Tu Nora pas besoin d'aller jusque là. | Moira & Nora
MessageSujet: (#) Tu Nora pas besoin d'aller jusque là. | Moira & Nora     Jeu 1 Fév - 20:54
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t288-nora-drake-jesper-que-ca-nora-pas-trop-d-importance#2306
Messages : 21
Âge : 30 ans (19/09/2197)
Occupation : Aide-Soignante
Habitation : Argus One.
Arrivée : 2200
Pseudo : Shouriz
Avatar : Diane Guerrero
Crédits : © Mite la Gaufrette (♥♥♥)
Après avoir fait ta petite tournée des patients dont tu es responsable, ton rôle n'est pas non plus le plus crucial, mais il a son importance moyenne et ça te suffit amplement. Vérifier qu'ils se soignent correctement et qu'ils se portent bien, nettoyer les éventuels bandages et tout ce genre de choses, ça te suffit à te sentir utile à la communauté.

Mais malgré tout l'amour que tu portes à tes fonctions, tu avais aussi besoin de te détendre et de penser à autre chose, parce que tu n'es pas un robot. Et encore, tu es persuadée que les robots aussi seraient content de faire une pause. Peut-être qu'aussi ils sauraient pas quoi faire de leur temps de pause, n'étant pas programmés pour ça.

Et voilà, ton cerveau tourne à plein régime alors que tu laisses tes pieds te guider sans que t'y fasses réellement attention maintenant. Tu connais la Flotte comme ta poche et tu te retrouves au bar comme par hasard. Tu es persuadée que si tu racontes ça à ton frère, il te dirait que t'y traînes trop et que c'est pas un lieu pour toi. Tu tu ferais un plaisir de lui rappeler que tu n'as plus six ans d'ailleurs, mais tu le trouves adorables quand il essaye de jouer aux grands frères modèles comme ça.

Et tu arrives à un moment un peu mouvementé, ce qui te tire immédiatement de tes pensées. Une altercation, assez houleuse, mais rien de vraiment inhabituel finalement. Tu l'avais déjà vu, ce monsieur, tu l'évitais, parce qu'il était du genre susceptible, impulsif, à chercher la petite bête à chaque fois. À toujours être à cran. On t'avait dit que c'était mieux de le laisser tranquille et tu avais simplement accepté ce fait. Après tout, il était important de se mêler de ses affaires parfois.

Tu t'approches doucement de l'opposante qui répondait avec un langage légèrement fleuri. Tu remarques que d'autres font pareil pour essayer de calmer le quarantenaire en état d'ébriété avancé. Tu prends un instant pour chercher dans ta mémoire le prénom de la jeune femme. Foira ? Boira ? Noira ? Tu avais oublié la consonne qui trônait fièrement au devant de son prénom et ça t'embête alors tu cherches un moyen de contourner tout ça. « Viens, on va boire un coup plus tôt. Tu perds ton temps là, je te l'offre ! Cadeau d'amie ! Nora, mon prénom, au cas où ! » Voilà, c'était habile ! Peut-être que tu pourrais avoir une réponse par effet d'empathie et hop, tu obtiendrais à nouveau son prénom et faire comme si tu l'avais jamais oublié. Quel stratagème, t'es tellement forte qu'on devrait te mettre stratège de l'armée tiens, au moins ça. « On va pas se laisser embêter par des gars comme ça ! » Oui, tu t'incrustes, mais t'y vois pas le mal dans tout ça ! Tu te souvenais au moins que c'était une arrivante récente, si tu pouvais l'aider à se faire des amies et devenir la sienne par la même occasion, tu n'allais pas te gêner.

Par contre, hors de question de trop boire, tu veux ni la faire fuir, ni être obligée de la fuir, alors ce soir tu seras rai-so-nna-ble. C'est ce que tu te répètes en boucle dans ta petite tête.
MessageSujet: (#) Re: Tu Nora pas besoin d'aller jusque là. | Moira & Nora     Sam 3 Fév - 15:54
Qu'est-ce qu'il dit ?...


Il serait faux de penser que Moira n'était pas étrangère à la cohue qui alimentait, en cette soirée du premier jour de février, le bar « Le meranium »  situé dans la partie Sud du Columbiad. Bien que n'en attestait pas le léger sourire amusé et quelques peu satisfait présent sur ses lèvres pendant qu'elle attendait sur le comptoir qu'on lui tende sa consommation.

Il y avait, quelques mètres derrière elle, un homme qui profitait de sa soirée pour trinquer entre amis et à gueuler fort, comme le font souvent les hommes qui tiennent mal l'alcool. La table à laquelle il cueillait les fruits de son ivresse en était venu à se répandre d'une couleur ambrée qui rappelait, non sans coïncidence, cette variété de la Xingji qui faisait les émules de nombreux poivrots au travers la Flotte : une variété moins onéreuse mais moins appréciable au goût et qui se voulait la nouvelle boisson à la mode pour festoyer après une journée de travail difficile à bord du Columbiad.

Il était relativement tôt et les habits de notre homme étaient couverts d'un savant mélange entre le cambouis que l'on pouvait trouver sur différentes installations mécaniques présentes sur la Flotte et la dite Xingji, souvenir désagréable d'une bête confrontation entre deux hommes trop pressés pour faire attention où les mèneraient leurs pieds ; tout cela laissant indiqué qu'il n'était pas rentré chez-lui se changer entre le travail et le bar.

Quand Moira Amarani était rentrée dans ce bar ce soir là, elle ne s'attendait tout de même pas à être pris à parti dans une conversation traitant de courses truquées et de bombes peu fonctionnelles tant elle avait appris que sur les différents vaisseaux que comportaient la Flotte – excepté, peut-être, le Colosssus 5 –, peu connaissaient son passé et, au mieux, avaient-ils entendus parler du son nom quelque part au travers quelques livres d'histoires et de vieilles revues sportives que Charlie avait gardé dans ses archives. Alors quand elle entendit gueuler, derrière elle, alors qu'elle s'avançait pour rejoindre le comptoir, cet homme aux pattes grisonnantes et à la barbe naissance et rasée de sorte à esquisser la forme d'un bouc, elle fut premièrement surprise et ensuite peu encline à éprouver une quelconque forme de sympathie pour ce dernier.

« Toi, toi tu me dois de l'argent ! Retourne-toi, l'Amarani, c'est à toi que je parle !
– Une Xingji, s'il vous plaît. Mais la pas chère, je suis en rade en ce moment, demanda-t-elle sans se soucier de la voix lourde et éméchée de l'homme.
– Tu te tournes ou je me tourne, salope !
– Ca a même pas le moindre putain de sens ce que tu me dis, le clodo, s'emporta-t-elle. Moira avait, depuis quelques jours déjà, pris l'habitude d'appeler toutes personnes ivre et qu'elle n'aimait pas « clodo ». Parfois ils ne le remarquaient pas, parfois...
– Tu m'as traité de quoi, pilote à esclavagiste ? »

A ces mots, Moira se retourna vivement pour faire face au consommateur de Xingji bon marché. Elle avait la fierté à fleur de peau et le manque de respect en disgrâce. Alors elle le toisa de loin, la moue provocante.

« Je te demande pardon, sale pompe à bière ? Tu parles de quoi, au juste ?
– Y'a deux ans, sur Keller, t'étais censé perdre cette course ! s'exclama-t-il comme si Moira pouvait avoir la moindre idée avec exactitude de quelle course cette dernière avait pu concourir cette année là et à laquelle l'homme avait pu parier.
– L'Amarani comme tu dis, c'est sur elle qu'il faut parier, du con. Sinon tu perds ton argent, Sourire amusé, satisfait aux nuances d'arrogances.
– C'est quoi le rapport ? J'parle pas de qui était le favoris mais de tes chances de victoires : y'avait un prix sur ta tête et ton vaisseau a pas eu d'emmerde en pleine course, t'as triché et je le sais !
– Donc j'ai triché en ne laissant pas quelqu'un saboter mon vaisseau ? Putain mais noies-toi dans ta bière, mon vieux..., conclue-t-elle en se détournant de l'homme qui ne devait pas avoir dix années de plus qu'elle. »

Pendant qu'elle attendait qu'on lui serve sa bière, l'homme continuait de brailler avec insistance des mots disgracieux envers Moira Amicitia. Il faisait mention de ses courses, de la barbarie de ces dernières, des crimes commis sous les bannières de Merry Fields quand la pilote était aux commandes de ses vaisseaux. Et pas une fois cette dernière ne se retourna : elle affichait un sourire amusé et triomphant à mesure qu'il s'emportait et bredouillait des mots emprunts de colères et d'ivresses qui se faisaient, peu à peu, de moins en moins compréhensibles. Jusqu'à ce qu'une jeune femme ne surgit de nulle part pour accoster Moira.

Elle avait eu la sympathie de venir vers elle à mesure que l'homme approchait pour chercher, encore un peu plus, à s'emporter sur cette histoire d'argent sale que la pilote lui devait prétendument. Quand elle s'arrêta derrière Moira, l'homme sembla se stopper à son tour à quelques mètres d'elles pendant que s'affichait sur son visage comme un air tracassé. Peu à peu, assurément, comprenait-il qu'il dérangeait plus qu'autre chose, la clientèle de ce bar.

Moira venait d'ailleurs de se retourner sans lui adresser le moindre regard et dirigea plutôt, volontiers, ses yeux vers celle qui lui faisait face. Elle n'avait rien contre de la compagnie.

« Nora, mon prénom, au cas où !
– Oh, euh, salut. Moi c'est... Moira se stoppa quand la main d'un homme vint tapoter son épaule. Elle se retourna rapidement et croisa le regard du barman qui lui indiqua du regard sa consommation. Je peux en avoir une seconde, s'il vous plaît ? Une Xing'truc standard, évidemment, pas la pas chère. Demanda celle qui n'avait jamais eu l'habitude de tutoyer naturellement ceux à même de lui servir à boire. J'espère que tu aimes la Xingji, j'en ai commandé une autre pour toi, je t'ai pas demandé. »

Dans la bouche de Moira Amarani, une phrase telle ne tenait pas lieu d'excuse au cas où elle n'aimerait pas ça, il s'agissait d'une bête affirmation anodine. Et elle oublia d'achever les présentations.

« Nora ? C'est... spécial, comme prénom. Drake, c'est ton nom ? J'ai une bonne mémoire à ce niveau là, je crois que tu me l'avais donné, ou que je l'avais entendu – je sais plus – il y a quelques jours. La visite médicale, c'est ça ? »

Et pendant qu'elle parlait, notre femme se dirigeait vers une table non loin pour poser sa bière. Puis elle revint au comptoir afin de chercher la suivante. Et puisque l'affluence présente au comptoir s'était peu à peu réduite, elle pu récupérer la seconde des deux bières plus rapidement que la première.

« Tu viens pour finir le check up, c'est ça ? Vous êtes bizarre sur la Flotte à suivre les gens dans un bar juste pour ça, vous savez ? Après c'est gentil, tu me paies une bière et tu me débarrasses du poivrot. Quoi qu'il était drôle... Pensive, elle rajouta alors : Si on se bat ici, on chope gros ? Parce que tu m'as peut-être rendu service, alors. Même pour une bagarre.

Codage par Libella sur Graphiorum
MessageSujet: (#) Re: Tu Nora pas besoin d'aller jusque là. | Moira & Nora     Ven 9 Fév - 20:50
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t288-nora-drake-jesper-que-ca-nora-pas-trop-d-importance#2306
Messages : 21
Âge : 30 ans (19/09/2197)
Occupation : Aide-Soignante
Habitation : Argus One.
Arrivée : 2200
Pseudo : Shouriz
Avatar : Diane Guerrero
Crédits : © Mite la Gaufrette (♥♥♥)
« Oh, oui. Mais tu n'avais pas besoin de te déranger. Enfin, je vais pas refuser non plus. » Cette phrase est ponctuée par un petit rire gêné de ta part, parce que son prénom ne te revient pas. La seule chose dont tu te souviens à ce sujet, c'est qu'il termine comme le tien. Mais il y en a plein qui finissent comme ça. Lyra, Barbara, Clara, Sarah... Impossible de remettre le doigt sur le prénom exact et elle ne semblait pas amenée à le prononcer. « Mais oui, la visite médicale c'est bien ça, tu m'as resituée ! » Tu lui offres un sourire, la suivant à la table qu'elle a pris soin de choisir.

Puis tu secoues la tête. « Ah non, je n'étais pas en train de te courir après ! Enfin, je terminais ma journée et je voulais simplement venir me détendre ici. Et je t'ai reconnue, rien de plus ! » Tu avais pas l'air sincère, mais ça c'est juste à cause du fait que tu n'arrives pas du tout à remettre son prénom sur sa tête et c'est ce qui t'occupe l'esprit un peu trop. Tu finis par laisser tomber – enfin – parce que tu ne veux pas qu'elle ait l'impression que tu la déranges non plus. « Et euh, ça dépends du type de la bagarre, mais... ce n'est pas la meilleure impression. » Tu te passes une main dans les cheveux avant de reprendre. « Disons que, pour une personne arrivée récemment, cela aurait fait tâche. » Tu lui offres un léger sourire.

Maintenant que vous avez vos bières, que vous êtes installées et débarrassées de ce poivrot, vous pouvez être enfin tranquilles ! « Alors, comment tu te sens ici ? L'intégration n'est pas trop compliquée ? » Tu entoures doucement la chope de tes doigts fins. « J'imagine que ça ne doit pas être évident de s'intégrer à une communauté fermée comme celle-ci. Nous ne sommes pas une dizaine, mais ce n'est pas comme si on pouvait éviter quelqu'un toute sa vie. » La Flotte était assez grande pour limiter certaines rencontres, mais pas toutes et tu savais bien de quoi tu parlais.

Tu portes le liquide à tes lippes, te prélassant un peu plus dans le siège sur lequel tu étais installée, laissant la fatigue reprenant légèrement le dessus. « Oh et, pour être honnête avec toi, je tiens assez mal l'alcool alors ne me tente pas trop. Sauf si tu veux profiter de mon point faible, mais j'aimerais qu'on commence par une amitié saine, tu comprends ? » Tu rigoles doucement. Mais tu oses parler de relation saine alors que tu ne te souviens même pas de son prénom. Prise de conscience, le plus simple serait de lui demander non ? « Et je crois que je vais devoir m'excuser, j'ai oublié ton prénom. J'ai pas vraiment osé te le demander directement et j'ai espéré que ça me revienne comme par magie, mais c'est pas le cas. » En tout cas, tu es persuadée que tu avais l'air bien bête là.
MessageSujet: (#) Re: Tu Nora pas besoin d'aller jusque là. | Moira & Nora     

RÉPONSE RAPIDE