Sergent Malaise [PV Ana]
MessageSujet: (#) Sergent Malaise [PV Ana]     Dim 10 Juin - 21:53
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t732-drake-pour-vous-servir-enfin-on-fait-l-effort-d-y-croire#6712 http://beyond-earth.forumactif.com/t747-la-mauvaise-foi-c-est-par-ici-drake#6825
Messages : 34
Âge : 37 ans
Occupation : Sergent Légionnaire
Habitation : Argus One
Arrivée : 15 mars 2201 avec le Tiantang.
Avatar : Benjamin MckEnzie



Well.
Voilà un imprévu dont il se serait volontiers passé. C'était ce qu'il récoltait en pensant se montrer sociable et faire exception à sa précieuse et précise routine... Gentil n'a qu'un œil comme on dit. La prochaine fois, il se gardera bien d'offrir une quelconque aide -suicidaire. "Pas le temps d'aller chercher vos gosses ? Eh bien il fallait pas en avoir, qu'est-ce-que vous voulez qu'je vous dise." Si seulement il avait répliqué cette première phrase qui lui venait à l'esprit, il n'en serait pas là. Là, devant une école primaire au fin fond du Columbiad, à voir son pire cauchemar évoluer en pleine liberté autour de lui, grouillant et hurlant dans une cohue si insupportable qu'il crevait d'envie de tous les attraper par le col pour les ranger en lignes parallèles et immobiles. Les enfants.

Remontons quelques heures plus tôt sur l'Argus One. L'officier Jim a toujours été un bon ami de Drake, ce qui ne sous-entend pas de liens amicaux mais simplement un travail effectué façon méticuleuse et appliquée sans faire de vagues. Travaillant plus tard que prévu et n'ayant personne à disposition, Jim avait cherché quelqu'un qui pourrait récupérer ses deux enfants à la sortie de l'école et les garder quelques heures. En se disant que cela permettrait à l'officier d'avoir l'esprit tranquille pendant ses heures de travail et comme il finissait plus tôt, Drake avait accepté. C'est comme ça, tout le monde a ses petites folies. Il sortait d'une excellente journée et son élan de bonne humeur était de toute évidence parti beaucoup trop loin. "Grave erreur, Drake. Grave erreur. C'est désormais noté dans ma liste mentale des conneries à éviter."

Le voilà donc devant la marée humaine, en train de plisser les yeux pour chercher les deux monstres qu'il n'avait entrevu qu'une ou deux fois auparavant. Il était comme tous les autres parents autour de lui, sauf que ce n'était pas ses gosses, qu'une panique intérieure régnait dans son esprit et qu'il commençait à avoir beaucoup trop chaud sous son uniforme. "Voyons Drake, tu es Sergent Légionnaire, tu devrais être capable de gérer cette situation comme tout le monde." se disait-il alors que son regard se rapprochait dangereusement de celui d'un poisson mort. C'est finalement David qui le reconnut et attira sa sœur avec lui. "Bonjour." Parler, ce n'est pas toujours très facile. "Les... m-marmots." Très bien. Il priait pour qu'aucune de ses connaissances ne le voie dans cet état. Encore heureux que Jim ait prévenu la maîtresse, sans quoi Drake ne lui aurait pas reproché d'avoir de sérieux doutes concernant ses intentions. "C'est moi qui vous ramène aujourd'hui. En marche !" Oui. "En marche ? Tu n'as rien trouvé de mieux à dire, vraiment ?... Qu'est-ce-que je fais maintenant, je suis bon pour improviser sur un champs de bataille, pas avec ces... ça." Ça, réclamait son goûter et se moquait de la démarche robotique du sergent. La soirée promettait d'être mémorable.



MessageSujet: (#) Re: Sergent Malaise [PV Ana]     Mar 12 Juin - 21:54
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 523
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

Sergent malaise.
Ana & Drake

Anastasia avait profité du fait que Rosa travaillait pour prendre le temps de rendre visite à ses parents, eux même bénéficiant d’une journée de congé. Les élections avaient beau être derrière eux depuis un moment, ses géniteurs étaient encore follement enthousiastes à l’idée d’entamer un voyage sur Qiang. L’arrêt sur Byblos avait été un premier pas, et sa mère s’était portée volontaire pour apporter de l’aide sur la Colonie. Ils avaient donc longuement parlé de Byblos, Ana étant incroyablement curieuse et estimant que si elle pouvait se confier à quelqu’un quant à ses ressentis du moment, c’était bien à ses parents. Elle avait évoqué sa jalousie, dans un sourire complice qui témoignait du fait qu’elle ne blâmait personne pour autant. Puis elle s'était plainte de son rôle sur les passerelles de la Flotte, ce que son père comprenait parfaitement, faisant part de son approbation dans un grognement bourru. Enfin, elle avait demandé des nouvelles de son frère. Une première, depuis des années. Elle qui avait toujours évité de le croiser, qui avait toujours laissé ses parents l’évoquer sans ajouter quoi que ce soit, faisant mine de ne pas être le moins du monde intéressée. Elle avait posé des questions. Brèves. Comment allait-il ? Etait-il toujours avec sa compagne, celle là même dont elle ignorait jusqu’à l’identité ? Si les parents Donovan furent surpris de ce retournement de situation, ils ne firent pas l’erreur de poser la moindre question et se contentèrent de répondre aux interrogations de la milicienne. Celle-ci se sentit rapidement mal à l’aise toutefois et sa curiosité vis-à-vis d’Aleksandr signa la fin de leur entrevue. Malgré tout. Elle ne regrettait pas d’avoir demandé, mais il s’agissait d’un premier pas, du genre qu’on assumait qu’à moitié, ressassant son geste pendant des jours en se demandant si c’était la bonne chose à faire. Elle avait peur des premiers pas Ana, peur de l’échec ou du refus qui pouvait suivre, peur des blessures que cela pouvait engendrer. Tout ça depuis qu’elle avait compris qu’elle ne savait pas les gérer.

Alors elle inspire, profondément, une fois qu’elle quitte la cabine de ses parents située sur le Columbiad. S’ils avaient accepté de prendre une cabine plus petite pour pouvoir loger une famille Byblienne, ils avaient insisté pour demeurer sur le vaisseau familial, ayant fini par s’habituer à l’ambiance qui régnait au sein de ce dernier. Son père l’avait d’ailleurs raillé, moqueur comme à son habitude, quand il avait appris que sa fille partageait désormais une cabine avec Rosalija. A quand le mariage ? Avait-il ironisé, et la milicienne s’était prêtée au jeu en soufflant qu’elles y réfléchissaient encore. Ce fut en se raccrochant à cette pensée, pour éviter de songer au reste, que la jeune femme prit la direction du Colossus, par habitude plus qu’autre chose -il lui avait fallu un temps fou pour acquérir le réflexe qui consistait à rejoindre l’Argus One plutôt que son habituel foyer- et en chemin elle passa devant l’école du vaisseau. Les plus jeunes se trouvaient ici et la jeune femme ne peut s’empêcher de lorgner les gamins, un léger sourire flottant sur ses lèvres en découvrant l’hyperactivité de la plupart lorsqu’il était question de pouvoir rentrer chez eux. Elle-même n’avait conservé que peu de souvenirs de ces années là, essentiellement parce qu’elle avait rejoint la Flotte à 9 ans, leur préférant largement ses années passées à l’Académie. Lorsque les choses ont commencé à devenir sérieuses. Le cours des pensées de la milicienne se voit toutefois interrompu lorsqu’elle capte la silhouette d’un homme, qui attendait visiblement des enfants. Anderson. Ses relations avec le légionnaire se résumaient au strict minimum. Tous deux sergents, ils avaient eu l’occasion de travailler ensemble et elle n’avait pu s’empêcher de faire un rapprochement avec Riley, les deux hommes semblant avoir une personnalité similaire. C’est finalement le professionnalisme absolu des deux légionnaires qui empêchaient Ana depuis tout ce temps de les mépriser ouvertement. Si elle n’avait pas de problèmes à regarder de haut un connard qui lui aurait "piqué sa place", il était difficile de faire de même avec un individu qui semblait visiblement mériter son rang. Elle faisait donc de son mieux pour ranger sa jalousie et sa rancœur dans un coin, du moins au travail.

Aujourd’hui encore, Anastasia aurait pu faire l’effort de simplement lui foutre la paix, s’évitant peut être au passage de se mettre dans une situation inconfortable. En vérité, elle était bien partie pour juste le laisser, se contentant dans un premier temps de l’observer avec une certaine curiosité. Les autres militaires lui paraissaient bien souvent trop stricts, trop psychorigide aussi, pour qu’elle n’envisage spontanément qu’ils aient une vie de famille. Ne parlons pas de leur propension à ne jurer que par le travail. Alors elle l’observe, ce légionnaire qu’elle n’aurait pas imaginé père, et le sourire s’étire lorsqu’elle remarque sa démarche si coincée et surtout la tête qu’il semblait tirer. Est-ce qu’il savait seulement ce qu’il faisait ? Elle en doutait. C’est à ce moment précis que la milicienne commence à se dire qu’il ne s’agissait peut être pas de ses enfants, pour qu’il paraisse à ce point mal à l’aise en leur compagnie. De ce fait il n’était donc pas un père qui méritait sa curiosité, mais simplement un légionnaire dans une situation qui le dépassait. Et ça, ça méritait tous les sarcasmes du monde. Ce fut pour cela qu’elle finit par s’avancer vers eux d’un pas tranquille, ne cherchant pas à se faufiler ou à surprendre plus que de raison le légionnaire. Ça ne l’empêche pas de se glisser à ses côtés, conservant une distance polie entre eux, avant de lâcher sur un ton léger. « Je pensais pas que t’avais des enfants Anderson. Elle a tout juste le temps de finir sa phrase qu’un des deux gamin prend la parole. C’est pas notre père ! - Oh ? Vraiment ? Qu’elle rétorque, sur un taux faussement innocent. L’ironie échappe sûrement aux gamins malgré tout, mais serait peut être plus perceptible du légionnaire. C’est pas comme si ça crevait les yeux, encore qu’elle aurait pu se tromper. Jetant un bref coup d’œil à l’homme à ses côtés comme pour lorgner sa réaction, Anastasia en profite alors pour sortir de la poche de sa veste en cuir une barre chocolatée, ou quelque chose qui y ressemblait. Elle aura tout juste le temps de déballer la friandise, prête à croquer dedans, que déjà les gamins l’avaient dans leur champ de vision. OH ! C’est ça qu’on veut ! On a faim ! » Qu’ils s’exclament alors, le discours du frère rapidement reprit par sa sœur. Incapable de retenir l’esquisse d’un sourire, qui témoignait largement du fait qu’elle avait espéré provoquer un tel engouement, la jeune femme se contenta de dévorer son butin tandis que les marmots s’étaient rapprochés d’eux, se glissant entre leurs jambes pour venir faire les yeux doux à Drake.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: Sergent Malaise [PV Ana]     Dim 17 Juin - 18:04
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t732-drake-pour-vous-servir-enfin-on-fait-l-effort-d-y-croire#6712 http://beyond-earth.forumactif.com/t747-la-mauvaise-foi-c-est-par-ici-drake#6825
Messages : 34
Âge : 37 ans
Occupation : Sergent Légionnaire
Habitation : Argus One
Arrivée : 15 mars 2201 avec le Tiantang.
Avatar : Benjamin MckEnzie




Son sang se glaça lorsqu'il reconnut la voix d'une personne qu'il aurait préféré ne pas rencontrer ici. Le sergent se contenta de trucider du regard l’intrus, loin de rigoler aux moqueries sous-entendues. "Je rend service à un de mes officiers. On fonctionne comme ça chez les légionnaires." répliqua-t-il, un sourire carnassier aux lèvres, le ton dégoulinant de sarcasme. Certes, ce n'était pas sa faute si elle n'avait pas pu faire parti de la légion et toute cette rancune était particulièrement ridicule étant donné qu'elle avait trouvé sa place ailleurs, là où elle était la plus utile, comme tout le monde sur la Flotte. Drake pensait que cette jalousie faisait parti des sentiments inutiles à entretenir, tout comme le besoin d'exprimer sa supériorité inexistante. Enfin... C'était bien joli, mais en attendant, c'était toujours amusant de lancer une pique là où cela faisait mal, même s'il ne pensait pas volontairement blesser.

Drake observa les deux enfants d'un oeil suspicieux. "Ouaiiii ! Et des bonbons ?!" Incroyable. Et l'autre qui tapotait sur sa jambe pour réclamer, c'était quoi cette tenue ?! A l'avenir, il dirait à l'officier Jim de contenir les caprices de ses gosses, se dit-il, tout à fait inconscient du déroulé quotidien d'une vie de famille. Il n'avait d'ailleurs aucune idée de comment nourrir David et Elia autrement qu'en les amenant à la cantine générale dans laquelle il se nourrissait au rythme de deux rations par jour depuis son arrivée sur la Flotte. "Eh bien... Puisqu'Ana est si généreuse, elle va vous offrir un goûter !" C'était lâche, oui. Il en sourit, presque fier. "Je suis sûr qu'elle cache plein d'autres... friandises dans son sac." Il n'arrivait pas à prendre le ton enjoué que tout le monde avait en parlant aux enfants et avait tout simplement abandonné l'idée après un vague essai, restant dans son habituel sarcasme en terrain bien connu. Pourtant il n'en menait pas large et plus ils s'éloignaient de l'école dans une direction à laquelle il n'avait d'ailleurs pas réfléchi, plus il se rendait compte que la présence d'Ana n'était finalement peut-être pas une malédiction. Au moins la sensation de sentir noyé en mer inconnue disparaissait légèrement. Il finit par craquer en voyant Elia courir dangereusement un peu partout en rigolant et ignorant les remarques sèches du sergent. Comment les parents faisaient-ils pour ne pas mourir d'inquiétude ? Il se le demandait bien maintenant... En se mordant la langue, il capitula et lança un appel à l'aide visuel, qui se traduisit par une tête de chien battu et une supplique du regard en direction de la milicienne. Il n'y avait pas de honte à demander de l'aider pour accomplir sa mission au mieux, se répétait-il infiniment dans sa tête. Après un bref silence, il articula difficilement. "OK. Fais quelque chose où je fais un malheur et tu auras la mort d'un enfant sur la conscience." S'il te plais, merci.


MessageSujet: (#) Re: Sergent Malaise [PV Ana]     Dim 17 Juin - 22:32
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 523
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

Sergent malaise.
Ana & Drake

Outch. La pique du sergent suffit à lui faire ravaler son sourire, ce dernier disparaissant un bref instant tandis que le regard de la milicienne se mettait à flamboyer d’une colère contenue. Comme elle l’avait pensé un peu plus tôt, venir provoquer le légionnaire risquait de la mettre dans une position délicate également et elle en faisait déjà les frais. Elle ne s’était toutefois pas attendue à une telle répartie et en grinçait désormais des dents, fusillant son interlocuteur du regard avant d’afficher un nouveau sourire narquois au possible, bien que légèrement crispé. La milicienne préfère toutefois ne plus y penser, trouvant refuge dans son environnement désormais, observant devant elle pour ne pas avoir à accorder d’attention à son compagnon du moment. Elle en profite pour se rassurer, songeant à ce que la milice incarnait pour elle. Elle avait beau se plaindre, elle avait beau demeurer frustrée d’une certaine façon, elle n’en était pas moins entourée de soldats compétents qu’elle se plaisait à côtoyer au quotidien. Certes il y avait des cons, mais visiblement pas autant qu’au sein de la légion. Ce fut ainsi sur cette remarque méprisante, soufflée en son for intérieur, qu’Anastasia parvint à retrouver un semblant de sérénité. C’est cet instant d’accalmie qui lui donna l’idée de savourer sa friandise personnelle sous les yeux des gamins, qui n’attendirent guère longtemps pour manifester leur envie de savourer le même genre de nourriture. Le frère et la sœur se glissaient désormais entre leurs jambes, attirant l’attention de Drake, tapotant sur le genou de ce dernier en guise d’insistance. Du coin de l’œil, Anastasia observe la scène, un sourire visiblement satisfait aux lèvres alors qu’elle achevait sa barre de chocolat, ne prenant guère le temps de la savourer. Elle en était à se sucer le pouce pour ôter une trace de chocolat lorsque le légionnaire reprit la parole, expliquant qu’elle se ferait un plaisir de nourrir les enfants dont il avait la charge.

« Navrée, je suis gourmande mais j’ai mes limites. » Se justifie-t-elle simplement, tirant sur l’intérieur des poches de sa veste pour les faire sortir et prouver ainsi à tout le monde qu’elle n’avait plus aucune sucrerie de planquée sur elle. La forme de son jean, à hauteur des poches, témoignait quant à lui qu’elle n’avait rien glissé à l’intérieur de celles-ci. Elle le regretterait presque à vrai dire. C’est qu’elle aurait bien aimé voir la tête de Drake si elle n’avait eu sur elle que de quoi satisfaire un seul des enfants, poussant ainsi l’autre à chouiner dans les jambes du soldat en criant à l’injustice. Un plaisir dont elle devra visiblement se passer. Pour l’heure, elle préfère se focaliser sur un détail : la façon qu’avait eue Anderson de l’interpeller. Ana. C’est con, mais elle n’aurait pas cru l’homme capable de l’appeler par son prénom, et encore moins par son diminutif. Elle était habituée à l’armée, à la façon qu’ils avaient tous de se désigner par leurs rangs ou leurs noms de famille, une habitude qui les poursuivait parfois même en dehors du travail. Et vu qu’elle prenait le légionnaire pour un autre de ces hommes strict au possible, elle n’aurait pas pensé qu’il se permettrait une telle familiarité avec elle, même au nom du sarcasme. Ce n’est pas que ça la dérangeait, elle ne s’y était simplement pas attendue de sa part. Elle ne s’était pas non plus attendue à capter le regard abattu de l’homme à ses côtés, une supplique silencieuse cachée au fond de ses prunelles, témoignant de son désarroi le plus complet. Faut dire qu’il ne savait définitivement pas comment s’y prendre, vu comment la plus jeune galopait désormais partout sans se préoccuper du danger, et il était incapable de la ramener à leurs côtés. Anastasia avait beau savoir que cela n’avait rien de simple que de s’occuper des enfants des autres, elle ne parvenait qu’à rire au détriment de Drake. Cela ne l’empêchait pas toutefois de guetter les enfants de temps à autre, du coin de l’œil, afin de s’assurer qu’ils ne fassent pas de bêtises quelconque. Elle avait beau vouloir profiter du ridicule de la situation, pour rien au monde elle ne souhaiterait que les enfants se fassent mal dans le processus.

Anderson se décide finalement à mettre des mots sur ce qu’il semblait éprouver, avouant son incapacité à gérer la situation. Visiblement elle pouvait crever pour avoir le droit à la plus élémentaire des politesses, et le légionnaire n’avait rien trouvé de mieux à faire que de tourner ses propos en une espèce de chantage, insinuant que si elle ne s’occupait pas de prendre en main les choses, elle aurait la mort d’un des gosses sur la conscience. Un nouveau sourire naquit sur les lèvres de la milicienne, preuve qu’elle ne le croyait pas une seule seconde. Certes il aurait probablement fini complètement fou, et peut-être les enfants auraient fini traumatisés par les méthodes éducatives du légionnaire, mais de là à penser qu’il en aurait tué un ou qu’ils étaient sincèrement en danger en sa présence… « Ton officier devait vraiment être désespéré, constate-t-elle dans un premier temps, moqueuse. Ou alors il n’avait pas conscience des tares de Drake en matière de gosses. Malgré la moquerie, Anastasia n’attend pas longtemps pour poursuivre plus sérieusement. C’est quoi leurs prénoms ? Attendant une réponse de son interlocuteur, elle se servit alors de l’information pour héler la plus jeune, qui ne cessait de courir sans faire attention où elle allait, bien que demeurant plus ou moins dans leur sillage, sûrement par peur de les perdre définitivement. Tu sais Elia, si tu continues de t’éloigner on pourra pas savoir ce que tu veux pour ton goûter et ton frère sera le seul à en profiter ! La remarque semble faire mouche et, dans ce qui semblait être un sursaut, la gamine se remit à courir, dans leur direction cette fois. Le sourire ô combien satisfait qu’arborait David fut suffisant pour faire de sorte que sa sœur demeure en place à ses côtés, malgré la moue renfrognée qu’elle arborait désormais. Jetant un coup d’œil à Drake, Ana ne peut résister à la tentation d’hausser les sourcils, geste provocateur pour signifier quelque chose du style : prends en de la graine. Consciente toutefois qu’elle ne pouvait demander à des enfants, qui plus est aussi jeunes, de simplement marcher à leurs côtés sans avoir la moindre occupation, la milicienne reprit la parole. Bon soyez attentifs, il faut trouver un distributeur automatique maintenant. L’air atrocement sérieux qu’elle arborait, sans parler de celui, naturel, qui ornait le faciès du légionnaire, incitèrent brièvement les enfants à en faire de même, leur faisant ainsi gagner un peu de temps. Rapidement cependant, David en vint à poser une question. Diiiis, pourquoi t’es là ? Papa il nous a dit que Drake viendrait nous chercher mais il nous a pas parlé de toi. Tu le connais ? L’esquisse d’un sourire aux lèvres, autrement plus doux que ceux qu’elle pouvait réserver à Anderson, la jeune femme n’attendit pas longtemps pour répondre à son jeune interlocuteur. Non je ne connais pas votre père. En fait Drake et moi on devait se retrouver mais il a dû oublier, du coup je suis venue vous rejoindre quand même. Elle relève alors les yeux en direction du concerné, soudainement soucieuse. Mais c’est vrai que je n’ai pas demandé… Si tu préfères Drake on peut remettre ça à plus tard ! J’voudrais pas déranger. » Si elle parvient à jouer le jeu, un éclat autrement plus taquin se met à faire étinceler son regard. Il était clair qu’elle profitait de la situation et du fait que le légionnaire ne pouvait pas ouvertement la renvoyer. Il avait visiblement trop besoin d’elle. Et cela durerait sûrement encore, maintenant qu’Elia s’exclamait à leur attention qu’elle venait de trouver un distributeur, désignant ce dernier du doigt.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: Sergent Malaise [PV Ana]     Mer 20 Juin - 23:24
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t732-drake-pour-vous-servir-enfin-on-fait-l-effort-d-y-croire#6712 http://beyond-earth.forumactif.com/t747-la-mauvaise-foi-c-est-par-ici-drake#6825
Messages : 34
Âge : 37 ans
Occupation : Sergent Légionnaire
Habitation : Argus One
Arrivée : 15 mars 2201 avec le Tiantang.
Avatar : Benjamin MckEnzie




Jim, désespéré ? "Oui." répondit simplement le sergent, ne voyant aucune utilité à nier un fait ou à s'en vexer. Il haussa les épaules. "David et Elia." Restant en retrait de la petite troupe, Drake croisa les bras, observant méticuleusement. Oh... Ainsi matait-on les enfants en utilisant l'avidité humaine, bon à noter. Il haussa les sourcils lui aussi en simple réponse, l'air de dire : "Intéressant, mais encore ?" A vrai dire, maintenant que la tension redescendait, il pourrait presque trouver amusant cet échange muet. Presque, jusqu'à ce qu'elle prenne de nouveau avantage de la situation sur un terrain bien trop glissant. Malgré sa furieuse envie de lui jeter un regard noir, Drake se surprit à "sourire". Non, il ne lui donnera pas ce qu'elle voulait voir et s'il bouillait bien d'exaspération grâce aux âneries d'Anastasia, il était malheureusement pour elle capable de rester de marbre. Le sergent opta pour une mine légèrement choquée. Simuler des expressions n'était pas dans ses meilleures capacités mais un rictus suffisait à passer le message.

La renvoyer ? Il n'était pas fou et même s'il le faisait, il était plutôt certain qu'elle trouvait la situation bien trop intéressante pour partir de son propre gré. " Oh ! Non bien sûr... Je ne voudrais rater pour rien au monde notre petite soirée..., Ana." susurra-t-il, articulant particulièrement les deux dernières syllabes de sa phrase. Autant rentrer dans son stupide jeu et ce comme un gros bourrin, car faire dans la finesse n'était pas son fort. Il savait déjà qu'il allait regretter d'avoir mordu à l'hameçon, mais comme il ne voyait pas de conséquences sur ses responsabilités professionnelles, cela lui passait pour le moment au dessus de la tête. Ignorant les réactions des gamins, Drake remarqua le distributeur qu'avait trouvé Elia et paya les friandises achetées sans vraiment regarder le prix. Pas qu'il soit généreux mais comme il n'avait rien dépensé pour lui-même depuis des années, ses crédits commençaient à former une somme intéressante qu'il ne craignait pas de faire descendre. "Je vais annuler la réservation sur le TianTang, ce n'est pas approprié aux enfants..." Il cita ainsi tous les noms de bars qui lui passaient par la tête, en commençant par La Ruche. Bien sûr, il n'avait aucune idée de ce dont il parlait, mais les commentaires de ses officiers qu'il écoutait d'une oreille distraite pendant la pause suffisait à donner une idée représentative de l'endroit... et des mensurations des serveuses, mais passons.

Son terminal lui indiquait qu'il restait encore trois heures avant que son officier ne puisse reprendre ses devoirs de famille. Drake ne pouvait s'empêcher de trouver ce délai extrêmement long et fastidieux. Sa progéniture venait certes de se remplir l'estomac, mais cela ne lui indiquait pas ce qu'il était censé faire ensuite. Un parc, peut-être ? Une sieste ? A quelle heure se couchaient ces monstres ? Et le repas ? Est-ce-que ça mange encore des purées immondes à cet âge là ? Non, ils avaient bien suffisamment de dents pour grignoter. Et les couches ? Il se souvenait maintenant, que Jim avait mentionné quelque chose à ce propos... Comme quoi Elia n'était pas encore tout à fait propre. Drake fixa la petite de quatre ans d'un air vide. Comme il n'avait aucune idée de ce que cela signifiait, il avait simplement ignoré la phrase. Le déni était présent. N'osant plus s'adresser directement aux mômes, il plissa les yeux en direction de la sorcière qui l'accompagnait.


MessageSujet: (#) Re: Sergent Malaise [PV Ana]     Ven 29 Juin - 21:49
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 523
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

Sergent malaise.
Ana & Drake

Au moins Drake avait le mérite de ne pas chercher à nier l’évidence. Il était nul pour gérer ces gosses et le fait que son officier se soit tourné vers lui pour jouer les baby-sitter témoignait bien du désespoir qui avait dû saisir ce dernier. Le légionnaire ne cherche pas à s’en cacher, au contraire même vu qu’il semble intéressé par sa façon à elle de procéder. Comment gérait-elle des gamins, qui plus est qui n’étaient pas les siens ? Elle n’avait pas de solution parfaite Ana, surtout lorsque l’on savait qu’elle n’était pas mère elle-même, pourtant elle tente, se basant sur ce qu’elle savait et n’hésitant pas à expérimenter. Il y a sûrement une forme d’empathie là-dessous, mêlée à sa curiosité naturelle pour les autres, par instants, qui la rendent probablement plus apte à comprendre les besoins de ces garnements. Elle se basait sur sa propre expérience, aussi, et en vint rapidement à se demander quelle enfance avait pu mener Anderson pour être à ce point ignorant des caprices des gamins, ou de leurs désirs superficiels. S’abstenant du moindre commentaire toutefois, elle est avant tout soulagée de voir la plus jeune revenir vers eux après son intervention et si elle les invite à demeurer attentifs pour leur goûter, David en arrive rapidement à la questionner quant aux raisons de sa présence ici. Cela n’était, après tout, pas prévu. Impossible pour la milicienne de dire la vérité : à savoir qu’elle avait été surtout intriguée par les emmerdes dans lesquelles s’était plongé le légionnaire, aussi offre-t-elle le premier mensonge qui lui passe par la tête et qui, il faut le dire, l’arrange bien. Jetant un coup d’œil à l’homme à ses côtés, elle pousse même le vice en l’interrogeant : devait-elle le laisser, et renoncer à leur prétendu rendez-vous ? Anastasia s’était attendue à beaucoup de choses, mais sûrement pas à ce que Drake se prête au jeu, rétorquant assez vite sous ses yeux surpris.

La surprise laisse rapidement place à l’esquisse d’un sourire amusé, bien que l’ensemble de ses mimiques semblent teinté d’une légère inquiétude. Elle imaginait mal Drake se joindre à elle pour cette comédie à moins d’en tirer un quelconque avantage. Vu ses propos jusque là, elle ne le voyait pas simplement la subir sans broncher. La petite soirée à laquelle il fait donc allusion n’a rien de rassurant, pourtant cela ne l’empêche pas d’être incroyablement curieuse. Elle voudrait pousser le vice, chercher à savoir ce qu’il pouvait bien avoir en tête, simplement pour le plaisir de le pousser dans ses retranchements devant cette marmaille qui les croit aisément. Elle préfère par ailleurs se concentrer là-dessus que sur l’utilisation, une fois de plus, de son surnom. Elle dû cependant attendre qu’ils aient atteint un distributeur, et que les enfants en soient à déguster leurs bien, pour qu’il daigne poursuivre la comédie, annonçant qu’il allait annuler leur réservation sur le Tiantang. Ce n’était pas approprié et la milicienne se retient difficilement d’éclater de rire en le voyant lancer ses allusions à tout va. Le plus drôle étant probablement qu’elle avait fréquenté une bonne moitié de ces lieux de son plein gré et probablement qu’elle avait eu à travailler au sein de l’autre moitié, le temps de son affectation sur le vaisseau fêtard. Profitant d’un moment d’inattention des garnements, trop occupés à dévorer la bouffe qui leur avait été servie, la milicienne repose son épaule contre une paroi non loin, croisant les bras contre sa poitrine avant d’ancrer son regard dans celui de son interlocuteur. « Tu m’as l’air bien renseigné Anderson. C’est un truc de légionnaire aussi ça ? Ironise-t-elle non sans un sourire amusé avant de poursuivre plus doucement, comme sur le ton de la confidence alors qu’elle tenait surtout à ne pas se faire entendre des deux enfants. Même pour un mensonge j’ai pas le droit d’être invitée au restaurant ? C’est légal maintenant tu sais. » Plaisante-t-elle plus avant, pour finalement ramener son attention sur les enfants qui s’ennuyaient déjà à nouveau et les observaient comme pour connaître la suite du programme.

Quel programme d’ailleurs hein ? Un bref coup d’œil en direction de Drake suffit à Anastasia pour comprendre qu’une fois de plus il ne lui serait guère utile. Cette fois ci pourtant, elle ne le blâme qu’à moitié. L’officier qui servait de père à ces deux jeunes aurait probablement pu offrir des pistes ou dire ce qu’il espérait quant au reste de la soirée pour sa descendance. Tout le monde ne savait pas forcément comment occuper des enfants si jeunes et elle-même l’ignorait quelque peu. Sans parler du fait qu’elle ignorait ce qui pouvait être considéré comme trop risqué pour eux. L’idée d’un laser game ou de quelconques jeux similaires en réalité virtuelle lui a frôlé l’esprit, cependant il serait difficile de demander à une gamine de quatre ans de buter des aliens. Sans parler de la frustration que les deux militaires éprouveraient probablement à voir leurs acolytes incapables de suivre des ordres simples. Ravalant un grognement en constatant qu’Elia était définitivement trop jeune pour leur permettre d’espérer s’amuser également, la jeune femme proposa alors l’activité qui lui paraissait la plus sûre dans l’immédiat : « Pourquoi on irait pas sur l’Hélios ? Voir les dernières simulations de Qiang ? Ou les animaux aussi, j’ai entendu dire qu’il y avait des poussins désormais. Evoquer les poulets et leurs petits semble raviver une étincelle d’intérêt dans les yeux de la plus jeune. Si David ne paraît pas pleinement enthousiaste, grommelant à moitié, ses protestations ne sont pas assez vives pour qu’Ana daigne s’y intéresser. Parfait, alors en route mauvaises troupes ! Lâche-t-elle dans un sourire avant de prendre d’office la direction de l’Hélios. Si une poignée de secondes s’écoule, la milicienne finit rapidement par tendre doucement la main à Elia, adressant un sourire rassurant à cette dernière jusqu’à ce que celle-ci daigne prendre sa main. Au moins s’assurerait-elle de pas le perdre en cours de route. Vous savez quand votre papa ou votre maman viendra vous chercher ? Pas avant 3h à en croire David et l’information suffit pour que la jeune femme relève les yeux en direction de Drake, l’esquisse d’un sourire aux lèvres. C’est qu’il trouverait probablement le temps très long. A dire vrai, probablement qu’elle aussi, à force. Surtout si elle était la seule à gérer ces gamins, ils risquaient vite de lui pomper toute son énergie. Peu envieuse de laisser ainsi l'opportunité aux enfants de reprendre la parole, ou pire d'agir, la milicienne en arrive à de nouveau interroger le légionnaire. Tu faisais quoi pour t'occuper quand t'étais gosse toi ? » Une question qui, pour une fois, avait le mérite d'être innocente.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: Sergent Malaise [PV Ana]     Mer 11 Juil - 20:48
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t732-drake-pour-vous-servir-enfin-on-fait-l-effort-d-y-croire#6712 http://beyond-earth.forumactif.com/t747-la-mauvaise-foi-c-est-par-ici-drake#6825
Messages : 34
Âge : 37 ans
Occupation : Sergent Légionnaire
Habitation : Argus One
Arrivée : 15 mars 2201 avec le Tiantang.
Avatar : Benjamin MckEnzie




Un truc de légionnaire ? Le sergent croisa les bras, pensif. Si ça ne tenait qu'à lui, la réponse était clairement négative. "Hmm, je suppose que ceux qui travaillent dur ont besoin de se détendre correctement." Il ne comprenait toujours pas le fondement et la logique de la rivalité qu'entretenait Anastasia, mais jouer avec ce fait était décidément plus amusant que prévu. "Je ne suis jamais allé au restaurant, je n'y vois pas d'intérêt." Comme ça la question était posée et réglée. Drake haussa les épaules, tout à fait indifférent. Il n'entretenait pas une passion particulière pour le goût de la nourriture, du moment que cette dernière avait toutes les qualités nécessaires à la maintenance de sa santé. On lui donnerait des seringues contenant les bons nutriments et lui évitant de perdre son temps à chaque repas qu'il en serait ravi. Il fixa les enfants en leur rendant leurs regards interrogatifs. Être en charge de ces minis-humains ne lui plaisait définitivement pas. "L'Hélios, alors." conclut-il en effectuant un changement de direction digne d'un Terminator. Il remarqua mentalement une nouvelle fois que sa camarade ne manquait pas de bonnes idées, contrairement à lui. Pour un bon soldat sans imagination et aussi fermé d'esprit, c'était un peu comme fréquenter le Chapelier Fou.


Encore deux-heures, cinquante-huit minutes et trente secondes à en croire son terminal, et si Jim avait du retard... Non. Jim n'aurait pas de retard car il tenait à sa vie et sera probablement inquiet de connaître l'état de sa progéniture après plusieurs heures en compagnie de son supérieur. Drake prit son mal en patience. Le voilà voué à échanger des banalités sociales avec une femme qu'il ne connaissait pas si bien... Quelle ironie. Il ouvrit la bouche pour répondre, avant de ce rendre compte qu'il ne trouvait à dire. "Je ne sais pas." dit-il après un moment de réflexion. Il lui fallu fouiller dans ses souvenirs pour se rappeler d'une ou deux activités, des mémoires d'un après-midi dans la chaleur du jardin ou d'une soirée dans la sécurité de sa chambre. "Parfois, je jouais avec le chien, je crois. Après, nous avons quitté la Terre." Et après, il était devenu le Sergent Anderson, fin de la petite histoire. La transition brutale et incorrecte ne satisfaisait jamais les curieux et il pouvait bien se torcher les fesses avec leurs avis. Ce qui lui importait était ce qu'il était actuellement et non les étapes qu'il avait pu traverser pour le devenir, d'ailleurs... D'ailleurs ses pensées dérivèrent soudainement au loin lorsqu'il vit les fameux poussins dont parlait Ana. C'était... Agaçant. Il avait furieusement envie de les prendre dans la main pour les chouchouter mais préférait mourir plutôt que de dévoiler cette volonté infantile devant d'autres personnes. A défaut, le sergent fixait les animaux les bras ballants, d'un regard contrarié et avec l'ombre d'un sourire attendri. Heureusement les enfants l'empêchèrent bientôt d'accéder à la vue des poussins et il détourna la tête ailleurs, détaillant la verdure. Si fausse et si vraie à la fois, il n'avait jamais su quoi en penser. Ces enfants ne connaissaient même pas la différence, rumina-t-il avant de s’insurger de l'inutilité de tels débats intérieurs. "Oh. Je jouais aux petits soldats aussi." dit-il, comme ce souvenir précis ressurgissait soudainement et qu'il sentait le besoin d'alimenter la conversation. "Je les rangeais en lignées parfaites sur toute la longueur de la terrasse, et quand le vent en faisait tomber un, il allait purger sa peine dans la bouche du chien." Ayant épuisé son anecdote, il redevint silencieux, zieutant du coin de l'oeil les gosses, qui fort heureusement, avaient trouvé de quoi s'amuser sans avoir besoin de leur aide.



MessageSujet: (#) Re: Sergent Malaise [PV Ana]     Dim 15 Juil - 0:32
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 523
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

Sergent malaise.
Ana & Drake

Bien évidemment, le légionnaire ne loupe pas l’occasion de rappeler que certains méritaient justement un moment de détente, contrairement à elle, incapable qu’elle avait été de mériter sa place au sein de la Légion. La milicienne ne s’offusque pas autant que prévu toutefois face à la remarque. Non pas que cela ne fonctionnait pas, elle était bien trop aigrie pour parvenir à être pleinement insensible à la moindre pique, mais parce qu’elle s’attendait désormais à goûter à l’ironie de son interlocuteur. La première gifle, imprévue, avait été la plus dure à encaisser mais désormais elle demeurait parée à toute éventualité. Elle ne relève donc pas la remarque, ce qui n’empêche pas l’esquisse d’un sourire relativement mauvais de naître sur ses lèvres, avant qu’elle n’enchaîne, signalant qu’elle aurait pu mériter un meilleur mensonge que cela. La répartie de Drake n’attend pas et l’homme, qui n’a visiblement pas envie d’enfoncer la jeune femme plus que ça, se contente de signaler qu’il n’aimait pas les restaurants. Il n’en voyait pas l’intérêt. « Comme beaucoup de choses j’ai l’impression, non ? » Si la répartie fuse, elle semble dépourvue de la moindre agressivité. Les prunelles qu’Anastasia vrillaient désormais sur son interlocuteur témoignaient également du fait qu’il ne s’agissait pas véritablement d’une critique, mais bien d’un constat. Elle ne connaissait pas Anderson, pas le moins du monde si l’on mettait de côté un travail réalisé en commun de temps à autre, pourtant il avait suffi d’une petite demi-heure en sa compagnie pour qu’elle en arrive à la conclusion qu’il n’aimait probablement pas grand-chose dans la vie. La seule raison qui justifie un léger doute à ce sujet de la part d’Anastasia, était son habitude à côtoyer des militaires trop stricts et psychorigides qui donnaient l’impression d’être du même genre que Drake, alors qu’ils étaient en réalité un peu plus sociable et fêtard que ça une fois l’uniforme tombé. Anderson ne semblait toutefois pas gêné par son mode de vie, l’assumant sans honte apparente.

Pas le temps de tergiverser toutefois que les deux militaires prenaient déjà la direction de l’Hélios, en compagnie des enfants, la plus jeune tenant par ailleurs la main d’Anastasia. Cette dernière n’avait d’ailleurs pu s’empêcher de lever les yeux au ciel devant la démarche militaire du légionnaire, une mimique partagée par le jeune garçon à leurs côtés tant et si bien qu’elle le gratifia d’un sourire complice. Ce fut dans un calme relatif qu’ils arrivèrent jusqu’au vaisseau, avant de commencer à errer à l’intérieur de ce dernier, au sein d’un environnement censé rappeler des prairies et des champs avec, un peu plus loin, les animaux précieusement conservés mais exhibés à la vue des plus curieux. La milicienne rappela brièvement aux enfants de ne pas faire de bêtises et de rester calme pour ne pas effrayer les poussins -ce qui leur éviterait aussi des crises de nerfs- avant de questionner Drake quant aux activités qu’il avait pu mener en étant plus jeune. Peu importe ce qu’il était aujourd’hui, la jeune femme estimait qu’il avait, en théorie, eu une enfance comme les autres. Peut-être avait-il été moins rigoureux à l’époque. Le silence qui suit son interrogation aurait pu l’inquiéter, l’idée d’avoir posé une question fâcheuse sans le vouloir lui traversant brièvement l’esprit mais elle décida de ne pas s’en soucier outre mesure. Pas tant qu’elle ne serait pas sûre. Fort heureusement le légionnaire reprit la parole, dans un premier temps pour dire qu’il ne savait pas -un nouveau signe quant à sa rigidité absolue- avant de finir par évoquer le chien avec lequel il jouait souvent. De tous les souvenirs qu’il aurait pu évoquer, il fallait que ce soit celui-ci. Elle aurait pu être insensible à beaucoup de jeux, tout comme elle aurait pu simplement approuver les distractions du blond. Mais les chiens… C’était plus fort et un sourire naquit presque instantanément sur ses lèvres tandis qu’elle songeait à son propre animal de compagnie de l’époque, qui avait grandi en même temps qu’elle. Ses parents lui avaient par ailleurs transmis des photos qu’elle conservait sur son terminal, signe de l’affection qu’elle éprouvait encore pour l’animal décédé depuis longtemps.

Après, nous avons quitté la Terre. La conclusion, abrupte, ne dérange pas la milicienne outre mesure. Elle-même avait passé plus de temps sur la Flotte que sur Lupine, aussi aurait-elle probablement été aussi évasive que son interlocuteur si on l’avait questionné. Elle avait joué, elle avait vécu. Mais ses souvenirs étaient presque flous et rapidement la Flotte avait remplacé sa planète natale. En tous les cas, Ana fut tentée d’évoquer ses propres souvenirs lorsque la plus jeune s’approcha d’elle pour tirer la manche de sa veste, avant de lui désigner un des poussins, qu’elle jugeait trop joliiiiii. Un sourire, relativement attendri, se dessina alors sur le faciès de la milicienne qui hocha doucement la tête pour approuver. « Oui hein ? Mais ils vont vite grandir, beaucoup plus vite que toi ! Curieuse, la gamine demande à quel point et, brièvement démunie, Anastasia se contentera d’inventer quelques chiffres, exposant en mois le temps qu’il faudrait pour ces bébés pour atteindre une taille adulte. Elle devait être raisonnablement proche de la vérité, de toute manière. Une fois assurée que les questions prenaient temporairement fin, elle releva alors les yeux vers Drake qui semblait lorgner la fausse verdure désormais. A sa plus grande surprise, ce fut lui qui reprit la parole, expliquant son autre passion pour les petits soldats à l’époque. Si l’espace d’un instant, Ana en vient à se demander pourquoi il en disait plus, ignorant s’il se forçait ou non, elle balaya rapidement cette pensée de son esprit. Drake était un grand garçon, capable de décider s’il désirait ou non s’exprimer. L’aveu lui arracha cependant un énième sourire, subtil. Quelque chose me dit que t’aimerais faire pareil avec des enfants, souffle-t-elle alors après s’être assurée en un coup d’œil que les concernés ne risquaient pas de l’entendre. Rassurée quant à ce fait, elle vrilla de nouveau son regard en direction du légionnaire. Elle hésite Ana, un bref instant, avant de reprendre tranquillement la parole. Mes parents ont acheté un chiot quand j’ai eu deux ans, essentiellement pour me faire plaisir même si j’étais encore un peu jeune. Quand ils me l’ont présenté, j’ai glissé au sol en m’approchant et j’suis tombée. Rien de grave, j’rigolais déjà en disant « oups ». Mais à ce moment là le chiot a aboyé et j’ai cru qu’il réagissait à son prénom. L’air grave que la milicienne arborait s’adoucit alors légèrement, s’accompagnant d’une risette tandis qu’elle concluait. Mon chien a ainsi eu l’insigne honneur de se faire baptiser « oups » sur un malentendu. » Et elle en riait encore beaucoup aujourd’hui, à dire vrai.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: Sergent Malaise [PV Ana]     Dim 5 Aoû - 17:09
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t732-drake-pour-vous-servir-enfin-on-fait-l-effort-d-y-croire#6712 http://beyond-earth.forumactif.com/t747-la-mauvaise-foi-c-est-par-ici-drake#6825
Messages : 34
Âge : 37 ans
Occupation : Sergent Légionnaire
Habitation : Argus One
Arrivée : 15 mars 2201 avec le Tiantang.
Avatar : Benjamin MckEnzie



Un rictus se dessina sur ses lèvres. Il avait presque rit à la boutade d’Anastasia, presque. Effectivement, il se serait bien débarrassé des enfants et de sa mission du soir. S'il avait apprit une chose sur le TianTang, c'était qu'un accident pouvait si vite arriver... Malheureusement, il se voyait très mal revenir les mains vides auprès de son officier. L’indifférence envahit cependant de nouveau sa face. Le sergent avisa un banc du regard et s’avança pour s’y asseoir. Il ne savait pas de quelle façon il devait réagir à cette anecdote. Rire ? Mais son interlocutrice avait l’air bien grave il y a quelques secondes à peine. A défaut, il ne réagit pas.  “Ça ne te manque pas, d’avoir un chien ?” Et de le nommer avec un surnom stupide et inapproprié, pensa-t-il en se gardant de parler à voix-haute. Ce que les autres faisaient de leurs animaux de compagnie ne le regardait pas après tout.

Lui devait bien avouer qu'il fantasmait parfois sur l'adoption d'un chien. Ils devaient bien être les seuls êtres dont le sergent appréciait la compagnie sans se plaindre. Il ne pouvait pas se faire d'amis, il ne pouvait pas aimer une femme, mais il ne voyait aucun inconvénient à déverser tout ses sentiments sur un animal, soit... Drake étendit ses jambes devant lui, brisant légèrement sa posture habituellement droite. "Quand j'étais soldat, je pensais qu'on trouverait suffisamment vite une planète viable et que je deviendrai maître chien." Maintenant... Eh bien s'il croyait toujours au fantôme d'une planète accueillante, il se trouvait trop vieux pour changer de profession, sans compter que l'utilité du dressage devenait obsolète avec les technologies dont ils disposaient maintenant.

La situation lui permettait d'éviter toute interaction avec les deux gosses, qui semblaient de toute façon avoir compris à quel point il était inintéressant et à quel point Anastasia était bien plus amusante que lui. A en croire David, il ressemblait "au grand-père moche et gronchon, qui hurlait toujours de faire moins de bruit". On peut dire que sa réputation n'allait pas en s'arrangeant... Bien heureusement, il ne s'en offusqua pas. Si on lui avait dit quelques heures plus tôt qu'il allait aussi bien s'en tirer -car oui, il s'était imaginé bien pire-, il ne l'aurait pas cru... Enfin, le prix à payer lui pendait au dessus de la tête et il ne se sentait pas particulièrement à l'aise de savoir qu'un beau jour la jeune femme utilisera cette soirée en excuse pour lui tomber dessus.

Ils passèrent ainsi une grande heure dans le parc, puis Drake dût chercher des toilettes pour les petits. Il n'en revint qu'encore plus dépité, faisant facilement comprendre par sa triste mine qu'il ne dira jamais oui pour avoir un enfant à charge. Trouver le sens de la couche lui avait bien prit vingt minutes, pendant que la petite s'impatientait et que David rigolait en essayant de lui expliquer. On ne lui avait jamais dit qu'il fallait être ingénieur pour élever sa progéniture... "Il va falloir m'expliquer comment je vais faire pour refouler la haine profonde que je commence à ressentir pour un certain officier." glissa-t-il entre ses dents, prenant soin de ne pas se faire entendre par les petits monstres qui quémandaient désormais un repas et encore des bonbons. Ça répète tout un enfant, alors il lui fallait en plus faire gaffe à ne pas raconter de conneries.


MessageSujet: (#) Re: Sergent Malaise [PV Ana]     

RÉPONSE RAPIDE