé précédemment, puis redevint sérieux.

« C’est excitant, en fait. Excitant et terrifiant à la fois. »

Il n’avait pas de problèmes à être honnête avec elle, pour une raison qu’il ignorait.

« J’ai hâte de pouvoir faire une différence et de participer de façon encore plus active au développement du Columbiad et par extension, de la flotte. Je suis prêt, enfin, aussi prêt que quelqu’un puisse l’être. »

Pour y arriver cependant, il devra s’entourer d’une équipe en qui il pouvait avoir confiance et qui soit motrice dans leurs idées. Elle leva son verre et Ulrich trinqua de bon cœur avec elle. Ils burent une gorgée, se taisant et laissant la musique un peu sourde et le brouhaha des conversations les entourer. Indiquant une table un peu plus loin, il lui proposa d’y aller, et la guida en passant une main au creux de sa taille. Ils s’assirent, et Ulrich s’enquit de prendre des nouvelles de la jeune femme.

« J’ai entendu dire que tu dirigeais un programme de recherches contre l’ostéoporose. Est-ce que cela progresse bien ? Tu penses faire des découvertes prochainement ? »

©️ FRIMELDA

MessageSujet: (#) Re: serendipity - galrich     Mer 20 Juin - 18:15

serendipity
Feat @Ulrich Weber
La plaisanterie sur la soirée, loin de le vexer, l'amusa au point qu'il la reprit à son compte par l'autodérision. La jeune femme ne réprima aucun rire et l'écouta avec attention lorsqu'il parla de sa tante, la véritable instigatrice du petit événement privé. Ce n'était pas la première fois qu'il parlait d'elle, et si la mémoire de Galina ne la trahissait pas, elle était son seul parent encore en vie. Il lui semblait que deux ans auparavant déjà, elle avait commencé à subir les effets indomptables de la prise d'âge. Un court instant, l'ingénieur se demanda comment la vieille dame se portait et ce, même si elle ne l'avait jamais rencontrée. Mais elle n'osa pas demander.

Le rouge lui monta aux joues quand il la regarda droit dans les yeux pour lui dire que sa tante avait eu raison d'insister pour qu'il voie du beau monde. Elle se contenta pourtant seulement de sourire et de baisser un peu le regard. En arrivant, elle s'était demandée de quelle façon il l'accueillerait, plutôt amicalement ou plus, et elle venait d'avoir sa réponse. De toute évidence, l'attraction était toujours là, cachée quelque part derrière une grande muraille de civilités et de politesses construite par ces deux années sans se voir ni se croiser.

Quand Ulrich se mit à parler de ses nouvelles fonctions et responsabilités, tout son visage s'illumina à en éblouir la pièce ; mais ce n'était probablement que Galina qui voyait les choses de cette façon, engloutie par ces yeux clairs à la fois si profonds et si éclatants. La passion avec laquelle il expliquait qu'il était prêt à endosser ce rôle, à exploiter toutes les ressources mises à sa disposition pour développer le vaisseau dont il était devenu le capitaine, et à participer aux nouvelles orientations de la Flotte forçait l'admiration. Et la scientifique tomba en plein dans les mailles du filet de ladite admiration, sans chercher à se retenir ou à s'accrocher à quoique ce soit.

Ayant tous deux été servis par le barman à qui elle offrit un petit sourire en remerciement, on l'invita à aller s'installer à une table non loin où ils pourraient discuter librement. La main qui se posa délicatement dans son dos, effleurant le fin tissu qui recouvrait sa peau, envoya une décharge électrique dans tout son corps qui aurait pu être imperceptible si elle n'avait pas déclenché une vague de frissons et de chair-de-poule.

« J’ai entendu dire que tu dirigeais un programme de recherches contre l’ostéoporose. Est-ce que cela progresse bien ? Tu penses faire des découvertes prochainement ? »

Avant de répondre, Galina s'empara de sa pinte pour boire une autre gorgée de Xingji. La fraîcheur de la boisson lui donnait l'impression qu'elle réussissait à combattre la chaleur, la température ayant peu à peu grimpé au fur et à mesure de la conversation avec Ulrich, Ô le bel Ulrich. Sa bouche s’entrouvrit pour commencer à parler de ses recherches – très probablement avec la même ardeur que le capitaine un peu plus tôt – mais elle fut interrompue par une main qui se posa sur le dos de sa chaise et une voix masculine inconnue.

« Bah alors Ulrich, tu ne présentes pas ton amie ? » L'inconnu était grand, et semblait bien bâti sous son uniforme noir de milicien. Ses cheveux, d'un blond doré comme on en voyait rarement, complimentaient parfaitement ses yeux verts émeraude. Sa mâchoire était finement dessinée, tout comme son nez dont l'arrête était tout aussi affine qu' y=ax+b.

« Il faut toujours tout faire soi-même par ici... », glissa-t-il à Galina d'un air faussement secret et en faisant semblant de chuchoter. « Jameson, enchanté. »

Gracieusement, le trop bel homme sorti d'un conte attrapa la main de l'ingénieur posée sur la table et déposa un baiser dessus, le regard tel celui d'un (gentil) prédateur observant sa future proie. Et c'est donc avec un grand sourire, quoiqu'encore un peu médusé par la prestance du fameux Jameson, qu'elle répondit d'une voix douce :

« Ravie de faire ta connaissance Jameson, moi c'est Galina. »

©️ FRIMELDA

MessageSujet: (#) Re: serendipity - galrich     Jeu 21 Juin - 9:14

serendipity
Feat @Galina Adero


Ils s’assirent à table, et Ulrich attendit patiemment la réponse de la belle. Un peu plus loin, il croisa le regard de Jameson qui l’observait. En voyant Galina, ce dernier leva un sourcil, puis un grand sourire un peu carnassier vint modifier son visage. Ulrich tenta de lui faire passer en un regard qu’il n’avait pas besoin de sa présence à cette table, vraiment pas, mais il lui sembla que ce message n’arriva pas jusqu’au destinataire, car quelques secondes plus tard, le voilà qui avait posé sa main sur le dos de la chaise de la jeune femme.

« Bah alors Ulrich, tu ne présentes pas ton amie ? Il faut toujours tout faire soi-même par ici… »

Le commandant eut un soupir un peu amusé.

« Tu sais que je t’ai entendu quand même… »

Jameson était son ami, un de ses plus proches même. Son don pour s’attirer des ennuis auprès de la gente féminine était presque devenu légendaire au fil des années. De nombreuses fois ils avaient fait la fête ensemble, et Ulrich en gardait un très bon souvenir. Mais il valait clairement mieux ne pas être de sexe féminin pour trainer avec lui. D’ailleurs, le nouveau commandant espérait vivement qu’il trouverait son parfait adversaire, quelqu’un qui aurait autant le goût pour la fête et les histoires sans lendemain que lui, et il espérait pouvoir être témoin de ce jour. Comme à son habitude de dragueur invétéré, Jameson attrapa la main de Galina, fit un pas en arrière pour pouvoir y déposer un baiser, tout en se présentant. La jeune femme se mit à sourire, et Ulrich but une nouvelle gorgée de son verre. Elle se présenta à son tour. Ulrich prit la parole, s’adressant à Jameson.

« Tu vois, elle n’a pas besoin de moi pour se présenter. »

A vrai dire, elle n’a besoin de personne, pensa le commandant au fond de lui, sans le dire à voix haute. C’était aussi son indépendance qui faisait son charme. Cette femme n’avait rien laissé l’abattre malgré ce qui lui était arrivé. C’était probablement une des personnes les plus fortes qu’Ulrich connaissait. C’est aussi ce qui créait cette attraction permanente et électrique entre eux. S’il le sentait, elle devait le ressentir aussi. La question était de savoir qu’en faire.

« Si j’avais su qu’une si belle femme viendrait ce soir, j’aurais fait un effort vestimentaire ! » plaisanta Jameson, même si Ulrich était à peu près sûr que c’était faux.

« Si tu avais su qu’une femme aussi brillante venait, tu ne m’aurais pas lâché pour que je te dise tout ce que je savais d’elle pour trouver un moyen de l’aborder. » lâcha Ulrich, le sourire aux lèvres.

Jameson but une gorgée puis s’esclaffa. Il ouvrit ses bras en rigolant.

« Et regarde, j’ai quand même réussi, mais pas grâce à toi ! »

Ulrich se mit à rire, et il entrechoqua leurs verres. Ils burent en silence pendant quelques secondes, puis Ulrich reposa son verre. La compagnie de Jameson lui était vraiment plaisante. Mais le commandant ne désirait pas spécialement que Galina finisse sur le tableau de chasse de son ami, et il comptait bien rester attentif à ce que Jameson disait.

« Tu n’as pas une quelconque miss à aller draguer ? Les adultes étaient en pleine discussion avant que tu n’arrives. » le taquina Ulrich, l’alcool aidant.

Jameson se mit à rire, avala de travers puis toussa quelques instants, avant de reprendre, prenant une chaise.

« Nooon, je crois que je vais rester un peu vous écouter. J’ai rien d’autre de mieux à faire de toute façon. »

Ulrich leva un sourcil, puis reporta son regard sur la jeune femme. Sans un mot, il mima le mot « Désolé » dans sa direction. Ceci signifiait à peu près que à l’instant où la jeune femme se lassait de la compagnie de Jameson, elle devait lui donner le signal. Décidé à faire comme si son ami n’était pas là, Ulrich demanda à la jeune femme :

« Alors, ce programme de recherches ? »

©️ FRIMELDA

MessageSujet: (#) Re: serendipity - galrich     Jeu 21 Juin - 13:30

serendipity
Feat @Ulrich Weber
Dans le pub, on ne devait plus entendre que les boutades des deux hommes et le rire de Galina qui ne masquait pas son amusement en les écoutant se renvoyer la balle, répliquant et rétorquant habilement et avec une rapidité déconcertante. La jeune femme, qui avait toujours été fière de ses capacités intellectuelles, fut touchée de la correction faite par Ulrich, la décrivant comme « brillante » et non seulement « belle » comme l'avait fait Jameson. Même si elle ne s'en était pas offusquée – il ne la connaissait pas après tout –, savoir qu'Ulrich voyait en elle au-delà de son physique était rassurant.

Lorsque les deux amis trinquèrent, Galina resta en mode spectateur et n'y prit pas part, se contentant de siroter à nouveau sa pinte, bien déterminée à la finir rapidement pour commander un autre verre bientôt.

« Tu n’as pas une quelconque miss à aller draguer ? Les adultes étaient en pleine discussion avant que tu n’arrives. »

Il était donc un séducteur invétéré. Au physique très avantageux de l'homme et à son attitude, elle s'en était doutée. Mais cette façon qu'il avait d'exagérer ses manières pour la charmer avait le don de la faire sourire, et ce fait seul était largement suffisant pour démontrer que son numéro de charme fonctionnait. Ce qui l'étonna en revanche, ce fut la réaction de Jameson qui, loin de se sentir de trop, attrapa la chaise à côté d'elle et s'y installa sans même lui demander la permission au préalable. Cette absence totale de gêne ne la vexa pas, bien au contraire même. Son seul regret était de voir se terminer son entretien personnel avec Ulrich qui lui jetait désormais un petit regard de chien battu en mimant le mot « désolé » avec ses lèvres. À l'abri du regard de Jameson, elle lui répondit « ce n'est rien » en suivant le même procédé.

Ignorant totalement son ami fraîchement installé, il lui reposa la question à laquelle elle n'avait pas pu répondre plus tôt.

« Écoute ça avance bien, c'est super ! J'ai obtenu l'autorisation de lancer un programme d'étude à petite échelle, je cherche des individus qui seraient prêts à le suivre. »

L'ingénieur se tourna vers Jameson, les yeux plissés et une idée clairement bien placée derrière la tête.

« Tu serais pas atteint d'ostéoporose toi, par pur hasard ? »


Malchance, il secoua la tête de gauche à droite avant d'ajouter qu'un homme comme lui ne tombait jamais malade. Un « oh » couplé à un lent haussement des sourcils et mouvement de tête fut la seule réponse qu'il obtint de Galina, qui partagea finalement son amusement avec Ulrich assis devant elle avec un sourire complice.

« Je suis à peu près sûre que ça va marcher. Le problème, c'est plutôt de déterminer avec exactitude les effets secondaires possibles et surtout leur degré. S'ils sont trop forts, je vais devoir continuer à bosser dessus pour améliorer tout ça. »


Elle espérait de tout cœur voir ses recherches aboutir avec cet essai. Elle s'était mise à travailler sur l'ostéoporose pour son collège, Rhil, qui était d'ailleurs sur la liste du programme, et accordait beaucoup de temps à cette partie dans ses études. Mais pour ce faire, elle avait du délaisser ses travaux sur les maladies immunitaires pourtant en hausse chaque année, la vie dans l'espace ayant des conséquences désastreuses sur les système de défense des corps des stellariens, en particulier ceux arrivés avec la première vague. La voix de Jameson coupant celle d'Ulrich qui avait commencé à parler la sortit de ses pensées.

« Belle ET intelligente, je comprends que t'aies cherché à la garder que pour toi, mon grand ! »

Le rouge monta immédiatement aux joues de Galina qui, d'ordinaire si confiante, se trouva embarrassée par ces quelques mots. Dans le fond, elle espérait secrètement qu'il avait raison, qu'Ulrich ne l'avait présentée à personne en arrivant par égoïsme et non par oubli, mais pragmatique, elle jeta vite cette idée à la corbeille pour se rendre à l'évidence : ce genre d'acte, ça n'arrivait que dans les histoires pour enfants. S'il y avait bien une chose qu'elle avait retenu de ses trente-cinq années de vie, c'était que les relations sentimentales n'avaient rien de romantique, et qu'il ne fallait rien attendre d'elles si ce n'est un peu de réconfort.

« Je te ferais savoir qu'on ne peut pas garder quelqu'un pour soi quand cette personne n'est pas à nous. Et vu que je n'appartiendrai jamais à qui que ce soit... », laissa-t-elle pendre en levant légèrement son verre, le regard planté dans celui d'Ulrich, pour ensuite en tirer quelques gorgées et se rafraîchir les idées.

Elle avait déjà tout donné à quelqu'un autrefois, et elle n'était pas prête à commettre la même erreur. C'était une chose de fréquenter quelqu'un, de l'aimer peut-être même, bien qu'elle ne soit plus sûre de savoir comment faire. Mais se donner corps et âme à un autre, lui offrir son être et sa personne à s'en oublier bêtement, se perdre dans ses bras bercée par des mirages et des illusions d'amour, ce n'était plus pour elle. Ce n'était plus pour la femme forte et indépendante qu'elle était devenue. Si elle devait aimer demain, alors elle aimerait à demi-mesure, protégeant et son cœur et sa tête de la gifle donnée par la même main qui l'avait tant de fois caressée.
©️ FRIMELDA

MessageSujet: (#) Re: serendipity - galrich     Jeu 21 Juin - 14:26

serendipity
Feat @Galina Adero


L’arrivée inopinée de Jameson avait finalement permis à Ulrich de gagner un peu de complicité avec la jeune femme. Son excuse restée silencieuse n’en était pas vraiment une, après tout, s’il voulait lui parler juste à elle, il n’aurait pas convié toutes les autres personnes sachant qu’elles pouvaient interrompre à tout moment. Galina lui répondit en rentrant dans son jeu, ne lui en voulant visiblement pas pour les actions de son ami. Ulrich l’écouta ensuite prendre la parole pour répondre à sa question. Elle dit qu’elle cherchait des volontaires pour participer à son programme d’étude. Le commandant se dit que les volontaires ne devaient pas manquer sur la flotte, l’espace fragilisant les gens plus rapidement que sur Terre.

Galina se tourna vers Jameson, lui demandant s’il n’était pas atteint d’ostéoporose. A la réponse de l’homme blond, Ulrich retint un rire. L’ingénieure lui lança un regard complice en lâchant un petit « oh » qui voulait tout dire. Ulrich soupira, secouant la tête pour lui signifier qu’il comprenait ce qu’elle voulait dire. La facilité avec laquelle ils communiquaient de façon non-verbale l’étonna un peu, soit dit en passant. Ulrich renchérit, histoire d’enfoncer un peu plus Jameson.

« Encore faudrait-il qu’il sache ce que « ostéoporose » veut dire. »

Faussement offusqué, Jameson pouffa et reprit à boire. Ulrich guetta la réaction de Galina à sa vanne, qui se matérialisa en un sourire et un petit pincement de lèvres.

Elle reprit en expliquant que la partie compliquée de son étude était les effets secondaires que son traitement pouvait induire. Elle devait trouver un moyen de les diminuer ou de les neutraliser pour qu’ils ne soient pas handicapants. Ulrich hocha la tête.

« Oui, j’imagine que ça ne doit pas être facile. Tout médicament ou traitement a des effets secondaires, mais pour que ce soit un bon médicament ou traitement, il faut que les effets secondaires ne dépassent pas les bénéfices. »

Ulrich était loin d’être un expert, mais les sciences l’intéressaient, alors il tentait de se documenter s’il le pouvait. Il reprit une gorgée de bière. La boisson commençait à lui monter un peu à la tête, comme le montrait la température ambiante qui commençait à grimper.

« Je serais ravi que tu me montres tes travaux, Galina. Quand tu as le te »

« Belle ET intelligente, je comprends que t'aies cherché à la garder que pour toi, mon grand ! »

Ulrich lança un regard un peu plus dur à Jameson. Il était complètement fasciné par la scientifique, l’observant avec insistance entre deux gorgées de bière. Ulrich savait très bien ce qui constituait ses pensées à ce moment précis, et le fait que Galina en soit l’objet le désarçonnait un peu. Il se sentait comme sous une mission de veiller à ce qu’elle ne soit pas importunée, à ce qu’elle soit bien. Un léger sourire vint contrecarrer ses pensées lorsqu’il se rappela d’un détail : Jameson avait eu vent de sa brève aventure avec une femme mariée. En revanche, Ulrich ne lui avait jamais révélé l’identité de cette femme. Ce à quoi Jameson pensait en cet instant, Ulrich avait pu le faire, il y a presque deux ans de cela. Ceci dit, l’homme était intelligent, il finirait par comprendre. Cette pensée le rendit un peu fier, de façon totalement égoïste bien sûr. Cela faisait encore un secret que lui et Galina gardaient ensemble dans la complicité. Et ce n’était pas pour lui déplaire.

La jeune ingénieure lui répondit du tac au tac, avec une pique bien placée. Ulrich ne gâchait pas son plaisir de voir son ami se faire mener par le bout du nez, et il était heureux que quelqu’un enfin s’oppose à son petit jeu de charmeur qui marchait dans 99,9% des cas. Galina le regardait avec intensité, droit dans les yeux. A cet instant, il semblait que rien d’autre n’était autour d’eux. Ulrich avait la sensation familière que ces quelques mots lui étaient directement adressés. Il ne cherchait pas à leur donner un sens plus pointu que celui qu’ils portaient déjà. Leur complicité, à ce stade, était évidente, leur attraction également. C’était une femme forte, indépendante, indomptable. Et Ulrich était forcé d’admettre que ce tempérament forçait si ce n’est l’admiration, le respect.

Des souvenirs brûlants de leur nuit d’il y a deux ans surgirent à nouveau, pendant ce regard qu’ils échangeaient et soutenaient. Lorsqu’il l’avait retrouvée, seule au comptoir, l’air perdue dans ses pensées. Il s’était approché pour lui faire la bise, comme à son habitude, mais elle s’était montrée distante. C’était à peine si elle lui avait dit bonjour. En creusant un peu, Ulrich avait fini par lui tirer les vers du nez, et elle lui avait avoué que Marcus son époux l’avait trompée. Alors, doucement, Ulrich avait passé sa main sur son bras, tentant de la réconforter. Un petit moment avait passé, et alors qu’elle ne lui parlait pas plus, Ulrich allait s’en aller pour lui laisser de l’espace. Il s’était levé, avait pris sa veste. A cet instant, Galina lui avait attrapé le bras et lui avait sauté au cou. Ce qui était d’abord une étreinte s'était transformé en quelques caresses apaisantes, puis quelques baisers. Et avant même que l’un ou l’autre ne s’en rende compte, ils s'étaient mis à danser une danse qu’on ne danse qu’à deux.

Des frissons hérissèrent ses poils de bras, ce qui était incohérent avec la chaleur de la pièce. Il prit une nouvelle gorgée et reporta son attention sur Galina, qui répondait aux questions de Jameson, qui bizarrement étaient beaucoup plus ciblées.

« Tu as l’air de beaucoup travailler, mais il ne faudrait pas te tuer à la tâche non plus. Tu n’as personne à qui revenir le soir chez toi ? Un mari, un amant peut-être ? »

©️ FRIMELDA

MessageSujet: (#) Re: serendipity - galrich     Jeu 21 Juin - 15:58

serendipity
Feat @Ulrich Weber
Le temps semblait s'être figé autour d'eux, autour de ce regard échangé, complice, entendu. Galina n'avait pas oublié son environnement, ni son voisin de table ou les autres invités, mais cette impression de vivre un moment de communion fixé dans un instant ne la quittait pas. Un peu à l'image de la relativité restreinte, leur communication silencieuse allait si vite que le temps en venait à s'écouler plus lentement, mais seulement pour eux. En un regard, ils étaient tombés dans un trou noir et s'étaient retrouvés dans un autre univers, entièrement identique mais propre à eux seuls. C'en était effrayant, au point qu'elle en eut la nausée. Ils ne s'étaient pas vus depuis près de deux ans, et à peine se retrouvaient-ils que cette attraction qu'elle avait combattue pendant si longtemps auparavant revenait au pas de course, envahissait son espace privé sans toquer, voire même en défonçant les portes. Et il n'avait suffi que d'un regard. Troublée, elle se demanda même comment elle avait réussi à lui tenir tête pendant autant de temps. L'espace d'un moment, une frayeur terrible accapara ses pensées : et si elle cédait à nouveau ? Et si elle se perdait auprès d'un autre, Ulrich après Marcus ? Sa détermination ne laissa pas ses émotions l'emporter et rapidement, elle se ressaisit et arracha volontairement son regard à celui du capitaine. Elle venait de se le dire, de se le promettre : non, elle ne plongerait pas à s'en noyer.

« Tu as l’air de beaucoup travailler, mais il ne faudrait pas te tuer à la tâche non plus. Tu n’as personne à qui revenir le soir chez toi ? Un mari, un amant peut-être ? »

Galina se tourna lentement vers Jameson qui masquait de moins en moins ses intentions – il venait d'ailleurs de passer son bras derrière elle pour le poser nonchalamment sur sa chaise –, et leva un sourcil, l'air faussement interrogateur. Dans d'autres circonstances, les avances du milicien auraient pu être la bienvenue – il était à la fois drôle et bel homme après tout. Mais pas ce soir. Malgré toutes les tentatives du grand séducteur, les pensées de la jeune femme finissaient toujours par se tourner vers l'autre homme de la table. Tous les charmes de Jameson ne pouvaient effacer ceux d'Ulrich, à ses yeux supérieurs, et encore moins les souvenirs qu'elle avait de lui. Avec quelle force avait-elle pu aimer Marcus pour que cette attraction si forte et loin d'être nouvelle ait été placée en arrière-plan si longtemps ?

En temps normal, elle aurait répondu avec sarcasme, dans l'immédiat, sans même avoir à réfléchir. Mais en la présence d'Ulrich, elle ressentait le besoin étrange et malvenu de prendre le temps pour trouver la réponse adéquat. Elle ne savait se décider entre un sous-entendu sur son passif, qu'il s'agisse de son mariage ou de son aventure, ou une réponse nette et simple sur sa situation actuelle. Le manque de temps pour éviter un silence embarrassant fit un choix pour elle, et il opta pour le respect de leur vie privée.

« Mon travail est mon amant. Quelqu'un doit bien se pencher corps et âmes sur les maladies qui rongent les personnes qui ne sont pas aussi exceptionnelles que toi, et qui tombent malades. C'est-à-dire quasiment tout le monde. »

Elle ponctua sa phrase d'un sourire taquin dissimulé derrière sa pinte dont elle prit une nouvelle gorgée. Elle aurait d'ailleurs bientôt terminé de la boire. Heureusement, car elle était de moins en moins fraîche et donc, de moins en moins délicieuse.

« Et puis, je ne pense pas que ce sera toi qui m'expliquera les bienfaits d'avoir une seule personne dans sa vie pour nous attendre à la maison, hum ? »


Comme un réflexe, Galina se tourna à nouveau vers Ulrich pour partager son amusement. Mais cette fois-ci, elle ne tarda pas à détourner le regard pour reporter son attention ailleurs. Le jeu était trop dangereux, et sa volonté ce soir trop faible pour qu'elle prenne de tels risques.

« Dis-moi Jameson, pour quelqu'un qui aime tant se pavaner, tu ne parles pas beaucoup de toi... » La main cachant ses lèvres de la vue du milicien, mais la voix portant assez haut pour qu'il entende et revêtant un ton suspicieux, elle demanda à Ulrich :

« Il a un secret, c'est sûr... Tu le connais ? C'est croustillant ? »


Puis d'un coup sec, expérimenté, elle termina sa Xingji et tendit le verre en le balançant au milicien à sa gauche. Elle venait de trouver le parfait prétexte pour passer ne serait-ce que quelques minutes un instant seule avec la star de la soirée.

« Un véritable gentleman irait me chercher un nouveau verre et me laisserait mener l'enquête. »

©️ FRIMELDA

MessageSujet: (#) Re: serendipity - galrich     Jeu 21 Juin - 17:07

serendipity
Feat @Galina Adero


Ulrich observait attentivement Jameson qui prenait ses aises avec Galina. Cet homme avait une façon de s’approprier une situation et de retomber sur ses pieds à chaque fois qui le sidérait. Aujourd’hui, il se comportait comme il le fait avec n’importe quelle femme qu’il avait envie de mettre dans son lit, sauf que là il s’agissait de Galina, et Ulrich ne pouvait tolérer qu’il lui fasse cela. Elle n’était pas comme les autres, elle ne méritait pas ce traitement. Jameson avait passé son bras sur le dossier de sa chaise, lui permettant ainsi de se rapprocher d’elle.

Galina répondit à sa question très précise par une réponse assez évasive. Elle lui dit qu’elle ne se consacrait qu’à son travail. La voyant parler, la voyant se mouvoir, Ulrich était captivé par cette femme qui s’exprimait avec humour et subtilité. Il termina sa bière, observant en silence la seine. La belle se mit à sourire, et comme dans un écho, le commandant du Columbiad se mit à sourire également. Effectivement, la voir remettre Jameson à sa place était la chose la plus divertissante de la soirée. Sa remarque sur son collègue montra à Ulrich qu’elle n’était pas dupe, et qu’elle avait bien cerné le genre d’énergumène auquel elle avait affaire.

Créant une petite bulle de confidence, la demoiselle s’adressa à Ulrich pour lui demander quel était le secret de Jameson. Ce dernier haussa les épaules. Des secrets, il n’avait que cela. Mais il n’appartenait à Ulrich de les révéler. Un sourire illuminait le visage de Galina. Ulrich se perdit un moment dans cette contemplation. Mon dieu qu’elle était belle… La grâce et l’élégance étaient dans chacun de ses gestes, dans chacune de ses paroles. Elle tendit son verre à Jameson avec un sourire. Ce dernier s’exécuta, non sans lâcher un « A vos ordres, madame. » avant de partir.

Une fois seuls, Ulrich poussa un long soupir, et reporta son attention sur Galina. Il allait prendre la parole lorsqu’elle le devança.

« Je serais ravie de te montrer mes travaux. »

Un sourire distrait apparut sur le visage du commandant. Elle l’avait écouté et entendu. Il hocha la tête en signe de remerciement, puis observa la soirée. La plupart des personnes qu’il avait invitées étaient parties. Jameson discutait avec une jeune femme blonde qui était au bar. Sacré phénomène celui-là. Ulrich termina son verre et lança un regard complice à l’ingénieure. Il se leva, tendit la main vers Galina.

« On s’en va d’ici ? »

Un large sourire illuminait maintenant son visage. La soirée s’annonçait radieuse en compagnie de la jeune femme.

©️ FRIMELDA



RP TERMINE
MessageSujet: (#) Re: serendipity - galrich     

RÉPONSE RAPIDE