Mockingjay {Pierrino}
MessageSujet: (#) Mockingjay {Pierrino}     Dim 22 Avr - 19:34
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t983-inspired-by-the-fear-of-being-average-jayne
Messages : 85
Âge : Quarante ans.
Occupation : Capitaine de l'Hélios & docteur en physique appliquée.
Habitation : La plus luxueuse des cabines de l'Hélios, qu'il occupe avec sa fille.
Arrivée : 2214, à bord du vaisseau d'un pilote peu scrupuleux.
Pseudo : wiise
Avatar : Tom Hiddleston
Crédits : moi même (ava + sign)
Fin de journée amorcée, River quitte enfin la cabine de pilotage pour prendre la direction de ses quartiers. La tête haute, le port altier et froid habituel, River est devenue maîtresse dans l’art de cacher ses sentiments et ressentis. Pourtant, aujourd’hui, elle n’a qu’une envie, pouvoir baisser sa garde dans l’intimité de sa cabine. Sa méfiance et son poste à haute responsabilité l’ont toujours poussé à rester sur ses gardes, à ne jamais laisser entrevoir une faiblesse. Bien sur, l’attitude est plus détendue dans les évènements mondains, dans les démonstrations publiques ou elle a besoin de la sympathie des uns et des autres, mais ses véritables intentions ont toujours été parfaitement calculées et, bien souvent, égoïste. Pour sa famille et elle même. Elle est capable de regarder le monde s’écrouler, ployer sous les flammes, sans intervenir si elle n’y gagne pas quelque chose. Son altruisme est bien souvent au point mort.

Remontant un couloir en direction de l’ascenseur pour gagner un étage supérieur, juchée sur ses talons, ses pas résonnent sur le sol froid et lisse de l’Helios. On peut l’entendre arriver, une démarche souvent pressée et un pas assuré. Son regard observe ceux qu’elle croise, qui la salue d’un signe de tête respectueux. Tous savent parfaitement qui elle est, qu’elle soit ici, sur l’Helios ou bien sur un autre vaisseau. Sa chevelure rousse aidant, son nom est connu et reconnu, même si tous n’ont pas le privilège, ou plutôt le déplaisir, de la connaître personnellement. Elle sélectionne ses alliés, comme ses ennemis, sans parler de ses rencontres. Elle ne s’attarde qu’avec ceux susceptibles de lui apporter quelque chose, quel qu’il soit.
L’oreille attentive aux bribes de conversation qu’elle capte, River avance, l’air de rien, mimant de ne pas s’y intéresser, focus sur son objectif. Pourtant, elle sait qu’il vaut mieux être à l’affût de tout, juste au cas où. Que cela la concerne, ou pas. Elle fait régulièrement chanter, pour un besoin quelconque. Elle achète des faveurs ou au contraire, s’en fait payer. Tout se monnaye, même dans une société ou l’entraide est censée primée. Depuis le résultat, insatisfaisant à ses yeux, des élections de l’amiral, River est d’autant plus déterminée à servir ses propres desseins.

Tandis qu’elle s’avance, ses yeux se posent sur une silhouette masculine familière, qui la fait siller intérieurement. Pierrino. Rien que lorsque le visage de cet homme se dessine dans son champ de vision, ce sont des sentiments et pensées contradictoires qui l’assaillent. La première vérité reste le mépris pour celui qu’il est, pour ce qu’il représente, pour toute sa misogynie et son machisme. Vient ensuite le désir de provocation, de jeu, par pur plaisir et enfin, comme une ambiguïté palpable qu’elle a déjà pu expérimenter en sa compagnie. Sans trop savoir d’où une bribe d’attirance peut bien venir, au milieu de ce déplaisant portrait. Intérieur seulement, puisque du point de vue physique, cela serait mentir que de ne pas reconnaître que l’homme en reste attirant. Fortement détestable, mais plutôt séduisant. Quoi qu’il en soit, elle ne s’arrête pas à un physique intéressant. Mais son attention semble captivée par la scène qui se déroule sous son regard. Pierrino calant une main baladeuse sur le fessier d’une de ses collègues, la jeune femme se tournant vivement vers lui pour lui administré une fabuleuse gifle. Et c’est pile à ce moment là que River parvient au niveau des deux protagonistes pour lâcher un gloussement sonore. De la moquerie, pure et simple, mais la scène est bien trop belle pour être ignorée et le capitaine Frye ne manque jamais une occasion de provoquer l’homme qui d’un coup, semble être assailli de colère. Probablement blessé dans son ego, pour le plus grand plaisir de la rousse qui s’immobilise à son niveau, histoire de le toiser d’un regard satisfait. « On dirait qu'aujourd'hui, vous avez eu ce que vous méritiez depuis longtemps » Lâche t-elle, cinglante, tandis que déjà, la jeune femme victime d’une nouvelle tentative de drague graveleuse du professeur l’affuble de divers noms d’oiseaux, avant de s’apprêter à se détourner, rouge de colère et de gêne. Probablement parce que la proximité du capitaine Frye n’arrange en rien ses affaires. Mais River aime bien trop se mêler de toutes ces situations gênantes, pour enfoncer le couteau dans la plaie, gratuitement.  


Who's in your shadows? Who's ready to play?
Are we the hunters? Or are we the prey?
There's no surrender and there's no escape
MessageSujet: (#) Re: Mockingjay {Pierrino}     Jeu 26 Avr - 10:15
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t1046-tom-so-little-time
Messages : 68
Âge : 46 ans
Occupation : Capitaine du Columbiad | ingénieur agronome de formation
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2200
Pseudo : Frey
Avatar : Raúl Méndez
Crédits : Signa : Bat'Phanie
Ta présence sur l’Helios n’était pas rare, les enfants appréciaient généralement de pouvoir observer la faune et la flore, expérimenter d’eux-mêmes dans des petites animations sans prétention, étudier certains phénomènes et surtout entendre les réponses de quelques scientifiques prêts à répondre à leurs questions – qui fallait le dire n’étaient pas toujours bien brillantes. Tu accompagnais cette fois ta collègue de niveau pour aller démarcher auprès des … en réalité tu ne savais pas trop, tu n’avais pas écouté la proposition de celle-ci, plus intéressé par ses fesses que par son idée très probablement révolutionnaire. Ce fut donc tout naturellement que tu lui mis la main aux fesses, pour apprécier ses rondeurs et approuver la forme de son corps, vantant les mérites du sexe faible, une apologie aux beaux p’tits culs ! Tu t’attendais ainsi, peut-être, à quelques protestations, mais certainement pas à la claque qu’elle te retournait et encore moins au ricanement tout proche qui suivit. Tu plissais les yeux, sentant le rouge te monter aux joues et tu t’intéressais en premier à celle qui avait décidé de s’immiscer dans ce qui ne la regardait pas. Après tout, ta honte ne regardait que toi et ce n’était pas foncièrement de ta faute si ta collègue n’était pas prête à assumer les signaux qu’elle t’envoyait.

A ta gauche se trouvait dorénavant River Frye, capitaine de l’Helios. Du joli gratin dauphinois pour un joli petit cul. Tu imaginais sans peine qu’elle était parvenue là surtout grâce à son petit côté frigide mais pas trop qui faisait toujours quelque effet aux hommes à tendances masochistes / soumis. Il fallait dire que tu aimais bien cela de temps en temps et la capitaine savait mettre en valeur ses atouts physiques.  « On dirait qu'aujourd'hui, vous avez eu ce que vous méritiez depuis longtemps » Tu passais ta main sur ta joue endolorie, espérant apaiser la douleur par la chaleur de ta paume, tandis que tu n’accordais même pas un regard à ta collègue qui tentait de garder la face en t’insultant de manière assez peu recherchée. Ce n’est qu’en apercevant sa mine rouge et son empressement à partir que tu posais une main sur son coude pour la retenir quelques instants. « T’inquiète chérie, tu cries comme ça maintenant, mais c’est de toutes autres choses que je peux te faire crier si tu arrêtais un instant de faire ta mijaurée. » Tu lui offrais un sourire, ta joue toujours rouge de l’impact de la claque qu’elle t’avait mise quelques instants plus tôt et tu jouais des sourcils en lançant un regard appuyé vers sa poitrine. « Allez, on en reparlera. Mes excuses, pour le geste déplacé, je ne pensais pas qu’être si mal baisée donnait des résultats aussi proches de la ménopause. » Tu lui offrais un clin d’œil, te désintéressant à nouveau complétement d’elle. Tu crus comprendre qu’elle te disait qu’elle irait toute seule finalement faire ce pour quoi vous étiez venus et qu’elle espérait bien que cela ne se reproduirait plus. Tu agitais la main vers elle en signe d’accord.

Te retrouvant seul avec River, tu lui offrais un clin d’œil ainsi qu’un sourire en coin. Tu roucoulais presque, les mains jointes derrière ton dos après avoir replacé avec attention tes habits, le buste légèrement penché en avant comme tu le faisais pour observer les travaux ou les dessins que les enfants te montraient. « Veuillez pardonner mon langage cru, capitaine, ma collègue et moi apprécions des joutes verbales. Je suis absolument ravi de vous voir ici, vous avez l’air aussi désagréable qu’à votre habitude, puis-je vous être utile ? »


Be patient
They say a person needs just three things to be truly happy in this world: someone to love, something to do ▬ and something to hope for.
MessageSujet: (#) Re: Mockingjay {Pierrino}     Dim 27 Mai - 23:11
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t983-inspired-by-the-fear-of-being-average-jayne
Messages : 85
Âge : Quarante ans.
Occupation : Capitaine de l'Hélios & docteur en physique appliquée.
Habitation : La plus luxueuse des cabines de l'Hélios, qu'il occupe avec sa fille.
Arrivée : 2214, à bord du vaisseau d'un pilote peu scrupuleux.
Pseudo : wiise
Avatar : Tom Hiddleston
Crédits : moi même (ava + sign)
La distraction est de taille et River fait partie de ces gens capables de rire du malheur des autres. Plus ou moins discrètement, au vu du rôle qu’elle a à tenir, mais face à Pierrino, elle ne se gêne en rien pour afficher sa moquerie ouvertement. Soulignant même le cocasse de la scène par une petite remarque cinglante, pour son plus grand plaisir. De quoi égayer sa journée. Pourtant l’homme ne s’avoue pas vaincu de suite, renchérissant même auprès de sa victime en lui saisissant le bras. River fronce légèrement les sourcils, surprise par l’attitude insistante de l’homme, pourtant, les insultes de la jeune femme le fuyant d’un pas rapide, ravivent son amusement. « Vous vous surestimez monsieur Castiglia » Lâche t-elle en arquant un sourcil, alliant sa réflexion à un air hautain, après qu’il ait évoqué le fait de pouvoir faire crier cette jeune femme d’une toute autre manière, avant de quasiment l’insulter en évoquant sa vie sexuelle. Mais là où River devrait s’indigner, elle s’en amuse. Malgré ce que beaucoup sous-estime d’elle, elle se réjouit bien plus du malheur des autres que ce qu’elle laisse paraître. Ses airs farouches et politiquement correct sont une façade, dissimulant bien des secrets et des vices. Là où les fantasmes sont parfois malsains et la cruauté de mise.

Se retrouvant seule avec l’homme à la joue rougie, elle s’attend à tout lorsqu’un sourire se dessine sur le visage de son interlocuteur qui, elle le sait, ne compte pas s’arrêter là dans ses tirades et réflexions. « Nul besoin de vous excuser, c’était plutôt distrayant. » Avoue-t-elle, les yeux brillant d’une certaine malice, avant que la suite de la réflexion de Pierrino ne lui arrache un sourire en coin. « Toujours aussi désagréable pour votre plus grand plaisir, bien entendu. Je ne suis pas sûre que vous puissiez m’être utile, cependant. Vous ne l'êtes jamais » La pique retournée à l’envoyeur, puisque River n’est pas femme à se laisser faire. Au contraire, ce genre de petite joute verbale l’amuse au plus haut point. Se déplaçant de quelques pas en direction de l’ascenseur, elle appui sur le bouton pour appeler la cage métallique avant de tourner légèrement la tête vers son interlocuteur. « Mais que faites vous ici, au juste ? D’ordinaire je ne vous ai pas dans les pattes » Demande t-elle curieuse, alliant toujours une parole chaleureuse et beaucoup d’ironie, à sa question. La vérité est qu’un personnage comme Pierrino l’amuse particulièrement et vient briser un quotidien devenu morne depuis quelques temps, mais jamais elle n’osera l’admettre réellement, se contentant simplement de jouer avec lui par quelques paroles habiles et diablement provocatrices. « Ne me dites pas que vous êtes seulement venu ici pour chasser la "femelle"…  » Dit-elle en arquant un sourcil de nouveau. Elle, pourtant si féministe, s’en référer à un tel terme pourrait paraître surprenant, voir déroutant, mais elle sait que pour un homme de la trempe de celui à qui elle s’adresse, le terme est tout à fait approprié. « Vous êtes tant que cela en manque ? » Un sourire mauvais venant étirer ses lèvres carmin, tandis qu’enfin, l’ascenseur fait son apparition dans un tintement sonore.  


Who's in your shadows? Who's ready to play?
Are we the hunters? Or are we the prey?
There's no surrender and there's no escape
MessageSujet: (#) Re: Mockingjay {Pierrino}     Jeu 14 Juin - 18:14
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t1046-tom-so-little-time
Messages : 68
Âge : 46 ans
Occupation : Capitaine du Columbiad | ingénieur agronome de formation
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2200
Pseudo : Frey
Avatar : Raúl Méndez
Crédits : Signa : Bat'Phanie
« Vous vous surestimez monsieur Castiglia. » Tu ne pus clairement pas t'empêcher de rire, en partie vexé par la remarque, tu cherchais à cacher cette blessure par un peu de dérision. Tu avortais cependant toute tirade belliqueuse en te retournant proprement face à la capitaine du navire. Ta main sur ta joue, autant par réflexe que pour appuyer la douleur qu'avait provoqué la claque de ta collègue – se faire plaindre par de jolies filles avait toujours eu beaucoup de succès –, tu laissais ton regard couler sur la paire de seins joliment mis en évidence de River. « Nul besoin de vous excuser, c'était plutôt distrayant. » Tu acquiesçais sans réellement protester. Tu aurais probablement ri de la même manière si cela été arrivé à qui que ce soit d'autre que toi et tu ne te sentais pas spécialement vindicatif ce soir. Tu avais en effet l'impression d'avoir troqué une boîte de sardines pour un filet de saumon. « Toujours aussi désagréable pour votre plus grand plaisir, bien entendu. Je ne suis pas sûre que vous puissiez m'être utile, cependant. Vous ne l'êtes jamais. » Outch, touché... Tu avais vaguement l'impression de te retrouver face à toutes les personnes que tu avais pu décevoir ou à qui tu avais demandé plus dans ta vie, ton père, tes ex-femmes, ton frère, tes filles. Le froncement de sourcils qui accompagna l'encaissement fut de courte durée et après une courte inspiration, tu repris ton sourire. « C'est drôle, ce n'est pas ce qu'elle disait hier soir. Vous devriez vous ouvrir un peu plus aux nouvelles choses, capitaine, je suis certain que cela vous serait bénéfique, à vous comme à votre management de vaisseau. Est-ce que votre second a le temps de respirer ? » Tu la suivais d'un pas tranquille, ôtant ta main de ta joue pour t'assurer que tes habits étaient impeccables. « Cela doit être fatiguant de juste servir de potiche. Cependant, vous êtes une belle potiche, très agréable aux yeux, ce qui vous donne tout de même quelques points. » Une fois assuré que ta chemise était bien propre et que tu n'avais aucune trace sur ton veston, tu la rattrapais pour te retrouver à son niveau, un sourire recherché faisant son apparition tandis que ton regard appuyait tes arguments en passant avec attention sur chaque courbe intéressante de River.

« Mais que faites vous ici, au juste ? D'ordinaire je ne vous ai pas dans les pattes. » Un mouvement d'épaule pour bien ajuster ta chemise et un léger clin d’œil pour l'accompagner, tu désignais d'un signe de tête la direction qu'avait prise ta collègue. « Pour cela, il faudrait que vous sortiez de temps à autre de votre bureau. » A dire vrai, vous emmeniez le plus souvent possible vos chères têtes blondes explorer le reste du navire, que ce soit sur le Tiantang ou l'Helios, il y avait des intérêts pédagogiques et physiques à les faire sortir du Columbiad. Vos sorties consistaient parfois à les emmener quelques ruelles plus loin pour les faire courir sur de l'herbe avec un ballon, mais cela suffisait généralement amplement à les rassasier. « Ne me dites pas que vous êtes seulement venu ici pour chasser la ''femelle''... » La main sur le cœur, tu pris un air exagérément outré. « Ce serait bien mal me connaître. Je ne chasse pas n'importe quelle femme. Juste celles qui ont quelques atouts physiques. » Tu lui offrais un clin d’œil, glissant ta main de ton torse à ta hanche sur laquelle tu la posais en attendant l'ascenseur aux côtés de River. « Cela étant, j'accompagnais ma collègue en prospection pour une sortie pédagogique avec les enfants. »

« Vous êtes tant que cela en manque ? » Un reniflement moqueur fut la première réponse que tu lui offrais avant d'acquiescer lentement, l'air grave. « Oui docteur, il faut que vous m'aidiez » Tu la suivais dans l'ascenseur, appuyant immédiatement sur le bouton de fermeture des portes pour empêcher d'autres membres de l'Helios de venir vous rejoindre. Tu pressais un autre bouton pour inviter l'ascenseur à changer d'étage. « Le médecin m'a dit que c'était une question de vie ou de mort. »


Be patient
They say a person needs just three things to be truly happy in this world: someone to love, something to do ▬ and something to hope for.
MessageSujet: (#) Re: Mockingjay {Pierrino}     Dim 1 Juil - 16:48
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t983-inspired-by-the-fear-of-being-average-jayne
Messages : 85
Âge : Quarante ans.
Occupation : Capitaine de l'Hélios & docteur en physique appliquée.
Habitation : La plus luxueuse des cabines de l'Hélios, qu'il occupe avec sa fille.
Arrivée : 2214, à bord du vaisseau d'un pilote peu scrupuleux.
Pseudo : wiise
Avatar : Tom Hiddleston
Crédits : moi même (ava + sign)
River ne fait jamais dans la demi-mesure, en tout cas, pas avec des interlocuteurs tels que Pierrino Castiglia. Cet homme l’a toujours poussé à ne pas mâcher ses mots, comme à n’imposer aucun filtre à ses paroles. Aussi, elle se montre acerbe, désagréable, à la hauteur de ce qu’il lui inspire. Pourtant, elle est bien forcée de reconnaître que les joutes verbales et autres échanges véhéments avec lui, sont toujours amusants. Un petit quelque chose de distrayant, certainement parce que Pierrino n’hésite jamais à répondre à la capitaine sur le même ton employé à son égard. Grade ou pas, respect ou pas, plus rien n’importe lorsqu’ils se cherchent mutuellement, tel deux adolescents de quarante ans passés.

Un sourire en coin étire les lèvres de la capitaine, lorsque l’homme souligne le management de son vaisseau et le fait qu’elle n’officie plus que comme potiche, s’affichant au public, balançant de grandes tirades éloquentes et prenant position quant à la politique présente sur la flotte. « Mon vaisseau se porte très bien, merci de votre préoccupation. » Lâche-t-elle d’abord, d’un ton neutre, alors qu’elle se dirige vers l’ascenseur. « Si je n’étais qu’une potiche, je n’en serai pas là, ne soyez donc pas jaloux de mon succès. Mais… dois-je comprendre dans vos paroles une forme de compliment ? Essayez vous de me faire du charme ? » Tournant la tête vers lui, arquant un sourcil, après qu’il ait évoqué son physique. Curieuse, à vrai dire.

Mais rapidement, elle le questionne sur sa visite en ces lieux, n’ayant pas réellement de temps à perdre dans un échange infructueux et l’homme répond sur le même ton provoquant que précédemment. Mais la capitaine n’en attendait pas moins de lui, Pierrino, toujours fidèle à lui même. C’est peut-être ce qu’il fait, aussi, qu’elle accepte encore de le côtoyer, de lui adresser la parole dans ce genre de moment. Il ne plie pas bêtement l’échine, mine de rien, c’est une qualité appréciable pour River. Quelqu’un capable de lui tenir tête autrement que dans un projet scientifique diablement ennuyant et depuis une bonne semaine, River ressent le besoin viscéral de sortir un peu de son quotidien. Sans, bien sur, en toucher un mot à qui que ce soit, discrète sur sa vie privée, loin du rôle de capitaine et d’autorité suprême de son vaisseau.
« Pouvez vous réellement vous permettre d’être difficile ? Je crois que votre collègue n’était pas très sensible à votre charme, toute à l’heure » Glousse t-elle, d’un ton moqueur, en réponse au clin d’œil malicieux du professeur. « Ah oui, j’avais oublié que vous êtes censé servir d’exemple à nos petites têtes blondes. Qui avez vous soudoyé pour obtenir un tel poste ? Je doute que ce soit grâce à vos compétences. J’ai bien du mal à vous imaginer doué avec les enfants, vu votre comportement avec les femmes » Nouveau haussement de sourcil alors que la quarantenaire appui de nouveau sur le bouton de l’ascenseur, à bout de patience.

Pénétrant rapidement dans la cage métallique lorsque cette dernière arrive enfin à destination, River ne songe pas que Pierrino va la suivre jusque là, pourtant, il entre avec elle, refermant rapidement les portes pour que personne d’autre ne s’immisce entre eux dans ce lieu exigüe, alors que pourtant, trois employés de l’Helios se dessinaient non loin d’eux. Tournant la tête et ses prunelles claires sur l’homme à ses côtés, River reste droite, le sonde, les mains jointes devant elle. « À quoi jouez vous ? Je ne suis pas une femme facile, monsieur Castiglia »


Who's in your shadows? Who's ready to play?
Are we the hunters? Or are we the prey?
There's no surrender and there's no escape
MessageSujet: (#) Re: Mockingjay {Pierrino}     Ven 6 Juil - 14:11
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t1046-tom-so-little-time
Messages : 68
Âge : 46 ans
Occupation : Capitaine du Columbiad | ingénieur agronome de formation
Habitation : Columbiad
Arrivée : 2200
Pseudo : Frey
Avatar : Raúl Méndez
Crédits : Signa : Bat'Phanie
« Mon vaisseau se porte très bien, merci de votre préoccupation. » Tu haussais les épaules, retenant une remarque sur le mystère qui entourait l'Helios. La plupart des projets qui se menaient sous les dômes du vaisseau n'étaient pas accessibles au public et si l'histoire de la flotte expliquait sûrement mieux ce silence et ce mystère, il était difficile pour un homme aussi curieux que toi d'accepter des non-dits comme seule réponse. Ton imagination débordante te laissait généralement rêver de grands drames qui se construisaient et se défaisaient sur le vaisseau-soleil, ou lorsque ta rancœur vis à vis de la Terre refaisait surface, tu te prenais à imaginer des découvertes sur des vies extraterrestres qui avaient été maintenues volontairement et jalousement cachées.« Si je n'étais qu'une potiche, je n'en serai pas là, ne soyez donc pas jaloux de mon succès. » Tu te raclais la gorge bruyamment, la figure même du doute, tandis que tu haussais exagérément des sourcils pour appuyer ton expression. « Jaloux d'une femme qui ne sait même pas ce qui se passe chez elle ? Allons. J'ai eu des succès plus retentissants à la kermesse de l'école. »

« Mais... dois-je comprendre dans vos paroles une sorte de compliment ? » Tu haussais les épaules, l'air de dire que tu avais été pris en flagrant délit et qu'il ne te restait plus qu'à avouer tes crimes. Ton sourire s'accentuait à chaque nouvelle pris de paroles de River et tu ne pus que ponctuer sa dernière remarque d'un clin d’œil. « Essayez-vous de me faire du charme ? » Baissant ta voix d'un ton, tu passais une main dans tes cheveux et te penchait légèrement vers River – un autre atout de la capitaine, elle ne te dépassait pas en taille – et tu susurrais : « Moi ? Bien entendu. Une femme potiche, facile et capitaine d'un vaisseau, quel avantage n'aurais-je pas à la charmer ? »

Tu passais une autre main sur tes habits, la quittant du regard après un bref coup d'oeil pour jauger sa réaction, semblant plus t'intéresser à toi même qu'à celle qui s'avérait être la maître des lieux. « Pouvez vous réellement vous permettre d'être difficile ? » Le pouvais-tu ? Bien sûr et tu le ferais jusqu'à que tu ne puisses plus pousser les limites. Tu n'avais jamais pris un « non » comme réponse et tu étais de ceux qui considéraient qu'un refus n'était qu'un défi à résoudre afin d'en retirer d'autant plus de gloire. Cela t'avait attiré de nombreux ennuis que ce soit professionnellement ou socialement sans pour autant parvenir à te faire démordre de ton besoin de constamment remettre en cause les affirmations des autres. « Je crois que votre collègue n'était pas très sensible à votre charme, tout à l'heure. » Tu toussais derrière ta main, d'une manière volontairement exagérée. « Pourquoi prendre un édulcorant quand on peut avoir la gamme supérieure ? » Les sourcils haussés, ton regard pressé sur les formes de la rousse, tu observais avec insistance son allure et son physique d'une manière considérée comme indécente.« Ah oui, j'avais oublié que vous êtes censé servir d'exemple à nos petites têtes blondes. Qui avez-vous soudoyé pour obtenir un tel poste ? » Tu suivais la quarantenaire dans l'ascenseur, t'empressant de fermer les portes derrière vous afin d'éviter aux larbins et autres êtres pénibles de se joindre à vous et de stopper cette distraction. « Il m'a suffit d'agiter mes années d'enseignement sur terre sous le nez de certaines personnes. » Tu te permis d'accentuer ton sourire. « Contrairement aux femmes, je n'en emmène aucun au lit. »

« A quoi jouez-vous ? Je ne suis pas une femme facile, monsieur Castiglia. » Tu arquais un sourcil élégamment avant de lui mettre une claque sur les fesses.


Be patient
They say a person needs just three things to be truly happy in this world: someone to love, something to do ▬ and something to hope for.
MessageSujet: (#) Re: Mockingjay {Pierrino}     

RÉPONSE RAPIDE