warzone // tiarian
MessageSujet: (#) warzone // tiarian     Mar 13 Fév - 23:27


warzone
There is only one way to fight, and that's dirty. Clean gentlemanly fighting will get you nowhere but dead, and fast. Take every cheap shot, every low blow, absolutely kick people when they're down, and maybe you'll be the one who walks away.
C’est une rude journée. De celle qui semble vouloir ta peau. Tes os. Tout. Alors plutôt que d’affronter – comme les adultes le font, que dirait ta mère – tu t’es échappée. En direction du gym, parce que Jesper n’était pas là. Parce que, de toute manière, il n’aurait jamais que chouiner une fois au gym. Et ça suffit à améliorer un MINIMUM ta journée, que de penser aux jérémiades de ton meilleur ami. Direction, Tiantiang et ses salles de sports hightech. Et ta thérapie personnelle – celle qui t’empêche de refaire le portrait à ceux qui en aurait bien besoin. Genre Marcus. Ou ta mère. Ou un certain chirurgien – qui n’a d’ailleurs pas intérêt à trainer dans le fameux gym. Voilà qui gâcherait entièrement ta petite séance de « thérapie » mais tout va bien. Un coup d’oeil aux alentours et tu es rassuré : aucune trace du type au regard expressif – n’importe quoi, oui.

Alors tu vas te changer, passe une tenue plus adaptée et t’empresse d’aller réchauffer tes muscles. Étirant ton corps. Le préparant au pire. À tellement mieux. La boxe comme une rédemption, une absolution. Temporaire, mais avec toi, tout passe tellement vite. C’est suffisant. Grisant, même. Et alors que tu termines tes échauffements, tu cherches un adversaire – de ta taille, ou pas. Pour le sport. Pour le plaisir. Pas Marcus, évidemment, il n’aime pas te combattre – la faute à son éducation. La faute à ce que tu lui as suggéré, puis dérobé. Sans remord. Sans regret. Mais tu aperçois tout aussi bien plus loin, son rival attitré: Tiaan, roi sans conteste des Douaniers. Seul. Parce que son ennemi – du ring, du moins, parce que les deux hommes sont au-delà de la haine gratuite – n’est pas présent. Tu n’hésites donc pas même un instant avant de l’approcher. Lui et un employé du gym, un remplaçant comme un autre. Celui à évincer, celui qui n’a qu’à s’écarter, parce que tu te plantes contre les cordes. Tout sourire. Le corps déjà prêt. Tendu. « Hey, lieutenant Krishvin. Envie d’une nouvelle advseraire? » La politesse exige que tu le laisse répondre, accepter ou refuser ta présence. Ta participation. Seulement, la politesse ce n’est pas ton fort – et certainement pas ici. Où la loi du plus fort règne – du moins, selon toi.

De fait, tu passes déjà sous les cordons, non pas sans un clin d’oeil pour l’instructeur. Le message est clair : c’est bon bébé, je prend le relai, tu peux aller boire un jus de légume. Tu t’étires une dernière fois devant le douanier et passe tes gants, sans perdre une once de ton excitation. De ta bonne humeur. Parce que ce match promet! Parce que tu l’attends depuis un moment. « Depuis le temps que je vous regarde faire, avec Marcus. Il était temps que ce soit mon tour! J’espère que tu es prêt... » que tu chantonnes presque. Probablement trop joyeuse. Trop insouciante? Pas réellement. Tu sais à qui tu te frottes, Eirian. Même quand tu lui jettes un coup d’oeil amusé à travers tes cils. « Je ne comptes pas te faire de cadeau. » Et ça, c’est ce qu’on appelle de l’humour.
code by bat'phanie

MessageSujet: (#) Re: warzone // tiarian     Jeu 22 Fév - 17:59
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t168-tiaan-effacez-mon-passage http://beyond-earth.forumactif.com/t192-tiaan-col-rouge
Messages : 333
Occupation : MORT - premier directeur du comptoir Cygni, décédé dans l'exercice de ses fonctions
Habitation : UNE PETITE URNE
If you kick me when I m down, you better pray I don t get up. Pseudo : Frey
Avatar : Joel Kinnaman
Crédits : Sign : Bat'phanie ; gif : a-weiter


Let me hit
Learn this from me. Holding anger is a poison. It eats you from inside. We think that hating is a weapon that attacks the person who harmed us. But hatred is a curved blade. And the harm we do, we do to ourselves.

⋅ ⚘ ⋅ ❁ ⋅ ⚘ ⋅
Tu évites le Regina depuis quelques temps. Il serait même plus juste de dire que tu le fuis littéralement tant que tu n'as pas quelque chose de prévu et encadré là bas. Il s'agit généralement de te battre avec Marcus, l'une des seules raisons qui te poussent dernièrement à t'y rendre. Ainsi, tu évites toujours plus les autres usagers des salles de sport du Regina, surtout depuis que tu y as croisé Kara et, surtout, Anastasia. Pour t’entraîner, et surtout te défouler lorsque Marcus n'est pas là, tu te rends sur le Tiantang, mais l’occurrence est de plus en plus rare et tu préfères te plonger dans des activités annexes – à savoir te réfugier dans le sommeil – lorsque tu n'es pas en service. Tu n'as jamais supporté les entraînement sportifs qui consistaient à répéter inlassablement le même geste sans partenaire, il faut dire que la répétition te laisse le temps d'être avec toi même, de réfléchir et, au final, tu n'aimes pas ça, tu ne supportes pas de laisser ton esprit vagabonder, il te faut une structure de pensée et un schéma à suivre. Les activités sportives qui te sont offertes sont alors rares, il faut dire qu'outre Marcus tu n'as pas de partenaire régulier, ni même volontaire et tu as fini par te réfugier dans les sports de contact en invitant des employés des salles – ou quelques sportifs – à t'accompagner sur le ring. Tu as découvert la boxe sur la flotte et si tu utilises parfois la garde que tu y as appris, la limite des coups, des zones autorisées et surtout l'honneur demandé t'exaspèrent. Il n'y a pas d'honneur dans un combat. La souffrance, la violence, le but même d'une rixe t'empêche d'y voir un quelconque code moral. Ce qui est rarement de l'avis de tes partenaires qui y voient généralement une activité noble et qui considèrent sa maîtrise comme une base essentielle. Perclus de réflexes – souvent mauvais – et surtout incapable de ne pas laisser passer une occasion, tu as assez souvent dégoûté tes adversaires « amicaux » et tu as fini par te retrouver obligé à demander à chaque fois à un instructeur de venir jouer avec toi.

« Hey, lieutenant Krishvin. Envie d’une nouvelle adversaire ? » Tu tournes à peine la tête, le temps que l'homme qui te sert de partenaire se décale pour te laisser te détourner, t'assurant qu'il ne profiterait pas de l'instant pour t'attaquer – toi, tu l'aurais fait. Tu fronces les sourcils et tu fais quelques pas en direction des cordes, observant, toisant même, la légionnaire qui se trouve là. Eirian, hein. Tu secoues la tête à la négative, refusant sa proposition d'un mouvement sec de la tête, mais tu sais bien que ce n'est pas cela qui arrêtera la jeune femme et tu te contentes de soupirer tandis qu'elle se glisse sans votre approbation sur le ring. Trop ravi de pouvoir s'en aller, ton partenaire en profite pour se glisser sous les cordes. Tu le suis du regard en reculant, t'éloignant toujours plus de l'officier. Le fiasco avec Anastasia encore trop frais en mémoire, voir la jeune femme à qui vous aviez toujours refusé l'accès au ring s'inviter de la même façon que la milicienne te tendait déjà les muscles et les épaules vibraient presque de la tension au niveau des omoplates.

Tu détournes les regard et tu frottes tes gants entre eux. Essayer de les retirer sans les dents allait être compliqué, mais tu préfères être certain que la gamine ne t'attaquera pas pendant que tu t'occupes de te déséquiper... De plus, il faut avouer que le poids des gants t'irrite, il y a quelques jours, tu les aurais probablement ôtés et tu l'aurais invitée à réellement se battre, de laisser tomber les règles de la boxe. Cependant, tu ne voudrais pas abîmer la légionnaire – et tu n'es pas certain que Marcus apprécierait. « Depuis le temps que je vous regarde faire, avec Marcus. Il était temps que ce soit mon tour! J’espère que tu es prêt... » Tu fronces le nez. Est-ce que Rian est réellement puérile à ce point ? Comme une enfant, se sentant délaissée par ses aînées, elle ressent le besoin absolu de se mêler à leurs activités en les rejoignant et les imitant. Tu n'es pas là pour combler le manque d'affection que lui offre Marcus, ni même pour servir de faire valoir lorsque le légionnaire refuse de jouer avec elle. « Je ne compte pas te faire de cadeau. » Tu restes à une certaine distance d'Eirian, prêt à remonter ta garder si elle se rapprochait « Va t-t-t'amuser ailleurs, Rian. Va p-p-pleurer chez M... Marcus ou jouer avec J.. Jasper. » Ou était-ce Jebediah ?
code by bat'phanie




Nosey little fucker, aren't ya ?

I never had a chance to be soft. I was always bloody knuckles and shards of glass.

I wanted people to be afraid of hurting me.
MessageSujet: (#) Re: warzone // tiarian     Mer 4 Avr - 6:58


warzone
There is only one way to fight, and that's dirty. Clean gentlemanly fighting will get you nowhere but dead, and fast. Take every cheap shot, every low blow, absolutely kick people when they're down, and maybe you'll be the one who walks away.
Tu l’as piégé, il est trop tard et même si Tiaan secoue la tête à ta requête, tu es là. Tu t’imposes. Tu l’emmerdes. Elle est bien belle sa conscience quand il arrête les cochonneries illégales de passer sur le vaisseau, mais elle n’a pas sa place ici. Pas sur un ring. Pas quand il est déjà équipé de gant. Pas quand il est déjà légèrement en sueur – d’ailleurs, maintenant que Marcus n’est pas là pour lui faire de l’ombre, il est terriblement difficile de ne pas remarquer que ça lui va bien. Foutrement bien même. Alors tu lui fais cadeau d’un sourire en coin, ton regard passant sur lui. Il n’y a pas que les mecs qui ont le droit de reluquer, foi de Reyes!

Seulement, il recule le douanier. Il craint une attaque de ta part? Que tu lui sautes dessus? Il est appétissant, mais ta mère t’as relativement bien élevée – tu pourrais AU MOINS attendre le vestiaire. Sauf que ça n’arrivera pas, tu le sais. Ce qui ne t’empêche pas de sourire. De jouer. De t’amuser. Parce que son refus ne fait que t’encourager à approcher. « Roh, aller, Krishvin! L’instructeur c’est déjà tiré en plus. » Et il n’en a pas finit avec le ring. C’est dans sa posture. Dans sa respiration. Il lui reste encore trop d’énergie à dépenser. Alors pourquoi ne pas le faire avec toi? Sauf qu’il s’entête l’imbécile – Marcus ne lui aurait pas filé sa maladie? « Va t-t-t'amuser ailleurs, Rian. Va p-p-pleurer chez M... Marcus ou jouer avec J.. Jasper. » Pleurer chez Marcus? Ça t’arrache un reniflement amusé – vexé, un froncement de sourcil trahissant la chose. Et tu roules des épaules pour approcher, bien décidée. « C’est Jesper, pas Jasper. » Quant au reste, qu’importe. Ce n’est jamais que de la provocation, hein? Ce qui prouve que Tiaan est prêt à jouer.

C’est largement suffisant pour que tu t’avances, un poing s’élançant vers lui. Avant de reculer, pour ne pas prendre un contre coup. Tu ne l’as pas touché, mais votre match est lancé. Vos corps se mettent en mouvement, une chorégraphie que vous ne connaissez pas. Enfin, tu connais relativement bien ses mouvements. Sa fougue. Tu l’as trop souvent regardé se battre contre Marcus. C’est maintenant à ton tour, Eirian. À toi d’être à la hauteur. Mais il y a une sacré marge entre regarder et participer. Ce n’est donc pas étonnant si tu es la première à être frappé. Son poing te poussant à reculer de trois pas, le souffle coupé. Les yeux écarquillés, les sourcils rapidement froncé. Parce que tu refuses de déjà t’incliner. Et tant pis s’il hésite – il ne devrait pas et ne le fera évidemment pas encore longtemps.

Les gants ne sont jamais que des nuisances avec un rival tel que Tiaan. C’est ce qui te pousse à reculer de deux pas de plus, comme si tu abandonnais le match – c’est beau de rêver – pour plutôt arracher un gant avec tes dents, le second le rejoignant rapidement au sol. « Bon suffit les conneries, vire tes gants. On va s’battre sans. J’sais qu’tu préfères. » Et toi aussi, en fait. Le fairplay de la chose voudrait que tu lui laisses le temps de virer ses dits gants, mais Tiaan à ce regard dénué de pitié. Aussi, tu crispes bien tes poings, apprécie brièvement la liberté de tes mains – seulement protégé par tes bandelettes – avant de te relancer sur lui. Cette fois, c’est presque plus facile. Tu hésites beaucoup moins sans gants – les entrainements de la milice comme un réflexe dans ton corps. Dans ton sang. Et tu tâches de ne pas grogner, de ne pas faire de bruit – autre que ta respiration sous l’effort – alors que tu t’acharnes sur lui. Que tu cherches la faille. Une ouverture. Pour cogner. Pour le faire reculer d’un pas – au moins – à ton tour.
code by bat'phanie

MessageSujet: (#) Re: warzone // tiarian     Mar 24 Avr - 22:32
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t168-tiaan-effacez-mon-passage http://beyond-earth.forumactif.com/t192-tiaan-col-rouge
Messages : 333
Occupation : MORT - premier directeur du comptoir Cygni, décédé dans l'exercice de ses fonctions
Habitation : UNE PETITE URNE
If you kick me when I m down, you better pray I don t get up. Pseudo : Frey
Avatar : Joel Kinnaman
Crédits : Sign : Bat'phanie ; gif : a-weiter


Let me hit
Learn this from me. Holding anger is a poison. It eats you from inside. We think that hating is a weapon that attacks the person who harmed us. But hatred is a curved blade. And the harm we do, we do to ourselves.

⋅ ⚘ ⋅ ❁ ⋅ ⚘ ⋅
« Roh, allez Krishvin ! L'instructeur s'est déjà tiré en plus. » Tu secoues la tête, déjà plus qu'un tantinet énervé par les bravades et les mots de Rian. Tu n'as pas envie de jouer ou de lui faire plaisir. Il t'est arrivé d'être indulgent envers la légionnaire, pour son amitié envers Marcus, parce qu'elle est jeune, parce qu'elle est excitable, comme une enfant. Lorsque tu vois la jeune femme, tu as l'impression de retrouver tes neveux et nièces sur Keller, avec leur énergie et leur envie de se mêler de tout et à tout le monde. « C'est Jesper, pas Jasper. » Aucune différence que tu as envie de lui rétorque, mais tu te contentes de secouer la tête en haussant à peine les épaules pour signifier ton désintérêt. Tu n'ouvres pas plus la bouche et tu restes dans ton coin de ring, à attendre qu'elle s'en aille, à attendre de voir ce qu'elle ferait pour toi même enlever tes gants et t'extirper de là, aller prendre une douche et disparaître... ailleurs.

En dépit de tes paroles et de ton attitude, Eirian ne semble pas vouloir entendre que le combat ne t'intéresse guère. Tu relèves tes avants bras devant ton visage pour empêcher le coup de t'atteindre, par réflexe, tandis que tu recules. Tu n'essaies pas de lui rendre le coup, espérant y voir là une dernière bravade, entendre un rire et un « ok » sonore. Tu espères ne pas retrouver une autre Anastasia avec toi sur le ring. Arrête de rêver Tiaan. Ecrase là, qu'elle comprenne qu'elle n'a aucune chance, qu'il est temps d'arrêter de vouloir jouer dans la cour des grands et de se contenter des entraînements quotidiens pour l'instant.

Améliore toi avant de venir me défier, que tu as envie de lui dire.

Ce serait sûrement détourné, elle s'en moquerait, comme tout, y verrait une bravade, une provocation comme une autre. Alors tu serres les dents et tu balances ton poings et tu frappes, sans retenir ta force, tu heurtes sa protection et tu la vois reculer, ses jambes qui se penchent trop en arrière, tu observes ses mouvements derrière tes poings. Tu ne l'as jamais réellement vu combattre, la légionnaire, alors toi tu apprends, c'est ton tour.

C'est là qu'elle recule, les sourcils froncés, la mine boudeuse, qu'elle enlève ses gants et tu te dis ça y est. Un peu déçu qu'elle abandonne aussi vite, tu te redresses, tu abaisses ta garde et tu recules à nouveau. Parce que tu sais que tu vas être à nouveau déçu par Eirian, parce que tu sais qu'elle va faire ou dire une connerie et franchement, à quoi tu t'attendais lorsqu'elle s'est reculée ? « Bon suffit les conneries, vire tes gants. On va s'battre sans. J'sais qu'tu préfères. » Tu laisses échapper un snort et tu secoues la tête à la négative.« Non. Remets t-t-t-tes gants ou d-descends... » Tu n'as cependant pas le temps de finir ta phrase qu'elle se lance sur toi. Tu recules, tu lèves tes bras, tu encaisses surtout parce que tu as tout juste eu le temps de la voir venir. Tu grognes lorsque tu ne parviens pas à éviter un coup dans les côtes et tu regrettes un moment les gants que tu as aux poings qui t'empêchent de la tordre. Tu balances ton coude pour la stopper, tu cherches à l'attraper, la coller à toi, lui en mettre une autre et une autre pour qu'elle s'arrête un moment de bouger, que tu puisses la faire descendre du ring, d'une manière ou d'une autre.
code by bat'phanie




Nosey little fucker, aren't ya ?

I never had a chance to be soft. I was always bloody knuckles and shards of glass.

I wanted people to be afraid of hurting me.
MessageSujet: (#) Re: warzone // tiarian     

RÉPONSE RAPIDE