read my mind / k
MessageSujet: (#) read my mind / k     Ven 12 Jan - 17:00
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
L’ambiance est à son comble. Les haut-parleurs crachent leur musique effrénée – avec le temps, on parvenait presque à oublier qu’elle perçait les tympans des clients. Rosa pioche dans le panier une croustille qu’elle fait craquer sous sa dent, faisant aussitôt passer le trop-salé avec une longue lampée de bière. Si on oubliait que les Pringles stellaires étaient faites de farine d’asticot, c’était plutôt réussi. « J’aimerais bien qu’ils offrent une autre saveur que ‘algue de mer’ », réfléchit-elle tout haut en passant le bout de la manche de son uniforme sur ses lèvres. « C’était quoi le problème avec ‘barbecue’, j’me demande. » Son col rouge et les galons sur son épaule attiraient inévitablement l’attention, mais elle avait appris à ignorer, avec le temps, les œillades indiscrètes, et à les interpréter comme un brin de jalousie. Peut-être un peu de peur de l’autorité, aussi, même si les douaniers étaient loin de faire la loi une fois les Stellariens installés sur la Flotte. « J’en peux plus de ces chinoiseries. » Le mandarin qui s’échappe de sa bouche est d’autant plus ironique, Xingji à la main, dénigrant partiellement son héritage stellarien d’adoption.

Son regard se porte sur son interlocuteur, inévitablement – séparés par une table d’à peine un demi-mètre de large, juchés sur des bancs surélevés, vue sur un couloir métallique presque bien camouflé derrière une peinture abstraite, difficile de s’intéresser à autre chose. Les yeux clairs – bleus? gris? difficile de savoir avec la lumière tamisée du bar, et elle avait réussi à oublier, entre temps – la détaillent aussi, sans que ça lui fasse quoi que ce soit. Elle tend doucement la main vers le visage opposé, balayant du bout des doigts les poils qui lui couvrent les joues. « T’as passé l’âge de manger des chips et d’en avoir plein la moustache », remarque-t-elle, moqueuse. D’aussi loin qu’elle pouvait se rappeler, il avait toujours fièrement défendu sa pilosité faciale. Ça ne l’avait jamais dérangée – au contraire. Ça lui donnait un petit air, un je-ne-sais-quoi qui lui avait bien plu, à l’époque. Qui lui plaisait encore, d’ailleurs, platoniquement. Objectivement, quinze ans plus tard, il était demeuré bel homme.

La musique s’interrompt. Un type qui avait définitivement trop bu s’était emparé du micro du DJ pour passer un message à saveur politique qui fait soupirer Rosalija. À peine commencée, cette course à l’amirauté, qu’elle avait déjà hâte qu’on passe enfin à autre chose. « Un crash de navette bien placé et p’t-êt’ qu’on aurait même pas besoin de s’en faire avec cette élection », ricane-t-elle en s’enfournant quelques chips dans la bouche d’un mouvement sec. Elle avait toujours été un peu cynique, mais ça s’envenimait avec le temps. « Entre les sanguinaires, les idiots et les naïfs... » Elle ne termine pas sa phrase, la ponctuant simplement d’un soupir las, puis d’une autre gorgée de son verre.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Sam 13 Jan - 3:05
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t97-khan-andak-the-survivor?nid=1#193
Messages : 130
Âge : 40 ans
Occupation : Capitaine du Colossus 5
Habitation : Le colossus 5
Arrivée : il y a 15 ans
Pseudo : Jostophe
Avatar : Henry Cavill
Crédits : moé
Khan n'avait pas vraiment fier allure ce soir là. Comme tous les soirs il avait totalement laissé tomber l'idée de porter son uniforme correctement, se délivrant de son étroitesse en l'ouvrant complètement. Respirer était un véritable problème dans cette fichue veste et si elle n'avait pas été aussi importante, il y avait longtemps qu'il l'aurait troquée contre un bon vieux blouson comme il en portait autrefois. Maudits tailleurs. Maudites réglementations. Maudits textiles trop rares. Il inspira un bon coup pour faire redescendre l'énervement. Il était venu ici pour se détendre. Oublier une journée merdique à coup de musique trop forte, de bières, de chips à goût unique et de bonne compagnie.

Pour ce dernier point, c'est tout naturellement qu'il avait pensé à Rosalija au moment de terminer sa journée et pour cause : elle était l'une des rares personnes de la station qu'il appréciait sincèrement. Malgré une rupture aux raisons légèrement nébuleuses selon lui, ils étaient restés en bons termes, partageant quelques bières à l'occasion. Et des chips aussi. Il se contenta de grogner un vague assentiment lorsqu'elle se plaignit du goût de celles-ci, il n'avait rien contre leur goût unique.

-Mouais, au moins elles sont pas mauvaises.

Basiques, mais pas mauvaises. Khan avait connu des mets bien trop sommaires pour dénigrer la satisfaction que procuraient de simples chips sur son esprit. Il lâcha un bref rire à son trait d'humour et s'apprêtait à boire une lampée de sa propre bière lorsque Rosa tendit la main pour retirer quelques morceaux de chips coincés dans Pascal, sa glorieuse moustache, en profitant pour le taquiner sur son incapacité à manger proprement. Il lui sourit avec un amusement certain et s'apprêtait à lui répondre avec sa meilleure répartie lorsque quelqu'un s'empara du micro, brisant l'ambiance décontractée à franchement fêtarde qui régnait jusque là. Il soupira de concert avec Rosalija avant d'emplir ses poumons d'air en se tournant vers l'importun.

-EH ! TOI AU MICRO ! Il brandit un index dans sa direction. TA GUEULE ! Beugla-t-il.

On avait connu le vice-capitaine bien plus diplomate que ça, mais Khan n'avait aucune envie de jouer les hypocrites ce soir. Sa voix porta facilement jusqu'à l'intéressé qui rougit de contrariété avant de se faire reprendre le micro des mains. Les réactions de la foule furent partagées entre les rires, quelques applaudissements, d'autres quolibets, mais aussi des mimiques désapprobatrices et des regards noirs lancés dans sa direction. Khan n'avait vraiment pas envie d'être emmerdé ce soir. Il se retourna vers Rosa, tâchant de reprendre contenance.

-Désolé, j'en entends toute la journée de ces discours, ça fait un moment que ça me démangeait, déclara-t-il d'un ton satisfait.

Entre les fameux naïfs, idiots et sanguinaires de Rosalija, il avait déjà faire son choix et n'avait pas besoin qu'on lui rabâche les oreilles encore et encore sur les différents candidats. Il faisait partie des sanguinaires et s'en portait très bien. Son amie en revanche semblait bien plus partagée, mais il ne comptait pas amener le sujet sur le tapis alors qu'il venait de faire taire quelqu'un l'ayant lancé. À la place, il profita enfin de sa rasade de bière et reprit des chips, en agitant une devant sa vis-à-vis.

-Bref, j'allais dire que tu sais très bien...

Ce qu'elle savait très bien, elle ne pu cependant toujours pas le savoir, car le soûlard aux envolées politico-lyriques avait visiblement décidé de venir régler ses comptes directement avec lui, l'interrompant en frappant brutalement du poing sur leur table en arrivant.

-Tu fais le malin de loin, mais on va voir si t'es aussi grande gueule de près ! Laisse ta pouffe ici et viens qu'on discute entre hommes !

Khan vit rouge immédiatement. Il se leva et son poing jaillit droit sur le visage de l'autre, s'écrasant avec un crac satisfaisant, mais inquiétant sur la mâchoire de son adversaire. Qu'on le dérange une fois l'énervait déjà suffisamment, qu'on vienne l'importuner deux fois relevait de la bêtise pure, mais qu'on insulte Rosalija devant lui était de la simple folie. Il lui devait beaucoup, à la fois parce qu'elle avait la première à l'accepter sur la flotte, parce qu'elle lui avait fait rencontrer les bonnes personnes aux bons moments, mais aussi pour la tendresse qu'elle lui avait autrefois témoigné et celle, différente, qu'elle lui adressait toujours.

Aurait-il été seul qu'il se serait arrangé pour mettre quelques coups de plus, simplement pour être sûr que le message était bien passé, mais l'imbécile gisait par terre en geignant, entouré de ses quelques amis choqués et du reste des clients qui observaient la scène avec des yeux ronds et des expressions soit horrifiées, soit plutôt intéressées. L'endroit n'était pas propice pour rosser un homme. Il n'eut pas besoin d'ouvrir la bouche lorsqu'il fit un signe de tête aux amis du soûlard pour qu'ils dégagent avec lui, la moustache frémissante, étant obéit presque immédiatement malgré les regards furieux mais apeurés qu'ils lui lancèrent. Il reposa alors ses fesses sur sa chaise, laissant la musique repeupler l'espace et les conversations reprendre autour d'eux tandis que l'attroupement se dispersait.

-Quel manque d'éducation. Bon, j'imagine que c'est maintenant clair que je ne suis pas trop partisan des naïfs, tenta-t-il comme plaisanterie pour détendre un peu l'atmosphère entre Rosa et lui.

Elle savait qu'il pouvait devenir violent très rapidement, mais il espérait au moins ne pas trop avoir gâcher l'ambiance qui était jusque là à la détente entre eux.
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Lun 15 Jan - 17:59
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)

Elle hausse les épaules, sans invalider l’opinion de son vis-à-vis. Certes, elles n’étaient pas mauvaises, mais elles n’étaient pas exceptionnelles non plus. En même temps, rien n’était vraiment extraordinaire sur la flotte du point de vue culinaire – elle n’avait pas les moyens, même en tirant un trait sur ses mauvaises habitudes de jeu, de se payer un repas dans un restaurant clandestin, et les cantines étaient franchement déprimantes par moments. C’était toutefois le prix de leur soi-disant liberté, et elle était prête à le payer lorsque Wilkinson était aux commandes. Désormais… c’était à débattre. L’abruti qui avait pris le micro des mains du maître de cérémonie, toutefois, semblait avoir des opinions déjà toutes tranchées sur la question. Si elle ne comptait pas en faire d’histoire, Khan ne s’était pas privé pour lui faire comprendre que l’heure, leur taux d’alcool sanguin et la fatigue électorale ne se prêtaient pas à ses revendications. « Ce gars est un véritable gaspillage d’oxygène », remarque-t-elle, le nez dans son verre. « Perds pas ton temps ni ton énergie, même pour l’envoyer chier. » Elle pouvait néanmoins comprendre le ras-le-bol, même si elle avait une façon différente de le gérer – soit en l’ignorant.

Rosalija imite son interlocuteur, attrapant quelques chips du bout des doigts. Ses phalanges opposées déjà refermés sur son verre se crispent lorsqu’elle voit le poing s’abattre sur leur table, dardant dans l’espace d’une seconde ses yeux d’obsidienne sur le visage de l’effronté. Le commentaire sexiste, elle s’en serait passé – à vrai dire, elle n’avait pas eu droit à ce genre de remarque depuis bien des années, et c’était sans doute la surprise qui l’empêchait de répondre au quart de tour comme l’avait fait Khan. Malgré la musique qui reprenait, elle entend parfaitement le craquement sinistre de la mâchoire – ou était-ce le nez? – du belliqueux, et sourcille légèrement en voyant son état. Les curieux se massent et se dispersent rapidement, les laissant libres de reprendre leur conversation là où elle avait été interrompue, bien que la distraction lui ait fait perdre son fil de pensée. « Je t’avais dit de conserver ton énergie », note-t-elle, les yeux rivés sur son Khan, sourire en coin harnaché aux lèvres, entre l’amusement et l’incrédulité. Une lampée de bière plus tard, elle en profite pour s’intéresser davantage au panier de chips mourant. « C’marrant que tu me défendes plus aujourd’hui que quand on sortait ensemble, quand même. » Pique bien sentie et mots choisis avec soin. Rosalija connaissait les tendances colériques du second du Colossus, et sans doute n’étaient-elles pas étrangères à leur rupture, plusieurs années auparavant. Si la sergente était elle-même volcanique, ses pulsions se résumaient à son langage coloré et à ses insultes parfois trop bien ciblées, jamais à ses poings. C’était une habitude que partageaient plusieurs personnes de son entourage et qu’elle n’avait jamais cautionnée – pour elle, c’était la solution de la facilité.

Elle n’était pas parfaite, certes, bien regrettablement. Déporter Nilin sur le Lady Grace pour sauver son propre pelage en était le parfait exemple. Mauvaise journée ou non, elle avait contribué à condamner la gamine à un mois de labeur ingrat simplement parce qu’elle avait craint pour son poste après être sortie de ses gonds. Elle n’en était pas fière et évitait soigneusement de mentionner cet épisode – elle ignorait toutefois si la principale intéressée la houspillait à qui voulait l’entendre. Quoiqu’il en soit, là n’était pas la question. « C’est à cause des idiots comme lui qu’on a pas le droit de trimballer nos blasters en dehors du boulot. Trop de morts à la con, sinon », raille-t-elle finalement en faisant signe au barman de leur resservir de quoi boire. « Je t’en dois une, celle-là est sur mon bras. » Une façon comme une autre de remercier sans prononcer les mots.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Mar 16 Jan - 9:18
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t97-khan-andak-the-survivor?nid=1#193
Messages : 130
Âge : 40 ans
Occupation : Capitaine du Colossus 5
Habitation : Le colossus 5
Arrivée : il y a 15 ans
Pseudo : Jostophe
Avatar : Henry Cavill
Crédits : moé
Il reconnaissait bien Rosa à sa manie de tout vouloir laisser couler, à ne pas vouloir se soucier des éléments indépendants à sa volonté, même s'ils causaient problème. C'était là un laxisme qui lui permettait sans doute de traverser la vie sans se soucier de quoi que ce soit, esquivant les ennuis en se contentant de les ignorer, mais Khan n'avait jamais été capable d'en faire de même. Il traversait également la vie à sa manière, mais au lieu de louvoyer entre les imbéciles et les situations inconfortables, il se contentait d'avancer tout droit en bousculant ceux qui se trouvaient sur sa route et tant pis pour les quelques uns qui n'avaient pas la présence d'esprit de s'écarter de son passage.

Le conseil de la douanière glissa donc sur lui comme de l'eau sur une surface imperméable et il eut même l'impertinence de lui adresser un sourire indocile. Il ne savait pas quels étaient ses espoirs quant à sa capacité à suivre sa suggestion, mais il espérait au moins qu'elle était consciente qu'ils étaient aussi faibles que les arguments de cet homme ivre qui s'acharnait à faire de la politique. D'ailleurs celui-ci en eut pour ses frais lorsqu'il tenta de venir laver l'affront que Khan lui avait déjà fait subir, ne récoltant qu'une injure de plus, mais d'ordre physique cette fois.

-Je sais, répondit-il simplement lorsqu'elle lui rappela ses derniers mots prononcés.

Comme prévu, il n'avait pas écouté. Sans doute ne comprenait-elle pas l'énergie libératrice qu'il pouvait ressentir à s'imposer par la violence, à couper court à la fois aux insultes et à une discussion à sens unique qui n'aurait abouti à rien. En un seul geste il avait réglé un problème qui aurait sans doute nécessité quinze minutes d'argumentation et d'outrages en plus pour être résolu. Bien entendu il aurait aussi pu commencer par ne pas le faire taire aussi sauvagement, mais si une légère douleur à la main était le prix à payer pour avoir la paix à propos de politique ce soir, alors il était ravi de le payer.

Il délaissa les dernières chips restantes, laissant à Rosa la fin du panier alors qu'il lui adressait un regard de reproches. Elle n'avait visiblement pas les souvenirs clairs. Il avait au des torts à se reprocher, il devait en être ainsi puisqu'elle avait décidé de rompre, mais un manque d'implication dans sa défense n'en était pas un à ses yeux. Il termina son fond de bière pour faire passer le goût de la pique avant de répondre.

-Les gens avaient juste l'intelligence de pas t'insulter devant moi à l'époque, répliqua-t-il finalement en haussant les épaules.

Tout plutôt que d'avouer qu'il était à l'époque plus intéressé par la façon dont il allait satisfaire ses ambitions que par sa romance avec la femme assise en face de lui. Trop tard pour regretter quoi que ce soit de toute façon. Ils avaient réussi à rester en bons termes et c'était là l'essentiel.

Il se mit à rire à sa plaisanterie, s'imaginant sans peine les fusillades qui pourraient avoir lieu au sein de la station et en particulier sur ce vaisseau. Le Colossus n'était pas le plus fréquentable de tous, y apporter des blaster en plus aurait pu contribuer à le rendre plus animé, mais il n'était pas certain de vouloir être le futur capitaine d'un vaisseau servant de zone de guerre. Sans compter qu'il n'avait jamais su utiliser correctement ces machins, bien plus à l'aise avec ses poings ou des objets contondants. Il la laissa lui payer un bière, ne crachant pas sur une consommation gratuite malgré sa solde suffisante pour satisfaire sa soif tout seul. Elle ne lui aurait de toute façon pas laissé le choix. Il lui en offrirait une plus tard pour une occasion inventée, histoire d'être quitte.

-Dommage, ça rendrait les journées de travail plus intéressantes, souligna-t-il pourtant avec frémissement de moustache amusé. Merci pour la bière.

Il lui fit honneur en en prenant directement une bonne lampée, tâchant de se souvenir de quoi ils parlaient avant d'être interrompus à deux reprises par un imbécile. Un regard sur le panier où ne subsistait que des miettes de chips lui fit revenir leur conversation à l'esprit, mais il ne s'engagea pas à la continuer. Lui revint alors à l'esprit l'un des seuls avantages à cette histoire d'héritage à la présidence du vaisseau.

-Au fait ! Avec tout ça j'ai failli oublier, mais t'as eu l'occasion d'écouter la dernière pièce des Star Words ? Je crois que c'est la seule fois où j'ai pu écouter un truc qui parle de politique en entier sans être gonflé ces derniers temps, ils m'ont faire mourir de rire.

La pièce, entièrement auditive, était une prestation humoristique mise en voix par un groupe d'artistes visiblement aussi fatigués qu'eux de l'omniprésence des débats sur le vaisseau. Pleine de sarcasme, elle tournait en ridicule les divers candidats et se terminait avec la réquisition d'une salle de self pour organiser une course de sac entre les trois potentiels futur gouvernants afin de régler une fois pour toute la question.
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Ven 19 Jan - 21:30
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
« Pas devant toi, peut-être, mais ça les empêchait pas de m’insulter quand même », fait-elle valoir, le nez au fond du panier de chips pour en extraire toutes les miettes qui en valaient la peine. Le gaspillage était une tare qui n’était que trop rarement pardonnée aux Stellariens, et elle l’avait appris à ses dépends, elle qui avait cru jusqu’à son arrivée sur la flotte que l’eau était infiniment abondante et que la nourriture apparaissait magiquement dans les assiettes. « Ça t’empêchait pas d’dormir quand j’te racontais mes soucis. » Elle savait bien que leur relation en était une un peu étrange. Rosa s’était parfois sentie comme une guide pour un aveugle ou quelqu’un qui sortait d’un long coma après des années d’évolution technologique autour de lui – apprendre le fonctionnement de la flotte et ses subtilités à Khan avait été une expérience formatrice, mais la romance et l’excitation causée par l’exotisme de son parcours et de son arrivée tardive avait rapidement fait place à la routine et à l’exaspération. Ils n’en étaient pas restés en mauvais termes pour autant. À ce jour, elle se demandait encore parfois s’il avait vraiment compris qu’elle le larguait sur le coup ou s’il avait réalisé plus tard et qu’il avait décidé de demeurer amis pour ne pas perdre la face.

À peine la bière reçue qu’elle était déjà bien entamée par ses soins. « Ouais, j’ai écouté en faisant de l’inventaire dans les cargos confisqués. J’ai trouvé ça bête. Ça manquait de vision. Pis même si c’était pour se moquer des candidats et de leurs supporters, je sais pas, ça m’a gavée de voir qu’on en revient toujours à parler de ça », admet-elle. Message subtil, peut-être, pour qu’il comprenne qu’elle avait envie de changer de sujet. Anastasia lui cassait suffisamment les oreilles avec ce que son candidat pouvait poster sur Starchat et le réseau social était si saturé de commentaires politiques plus ou moins raffinés qu’elle avait presque arrêté de jeter un coup d’oeil à son fil avant d’aller dormir. « J’aurais envie d’aller à un concert, voir un film, je sais pas. La normalité. » Oublier que la flotte est dans un état de panique, même si les autorités semblent vouloir passer le fait sous silence. Même si tout le monde fait comme si de rien n’était, comme si Wilkinson n’était pas mort.

« T’sais quoi? En fait, je rentrerais bien. Tu me raccompagnes jusque chez moi? » Comme pour marquer la fin de la soirée, elle enfile ce qui lui reste de bière d’un trait, sans oublier de régler la note en quelques tapotements sur son terminal. La normalité. Ses propres paroles lui résonnaient entre les oreilles et la faisaient tiquer, sans qu’elle sache réellement pourquoi. Peut-être que tous ces changements, tous ces bouleversements lui faisaient regretter une certaine période de sa vie ou tout était plus simple. Une sorte de nostalgie de sa vie de jeune adulte, voire d’adolescente. Rosa ramasse ses maigres affaires rapidement, le veston de son uniforme par-dessus le bras, sa chemise déboutonnée pour laisser passer un peu d’air dans sa trachée. Ses cheveux, toujours noués au sommet de sa tête lorsqu’elle était en service, dégringolaient désormais sur ses épaules, les boucles voletant autour d’elle alors qu’elle se retourne vers Khan. « Ça va, t’as pas oublié depuis le temps? » Elle plisse le nez, gentiment moqueuse. Elle vivait dans la même cabine à bord de l’Argus One depuis plus de quinze ans. Un oubli aurait eu le mérite de l’étonner.

Empruntant une navette pour rejoindre le vaisseau-mère, le trajet est ponctué d’une conversation légère, à l’image de celle qu’ils avaient eue jusque là – si l’on oubliait la droite mémorable que Khan avait mise au pauvre activiste qui avait eu le malheur de faire passer son message au mauvais moment. Il ne faut que quelques minutes au duo pour arriver devant la porte de la cabine, qui s’ouvre dès que Rosa s’arrête devant. « Tu restes? » demande-t-elle le plus naturellement du monde, sur le pas de la porte. Autant ne pas passer par quatre chemins. Ils étaient tous les deux adultes et sans autres engagements – du moins, elle l’était. Se priver n’était que bien rarement dans son vocabulaire, surtout pour une bribe de cette nostalgie qui la rongeait doucement.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Dim 21 Jan - 18:43
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t97-khan-andak-the-survivor?nid=1#193
Messages : 130
Âge : 40 ans
Occupation : Capitaine du Colossus 5
Habitation : Le colossus 5
Arrivée : il y a 15 ans
Pseudo : Jostophe
Avatar : Henry Cavill
Crédits : moé
Khan fronça les sourcils. Elle semblait s'accrocher à l'idée qu'il ne la défendait pas avec une détermination qu'il ne s'expliquait pas. Si c'était ça qu'elle lui reprochait à l'époque, pourquoi ne pas le lui avoir tout simplement au dit au lieu de rompre dans un charabia qui l'avait laissé quelque peu déconcerté ? Jongler entre elle et sa carrière alors en plein essor avait été un exercice plus compliqué qu'il ne l'avait cru au départ, l'un des deux en avait donc évidemment pâti et il ne faisait aucun doute qu'il s'agissait de Rosa. Les relations n'étaient pas toujours faites pour durer et moins faciles à entretenir qu'un objectif professionnel, selon lui, ce qui ne lui avait pas empêché de regretter cette rupture à l'époque. Son affection pour elle avait été sincère.

-C'est pas parce que tu ne me vois pas régler le problème que je ne le règle pas, rétorqua-t-il.

Une phrase qui en disait sans doute beaucoup sur lui, plus en tout cas qu'on pourrait le penser, même si pour cette fois cette phrase était seulement appliquée à leur problème. Quant à bien dormir la nuit, c'était une évidence. Il n'avait jamais eu suffisamment de scrupules pour avoir le sommeil dérangé par quoi que ce soit.

La conversation poursuivit son cours tranquillement, elle n'avait visiblement pas aimé le sketch qui avait égaillé la pause qu'il s'était lui-même autorisé, mais il n'essaya pas d'insister pour défendre les blagues, se contentant de boire un peu plus de bière. Elle était visiblement d'humeur contrariante depuis quelques minutes. Peut-être était-elle plus agacée par les événements que ce que son je m'en foutisme habituel laissait entrevoir. Ou bien regrettait-elle de ne pas avoir pu elle-même coller une droite au type. Il n'en savait rien et la raison ne l'intéressait que très peu maintenant que les faits étaient de toute façon là. Un petit ricanement amusé s'échappa pourtant de sa moustache lorsqu'elle évoqua la normalité qui lui manquait.

-Quand est-ce que les choses ont été normales ici ? Est-ce que tu m'as caché la partie sans histoire de la flotte quand tu m'as expliqué comment les choses fonctionnaient ici ? plaisanta-t-il.

Pourtant Khan comprenait ce qu'elle voulait dire. À une époque, les choses n'étaient pas aussi compliquées, même lui pouvait le reconnaître. La politique actuelle compliquait suffisamment les choses pour qu'il ne sache plus exactement sur quel pied danser pour la suite des événements. Évidemment, il soutenait Rosenstein, que ça soit pour ses idées à propos de l'avenir de la flotte ou de la reconquête de la Terre, mais rien ne garantissait qu'elle serait élue au moment des votes. L'idée de les truquer aurait pu être intéressante, mais bien trop risquée et compliquée pour qu'il puisse penser à la mettre en application.

Finalement, il hocha la tête sans répondre lorsqu'elle lui demanda de la raccompagner chez elle, terminant le reste de sa bière d'une traite avec sa descente habituelle. Il avait connu alcool plus fort dans son passé, la bière stellarienne était à peine récréative, mais elle avait le mérite de ne pas être mauvaise. Il régla la part qu'il avait lui-même à payer, laissant Rosa se charger de la dernière, puis il prit la direction de la sortie en la suivant.

Dehors, l'atmosphère était différente. Le silence était presque assourdissant lorsqu'on sortait de l'ambiance lourde et bruyante du bar et il avait beau aimer ce climat pour le moins chaotique, le retour brutal au calme était agréable. Derrière elle, Khan lui sourit lorsqu'elle se retourna en faisant voler ses cheveux pour lui parler. Combien de fois avait-il pu lui dire, lui ordonner presque, de détacher ses cheveux à l'époque, pour le simple plaisir de lui faire toujours et encore le même compliment, s'amusant même de exaspération à force de l'avoir trop entendu. Il n'était pas difficile de comprendre comme Khan avait pu s'éprendre d'elle à l'époque. La jeune Rosalija avait été la personne sur laquelle il avait le plus pu compter lors de son arrivée, et même à moitié aveuglé par sa haine et son traumatisme à l'arrivée, il n'avait pu manquer de la trouver séduisante.

-Comment le pourrais-je ?

Son sourire se fit plus complice. Il ne comptait plus le temps qu'il avait pu passer chez elle, à l'époque où ils étaient encore ensemble. En vérité, sa cabine devait être l'endroit du vaisseau qu'il connaissait le mieux avec son propre logement, il pourrait y aller les yeux fermés. Le chemin fut donc particulièrement sans histoire, ponctuée d'une conversation n'ayant aucun trait à la politique pour laisser un peu revenir la normalité qu'elle recherchait. Une normalité qui sembla les poursuivre jusque devant la porte de Rosa tant la scène qui s'y déroula lui paru familière, comme une pièce si souvent jouée qu'il la connaissait par cœur. Mêmes acteurs, même décors, seul le temps avait changé.

Khan ne pouvait s'empêcher de se sentir tenté par la proposition de Rosa. Il n'avait pas besoin qu'elle explicite pour comprendre ce qu'elle lui demandait, ils se connaissaient assez pour savoir lire entre les lignes. C'est donc avec un simple sourire qu'il choisit de répondre, s'avançant vers elle en la laissant reculer pour que la porte se referme derrière eux avant de se pencher vers elle pour l'embrasser, ses mains se posant naturellement sur ses hanches. Cependant, il ne put profiter aussi pleinement de ce baiser qu'il ne l'eut voulu car à peine quelques secondes plus tard, l'image mentale Beatrix vint s'imposer à son esprit, une expression d'incompréhension déçue sur le visage.

-Non attend...

Il la lâcha et s'écarta d'un pas, frustré par beaucoup de choses à la fois. Beatrix et lui, ça n'était pas encore exactement officiel, mais Khan avait lui-même fait le premier pas vers une relation sérieuse il y avait seulement quelques jours, et il se rendait compte qu'il n'avait pas envie de commencer en la trompant. Pourtant, il ne pouvait nier l'envie désormais refoulée que Rosa lui inspirait, ni la satisfaction qu'il avait ressenti lorsqu'elle lui avait proposé de rester et ces deux envies étaient en parfaites opposition l'une avec l'autre. Alors Khan choisit de faire la seule chose juste de cette situation. Il soupira et se prépara à lui expliquer.

-Rosa je ne peux pas. Je vois quelqu'un depuis très récemment et j'ai vraiment envie que ça fonctionne.

Tout comme elle, il n'y allait pas par quatre chemins. Elle ne méritait pas qu'il joue avec elle, tout comme Beatrix. Il regrettait de devoir le lui annoncer dans ce genre de situation, aurait préféré que les choses soient un peu plus stables pour Beatrix et lui avant d'en parler à Rosa tout court, mais il n'avait pas vraiment eu le choix.
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Mar 23 Jan - 20:45
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Enfin, la soirée prenait une perspective qui lui plaisait davantage. Les étoiles semblaient s’aligner pour lui offrir une résolution positive à une journée somme toute médiocre. Les regards entendus, la certaine sérénité qui émanait d’une routine certes ancienne, mais tout aussi apaisante – la satisfaction de savoir exactement comment se terminerait sa nuit, à quelques agréables détails près. Dès l’instant où il avait accepté son invitation aussi discrète qu’éloquente et qu’ils avaient, d’un commun accord silencieux, décidé d’abandonner le sujet des élections, son humeur n’avait fait que s’améliorer. Elle pose quand même la question sur le pas de la porte, sachant pertinemment quelle serait la réponse qu’elle recevrait; si elle n’était pas spécialement calculatrice, Rosa, elle pouvait se vanter de savoir lire l’atmosphère comme son père pouvait lire une partition musicale, de façon fluide, experte lorsqu’il s’agissait de jauger les émotions comme le géniteur Saroyan apprivoisait le tempo d’une pièce.

La plupart du temps.

« Tu déconnes? » fait-elle dans un pouffement hilare, persuadée qu’il ne s’agit là que d’une (bien piètre) blague destinée à la désarçonner. Le baiser avait pourtant donné avec brio le ton au reste de la soirée. Si son esprit fige, se concentrant plutôt sur une éventuelle clarification du brun, ses mains de s’arrêtent pas, chacun de ses doigts occupé à déloger la chemise de l’homme de sa ceinture. Puis, il fait un pas en arrière, l’ultime confirmation dont elle avait besoin pour terminer son calcul mental. Quelles étaient les chances que ce soit maintenant qu’elle se décide à lui redonner un peu de son temps, pour finalement se faire dire qu’il préférait faire preuve de respect envers une autre? Le sourire confus qu’elle arborait toujours se déconfit vers une expression d’incompréhension alors qu’elle sonde les yeux de son interlocuteur pour y déceler la moindre indication qu’il s’agissait d’une plaisanterie bien ficelée. Niet. « Qu’est-ce que tu fous encore ici alors? Ça va, deux minutes, me faire perdre mon temps », finit-elle par lui demander, rhétorique plus que sérieuse, alors qu’elle observe le second du Colossus avec un certain dédain. Ses mains se posent sur le torse de Khan sans la douceur ou l’anticipation dont elle avait pu faire preuve jusqu’à maintenant – elle pousse, parvenant à faire faire un pas en arrière à l’homme avant qu’il ne parvienne à l’en empêcher. « Tu vas quand même pas rester, si? Tu veux qu’on fasse quoi, qu’on joue au backgammon? » Ça suinte le sarcasme, comme une plaie qui se rouvre après qu’on l’ait crue guérie. Le ton a monté et elle a croisé ses bras sur sa poitrine, signe sans équivoque qu’elle n’est plus réceptive.

Elle plisse le nez. « Tu peux disposer, au cas où c’était pas clair. » Elle ne décroise ses bras qu’un instant, pour balayer l’air devant elle pour l’inciter à dégager et pour attacher ses cheveux sommairement au sommet de son crâne. La bouffée de chaleur causée par la contrariété la fait regretter de les avoir détachés en premier lieu – surtout considérant que c’était partiellement pour faire pencher la balance en sa faveur auprès de Khan, dont elle connaissait le faible pour les boucles qu’elle arborait naturellement. « Gǔn​dú​zi​! » s’impatiente-t-elle finalement en voyant que le brun n’était pas prêt de bouger. Elle était suffisamment remontée pour justifier une engueulade absolument sans fondement sinon son ego, qui venait d’en prendre un coup.

(滚犊子 / gǔn​dú​zi – fuck off.)




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Jeu 25 Jan - 19:53
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t97-khan-andak-the-survivor?nid=1#193
Messages : 130
Âge : 40 ans
Occupation : Capitaine du Colossus 5
Habitation : Le colossus 5
Arrivée : il y a 15 ans
Pseudo : Jostophe
Avatar : Henry Cavill
Crédits : moé
Khan aurait pu prévoir que les choses ne pourraient de toute façon pas bien se passer à partir du moment où il l’avait embrassé. S’estimait-il coupable pour autant ? Absolument pas ! N’était-ce pas elle qui avait fait en sorte qu’il retombe dans ses filets, ce soir ? N'avait-elle pas joué de ses sourires, de son attitude, de ces choses qu’elle savait qu’il appréciait ? N'avait-elle pas évoqué cette normalité qui les ramenait dix ans en arrière ? Rien de tout ça n’était du fait de Khan, il n’était que la victime des circonstances dans cette histoire, le bon gars qui s’était rendu compte de l’erreur avant qu'elle ne devienne irréparable.

Bien entendu, Rosa ne vit pas les choses du même œil. Trop simple. Elle commença par en rire, ne le croyant absolument pas, puis lorsqu’elle compris qu’il était très sérieux, elle s’énerva. Khan fit un pas en arrière lorsqu’elle le poussa , mais ne se laissa pas jeter dehors, fronçant les sourcils alors que l’agacement commençait dangereusement à ressembler à de la colère chez lui également. Il n’avait jamais bien réagi à l'agressivité, c’était un fait qu’elle connaissait et pourtant son ton ne faisait que monter, effilochant sa résolution première de s’expliquer calmement.
 
En cet instant, il aurait encore été capable de rester au moins poli. Si Rosa n’avait pas décidé de lui donner un ordre.
 
-Pardon ?
 
Question purement rhétorique à laquelle il obtint une insulte en chinois en réponse. Son sang ne fit qu’un tour, démarrant la machine comme une habitude bien rodée. Elle qui désirait de la normalité, voilà qu’elle venait de faire ressortir l’un des aspects les plus classiques de leur ex relation. Les crises de colère. Les disputes. D’une main, il la poussa pour la faire reculer, simple avertissement physique de l'état d'énervement dans lequel il se trouvait ainsi qu'un moyen de regagner le terrain perdu.

-Tu plaisantes j'espère ? Il avait élevé la voix. Tu joues aux bonnes potes pendant des années et après tu te mets en rogne parce que je refuse de te baiser ? Fallait se réveiller avant et se rendre compte que peut-être ouais, je t'intéressais un peu plus que pour boire des bières.

Elle avait dépassé les bornes et il ne comptait pas la laisser s'amuser seule sur ce terrain là, ne se gênant pas pour les dépasser aussi. Khan n'avait jamais été homme à esquiver les conflits, ne s'épanouissant sans doute vraiment que lorsqu'il était justement dans une telle situation. Oh certes, se battre avec Rosa était désagréable, il en serait de mauvaise humeur pour au moins les cinq prochains jours s'ils ne trouvaient pas un moyen de se réconcilier avant de partir, cependant l'énergie qui se dégageait de l'impact de deux volontés était si forte qu'il ne pouvait s'empêcher de s'en sentir paradoxalement satisfait.

-T'as cru que j'étais à ton service ? Que j'allais attendre bien sagement que tu veuilles de moi à nouveau ? Réveille toi putain !

Il aurait sans doute laissé passer un rejet plus doux de la part de Rosa. Il serait même sans doute parti sans faire d'histoire si elle le lui avait demandé sur un autre ton. En revanche, il n'appréciait pas d'être traité comme un jouet cassé que l'on jette sans considération, comme un valet renvoyé pour avoir renversé du thé. Il méritait mieux. Il méritait mieux. Étrange comme cette pensée lui revenait une fois encore, en rapport avec Rosalija. C'était également ce qu'il s'était dit lorsqu'elle avait décidé de rompre avec lui en lui donnant des raisons à la con. D'ailleurs, il ne se souvenait même plus de ses arguments de ce jour-là, simplement la sensation désagréable d'être coincé entre l'incompréhension et l'envie de s'énerver qu'il ne pouvait laisser éclater. Largué et confus, voilà ce qu'il en avait retenu.
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Ven 2 Fév - 18:53
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
La situation était surréelle, au mieux. Cauchemardesque, étrange, au pire. Au diable, les propensions violentes de Khan, desquelles Rosa était parfaitement au courant – sa frustration supplantait aisément tout calcul de risque. De toute manière, même si Khan avait une tête et demi de plus qu’elle et qu’il était deux fois plus large, elle savait qu’elle avait sa chance de le contrer s’il faisait la grossière erreur de lever la main sur elle. Il perdrait tout, sa carrière, son ambition écrabouillée parce qu’il n’était pas en mesure de contrôler ses émotions; et elle, elle passerait pour la victime sans problème. Si elle tente de s’ancrer au sol pour contrebalancer la poussée donnée par Khan, elle titube d’un pas vers l’arrière, la mâchoire serrée, envahie par un étrange sentiment de déjà-vu. Le nombre des disputes qui avaient ponctué feu leur relation avait chuté dramatiquement dès lors qu’elle avait mis un terme à celle-ci, pour retrouver un niveau acceptable de zéro. Ils n’avaient plus haussé la voix l’un contre l’autre depuis, sauf peut-être au karaoké.

Quoi qu’il en soit, maintenant qu’il lui reprochait de jouer les allumeuses, l’ironie de sa réaction la heurtait de plein fouet. « Y’a trois semaines on aurait pas eu la même discussion, j’étais sensée savoir comment moi que tu t’étais trouvé une conscience au fond d’un paquet de chips entre temps? » le fustige-t-elle, agitant ses mains de tous les côtés pour appuyer son propos. L’anxiété ou la contrariété lui arrachait certaines mimiques qui pouvaient lui faire perdre toute autorité, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. « D’où tu me parles d’intérêt? Si c’était pas toi, c’était un autre, te fais pas d’idées surtout. T’es le maître de l’opportunisme et tu me reproches vraiment d’avoir tendu la perche? Perche que t’as joyeusement saisie, je te ferai remarquer! » Alors même qu’il avait quelqu’un d’autre qui l’attendait, quelque part, gentiment ignorante de la seconde de faiblesse de sa douce moitié. Qu’elle était bien faite, la vie.

C’était une dispute idiote à avoir, mais ils n’avaient probablement pas notion du ridicule auquel ils se soumettaient tous les deux. Aucun des deux n’admettait avoir tort – et ils partageaient le blâme de façon égale. Rosalija plante ses doigts sur ses hanches, dévisageant Khan d’un air mauvais. « De toute façon, je vois pas pourquoi tu me cries dessus. C’est toi qui a quelqu’un, pas moi, et j’ai rien à me reprocher, alors que toi t’as mis les pieds dans les plats. C’est pas moi qui t’ai poussé dedans. » Son ton s’est adouci, légèrement. Elle soupire, les dents toujours crispées, avant de se pincer l’arête du nez en fixant le sol. Ses pieds, justement. « C’était de toute évidence une mauvaise idée. Fais-moi plaisir, vas-t’en, ça mène à rien. » Autant arrêter les frais maintenant. La perspective de réduire en miettes ce qui leur restait d’amitié ne la torturait pas tant que ça, à vrai dire. C’était essentiellement par nostalgie – voilà le mot qui remontait à la surface de son esprit, encore une fois – qu’elle avait tenu à conserver ses liens avec Khan. De là à dire qu’elle ne s’en remettrait pas… c’était peut-être exagéré. Elle préférait néanmoins rester en bons termes. N’était-ce pas toujours plus simple?




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Dim 4 Fév - 22:30
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t97-khan-andak-the-survivor?nid=1#193
Messages : 130
Âge : 40 ans
Occupation : Capitaine du Colossus 5
Habitation : Le colossus 5
Arrivée : il y a 15 ans
Pseudo : Jostophe
Avatar : Henry Cavill
Crédits : moé
Elle recula lorsque Khan le poussa, serra les mâchoires sous ses accusions, mais l'homme la connaissait trop bien pour savoir qu'elle ne comptait pas le laisser passer à l'attaque sans répondre. Leur principal problème se trouvait sans doute là d'ailleurs : ils se connaissaient trop bien pour ne pas anticiper les réactions de l'autre, leurs sales habitudes, les points sur lesquels il ne fallait pas appuyer et pourtant aucun d'entre eux ne semblait être en mesure d'avoir la retenue nécessaire pour s'épargner une scène inutile. Khan l'avait prouvé en tout cas et c'était à présent Rosa qui poursuivait les hostilités en reprenant la main, s'agitant dans tous les sens sous le regard mauvais du vice-capitaine.

Contrairement à elle, il évitait de gigoter, sachant parfaitement que des mouvements trop brusques pouvaient bien vite tourner en gestes d'humeur plus violents que nécessaire. Ses poings étaient donc serrés et les muscles de ses bras et de son torse étaient crispés pour ne pas que des actions ne dépassent sa pensée. Rosa n'y allait pourtant pas de main morte, prétendant visiblement qu'il n'avait décidé d'avoir une conscience que très récemment, qu'il n'avait pas à se faire des idées parce qu'il avait juste été bon endroit au bon moment ce soir, qu'il n'avait pas hésité à fauter alors qu'il avait déjà d'autres obligations et qu'elle n'avait rien à se reprocher. Comme si son indignation n'était pas déjà assez grande.

-Une conscience ? À quel moment j't'ai pas prouvé que j'avais une conscience avec toi ? Son ton à lui n'avait pas baissé d'une décibel. C'était ridicule. J'ai jamais fait un pas de travers avec une autre fille quand j'étais avec toi et t'oses me dire que j'ai eu besoin de me trouver une putain de conscience ?

Khan avait ses vices, il ne pouvait le nier. La fureur lui coulait dans les veines aussi sûrement que son sang et sa remarque sur son manque de conscience était en vérité plus proche de la réalité qu'elle ne le s'imaginait, mais il refusait de recevoir cette pique dans ce type de contexte. Elle recommençait à s'inventer des excuses pour le faire sortir de ses gonds plutôt que de lui dire directement ce qu'elle lui reprochait, lui donnant l'impression plus que désagréable de rompre pour la deuxième fois, sauf que cette fois-ci, il était au fait de ce qu'il avait faire mal. C'est à dire lui donner l'impression qu'ils allaient remettre le couvert, puis finalement les couper dans leur élan. Il commençait presque à trembler à présent, tant il se faisait violence pour ne pas déborder.

-Ouais je te parle d'intérêt, parce que t'es pas allée voir n'importe quel type pour ça, t'es venue me voir moi ! rugit-il. Mais je vois que t'as pas changé, t'es toujours là à m'accuser à tort et à travers et à refuser de me dire en face ce que tu penses ! Mais t'inquiète, je vais te montrer comment on fait. Il la dévisagea avec dans le regard un ressentiment bien visible, quoi que plus ancien que la dispute qu'ils avaient aujourd'hui. J'ai eu envie de toi ce soir. J'ai eu envie de toi parce qu'un truc m'a rappelé qu'à une époque on était bien ensemble. Qu'on sortait. Qu'on baisait. Qu'on se disputait ouais, mais qu'on s'aimait. Sauf que c'est du passé tout ça et si c'est le cas, c'est uniquement de ta faute, parce que tu ne voulais plus de ce qu'on avait et que tu m'as largué sans même me faire l'honneur de me donner une explication claire.

Il se retourna brièvement, lui tournant le dos en passant ses deux mains dans ses cheveux. Il n'en revenait pas d'avoir abordé ce sujet maintenant, dix ans après. Il n'en revenait pas d'être confronté à cette situation savamment évitée depuis des années. D'avoir laissé échapper une partie des reproches inavoués qu'il gardait au fond de lui depuis la fin de cette relation. Sa fierté se retrouvait tellement blessée de devoir exprimer ce qu'il pensait de cette histoire qu'il en avait le ventre noué. Il se mordit les lèvres puis se tourna une fois de plus vers elle.

-Alors maintenant tu m'invites à remettre le couvert, d'accord. Mais t'as aucun putain de droit de m'en vouloir quand je te dis non parce que j'ai quelqu'un.

Une invitation purement physique, mais une invitation tout de même. L'intérêt s'arrêtait là entre eux. L'intérêt s'arrêtait même avant cette limite désormais, ayant voulu déborder cette limite qu'ils avaient naturellement instauré, mais n'ayant causé qu'une triste dispute en lieu et place de la passion qu'ils auraient pu retrouver, au moins le temps d'une nuit. Simplement histoire de s'occuper les mains, il remit sa chemise correctement dans son pantalon, ne remarquant que maintenant qu'elle pendait pitoyablement hors de celui-ci. Cependant, il ne fit pas un pas en direction de la porte. Ils n'en avaient pas terminé.
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Lun 5 Fév - 20:05
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Pour chaque invective, une réplique acérée, une riposte qui puise dans ce qu’ils savaient l’un sur l’autre. Pour mieux se canarder sans même lever le petit doigt avec des coups verbaux qui étaient tout aussi douloureux lorsque bien placés, acerbes et toxiques comme ils l’étaient séparément sans l’avoir été lorsqu’ils formaient un couple. Ironique comment les pires défauts de l’autre lui avait passé sous le nez, Rosa – comment elle avait choisi de les ignorer, en sachant pertinemment qu’aujourd’hui, elle ne retomberait pas dans le panneau. Khan déforme ses propos, les lui renvoie comme une balle de squash en pleine figure, mais la douanière n’en démord pas. « Tu penses que la fidélité c’est la seule chose qui importe? Tu t’imagines quoi, qu’une fille ne réalise pas quand elle n’est que secondaire à d’autres préoccupations, qu’elle sert juste à faire joli dans une conversation, à réchauffer un lit? » Elle n’avait pas besoin de détailler; l’homme savait sans doute exactement de quoi il parlait. Son ambition presque maladive, le mystère qui l’entourait, les histoires peu reluisantes qu’elle avait pu entendre sur son cas, mais dont elle avait fait abstraction, par choix. Rosa ne lui avait jamais reproché ça. Ça ne lui avait même pas effleuré l’esprit jusqu’à maintenant de lui faire un procès pour toutes ces émotions qu’elle ignorait ressentir, ces trahisons anciennes qui remontaient à la surface, l’empêchant de faire la part des choses. Soudainement, ils étaient de retour la décennie précédente, à se crêper chignon et moustache pour des broutilles qui n’avaient plus la moindre importance. Rosa lui crachait des rancunes qu’elle ignorait avoir avec une clarté surprenante, l’esprit toutefois embrouillé par son ressentiment.

Son expression redouble d’outrage alors qu’il la toise avec mépris dans un élan de mansplaining répugnant. Ses sourcils se froncent de plus en plus à mesure qu’il déballe son fiel et elle l’observe en retour avec une hargne qu’elle ne se connaissait pas. On s’aimait. La surprise apparaît aussitôt, brève comme une étoile filante, dans son visage, avant de laisser place à nouveau à la rage. « Tu veux savoir les raisons? Tu veux faire ça maintenant, tu veux avoir de quoi tourner la page si longtemps après les faits? Je vais t’en donner, des explications claires, si c’est ce que tu veux. » Et la liste serait longue, si elle avait une éternité pour tout dénoter, tout lui remettre sous le nez. Elle se contenterait de l’essentiel, de ce qui faisait mal, de ce qui lui ferait voir que tout n’était pas de sa faute à elle. « Le fait que c’est que quinze ans plus tard que tu te soucies des raisons de la rupture. » Elle compte sur ses doigts, comme pour tourner le fer dans la plaie, comme pour sous-entendre qu’il y en avait encore plus. « Le fait que t’es tellement égocentrique que t’as mis des efforts démesurés sur tes promotions au détriment de notre couple. Le fait que dès que t’as pensé que j’étais suffisamment accrochée, t’as cessé de me montrer que, justement, tu m’aimais. C’est vrai, ce mensonge? Je me souviens pas que tu me l’aies dit. Marrant ce que le temps peut faire à notre mémoire, hein? » Elle ose un sourire. Triste, frustré, bourré d’une haine mal placée, mais un peu nostalgique, aussi. « Je t’ai peut-être pas offert une explication assez claire pour toi, mais est-ce que tu m’as fait l’honneur de tenter de comprendre? De fouiller un peu plus loin que devant ton nez? Si ça semblait sortir de nulle part et si t’as toujours pas capté aujourd’hui, c’est parce que t’as pas réfléchi. »

Sa voix s’enroue, alors elle baisse le ton pour épargner sa gorge meurtrie par la dispute. Pour retenir ses larmes, aussi, sachant que si elle s’énerve une autre fois, elle allait pleurer, et elle se refusait à montrer la moindre once de faiblesse devant Khan. Il s’en servirait. Elle ne savait pas comment, mais il ne lui ferait pas l’honneur de faire comme s’il n’avait pas vu les larmes, pas entendu les sanglots. « Non, j’ai pas le droit », concède-t-elle finalement. « Je t’en veux quand même. » Elle n’avait jamais dit qu’elle avait la moindre logique. C’était irrationnel, émotionnel, enfoui depuis tellement longtemps qu’elle ne savait même plus si ça valait vraiment la peine.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Lun 5 Fév - 23:36
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t97-khan-andak-the-survivor?nid=1#193
Messages : 130
Âge : 40 ans
Occupation : Capitaine du Colossus 5
Habitation : Le colossus 5
Arrivée : il y a 15 ans
Pseudo : Jostophe
Avatar : Henry Cavill
Crédits : moé
Khan était perdu. La colère était une émotion simple, une pulsion qu'il était facile de suivre, comme une porte ouvrant des perspectives et des choix familiers. Qu'il aurait été aisé de simplement s'énerver, de briser des objets pour évacuer un trop plein émotionnel, se débarrasser de la frustration de ne pas comprendre, de ne pas se faire comprendre, ou de simplement se déchaîner sur autre chose que la femme en face de lui. Pourtant, il lui semblait impossible d'atteindre simplement cet état libérateur, comme retenu par la surprise que lui causait le discours de Rosa. Des reproches, il y en avait eu dans leur relation, mais Khan avait été loin de penser qu'elle été allée jusqu'à s'imaginer qu'elle n'était qu'une potiche pour lui.

-Alors... Alors là c'est... ça prouve bien que t'as rien compris, bafouilla-t-il.

Il n'arrivait même plus à aligner trois mots correctement. Il se rappelait sans peine avoir dû faire des choix, avoir largement préféré délaisser Rosa au profit d'une carrière qui s'annonçait florissante et qui l'était d'ailleurs ! Il se rappelait également ses promesses creuses de faire plus attention à elle, d'être plus démonstratif, de lui redonner l'impression que tout était encore comme le premier jour entre eux. Simple façon de temporiser jusqu'à atteindre une situation où faire la part des choses entre elle et ses ambitions personnelles ne serait plus aussi compliqué, jusqu'à atteindre un plateau confortable sur lequel il pourrait à la fois continuer de s'élever et la traiter avec autant d'égards qu'elle pensait le mériter.

Temporiser n'avait visiblement pas suffit. Rosa avait soudainement mis fin à leur relation sans explication convenable, le laissant triste, mais surtout trop froissé pour réellement exprimer l'amertume que lui avait apporté cette décision. Tant pis pour elle, s'était-il alors dit. Une rupture faite de mots aussi vides de sens que ses promesses, comme un juste retour de bâton qu'il ne se résoudrait jamais à estimé mérité. Aujourd'hui pourtant, il découvrait que la futilité de ses arguments de rupture cachait plus qu'il n'y paraissait. Négligent. Égocentrique. Distant. Menteur. Menteur. Putain si elle savait. Si elle savait à quel point elle avait raison et tort en même temps.

-Ça n'était pas à moi d'aller chercher les raisons de ta rupture, c'était à TOI de me les donner, c'était le minimum que tu pouvais faire puisque tu me jetais MOI, mais non, t'as préféré juste me lâcher et tourner la page ! Cria-t-il.

Une veine ressortait douloureusement dans son cou alors que l'injustice de la situation l'étranglait de plus en plus. Il voyait l'expression de Rosa et la connaissait suffisamment pour savoir qu'elle retenait ses larmes à présent que la colère qu'elle ressentait elle-même avait été exprimée. Khan aurait pu se laisser attendrir dans une autre situation, la prendre dans ses bras dans une autre vie, essayer d'arranger les choses entre eux, mais elle avait trop appuyé là où ça faisait mal (à sa propre demande) pour qu'il ne la laisse pas elle aussi dans la douleur.

Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle avait pu représenter pour lui à l'époque. Comment l'aurait-elle pu alors qu'elle ne savait rien de son passé ? Elle était la première à lui avoir témoigné une réelle affection depuis ses douze ans, après des années passées à vivre de violence, de meurtres et de méfiance. La première à avoir su faire ressortir un peu de positif d'un esprit depuis trop longtemps conditionné à la rage. La première à avoir su lui faire mal autrement que par les coups. Mais surtout la première qu'il avait réellement aimé depuis sa séparation forcé avec ses parents. Comment pourrait-elle jamais le comprendre ? Comment pourrait-elle un jour deviner qu'il ne l'avait mise au second plan que pour mieux l'élever ensuite ?

-Tu me traites d'égoïste, mais t'as même pas été capable de voir que je bossais pas que pour moi, mais pour nous, que mes ambitions te concernaient aussi ! T'as pas été capable d'attendre, bordel ! Il a fallu que tu foutes tout en l'air parce que je te regardais pas assez alors qu'on était si prêt, si près d'avoir la meilleure situation qu'on ai jamais eu !

Amusant comme la colère s'emparait enfin de lui, comme l'honnêteté disparaissait à peu près aussi vite, comme fatalement reliés. Dire qu'il ne faisait ça que pour eux, pour leur précieuse relation était faux. Il avait effectivement prévu une place pour Rosa dans sa vie à l'époque, avait effectivement attendu que gérer à la fois leur couple et sa carrière devienne plus simple, mais il avait avant tout pensé à lui dans cette histoire. Vouloir s'élever dans la flotte avait été une priorité qu'il pensait pouvoir concilier avec sa relation avec Rosa, qu'il souhaitait avoir à ses côtés, mais le temps lui avait prouvé qu'il se trompait sur ce point.

-Tu m'en veux ? Parfait. Je t'en veux aussi.

Pourquoi ? Elle ne méritait pas de le savoir. Il le lui dirait peut-être dans dix ans, quand ils auraient encore une dispute, certainement en pleine crise de la cinquantaine. Avouer dès à présent qu'il lui en voulait tout simplement de ne pas avoir voulu lui revenir était de toute façon trop facile. Trop tard aussi.
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Ven 9 Fév - 3:49
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Il estimait qu’elle n’avait rien compris, et, à son tour, elle lui hurlait que c’était lui qui méprenait tout. Un dialogue de sourds comme on en faisait rarement, où l’un et l’autre se balancent à la tête injures et insultes, sans discriminer quant à leur portée ou leur véracité. Un feu de paille qui, en d’autres circonstances, s’éteindrait avec le passage du temps, lorsqu’il n’y aurait plus rien à brûler; or, il menaçait cette fois de mettre feu à la grange au complet. « T’es débile ou quoi? Non, bien sûr que non, j’ai aucune raison à te donner; c’est toi qui avait qu’à pas faire de trucs qui me poussent à bout, qui me fasse tirer un trait sur… sur nous! C’était quoi dans le grand schème de ta vie retarder tes glorieuses ambitions, fait-elle avec un sarcasme suintant, d’un an ou deux pour t’assurer que la fille qui t’aimait te tournait pas le dos, hein? » La question est à la fois légitime et rhétorique; elle ne s’attendait pas réellement à une réponse cohérente, ni même à une réponse, tout court. Pourtant, et ironiquement, si elle n’avait plus aucune attente à l’endroit de son interlocuteur, les larmes lui montent aux yeux, d’abord imperceptiblement, puis impossibles à retenir efficacement. Elle ne se souvenait que trop bien de sa fascination pour Khan, pour ce qu’il représentait, avant que ça ne se transforme en simple loyauté, puis en lassitude. La gradation avait été douce, lente, avant la chute brutale, le coup de tête qui avait mis un terme à leur histoire. Peut-être que si la communication avait été meilleure, ils auraient mutuellement compris le message de l’autre, les griefs et les mécontentements.

Si les larmes creusent désormais des sillons dans ses joues, Rosalija ne retient pas un ricanement désabusé. « J’en crois pas un seul mot. Pas un seul. C’est pas moi qui ai pas su attendre. C’est toi qui as rien dit, qui m’a gardé isolée de tes projets, de tes ambitions – c’était tes victoires, tes succès. Pas les nôtres. Je préfère largement être seule qu’être la trophy wife de l’équivalent d’un parvenu Stellarien! » Ce n’était pas non plus tout à fait vrai. Si elle n’était pas malheureuse seule, elle n’était pas non plus… bien. Comme n’importe qui de son âge, elle avait envie de s’établir. Pas nécessairement de fonder une famille, mais d’avoir quelqu’un avec qui écouler ses vieux jours, qui arriveraient sans doute bien plus vite qu’elle l’imaginait. Elle ne considérait pas non plus Khan comme quelqu’un qui avait eu de la chance. Il avait travaillé dur pour en arriver là où il était, et c’était quelque chose qu’elle respectait, malgré tout ce qu’elle pouvait dire. Dans l’immédiat, il lui semblait plus pertinent de piquer là où ça ferait peut-être mal, de tenter de voir jusqu’où elle pouvait tirer l’élastique, juste parce qu’il l’avait cherché et qu’elle refusait d’être la victime. Alors qu’ils se crachent au visage leur ressentiment mutuel, Rosalija croise les bras sur sa poitrine, renfrognée, peu réceptive à ce que Khan pouvait lui reprocher.

Puis, les mots lui montent à la gorge sans qu’elle puisse les retenir, sans qu’elle puisse faire la part des choses. « De toute manière, je la plains, cette pauv’ fille. Elle a probablement pas assez d’amour propre pour se trouver quelqu’un qui la traitera pas comme une belle gueule à baiser quand t’auras le temps ou l’envie! » Insulter la nouvelle fille de Khan était puéril. Inutile, même, complètement de trop. Pourtant, c’était sorti tout seul, lacérant à la fois le respect que la femme pouvait avoir pour elle-même et la capacité de Khan à respecter sa moitié. Elle savait que c’était faux, ou du moins, ne s’était elle-même jamais sentie comme un simple objet, malgré les reproches qu’elle pouvait lui faire. C’était juste… facile. Motivé par une certaine jalousie mal placée. Ça suffisait.




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Ven 9 Fév - 15:34
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t97-khan-andak-the-survivor?nid=1#193
Messages : 130
Âge : 40 ans
Occupation : Capitaine du Colossus 5
Habitation : Le colossus 5
Arrivée : il y a 15 ans
Pseudo : Jostophe
Avatar : Henry Cavill
Crédits : moé
Parvenu ? Khan s’insurge. Personne ne la lui avait encore jamais faite celle la. Parvenu ? Personne n’avait osé, sans doute. Eût-elle été une autre qu’il n’aurait pas hésiter à lui faire passer l’envie de l’appeler comme ça à nouveau. Une bêtise complète, bien entendu. La frapper ne serait qu’une preuve pour appuyer ses dires. Mais parvenu ? Vraiment ? Elle le connaissait mieux que personne sur cette flotte et cet avantage lui permettait largement de savoir où son ego était le plus facile à heurter. Khan était fier. Très fier même. Qu’elle s’amuse à lui rabaisser ses succès et ses ambitions, mais pire que tout, qu’elle le rabaisse sur ses choix, ça ne passait que très difficilement. Elle s’était mise à crier, mais les embryons de larmes qu’il avait vu dans ses yeux avaient fini par couler, ne faisant qu’attiser un peu plus sa colère.

-T’es vraiment qu’une ingrate, bordel ! Non en fait c’est pire que ça, t’es jalouse. Jalouse parce que t’as pas réussi à satisfaire les tiennes, d'ambitions, alors que rien n’a arrêté dans ma propre carrière.

C’était un coup bas, bien plus bas qu’il n’aurait sans doute du viser. Déloyal presque. Mais Rosa n’avait pas l’air de vouloir retenir les siens alors il ne lui ferait pas la gentillesse de faire de même. Il n’avait pas à partager des victoires qu’il avait obtenu seul, à la force de ses poignets, parfois à la force de ses poings. L'eût-il voulu qu’il ne l’aurait quand même pas impliquée dans ses combines. Trop de risques pour elle. Trop de risques pour lui. Un homme acheté restait pour avoir plus. Un homme menacé se taisait pour ne pas subir de revanche. En revanche, les liens sentimentaux qui unissaient deux personnes n’étaient pas assez solides pour garantir une loyauté suffisamment longue pour y risquer sa vie. Il n’avait aucun doute sur la sagesse de ses propos puisqu’il en avait la preuve directe aujourd'hui, alors qu’il se déchirait avec Rosa. Elle n’aurait jamais compris l’importance de son destin de toute façon.

Car c’était de ça qu’il s’agissait à l'époque, n'est-ce pas ? Khan, survivant providentiel d’un abandon au beau milieu de l'espace. Khan, survivant rescapé d’un massacre sanglant qui avait vu mourir tous les fils de pute avec qui il travaillait. Il aurait dû mourir deux fois et deux fois il avait réussi à s’en sortir, sur le fil. Il avait quelque chose à faire de sa vie, quelque chose qu’il n’avait pas encore accompli, il en était sûr. Quelque chose qui n’avait rien à voir avec Rosa et qui avait placé cette bande de mineurs sur le chemin de son astéroïde pour qu’il s’en sorte. Quelque chose qui lui permettait de continuer, même maintenant, qui l’aidait à provoquer la réussite après laquelle il courrait.

-Parvenu mon cul ouais, finit-il par marmonner. T’as pas été mise de côté, c’était un truc que je devais faire seul, mais dont t’aurais profité. Dont tu pourrais être en train de profiter, alors arrête de rejeter la faute sur moi !

Sa voix avait repris du volume, mais alors que sa fureur et sa frustration d’être ainsi confronté à une femme qu’il appréciait, la limite fut franchie par celle-ci. Son regard changea. Si jusque là il n’avait dans les yeux qu’une franche colère, désormais elle avait laissé place à quelque chose de plus menaçant. Il avait frappé un homme aujourd'hui pour défendre Rosa, si la dispute le leur avait fait oublié, c’était un fait qui planait malgré tout entre eux. Rosa n’était que son amie. Si elle s’en prenait à Beatrix, elle ne se trouverait pas du bon côté de sa main.

-Attention Rosa. Il ne criait plus. T’en prends pas à elle. Tu peux m’insulter, tu peux me dire que j’étais le pire mec avec qui tu sois sorti, mais tu t’en prends pas à elle. Je te le permettrai pas. C’est entre toi et moi cette histoire.

Qu’il l'aime ou pas n’était pas la question ici. Il appréciait Beatrix et bien qu’il soit loin d’être une modèle de justice et d'intégrité, la jeune femme ne méritait pas qu’on s’en prenne à elle. Elle n’avait rien à voir dans leur conflit.
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Mer 14 Fév - 4:31
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Si Khan se sent heurté par les paroles de Rosa, il ne tarde pas à lui rendre la monnaie de sa pièce. Bien qu’elle s’y soit attendu – après tout, ils avaient tous les deux leur petite fierté mal placée qui faisait en sorte qu’il était bien trop facile d’écorcher leur amour propre –, ça pinçait quand même, comme une aiguille qui transperce le myocarde avant d’en ressortir aussitôt. Une blessure invisible, mais tout de même présente, et infiniment désagréable. Pour seul résultat, une mâchoire serrée, crispée à l’extrême, démontrant uniquement la rage qui l’animait alors que Khan l’insulte, lui renvoyant la balle de sa propre injure. Finalement, l’envie de pleurer s’éclipse, laissant place à une fureur ravivée qui lui faisait promettre de ne pas ménager l’ego déjà meurtri de l’homme. Passant les manches de son uniforme sur ses joues d’un geste vif, elle fait disparaître toute trace de ses larmes, prête à repasser à l’offensive.

« Quel ego! Tu t’es jamais dit que ça me tentait peut-être pas d’être mise au rencart pour… “profiter”? Profiter de quoi, d’ailleurs, hein? Tu t’obstines sans rien dire en fait. C’est vide. Comme tes promesses. Qu’est-ce que j’en sais, peut-être que tu dis ça pour bien paraître. C’pas comme si tu m’avais prouvé quoi que ce soit. » L’argument semble tenir la route, du moins, à ses oreilles à elle, à son avis. Khan lui offrait de beaux discours et des paroles qui faisaient miroiter devant ses yeux noirs la promesse d’un futur meilleur – si seulement elle avait eu la présence d’esprit de faire preuve de plus de patience. Le reproche lui semblait tellement ironique, maintenant qu’elle y pensait. Ils se faisaient des reproches mutuellement, se crachant au visage des venins différents, mais qui avaient tous les deux pour effet d’attiser colère et frustration. Rosalija s’était sentie négligée, abandonnée, reléguée au second plan et ce, malgré de nombreuses discussions entamées avec Khan à ce sujet. Deux jours d’efforts de sa part, un cadeau, peut-être, et les vieilles habitudes revenaient au galop – en plus de doubler chaque fois la lassitude et la déception de la brune. Comme quoi être courtoise au moment de la rupture n’avait pas suffit à enterrer le cadavre de leur relation assez profondément, et ce dernier revenait les hanter après tout ce temps, pour leur plus grand malheur.

C’est finalement en mentionnant la nouvelle dulcinée de Khan que la situation s’envenime. Elle sent l’atmosphère changer autour d’eux, devenir tendue, glaciale, vile. Un nuage toxique qu’elle ne prendrait pas la peine de balayer. Au contraire. Malgré ses yeux bouffis par les larmes, sa moue se transforme en sourire narquois – brièvement. Juste assez pour montrer à Khan à quel point elle savait avoir mis le doigt en plein cœur de la plaie ouverte. « Ooooh… je vois. Faut défendre l’honneur de madame, je comprends. » Elle inspire profondément par le nez, trouvant dans ce moment d’ancrage une force nouvelle. Rosa fixe son interlocuteur, les yeux plantés dans les siens, soutenant son regard avec affront. « T’as peur de quoi? Que j’aille lui dire à quel point elle sera malheureuse au bras d’un mec comme toi? Que je la mette en garde contre tes mauvaises habitudes et ton inaptitude à mettre un peu du tien dans un couple? » Un autre bref silence; elle fait un pas en avant, posant son index tendu sur le torse de Khan. « Je devrais p’t-être. Et quand, inévitablement, elle sera déçue, qu’elle se dira qu’elle a perdu son temps, le cœur brisé, j’irai ramasser les morceaux, et je lui dirai que je l’avais bien prévenue et qu’elle aurait dû être assez brillante pour s’en rendre compte d’elle-même. »




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Jeu 15 Fév - 21:04
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t97-khan-andak-the-survivor?nid=1#193
Messages : 130
Âge : 40 ans
Occupation : Capitaine du Colossus 5
Habitation : Le colossus 5
Arrivée : il y a 15 ans
Pseudo : Jostophe
Avatar : Henry Cavill
Crédits : moé
Khan avait visiblement touché une corde sensible en lui rappelant le peu de succès qu'elle avait eu avec sa carrière. Il connaissait les ambitions déçues de Rosa, toutes modestes qu'elles soient. Il savait qu'elle était à son poste depuis de trop longues années, qu'elle avait visé plus haut, mais échoué. Elle n'avait pas su donner suffisamment d'elle-même. Elle n'avait pas su tout donner pour obtenir ce qu'elle voulait. À l'époque, il l'avait simplement plainte, mais ce soir il la méprisait pour ça. Elle n'avait pas ce qu'il fallait en elle. Et non seulement elle ne l'avait pas, mais en plus elle osait le considérer comme fautif de ne pas avoir été suffisamment présent pour elle. Elle ne pourrait jamais comprendre ce que c'était de vraiment vouloir quelques chose, d'être non seulement prêt à tout, mais aussi de mettre en œuvre les pires bassesses pour l'obtenir. Peut-être l'opposant de Rosa pour le poste avait-il cette chose dont elle semblait manquer. Peut-être avait-il fait en sorte de l'évincer pour le grade. Khan n'en savait rien, il n'avait que le résultat devant lui et se rendait compte d'à quel point il était décevant.

Mais Rosa avait cessé de pleurer, la rage brillant dans ses prunelles. Khan le voyait comme une victoire sur elle. Il voulait qu'elle s'énerve, il voulait qu'elle sorte de ses gonds, qu'elle lui donne de sa personne. Il voulait qu'elle s'approche de cette ligne dangereuse sur laquelle il jouait déjà au funambule, en équilibre instable. Qu'il bascule d'un côté ou de l'autre et il était sûr d'emporter une partie du mobilier à la casse en partant. Il la regarda essuyer ses larmes de sa manche, comme pour effacer cette faiblesse qu'elle avait malencontreusement laisser transparaître. Trop tard, Rosa. Mais elle lui fit ce plaisir d'aller plus loin encore. Un plaisir emprunt de colère et de rancœur, mais un plaisir de pouvoir ressentir les choses avec autant d'intensité. Le débat était stérile depuis le début car aucun d'entre eux ne voulait porter seul l'échec d'une relation dans laquelle ils s'étaient tant investis sentimentalement, pourtant ils s'acharnaient à s'accuser de tous les maux. On aurait presque pu croire à une mauvaise série audio amateur, scénarisée par un adolescent en manque d'amour. À la différence que cette histoire là ne mènerait pas à une réconciliation pleine de bons sentiments, mais plutôt à une escalade toujours plus effarante d'amertume et de fureur.

-Une meilleure situation ? Rugit-il. Un cadre de vie plus confortable, et pas vivre dans l'idée qu'à n'importe quel moment tu peux te faire virer de chez toi ? L'occasion d'avoir un gosse ? Profiter d'être ensemble dans le confort, merde !

Et il s'énerve, le vice-capitaine. Il s'énerve de ne pas avoir su mener ce vaisseau là, d'avoir été forcé de terminer seul le voyage. Il s'énerve et pourtant, soudainement le ton change. Rosa s'était enfin trop rapprochée de la ligne et des frissons d'anticipation parcoururent le corps de Khan. Elle ne sembla pas mesurer la chance qu'il lui laissa de faire un pas en arrière. La plupart des gens ne recevaient pas ce genre d'opportunité, le crétin de tout à l'heure en était un parfait exemple. Tant qu'ils restaient sur des reproches personnels directs, Khan pouvait le supporter. En revanche, qu'elle s'attaque à Beatrix en plus de lui était beaucoup plus difficile à accepter. L'insulte fuse, malgré la menace bien présente dans voix. Une insulte de trop. Une insulte qui ne passe pas, accompagné d'un reproche qui le transperça.

Elle avait fait l'erreur de trop se rapprocher, de le toucher alors que la colère l'électrifiait aussi sûrement qu'un coup de défibrillateur. À peine avait elle terminé sa phrase qu'il ne lui laissa pas l'occasion d'enchaîner sur quoi que ce soit d'autre. Sa main fouetta l'air avant de faire rudement la rencontre de la joue de Rosa. Un claquement sonore résonna alors entre eux tandis qu'elle titubait sous la violence du coup. Emporté par cet élan de violence, Khan fit un pas en avant, un seul, une terrible lueur dans le regard, prêt à continuer ce qu'il avait commencé, mais il s'obligea, se contraignit à s'arrêter. Il y avait longtemps qu'il n'avait pas connu une telle envie de cogner quelqu'un, longtemps qu'il n'avait tout simplement pas perdu le contrôle de ses nerfs. Il ne pouvait nier la satisfaction qu'il avait ressenti au moment de la frapper, mais il ne pouvait pas non plus ignorer le dépit que cette situation finit par lui apporter.

L'erreur de Rosa était humaine, elle avait voulu le heurter autant que lui l'avait blessé. Cependant, elle n'avait aucune idée de la profondeur du coup qu'elle lui avait assené. Défendre l'honneur de la madame ? Si seulement il n'avait été question que de ça. Mais non. Il avait fallu qu'elle parle de déception, qu'elle lui crache à la figure des mots aussi brûlant que leurs couteaux laser. Khan n'avait pas seulement vu une insulte sur les capacités intellectuelles de Beatrix. Il avait aussi vu tout ce qu'elle lui reprochait vraiment, dans le fond. Il avait alors été blessé, si blessé qu'elle s'abaisse à ça pour lui dire les choses aussi crûment ! Il ressentait presque physiquement la douleur qu'elle lui infligeait depuis le début de cette conversation, l'injustice à laquelle il était soumis, et finalement ce reproche de ne pas être capable de garder une femme heureuse avec lui. Il avait eu envie qu'elle goûte à cette douleur qu'elle lui infligeait. Le coup était parti tout seul, comme un partage vicieux, mauvais.

-Regarde ce que tu me fais faire, dit-il à voix basse.

Sa main était encore chaude, brûlante même, du coup qu'il avait donné. Il ne l'avait jamais frappé auparavant, c'était une première pour lui. De manière générale, il n'avait jamais frappé une personne qu'il aimait, auparavant. Il ne regrettait pas de l'avoir fait. En revanche, il regrettait d'avoir à ce point perdu le contrôle de lui-même.
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     Ven 16 Fév - 18:21
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/ http://beyond-earth.forumactif.com/
Messages : 357
Âge : 37 ans
Occupation : Docker de la commission
Habitation : Argus One
Arrivée : 2200
Pseudo : Canard
Avatar : Golshifteh Farahani
Crédits : minako (av), old money (sign), elara (crackship)
Le bruit sec de la gifle résonne dans la pièce, mais surtout dans son crâne; elle titube, faisant un pas en arrière, encore sonnée lorsqu’elle relève les yeux pour observer son interlocuteur. Si le but de Khan était de la faire taire, de lui retirer toute envie de poursuivre leur conversation mouvementée, c’était mission accomplie, et avec brio. Si ses lèvres sont entrouvertes, elle ne prononce pas le moindre mot, se contentant de dévisager le vice-capitaine qui avait réussi à faire voler en éclats sa fureur et sa rage folle au profit d’une émotion bien plus dévastatrice. La peur. Tous les reproches qu’ils avaient pu se faire s’étaient évaporés de son esprit au profit de cette fraction de seconde de douleur physique qui était d’autant plus éloquente que leurs invectives. Rosalija porte sa main à sa joue, le regard toujours rivé sur l’homme qui lui fait face. « Charlie, appelle la milice. » Si elle avait été irrationnelle dans son énervement, lui, il avait dépassé les bornes, fracassé les limites de ce qu’on pouvait considérer une discussion peu constructive, mais strictement verbale. Parfois, les paroles faisaient plus mal que les coups, mais cette fois, elle devait admettre que la gifle la heurtait à plusieurs niveaux. Elle faisait mal physiquement, pinçait, chauffait la peau douce de son visage, en plus de démolir ce qui pouvait lui rester de confiance et de respect pour Khan, transformant la poignée de bons souvenirs qu’elle avait de leur histoire en réminiscences douces-amères. Voyant qu’il ne bougeait pas, elle reprend : « Tu devrais filer avant qu’ils arrivent. C’est l’Argus, ici, pas le Colossus. Ils mettront pas de temps à débarquer. » Les cabines tout autour étaient pleines de miliciens qui se feraient un plaisir de le forcer à quitter – et à répondre de son agression. Elle aurait le dernier mot, après tout, se dit-elle alors que le vice-capitaine s’éclipse sans demander son reste.

Dès que la porte se referme derrière lui, Rosa pousse un soupir dévasté, enfouissant son visage dans ses mains tremblantes. Elle tente de reprendre le contrôle sur sa respiration, fait quelques pas en rond dans l’exiguë cabine qu’elle occupe au quotidien. Elle défait sa chemise d’uniforme et le lance sur le lit, demeurant en débardeur, puis noue ses cheveux sommairement. Quelques instants suffisent pour que la porte se rouvre, la faisant sursauter, laissant voir de l’autre côté une paire de miliciens. « Tout va bien? » Elle feint son meilleur regard noir, sûrement convaincant, alimenté par les événements des dernières minutes. « Putain on vous a jamais appris à toquer? Je suis en train de me changer! » prétend-elle. Les miliciens semblent momentanément déstabilisés. « On a eu un appel. Peut-être une dysfonction », avance l’un d’entre eux, et l’autre acquiesce, hochant la tête. Rassurés, ils repartent, non sans de plates excuses à l’endroit de la douanière, qui s’empresse de veiller à ce que sa porte soit correctement verrouillée. Elle n’avait jamais eu l’intention d’envoyer la milice aux trousses de Khan, malgré le coup qu’il lui avait assené. Rosa gérait ses problèmes elle-même, qu’il s’agisse de les régler ou de les éviter. Dans ce cas, elle risquait de s’en tenir à la seconde option. Après quelques secondes à fixer le vide, elle se laisse choir dans une chaise, rejouant les événements de la soirée dans sa tête. Malgré tout, elle était sortie victorieuse, d’une bien sinistre façon, en forçant Khan à perdre le contrôle et à sortir de ses gonds. Elle avait gagné, certes, mais à quel prix?

****




--- i've been blessed
and i've been cursed, i've been the best, i've been the worst – now i take what's mine
MessageSujet: (#) Re: read my mind / k     

RÉPONSE RAPIDE