Pour savoir qu'un verre était de trop, encore faut-il l'avoir bu! | ft. Daisy
MessageSujet: (#) Pour savoir qu'un verre était de trop, encore faut-il l'avoir bu! | ft. Daisy     Sam 24 Fév - 18:35
Un sentiment de plénitude s’empare d’Hestia, chaque soir ou presque, quand elle foule le plancher du TianTang. Elle s’émerveille devant tout ces mouvements, ces rues animées par la multiculturalité de la flotte, ces lumières aussi colorées que les styles vestimentaires des bandes de potes venus boire un verre en terrasse, ces notes de musiques qui font trembler les murs et incitent chaque passant à pénétrer dans un bar, une boîte de nuit, un club de jazz. En l’espace d’un instant elle oublie son quotidien sous l’épaisse couche d’acier du Colossus 5, le vaisseau exigu et sombre entreposé dans un coin du vaisseau qu’elle partage avec son père, le boulot trop souvent répétitif entre les fils d’alimentation et les soudures. Là, maintenant, elle va profiter, passer un bon moment, trinquer, danser, chanter, crier à s’en casser la voix, mais sourire, prendre ses amis dans ses bras, prendre des amants dans ses draps, lever un verre pour occasion, le vider et perdre la raison. Sans ses moments sur le Tiantang Hestia ne sait pas ce qui serait advenu d’elle dans l’immensité de l’espace. Une dépravée qui accumulent les séjours au Lady Grace ? Un point noir que la Fédération cherche à écarter du reste de la population comme on décide d’exterminer un cafard de sa cabine car inutile et indésirable ? C’est une possibilité. Passer sa vie sur un vaisseau comme le Colossus, pour une femme qui plus est, n’est pas une chose aisée, même en y étant né. Alors chacun essaye de se changer les idées et le plus souvent c’est en se rendant sur d’autres vaisseaux du nœud.

Au menu ce soir, fête d’anniversaire. D’un ami d’une amie d’un autre ami a Hestia. Ce genre de fête où le principal concerné ne connaît que la moitié des invités, ce même genre de fête où les débordements vont bon train et ou l’alcool coule – trop - à flots, et pile le genre de fête où Hestia aime se rendre. Il y aura de l’animation, des potes et un moyen de chanter sans se faire entendre. Que demander de plus. Le point de rendez-vous se situe dans le centre du Tiantang, dans un bar répondant au doux nom de Stell’bar et à la décoration telle que les terriens imaginaient le futur dans les années 1970. Oui, ça date, mais Hestia aime l’ambiance un peu too much du lieu.

Accompagnée de trois autres amis, Hestia débarque un peu plus tard que l’horaire prévu. Le bar est déjà plein à craquer et les premiers verres ont déjà été servis. Pas question de prendre plus de retard, elle fonce au comptoir, se frayant un chemin entre les fêtards. Ça du bon de ne pas dépasser le mètre soixante-dix et d’être fine comme une baguette, elle trouve toujours son chemin. C’est d’ailleurs ce qui est apprécié chez elle à son travail, elle peut aller là où les gros mécanos ne passent pas.

La soirée suit son cours, agitée par deux ou trois menaces en l’air, elles mêmes probablement soldées par une bagarre à l’extérieur du bâtiment. Hestia l’ignore et vu son état ce n’est certainement pas ça qu’elle retiendra demain matin au réveil. Plusieurs verres de descendus et la voilà qui danse, chahute, taquine, rit, chante plus ou moins juste mais s’amuse. Puis à un moment elle entend un nom qui résonne un moment dans son esprit, Brennan. Malgré l’alcool, tout est clair, elle se remémore les paroles de son père. Brennan, les plus gros pirates de tous les temps, c’est tout ce qu’elle a pu lui arracher comme infos. Son sang ne fait qu’un tour – certainement aidé par les quelques verres consommés – elle se met en tête de trouver ce ou cette Brennan. Sautant de cou en cou elle trouve finalement quelqu’un qui lui montre une table, pointant du doigt un petite brunette. Tâchant de paraître un brin lucide, elle réajuste son blazer, lève le menton et marche d’un pas assuré – enfin c’est ce qu’elle pense - en direction de la Brennan du coup. Heeey, c’est donc toi la petite-fille Brennan ? Tu traînes avec la populace, le Chancellor n’était pas assez bien fréquenté pour toi ? lance Hestia d’un ton un brin moqueur sans pour autant sentir la maîtrise de la situation – et donc des mots.
MessageSujet: (#) Re: Pour savoir qu'un verre était de trop, encore faut-il l'avoir bu! | ft. Daisy     Jeu 1 Mar - 15:39

treasure planet

Dans les bars à la tombée du jour, avec les marins, quand on parle de filles et d'amour, un verre à la main.
Le tiantang. De tous les vaisseaux de la flotte, il est certainement celui qu’elle affectionne le plus après le colossus et fut un temps, elle avait même envisagé d’y habiter pour couper définitivement les ponts avec le merveilleux monde de la piraterie. Cependant, on ne tourne pas si facilement le dos à ce qui coule dans nos veines et même après huit ans dans la flotte, elle restait quelque part rattacher à ce passer. Vivre sur le colossus 5 s’apparantait finalement à une sorte de d’hommage, prouvant que malgré ses choix, elle restait une Brennan. Un nom bien souvent précédé de sa réputation, qui n’était pas toujours facile à porter, mais qu’elle s’efforçait de défendre fièrement, peu importe le lieu. Avec le temps, les stellariens semblaient s’être fais à l’idée que la petite dernière s’était réellement rangée, comme quoi, rien est impossible. Néanmoins, certaines vilaines habitudes restent, comme cette fâcheuse tendance à l’excès, surtout quand on parle de boisson.

Avec une enfance passée à bord d’un navire pirate, elle avait connu ses premières cuites bien trop jeune et ne comptait plus les soirées passées sur Keller à chanter jusqu’au bout de la nuit, en compagnie des pires crapules de l’espace. Une époque certes pas toute rose, mais qui la rendait parfois légèrement nostalgique. Certes, sur la flotte, elle avait pu rencontrer des gens de différents horizons avec des histoires passionnantes et réellement différentes de la sienne, quelque part elle s’était ouverte au reste de l’univers en entrant ici, mais après tout ce temps, elle devait avouer qu’on s’ennuyait un peu parfois. Heureusement pour elle, à force de trainer dehors, elle commençait à connaître les bonnes adresses et quand il s’agissait de sortir les nombreux bars du tiantang arrivaient rapidement en tête de liste -sans parler que cela lui permettait de voir du monde en dehors du colossus.

Accompagné de quelques collègues de boulot, Daisy descendait les verres en rigolant à propos des conflits politiques qui commençaient à faire tourner les campagnes en presse people. Certes, elle ne s'intéressait pas vraiment à la politique, mais suffisamment pour pouvoir en rire en lisant les boutades que pouvaient balancer les internautes sur starchat. Comme quoi, tout n’était pas nul en matière de politique. Alors que la conversation se concentrait sur l’utilisation de starchat, une voix aussi assurée que palpable arriva à sa droite sans prévenir, avec à la bouche un mot qui attisa automatiquement la curiosité de la jeune opératrice : Chancellor.

Quand ses yeux se posèrent finalement sur cette voix inconnue, elle identifia rapidement une jeune femme bronzée qu’elle ne connaissait ni de vue, ni de nom. Un seif"ntiment visiblement pas partagé par celle qui semblait déjà en savoir pas mal, bien que les ragots sur le chancellor étaient nombreux et qu’il fallait rester un minimum méfiant. Des pirates ennemis, des victimes des actions de sa famille ou simplement des gens malintentionnés, ils y en avaient partout. « Salut … Toi ? » Un petit sourire en se tournant légèrement sur son siège pour lui faire face, tout en continuant de la détailler méticuleusement. Au premier abord, la plus jeune ne semblait pas menaçante, et ressemblait plus à ce genr de gosses fascinés par ces aventuriers sombres qui arpentent la galaxie comme certains adore romancer dans les couloirs de la flotte. Certains Stellariens rêvaient du monde extérieur et même si parfois la jeune Brennan se laissait de répondre aux questions, comme celle de Rhil, elle pouvait néanmoins les comprendres, elle qui tenait tant à son poste d’intervenante extérieure.

Maintenant qu’elle avait mieux cerné le personnage, elle lui adressa une chaise vide, l’invitant à faire plus ample connaissance, autour de cette bière pas encore terminée. « Une fan du Chancellor ? Je peux savoir ce que tu sais de ce navire ma belle ? » Quelque part, Daisy était assez curieuse d’entendre ce qu’elle savait ou pensait savoir de ce vaisseaux, mais aussi de sa famille et peut-être que si l’envie lui en prend, elle se laissera aller à quelques anecdotes rocambolesques qui animeront la conversation -après tout, Daisy restait une Brennan, très fière de ses origines, malgré les casseroles que traîne cette famille.
(c) DΛNDELION

RÉPONSE RAPIDE