petty disguises / ea
MessageSujet: (#) petty disguises / ea     Mar 15 Mai - 22:23
avatar
Messages : 22
Âge : 40
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : morsmordre (av)
D’une certaine manière, elle se considérait mal qualifiée pour le poste qu’elle occupait désormais. Même si elle avait l’assurance, avec quelques semaines de travail derrière la métaphorique cravate, qu’elle se débrouillait bien et qu’elle ferait, avec l’expérience, une seconde digne de ce nom. Si elle commençait à reconnaître les tableaux de bord, les signaux sonores et lumineux et le jargon bien particulier qui faisaient vivre le pont du Colossus 5, sa connaissance et sa compréhension de ce qui se passait en-dehors de l’environnement immédiat de ce dernier, à l’exception faite, peut-être, des docks les plus proches, était lacunaire. Elle avait visité une fois le poste des ravitailleurs, y trouvant des personnages qu’elle avait trouvé, somme toute, plutôt antipathiques – peut-être avaient-ils besoin de voir plus de monde, qui sait –, rencontré quelques dockers, été abordée par quelques travailleurs divers qui l’avaient reconnue. C’était surtout ces dernières interactions qui avaient motivé Evelyn à faire une incursion spontanée dans les entrailles du vaisseau, là où elle s’imaginait que travaillait l’essentiel des ressources invisibles du colosse. Elle n’avait pas tort. En parcourant les couloirs moins empruntés, les canaux habituellement réservés aux petites mains de la flotte, son uniforme immaculé détonne, jure, contraste avec la grisaille et la pénombre occasionnelle d’un luminaire grillé. On la regarde avec étonnement, même si on l’ignore largement – on est trop occupés à veiller à ce que le vaisseau ne se scinde pas en deux, à ce qu’il continue de filtrer l’air, à faire l’essentiel pour qu’il demeure viable. C’était bien ce qu’elle déplorait. Le Colossus n’avait jamais été aussi glamour que le Tiantang, malgré son historique sanglant, que l’Helios en dépit du mystère sordide qui l’entourait, du Columbiad et de son atmosphère joviale, soudée malgré sa densité de population. Même l’Argus One dans son austérité et le Regina Mercy dans sa désuétude et dans l’odeur constante de désinfectant demeuraient plus accueillants que le vaisseau-hangar sur lequel elle était désormais postée. Qu’à cela ne tienne – il était désormais de son ressort de faire quelque chose de moins déprimant du Colossus 5 et de lui conférer, grâce à son soutien au capitaine, une réputation refaite. Certes, ce n’était pas bientôt qu’on verrait des enfants jouer dans les couloirs, mais peut-être qu’ils parviendraient à redorer un peu son blason.

Evelyn n’adresse la parole à personne. Pas par mépris, mais plutôt par souci de ne déranger personne, de laisser l’écosystème naturel du colosse suivre son cours. On s’écarte à peine du chemin quand elle passe, comme si la moindre seconde était critique – et elle l’était sans doute, à bien y penser. Elle avait pensé faire irruption quelques fois dans les conversations techniques de travailleurs pour finalement opter pour un silence respectueux. Plus elle s’avançait, moins l’odeur était agréable. Pire qu’un système qui recycle mal l’air. Une porte entrouverte attire son regard et elle jette un coup d’œil curieux à l’intérieur pour y reconnaître une silhouette familière. Elle avait longtemps suivi Exvind Adkin à titre de médecin, travaillant sur sa posture, ses jambes, tous les petits soucis causés par ces problèmes de santé comme une série de dominos. Elle aimait croire qu’avec le temps, elle avait réussi à percer la carapace que les autres médecins n’avaient su outrepasser. C’était d’autant plus vrai qu’elle se rappelait, à la vue du quinquagénaire, qu’il était moins coopératif avec son nouveau médecin – un message alarmé de l’orthopédiste qui avait pris en charge le dossier de l’éboueur lui avait mis la puce à l’oreille sans qu’elle sente que la situation était si urgente que cela. Il fallait du temps pour l’apprivoiser, après tout, et il y parviendrait bien assez tôt. C’est néanmoins en raison de cet événement autrement anodin qu’elle se décide à toquer doucement à la porte, la poussant malgré tout, adressant un bref sourire qui se voulait bienveillant à l’homme. « Exvind. Ça fait longtemps », entame-t-elle en osant faire un pas à l’intérieur. Si elle ne referme pas la porte complètement, elle la pousse légèrement derrière elle pour réduire l’embrasure. La pièce est autrement dépourvue d’âme qui vive, ce qui lui permet d’oser une question plus personnelle. « Comment se porte ta jambe? » Même si ça n’était pas particulièrement sa spécialité, c’est elle qui avait reçu Exvind lors de sa blessure causée par un accident avec son multi-tool. L’incident était si singulier qu’il n’avait pas manqué de lui rester en tête quelque temps. Accusant un bref silence, elle regarde autour d’elle. C’était l’extrême opposé des environnements aseptisés du Regina Mercy, auxquels elle était habituée. La saleté ne la perturbait pas autant qu’elle l’aurait cru. Un fin sourire vient étirer ses lèvres. « C’est la première fois que je viens si près de ton lieu de travail. Ça me permet de visualiser. » Certes, Evelyn ne s’était pas rendue jusqu’aux machines de triage que l’éboueur opérait, mais elle en était suffisamment proche pour se faire une image des conditions de travail de son ancien patient. Quelque part, elle aurait préféré que la crasse ne soit pas si omniprésente, mais il fallait se rendre à l’évidence : rien d’immaculé ne le resterait bien longtemps ici.
MessageSujet: (#) Re: petty disguises / ea     Lun 4 Juin - 21:33
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t365-exvind-there-is-a-fault-in-your-code http://beyond-earth.forumactif.com/t388-exvind-fear-display-yes
Messages : 81
Âge : 51
Occupation : Eboueur - il était programmeur sur Astoria
Habitation : Columbiad
Arrivée : Arrivé en 2220 avec 4 enfants, dans un vaisseau pirate, en provenance de Shinbashi
I don t have a nervous system, I m a nervous system Pseudo : Frey
Avatar : Ben Mendelsohn
Crédits : Frey | Bat'phanie
Tout est bruyant dans les entrailles du vaisseau, du ronronnement des machines aux alertes constantes qui résonnent de partout. Les sirènes, les cris, les vibrations, tout cela  a poussé les travailleurs des entrailles à ne parler que par cris ou par coups en rythmes sur divers matériaux. On ne fait plus réellement attention à ce qui se passe autour tant qu'aucun cri ne retentit ; un bruit de métal qui heurte le sol ? Pas ton problème. Des vibrations plus rapides ? Concentre toi sur ton propre boulot. La chaleur qui augmente ? Prends de longues inspirations, va falloir t'y habituer. Aussi, n'entends-tu absolument pas les quelques coups qui ont pu être fait contre la porte de ton lieu de travail. « ... fait longtemps. » Tu te raidis, un spasme musculaire te parcours et tes épaules se tendent tandis que ta respiration s'accélère et tes gestes se font plus nerveux, moins assurés sur tes machines. « Comment se porte ta jambe ? » Tu tournes doucement la tête vers la gauche, tu clignes plusieurs fois des yeux, histoire d'être sûr de ce qui te fait face, puis aussitôt ton regard quitte la vice-capitaine pour se poser sur la porte. Elle n'était pas aussi fermée la dernière fois que tu l'avais regardée. Tes mains se crispent un instant sur la machine que tu tritures.

Tu finis par la lâcher, tes pupilles dilatées tandis que tes mains parcourent nerveusement les poches de ton uniforme, tu t'assures de tes outils, de tes armes, de ce que tout soit à sa place et tu recules d'un pas, puis de deux. Tu ne réponds pas, une inspiration brève trahissant ta nervosité. Evelyn Olsen et Khan Andak. Quel groupe de faux-culs. Le docteur avait été l'une des rares personnes avec lesquelles tu avais tenté de baisser un tant soi peu tes boucliers... mais comme avec Maggie, la confiance avait été bien mal accordée. Tu t'humectais les lèvres tandis que ta main gauche jouait avec la tirette de ta tenue et que l'autre se glissait dans la poche de ton uniforme. « C'est la première fois que je viens si près de ton lieu de travail. Ça me permet de visualiser. » Tes yeux s'étrécirent, ton regard se fixant un trop long moment sur l'uniforme immaculé dans la toubib avant de détourner les yeux et d'hausser les épaules, un tic nerveux agitant l'une d'entre elles.

« V'z'approchez pas, v'risquez d'vous salir, m'dame. » Tu offres un sourire  ironique tandis que tu extirpes de ta poche un chiffon et que tu t'occupes les mains avec, les frottant frénétiquement en sachant pertinemment que la propreté douteuse du tissu ne suffirait pas à dégager la crasse. Tes gants de protection pendaient à ce qui te servait de ceinture. Tu t'humectais à nouveau les lèvres, pinçant celle-ci entre tes dents alors que tu passais trop fort le tissu contre une des plaies au bout de tes doigts. « J'vous ai pas félicité. Bravo. J'peux vous aider ? » Tu grommelles plus qu'autre chose la dernière partie de la phrase, ton regard se fixant sur tout sauf le tissu trop propre de la capitaine en second du Colossus, ton cœur battant trop fort. Tu avais l'impression qu'il se tenait derrière tes dents et qu'il allait les briser.


Error : no identity
The enemy ? His sense of duty was no less than yours. You wonder what his name is, where he came from and if he was really evil at heart ▬ What lies or threats led him on this march from home ?
MessageSujet: (#) Re: petty disguises / ea     Lun 18 Juin - 22:36
avatar
Messages : 22
Âge : 40
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : morsmordre (av)
Elle aurait été un bien piètre médecin de ne pas remarquer la nervosité de son interlocuteur. Le tic de l’épaule, la voix modulée, les manies qu’il avait toujours eues, mais qui semblaient exacerbées. Peut-être était-ce la surprise de la voir là, même si elle en doutait. Il y avait toujours eu, avec Exvind, une sorte de malaise ambiant qu’elle avait attribuée en partie à son caractère et en partie au fait qu’ils ne s’étaient vus, essentiellement, qu’en contexte hospitalier. Personne n’était réellement à l’aise sur le Regina Mercy – pas même les médecins, parfois. Elle y avait toujours fleuri, l’austérité du vaisseau médical parfaitement accordée à l’impression qu’elle voulait dégager, l’autorité, l’aspect sérieux, un brin élitiste, mais qui camouflait malgré tout une sincère envie d’améliorer l’existence des Stellariens. Une ambition fort bien dissimulée derrière un rempart de fausse condescendance. « Voyons », entame-t-elle avec un petit gloussement amusé. « Tu penses que j’ai pas l’habitude de me salir? » Evelyn laisse poindre sur ses lèvres un petit sourire alors qu’elle plonge ses mains dans les poches de son pantalon d’uniforme. Le nombre de fois qu’elle s’était frotté la peau jusqu’à en annihiler l’épiderme histoire d’en faire disparaître les traces rouges de l’hémoglobine, elle ne les comptait plus. Les blouses de travail qui s’étaient retrouvées à l’incinérateur non plus. Un peu de graisse ou de poussière ne la ferait certainement pas ciller. Avoir un bambin sur les bras aidait aussi à cesser d’avoir des haut-le-cœur désemparés au moindre dégât.

La manie répétitive d’Exvind de se frotter une plaie fraîche au bout de ses doigts ne fait qu’attirer son attention sur celle-ci, même si elle ne fait rien de plus, de prime abord, que froncer légèrement les sourcils. Le manque d’enthousiasme pour les félicitations ne la fait pas tiquer; pour la plupart des gens, un nouveau second ne signait aucun changement significatif, seulement une période de transition entre deux administrations médiocres, entre deux phases d’un même statu quo. De plus, elle et l’éboueur n’avaient rien d’autre en commun qu’une relation purement professionnelle, même si confidentielle, entre un médecin et son patient. Qu’elle ne soit plus affectée au Regina Mercy ne changerait rien dans sa façon de faire à ce niveau. « Non, mais peut-être que je peux t’aider. Ta blessure va s’infecter si tu continues à lui enfoncer ce torchon souillé dedans », note-t-elle en faisant un pas en direction de l’homme, main tendue pour qu’il lui fasse voir la plaie qui tailladait sa main. Le mouvement de recul qu’il accuse aussitôt la fait revenir sur sa décision. Alors elle cherche du regard la trousse de premiers soins qui devrait normalement se trouver dans la pièce, l’attrape lorsqu’elle la voit fixée au mur sous une épaisse couche de poussière noire. Elle plisse le nez en l’ouvrant, contrariée de n’y voir qu’une partie des articles prescrits et certains items périmés. « Charlie, rappelle-moi d’ordonner une tournée de santé et sécurité pour les trousses de premier soin. » L’intelligence artificielle émet un son de validation. « Incroyable. Faut vraiment remettre certaines choses au clair », peste-t-elle, essentiellement pour elle-même, en fouillant dans la petite boîte pour y trouver de quoi rafistoler l’éboueur, se promettant de tirer les oreilles du contremaître responsable de ces environs – voir d’imposer des sanctions pour le non-respect des exigences de santé et sécurité, avec l’aval du capitaine. « Assied-toi, s’il te plaît. » Elle demande, mais ça n’a pas les airs d’une suggestion. Evelyn a extirpé de la trousse le nécessaire pour au moins éviter le pire.

Elle tire la chaise qui se trouve devant elle pour s’y installer, invitant Exvind à faire de même. « Comment ça se passe depuis… l’incident? » fait-elle enfin, usant de l’euphémisme de peur d’utiliser un mot moins bien adapté. La question était générale – il lui en dirait autant qu’il voulait. Sûrement peu, le connaissant.
MessageSujet: (#) Re: petty disguises / ea     Mar 19 Juin - 15:15
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t365-exvind-there-is-a-fault-in-your-code http://beyond-earth.forumactif.com/t388-exvind-fear-display-yes
Messages : 81
Âge : 51
Occupation : Eboueur - il était programmeur sur Astoria
Habitation : Columbiad
Arrivée : Arrivé en 2220 avec 4 enfants, dans un vaisseau pirate, en provenance de Shinbashi
I don t have a nervous system, I m a nervous system Pseudo : Frey
Avatar : Ben Mendelsohn
Crédits : Frey | Bat'phanie
« Voyons. » Tu fronçais le nez, tournant ton attention vers Evelyn, une boule de nervosité se formant au creux de ta gorge, maintenant toute protestation sous le joug d’un mal être plus ancien, de ceux qu’on gardait depuis l’enfance à force d’avoir trop entendu les mêmes remontrances. Le gloussement qui accompagne la parole te fait frémir, lui aussi, et tu ne peux t’empêcher de lancer des coups d’oeil vers les mains de ton interlocutrice. Voyons. Tu as déjà entendu ce genre d’intonation qui interpellent tes réflexes. Tu carres les épaules et tu redresses la tête avant de te rabaisser presque immédiatement, ton corps quittant son attitude automatique pour répondre à nouveau aux injonctions de ton cerveau. « Tu penses que j'ai pas l'habitude de me salir ? » Tu n’aimes pas être tutoyé, surtout pas par des gens qui te sont supérieurs en grade. Tu n’as pas souvenir d’avoir été seulement son ami et dorénavant, suite à son alliance avec Khan Andak, tu ne pouvais t’empêcher de faire le lien entre les deux. Lorsque Khan te tutoyait, ce n’était jamais bon signe. « Nah, mais vot’uniforme brille un peu, c’serait dommage d’retourner sur le pont ‘vec des traces de gras, v’voyez ? C’pas le même tissu qu’la blouse, ça part pas pareil. » Tu passais d’une jambe sur l’autre, ta semelle frottant le sol de ton antre dans un bruit presque écoeurant tandis que tu répétais l’opération inconsciemment, suivant la vélocité et le geste de tes mains sur le torchon.

« Non, mais peut-être que je peux t'aider. Ta blessure va s'infecter si tu continues à lui enfoncer ce torchon souillé dedans. » Tu clignais des yeux à plusieurs reprises, papillonnant d'incrédulité avant de fixer le bout de tes doigts où perlaient quelques gouttes de sang. Tu serrais les dents et tu enfonçais tes mains dans le fond des poches de ta combinaison après avoir coincé le torchon dans les interstices dédiés à une ceinture à outils au niveau de ta taille. La main tendue d’Evelyn vers toi te fait reculer, ta respiration se coinçant à nouveau derrière la boule de nervosité qui se reformait. Elle semble comprendre ton appréhension – des années à exercer en tant que médecin ne peut qu’aider à mieux réagir aux patients récalcitrants et tu l’observes se détourner d’un œil méfiant. Tu ne fais plus la même erreur que tu avais eu le malheur de faire avec Magdalena en laissant ta peur prendre le dessus sur ton esprit. Tu n’avais pas été formé comme cela et c’était dans ce genre de moment que tu te demandais à quel point tu avais chu pour ne devenir plus qu’un animal réagissait à ses instincts, attaquer par peur de l’être n’était pas une réaction que tu aurais dû faire primer. « Charlie, rappelle-moi d'ordonner une tournée de santé et de sécurité pour les trousses de premier soin. » Tu roulais des épaules, frottant ton oreille contre celle-ci dans le geste ascendant. Tu reniflais nerveusement. Il était vrai que la plupart des kits étaient sales ou vides et les vérifications qui étaient censées être faites régulièrement passaient généralement à la trappe. Il fallait dire que beaucoup de membres du personnel médical ne s’aventuraient pas aussi loin sans une bonne raison autant par sécurité que parce que beaucoup trouvaient qu’il s’agissait d’une perte de temps. « Incroyable. Faut vraiment remettre certaines choses au clair. » Tu clignais à nouveau des yeux et tu te raclais la gorge, observant en coin les machines et les voyants qui s’allumaient. Tu te détournais d’Evelyn. « Assieds-toi, s'il te plaît. » Tu rentres la tête dans les épaules mais tu essaies de te faire vaillant et tu t’éloignes d’elle, tu vas vérifier quelques machines, tu tapotes sur les petites diodes, observant leur grésillement et tu appuies sur quelques boutons. « J'irais voir le toubib plus tard, vous gênez pas, j'dois travailler de toute façon et vous aussi. » Tu t'humectais les lèvres, gercées, et tu coinçais machinalement tes doigts entre tes dents, suçotant ceux-ci dans l'espoir d'atténuer le picotement constant provoqué par les plaies. « Comment ça se passe depuis... l'incident ? » Tu te raclais la gorge. À nouveau, la tête se penchant sur le côté tandis que tu frottais à nouveau ton oreille sur ton épaule. « Lequel ? Celui du Colossus ? » Tu jouais intentionnellement à être plus naïf que tu l'étais réellement. Tu te tournais vers elle et grimaçait en haussant les épaules, baissant à peine les yeux vers elle alors qu’elle se trouvait assise sur des rares chaises de l’atelier.


Error : no identity
The enemy ? His sense of duty was no less than yours. You wonder what his name is, where he came from and if he was really evil at heart ▬ What lies or threats led him on this march from home ?
MessageSujet: (#) Re: petty disguises / ea     

RÉPONSE RAPIDE