« ça va. Je crois [Akum]
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: (#) Re: « ça va. Je crois [Akum]     Mar 30 Oct - 0:11
Anastasia Donovan
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 617
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

ça va. Je crois.
Ana & Akum



A bout de souffle, il faut un temps à Anastasia pour parvenir à aligner de nouveau plusieurs mots sans avoir à s’interrompre le temps d’une inspiration. Lorsqu’elle y parviendra toutefois, ce sera pour souffler à l’attention du secouriste, redressant un index dans le processus. « Premièrement… J’aimerais que tu me rappelles comment on en est arrivé là. Elle glousse légèrement, essuyant son front perlé de sueur d’un revers du bras. La question n’est qu’à moitié sérieuse évidemment, bien qu’elle se demande sincèrement pourquoi elle a éprouvé cette envie subite de coucher avec le secouriste, cette fois ci plus qu’à un autre moment, alors même qu’ils se côtoyaient depuis quelques temps déjà. Elle poursuit toutefois, redressant son majeur en plus de l’index. Deuxièment, ça m’empêchera pas de te plaquer contre un mur pour te passer les menottes la prochaine fois que j’te surprends à faire des conneries. Le coup d’œil qu’elle lui jette est alors moqueur, comme pouvait également en témoigner le sourire en coin qu’elle arborait. La milicienne s’accorde de nouvelles secondes pour respirer convenablement avant d’ajouter un dernier mot, l’air un peu plus sérieux. Merci. » Parce que si elle est un peu confuse, si elle n’est pas sûre de pourquoi ils en sont arrivés là, elle sait malgré tout qu’elle en avait eu besoin. Il avait simplement été là, alors qu’elle-même demeurait perdue avec ses pensées et les derniers événements. Il lui avait permis d’oublier, avec ce naturel qui lui est propre. Tant et si bien que ses hématomes ne la faisaient plus souffrir dans l’immédiat (mais ça finirait par revenir, de ça elle n’en doutait pas).

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: « ça va. Je crois [Akum]     Dim 4 Nov - 15:16
Akum Daraay
http://beyond-earth.forumactif.com/t368-akum-daraay-think-of-all-the-beauty-still-left-around-you-and-be-happy?nid=1#3379 http://beyond-earth.forumactif.com/t369-akum-everything-you-can-imagine-is-real#3388
Messages : 135
Âge : 28
Occupation : secouriste
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : Jostophe
Avatar : Canelo Alvarez
Crédits : Elara


Il se détacha d’elle pour s’allonger à son côté le temps de reprendre son souffle, malgré l’étroitesse de la couchette absolument pas prévue pour deux, satisfait et parfaitement détendu grâce à leur récente activité. Il fallu encore quelques instants avant qu’Ana ne se décide à briser le silence entre eux, une fois leur souffle reprit, ce qui arracha un ricanement amusé au secouriste.

-Comme si t’avais déjà eu besoin de le faire.

Akum était généralement beau joueur lorsqu’il s’agissait de se faire arrêter. En tout cas avec certains miliciens. Il lui arrivait de courir un peu pour tenter de s’échapper, mais il essayait généralement de ne pas faire de délit de fuite en plus de la « dégradation de biens publics » dont il le taxait, insultant au passage son art. Cependant il comprenait l’idée derrière la plaisanterie, le rappel qu’avoir ainsi eu des rapports n’allait en rien changer leur relation habituelle. Et qu’il ne fallait pas compter sur des échanges de bons procédés s’il souhaitait réduire ses peines. Il en aurait soupiré si elle n’était pas devenu soudainement sérieuse après coup. Il lui adressa alors un sourire posé, rassurant.

-De rien. Puis, ne pouvant s’en empêcher, il rajouta : je savais que la guitare te ferait plaisir.

Sur cette fausse méprise, il lui adressa un regard espiègle avant de se redresser, cherchant sans grande motivation ses habits du regard et les trouvant assez facilement. Il grogna d’avance devant l’effort à fournir, par feinéantise, puis il finit par s’arracher au lit pour faire face à la pièce, les poings posés sur les hanches sans pudeur aucune.

-J’ai besoin d’une douche, déclara-t-il.

C’est ainsi qu’avec son manque flagrant de gêne naturel, il se dirigea vers la salle de bain donc il connaissait la localisation depuis son dernier passage, légèrement moins agréable que celui-ci. Il s’arrêta devant la porte pour se tourner Anastasia, un léger sourire sur les lèvres.

-... Tant qu’on est là, tu veux pas me frotter le dos ? Les douches c’est toujours plus agréables à plusieurs.

Et il le pensait, qu’il s’agisse de douches dans les vestiaires ou chez une personne en particulier, même si les raisons étaient différentes, il appréciait toujours un peu de compagnie, comme dans toutes les autres parts de sa vie.
MessageSujet: (#) Re: « ça va. Je crois [Akum]     Lun 21 Jan - 23:02
Anastasia Donovan
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 617
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

ça va. Je crois.
Ana & Akum



Il avait raison : Akum était beau joueur, que ce soit dans le sport, lorsqu’il était question de l’arrêter pour ses méfaits (bien que le terme soit un peu dur pour parler des peintures clandestines de l’artiste) ou même, comme elle venait de le constater, au lit. Un gloussement pour toute réponse, suivi d’une respiration plus profonde pour se remettre de ses émotions, ce fut dans un coup d’œil à l’intention de son partenaire que la jeune femme finit par le remercier. C’est ce genre de moment un peu trouble, où l’on sait autant que l’on ignore le pourquoi de ces quelques mots prononcés. Cela lui avait simplement semblé important, consciente qu’elle était du poids contre son cœur qui semblait s’être volatilisé, même si ce n’était peut-être que le temps d’une poignée d’heures.  Elle en avait eu besoin, probablement dans l’immédiat et elle éprouvait de nouveau la satisfaction de ne plus penser à grand-chose. C’est par ailleurs parce que le sentiment de détente est bien réel qu’un gloussement lui échappe lorsque, pour toute réponse, Akum évoque sa guitare. L’humour lui plaît et si elle fut tentée un instant de rappeler que l’instrument de musique pouvait tout à faire suffire pour séduire (réellement), la milicienne préfère finalement s’abstenir, se contentant d’apprécier ce moment de complicité sans chercher à en rajouter. Elle sera de toute manière rapidement trop occupée à surveiller le secouriste du coin de l’œil, l’observant jauger la pièce avant de se redresser, poings sur les hanches, dans toute sa splendeur. Elle éclate de rire plus franchement à cette vue : « Ces airs de conquérant ! Elle se moque, pourtant ce sera dans un sourire plus nuancé qu’elle précisera : Ça te va clairement pas. » Parce qu’il n’est pas comme ça. Au fond pourtant, elle ne le connaissait pas vraiment, ayant passé trop de temps avec lui dans le cadre de ses fonctions pour se vanter de véritablement connaître la personne qui se cachait derrière l’artiste. Malgré tout, Akum dégageait quelque chose, que ce soit dans son discours ou son aura, qui fait qu’elle ne doutait pas de ses propos. Il n’avait rien d’un conquérant, ni d’un dominant ou quoi que ce soit dans ce goût là. Et c’est ce qui le rendait probablement aussi sympathique aux yeux des gens.

Anastasia ne prit pas la peine de lui indiquer la direction de la salle de bain (dans sa minuscule cabine, cela coulait de source de toute manière) et encore moins de lui dire de faire comme chez lui. Akum n’avait pas besoin d’autorisation pour prendre ses aises et elle le savait parfaitement. Toutefois elle finit par se redresser légèrement sur les coudes lorsqu’il l’interpella avant de pénétrer dans la pièce annexe. « Si t’as peur de te retrouver tout seul tu peux le dire, le taquine-t-elle dans un sourire. Il lui suffit d’une seconde pour se décider en tous les cas et la milicienne se retrouve rapidement campée sur ses jambes à son tour, avant de suivre l’artiste sous la douche. Ainsi glissée dans son dos, elle ne se retient pas cette fois ci de laisser couler son regard le long de sa peau, essentiellement le long des épaules et des omoplates (ce qu’elle avait toujours préféré chez un homme). J’dis ça comme ça, mais t’es le mec le plus carré que j’me suis tapée. Elle sait même pas si ça doit sonner comme un compliment ou un simple constat, mais ses doigts glissaient déjà le long d’une épaule afin d’appuyer ses propos. Son observation plus poussée de la silhouette de l’homme nu avec lequel elle s’esquivait désormais dans la cabine de douche lui permet de constater le contraste presque flagrant entre eux. Anastasia n’était pas la plus fine, ni la plus musclée, mais comparée à la carrure qui se tenait contre elle, elle se trouvait presque chétive. Un sentiment sans nul doute rehaussé par les bleus qui marquaient encore son propre corps, des stigmates que ne possédait pas le secouriste. Tout du moins ce fut sa première impression, avant que ses prunelles -à force de détailler la peau exhibée- ne captent la présence de plusieurs cicatrices. Fines, blanches, indéniablement elles remontaient à longtemps déjà et elles avaient bien guéries. Mais elles étaient là, ces marques, situées à des endroits trop spécifiques (et de façon trop régulières) pour être attribuées à des chutes ou des jeux de gosse. Alors les doigts glissent le long de la peau, effleurent instinctivement les preuves de ces blessures passées, avant que l’arrivée de l’eau chaude ne surprenne la milicienne et ne l’arrache à sa contemplation. Tu me rends la pareille après. » Se reprend-elle finalement alors qu’elle commençait à savonner le dos de son partenaire, ne se permettant pas la moindre question concernant ses cicatrices alors même qu’elle crevait d’une curiosité mal placée.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: « ça va. Je crois [Akum]     

RÉPONSE RAPIDE