So, is that sexy ? (Ethan)
MessageSujet: (#) So, is that sexy ? (Ethan)     Mar 6 Fév - 13:51
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 543
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

So, is that sexy ?
Ana & Ethan

Elle les retiendrait. Tous ces bouffons, ces connards prétentieux qui n’avaient rien trouvé de mieux à faire que de se sauter mutuellement à la gorge. Ça l’agace Ana, ça l’agace encore plus lorsque, sur le chemin du retour, elle se décide à jeter un coup d’œil au Starchat du Stellarian Tribune, y constatant que certains militaires désiraient prolonger la grève. Bande de cons. C’était une idée de merde et ce qui venait de se passer ne faisait que le prouver. Ravalant des grondements rageurs, les vibrations de ces derniers ne faisant que lui rappeler qu’on lui avait bien explosé la mâchoire, la milicienne s’empresse de simplement emprunter la navette la plus proche pour retourner sur le Colossus, histoire de se débarbouiller la gueule et de mettre de côté cette soirée ô combien merdique. Elle s’était assurée que tout le monde allait plus ou moins bien auparavant, ayant laissé des proches et quelques illustres inconnus après avoir été certaine qu’ils pourraient rentrer chez eux sans trop d’encombres. Et la voilà en train d’attendre une navette, remarquant qu’il y avait moins de monde cette fois ci. Sûrement que tout le monde avait préféré trouver un endroit où crécher, ou avait pris leurs précautions pour rentrer plus tôt afin de ne pas être abandonnés sur un vaisseau qu’il ne connaissait guère pour le reste de la nuit. Quoi qu’il en soit lorsqu’un de ces vaisseaux de transport approcha, la milicienne ne put retenir l’esquisse d’un sourire, qui se mue rapidement en grimace, en reconnaissant l’Albatros. Elle sait pas vraiment si elle doit appeler ça le destin ou quelque chose de ce goût là, mais l’idée de savoir Ethan dans le coin l’enchantait pour une raison qu’elle ne parvenait pas à s’expliquer. Sûrement qu’elle espérait parler un peu, savoir comment il allait car elle était parfaitement consciente de la journée de merde qu’il avait dû lui-même passer à cause de cette grève. La joie d’Anastasia est passagère toutefois, rapidement ternie par ses muscles et ses hématomes qui la lançaient, le sang qui s’écoulait encore de son arcade sourcilière et souillait l’intérieur de sa bouche, sans parler du souvenir de Khan et de sa proposition concernant le pirate.

Ravalant un soupir, ce fut sans un mot que la jeune femme se hissa à l’intérieur de la navette, suivant la foule sans se poser la moindre question. Elle ne prend pas l’initiative d’emmerder le pilote, plongée dans ses pensées et consciente qu’elle n’était de toute manière qu’une civile comme les autres. Qui plus est, elle ne voulait pas donner l’impression aux inconnus autour d’elle qu’il leur était possible de prendre les même initiatives qu’elle. Docile, elle se contente donc de faire le voyage comme tout le monde, songeant à cette soirée et se focalisant désormais sur les regards que l’on posait sur elle. Anastasia prend ainsi conscience du fait que tout le monde était tendu, qu’on la regardait avec une lueur de compréhension au fond des yeux comme si on la plaignait d’avoir été mêlée à des histoires trop complexes pour elle par la seule faute de ces militaires incapables de faire leur travail. S’ils savaient… Mais ça la fait réfléchir de nouveau, quant à l’importance de son rôle. Les paroles de Jyreese, prononcées quelques jours plus tôt, lui reviennent en mémoire, cherchant à la conforter dans l’idée que ce qu’elle faisait était non seulement utile mais également nécessaire. Pas besoin d’être légionnaire pour servir, pour valoir quelque chose, pour être importante. Cette idée l’effleure, suffit à lui serrer le cœur un instant, puis elle la balaie d’un revers mental de la main dans un énième soupir. Ses divagations ont au moins eu le mérite de lui faire passer le temps et la jeune femme se rend compte qu’elle est désormais seule alors qu’ils quittaient l’Argus One pour prendre enfin la direction du Colossus. Plus personne n’était présent, fait rarissime sûrement mais cela arrange bien les affaires de la jeune femme qui en profite alors pour s’approcher de la porte menant à la cabine de pilotage et à l’espace lié à la vie privée du pilote en question.

Donnant quelques coups à la porte pour signaler sa présence, elle n’attend clairement pas une autorisation toutefois pour ouvrir cette dernière et pénétrer dans la pièce. « Salut beau gosse, remonte pas ton pantalon va, ça sert à rien. Qu’elle ironise, retenant un ricanement simplement parce qu’elle se doutait que ça lui ferait plus de mal que de bien. Ça l’empêche pas de grogner légèrement en s’installant, assise à même le sol sans éprouver la moindre gêne, glissant sa main à hauteur de sa mâchoire endolorie. Dis, j’me suis toujours demandée…. Un mec qui se fait exploser la gueule ça a toujours eu un quelque chose de sexy. Si c’est la nana qui est légèrement abimée, c’est bandant aussi ou pas ? » Question ô combien existentielle accompagnée de la notion de ‘légèrement’ afin de rappeler qu’elle s’en était bien sortie. Et que les gars d’en face avaient fini dans un état bien plus lamentable. Quoi qu’il en soit si la jeune femme avait prévu de rester docilement à l’arrière, son regard qui se portait désormais sur la vision de l’espace à laquelle accédait le pilote la pousse à se relever pour le rejoindre. Elle tente de ne pas trop déranger, se contentant de se glisser dans son dos pour observer l’extérieur. Bordel, elle adorait l’espace.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Mar 6 Fév - 13:53
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t125-broken-machine-ethan#376 http://beyond-earth.forumactif.com/t220-domesticated-animal-ethan
Messages : 394
Âge : 37 ans
Occupation : Commissionnaire, fournisseur de consolation alcoolisée
Habitation : Sur l'Albatross, son vaisseau amarré sur le Colossus 5
Arrivée : Il y a 7 ans, en 2220.
Pseudo : GeniusPanda / Kim
Avatar : Boyd Holbrook
Crédits : (av) Oxalys
La journée était finie. Ou du moins, il le pensait très fortement. Alors qu’une quinzaine de stellarien descendaient de son vaisseau amarré sur le Columbiad, Ethan éteint les moteurs dans une succession de boutons renversés du bout du doigt. Il allait rester sur le vaisseau colonial pour la nuit. Après tout, il n’était pas réellement d’indépendant d’un vaisseau sinon le sien. Il avait qu’à sortir de son siège et rejoindre sa couchette à l’arrière. Jusqu’à ce qu’on en décide autrement. Sa radio grésille et on lui demande – ou ordonne, de récupérer du monde rester sur le Tiantang. Le blond enrage, serre les poings, hésite dix secondes à ignorer l’appel avant de s'asseoir de nouveau aux commandes, docile. Il s’étonnait lui-même d’avoir une conscience professionnelle.

Il recommence ce à quoi il est payé tous les jours depuis sept ans. Il pique en dehors du nœud pour mieux replonger à hauteur des quais d’amarrage du Tiantang. Il demande permission d'atterrir et il se pose. Il embarque et il décolle à nouveau. Après un arrêt plus que rapide et efficace sur l’Argus One, il prend aussitôt la direction du colosse. S’il voulait bien passer une nuit sur le Columbiad, il refuse de passer une nuit chez les militaires. Surtout aujourd’hui. Et puis il lui restait un dernier passager à déposer. On frappe contre la porte et le blond s’imagine immédiatement ce dernier, voulant sympathiser parce qu’ils étaient seuls. Sauf que, le moins il parlait à ces étrangers qui foulaient tous les jours sa maison, le mieux il se portait. Il hausse alors la voix suffisamment fort pour que son agacement parvienne jusqu’à ses oreilles. « Passager à l’arrière. C’est… écrit sur la porte, qu’il voulait dire. Toi. Forcément. » Son ton s’était aussitôt baissé quand il aperçut la chevelure de la rouquine d’un rapide coup d’œil par-dessus son épaule. Il y avait quelques exceptions, en réalité. Et Anastasia en étant une grande, forcément. « Ça serait contre-productif si t’es là. » Qu’il réplique aussitôt qu’elle mentionne son pantalon. Ils n’avaient pas pour habitude de se rhabiller en se voyant, mais plutôt l’inverse.

Difficile de lui faire la conversation alors qu’il se glisse entre les passerelles pour atteindre le Colossus. Décidément, il prenait son métier plus au sérieux qu’il ne l’aurait pensé. Les passerelles avaient beau être vidées et fermées, il ne voulait pas être responsable de la destruction de l’une d’elles. Il s’écoule un instant de silence avant qu’il lui réponde. Soit lorsqu’il s’estime libre de détacher les yeux de ses commandes. Un bref regard, pour voir de quoi elle parlait lui suffit à lui arracher un léger rire. « Pas du tout. Ça te donne juste une gueule de merde. Comme moi. » Et il pointe aussitôt son visage qu’elle devait découvrir dans cet état pour la première fois. Malgré des soins efficaces, il devait encore se trimballer avec cette large bande de plâtre sur le nez. Autour, on pouvait voir l’hématome violacé qui s’étalait sur ses joues et qui marquait un peu plus ses cernes. Rien de sexy à tout ça. Le vaisseau finit par ralentir, imperceptiblement, jusqu’à s’arrêter en face de l’immense carcasse du colosse. Encore quelques minutes et il pouvait relâcher son esprit.

« Albatross pour C5. Demande permission d'atterrir. Silence radio. Ce n’était pas la première fois mais ça ne semblait même plus atteindre le pilote tant la fatigue était grande. Albatross pour C5, vous recevez ? » Après une dernière tentative, il abandonne l’idée de les harceler. Ils le contacteraient quand ils auront le temps, l’envie, peu importe. En attendant, Ethan laissait ronronner les moteurs. Un bruit qui le détendait plus qu’il en avait conscience. Quant au carburant, c’était la Fédération qui payait, il en avait rien à faire. Il demande à Charlie de stabiliser leur position et, après l’approbation du robot, le tableau de commande se mit comme en veille. Les écrans ne diffusaient plus que les informations essentielles. Le pilote lâche soudainement les manettes et sort de son siège d’un bond. A peine retourné qu’il tombe à quelques centimètres de la jeune femme. Il ne l’avait pas vu passer dans son dos. Dans l’étroitesse de la cabine, il doit légèrement baisser la tête, pas assez néanmoins pour s’abaisser totalement à hauteur de la milicienne. Un sourire glisse à ses lèvres devant cette proximité tentatrice. Il ne dit rien. Il observe de ses yeux bleus la blessure encore fraîche qui orne son œil. Il avait mentit, ça lui donnait bien un air sexy. Il regrette de ne pas l’avoir vu foutre une raclée à qui donc l’avait mérité. Son regard tombe de nouveau dans le sien et son sourire s’étire un peu plus. « J’espère que t’avais rien de prévu parce que tu es coincée avec moi jusqu’à tant qu’ils daignent répondre. Il hausse les sourcils dans une mimique faussement désolée. Ce matin ils m’ont fait poireauter quatre heures. Un verre ? » Il se détache d’elle d’un pas sur le côté alors qu’il passe dans la pièce à vivre au bout de la coursive.




I'm a broken machine
i can do anything
i've nothing to hide
now i start to dream
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Mar 6 Fév - 15:01
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 543
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

So, is that sexy ?
Ana & Ethan

Contre-productif. Bien sûr. Retenant un léger gloussement, la jeune femme se contente de sourire, une simple expression qui suffit à l’élancer et à lui arracher une nouvelle grimace. C’est à ce moment précis qu’elle commence à questionner le pirate quant à son potentiel de séduction malgré sa sale gueule, encore qu’elle ne s’en soit pas trop mal sortie. Le pilote ne répond pas tout de suite, trop occupé à manœuvrer habilement entre les passerelles et c’est bien parce qu’elle sait sa propre vie en jeu qu’elle s’abstient de le déranger d’avantage, se contentant de se montrer patiente. Lorsqu’enfin il daigne lui jeter un coup d’œil, elle capte le faciès de l’homme en même temps qu’il observe le sien. Indéniablement, il est dans un état plus pitoyable qu’elle. Ou plutôt, elle comprenait que cela avait été le cas, il y a quelques jours déjà. Les hématomes sont tellement étendus qu’elle parvenait à les observer malgré la présence d’une bande de plâtre sur son nez. On ne l’avait pas loupé et la milicienne fronce les sourcils en se demandant qui pouvait être responsable de ce genre de dégâts, se doutant que le pilote ne s’était pas fait ça simplement en se cassant la gueule depuis une hauteur. Le voir dans cet état semble raviver des souvenirs de son entretien avec Khan. Apporte des preuves. Apporte moi Ethan. Et son cœur se serre, violemment. Le temps aidant, elle avait vite compris qu’il n’était pas question de vendre l’homme pour une potentielle promotion au sein de la Légion. Evidemment elle en avait rêvé, longtemps. Mais elle était trop loyale, sûrement une qualité qui aura été exacerbée par la présence de Rosa, pour se permettre de réduire à néant la vie de celui qui lui faisait face. Qui plus est, elle avait promis d’être là, en cas d’absolue nécessité. Elle ne romprait pas cette promesse. Mais ça fait mal malgré tout. Ça fait mal de le voir dans cet état et de se dire qu’il en bavait encore, ça fait mal de se dire qu’une fois de plus elle faisait passer les autres avant elle. Putain, elle aurait dû naître pute égoïste que ça aurait été plus simple à vivre.

Ravalant un soupir, Anastasia ferme brièvement les yeux, le temps d’une inspiration visant à la détendre et à chasser ces pensées stériles de son esprit. Lorsqu’elle les rouvre, son regard s’attarde aussitôt sur l’immensité de l’espace et cela l’apaise sûrement plus efficacement que toutes les méditations du monde. Ça l’incite également à se redresser pour se rapprocher d’Ethan, se glissant dans son dos tout en s’assurant de ne pas le déranger, afin de se perdre dans sa propre contemplation jusqu’à ce qu’ils soient arrivés. Une arrivée qui se fait attendre, désormais l’attention de la milicienne accaparée par le pilote tentant d’obtenir une permission d’amarrer. Une permission qui, visiblement, ne vient pas, ce qui suffit à lui faire froncer les sourcils d’incompréhension. Il lui était déjà arrivé de voir sa navette retardée, généralement à cause d’un nombre trop importants de vaisseaux ou de déchargements quelconques. Cette fois ci en revanche, il ne semble même pas y avoir d’excuse, si ce n’est l’absence d’employés. Faute à la grève ? Sûrement, et elle se sent presque coupable d’avoir participé à cette dernière, comme si cela la rendait complice de l’attente qui se prolongeait désormais. Ana comprend alors que son compagnon s’apprêtait à simplement attendre, son vaisseau faisant désormais du surplace et les équipements non essentiels se voyant mis en veille. Elle n’a pas vraiment le temps de se focaliser dessus que déjà le pilote se redressait, pivotant dans le même temps pour presque se heurter à elle. La proximité, bien qu’imprévue, lui arrache très vite l’esquisse d’un sourire alors qu’elle relevait les yeux vers lui, nullement dérangée par sa présence et ne faisant pas mine de vouloir s’écarter. Son silence et son refus perceptible de vouloir bouger semble être la provocation la plus efficace qu’il lui soit possible d’offrir en cet instant.

Le sourire demeure, même si une pointe d’inquiétude vient se ficher quelque part au fond de ses prunelles glacées lorsque ces dernières scrutent plus attentivement la gueule cabossée du pirate. Ça l’emmerde. Ça l’a toujours emmerdé en vérité, qu’il puisse avoir des problèmes, qu’il puisse se confronter à plus fort que lui. Elle n’a jamais réussi à voir en Ethan un mauvais bougre et même s’il n’avait été que son fournisseur pendant longtemps, faisant d’elle au passage une exception vu la manie de l’homme de ne pas faire affaire avec des particuliers, elle ne l’avait jamais considéré comme un homme cruel dont il aurait potentiellement fallu se méfier. C’était juste un homme, avec une conscience, et qui, malgré des fréquentations et des trafics douteux, ne représentait pas un danger à ses yeux. Si ça tenait qu’à elle, elle le laisserait volontiers vendre ses fruits, sont alcool et tous ces produits jugés illégaux pour des raisons qu’elle ne comprenait qu’à moitié. Alors ça l’emmerde, de le voir payer le prix d’une vie somme toute pas si nocive que ça. Mais elle se garde bien d’en parler, laissant potentiellement cette inquiétude au fond des yeux s’en charger pour elle. Une inquiétude qui finit par s’envoler lorsqu’il lui signale qu’ils sont coincés ici encore un moment. Quel dommage. Vraiment. « Ouuuh, vais-je sortir indemne de cette cohabitation ? Plaisante-t-elle dans un souffle, avant de l’observer s’éloigner tandis qu’il lui proposait un verre. Comment dire non à pareille proposition. Tout dépend, je dois le payer ? » Nouvelle ironie, teintée d’un coup d’œil provocant et d’un sourire qui l’est tout autant. Difficile de ne pas tomber dans les sous-entendus avec Ethan, sûrement parce qu’une bonne moitié de leur relation se résumait à du sexe. Cela ne l’empêche pas d’hocher brièvement la tête, signifiant son désir de savourer n’importe quelle boisson qu’il aurait à lui offrir.

Inspirant de nouveau, glissant instinctivement sa main le long de sa joue jusqu’à son front, elle soupire en sentant encore un peu de sang s’en écouler, essuyant vulgairement le liquide d’un revers de la main et ignorant de ce fait la teinte rouge que prenaient celles-ci. Puis elle le suit, instinctivement, incapable de rester véritablement seule et préférant demeurer dans le sillage du pirate. Les bras désormais croisés contre sa poitrine, elle reprend alors simplement la parole tandis qu’elle le voyait désormais farfouiller pour trouver de quoi la servir. « T’en as pas trop chié aujourd’hui ? Je suis pas sortie longtemps mais tout le monde semblait…. Survolté. C’est le moins qu’on puisse dire. Elle n’a même pas pu profiter sereinement de sa soirée avec Rosa. Dire qu’elle n’avait justement quitté sa cabine que pour cela, ayant passé le reste de la journée à rattraper son retard sur de vieilles séries, écouter des histoires à la radio, faire une sieste pour rattraper un peu de sommeil. Elle aurait dû en rester là tiens. Quant à lui, elle se doutait que la journée avait été longue et vu les fameuses quatre heure qu’il avait passées à poireauter ce matin, elle imaginait encore mieux la galère. Tu vas faire grève pour te plaindre du traitement accordé aux pilotes des navettes ? » Ironise-t-elle gentiment, un nouveau sourire aux lèvres qu’elle ne force pas trop simplement pour éviter de trop faire jouer ses muscles endoloris, le tout accompagné d’un léger coup d’épaule, taquin.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Jeu 8 Fév - 20:35
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t125-broken-machine-ethan#376 http://beyond-earth.forumactif.com/t220-domesticated-animal-ethan
Messages : 394
Âge : 37 ans
Occupation : Commissionnaire, fournisseur de consolation alcoolisée
Habitation : Sur l'Albatross, son vaisseau amarré sur le Colossus 5
Arrivée : Il y a 7 ans, en 2220.
Pseudo : GeniusPanda / Kim
Avatar : Boyd Holbrook
Crédits : (av) Oxalys
« Les verres sont gratuits. Il avait haussé la voix pour qu’elle l’entende même à l’autre bout du couloir. Puis en la voyant arriver, il mima une expression peu convaincue. Par contre l’hébergement… » Il doutait sincèrement qu’ils puissent atterrir sur le Colossus de sitôt. C’était bien la dernière de ses préoccupations, tant qu’il avait le carburant nécessaire à passer la nuit dehors. L’Albatross disposait d’une assez vaste pièce commune qui comprenait une cuisine le long d’un pan de mur -un luxe dont les cabines du nœud ne disposaient pas, un comptoir qui servait plus souvent de bar que table à manger et d’une large banquette dans laquelle Ethan s’endormait trop souvent. Aucune fenêtre, seulement un éclairage artificiel qu’il réglait le plus souvent sur une ambiance tamisée, comme ce soir. Mais l’endroit était surtout particulier pour ses innombrables cachettes. Faux plafond, faux sol, faux fond. Certaines étaient plus visibles que d’autre mais l’endroit était définitivement un bordel qui viendrait à bout de n’importe quel douanier, même le plus patient. Néanmoins aucune d’entre d’elles ne contenaient d’arme, même pas un vulgaire couteau. C’était surtout quelques objets précieux, pas mal de bouteille d’eau de vie et un peu de cannabis pour les longues soirées. Ethan mit un genoux au sol pour atteindre l’une de ces fameuses planques sous le comptoir. Il fouille à l’aveugle avant d’en extirper une bouteille en verre. De l’alcool, forcément. Il buvait rarement le café avec Ana.

Après avoir déposé la bouteille sur le comptoir quelque peu bordélique, il prend appui dessus pour se redresser. Il hausse rapidement les épaules lorsqu’elle demande si la journée a été éprouvante. « Les journées sont toutes éprouvantes jusqu’à ce que t’arrives. » Son regard glisse en sa direction avant d’attraper deux verres derrière lui. Au-delà de son habituel charme de ringard, se cachait deux pensées. L’une plus évidente voulait qu’il ne soit pas un grand partisan de la flotte. Il étouffait, et ce de plus en plus avec les années. La deuxième, quant à elle, était directement lié à l’état de sa figure. Il avait été une cible mouvante toute la journée, une cible qu’Aldor ne pouvait atteindre. Ca le rassurait autant que ça le stressait. Depuis qu’il était sorti de chez Rosa, le blond passait de trop nombreuses journées planqué au fond de son vaisseau. Un soir d’insomnie, il avait même fait des heures supplémentaires. Le jeune homme agissait comme un garçon turbulent à qui on avait mis une bonne raclée. Calme, concentré à ne rien dire de travers, se tuant à la tâche. Aussi quand la rouquine le pousse de l’épaule, il se contente d’un simple sourire amusé avant d’hausser les épaules. Il remplit les deux verres de shoot généreusement, si bien qu’ils débordent dès qu’ils s’en emparent. Ethan tape dans le verre de la jeune femme et inspire un grand coup.
« A… Tout et rien. Il hésite, les yeux plantés dans les siens. Peu importe. A tes beaux yeux. » Il trinque et renverse le tout dans sa bouche sans attendre.

Sa prothèse frappe la table alors que le liquide chauffe férocement sa gorge. Il grogne avant de lui faire signe de remplir de nouveau les verres. Il s’éloigne à l’autre bout de la pièce pour fouiller plusieurs placards. Il râle chaque fois qu’il semble trouver son bonheur jusqu’à mettre la main, finalement, sur un kit de premier secours non utilisé. Ce vaisseau s’était trop de fois transformer en infirmerie de fortune. Le blond revient vers la jeune femme devant laquelle il pose la petite boîte rouge. « Et toi alors ? T’as profité de la grève pour aller tabasser tous ceux qui t’ont un jour fais chier ? » Il extrait le nécessaire pour nettoyer sa plaie et après avoir imbibé une compresse de désinfectant, il reste paralysé par le doute. « Je vais empirer la situation. Il y a un.. un miroir là-bas. » Il lui tend la compresse avant de pointer du doigt le mur en question. Sa main gauche gratte son front, quelque peu honteux et désolé. Il finit par attraper son verre de nouveau plein pour le vider aussi sec.



I'm a broken machine
i can do anything
i've nothing to hide
now i start to dream
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Jeu 8 Fév - 22:37
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 543
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

So, is that sexy ?
Ana & Ethan

Nouveau sourire, à la mention de l’hébergement qui n’aurait rien de gratuit, contrairement aux verres. Une petite voix lui souffle que ce n’était que pour le jeu et qu’il ne viendrait pas à l’esprit du pirate de lui faire payer un quelconque tarif pour rester ici. En vérité… Payait-elle encore vraiment ? Non. Un verre pouvait lui être offert gracieusement, par envie. Cette même envie qui la poussait à retrouver le blond sous les draps sans espérer quoi que ce soit en retour. Si tout n’avait été qu’une histoire d’intérêts, de faveurs sexuelles, cela avait fini par devenir différent, progressivement. Elle doutait un peu, parfois, se demandant bien ce qu’elle pouvait espérer véritablement de cette relation, cherchant à mettre des mots sur cette dernière comme pour la rendre plus tangible. Mais rien ne lui vient et si cela la frustre parfois, il y avait des moments où elle préférait simplement se laisser porter, sans se poser trop de questions. Sa mère le lui avait toujours dit : elle se posait trop de questions. « Rappelle moi de te faire payer tes allers-retours dans ma cabine alors. » Daigne-t-elle rétorquer tandis qu’elle s’avançait pour le rejoindre dans ce qui servait visiblement de pièce principale. Une banquette, un comptoir de bar, une cuisine. Elle se souvient de la première fois qu’elle avait vu cet aspect de l’habitation d’Ethan, amusée au possible, l’imaginant tenter de cuisiner elle ne savait quoi. Elle n’avait jamais appris, n’ayant jamais eu à le faire, et les équipements liés à l’alimentation l’avaient toujours fait rire pour ça. Ce fut sûrement pour cela qu’elle effleura du bout des doigts le plan de travail qui se situait devant elle, laissant Ethan chercher à travers son dédale de trappes pour trouver l’alcool qu’il leur servirait alors. Elle ne le regarde pas, ne désirant pas savoir où il pouvait planquer ses affaires, préférant demeurer relativement ignorante des cachettes de l’Albatross. Elle avait refusé de fouiller ce dernier lorsque le pirate a été envoyé sur le Lady Grace, ce n’était pas pour se montrer curieuse aujourd’hui.

La milicienne préfère passer le temps en interrogeant son interlocuteur, légèrement soucieuse, cherchant à savoir comment il allait au vue de la journée sans nul doute intense qu’il avait dû passer. La réplique, charmeuse à sa façon, lui arrache l’esquisse d’un sourire. Mais elle ne répond pas, muette, comprenant que cette répartie digne d’un mauvais film romantique cachait sûrement autre chose. Il s’agissait des mots d’un homme qui ne désirait pas s’épancher et si elle le regardait désormais d’une façon qui tendait à montrer qu’elle percevait les réserves du blond, elle se garde bien d’en parler à voix haute, se contentant de sourire et de lui offrir un léger coup d’épaule. Elle voit bien que ça marche pas vraiment, mais elle n’insiste pas, se contentant de s’emparer désormais de son shooter parfaitement rempli, essayant de ne pas perdre trop du précieux liquide le temps qu’elle trinque avec le pirate. Son regard ancré dans le sien, Anastasia s’inquiète de nouveau en le voyant chercher quelque chose à fêter, se demandant s’il cherchait à lui dire quelque chose de particulier, s’inquiétant également de ne pas le voir réussir à trouver quelque chose. Il vante ses beaux yeux et elle s’apprêtait à lui demander pourquoi diable continuait-il de complimenter de la sorte une femme indéniablement déjà séduite, du moins assez pour la mettre dans son lit, après avoir bu son verre. Elle n’en aura finalement pas l’occasion, avalant d’une traite le shooter pour se mettre à grogner avec fureur. « Ah putain ! hmmmm. C’est qu’elle en couine presque, secouant sa main dans le vide comme pour faire passer la douleur, entrouvrant les lèvres dans l’espoir d’évacuer l’intense chaleur et tout ce qui était en train de lui déglinguer l’intérieur de la bouche. Quelle conne. Entre les coups et sa colère, elle avait indéniablement dû s’entailler l’intérieur des joues, ou se blesser d’une quelconque façon. L’alcool, fort, qu’elle venait d’ingurgiter, venait de tout réveiller de façon dégueulasse. Fait chier, sa mère ! Mauvaise idée. » Qu’elle grogne en ramenant une main sur l’extérieur de sa joue, comme si elle avait une rage de dent impossible à maîtriser. Retrouvant son souffle en quelques inspirations profondes.

De ce fait, Anastasia remplira de nouveau le verre de son compagnon, mais s’abstiendra finalement de remplir le sien, jetant un coup d’œil presque déçu à la bouteille. Putain, c’était offert et elle ne pouvait même pas en profiter. La frustration s’envole toutefois au profit d’un amusement nouveau lorsqu’Ethan revient vers elle avec une petite trousse de secours, tout en lui demandant si elle avait cherché à se venger de tous ceux qui ont pu la faire chier dans sa vie. « Si c’était vraiment le cas, tu devrais commencer à te méfier. Ironise-t-elle en lui jetant un coup d’œil amusé avant de baisser les yeux vers la compresse qu’il imbibait désormais de désinfectant. Comprenant que c’était bien évidemment pour elle, Ana passait déjà une main dans ses cheveux afin de les repousser en arrière, prête à faciliter la tâche du blond qui, finalement, s’abstient de la toucher. Il lui tend la compresse, prétextant être sur le point d’envenimer la situation. Fronçant légèrement les sourcils, la jeune femme précise alors : Tu sais, il suffit de tapoter gentiment. Mais… Ouais. Ok. » Abdique-t-elle sans chercher à comprendre, le remerciant avant de s’emparer de la compresse et s’éloignant déjà en direction du miroir qu’il lui désignait. La jeune femme reste immobile un moment devant ce dernier, s’observant sans un mot. L’arcade sourcilière en sang, le sommet du front sensible, le coin de la lèvre abimé et légèrement enflé. La mâchoire avait morflé. Seule avec son reflet, il lui faut quelques secondes pour se décider à se servir de la compresse, grimaçant quelque peu les premiers temps avant de se faire à l’idée et de demeurer stoïque.

« En fait… Il y a eu un concert et en passant devant on a vu des gens s’échauffer à la sortie. Puis il y a une des représentantes déléguées du Colossus, Elara Hartmann, qui a essayé de calmer les choses. Ça se foutait sur la gueule pour des différends politiques, évidemment. Et je sais pas j’ai juste… Elle cesse momentanément de s’occuper de ses blessures, se fixant dans le miroir, un pli légèrement soucieux lui barrant le front. Elle n’a jamais su quoi penser de son reflet, n’aimant passer devant un miroir que dans l’optique d’évaluer de nouveaux vêtements. Elle sait pas quoi penser de son visage, de ses yeux, de ses lèvres, de ses expressions. Non pas qu’elle doute d’être jolie, mais c’est comme si l’œuvre ne lui semblait pas cohérente. Son reflet lui semblait étrange, incomplet ou faussé. Une étrange impression renforcée par les sentiments qu’elle éprouvait en cet instant précis, alors qu’elle se remémorait la scène et qu’elle se rappelait qu’elle avait été incapable de juste ne pas faire son devoir de milicienne. J’ai juste pas pu rester à l’écart, grève ou non. J’ai essayé d’arranger les choses, de renvoyer le plus de gens possible chez eux. Evidemment sans badge et sans blaster, difficile d’être prise au sérieux donc ça a pas si bien marché que ça. Et ça a commencé à se battre, alors forcément… Haussement d’épaules désinvolte, après une nouvelle inspiration, avant qu’elle n’achève de nettoyer son visage et ses plaies. Elle conserve malgré tout la compresse à hauteur de son arcade sourcilière, attendant patiemment que celle-ci daigne arrêter de saigner. Mais du coup oui, en face ils ont eu mal. Plaisante-t-elle finalement en jetant de nouveau un coup d’œil à Ethan, elle lui adresse un léger sourire avant d'observer de nouveau son reflet dans le miroir, rajoutant dans un soupir : J’viens de voir sur le Stellarian Tribune que des couillons voulaient prolonger la grève. Bande d’idiots. » Faut croire que les militaires se croyaient sur un piédestal, à se dire qu’ils pouvaient protester car on avait trop besoin d’eux pour ne pas répondre à leurs sollicitations et leurs réclamations. Foutaises.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Sam 24 Fév - 2:46
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t125-broken-machine-ethan#376 http://beyond-earth.forumactif.com/t220-domesticated-animal-ethan
Messages : 394
Âge : 37 ans
Occupation : Commissionnaire, fournisseur de consolation alcoolisée
Habitation : Sur l'Albatross, son vaisseau amarré sur le Colossus 5
Arrivée : Il y a 7 ans, en 2220.
Pseudo : GeniusPanda / Kim
Avatar : Boyd Holbrook
Crédits : (av) Oxalys
La rouquine s’éloigne et le blond demeure immobile au comptoir, face à la précieuse bouteille et les deux verres vides. Ça n’avait rien de compliqué, oui. Si Rosa lui avait remis le nez en place, nettoyer une plaie était à la portée de n’importe qui. N’importe qui sauf pour celui qui était persuadé d’en être incapable. Faute d’une maladresse qu’il n’avait toujours pas surpassé même une quinzaine d’année après l’opération barbare qui lui avait coûté son bras. Dans le dos de la jeune femme, il remue doucement le poignet de sa prothèse pour évaluer la précision de celle-ci. Elle est bien au-dessus de toutes celles qu’on lui avait greffé jusque-là. A quelques subtilités près et en ignorant le contraste du noir métallique sur sa peau laiteuse, elle imitait quasiment parfaitement les mouvements d’une main normale. Ce qui pourtant, ne réussit pas à le convaincre. La fatigue d’une longue journée et l’alcool qui se répand dans ses veines n’arrange rien. La mécanique saccade, légèrement, ce qui est directement lié à son état. Wil lui avait toujours dit que les mécanismes fatigueraient avec lui, une connerie liée aux nerfs ou une partie du cerveau dont il était incapable de retenir le nom. Il ne voulait pas qu’un mouvement lui échappe et écrase la plaie déjà sensible de la milicienne. Simplement parce que c’était elle, et pas un autre. Il préférait ne rien faire plutôt que de mal faire. Éviter tout ridicule. Il serre le poing, écrasant l’étincelle de colère qui surgissait en lui alors qu’Ana prend la parole.

Ethan remplit à nouveau le fond de son verre, attentif au récit qu’il essayait de reconstituer dans son esprit. Il lance son regard par-dessus son épaule lorsqu’elle marque une pause. L’évènement de la soirée semblait bien plus la préoccuper qu’elle voulait ne l’avouer. Il cache un sourire derrière son verre. Cela ne l’étonne pas qu’elle se soit mêlée de cette histoire alors même qu’elle ne portait pas son badge. La jeune femme prenait ses devoirs à coeur, parfois un peu trop comme le montrait ses blessures. Mais personne pouvait ou avait le droit de la juger pour ça. Même sans qu’elle lui donne les détails, il conclut facilement à la bagarre générale. Il hoche la tête comme un guise de félicitation alors qu’elle se vante d’avoir remporter la partie. « Je n’aurais jamais parié le contraire. » Lui qui était pourtant connu pour ses paris foireux et risqué.
Le pilote quitte son comptoir, emportant son verre de nouveau plein dans sa main de fer. « Qu’il la prolonge, moi ça m’arrange. Personne viendra m’reprocher de me planquer ici.   Il la rejoint à hauteur du miroir, sans trop presser, trop occupé à frotter ses paupières lourdes. ’fin de rester au calme quoi. » Ça lui avait échappé dans un aveux qu’il peinait à accepter. Il avait fait de son vaisseau son terrier dont il était le lapin tétanisé à l’idée de sortir. Il noie ses paroles d’une bonne gorgée avant de trouver une place derrière la rouquine.

Dans leur reflet, le visage du blond dominait derrière sa tignasse rousse. Son torse ne touchait pas son dos mais il s’était approché suffisamment pour les quelques mèches rebelles de la jeune femme lui chatouillent le nez. Suffisamment aussi pour sentir son odeur, le genre tendre et parfumé qui lui évoquait des instants charnels entre les draps. Une odeur avec laquelle il s’était souvent endormi, qui effaçait les vapeurs d’alcool ingurgités pour quelque chose de plus doux. Ses épaules surplombent les siennes mais il est à peine plus large. Il le devait à une grande carrure, et non à une quelconque musculation. Contrairement à la milicienne. Elle a un port plus droit, plus noble. Elle porte sa fierté alors qu’Ethan se courbe sous l’indifférence des règles de bienséance. Dans le miroir, il s’oublie pour mieux observer la jeune femme. Il lève sa main à hauteur de son cou, se guidant dans le reflet pour atteindre la trace rougeâtre. « Je sais pas si je préfèrerais qu’il s’agisse de ton sang ou celui d’un autre. » Ses lèvres s’étirent derrière ses cheveux mais on peut lire la taquinerie dans ses yeux cernés d’hématomes. Il ne s’inquiétait pas vraiment pour son état. Elle avait sûrement subi pire et surtout, fait subir pire.

« Sur Keller, j’étais toujours fourré dans l’même bar : l’Alcarroz. Il y avait un cocktail maison qu’on appelait le détartrant. Il hoche la tête pour confirmer ce nom douteux alors qu’il suivait les réactions de la milicienne dans le mirroir. Il portait bien son nom, je t’assure. Ça avait… Une odeur d’essence et sûrement le même goût. L’avantage c’est que ça avait l’don de te fusiller ton palais pour la soirée, ce qui t’permettait de boire n’importe quoi après. J’dis bien n’importe quoi. Le blond s’humecte les lèvres, marquant une pause dans son anecdote. Elle n’avait pas vraiment de but. C’était un souvenir égaré qui venait de refaire surface et qu’il avait envie de partager. Peut-être un prétexte pour rester le plus longtemps ainsi proche d’elle. Et puis un jour on a… ‘découvert’ que c’était aussi super efficace pour nettoyer le sang. Un gars s’était prit un verre sur la tête, j’te passe les détails mais tu vois le genre. Imagine l'utilité que ça a sur Keller. Alors ce connard de Maur, le gérant, a gardé la recette secrète pour la revendre plus cher. Malgré tout, je me suis retrouvée à acheter des litres de sa connerie pour nettoyer la soute du vaisseau. Et plusieurs fois. »

Sa main descend de son cou pour qu’elle puisse nettoyer sa peau. Il glisse, frôle sa poitrine timidement pour mieux caresser son ventre du bout de ses doigts. Son bras s’enroule doucement autour de sa taille, l’obligeant à coller son torse contre son dos. Il continue sa balade jusqu’à placer sa main à hauteur de ses dernières côtes, non loin de sa hanche. « C’est aussi là-bas que j’ai appris ça. » Aussitôt dit, il pince entre ses doigts un morceau peau, pile entre deux côtes. Il attrape un nerf, légèrement, suffisamment pour la faire bondir de surprise mais pas assez pour lui faire mal. Ce qui ne manque pas de le faire rire, forcément, alors qu’il l'agrippe contre lui pour qu’elle ne perde pas l’équilibre. « Si t’appuies assez fort tu peux mettre un colosse à genoux, crois-moi. Le plus magique c’est que ça laisse pas de trace. » Un atout quand, comme elle, on portait les couleurs de l’autorité et qu’on avait pas le droit de transgresser certaines règles.





I'm a broken machine
i can do anything
i've nothing to hide
now i start to dream
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Sam 24 Fév - 17:48
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 543
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

So, is that sexy ?
Ana & Ethan

La confiance du blond suffit à lui arracher un léger sourire mais Anastasia ne le questionne pas plus avant. Elle ne voulait pas savoir à quel point il pouvait la connaître, se demandant si ses paroles ne concernaient que le combat (si bien qu’il ne doutait pas de sa victoire) ou s’il n’était pas le moins du monde surpris d’apprendre qu’elle n’avait pas pu s’empêcher d’intervenir. Malgré la grève, malgré le fait que ce n’était pas ses affaires. C’est qu’elle se voile la face depuis trop longtemps, perdant de son identité au passage, commençant à douter de ce qu’elle était, confuse au possible. Ethan lisait peut être en elle avec plus de facilité, mais elle ne voulait pas savoir à quel point, gênée à l’idée qu’il puisse déjà si bien la connaître. De toute manière, elle n’a pas le temps de s’en soucier plus longuement, déjà son interlocuteur reprenait la parole en s’avançant vers elle, ce qu’elle comprend en entendant progressivement sa voix plus nettement, évoquant son indifférence quant à la grève. Au contraire, ça l’arrange, il pourrait avoir une bonne excuse pour se planquer ici. L’entendre évoquer l’Albatross comme une cachette suffit pour qu’elle fronce brièvement les sourcils, ne se détendant qu’en l’entendant préciser qu’il pourrait ainsi rester au calme. Pourtant cela ne la convainc pas vraiment. Ethan n’était pas vraiment du genre à désirer qu’on lui fiche la paix, du moins pas ainsi. Certes il préférait qu’on ne se soucie pas de ses affaires, pouvoir évoluer en toute discrétion, mais il était difficile pour la milicienne de l’imaginer autrement qu’en provocateur taquin. Par conséquent, il lui était compliqué de l’imaginer chercher une quelconque quiétude au fond de son vaisseau, qui plus est sur une longue période. La jeune femme garde toutefois ses doutes et son inquiétude pour elle, sur le moment du moins, ses prunelles glacées attirées par la silhouette du pirate qui venait de se glisser dans son dos.

Ce fut à son tour d’observer le miroir, non pas pour fixer son propre reflet qu’elle trouvait si dérangeant mais bien pour fixer celui du blond. Il avait connu des jours meilleurs, indéniablement. C’est à ce moment précis qu’elle semble prendre conscience de la carrure de celui qui l’avait pourtant si souvent étreint sous les draps. Faut dire que, dans le fond, elle était sûrement plus habituée à le voir nu qu’à le voir habillé. Rapidement toutefois, la milicienne préfère se focaliser sur l’ensemble du tableau, sur ce qu’ils renvoyaient tous les deux, avec leurs faces plus ou moins abimées, leurs démons, les sentiments qu’ils renvoyaient. Elle estime alors qu’ils ont l’air fatigué, émotionnellement, et que cela se voyait bien plus que leurs blessures respectives. Son attention se voit finalement accaparée par ces doigts qui remontaient le long de son cou, y captant un léger filet de sang. La remarque d’Ethan lui arrache l’esquisse d’un sourire, avant qu’elle ne rétorque instinctivement : « Celui d’un autre. » Qu’elle ironise à son tour, néanmoins sérieuse dans le fond. Elle préférait largement être celle qui s’en sortait le mieux durant un combat, et un bref instant de réflexion suffit à lui faire comprendre qu’elle aurait voulu la même chose s’il avait été question du pirate. Elle préférait savoir qu’il ait pu avoir du sang sur les mains plutôt que d’envisager qu’il ait pu être celui qui avait pris le plus cher. Il était plus important qu’un inconnu quelconque, aussi ne souhaitait-elle pas qu’il soit celui qui puisse se retrouver en mauvaise posture. C’est bien pour ça qu’elle pouvait pas s’empêcher de s’inquiéter chaque fois qu’elle relevait les yeux sur les marques qui témoignaient de ses récentes altercations. Mais elle ose pas encore en parler. Elle ose pas lui dire ce qu’elle en pense, lui faire part de ses doutes, de ses craintes. Elle ose simplement pas lui dire qu’elle voudrait le voir faire attention à lui. Pourtant cela avait été si simple, de l’avouer à Rosa.

Muette. Anastasia décide finalement de garder ses pensées pour elle, préférant se focaliser sur l’anecdote que lui racontait désormais le blond. Ses prunelles se mettent à pétiller d’amusement, et le sourire qu’elle retenait à moitié témoignait de cette même malice, alors qu’elle buvait ses paroles comme une gamine captivée par l’histoire hilarante qu’on lui racontait. Elle lève les yeux au ciel en entendant le nom du cocktail, faussement désespérée par le manque d’originalité des gens, mais continue de demeurer silencieuse, respectueuse. La milicienne profite toutefois d’une pause dans cette histoire pour glousser à l’attention de l’homme : « Comment tu peux savoir le goût que ça a ? T’as vraiment essayé de boire ce truc ? » Plaisante-t-elle. Au fond, difficile de le blâmer. A une époque elle aurait sûrement été capable de prendre le risque également, juste pour le challenge. Aujourd’hui, elle en était moins sûre, se disant qu’elle ne le ferait que si elle avait la certitude qu’elle était bien accompagnée et qu’elle ne risquait pas d’avoir à jouer des poings. Sans quoi, le risque lui paraîtrait désormais trop conséquent. Mais elle n’ajoute rien de plus, le laissant finir. Vaguement amusée par la découverte des Kellari en matière de nettoyage de printemps. Elle ne l’interroge pas cette fois ci, ne voulant pas savoir combien de fois il avait pu vouloir nettoyer la soute de son vaisseau du sang qui l’inondait, ne voulant pas non plus savoir en quelles circonstances tout cela avait pu arriver. Il en parlerait s’il le désirait, sans quoi cela resterait du passé, du genre qu’on ne veut pas forcément évoquer. Et elle respectait cela. C’est pour cela qu’elle se contente de garder ce léger sourire sur le bord des lèvres, remontant simplement sa compresse à hauteur du cou qu’il avait effleuré, afin d’y nettoyer le sang qu’il avait repéré. Cela ne l’empêche pas d’être relativement déconcentrée par ces doigts qui frôlaient son corps, par-dessus les vêtements. Sa respiration se fait plus profonde et sûrement que cela facilite le contact qui se veut délicat jusqu’alors, mais elle n’ose pas bouger.

Docile, comme à chaque fois qu’il était question de ce genre de douceur, la milicienne fixe le miroir pour observer le visage de son compagnon, cherchant à capter ses réactions tandis qu’il poursuivait son parcours, achevant son mouvement en l’enlaçant plus fermement. Un frisson, lorsqu’elle sent son torse contre son dos, lorsqu’il achève de briser l’infime distance qui avait pu les séparer jusqu’alors. Elle se détend, imperceptiblement, et ses pensées vagabondent loin de l’émeute et de ce que cela a pu lui faire éprouver, l’espace de quelques secondes. Juste le temps qu’elle achève de nettoyer son visage, juste le temps qu’il lui faut pour souffler à son attention qu’il avait également appris autre chose. Et le pincement la fait sursauter, dans un hoquet de surprise. Ce fut instinctivement que ses doigts s’étaient refermés sur le poignet du blond, avec fermeté, avec l’envie de lui briser quelque chose, par réflexe. Mais elle comprend bien vite que ce n’était qu’une plaisanterie, et qu’elle ne risquait rien. Alors bien que le cœur continue de battre plus vite pendant encore un moment, elle soupire l’angoisse et la colère qui avaient pu la saisir l’espace d’une seconde, avant de rétorquer : « Putain mais t’es con ! Léger rire, tandis qu’elle secouait la tête, signe qu’elle ne revenait pas de la connerie sans fond de son interlocuteur. Se détendant sensiblement, la jeune femme repose tout naturellement son dos contre le torse du blond, retrouvant leur proximité, ne cherchant pas à lui faire payer son audace. De toute manière il n’avait pas semblé être prêt à la lâcher, ayant raffermit sa prise sur sa taille durant son action. Pour s’assurer qu’elle ne se volatilise pas, peut être. Observant de nouveau le miroir pour capter le regard de son compagnon, la milicienne fit glisser ses doigts le long de l’avant bras qui l’enlaçait. Elle fait mine de l’y griffer, la caresse se faisant du bout des ongles, la jeune femme accentuant légèrement la pression afin de faire comprendre que les propos qu’elle soufflait désormais étaient bien une menace : Tu veux vraiment qu’on compare nos techniques de combat ? » La question semble sincère, pourtant le sourcil qu’elle hausse montre bien qu’il ferait mieux de répondre par la négative, ou ne pas répondre du tout.

Elle maintient sa position, quelques secondes à peine, afin d’appuyer son point de vue. Puis elle déposera la compresse, après s’être entièrement désinfecté les plaies et épongé le sang, sur le premier support à sa disposition. Et elle pivote alors, abandonnant leur reflet, tournant le dos à celui-ci maintenant qu’elle faisait face à Ethan. Le fait que ce dernier l’enlaçait toujours l’avait contraint à se frotter à lui pour pouvoir pivoter sur elle-même, ce qui ne la gênait pas le moins du monde. Au contraire, cela ne fait que donner un peu plus d’impact à ce qu’elle lui soufflait alors, son regard ancré dans le sien. « J’ai toujours été meilleure que toi au corps à corps. Elle baisse alors les yeux, brièvement, pour observer les lèvres de son compagnon, tant par envie de le provoquer que par simple désir. Lorsqu’elle ramènera son regard dans celui d’Ethan toutefois, elle repensera à ce qu’il a dit quant à la façon de mettre un Colosse à terre. Puis elle fera le lien, avec la sale gueule qu’il arborait encore. Alors la luxure au fond de ses yeux laisse place à quelque chose de plus sérieux, de plus soucieux aussi. Elle remonte une main jusqu’au menton du blond, effleure ses lèvres du bout des doigts, remonte sur sa joue jusqu’à la limite d’un hématome qu’elle effleure avec une douceur infinie pour ne pas raviver la douleur. T’as pas réussi à appliquer ta propre technique ? Ce n’est qu’un murmure, comme si elle craignait de le blesser en évoquant le sujet sur un ton plus neutre. Ses doigts dévient alors jusqu’au cou, puis glisse derrière pour s’agripper fermement à la nuque, afin qu’il ne se dérobe pas à elle. L’inquiétude se mue alors en quelque chose de plus fort, de plus déterminé, alors qu’elle poursuivait, le plus sérieusement du monde. La veille de ta remise en liberté, j’ai demandé à Rosa d’être prudente. J’vous demandais à tous les deux de l’être, en vérité. Aveu, sans qu’elle n’éprouve la moindre honte à se montrer aussi… Aussi quoi ? Elle en sait rien. Mais elle le vit bien. Alors je te le demande en personne cette fois. Fais gaffe à toi Ethan Hagenauer. » Une seconde, ou plusieurs. Puis la pression sur la nuque qui se relâche, doucement. Et elle, qui a la sensation de respirer à nouveau convenablement.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Dim 25 Fév - 1:42
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t125-broken-machine-ethan#376 http://beyond-earth.forumactif.com/t220-domesticated-animal-ethan
Messages : 394
Âge : 37 ans
Occupation : Commissionnaire, fournisseur de consolation alcoolisée
Habitation : Sur l'Albatross, son vaisseau amarré sur le Colossus 5
Arrivée : Il y a 7 ans, en 2220.
Pseudo : GeniusPanda / Kim
Avatar : Boyd Holbrook
Crédits : (av) Oxalys
Le rire du pilote continue de plus belle devant la réaction de sa jeune femme. Il la maintient contre lui alors qu’elle se remet de ses émotions, dans une proximité qu’il apprécie bien plus ainsi. Il se calme rapidement, malgré son regard toujours rieur et ce malgré les fausses menaces de la milicienne. Sa tête fait immédiatement non à sa question. « Sans façon. » Il n’a clairement pas envie de la défier sur ce terrain-là. Il les voyait déjà prendre le jeu un peu trop sérieux et finir avec un mauvais coup. Son menton recule légèrement alors qu’elle se tourne face à lui, évitant de prendre quoique ce soit dans le nez. Il l’étreint un peu plus et sa main s'agrippe à sa hanche. Leurs regards se croisent, Ethan aurait pu rester quelques minutes ainsi. Juste à se toiser ainsi l’un contre l’autre. Il aimait détailler les traits de la jeune femme, essayé de deviner ce qu’ils pouvaient exprimer. Un jeu auquel il n’était pas mauvais, à force d’en profiter chaque fois qu’ils terminaient leurs ébats en silence.

Il imite son ton de voix et souffle à son tour. « Hm, peut-être. C’était même plus qu’évident, il lui accordait facilement crédit. Il ne l’avouait pas clairement simplement pour les enjeux sous-entendu qui accompagnaient cette affirmation. Heureusement que je sais comment utiliser ma langue pour palier à ça. » Le blond avait innocemment levé les yeux au plafond mais il ne sut garder son sérieux très longtemps à l'évocation de sa connerie. Elle n'était pas totalement fausse. Il avait toujours préféré les mots aux poings. Jusqu'ci, ça l'avait toujours sauvé. Ca s'était de nouveau confirmé avec Khan, lui rappelant que les lois de la flotte l’empêchaient de le tuer. A l’inverse, ça lui avait presque coûté son deuxième bras.
Instinctivement, Ethan recule légèrement son visage à l’approcher de sa main. Il se laisse néanmoins faire, comme apprivoisé par la rouquine. Son visage se crispe sous ses doigts, préparé à ressentir une douleur quelconque. Mais rien. Au contraire, il relâche ses muscles pour mieux profiter du contact. Il a baissé la garde, si bien qu’il ne voit sa question arrivée. Pris de court, il ouvre les lèvres sans que rien ne lui vienne. La douleur remonte à sa tête juste en renvoyant le poing d’Aldor écraser son nez. Il ferme les yeux, une poignée de seconde avant de les rouvrir et hausser doucement les épaules. « J’ai été pris par surprise, faut croire. » Aldor était bien pire qu’un simple colosse. C’était son démon. Le cauchemar de ses dernières nuits. Le mettre à genou ne ferait qu’empirer sa colère. Il avait besoin d’une technique bien plus efficace que cette mauvaise chatouille.

C’est.. Cette fameuse nuit où vous avez dormi nues ensemble ? En buvant cette bouteille que j’t’avais donné ? Il avait ajouté le détail de la nudité et il avait encore moins donné gratuitement la bouteille en question. Bien qu’elle l’ait payé à prix bien plus bas que le reste de ses acheteurs. Il la regarde quelques instants, devinant aisément qu’elle s’empresserait de le corriger ou encore de lui demander comment il savait ça. Sa main de fer, qui tient toujours son verre presque vide, remonte à hauteur de son nez qu’il désigne sans le toucher. C’est Rosa qui m’a remis le nez, le lendemain. » Elle avait fait bien plus en réalité. Elle avait ramassé, morceau par morceau, son corps et son âme meurtri. Et elle aussi, à sa manière, lui avait demandé de faire attention.  Le blond baisse son regard, plonge son nez quand il a fini de faire le malin. Il lui donne raison, en s’abaissant ainsi. Il se montre touché par son intention et aussi honteux. Anastasia pouvait porter ses quelques blessures sans mauvais regard. Demain, lorsqu’elle porterait son badge et un pansement en travers de son sourcil, elle sera vu comme une militaire faisant son job correctement. Quand on regarde Ethan, quand il se regard dans le miroir, on voit un Kellari qui a sûrement bien mérité ses coups. On voit une victime qui n’a pas su se défendre. Il détestait cette image. Pourtant il doit s’y faire, vivre avec, et surtout accepter les autres regard inquiets de ses proches. Alors il hoche la tête. « Promis sergent. Un léger sourire glisse à ses lèvres alors qu’il se sent complètement idiot. Je ferais attention. »

Il inspire longuement avant de vider la fin de son verre, l’abandonnant non loin de là où elle s’était débarrassée de sa compresse. Non sans quitter leur étreinte, qu’il referme un peu plus. « Puisqu’ils ont pas l’air décidé de répondre… J’ai p’tet un truc à t’montrer. Ça t’intéresse ? Le pilote hausse les sourcils, interrogateur. Ses yeux pétillent à nouveau alors que son idée semble le réjouir d’avance. Faut retourner à la cabine de pilotage. Et prendre la bouteille. »







I'm a broken machine
i can do anything
i've nothing to hide
now i start to dream
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Dim 25 Fév - 18:51
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 543
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

So, is that sexy ?
Ana & Ethan

Tournée en direction du pirate, la jeune femme se fait mutine, soufflant qu’elle était meilleure que lui au corps à corps. Dans tous les sens du terme. Et ça l’amuse que de l’entendre lui concéder ce fait, de le voir admettre à demi-mots que cela était peut être le cas, refusant de se braquer non seulement car ce n’était pas spécialement dans la nature du blond mais également parce que cela lui permettait de se mettre lui-même en valeur. Heureusement que je sais comment utiliser ma langue. Elle pince les lèvres Ana, pour retenir un trop large sourire bien que ses prunelles trahissaient, comme toujours, ses émotions véritables. Ça l’amuse et elle n’a pas la foi de le contredire, même pour simplement l’embêter, se contentant d’hausser légèrement une seule épaule tout en inclinant la tête vers celle-ci, l’air de dire : Hmm oui, c’est pas mal. Mais elle n’ose pas en dire plus. Il devait de toute manière se douter qu’elle trouvait son compte dans leur relation, appréciant leurs ébats si bien qu’elle n’éprouvait pas l’envie de se tourner vers quelqu’un d’autre pour assouvir ses désirs. L’amusement de la milicienne est toutefois de courte durée, désormais qu’elle passait son temps à observer la dégaine désastreuse du pirate, observant les traces des coups qu’il s’était bouffé sûrement récemment. Instinctivement, elle relève donc la main pour effleurer sa peau en une caresse aérienne, mesurée afin de ne pas lui faire mal. Elle perçoit sa tension lorsqu’elle approche, lorsqu’elle amorce le contact, puis apprécie de le sentir se détendre sous ses doigts. N’a-t-il pas eu l’occasion de se servir de cette technique dont il vantait les mérites, lorsque lui-même avait eu à se battre ? Ethan parle de surprise, d’avoir été pris de court, pourtant cela ne convainc pas la jeune femme. Sûrement parce qu’il avait entrouvert les lèvres, celles là même qu’elle avait fixées un assez long moment, pour mieux les refermer. Elle perçoit l’hésitation, le trouble, et cela suffit à lui faire comprendre qu’il ne disait pas entièrement la vérité. Elle n’arrive pas à le blâmer, consciente que malgré tout ils ne se confiaient pas sur tous les aspects de leurs vies. Ils riaient, ils baisaient, ils fermaient les yeux. Ils ne parlaient pas vraiment.

Un effort qu’elle se décidera à faire, ses doigts déviant désormais le long de sa nuque à laquelle elle s’agrippe pour avoir toute son attention, un peu comme on attraperait un animal pour s’assurer de son immobilité le temps d’une leçon. Mauvaise comparaison, en vérité : on éduquait rarement un animal de la sorte, du moins pas efficacement. Quoi qu’il en soit ça ne l’empêche pas de lui demander de faire attention, d’être prudent. Elle voudrait pas qu’il retourne sur le Lady Grace, ne voudrait pas non plus qu’il se frotte à trop fort pour lui. Ana n’a jamais eu l’impression que le pirate cherchait particulièrement les ennuis, aussi ne lui faisait-elle pas la morale tant elle imaginait qu’il n’avait rien demandé. Ce sont les ennuis qui arrivaient à lui, pour un tas de raisons. Et elle espérait qu’il ne se laisserait jamais déborder. Mais elle a beau être sérieuse, elle ne se heurte qu’à une plaisanterie supplémentaire, ou quelque chose de ce goût là, lorsque le blond s’interroge. Etait-ce cette fameuse nuit où elle et Rosa avaient dormi nues ensemble ? En buvant cette bouteille qui avait été offerte à la douanière en guise de cadeau d’anniversaire ? Pendant un moment, Anastasia se demande comment il a eu vent des détails, balayant d’un revers de main mental les mensonges ou les incohérences glissées dans le discours d’Ethan. Ça l’occupe suffisamment pour ne pas penser au fait qu’il ne répondait pas à sa demande, qu’il ne se souciait pas de l’inquiétude qu’elle pouvait éprouver. C’est tant mieux. Elle voulait pas avoir à analyser le fait qu’il se fichait de ce qu’elle pouvait lui dire, ou du fait qu’il n’accordait aucune importance à l’instant présent. C’est qu’il savait pas être sérieux après tout, pas vrai ? Alors, plutôt que de continuer à lui montrer qu’elle tenait à ce qu’il demeure en un seul morceau, elle se décide à plaisanter elle aussi, revenant sur un terrain qui leur était plus familier. « Cette fameuse nuit ? J’sais pas. On dort tout le temps nues ensemble. » Qu’elle rétorque donc après avoir froncé les sourcils, faisant ainsi comprendre qu’il devenait difficile de savoir de quelle nuit parlait précisément le pirate au vu du fait qu’elles n’étaient pas complexées par leurs nudités respectives lorsqu’elles étaient ensemble. C'est un mensonge bien sûr, bien qu'il ne saurait jamais à quel point la poitrine de Rosa était moins un secret pour elle que pour lui.

Une Rosalija d’ailleurs évoquée désormais, tandis que le blond lui expliquait qu’elle avait joué les infirmières pour l’aider avec son nez. Le jour même de sa remise en liberté. Et elle fronce les sourcils Ana, bien que cela soit bien la seule chose qu’elle se permette en entendant parler de cette histoire. A peine libéré qu’il s’était déjà attiré des emmerdes aussi sévères ? Elle comprend pas, elle voit pas ce qu’il a pu faire pour que ça dérape aussi vite après son retour sur la Flotte. Elle a envie de le blâmer pour cela, brièvement. Elle a envie de savoir pourquoi il n’était pas venu la voir, pourquoi ne pas lui avoir expliqué la situation. N’avait-elle pas dit, le jour même, qu’elle le couvrirait si nécessaire, s’il en avait besoin ? Ne pouvait-elle donc pas l’aider dans ce genre de situation ? A moins qu’il ne soit coupable, l’initiateur de cette bagarre qui a visiblement mal fini. Elle sait pas. Alors dans le doute elle s’abstient de dire quoi que ce soit, d’autant plus qu’elle n’était au fond pas du genre à faire la morale. Il faisait ses propres choix et prenait ses propres décisions, et elle ferait de même. Rien de plus. Ana fini même par soupirer doucement, lorsque le temps s’écoule et que son interlocuteur finit par lui promettre d’être prudent. Sergent. Evidemment il peut pas s’empêcher d’ajouter sa touche d’humour, pour dédramatiser la situation comme elle-même le faisait bien souvent. Alors elle hoche la tête, doucement, pour lui faire comprendre qu’elle a bien pris note de cette promesse, et que celle-ci ne serait pas aisément oubliée. Les doigts de la milicienne glissent donc le long de son cou, puis du sommet de son torse, par-dessus les vêtements, avant de retrouver sa place le long de son corps. Elle sent bien qu’il a raffermi son étreinte sur elle, mais ne s’en offusque pas, loin de là.

En revanche, Ana hausse un sourcil aussi surpris qu’interrogateur lorsqu’il lui propose de lui montrer quelque chose d’intéressant. « Pitié Ethan, me dis pas que tu parles de ta … Elle a pas le temps de finir qu’il précise déjà que cela impliquait de retourner dans la cabine de pilotage, le tout avec de l’alcool. La bouche se referme aussitôt et elle se mord l’intérieur des joues pour ne pas achever sa propre phrase sur la vulgarité qu’elle comprenait de base. Ce ne sera qu’une fois son propre amusement jugulé qu’elle reprendra la parole, après s’être légèrement raclé la gorge. Oh. Euh… Ouais, bien sûr. Ce fut alors doucement, bien que fermement, qu’elle se dégagea de l’emprise du pirate, non sans une dernière caresse à hauteur de sa taille tandis qu’elle s’éloignait afin de récupérer la bouteille évoquée. Une fois celle-ci en main, la milicienne ne peut pas s’empêcher de grogner légèrement en la regardant. Dire que j’peux pas en profiter. Qu’elle peste, songeant à l’intérieur de sa bouche qui n’avait visiblement pas apprécié le traitement un peu plus tôt. Si elle tenait le connard responsable de cette blessure précise… Lâchant un soupir, Ana prit naturellement la direction de la cabine de pilotage, ne cherchant pas à savoir si le pirate suivait le mouvement. Il avait plutôt intérêt, vu qu’il était celui qui avait, une fois de plus, une idée derrière la tête. Une fois sur place, elle peut pas s’empêcher d’observer une nouvelle fois l’immensité de l’espace. Et elle se souvient, du fait que lui n’avait connu que ça. Il était pas sur la Flotte depuis si longtemps, il n’y avait pas grandi. Ça te manque ? » Et d’un signe de tête elle indique simplement l’extérieur. Peu importe l’endroit, peut-être qu’il regrettait quelque chose, de là bas, de plus loin. Un lieu, une personne, un souvenir. N’importe quoi.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Mar 27 Fév - 6:16
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t125-broken-machine-ethan#376 http://beyond-earth.forumactif.com/t220-domesticated-animal-ethan
Messages : 394
Âge : 37 ans
Occupation : Commissionnaire, fournisseur de consolation alcoolisée
Habitation : Sur l'Albatross, son vaisseau amarré sur le Colossus 5
Arrivée : Il y a 7 ans, en 2220.
Pseudo : GeniusPanda / Kim
Avatar : Boyd Holbrook
Crédits : (av) Oxalys
Une idée traverse l’esprit d’Ethan. A vrai dire, il y pense depuis ce matin, fatigué d'obéir aux ordres de contrôleur qui répondaient que lorsque ça les arrangeait. Cependant il n’eut jamais l’occasion de le faire, ou le courage de les envoyer chier. Jusqu’à maintenant. Avec quelques verres ingurgités et la présence de la milicienne qui adoucissait sa journée, il n’avait que faire des règles. Alors il lui demande si elle est intéressée, persuadé qu’elle ne peut que dire oui si elle était assez curieuse. Il précise assez rapidement le lieu, coupant la remarque avant même qu’elle puisse entièrement sortir de sa bouche. Il fronce les sourcils, faussement indigné. « Il faut toujours que t’es l’esprit déplacé. » Un soupir lui échappe qui se transforme rapidement un rire taquin. Ils se séparent, elle pour prendre la bouteille et lui pour se débarrasser d’un pull qui devenait trop étouffant.

Le pilote arrive juste derrière la jeune femme et s’empresse de prendre ses aises dans le siège de commande. A peine assis, les écrans face à lui s’allument tous de nouveau, un par un. Il pianote d’une main les réglages sur son accoudoir et on peut aussitôt entendre les moteurs gronder à l’arrière. Malgré son regard fixé sur sa route imaginaire, il peut voir du coin de l’oeil le mouvement de tête qu’Anastasia dirige vers l’extérieure. « Si ça me manque ? La réponse était évidente. Simple. Un putain que ça me manque, ouais aurait pu suffire. Seulement ce que le jeune homme ressentait était mille fois plus complexe. Impossible de mettre les mots dessus. Il fallait le vivre. Il fallait savoir ce que cela faisait d’être réellement emprisonné, asservi et oppressé puis, d’un claquement de doigt, découvrir cette drôle de chose qu’était d’être libre dans l’espace infini. Ça n’avait rien d’utopique et c’était encore moins un luxe. C’était un cycle étrange dont on ne saisissait jamais le sens. On pouvait commencer à terre et finir debout, ou l’inverse. D’inconnu à roi du monde, ou l’inverse. Respirer à étouffer, ou l’inverse. Un combat constant ou chacun se battait pour décider du sens qui l’arrangeait le mieux. En y repensant, ça n’avait vraiment rien de glorieux. Mais une fois lancé.. Impossible de s’arrêter. La flotte, elle, avait trouvé son sens, son cycle. Ce n’était pas celui d’Ethan. Il avançait à contre-courant depuis sept ans dont chaque remous était puni de plus en plus durement. Sans qu’il est son mot à dire. Et là était toute la différence entre là-bas et ici. Là-bas il était le seul à pouvoir décider. Ouais. » Il hausse les épaules en soufflant sa réponse. Son regard clair, lui, en dit tellement plus.

« Ethan, vous quittez… - Charlie coupe les communications. - Ça serait contraire au rè- Ethan lève son bras au-dessus de sa tête et renverse un interrupteur dans un geste sec. Silence. J’adore ce bouton. » Qu’il lance aussi ravi que soulagé. Ses deux mains s’accrochent au levier directionnel et le nez du vaisseau s’élève en même temps qu’il tire la commande vers lui. Le mouvement est doux mais puissant, il oblige à s’enfoncer au fond de son siège, dans une agréable sensation de montée. L’Albatross s’extrait du Nœud puis des Ailes, entre les mastodontes volants et les petits engins traîtres, aussi agilement que lui ordonne son pilote. Il faut moins d’une minute pour que le spectacle ne s’offre enfin à eux. Ils sont au-dessus de tout. Devant eux s’étend l'entièreté de la flotte : sa trentaine de vaisseau minutieusement agencé. Un amas de ferraille hétéroclite, tous fonçant le nez en avant vers l’inconnu. Mais le plus impressionnant, ce n’était pas la flotte, c’était ce qui l’entourait. L’espace et son horizon inexistant. Une vision subjuguée par la nébuleuse aux couleurs indéfinissables que la flotte était en train de traverser.  Difficile, même sur le Tiantang, d’obtenir un meilleur panorama.

La machinerie de l’Albatross ralentit et tout se stabilise en quelques secondes. Ce paysage, Ethan le connaît, sous plein d’autre forme, d’autre couleur. Ce qu’il ne veut pas manquer, c’est la réaction d’Anastasia. Ses lèvres s’étirent alors qu’elle découvre ce que ça faisait d’être tout en haut. Ce n’était pas réellement interdit, et pas réellement autorisé non plus. Le pilote était censé conduire là où on avait besoin de lui, dans l’ombre des autres mastodontes volants. Rien ne lui obligeait néanmoins à maintenir une position si aucun ordre lui était donné. Ça arrivait, quelquefois, qu’il puisse se libérer de leurs directions pour agir de son propre chef. Aujourd’hui était d’autant plus l’occasion de faire ce que bon lui chantait. « Je te présente le meilleur bar de la flotte. » Lance-t-il fièrement. Il enclenche le pilote automatique et se libère des commandes pour tourner son siège vers la jeune femme. Il récupère la bouteille et la présente à l’entendu qui s’offre à eux, trinquant dans le vide, avant de porter le goulot à ses lèvres. Il lui fait signe de regarder alors qu’il remplit ses joues d’alcool. Il agite le liquide dans sa bouche, se rince chaque recoins avant d’avaler. Il recrache aussitôt toute la chaleur qui envahit sa gorge dans un grognement peu discret. Il lui faut bien quelques secondes pour s’en remettre. Puis il lui remet la bouteille, l’invitant à l’imiter. « Tu pourras boire autant que tu veux après ça. Fais pas ta mijaurée. »




I'm a broken machine
i can do anything
i've nothing to hide
now i start to dream
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Mar 27 Fév - 17:38
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 543
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

So, is that sexy ?
Ana & Ethan

Elle relève pas Ana, ce faux reproche quant à ses propos déplacés, quant à la perversité ancrée dans son esprit. Elle préfère faire mine de ne pas avoir entendu, sachant de toute manière que son interlocuteur n’était pas véritablement outré. Cela ne l’étonnerait pas qu’il ait formulé sa propre question de façon à ce qu’elle s’emballe, involontairement. La milicienne estime donc le sujet clos et se contente de se détacher de son compagnon, afin de récupérer cette bouteille dont elle ne pouvait pas profiter pleinement, lorgnant cette dernière avec une lueur frustrée au fond des yeux. Elle ferait presque la moue Ana, mais elle finit surtout par prendre la direction de la cabine de pilotage sans plus attendre, jetant un bref regard à Ethan une fois que celui-ci la rejoignait. Elle note l’absence de pull, résiste à la tentation de souligner à quel point chaque vêtement qu’il retirait pourrait être perçu comme une invitation à la débauche dans laquelle ils se complaisaient si souvent, et se contente de reporter son attention sur l’espace. Elle n’a connu que ça, ou presque. Ses souvenirs de Lupine sont flous, concentrés sur quelques événements ou sensations précises, des choses qui lui manquent, des plaisirs simples. Mais une gamine de neuf ans ne peut pas se souvenir de tout alors la jeune femme avait fini par considérer la Flotte comme sa maison, d’une certaine façon, car elle y avait passé définitivement plus de temps. Alors elle sait ce que c’est, que d’errer au sein d’un gigantesque vaisseau tout en observant l’espace qui les entourait. C’était chaque jour comme ça, et si elle savait s’émerveiller à chaque fois, se focalisant sur les nuances de couleur ou les mouvements de ce qui pouvait se trouver dans l’immensité du cosmos, cela ne changeait rien au fait qu’elle avait toujours été clouée au sol. Elle connaissait que la Flotte. Mais c’était pas son cas à lui. Lui il avait vu autre chose, avait vécu autre chose et si elle se doutait qu’il n’y avait pas eu que des moments plaisants, au contraire, cela n’empêchait pas le pirate d’avoir goûté à la liberté. L’ensemble des vaisseaux qui constituaient son foyer actuel avait beau être plus sécuritaire, cela arrachait à tout le monde une certaine forme de liberté, celle là même à laquelle Ethan avait bien trop goûté. Alors elle demande si ça lui manque, pourtant elle connait déjà la réponse dans le fond.

Si ça me manque ? Elle dit rien Ana, parce qu’elle sait que cette simple répétition témoignait des sentiments qui habitaient le blond. Elle s’en rend plus facilement compte qu’elle l’observait désormais, le dévisageant avec une certaine intensité. Elle se sentirait presque coupable, d'avoir demandé, d’avoir ravivé des plaies peut être. C’était comme demander à un prisonnier du Lady Grace comment il allait, ou si passer une soirée dans un bar à dépenser librement ses crédits lui manquait. Une question stupide, qui lui avait échappée malgré tout. Alors elle garde le silence, ne cherchant pas à obtenir de réponse supplémentaire et lorsqu’Ethan finit par admettre que oui, sans en dire plus, elle n’insiste pas non plus. Elle sait, et ses silences ont été plus révélateurs que tout le reste. De toute manière Charlie semblait déjà s’offusquer des décisions prises par son pilote, signalant à ce dernier qu’il quittait…. Quoi ? Un périmètre de sécurité imposé aux pilotes pour s’assurer qu’ils ne se perdaient pas dieu seul sait où ? C’était sûrement quelque chose dans ce goût là, alors elle fronce les sourcils et le regarde faire, l’observe faire taire cette IA ô combien dérangeante parfois. L’esquisse d’un sourire aux lèvres, une fois de plus, elle peut pas s’empêcher de le taquiner : « Tu me kidnappes ? » L’inquiétude est fausse, sûrement parce qu’une part d’elle-même dirait pas non pour foutre le camp. Une part curieuse, rêveuse, qui lui souffle que ça pourrait être bien de juste aller voir ailleurs. En tous les cas, Anastasia n’espère pas véritablement de réponse, consciente qu’il se concentrait sûrement à nouveau, aussi ses prunelles glacées retrouvent tout naturellement le chemin en direction de l’espace. Simple passagère, elle profite de la vue, s’installant là où elle le pouvait et surtout comme elle le pouvait pour conserver un minimum son équilibre, d’autant plus quand elle se rend compte que le vaisseau est en train de s’élever. Elle fronce les sourcils, se demandant une fois de plus ce qu’il pouvait avoir en tête, sans pour autant réellement s’inquiéter. Elle aura de toute manière très vite sa réponse lorsque le pilote les stabilisera de nouveau une fois qu’ils se seront suffisamment éloignés, mais surtout élevés, de la Flotte. Une vision qui l’incite à se taire, de manière efficace.

T’as toujours été sensible dans le fond Ana. Sensible à la beauté du monde, à celle des gens, à des vidéos de chiots même. Les mots peuvent t’émouvoir, de même qu’une simple caresse le long de ta nuque. Tu frissonnes, tu vibres, tu ressens. Tout. Avec une intensité qui te rend malade parfois. Tu t’es jamais jugée spécialement empathique pourtant, tu te sers trop de ta tête pour ça, mais malgré tout t’as jamais été capable non plus de rester simplement de marbre. Tu t’énerves, tu pleures, tu éclates de rire à t’en faire mal aux côtes. Tu souris, t’embrasses, tu rêves, tu te blesses. Même si c’est compliqué, même si parfois tu souhaiterais être plus indifférente, à beaucoup de choses, il y a ces moments où tu te félicites d’être capable de t’émerveiller de pas grand-chose. Comme en cet instant précis, où tu te contentes d’admirer la Flotte dans toute sa splendeur, d’une façon que tu n’avais pas été capable d’observer depuis bien longtemps. Tes stages t’avaient permis de mettre à profit des leçons de pilotage et de t’éloigner des mastodontes d’acier pendant quelques temps. Mais le tout avait été trop sérieux pour que tu puisses te permettre de te perdre dans une quelconque contemplation. Cette fois tu pouvais, et tu ne t’en prives pas, tes prunelles de glace survolant l’ensemble de l’œuvre qui se présentait à toi avant de s’attarder sur des détails, passant de l’un à l’autre. T’es figée dans ta stupeur, incapable de sourire tant tu étais focalisée sur ce qui se déroulait devant tes yeux. T’as pas les mots et tu sais qu’il ne s’en offusquera pas. De toute façon, Ethan, tu l’as presque oublié en cet instant précis. Tu songes simplement à cette société qu’il t’est donné d’apercevoir depuis un angle différent, tu songes au fait que t’as toujours vécu ici, que c’est chez toi dans un sens. Et pourtant. Il y a ton cœur qui se comprime également au fond de ta poitrine, témoignant de la complexité des émotions que tu éprouvais. Parce que tu trouves ça beau, mais que tu peux pas t’empêcher de penser à Lupine, ou même à une autre planète qui attendrait que tu viennes poser ton pied dessus. T’es partagée, entre ta capacité à te contenter de la Flotte et ton désir viscéral de retrouver la terre ferme, définitivement. Tu trouves le ballet aérien des vaisseaux magnifique au possible, mais tu peux pas t’empêcher non plus de voir l’ensemble comme une prison, cette là même dans laquelle Ethan devait avoir l’impression d’être enfermé. Tu vois tout ça, libre l’espace de quelques secondes depuis cette cabine de pilotage, puis tu te dis que l’oiseau que t’es devra bien finir par retrouver sa cage. Une cage dorée, certes, mais une cage tout de même, qui semble simplement plus belle vue d’en haut. Parce qu’il y a toujours eu cette frustration en toi, à l’idée d’être coincée là.

Puis il y a ce geste, de la part du pirate, qui arrache finalement la milicienne à sa contemplation. Se raclant légèrement la gorge, comme pour revenir s’ancrer dans la réalité, la concernée lui jette un bref coup d’œil, ayant royalement ignoré son commentaire quant au fait qu’il s’agissait de son bar préféré. Elle l’observe quand il se détruit l’intérieur de la bouche avec l’alcool, et ne rétorque pas lorsqu’il l’incite à faire de même, nullement dérangée par le terme disgracieux et insultant qui conclut la tirade du blond. Elle dit rien, encore tourmentée par les émotions qui l’ont saisie quelques secondes plutôt, mais ça l’empêche pas de s’exécuter, imitant son compagnon. Elle grimace un peu plus que lui, gronde alors que l’alcool s’agite contre ses joues, ravivant quelques plaies, puis le tout semble presque anesthésié, si bien qu’elle s’autorise une gorgée supplémentaire, de peur que la sensation disparaisse. Sa gorge lui brûlerait presque tandis qu’elle rend la bouteille au pilote, jetant de nouveau un coup d’œil au spectacle qui s’offrait à elle, dehors. « Tu fais souvent ça ? Anastasia sait que ce genre de question aurait pu être mal interprétée avec quelqu’un d’autre. C’est qu’on oubliait jamais vraiment qu’elle était milicienne, même lorsqu’elle ne portait pas son uniforme, si bien que personne ou presque n’oserait frôler l’illégalité en sa présence, encore moins pour lui avouer ensuite qu’il s’agissait d’une habitude. Mais Ethan c’est différent, essentiellement parce que l’illégalité elle sait qu’il est plongé dedans jusqu’au cou, et lui-même savait qu’elle n’était pas mieux lotis que lui étant donné qu’elle ne l’avait jamais livré aux autorités ou cherché à l’arrêter elle-même. Alors elle doute pas du fait qu’il lui répondra honnêtement. Muette pendant encore quelques secondes, Anastasia fixe le paysage qui s’offrait à elle puis finit par pivoter en direction du blond à ses côtés, se rapprochant de lui en quelques gestes lents. Il y a cette main, qu’elle pose sur son épaule, et qui glisse jusqu’à sa nuque, puis de l’autre côté tandis qu’elle se penchait vers lui dans le même mouvement afin de souffler à son oreille. J’aime beaucoup. Le souffle est chaud, et pas uniquement à cause de l’alcool, tandis qu’elle déposait son autre main sur la cuisse du blond, déviant sans hésitation vers l’intérieur de celle-ci, malgré les vêtements. Et ça m’inspire quelques idées folles… Rajoute-t-elle toujours contre l’oreille d’Ethan avant de mordiller le lobe de celle-ci. Et il y a toujours ces doigts, qui se faufilent entre les cuisses, écartant des jambes. Quelques gestes audacieux, qui incitent inconsciemment le pilote à se reculer légèrement, à se caler contre son siège, à libérer l’espace en quête d’attentions nouvelles sûrement. L’ouverture est alors créée et la milicienne s’y engage sans hésiter, interrompant soudainement son petit jeu désormais qu’elle avait la place pour s’assoir sur les cuisses de son compagnon, faisant face aux commandes de pilotage. Bien, j’espère que j’ai pas perdu la main. » Qu’elle ironise soudainement, joueuse mais d’une toute autre façon. Elle avait pu observer les mouvements de l’homme durant son pilotage, et elle avait de bons souvenirs des cours qu’elle avait pris, sans parler du fait que les vaisseaux se ressemblaient presque tous quand il était question des bases. Alors elle hésite pas, à prendre les commandes, à abandonner la position stationnaire de l’engin pour commencer à le manœuvrer. Elle est pas folle pour autant Ana, et elle y va progressivement, se refusant à aller trop vite et profitant de l’espace à sa disposition dans l’immédiat, loin des autres vaisseaux, pour apprendre à jauger la maniabilité de l’Albatross. Mais ça l’empêche pas de sourire, satisfaite de sa connerie mais surtout ravie de pouvoir piloter de nouveau, même pour un si court instant.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Dim 11 Mar - 0:39
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t125-broken-machine-ethan#376 http://beyond-earth.forumactif.com/t220-domesticated-animal-ethan
Messages : 394
Âge : 37 ans
Occupation : Commissionnaire, fournisseur de consolation alcoolisée
Habitation : Sur l'Albatross, son vaisseau amarré sur le Colossus 5
Arrivée : Il y a 7 ans, en 2220.
Pseudo : GeniusPanda / Kim
Avatar : Boyd Holbrook
Crédits : (av) Oxalys
Le sourire du blond s’élargit en regardant la jeune femme s’anesthésier la bouche avec sa technique douteuse. Il avait mis des années à s’habituer à cette méthode. Il en avait vomi plusieurs fois et en avait subi les moqueries pendant des années. A son tour, il ne peut s’empêcher de rire devant la grimace qui déforme son visage. Il hoche tout de même la tête en guise d’approbation, la félicitant silencieusement pour ne pas avoir recraché le tout. Il récupère la bouteille alors qu’elle lui demande si ça lui prend souvent de venir ici. Le pilote hausse les épaules, coinçant l’alcool entre lui et la chaise pour l’immobiliser. « Parfois plus que d’autre. » Il fallait que l’occasion se présente. Il fallait qu’il est un argument, comme une grève, pour se défendre si on venait à le chopper. Ou alors qu’il est un surplus issu de ses ventes qui permettaient de fermer les yeux du premier qui le surprendrait. Il fallait un manque aussi, celui de voir les étoiles en intégralité, de se rappeler que la vie ne peut se contenir dans une boîte de conserve, aussi géante soit-elle. Un manque qui l’envahissait un peu plus chaque jour passé ici.

Enfoncé dans son siège, le corps d’Ethan se relâche sous l’approche enivrante de la rouquine. Il a une once de fierté, la satisfaction de lui avoir fait plaisir avec cette petite escapade. La satisfaction naturelle d’avoir fait plaisir sans rien n’attendre en retour, sinon un sourire à ses lèvres. Soit le signe d’une affection de plus en plus précieuse dont il ne prenait pas réellement conscience. Il ne lui vient même pas à l’esprit de lui demander ce qu’elle avait en tête. Il se laisse faire, comme à son habitude lorsqu’elle affirme prendre les devants. Une chose qu’il appréciait secrètement. Voulant saisir ses lèvres, il lève son bras pour l’attirer à lui. Il est très vite refroidi lorsqu’elle lui échappe pour finalement s’asseoir sur ses cuisses, dos à lui. Les lèvres entrouvertes, les désirs du blond s’éteignent rapidement et, après quelques secondes d’hébètement, il souffler un rire silencieux qui se moque de lui-même. En se redressant, il voit Anastasia prendre le contrôle de l’appareil avec une confiance assez surprenante. Il remarque ses précautions, sa concentration mais aussi ses quelques erreurs. Mais il se tait, la laissant dans l’illusion d’un contrôle quasi-total alors qu’il désactive le pilotage automatique et qu’ils rallument quelques commandes essentielles, le tour d’un geste discret. « Tu m’avais caché ça tout ce temps ? » Qu’il lance encore surpris en se penchant légèrement à sa droite pour apercevoir son visage.

S’il la laisse se débrouiller quelques minutes, il vient habilement interposer ses mains entre elle et les commandes. Une manœuvre rapidement pour pivoter le nez de l’Albatross dans la direction opposée. « Ok, tu te débrouilles bien mais si tu continues par-là on va être pris en chasse. Il relève son torse de son dossier pour le coller contre le dos de la jeune femme afin de mieux voir par-dessus son épaule. Il l’enlace presque alors que ses bras s’agitent doucement sous les siens. Il lui redonne rapidement la main et attire son intention en pointant du doigt une direction plus à gauche. Tu vois les quatre points bien lumineux alignés là-bas ? C’est les propulseurs de l’Intrépide. Garde les toujours en vu si tu veux pas trop t’éloigner. » Il s’assure qu’elle les repère comme il faut avant d’abaisser ses bras. Sa prothèse se repose sur l’accoudoir mais son autre bras se repose sur les cuisses de la jeune femme, comme pour maintenir son bassin au sien.

Le silence envahit la cabine de pilotage alors qu’elle semble s’amuser comme une enfant à qui on laisserait conduire ce qui ne lui était pas autorisé. Il quitte son regard de la route spatiale pour l’observer elle, dans l’ombre de sa chevelure. « Qu’est-ce que t’aurais fait si tu t’étais pas engagée ? Genre, un rêve de gosse pas assumé. La question lui traverse à peine l’esprit qu’elle sort de sa bouche, pris d’une soudaine curiosité maintenant qu’il la voyait piloter. Elle devait bien savoir-faire bien d’autre chose que se pavaner en uniforme avec un blaster à la ceinture. Une admiration secrète, un plaisir coupable quelle terrait depuis son adolescence. Et pour la pousser à l’avouer, il se relève avant elle. Moi je rêvais d’être marin. » Il se pince les lèvres pour éviter de rire de lui-même. Il y avait tant de chose qui n’allait pas dans cette ambition enfantine. C’était comme rêver d’être explorateur à l’époque où on connaissait chaque recoin de la Terre. C’était comme rêver d’être aviateur en ayant un plafond au-dessus de sa tête. Mais le plus ironique étant qu’il n’avait jamais vu la mer de sa vie.





I'm a broken machine
i can do anything
i've nothing to hide
now i start to dream
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Dim 11 Mar - 16:41
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 543
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

So, is that sexy ?
Ana & Ethan

Elle a perçu la tentative, ces lèvres qui auraient pu frôler les siennes, ce bras qui aurait pu l’enlacer pour mieux l’attirer contre lui. En d’autres circonstances, elle ne se serait pas esquivée, ne trouvant rien à redire aux caresses du blond. Mais cette fois ci, elle avait autre chose en tête et ce fut dans un sourire espiègle qu’elle alla plutôt s’installer sur ses cuisses, faisant face au poste de commande pour pouvoir prendre les rênes.  Elle est confiante Ana, mais pas suffisamment stupide pour vouloir prendre des risques inutiles, elle n’oublie pas que cela faisait longtemps qu’elle n’avait plus eu l’occasion de piloter. Elle était loin d’avoir le niveau de son compagnon mais cela ne la gêne pas, elle se contente d’être prudente en manipulant ce que l’homme devait considérer comme étant son bébé. Concentrée elle ne remarque donc pas les gestes et attentions discrètes d’Ethan, celui-ci se montrant incroyablement prévenant sans qu’elle ne s’en rende compte. Si cela avait été le cas, sans nul doute qu’elle aurait été touchée, de le voir se taire, la laisser profiter de l’instant sans chercher à gâcher ce dernier. Et s’il lui laisse son moment de gloire, ça n’empêche pas le pilote de guetter sa réaction tandis qu’il l’accuse, plus ou moins sérieusement, de lui avoir caché ce talent. La milicienne glousse légèrement avant de daigner répondre, sourire aux lèvres. « C’est pas un secret. C’est juste que j’ai pas souvent l’opportunité de faire la démonstration de mes nombreux talents. Plaisante-t-elle, le regard brillant toujours vrillé devant elle. La jeune femme s’accorde une brève pause, se concentrant sur sa trajectoire, avant de préciser avec un peu plus de sérieux, répondant aux interrogations muettes de son interlocuteur. J’ai suivi des cours de pilotage durant mon cursus. Ça remonte mais… J’imagine que j’aurais aimé être pilote à la Légion. J’ai regardé un peu trop de films et j’ai toujours trouvé les pilotes incroyablement stylés dedans. Je trouvais plus intéressant de sauver tout le monde grâce à une manœuvre de folie en terme de pilotage plutôt qu’en jouant du blaster. » Parce qu’au fond, Ana n’avait pas vraiment la violence dans le sang. Cela avait changé lorsqu’elle avait eu à gérer son échec professionnel, son incapacité à rejoindre le rang des légionnaires, et elle était devenue plus colérique, plus sanguine. Un aspect qu’elle tentait encore et toujours d’atténuer aujourd’hui, parce que ce n’était pas vraiment elle. Si certains militaires se plaisaient à jouer des poings, à se servir de leurs armes, elle-même n’en tirait aucune satisfaction particulière. Elle aimait être douée, elle aimait impressionner, mais elle n’avait pas besoin de faire saigner quelqu’un pour éprouver ce sentiment de fierté. Contrairement à d’autres. Alors oui, pilote aurait pu être une vocation appréciable, toujours dans l’armée malgré tout.

Conservant le silence après son aveu, Anastasia sentit alors les mains de son compagnon se couler le long des siennes et c’est instinctivement qu’elle desserre sa prise sur les commandes pour se laisser guider. Parce qu’il savait mieux. Et qu’être pris en chasse, comme il supposait que cela puisse être le cas, ne lui donnait pas très envie. Elle avait d’ailleurs légèrement ricané en l’entendant lui annoncer cela, avant de se concentrer de nouveau, sur le corps d’Ethan cette fois qu’elle sentait désormais pressé contre le sien. Naturellement, elle se laisse aller contre son torse, inclinant légèrement la tête comme pour le laisser passer sa tête par-dessus son épaule, se permettant même de glisser une main dans ses cheveux afin de les rabattre le long de l’épaule opposée pour ne pas le gêner. Reprenant ensuite les commandes, Anastasia observe les faisceaux lumineux dont il lui parlait, hochant doucement la tête pour faire signe qu’elle avait compris avant de suivre ces nouvelles directives. Ça ne l’empêche pas de s’amuser, d’apprécier l’instant, grisée par les sensations procurées par la possibilité de manœuvrer le vaisseau. Cela faisait une éternité, elle avait presque oublié à quel point elle aimait ça et c’est tout naturellement qu’elle jugeait désormais l’Albatross avec un œil nouveau, évaluant sa maniabilité, cherchant à jauger la puissance des moteurs qu’elle ne pouvait malgré tout pas pousser à fond. Elle perçoit cette main sur sa cuisse, apprécie le contact qu’il maintenait, mais bien que réceptive elle ne se soucie pas véritablement de lui sur l’instant. Du moins pas avant qu’il ne l’interroge de nouveau, faisant preuve d’une curiosité presque imprévue qui la captive toutefois instantanément. Elle n’a pas le temps de réfléchir à la question que déjà son interlocuteur se révèle en premier. Marin. L’aveu lui arrache un nouveau sourire, d’une toute autre nature cependant. Un sourire doux, touché, teinté d’une pointe d’amusement qui ne ressemblait cependant en rien à une moquerie quelconque.

La conversation prend une tournure qui lui plaît, suffisamment pour que la milicienne se refuse à continuer de piloter comme s’il n’était qu’à moitié là. Ce fut donc en toute logique qu’elle guida le vaisseau jusqu’à sa position de base, celle qu’elle avait quitté en prenant les commandes, avant de reculer ses mains pour laisser Ethan gérer l’Albatross. Elle indique les commandes d’un bref signe de tête : « Tu remets le pilotage automatique ? Qu’elle demande, signe qu’elle avait cessé de jouer. Elle attend qu’il s’exécute malgré tout, demeurant de ce fait capable de piloter l’engin encore un instant, et ce ne fut qu’une fois libérée de ses obligations qu’elle pivota afin de se placer perpendiculairement à son compagnon, demeurant assise sur ses cuisses. Ancrant son regard dans celui du blond, elle retrouve ce sourire d’il y a quelques secondes avant de reprendre : Marin hein ? Bref coup d’œil en direction de l’espace, comme pour songer au fait que le rêve d’Ethan était bien incongru, surtout lorsque l’on songeait à sa situation actuelle. Mais elle ne le juge pas, bien au contraire. Elle trouve ça adorable, dans le fond. J’ai jamais vu l’océan. Mais j’adore l’eau, j’adore nager alors… J’en ai toujours rêvé. » Explique-t-elle en retour. Elle ne comptait plus le nombre de films où elle avait vu la mer, les vagues, le soleil. Elle se souvient de ces promesses vaines faîtes à Rosa, toutes ces soirées prévues si jamais un jour elles avaient l’occasion de mettre les pieds sur une planète viable. Des rêves de gosse, des espoirs d’adulte. Elle ne regrette pas ce temps passé sur la Flotte et si Lupine lui manque ce n’est que parce qu’elle savait qu’elle y était née et aurait aimé passer plus de temps sur cette planète qui faisait office de racines pour elle. Mais elle regrettait le fait qu’elle n’avait pas le choix. Pas le choix que de retourner sur la colonie qui l’a vu grandir, ou d’aller sur Keller, puis de revenir sur la Flotte. Elle ne pouvait pas bouger, pas suivre sa voie, pas prendre des vacances ailleurs. Elle était coincée. Encore et toujours.

Pour l’heure cependant, Ana préfère se focaliser sur la question qu’il lui avait posée. Qu’aurait-elle fait, si elle n’avait pas été militaire ? Elle en sait foutrement rien. « J’ai toujours voulu faire comme mon père, m’engager ça a toujours été l’évidence. Peut être pas pour de bonnes raisons finalement, peut-être que vouloir imiter son géniteur ce n’était pas assez. Et c’est peut être pour ça qu’elle n’avait pas l’étoffe d’une bonne légionnaire. La milicienne préfère toutefois ne pas penser à ce qui pouvait la troubler et se concentre de ce fait sur ses explications. Elle pouvait sûrement y réfléchir en tant qu’adulte : si elle n’était pas dans l’armée aujourd’hui, que ferait-elle ? Sûrement pas grand-chose, sûrement tout à la fois. Anastasia n’était pas ambitieuse, n’ayant jamais désiré grimper les échelons et atteindre le sommet, n’ayant jamais songé à vouloir gagner des sommes d’argent conséquentes non plus. Parce que le travail, ça ne représentait pas tout pour elle. Mais si on me l’avait refusé, je sais pas… Quelque chose de manuel malgré tout j’imagine. Rien de scientifique en tout cas, elle n’a jamais été suffisamment intelligente pour ça Ana. Mais à force de réfléchir, une option lui vient en tête et ce fut dans un sourire amusé, après un bref silence, qu’elle se jeta à l’eau. J’aurais peut être voulu faire quelque chose d’artistique. De la danse sûrement. J’ai eu une période où je ne jurais que par le patinage artistique. Silence, avant qu’elle n’avoue dans un souffle, comme s’il s’agissait de la meilleure confidence qu’elle puisse lui faire : J’en fais un peu en vérité, sur l’Hélios, à l’occasion. Mais elle n’en parlait pas, n’ayant jamais éprouvé le besoin d’aborder la question avec quiconque. C’était pas important et elle tenait à ces plaisirs solitaire. Elle n’avait pas honte cependant. Et tandis qu’elle laisse passer un silence, songeant à cette activité qu’on ne lui connaissait pas, la milicienne en vint à l’interroger en retour, passant alors un bras par-dessus les épaules du blond, ses doigts caressant sa nuque. Et toi ? Tu fais quoi de tes week-end à part courir la gueuse ? » Se moque-t-elle doucement, néanmoins sincèrement curieuse.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Mer 28 Mar - 18:00
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t125-broken-machine-ethan#376 http://beyond-earth.forumactif.com/t220-domesticated-animal-ethan
Messages : 394
Âge : 37 ans
Occupation : Commissionnaire, fournisseur de consolation alcoolisée
Habitation : Sur l'Albatross, son vaisseau amarré sur le Colossus 5
Arrivée : Il y a 7 ans, en 2220.
Pseudo : GeniusPanda / Kim
Avatar : Boyd Holbrook
Crédits : (av) Oxalys
Marin hein ? Le blond hoche la tête silencieusement pour approuver. Il y avait cette vieille dame sur Merry, qui réunissait toujours les plus jeunes pour raconter des histoires entre deux machines bruyantes. Ethan les a toutes oublié, ou presque. Il lui reste vaguement à l’esprit une histoire contant un marin obsédé par le large. Ce qui avait nourri ses rêves de gamins. Il y repense avec un léger sourire, ou peut-être était-ce la position de la jeune femme sur ses genoux qui l’apaisait soudainement. « J’suis même pas sûr de savoir nager. Ou encore de pouvoir. » Qu’il fait remarquer dans un rire moqueur envers lui-même. Pas qu’il en avait réellement besoin. Savoir nager était bien le dernier de ses soucis pour le moment. Tâcher de ne pas retourner croupir en prison était plus important que patauger dans l’eau. Chacun ses priorités.

Pour l’heure, il était curieux de savoir ce que la milicienne aurait fait de sa vie sans l’armée. Elle qui semblait finalement pleine de ressource. Alors qu’il l’écoute, il vient poser son bras par-dessus ses jambes, sa main s’accrochant sous sa cuisse. Il lui semblait déjà avoir entendu qu’elle s’était engagée pour imiter son père. Ce qui semblait motiver une grande majorité des militaires. Une ambition qui lui échappait toujours. Son père s’étant engagé dans les autorités de Merry Field, Ethan n’avait jamais eu l’idée de suivre son exemple. C’était tout l’inverse. Certains diront que incomparable, lui y voyait exactement la même chose. Il était incapable de juger Anastasia sur ça pour autant. Sûrement parce qu’il devrait aussi juger Rosalija ou encore Nilin, elles qui avaient toutes en commun leur profession avec une de leur figure parentale. La rouquine finit par avouer un plaisir solitaire qui ne manque pas d’attiser la curiosité du Kellari. « Du patinage ? On peut vraiment faire ça sur l’Hélios ? » Il paraît perplexe, le sourcil haussé. En sept ans, il avait dû mettre les pieds sur ce vaisseau une fois, peut-être deux en se perdant. Il n’avait aucune idée de ce qu’on pouvait y faire. Et seulement une vague idée de ce que pouvait être du patinage artistique, sinon que ça demandait une certaine rigueur physique. « Tu m’diras, ça explique un peu mieux ces cuisses. » Sa main s'agrippe un peu plus fermement à sa cuisse avant de claquer celle-ci avec retenu, à hauteur de ses fesses, non sans un large sourire.

La question revient à lui alors qu’ils s'enlacent un peu plus. Bien qu’enfoncé dans son siège, il n’aurait qu’à lever le menton pour atteindre son visage. Ce qui ne manque pas de lui traverser l’esprit depuis qu’elle s’est assise sur ses genoux. « J’sais pas trop… Je mets à jour mon tableau de chasse entre deux gueuses. Il pointe du pouce un mur à leur gauche sur lequel était gravé à même la carlingue du vaisseau une liste d’une quinzaine de nom.  Tiens, j’ai toujours pas mis ton nom dessus d’ailleurs. Fait-il, l’air surpris alors qu’il jette un œil aux noms inscrits. Il finit par hausser les épaules, comme si ça ne pressait pas ou que ce n’était pas important. Loin de lui l’envie de se prendre un mauvais coup, il se rattrape aussitôt qu’il lève les yeux vers elle. J’te fais marcher va ! Et comme pour faire tomber son air fâché de son visage, il vient taquiner le bout de son nez d’un rapide geste du doigt. C’était déjà là quand j’ai récupéré le vaisseau et j’ai aucune idée de ce que c’est. L’ancien proprio l’a perdu en jouant aux cartes avec moi. J’suis persuadé qu’il s’en veut encore. » Il a l’air plus que fier en racontant ça, ça peut se lire dans son sourire en coin. Il avait de quoi se vanter. Il avait causé la perte de plus d’une personne rien qu’en pariant sur les bonnes cartes. Un passe-temps qu’il continuait ici aussi sur la flotte, pour le plus grand malheur de certain.




I'm a broken machine
i can do anything
i've nothing to hide
now i start to dream
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Jeu 29 Mar - 16:44
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 543
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

So, is that sexy ?
Ana & Ethan

La milicienne ne dit rien, se contentant de sourire, en entendant Ethan avouer qu’il n’était même plus sûr de savoir comment nager. Elle-même aimait trop l’eau pour renoncer à de longues séances à la piscine, toutefois elle comprenait que ce plaisir ne soit pas partagé par tout le monde. L’espace d’un instant, elle songe même aux enfants et aux plus jeunes membres de la Flotte en général, ceux là même qui n’auront jamais vu la moindre étendue d’eau et qui, n’ayant connu que la Flotte, ne voyaient sûrement pas d’intérêt au fait d’apprendre à nager. Pour quoi faire ? Ils étaient enfermés dans des vaisseaux au beau milieu de l’espace et l’idée de pouvoir un jour voir l’océan ou quelque chose dans ce goût-là ne devait pas les effleurer. Ethan devait également avoir d’autres priorités et elle se garde bien de le questionner plus avant, préférant ignorer ce genre de choses. De toute manière, le sujet venait de dévier et elle était devenue le centre de son attention, le pirate se montrant curieux de ses espoirs et rêves de gosse. Dans son cas, la réalité était on ne peut plus cliché. Elle avait voulu faire comme son père, une figure qu’elle admirait et aimait depuis toujours tant et si bien que s’engager était devenue une évidence. Pourtant les questions d’Ethan ont le mérite de la forcer à l’introspection : serait-elle vraiment incapable de faire autre chose ? L’idée de ne plus être dans l’armée la terrorisait, pourtant une part d’elle-même lui soufflait qu’elle saurait rebondir. Elle n’était pas la milicienne la plus consciencieuse du lot, ne vivant pas que pour son travail, aussi était-il aisé d’imaginer qu’il puisse en être de même si elle devait exercer d’autres fonctions. Mais pas serveuse. Ou barmaid. Ou toute autre activité qui pourrait mettre son cul à portée de trop de mains baladeuses. Quoi qu’il en soit, elle cogite un peu l’idée, celle là même qui, couplée à son besoin d’aider les autres durant l’émeute, tendaient à lui faire penser qu’elle n’était peut être pas la femme qu’elle pensait être.

C’est perturbant, aussi essaye-t-elle de ne pas trop y penser, préférant se confesser quant à quelques activités et passions qui ne concernait qu’elle. Aussi, si elle perçoit la main du blond venant se caler contre et sous sa cuisse, elle ne relève pas cette proximité agréable et se contente de lui faire quelques aveux : la danse la motivait, incapable qu’elle était de refuser de se déhancher sur une chanson, qu’elle appréciait ou non cette dernière. Et dans une logique plus ou moins similaire, elle aimait le patinage, ou ce qui s’apparentait à du roller. La curiosité du Kellari est sincère tandis qu’il lui demande s’il était vraiment possible de faire ça sur l’Hélios. Un sourire amusé orne de nouveau le visage de la milicienne tandis qu’elle hoche la tête : « Ouais. Pas tout le temps, mais ouais. Et au pire, il y a toujours un équivalent. » Ce n’était pas compliqué à trouver et elle-même n’était pas suffisamment difficile pour ne jurer que par la glace. Cependant, si le blond s’intéresse vaguement à l’activité, il ne peut pas s’empêcher plus longtemps d’en plaisanter, commençant déjà à évoquer ses cuisses sûrement musclées par ces exercices ci. Elle frissonne en le sentant s’accrocher plus fermement à ces dernières, ayant toujours apprécié de sentir les doigts d’un homme se refermer de la sorte sur sa peau, avant de renifler dans un rire lorsqu’il la gratifia d’une claque légère. Mais elle ne commente pas Ana, se contentant d’ancrer son regard dans le sien avant de croiser les jambes, suggestive, ses doigts se refermant sur l’épaule du pirate pour conserver son équilibre sur lui. Son autre main quant à elle remontait déjà jusqu’à la mâchoire du blond, caressant doucement cette dernière et surtout la barbe qui s’y trouvait. Elle restera ainsi un moment, caressant sa joue du bout de l’index sans faire le moindre commentaire. Elle aimait ses cuisses, tout comme elle aimait la majeure partie de son corps, totalement à l’aise avec ce dernier. Et elle doutait pas du fait qu’il l’appréciait tout autant.

Ce fut pour cela qu’elle préféra simplement lui retourner ses questions, cherchant désormais à savoir ce que lui pouvait aimer faire de son temps libre, quand il n’était pas trop occupé à magouiller et gérer ses stocks de marchandises bien sûr. Et lorsqu’il n’était pas question de courir après les femmes. Si la jeune femme s’était attendue à une réponse sérieuse, elle ne peut qu’hausser les sourcils, surprise et sceptique à la fois, tandis qu’il avoue tenir à jour un tableau de chasse. Une brève indication en direction d’une des paroi du vaisseau et la voilà déjà en train de lorgner cette dernière dans un froncement de sourcils, y découvrant des inscriptions qui ressemblaient à des noms, se penchant légèrement pour pouvoir les voir clairement. Lorsqu’il avoue ne pas avoir mis le sien, Anastasia lui jette un bref coup d’œil courroucé (bien qu’elle ne sache pas si c’est à cause de l’idée d’être considérée comme une proie à rajouter au classement ou si c’est justement parce qu’elle n’apparaissait pas sur ledit classement) avant de planter son regard de nouveau sur les noms afin de guetter le sien. Il n’y est pas, bien sûr, mais quelques prénoms la font finalement tiquer. Elle aurait pu s’amuser, comprenant désormais que c’était une plaisanterie, mais Ethan est plus rapide, l’affublant d’un coup tendre à hauteur du nez à l’aide de son index tandis qu’il avouait la faire marcher. « Hilarant Hagenauer, vraiment. Fait-elle mine de s’offusquer, avant d’esquisser un sourire. Tu sais, c’est pas grave si j’apparais pas dessus. Je me doute que…. Eric, et Michael, ont ta préférence. » Ironise-t-elle en jetant un dernier coup d’œil à la plaque de métal, s’assurant de ne pas s’être trompée en lisant ces prénoms masculins qui l’ornaient. Anastasia en vient cependant rapidement à se demander ce que ces pseudonymes pouvaient bien signifier, ainsi gravés dans la cabine de pilotage. Fort heureusement Ethan semble déjà prévoir sa curiosité, répondant d’avance à la question qu’elle s’apprêtait à formuler.

Un pari. Evidemment. C’est cliché quand on y pense, mais ça l’empêche pas de sourire légèrement, essentiellement parce qu’elle captait la fierté que cette anecdote semblait faire naître chez son interlocuteur. C’est surtout ça qui l’amuse : les réactions du blond, les sentiments qu’il éprouve. Au fond, l’histoire n’était qu’une histoire. Ce qui l’intéressait, c’est ce que lui en pensait, comment il l’avait vécu, ce qu’il éprouvait. Estimant par ailleurs que l’histoire en question méritait de boire un peu plus, la milicienne se laissa alors doucement basculer vers l’arrière, tendant le bras pour attraper la bouteille d’alcool qui avait été abandonnée dans un coin, avant de se redresser en position assise partiellement à la force de ses abdos et partiellement en s’agrippant un peu plus fortement à l’épaule du pirate, tirant dessus pour se relever. Portant le goulot à ses lèvres, Ana grimace de nouveau en savourant une gorgée mais réussit à ne pas grogner cette fois ci, avant de tendre la bouteille à son interlocuteur, enchaînant avec ses interrogations : « Comment on peut en arriver à parier son propre vaisseau aux cartes ? Faut être taré. Ou désespéré. Admet-elle alors, dans un froncement de sourcils. Sûrement que l’ancien propriétaire avait dû crouler sous les dettes, et n’avait rien trouvé de mieux à faire que de jouer aux cartes pour générer de la finance. Visiblement, il aurait mieux fait de vendre son vaisseau plutôt que de le jouer de la sorte. Elle n’avait jamais vraiment compris Ana. Si elle aimait jouer, et si elle n’avait rien contre le fait de miser un peu d’argent ou une promesse du style ‘je paye la prochaine tournée si je perds’, cela n’allait jamais plus loin. Elle était trop mauvaise perdante, déjà, et elle tenait trop à avoir le contrôle pour miser quoi que ce soit d’important dans un jeu de chance ou de bluff. Il faudrait vraiment qu’elle n’ait aucune autre solution pour en arriver là et à ses yeux, l’ancien propriétaire avait eu d’autres possibilités. Il est sûrement mort. Lâche-t-elle alors spontanément, repensant à Ethan qui estimait que le concerné s’en voulait sûrement encore. Faut dire que la milicienne était suffisamment réaliste pour envisager la possibilité, et sûrement trop militaire pour songer à retenir ses paroles. C’est ainsi que le monde fonctionnait non ? Et Ethan devait bien le savoir de toute manière. Toutefois, elle prend conscience du fait que la remarque peut être déplacée, étant donné qu’elle restait sur les genoux du pirate, confortablement pressée contre lui. C’est pour cela qu’elle relève les yeux vers lui, délaissant brutalement ses pensées morbides. Enfin, j’veux dire… Quoi ? Elle sait pas, elle trouve pas d’alternative, ni une façon de détourner la conversation aussi finit-elle par grogner légèrement, agitant sa main libre dans les airs comme pour faire signe à l’homme de lui passer quelque chose. Ok, rend moi la bouteille, juste. » C’était une bonne option ça.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Jeu 29 Mar - 20:36
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t125-broken-machine-ethan#376 http://beyond-earth.forumactif.com/t220-domesticated-animal-ethan
Messages : 394
Âge : 37 ans
Occupation : Commissionnaire, fournisseur de consolation alcoolisée
Habitation : Sur l'Albatross, son vaisseau amarré sur le Colossus 5
Arrivée : Il y a 7 ans, en 2220.
Pseudo : GeniusPanda / Kim
Avatar : Boyd Holbrook
Crédits : (av) Oxalys
Le blond ne peut définitivement s’en empêcher. Arracher un sourire à la milicienne était une de ses activités favorites. Ce n’était jamais très dur mais ça le rendrait quelque peu fier, pour une raison qui lui échappait. Il rendait le moment plus agréable, encore plus qu’il l’était en sa compagnie. Il agite la tête pour approuver encore tout sourire. « Surtout Eric. » Il n’aurait pas pu la mener un bateau bien longtemps avec ces noms essentiellement masculin. Ethan précise qu’il n’a aucune idée de ce que ça pouvait être et il semble loin d’être concerné. Si ça l’avait gêné plus que ça, il y a bien longtemps qu’il aurait fait poncer la carlingue. Maintenant qu’il y pensait, il devrait surement demander à un mécano de s’en occuper. Soit tout l’inverse de la jeune femme, dont le visage contrarié l’interpelle. « C’pas lui qui eut l’idée, c’moi. J’veux dire, ce type me d’vait déjà une sacrée somme et j’savais qu’il était incapable de me rembourser. Alors j’lui ai proposé de mettre son vaisseau en jeu. Si j’perdais : la dette était effacée sinon, tout m’revenait. » Le blond hausse les épaules, persuadé que ce fut une des meilleurs affaires de sa carrière de Kellari. Facile et rapide. Il avait bluffer sa main de carte, ce qui avait suffi pour que le concerné ne se couche.

Il est sûrement mort. La tête du pilote a un léger mouvement de recul, surpris, perplexe. Il hausse un sourcils avant de hausser les épaules sans savoir quoi répondre. Il est bien plus surpris qu’Ana se mette à penser à ce genre de détail, persuadé d’avoir raconté des détails plus morbide de sa vie sur Keller sans qu’elle se soucie du sort des concernés. Il obéit aussitôt lorsqu’elle lui demande la bouteille sans savoir si c’était une bonne ou une mauvaise idée.

« Si tu continues à la siffler comme j’vais être obligé de me lever pour en chercher une autre. » Inutile de préciser qu’il n’avait pas vraiment envie de quitter cette position pour autre chose que de s’allonger plus confortable à ses côtés. Il regard l’alcool descendre entre ses lèvres, l’air quelque peu froncé. Il récupère bien vite la bouteille, observe son contenu avant de boire à son tour. Puis il lèche aussitôt ses lèvres jusqu’à sa moustache qui avait trempé dedans. « Il est bien mort si c’est ça qui te tracasse. Le lendemain. Précise-t-il dans un ton plat, plus occupé à reposer la bouteille sans la reverser entre deux panneaux de commande. J’ai dû virer toutes ses merdes de son vaisseau tout seul à cause de ça. » Ce qui semble bien plus le contrarier. Le vaisseau était plein à craquer de babiole non intéressante. Il avait vendu la plupart, se faisant un petit profit non négligeable. Et il avait ramené le plus personnel à ce qui se devait être des proches.




I'm a broken machine
i can do anything
i've nothing to hide
now i start to dream
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     Ven 30 Mar - 16:35
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 543
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

So, is that sexy ?
Ana & Ethan

Elle sait pas quoi dire Ana, tandis que son interlocuteur donne plus de précisions quant aux circonstances qui l’ont mené à acquérir pareil vaisseau. Des dettes à régler, trop conséquentes pour que l’individu soit capable de les rembourser, et voilà que le pirate lui proposait de ce fait un quitte ou double : le vaisseau ou la possibilité d’effacer toute son ardoise. Evidemment, dans ces conditions elle comprenait un peu mieux que l’ancien propriétaire n’ait guère eu le choix. Dans un sens, l’offre d’Ethan était raisonnable, on pourrait presque y voir un semblant de compassion -certains auraient sûrement brisé des doigts et menacé la famille jusqu’à récupérer l’argent- pourtant elle ne peut pas vraiment approuver. La milicienne avait beau fermer les yeux sur le trafic actuel du blond, qu’elle estime relativement inoffensif, elle préférait ignorer ce qu’il avait pu faire de pire auparavant. Pourquoi diable cet homme avait-il des dettes si monstrueuses auprès d’Ethan par exemple ? Un cumul pour de l’alcool, là aussi ? Elle sait pas, et elle cherche pas à savoir, se contentant d’hausser les épaules avant de gratifier son interlocuteur d’un léger sourire, afin de ne pas pourrir l’ambiance. Si finalement Anastasia tentera de conserver un semblant de bonne humeur sur le moment, cette quiétude volera en éclats lorsqu’elle ne put s’empêcher de signaler que l’ancien propriétaire était sûrement mort, depuis le temps. Un homme qui en est réduit à jouer son vaisseau aux cartes risquait fortement d’être entrainé dans des problèmes plus sordides et insolubles encore. Elle n’est pas vraiment touchée par ce fait, seulement entendre Ethan dire que l’ancien propriétaire devait encore s’en vouloir d’avoir perdu son bien avait fait ressortir un réalisme flagrant chez elle : le concerné ne risquait pas de regretter grand-chose. Consciente toutefois du fait qu’il ne s’agissait probablement pas du meilleur sujet de conversation qui soit, Anastasia s’empresse de changer de sujet justement en récupérant la bouteille, s’octroyant une nouvelle gorgée.

La remarque d’Ethan lui arrache finalement un nouveau sourire. « Vrai. Et ça me reviendrait trop cher. Plaisante-t-elle alors, une lueur intéressée au fond des yeux alors qu’elle lui rendait son bien, faisant mine de ne plus vouloir y toucher, ses doigts se perdant de nouveau contre la nuque du blond. Elle l’observe tandis que lui-même profite à nouveau de l’alcool, avant de redéposer la bouteille pour ensuite avouer que l’homme dont ils parlaient depuis peu était bel et bien mort. Depuis un moment en vérité. Haussant les épaules, la milicienne préfère préciser rapidement : C’est pas que ça me tracasse. J’y pensais juste, c’est tout. Elle s’empêcherait pas de dormir avec cette histoire en tout cas. Mais elle arrive pas non plus à compatir aux problèmes du blond, lorsque ce dernier explique qu’il a de ce fait dû virer les affaires de l’homme du vaisseau, tout seul. Levant les yeux au ciel, elle rétorque rapidement : T’as eu un vaisseau à l’échange, tu t’en sortais pas trop mal. Ironise-t-elle, lui rappelant qu’il avait été dans des situations sûrement bien plus problématiques et délicates que de devoir gérer l’encombrement d’un bien récemment acquis aux cartes. Ceci dit, cette simple information suffit à raviver quelque peu la curiosité de la jeune femme, celle-ci jetant un nouveau coup d’œil à la cabine de pilotage, lorgnant la décoration avant de demander : Du coup, tout a été laissé tel quel ou t’as fait des changements malgré tout ? » Il ne fallut pas attendre longtemps pour que, une fois la question posée, la radio du vaisseau se mette à grésiller, attirant l’attention d’Anastasia avant qu’une voix ne se manifeste. C5 à Albatross. Tiens, ils allaient pas tomber à court de carburant au milieu de l’espace finalement.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: So, is that sexy ? (Ethan)     

RÉPONSE RAPIDE