I think I need you, and that's so hard to say. | Ithan & Rhil
MessageSujet: (#) I think I need you, and that's so hard to say. | Ithan & Rhil     Sam 12 Jan - 19:29
Ithan Keikwan
http://beyond-earth.forumactif.com/t120-sleep-under-the-stars-ithan-keikwan http://beyond-earth.forumactif.com/t139-if-you-need-me-i-ll-be-in-space-ithan-keikwan
Messages : 166
Âge : 38 ans
Occupation : Médecin & chirurgien spécialiste en cybernétique.
Habitation : Sur le Regina Mercy avec le reste du corps médical.
Arrivée : 2200, lors de la fuite de la flotte le 9 novembre.
Pseudo : Akira
Avatar : Travis Fimmel
Crédits : Lady Azraël | Wiise

   
I THINK I NEED YOU, AND THAT'S SO HARD TO SAY.
Rhil & Ithan | 2 jours avant les résultats pour Qianq
Ils étaient si nerveux. Comme des enfants attendant le jour de leur anniversaire, car ils savaient qu'ils allaient avoir droit à un cadeau unique. Tu ne pensais pas l'être, mais Ithan tu te surprenais à être aussi impatient que ton amant concernant Qiang. Tu ne savais pas pourquoi, tu ne savais pas comment, mais l'excitation était devenue la même que celle de Rhil. Ou plutôt, n'était-ce pas en train de s'inverser ? C'était maintenant l'angoisse des résultats qui prenaient aux tripes l'astronome, le forçant à quitter le lit du médecin pour se concentrer sur son travail. Tu savais que tu ne pouvais faire plus, que lui offrir un baiser et une étreinte avant d'aller te coucher. Tu avais été emporté rapidement par le sommeil, éreinté par cette journée de préparation. Tu allais quitter peut-être bientôt des patients, tu aimais habituellement que tes affaires soient en ordre, mais là encore plus que d'habitude. Tu allais peut-être toucher de nouveau la terre, sentir la poussière sous tes doigts, découvrir un autre paysage, comme une douce mélancolie reliée à ton enfance. C'est sur la vision de ton amant penché sur le bureau, que tu finis par t'endormir, serein de ce qui t'attendait peut-être dans quelques jours.

Un sommeil sans rêve, sans cauchemar. Un sommeil de paix et réparateur. Tu ne penses à rien, ni personne. Des images commencent à apparaître, tu bouges dans ton sommeil sans t'en rendre compte. Tu n'es pas des plus agités dans ton sommeil, ni des plus calmes. Tu as cette impression qui n'était pas là avant, comme une pression dans ta poitrine. C'est simplement que tu relâches tes nerfs et tes muscles dans ton sommeil, rien d'autre. Puis sensation de stress commence à te prendre. Et si tu étais refusé ? Tu étais malade après tout, pourquoi prendraient-ils une personne comme toi et pas un médecin tout à fait normal ? S'il se passait quelque chose sur le trajet, ou Qiang ? S'il y avait un accident, comme avec le Jeanne d'Arc ? Et si… si tu ne pouvais pas le faire ? Cette sensation s'alourdit encore sur ta poitrine, tes membres s'engourdissent, cela devient trop douloureux, quelque chose se serre encore et encore en toi. Tu avais la peur qui parcourait tes veines, alors que tu ouvres violemment les yeux. Tu ne vois que le plafond éclairé par la lumière sûrement du bureau.
Ta respiration est saccadée ou bien tu ne respires plus ? Ta poitrine te fait mal, non, tu ne faisais pas une crise cardiaque, impossible, pourquoi tu en ferais une. C'était… Tu ne sais pas, mais tu as mal. Tu as les larmes qui te montent aux yeux, une main sur ta poitrine. Ton poing se resserre sur ta peau nue, tu te sens transpirer, les yeux mouillés, tu n'arrives pas à te calmer. Tu n'arrives pas à regarder autour de toi, tu as simplement mal, l'autre main serrant le drap sous lui de sa main qui ne tenait pas sa peau. « …h…hil… » Pitié, tu dois te faire entendre, car tu te sens presque mourir, étouffé par la peur d'une mort que tu as l'impression de venir t'enlacer de ses bras.
code by bat'phanie


He didn't just fall in love with him once. He falls in love with him every time he looks at him.
by wiise


MessageSujet: (#) Re: I think I need you, and that's so hard to say. | Ithan & Rhil     Dim 13 Jan - 0:08
Rhil Trasam
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 473
Âge : 38 ans
Occupation : Astronome | Hélios.
Habitation : RM
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

   
I THINK I NEED YOU, AND THAT'S SO HARD TO SAY.
Rhil & Ithan | 2 jours avant les résultats pour Qianq
Sa jambe est sans repos. Elle tressaute, encore et encore. Elle heurte le bureau à intervalles rapides. L’hématome se forme depuis plusieurs nuits sous son pantalon doux et usé par les nuits blanches. L’étendue violacée s’étend au-dessus de son genou, elle disperse des étoiles jaunâtres en une galaxie nerveuse. Il est incapable de se concentrer et le bruit blanc du vivarium et de la respiration irrégulière d’Ithan conjuguées noient tout le reste. Il ne compte pas les respirations de Ithan, comme il le fait souvent, le regard perdu devant lui, comme si fixer le vide pouvait effacer la paroi, convoquer toutes les étoiles de la galaxie sous ses yeux. L’esprit blanc. Incapable de se concentrer, de réfléchir mais de dormir aussi. A quoi ça lui sert, de faire semblant de travailler ? Pour avancer dans les étoiles ou ruiner votre relation parce c’est plus facile d’étreindre un corps dans un vestiaire sans se réveiller à côté de lui, haleine du matin et doigts aux creux du dos. Qiang, Qham, Qiang, Qham. Cela tourne en boucle. L’excitation alterne avec l’angoisse. Les tests sont passés. Il a répondu aux questions, et il a la sensation d’être un parfait connard au fond de son estomac. Son esprit insiste ; c’était le seul choix à faire. Il a nagé, il a couru, fait ses têtes d’efforts, du mieux qu’il pouvait. Le mieux de toute sa vie. Et comme toujours, cela ne sera peut-être pas assez.
Le nœud dans sa gorge se reforme. Il n’est pas sensible aux crises d’angoisse, mais ces dernières semaines, il est tendu, invivable, nerveux jusqu’à se rendre malade, proche de la nausée, à pleurer sur le tapis de gym. Son esprit se cristallise sur Qiang, rien d’autre. Il ne supporte plus de rester étendu contre Ithan, à perdre du temps, à ne rien faire. Il se relève maintenant, chaque nuit, glissant silencieusement à son bureau, ses lunettes rempart contre la pénombre et l’épuisement.
L’électrochoc le tire de sa transe inutile, lui saisit le cœur à pleines mains. La plainte d’Ithan le pétrifie. Glacial, le frisson bloque son souffle, sa colonne vertébrale tendue à se rompre. La hantise serre ses griffes autour de son cœur, presse, presse comme une étoile qui se condense et gèle avant d’imploser. « - Je ne voulais pas te réveiller… » Le murmure suinte, ses lèvres sèches. L’excuse passe ses lèvres avant même qu’il se soit tordu sur sa chaise. Il aurait dû être plus prudent. Il attend que son monde s’écroule. C’est l’un de ses réveils récurrents, pantelant, entre les bras de Ithan.
« - Waoh, waoh. Ithan. » Stupéfaction. Précipitation. La nausée l’étrangle, terminal et cigarette sont laissés de côté, sur la table alors que tu viens auprès de lui. Il progresse à genoux sur leur lit, un mauvais sentiment de déjà vu l’oppresse, il se sent étouffé sous les couettes qui s’enfoncent sous lui. Jy avait failli mourir dans son lit. Ses doigts se referment sur ceux d’Ithan, ils étreignent son cœur ensemble et tu te penches sur lui, les traits barbouillés. Ce n’est pas réel, tout a la figure d’un cauchemar dans la pénombre, irréel. Depuis qu’il a commencé à tracer les cicatrices de ses lèvres, c’est une crainte perpétuelle qui se réalise. « - Ithan, ton cœur. » Question stupide, idiot, il a besoin de l’énoncer. Cela submerge le désir égoïste que Ithan se rendorme, qu’il le laisse de la place pour penser et se ronger les sangs. Il n’y a que le besoin qu’il vive.
Il porte leurs doigts à ses lèvres, le cœur bat la chamade. Les siens tremblent, alors que la voix de l’astronome se veut sûre, affirmative, comme s’il pouvait faire fonctionner son cœur avec ses mots. La science ne marche pas comme ça, et pourtant il pose sa main libre entre ses côtés, là où il y a son cœur, ses cicatrices, la machine qui le rend humain. Il le réchauffe sous ses doigts d’où les pansements malhabiles se décrochent. « - Ce n’est rien, tu es en sécurité, respire, respire. Mon cœur, tu as fait du bon travail, ça fonctionne, aie confiance, stardust, ne meurs pas, tu… Charlie !» Sa voix dérape. « - Pas maintenant . » Il serre les dents malgré lui, les traits tendu, le regard ancré à celui de Ithan comme pour l'appeler à lui et la frustration déforme ses traits, il se mord la lèvre inférieure jusqu’au sang. Pas maintenant.

code by bat'phanie



It is not clear that intelligence has any long-term survival value.

« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: I think I need you, and that's so hard to say. | Ithan & Rhil     Mer 16 Jan - 22:02
Ithan Keikwan
http://beyond-earth.forumactif.com/t120-sleep-under-the-stars-ithan-keikwan http://beyond-earth.forumactif.com/t139-if-you-need-me-i-ll-be-in-space-ithan-keikwan
Messages : 166
Âge : 38 ans
Occupation : Médecin & chirurgien spécialiste en cybernétique.
Habitation : Sur le Regina Mercy avec le reste du corps médical.
Arrivée : 2200, lors de la fuite de la flotte le 9 novembre.
Pseudo : Akira
Avatar : Travis Fimmel
Crédits : Lady Azraël | Wiise

   
I THINK I NEED YOU, AND THAT'S SO HARD TO SAY.
Rhil & Ithan | 2 jours avant les résultats pour Qianq
Rhil n'est pas là. C'est la seule constatation que tu peux faire dans l'instant. Tu pensais qu'il était venu se coucher auprès de toi, mais peut-être pas. Tu sais qu'il était encore dans la pièce, la chambre n'était pas si grande que ça. Tu n'avais aucune idée de l'heure qui pouvait être, seulement conscient qu'il faisait nuit et que tu ne devais pas te lever avant quelques heures. Mais ça, tu n'y fais plus attention. Le plafond n'est pas une vision très réconfortante de toute manière, mais tu n'arrives pas à t'en détacher. Et puis sa voix vient caresser ton oreille, te donnant un nouveau souffle. Mais il n'est toujours pas là. Ithan tu le cherches des yeux, mais finalement, tu sens sa main puis voit son visage au-dessus du tiens. Tu te sens toujours étouffé sous lui, la douleur te lançant dans la poitrine, tes doigts s'ouvrent un peu pour venir ceux de Rhil. Enfin ton regard attrape le sien, alors que ta respiration reste très chaotique. Tu avales difficilement ta salive. Ton cœur ? Oui, non. Ça ressemblait … mais ce n'était pas possible. C'était quelque chose d'autre.

Tu ne quittes pas son regard, toujours au-dessus de toi. Tu as envie de pleurer pour une raison qui t'échappe totalement. C'est simplement une crise d'angoisse. A partir du moment où le médecin peut sentir la chaleur se diffuser sur ta poitrine, c'est comme si tes pores s'ouvraient et tes poumons avec. Ta respiration ralentit un petit peu, tu prends des inspirations plus profondes et moins rapides. « Je suis… désolé… » Il resserre doucement ses doigts avec le peu de force qu'il a sur ceux de son amant. Son cœur lui fait déjà moins mal. Tu lèves les yeux autour de toi, tu cherches à avoir les idées plus claires. La phrase a du mal à se former dans ton esprit. « Charlie… Scanner des fonctions cardiaques. » Un silence passe avant que la voix de l'intelligence signale le début de l'opération. Là, il tient la main de Rhil avec force, oubliant le scanner. « Pardon, pardonne-moi… I'm so scared. » De te décevoir, en amour, sur Qiang, d'être inutile, de s'engager dans quelque chose qu'il ne pourrait peut-être pas assumer. « Résultat du scanner : toutes les fonctions sont normales. Rythme cardiaque normal. » Pourtant, tu avais l'impression qu'il battait à deux cents dans ta poitrine. Mais entendre le résultat relâche un peu la pression en toi.
Tu trembles un peu contre rhil, ta respiration continue de reprendre un rythme normal, mais incapable de bouger. « Ça faisait longtemps… que je n'avais pas eu une crise pareille… pardon, c'est ma faute, je t'ai fait peur. » Tu murmures une litanie d'excuse en le regardant. S'il te plaît, tu ne veux pas qu'il fuit, qu'il est peur… Tu peux lire la terreur dans son regard. Toi qui penses trop, toi qui dois être celui rassure l'autre. Tu restes là, cherchant dans son regard une rédemption à ton comportement, à ta personne, à son pardon pour ta fragilité terriblement humaine.
code by bat'phanie


He didn't just fall in love with him once. He falls in love with him every time he looks at him.
by wiise


MessageSujet: (#) Re: I think I need you, and that's so hard to say. | Ithan & Rhil     Sam 26 Jan - 17:16
Rhil Trasam
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 473
Âge : 38 ans
Occupation : Astronome | Hélios.
Habitation : RM
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

   
I THINK I NEED YOU, AND THAT'S SO HARD TO SAY.
Rhil & Ithan | 2 jours avant les résultats pour Qianq
La peur reflue en lui lentement, sans à-coups, comme un petit animal qui rentre dans sa tanière pour ne pas se faire voir à temps. L’égoïsme a un goût amer comme le sang. Peut-être bien qu’il se soit ouvert la lèvre quand il a pris son sang-froid à deux mains, ses nerfs au bord des lèvres, l’oreille tendue pour entendre le cœur d’Ithan. Le battement est décousu sous ses doigts, erratique, et il semble sentir le cadavre d’Ithan au travers des côtes qui jouent au corset de son cœur. Plus d’unisson entre parenthèses. Rhil veut qu’il vive parce qu’il voit leur vie se dénouer d’une seule crise, et si la porte claque, si Ithan claque, il est seul, perdu dans l’univers. Plus une étoile à l’horizon, le néant ne va pas l’absoudre. Rhil secoue la tête, gauche-droite. Il adoucit sa dénégation d’un sourire désolé, empreint d’une tristesse décousue par l’embarras. La peur ? Ithan s’excuse d’avoir peur, alors que Rhil ne s’excusera jamais assez.
Il se redresse un peu, quand le regard d’Ithan divague. Qiang a distrait son esprit obsessionnel, le cosmos gît inachevé dans un coin de leur cabine. Rhil ne le quitte pas des yeux, son pouce ne quitte pas le dos de sa main, caressant doucement sa peau, au rythme de son propre cœur. Sa main glisse le long du torse de Ithan, lui laissant un peu d’espace, un peu d’air. Il lui laisse le temps de parler, de se reprendre, tu restes contre lui, ta hanche appuyée contre la sienne, à côté, tout proche. « - Crise d’angoisse ? » L’immobilisme de Ithan te paralyse. L’irruption de l’anormal : c’est Ithan le plus rationnel de vous deux. La béquille à ton intellect défoncé. Le sauveur des corps en miettes. Celui qui joint vos lèvres et vos âmes, qui s’excuse de lui faire peur alors que Rhil, chaque jour qu’il ose se livrer nu et lui-même, lui inflige ses propres imperfections.
Celui trop bien pour Rhil.

Il a le droit d’avoir peur, lui aussi. A chaque fois que Ithan écarte un peu le voile d’idéalisme dont huit ans l’ont drapé comme un drap qui recouvre la statue trop parfaite, Rhil a le cœur qui se presse. C’est réel. Eux, c’est réel. « - Tout le monde a des crises d’angoisses, un jour ou l’autre. Tu es  humain, extra-terrestre. » Il rassure doucement Ithan, comme un jeu, comme un jeu de se renvoyer la balle souplement et précautionneusement, Rhil vient s’asseoir sur ses hanches – pas son thorax, léger, mais présent ; L’ancrant à la réalité de la cabine. Il ne fuit pas. Et l’acte anodin le rend plus nerveux que son air tranquille le présuppose. Il connait bien la peur. La peur elle lui colle à la peau, comme une sale migraine qui pervertit tout, comme des courbatures auxquelles on s’habitue – on ne s’aperçoit de rien jusqu’à l’instant où ça disparaît. Comme c’est simple, comme tout est facile, fluide, soudain. Puis la machine s’enraye à nouveau, et il s’agit de nager à contre-courant. Lutter contre le trou noir qui vous terrifie et tellement plus aisé que de faire face à ce qui vous attend dans le monde.
« - Il n’y a pas de raisons d’avoir peur. » Il avale sa salive, sa pomme d’Adam joue aux montagnes russes. La barbe un masque d’adulte. « - Nous sommes minuscules, la flotte est un monde entier et juste un point mouvant dans l’univers. Tout existe bien avant nos vies, et même l’humanité aura du mal à avoir un impact sur l’univers. Qiang, la Flotte, Zafy même. Ce n’est presque rien. On peut échouer, cela ne changera rien au cours de l’univers. Nos erreurs aussi. Qiang nous attend dans l’indifférence, sans attente préconçue. » Rhil Trasam, calmant les crises d’angoisse par le pur vertige du nihilisme scientifique. Classique Dr Trasam.  Peut-être que cela même peut faire peur. Rhil passe ses doigts dans la barbe de Ithan « - De quoi as-tu peur ? » Moi ? Que ton cœur s’arrête de battre pour toi ou tout court.  
code by bat'phanie



It is not clear that intelligence has any long-term survival value.

« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: I think I need you, and that's so hard to say. | Ithan & Rhil     Mer 20 Fév - 21:29
Ithan Keikwan
http://beyond-earth.forumactif.com/t120-sleep-under-the-stars-ithan-keikwan http://beyond-earth.forumactif.com/t139-if-you-need-me-i-ll-be-in-space-ithan-keikwan
Messages : 166
Âge : 38 ans
Occupation : Médecin & chirurgien spécialiste en cybernétique.
Habitation : Sur le Regina Mercy avec le reste du corps médical.
Arrivée : 2200, lors de la fuite de la flotte le 9 novembre.
Pseudo : Akira
Avatar : Travis Fimmel
Crédits : Lady Azraël | Wiise

   
I THINK I NEED YOU, AND THAT'S SO HARD TO SAY.
Rhil & Ithan | 2 jours avant les résultats pour Qianq
Tu as tendance à ne pas prendre les choses pour acquis. Dans ton métier, tu n'as pas le choix, tu pouvais connaître un procédé par cœur, qu'il soit parfait de A à Z de son début à sa fin, le corps qui se trouve sous tes doigts et tes machines, pouvait ne pas obéir à la logique de ton protocole. Il y avait des choses à apprendre, à découvrir en médecine et tu ne te lassais pas de nourrir ton esprit de toutes ces nouvelles choses. Éternellement apprenti d'un métier où tu étais passé au rang de maître. Par ton parcours de vie aussi, tu ne voulais pas prendre les choses pour acquises : tes proches, ton amant, ton quotidien. Rhil ne te devait rien, en aucune façon. La seule chose que tu savais acquit à jamais, c'était tes parents. Tu savais qu'ils seraient toujours là, qu'importe ce qui pouvait t'arriver. En revanche, toi, dans le fond, tu ne savais pas ce que tu ferais, le jour où ils ne seraient plus là. Résilience, acceptation ou ne serait-ce qu'un trou noir dans ta poitrine, durant des années, avant de pouvoir attendre la paix intérieure ? Tu n'en sais rien et ça te fait peur.

« Non… Ce n'est pas… » Culpabilité, tu n'arrives pas à dire autre chose. Tes yeux quittent le visage et le corps de Rhil. Cette horrible sensation d'avoir ton cœur qui va exploser dans ta poitrine, disparait lentement, comme si on aspirait un poison hors de ton corps. Un souffle s'échappe par le nez, un rire étouffé, mais incapable de répondre convenablement. Non, tu n'es pas humain, extra-terrestre. Tu es un chirurgien et ça c'est ce qui te sépare de tous les autres. Un docteur, ça ne peut pas être malade. Un psychiatre, ça ne peut pas avoir une dépression. Un chirurgien, ça ne peut pas avoir une crise cardiaque ou un AVC. Tu étais au-dessus des autres, par ta fierté de médecin, mais aussi et surtout, parce que les humains comme disait Rhil, te plaçait sur un piédestal que tu ne méritais pas. Rhil consciemment ou non, faisait la même chose. Mais tu n'en voulais à personne dans cette histoire, après tout, c'est toi qui avais choisi ce métier non ? Il approchait sa main, venant le passer sur son visage, pour effacer son angoisse, sa fatigue, sa faiblesse. Un sourire apparaît, épuisé.

Tu l'écoutes, comme si ses paroles étaient celles de l'évangile même -tu avais lu la Bible, par curiosité dans ta jeunesse. Nerveusement, il passait sa langue sur ses lèvres alors que Rhil lui parlait, le caressait gentiment, le rassurait. Doucement, ses doigts glissent, venant toucher les doigts de son amant perdu dans sa barbe. Oui, ils n'étaient rien dans le fond, mais avec Qiang, ils pouvaient être tout. L'avenir. « De ne pas être à la hauteur. Je n'ai pas mis les pieds sur une planète depuis que j'ai quitté Mars… Ne pas avoir les nerfs assez solides, le matériel adéquat… Je ne sais pas. L'échec. De ma propre personne. Inutile. » Faible, ton sourire l'est. Tu t'excuses silencieusement, avant de continuer de serrer sa main dans la sienne. Avant d'essayer de se relever pour saisir ses hanches, maintenant qu'il se sent un peu mieux, il a besoin de respirer, de le voir, de le toucher. « Je suis désolé. Tu… tu travaillais ? » Sûrement, sans surprise, tu le savais, même si le blond essayait peut-être de te le cacher. Tu ne savais pas vraiment pourquoi. Sans hésitation, il approche sa main, venant caresser une poche sous les yeux de l'astronome. Il n'empêche, qu'à cet instant c'était Rhil qui lui faisait le plus grand des biens. « Merci… » Il avait sa manière de faire, tout le monde ne pourrait pas supporter cette façon-là, mais tu savais que tu n'aurais pas aimé en faisant autrement.
code by bat'phanie


He didn't just fall in love with him once. He falls in love with him every time he looks at him.
by wiise


MessageSujet: (#) Re: I think I need you, and that's so hard to say. | Ithan & Rhil     Ven 8 Mar - 10:49
Rhil Trasam
http://beyond-earth.forumactif.com/t93-i-don-t-totally-know-where-i-m-going-but-that-s-never-stopped-me-before-rhil#169 http://beyond-earth.forumactif.com/t133-so-much-universe-so-little-time-rhil-trasam#481
Messages : 473
Âge : 38 ans
Occupation : Astronome | Hélios.
Habitation : RM
Arrivée : 2200
Pseudo : Elorin
Avatar : Charlie Hunnam
Crédits : Louli - team alien par Minnie - gif profil & sign par Elara

   
I THINK I NEED YOU, AND THAT'S SO HARD TO SAY.
Rhil & Ithan | 2 jours avant les résultats pour Qianq
Le sourire d’Ithan n’est qu’un ersatz morbide de ce qui t’accueille au matin. Il te fait sourire invariablement, reflet du tremblement des lèvres aimées. Cela t’étreint dans la poitrine. Ithan prétend allait bien, voile de mensonge entre vous deux, tu viens de le voir chercher son souffle au milieu de la nuit, les draps sont tourmentés autour de son corps, comme l’épicentre d’un maelstrom. Menteur. Pourquoi ? Pourquoi ? Peut-être qu’il a à prétendre. Comme tu prétends dormir auprès de lui la nuit, prétend que votre relation est votre priorité, prétend que tu ne le vois pas regarder tes cicatrices, celle de ton flanc, et les myriades qui parcelle tes muscles, prétend être à la hauteur de vous. Mais lui n’a pas à mentir - médecin, chirurgien, qui pour ainsi dire, est l’auteur de son propre coeur, son étrangeté captive les regards, il ne se plaint jamais, il est plus courageux que toi, plus doux, plus formidable. Il n’a pas besoin de toi - tu as toujours pensé que tu vivrais seul, parce que tu n’avais besoin de personne pour te compléter, tu es ta propre personne, tes étoiles te suffisent - pourtant tu as besoin de lui.


Mais dans ce cas, vous voilà à nouveau dans une relation qui joue la comédie - la tragédie. Ou l’on fait semblant. Cela te refile la nausée et te froisse les traits un instant. Ses doigts sur les tiens ont repris en force pourtant, et tu comptes, les lèvres entrouvertes, les secondes entre ses battements cardiaques. Tu as un sourire malgré toi, et tu penches la tête sur le côté. “- Je peux solennellement te promettre de me faire mal pour que tu puisses me soigner. Et je suis sûr que je ne serais pas le seul et Jyreese... Nous serions complètement démunis sans toi. Et morts.” Tu te rattrapes, mais Jyreese, et toi-même - a des années lumières de l’Astre, sur une planète qui requiert une attention de tous les instants, et un travail continu, rien que pour survivre… Bien sûr tu y as pensé. Ta barbe se plisse sous ta fossette, et ton sourcil arqué tire la dernière cicatrice qui s’efface, après t’avoir laissé un oeil noir pendant des semaines. Que Ithan se juge inutile n’a pas de sens pour toi.

Tes hanches pivotent docilement, le laissant se relever, pyjama contre torse nu, faible mouvement de balancier. Ton regard ne le quitte qu’un instant, tremblement des cils clairs sous son pouce inquiet. “- Non, non, bien sûr que non, j’étais aux toilettes. Je dors avec toi.” Ne pas trop protester. Ton coeur bat la chamade. Tu mens trop bien, c’est une honte. Le noeud dans ta gorge étrangle ton sourire, le pouce d’Ithan sur ta joue, sur tes nuits, sur ton mensonge criant. Tu ne peux pas dormir, pas avec Qiang à portée d’un voyage supraluminique. Tu aimes son geste pourtant, tes cils pâles effleurant tes poches en douceur, un bref instant. Une larme de fatigue suintant de ta patte d’oie timide, jusqu’à ses doigts. Tu avais eu peur. Tu n’avais pas fait grand chose.  “- Hey, travail d’équipe.”  Ithan a sauvé ta carrière et ta vie, tes petits bouts éclatés d’humanité, et pansé tes phalanges explosées de réalité. Tu lui devais mille crises de panique. Ta langue vient humecter ta lèvre, goûtant le sang que ton inquiétude y a mis. Tu gardes les paupières closes, tes doigts effleurant sa nuque, chatouillis qui rappelle ta présence bien réelle, autant que le geste trahit ta propre hyperactivité coutumière.   “- C’est toujours une question de vie ou de mort, avec toi, c’est ton travail, tu sais le faire Ithan. Tu es indispensable, et ce n’est pas une boule de gaz et de roche, et trois plantes rouges qui vont changer ce que tu sais. Et nous n'y sommes pas encore Ithan, malheureusement. Et si tout se passe bien, je serais avec toi. Tu ne seras pas seul.”

code by bat'phanie



It is not clear that intelligence has any long-term survival value.

« Some humans would do anything to see if it was possible to do it. If you put a large switch in some cave somewhere, with a sign on it saying 'End-of-the-World Switch. PLEASE DO NOT TOUCH', the paint wouldn't even have time to dry. »
MessageSujet: (#) Re: I think I need you, and that's so hard to say. | Ithan & Rhil     

RÉPONSE RAPIDE