Hey soul sister [Rosa]
MessageSujet: (#) Hey soul sister [Rosa]     Lun 4 Juin - 21:00
avatar
Messages : 138
Âge : 27 ans
Occupation : Ingénieur en électronique dont le rôle principal est de s'assurer que le matériel de l'équipe d'exploration est en excellent état
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2200
Avatar : Daisy Ridley
Crédits : Elara (avatar)
La liste de matériel nécessaire était longue. La dernière expédition avait laissé les tiroirs vides. L’équipement scientifique partait extrêmement vite dans ces moments-là. C’était son job de s’assurer qu’il soit de nouveau remplacé et elle le fit avec application. Relisant l’inventaire plusieurs fois, en s’assurant qu’il correspondait à la quantité exigée, elle transféra ensuite le fichier au service des douanes, ceux qui étaient chargés de récupérer ce qu’on leur demandait. Ils réapprivisionnaient régulièrement la flotte, et quand on voulait quoi que ce soit, il fallait passer par eux.

Une fois qu’elle eut fini, elle rangea ses affaires et rentra chez elle. Le délai nécessaire pour demander des ressources était d’une semaine minimum, aussi avait-elle le temps de s’occuper d’autres tâches.

On finit par lui répondre que ses demandes étaient enfin arrivées.

Elle se dirigea vers le Colossus 5 et rejoignit le dock où les douaniers s’affairaient. Autour d’elle des tas de personnes s’activaient. Ils chargeaient et déchargeaient, grouillant à la manière d’une fourmillière, dans un tumulte impressionnant, où les machines ronflaient de partout. Aileas se faufila entre les gens, sautant par dessus ce qui se mettait en travers de sa route, et rejoignit les offices des douaniers. Montant un escalier qui menait à l’étage qui surplombait le dock, elle arriva discrètement, et se rapprocha du comptoir, la tablette en main. Il n’y avait qu’une personne présente et Aileas resta un instant silencieuse avant de héler la personne en question, et de soudain reconnaitre la silhouette qui se dirigeait vers elle. Trop occupée à réviser ses fichiers, elle n’avait pas fait attention, et ses lèvres se serrèrent dans une moue irritée lorsqu’elle reconnut sa demi-soeur.

Dire qu’elle était enchantée de la voir aurait été mentir, mais dans l’espace restreint, et visiblement aucune autre personne pour s’occuper d’elle, elle allait devoir faire avec.

Elle ne se rappelait plus de leur dernière rencontre. A dire vrai il était difficile de s’en souvenir avec exactitude parce qu’elle remontait maintenant. A défaut de se remémorrer de la date, Aileas gardait en mémoire le ton froid et distant de la discussion, et leur mère au dessus de tout cela qui n’avait aidé en rien à tranquiliser la situation.

La gêne dissipée, elle tenta de se recomposer une expression neutre, et posa sa tablette face à Rosa.

- Je viens récupérer une livraison pour l’équipe d’exploration.

L’écran affichait le numéro de la demande, et elle recula d’un pas, laissant Rosa vérifier que tout était en ordre. Pendant que la douanière s’exécutait, la demoiselle évita au mieux de la regarder, laissant ses yeux fixer ses pieds. Mais elle ne put résister bien longtemps et releva les yeux pour détailler sa demi-soeur, se faisant griller au passage, juste quand cette dernière lâchait des yeux la tablette. Furieuse de s’être faite avoir la cadette prit un air renfrogné en retour.

Pourtant sous ses airs revêche, Aileas avait des questions qui lui démangeaient les lèvres.

Elle avait entendu que les douaniers étaient désormais à part du ministère de la défense et que les échanges avec Keller avaient repris. On dépeignait l’endroit comme empli de malfaisance. Quoi qu’on puisse en dire, elle n’avait pas envie de parler à sa demi-soeur, mais elle n’avait pas non plus envie de la voir prendre des risques inconsidérés.

Par fierté elle ne demanda rien.
MessageSujet: (#) Re: Hey soul sister [Rosa]     Jeu 14 Juin - 22:23
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
« Sergent, j’dois vraiment prendre une pause, j’sens plus mes pieds. » Rosalija lève les yeux de sa tablette de travail, le doigt suspendu quelques centimètres au-dessus de l’écran, pour dévisager avec incrédulité le douanier qui la regarde avec insistance. Elle plisse le nez en constatant certaines évidences : d’une part, ils sont déjà en sous-effectif en raison d’un douanier qui a dû retourner prématurément chez lui sans qu’un remplaçant puisse être trouvé en temps opportun, et d’autre part, s’il quitte, c’est elle qui devra jouer au commis. Quand on lui avait offert une promotion au rang de sergent, il va sans dire qu’elle ne s’imaginait pas passer les deux tiers de son temps à gérer des crétins au mauvais système vasculaire. « Tu te plaindras à Park, il avait qu’à pas avoir de gosse enrhumé à aller récupérer à la maternelle », ironise-t-elle, lui faisant tout de même signe de filer vers le local aménagé en cuisine qui leur servait de salle de repos. Paraître intransigeante était à son avantage – l’être réellement ne ferait que lui rendre la tâche plus difficile qu’elle ne l’était déjà. Alors que le douanier file, elle soupire, sachant qu’elle retournait temporairement au bas de l’échelle du poste : commis de comptoir.

Aussitôt regretté, aussitôt interpellée; on la hèle et elle se doit de répondre à la demande, ne manquant pas de remarquer immédiatement qu’elle aurait mieux fait d’être complètement imperméable au caprice du douanier qu’elle avait laissé partir. Rosalija avait toujours un arrière-goût doux-amer au fond de la gorge lorsqu’elle se retrouvait face à face avec Aileas; ça avait sûrement quelque chose à voir avec le fait qu’elle s’était métaphoriquement démembrée pour s’occuper d’elle lorsqu’elle était gamine afin que leur mère puisse être toujours dévoue à son travail. Maintenant, leur relation était au plus bas; le fond du baril, et qui avait-on à remercier pour ça? Maman chérie. Le ton d’Aileas ne passait pas avec Rosalija. « Bonjour à toi aussi Aileas », raille-t-elle en attrapant la tablette, feuilletant les commandes avec une habitude et une désinvolture qui aurait pu laisser croire qu’elle n’avait jamais quitté le poste de commis. Elle poursuit, sans même relever les yeux : « Ça te coûte tant que ça de faire semblant d’être polie? » Le reproche était de trop et elle le savait, mais c’était plus fort qu’elle. Elle n’était pas sa mère, même si l’ombre d’une plaisante interaction, aussi forcée soit-elle, lui aurait fait plaisir. Les documents semblent en ordre alors elle relève la tête, croisant le regard inquisiteur de la gamine, qui semble contrariée d’avoir dû établir un contact, quel qu’il soit, avec sa demi-sœur.

Attrapant son terminal, elle déblatère une série d’acronymes, le jargon douanier bien spécial qu’on acquérait au fil du temps, vérifiant par la même occasion si d’autres auraient besoin de ses services dans l’immédiat. « Viens, quelqu’un assemble tout ça derrière. Y’a aussi une commande en retard pour ton équipe que je peux te laisser prendre avec toi. Ça fait pas mal de boîtes alors quelqu’un t’aidera. » Certains très petits vaisseaux avaient été réquisitionnés par divers services, notamment la douane, pour livrer les articles volumineux d’un bout à l’autre de la flotte; un autre fonctionnement aurait été bien trop complexe. Elle invite Aileas à passer devant elle, fermant la marche en la dirigeant vers l’arrière du post, qui débouche sur un autre dock où des travailleurs s’affairent à déplacer caisses et marchandises sans relâche. Le silence est tendu et Rosalija n’ose rien dire, se contentant de mordiller nerveusement sa lèvre inférieure sans s’en rendre compte. « Ça doit être pas mal occupé pour toi ces temps-ci », s’aventure-t-elle d’un ton désinvolte qui dissimule bien son malaise. Le small talk par excellence. Sur Terre, ça aurait été il fait beau aujourd’hui, pas vrai?, mais l’absence de toute condition météorologique sur la flotte réduisait ce genre de tentative de discussion superficielle à néant.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: Hey soul sister [Rosa]     Lun 25 Juin - 23:20
avatar
Messages : 138
Âge : 27 ans
Occupation : Ingénieur en électronique dont le rôle principal est de s'assurer que le matériel de l'équipe d'exploration est en excellent état
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2200
Avatar : Daisy Ridley
Crédits : Elara (avatar)
Les mots de Rosa ne lui avaient pas plu et elle ne se priva pas de le notifier d’un air exaspéré. Un haussement d’épaules servit de réponse. Quand Rosa faisait son intéressante, et elle s’en privait rarement, il y avait de quoi la faire grincer des dents. Avec le temps la jeune femme s’était forgée des à prioris sur sa demi-soeur. Peut-être même que Rosa en avait sur elle. Les relations entre elles s’étaient distendues à un point qui frôlait le ridicule, et les filles qui vivaient leur vie respective, semblaient avoir de grandes difficultés à s’accorder quand elles se retrouvaient.

Peu importait pour le moment.

La fierté d’Aileas était au moins aussi excessive que l’envie de sa demi-soeur de se poser en expert en manières de vivre. Toute réaction de Rosa entrainait invariablement le même mépris pour ce qu’elle pouvait lui dire. C’était sa facon d’affirmer qu’elle n’avait plus d’emprise sur son existence et que tout respect qu’elle avait pu avoir avait disparu. Rosa avait déjà montré qu’elle ne voulait pas d’Aileas dans sa vie, alors pourquoi donc s’acharner à vouloir prétendre qu’il y avait encore de quoi les relier, ou qu’elles avaient encore de quoi discuter ? Toutes les fois qu’elle essayait de lui parler c’était pour lui faire un reproche. Elles partageaient un demi réservoir génétique et c’était tout. Le reste avait depuis longtemps fané.

Dans l’autre dock et tandis qu’on finissait de préparer ce qu’elle devait ramener, ce fut Rosa qui prit la première la parole, et visiblement sans trop savoir quoi dire. Si les mots de l’ainé ne furent que le résultat d’un désir de vouloir estomper quelque peu les distances qu’elles s’étaient mises, et sans doute aussi de paraitre aimable, l’autre ne le vit pas tout de suite de cette facon. Plus remontée que sa demi-soeur, elle n’était pas vraiment partie pour être enclin à la discussion. Elle se retourna vers Rosa et la fustigea du regard.

- Est-ce que ca t’intéresse ?

Elle lâcha les mots d’une voix particulièrement excédée mais sans monter le ton, sans vouloir être sympathique, et pensant que Rosa s’intéressait à ce qu’elle faisait uniquement pour mieux la rabaisser ensuite. Devant elles les dockers finissaient d’emballer et de tout mettre dans des paquets. Aileas finit par se retourner vers sa demi-soeur, sachant pertinement que c’était stupide de réagir ainsi. Pour une fois que Rosa lancait la discussion, elle devait peut-être en profiter.

- On a plein de travail en vue de l’arrivée sur Qiang.

Elle haussa les épaules.

- Je ne sais pas si je serais passée membre officielle de l’équipe d’exploration d’ici là mais j’essaie.

Au moins les remarques incessantes de Rosa sur le fait qu’elle était trop parfaite n’auraient pas lieu. Elle qui avait l’habitude de souligner les succès de sa soeur n’aurait pas l’occasion. Quand Rosa le faisait, ce n’était pas l’admiration qui étreignait sa voix mais plutôt l’agacement, et Aileas pouvait faire tout ce qu’elle pouvait pour réussir, Rosa ne voyait que le fait qu’elle était la mauvaise, celle qui n’arrivait à rien. Ce qui n’était pas du tout vrai et Aileas en avait marre de se voir reprocher d’être douée à ce qu’elle faisait. Surtout que malgré ce que pensait Rosa, elle n’avait peut-être pas encore parvenue à être au sommet, et que à l’instar de tout le monde, elle avait des difficultés.

- Et toi tu t’en sors avec tes nouvelles fonctions ?
MessageSujet: (#) Re: Hey soul sister [Rosa]     Ven 6 Juil - 22:23
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Tu penses que j’aurais posé la question si j’en avais réellement rien à battre? Rosa se mord l’intérieur de la joue avec un peu trop de vigueur pour éviter de rétorquer illico avec une réplique qui n’aurait qu’enfoncé un énième clou dans le cercueil de leur bonne entente. Autant prendre un peu sur elle-même et ne pas gratifier la remarque immature de sa demi-sœur d’une hostilité pourtant méritée. Elle faisait un effort – Aileas ne pouvait-elle pas faire la même chose? Pas étonnant qu’elles abandonnent systématiquement toute tentative de se réconcilier, même juste pour dire qu’elles avaient une relation cordiale, mais distante. Finalement convaincue de laisser tomber, c’est l’ingénieure qui la surprend en se reprenant, comme si elle réalisait, de son côté également, que ça ne servait à rien de toujours être à couteaux tirés.

Rosalija n’était pas étonnée d’apprendre que l’équipe d’exploration était occupée avec les préparatifs pour Qiang. Forcément, ils étaient à plein régime actuellement, probablement motivés par l’annonce récente – et tant mieux si ça durait. Or, avec le temps, voyant que la colonisation était encore relativement lointaine, sans doute que le rythme ralentirait, et que l’excitation serait érodée par les défis et l’attente. C’était toutefois idéal qu’Aileas y soit pendant les balbutiements des efforts de préparation : son rôle ne ferait que s’agrandir avec le temps, et avoir une expérience pertinente et à long-terme ne serait qu’un avantage pour elle. « J’en doute pas une seconde. T’es une fille brillante, Allie. » Quoi qu’elle puisse en dire, Rosa conservait une sorte d’instinct maternel à l’égard de sa demi-sœur. Pouvait-elle faire autrement après en avoir pris soin constamment pendant les premières années de sa vie? Leur mère avait eu le beau jeu en récupérant seulement le fruit des efforts d’éducation de son aînée, en plus de préférer la cadette avec une ardeur qu’elle n’aurait jamais crue possible. « Je suis la mieux placée pour le savoir. Plus que maman, peu importe ce qu’elle t’en dira. » Elle étouffe un ricanement narquois. Une certaine fierté, aussi, dont elle ignorait la provenance, teintait ses propos. Ou était-ce une forme de vengeance à l’endroit de leur génitrice? De pouvoir dire j’ai mieux fait que toi malgré l’animosité entre elle et sa cadette, même si c’était issu de ressentiment? « T’as l’habitude d’être toujours au top sans faire d’efforts. Savoir ce que c’est que devoir se prouver pourra pas t’faire de tort. C’est formateur. » Après les fleurs, le pot; après les compliments – bien que sincères – une pique qui ne se voulait pas méchante, seulement réaliste, mais qu’elle aurait pu retenir, histoire de ne pas saboter le reste.

Le retour de balancier l’étonne, mais elle ne s’en formalise pas, se contentant de hausser les épaules, hochant la tête pour montrer son ambivalence. Ses tâches s’étaient amoncelées sur ses épaules depuis les changements de politique de la douane, même si elle gérait bien – surtout grâce à sa bonne relation avec ses collègues. « C’est essentiellement la même chose, juste… plus intense? Y’a une période d’adaptation, c’est sûr. On fait au mieux. » La douane avait été propulsée à l’avant-scène après avoir été essentiellement un service qui opérait dans l’ombre, une brigade d’anti-piraterie qui n’avait, la plupart du temps, rien de vraiment intéressant à faire. Désormais, une partie de la sécurité de la flotte reposait sur les épaules des douaniers, et Rosa ne savait pas encore vraiment comment composer avec ces nouvelles variables, pas qu’elle irait étendre ses états d’âmes, même devant Aileas. Posant sa tablette sur une caisse, Rosalija s’appuie sur le garde-corps qui surplombe les docks, observant les travailleurs s’activer. Malgré le tintamarre des contremaîtres et de la machinerie, elle avait toujours trouvé agréable ce tableau abstrait. Un ballet à la fois soigneusement orchestré et joliment anarchique, soumis à l’improvisation et aux imprévus. « Un jour, tout ça sera vide et la flotte sera plus notre maison. » Elle désigne du menton la scène qui se déroule en contrebas. Rosa avait connu la Terre, brièvement, puis les colonies. Aileas ne connaissait rien d’autre que le nœud. Quelque part, c’était rassurant de savoir que sa demi-sœur aurait le plaisir de fouler un vrai sol pendant sa vie.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: Hey soul sister [Rosa]     Lun 16 Juil - 19:40
avatar
Messages : 138
Âge : 27 ans
Occupation : Ingénieur en électronique dont le rôle principal est de s'assurer que le matériel de l'équipe d'exploration est en excellent état
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2200
Avatar : Daisy Ridley
Crédits : Elara (avatar)
De tels jolis mots entre les lèvres de sa demi-soeur, un parfum de gentillesse murmuré, elle n’en avaient pas entendu depuis longtemps, et malgré elle, elle sentit l’émotion qui étreignait ses sens. Juste de simples paroles. Elle était douée, disait sa demi-soeur, avec le ton d’approbation, que la stellarienne inconsciemment recherchait. Les disputes les avaient éloignées mais il demeurait encore cet amour qui les unissait. Trop ténu pour s’exposer, trop usé pour se montrer, trop écorché pour exposer la moindre possibilité de réconciliation. Mais les mots la touchèrent plus qu’elle ne l’avait espéré. Et tandis que Rosa lui parlait de leur génitrice, et de son manque évident d’encouragements, les lèvres d’Aileas s'étaient vite tordues en une moue dépitée. Ses efforts étaient tellement passés inapercus.

- Je suppose que maman s’en fiche oui.

Elle haussa les épaules avec dédain, songeant au silence, et à l’indifférence qu’elles recevaient de sa part. Leur génitrice n’avait jamais été vraiment présente, trop accaparée par son ascension professionnelle, et s’était limitée à les pressionner en les forcant à atteindre le meilleur. Rater signifiait écarter son intérêt, et c’était sans doute ce qui se passait maintenant. Mais si sa demi-soeur semblait vouloir se montrer plus aimable, elle ne faisait pas vraiment d’illusion. Des années de silence n’allaient pas disparaitre aussi facilement. Et Rosa fut fidèle à elle-même, laissant le cynisme qui lui échappait régulierement achever ses mots sur une note moqueuse. Comme d’habitude il y avait une pointe de jalousie dans les paroles de l’ainée, qui ne manquait pas de souligner le talent sous-jacent de sa demi-soeur d’une fort mauvaise manière, et au passage de se porter en unique travailleuse acharnée qui avait gagné ses mérites à la force du poignet. Aileas roula des yeux face au sarcasme. Elle ne le partageait pas et n’en voyait pas la plaisanterie. Peut-être que malgré le ton qui se voulait ironique, Rosa le pensait vraiment, et de l’avis d’Aileas, ce n’était pas le moment de régler les problèmes de manque de confiance en soi de son ainée.

- Effectivement s'adapter semble difficile.

Elle n’en rajouta pas, ni ne pipa mot, reflet de l’indifférence que sa famille lui servait, et qu’en conséquence elle retournait avec le même entrain. Inutile de poser trop de questions. Aileas et Rosa n’avaient plus rien à se dire et encore à moins à partager sur leurs activités respectives. Etait-ce pour cette raison que Rosa orienta son regard vers les docks devant elles, tout en détournant déliberèment de son interlocutrice, comme si elle ne voulait plus discuter. Mais elle voulait simplement souligner le futur qui s’esquissait. La flotte qui s’installerait quelque part et leur permettrait d’avoir un endroit qui leur appartiendrait. Aileas devait reconnaitre qu’elle ne partageait pas vraiment cette pensée, elle qui n’avait jamais vraiment été autre part que dans l’espace, et qui ne voyait pas l’importance d’avoir un chez soi. La flotte était l’endroit où elle avait toujours vécu et elle n’en voyait pas les limitations. Mais elle n’en était pas moins intriguée par l’extérieur. Elle avait envie de découverte mais peut-être pas de la facon que sa demi-soeur l’entendait. Et puis surtout elle ne voyait pas dans ce nous le reflet d’une unité que sa demi-soeur laissait sous-entendre.

Elle renifla de dédain.

Elle n’était pas prête à se montrer très sympathique.

- Nous ? Mouais. Ca dépend de ce que tu entends par notre maison.

En haussant les épaules, elle fixa Rosa du regard.

- Qu’on soit ici ou ailleurs, rien ne sera différent, et on sera encore en train de s’engueuler et on sera jamais une vraie famille, n’est-ce pas ? Vraiment je ne sais pas ce que tu espères. Il n’y aura pas de maison à nous. On sera encore divisés.


you stay so fierce
by Wiise
MessageSujet: (#) Re: Hey soul sister [Rosa]     Jeu 19 Juil - 22:25
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Le nez plissé, le regard perplexe, Rosa observe un instant en silence sa demi-sœur qui évite systématiquement son regard. Dire qu’elle était confuse vis-à-vis du commentaire d’Aileas était un euphémisme. Qu’avait-elle bien pu vouloir dire par s’adapter semble difficile? Faisait-elle une pique mal informée avec pour cible le travail de la douanière, dont la gamine ne savait rien, prétextant avoir remarqué qu’il y avait quelque galère que ce soit? Autant ne pas relever, évitant ainsi le risque de mettre un terme précoce à une discussion qui, somme toute, se déroulait relativement bien considérant leurs habituels échanges – ou, en l’occurrence, l’inexistence de ceux-ci. Alors elle change le sujet, délibérément, profitant d’avoir une mine d’or devant les yeux, le ballet incessant des docks livré à leur attention. Pour Rosa, Qiang était l’espoir d’un retour à une normalité qu’elle commençait à oublier. Qu’elle avait mise de côté, même, ayant grandi depuis trop longtemps sur la flotte pour réellement savoir ce que c’était que d’être Terrienne ou Bethanienne. Laisser la flotte derrière l’attristerait, mais elle était impatiente de pouvoir créer de réelles racines, de finir ses jours sur la terre ferme, si l’avenir lui laissait cette chance.

De toute évidence, Aileas ne partageait pas son point de vue.

Rosalija garde le silence un instant, après avoir brièvement soutenu le regard d’Aileas. Plus elle y pensait, moins elle comprenait d’où venait cette hostilité, d’un côté comme de l’autre. La seule chose qu’elle savait, c’est qu’elle existait, qu’elle ponctuait la moindre de leurs interactions, et qu’elle n’était pas près de s’évaporer. En temps normal, elle se serait énervée d’entendre autant de hargne émaner de la bouche de sa demi-sœur; elle aurait probablement fait volte-face, avec un juron générique, en lui disant de se débrouiller toute seule avec sa livraison. On sera jamais une vraie famille, qu’elle avait dit d’un ton désinvolte, comme quelqu’un qui affirme qu’il va au lit, une affirmation qui semblait si sûre que Rosa aurait pu y croire si elle n’avait pas été sur l’autre rive de cette situation familiale lacérée. « C’pas vrai. » Ça lui fait réaliser que si Aileas ne la considérait pas comme sa famille, alors elle n’avait rien. Ce n’était pas vrai; elles étaient liées, envers et contre tous. Contre leur mère. « Un jour, m’man va mourir, idéalement plus tôt que tard. Et là, on s’ra une famille. » Morbide réalisation qu’elle faisait, d’un ton si calme qu’on n’aurait pas cru qu’elle fantasmait sur l’éventuel trépas de leur génitrice. Pourtant, simplement la couper de sa vie n’avait pas suffi à l’empêcher de ruiner son existence – ça n’était que la suite logique. Se redressant, elle ancre ses doigts sur la rambarde, poussant un soupir désabusé. « Ou pas. Qu’est-ce que j’en sais, hein. » Il y avait un indéniable volet romantique à la personnalité de Rosa, qu’elle assumait moins que le reste. La perspective de voir les deux sœurs réunies, dans quelques années, avec chacune leur petit noyau – partenaire, enfants –, tous réunis sous la même étiquette de famille la faisait rêver. Sans doute était-ce de l’ordre du rêve, de l’impossible, mais l’espoir fait vivre.

« S'ra pas long, sergent, on a presque fini. » Un docker lui fait signe en contrebas de leur position actuelle. Sans doute avait-il senti que sa présence était une façon de les faire travailler plus vite, de montrer quelque impatience, même s'il n'en était rien. Elle balaie le vide devant elle d'une main molle, comme pour se disculper. Aileas pourrait rapidement retourner à son quotidien dépourvu de toute autorité fraternelle, et Rosa pourrait retourner broyer du noir derrière son comptoir, à penser à un idéaliste avenir plus clair pour les Saroyan-Kinsley.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: Hey soul sister [Rosa]     Sam 4 Aoû - 16:28
avatar
Messages : 138
Âge : 27 ans
Occupation : Ingénieur en électronique dont le rôle principal est de s'assurer que le matériel de l'équipe d'exploration est en excellent état
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2200
Avatar : Daisy Ridley
Crédits : Elara (avatar)
Aileas étirait sa mauvaise foi dans tous les sens. Un déployement de mauvaise humeur devenu une habitude. Les soeurs qui se faisaient face. Aileas aurait pu admirer Rosa, et dans le passé ce sentiment avait été réel, jusqu’à ce qu’elle ne réalise la triste vérité d’une demi-soeur frustrée. L’amour inconditionnel qu’elle avait porté à Rosa n’était pas réciproque. Pensée qui engageait sa hargne à hair chaque geste de Rosa, à distortionner chaque mot, et à se montrer d’autant plus désagréable lors de leurs rencontres. Tandis que l’ainée semblait montrer des signes de réflexion, la plus jeune s’entortillait dans sa rage, autant qu’elle le pouvait.

L’hostilité qu’elle vouait à sa mère n’en était que plus floue.

Où débutait celle pour l’une et où s’arrêtait celle pour l’autre ?

Rosa s’était trop occupée d’elle pour que les liens tissés qui s’étaient détruits brutalement ne soient pas plus douloureux. Ce qu’elle éprouvait pour sa mère était plus une distance. Sans doute que la rancoeur envers sa mère n’égalait pas celle de Rosa. Elle savait la plupart des disputes, la facon qu’avait sa mère d’intervenir dans la vie de l’ainée, souvent de grands désaccords. Elle s’était maintenue en marge. Pourtant elle se savait privilégiée, notamment au niveau de ses décisions, de ses choix de carrière. Rosa en avait plus souffert. Mais malgré tout elle s’offusqua aux propos durs de sa demi-soeur. La disparition de leur mère une solution de leur problème ?

- Non mais tu t’entends Rosa ?

Elle était excédée de l’attitude de sa soeur. Même si tout n’était que des mots, que finalement ils étaient juste le sentiment de Rosa, qui avait du supporter les excentricités de leur mère, ses remarques incessantes, et ses marques de dédain. Mais Rosa ne faisait pas dans la demi-mesure. Elle exagérait beaucoup trop. Comme si tout reposait sur leur mère.

Une voix s’éleva pour s’adresser à sa soeur et elle était remplie de respect, un point qui ne manqua pas d’attirer l’attention d’Aileas, qui essaya quelque peu de puiser de l’inspiration dans ce talent naturel qu’elle ne possédait pas. Pas plus en revanche. Elle était juste venue pour retrouver les marchandises dont elle avait besoin, mais pas pour devoir supporter une énième discussion avec Rosa, qui allait encore lui miner le moral. A son tour elle se rapprocha de la vue des docks et laissa son regard se fixer sur les dockers en train de finaliser la cargaison. Ils avaient quasiment fini. L’opportunité parfaite pour filer. Pas sans rajouter quelques mots.

- Peut-être bien que non.

Sa voix était chargée de mépris, signe d’un agacement, qu’elle n’essayait même pas de dissimuler.

- Quitte à te poser des questions tu devrais te poser les bonnes. Maman n’a pas été tendre avec nous on est d’accord. Mais elle m’a raconté tout ce que tu lui as dit. Comment tu lui as souligné oh combien ca avait été un poids de t’occuper de moi. Tu sais quoi ? Je m’en voudrais de devoir te refaire vivre cet enfer hein, devoir aider maman qui était toute seule sans papa, qui devait maintenir son travail, et qui avait peut-être bien besoin qu’on l’aide.

Ses derniers mots avaient haussé le ton, peut-être pas assez pour être entendus par les gens qui se pressaient autour d’elles, mais suffisamment pour montrer sa hargne. Les mots étaient douloureux. Son regard s'était durci. Est-ce qu’elle y adhérait vraiment ? Les fausses idées qu’on lui insuflait à propos de sa demi-soeur étaient faciles à suivre. Aileas s’y laissait glisser sans retenue. Avec méchanceté elle lui lancait tout cela à la gueule. Peut-être parce qu’il fallait peut-être cela pour mieux recommencer.


you stay so fierce
by Wiise
MessageSujet: (#) Re: Hey soul sister [Rosa]     Ven 10 Aoû - 0:43
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
C’était une terrible vérité que celle que Rosa constatait à l’instant; la façon dont leur mère avait réussi à les diviser pour mieux régner, s’affairant à faire bouillir de plus belle la colère innée de l’aînée et à faire naître le doute dans l’esprit de la cadette à grands coups de désinformation. Elle savait quoi dire, quoi faire pour obtenir les résultats escomptés chez chacune de ses filles, sachant que jamais elles n’auraient la patience de s’expliquer comme des adultes, de faire le point et de démêler le tissu de mensonge dans lequel elles étaient toutes les deux coincées. Avaient-elles enfin franchi le point de non-retour? Rosa savait exactement ce qu’elle avait dit, et n’avait plus le moindre tendre sentiment à l’égard de leur mère, si insensible, ingrat cela puisse paraître – pour une fille d’haïr sa mère, sincèrement, foncièrement, qu’est-ce qui avait bien pu mal tourner? Pour l’autre d’être aussi indulgente, qui avait tort, qui avait raison? « Je m’entends parfaitement bien », renchérit-elle sur un ton autrement posé, malgré l’irritation évidente de la Kinsley. Tu connais pas m’man comme moi j’la connais, voulait-elle hurler, les mots se bousculant dans sa gorge pour finalement s’y éteindre; elle pince simplement les lèvres, sentant ses yeux s’humidifier.

Aileas s’obstine à la contredire. Rien de nouveau entre les murs d’acier de la flotte, mais cette fois, ça vient la piquer droit au cœur, comme un coup de genou en pleine cage thoracique, sans qu’elle puisse se l’expliquer. La douanière est tiraillée entre les souvenirs nostalgiques des beaux moments passés entre sœurs, alors qu’Aileas était encore la gamine curieuse qu’elle était, au fond, encore; entre les traits de sa mère qu’elle décèle aisément dans le visage juvénile de sa cadette et du mépris que ça suscite chez elle; entre l’injustice de son attitude envers sa demi-sœur, qui n’a pas demandé à se retrouver entre deux feux ainsi; entre la rage qui la meut parce que l’ingénieure préfère croire leur mère plutôt qu’elle. Elle sait que c’est mal, injuste et injustifié, mais elle n’en demeurait pas moins humaine, avec tout ce que ça impliquait, et l’émotion l’emportait sur la raison. La tristesse qu’elle avait ressentie se transforme rapidement en colère confuse, même si elle s’efforce de garder son ton à un volume acceptable. « Qu’est-ce qui te fait dire que c’est vrai? Pourquoi tu la crois, elle, et tout c’que j’dis c’est n’importe quoi? Tu penses que je suis en colère parce qu’elle est injuste avec moi? » Leur mère l’était, injuste, et Rosa l’était, frustrée; là n’était pas le point qu’elle souhaitait souligner. « Tu t’es jamais dit que c’était pas normal tout ça? Qu’on ait jamais réussi à s’entendre, même après que, supposément, j’aie plus eu à te ‘supporter’? Non Aileas, j’suis en colère parce qu’elle est injuste avec toi, et qu’elle est tellement dans ta tête que tu t’en rends même pas compte. C’est p’t-êt’ toi qui devrais t’poser des questions. » Peut-être qu’elle était paranoïaque. Non, impossible – elle était la seule à avoir vu clair dans le jeu de leur mère. Il n’y avait pas d’autre explication possible : Aileas était aveuglée par un faux sentiment de fidélité familiale, indu et non mérité par la principale intéressée.

Les dents serrées, la douanière détourne le regard au moment même où le docker tente d’attirer son attention, pointant la marchandise chargée, prête à être livrée à la navette. Rosalija lui adresse un signe de tête entendu, portant son regard au fond du hangar, puis sur sa tablette plutôt que de le poser sur sa demi-sœur. « Va avec eux, ils vont te livrer ta cargaison où t’as besoin. Pas la peine de repasser par le comptoir, j’vais signer pour toi. » Elle finit par fixer, brièvement, le visage de sa demi-sœur avant de tourner les talons, déconfite, peu enthousiasmée à l’idée de continuer cette conversation. Bientôt, elle le sentait, leur mère aurait raison de ce qui restait de leur respect l’une pour l’autre, et là, ce serait trop tard.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: Hey soul sister [Rosa]     

RÉPONSE RAPIDE