False Kings - Crius
MessageSujet: (#) False Kings - Crius     Mar 27 Nov - 22:23
Bennwihr Quinn
http://beyond-earth.forumactif.com/t984-i-refuse-to-be-anything-but-successful-benn http://beyond-earth.forumactif.com/t995-fail-better-benn
Messages : 48
Âge : 38 ans
Occupation : Lieutenant de la douane | Délégué du C5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : il y a 12 ans - 2215
Pseudo : frey
Avatar : JJ Feild
Crédits : Frey | ava : wiise | sign. : Elara
Y a des tronches que tu connais depuis Keller, qui ont joué des rôles plus ou moins importants dans ta vie là bas, des gens que tu as juste vu quelques fois, pour lesquels tu as pu faire un petit boulot quand t'étais môme, d'autres dont tu connais le nom mais pas le visage et puis il y a ceux comme Crius qui ont été prédéterminant dans plusieurs de tes choix de vie. Avec l'air de la personne qui s'est fait passée dessus par une navette, Crius détonne dans le sein de la fédération, mais d'aussi loin que tu te souviennes de lui, tu as toujours cette image d'homme qui s'est fait détruire par quelque chose ou quelqu'un. C'est imprimé dans ta mémoire comme une évidence et tu serais bien surpris de découvrir qu'un jour Serrano a été un enfant avec une gueule normale.

De patron, puis connaissances, vous étiez devenus collègues et il vous arrive d'échanger à propos des nouveaux arrivants que vous êtes censés guider sur le Colossus. Tu y amènes parfois outre des néo-arrivants quelques collègues, bien que l'oreille qui traîne de Crius ait tendance à te crisper. En voilà un qui en sait trop et n'hésite pas à le faire savoir derrière quelques sifflements, regards en guingois et mines moqueuses. Tu n'as jamais cherché à taire ton passé mais tu le considères bien mieux caché sous un tapis où personne n'ira fouiller. Surtout pas maintenant que tu te voyais enfin  gratifié d'une promotion. Cela faisait d'ailleurs un petit moment que tu ne t'étais pas rendu à la Ruche. Tu n'avais pas eu le temps et tu n'avais pas cherché à le trouver. Tu avais besoin d'une période d'adaptation pour peaufiner ton deuil et Crius aurait tout de suite vu clair dans ton jeu.

Tu ne quittes que peu ton uniforme et tu ne prends pas le temps de le changer lorsque tu te décides enfin à aller retrouver l'ancien Kellari, bien que tu ais laissé la lourde veste d'officier dans ta cabine. Tu gratifiais les gens que tu croisais d'un sourire amical et pour ceux qui t'accordaient plus d'attention tu leurs glissais un salut, quelques questions avant de t'en retourner vers le comptoir où se trouvait le propriétaire. « Salut. » Parce que la politesse avant tout, la Fédération t'a bien élevée et qu'on ne peut rien ici sans quelques mots gentils. Disons plutôt que c'est le moyen de s'assurer que le tenancier allait t'accorder un peu de son attention. Tu lances un regard circonspect aux verres et à tous les choix qui te sont offerts. « Un … soda. » Tu te hisses sur une chaise et tu croises tes bras sur le comptoir, ton buste s'appuyant sur ceux-ci, offrant le même sourire à Crius qu'aux autres. « Comment vont les affaires, Serrano ? »  



SANS FAMILLE, L'HOMME SEUL AU MONDE
TREMBLE DANS LE FROID
MessageSujet: (#) Re: False Kings - Crius     Dim 30 Déc - 20:59
Crius Serrano
http://beyond-earth.forumactif.com/t440-this-is-why-we-can-t-have-nice-tings-cassiopee http://beyond-earth.forumactif.com/t449-pervert-but-in-a-romantic-way-crius-serrano-cassiopee
Messages : 130
Âge : 52 ans
Occupation : Gérant de son bar, la Ruche ( C5 )
Habitation : C5
Arrivée : 2217
Pseudo : Elorin
Avatar : Tommy Flanagan
Crédits : Vocivus & Frimelda & Elara

False kings


Tu lui jettes un coup d’œil, quand tu le vois venir, toi-même ton coude appuyé sur le comptoir, en grande discussion… séance ragot, avec un autre de client pour qui tu as déjà sérieusement aligné les verres. Le temps passe vite quand on s’amuse. On le voit de loin, le « Benn ». Il n’y a pas foule déjà à la Ruche ce soir, mais avec son uniforme, sa gueule, et ses habitudes de consommation, il est bien loin des extracteurs qui picolent leurs sorties et les kellaris qui lève le coude en faisant des affaires, te gardant dans un coin de leur champ de vision, toujours.
Pourtant, môsieur vient du même trou que vous tous. Mais toi ton passé, tu l’accroches en breloques souvenirs, transformées en œuvres d’art à tes murs. Les babioles arrachées aux vaisseaux et aux astres, au ventre de la Belle, et métamorphosée par les mains habiles et l’esprit créatif des stellariens en œuvres d’arts. Piraterie exaltée, devenue, autre. Meilleure. « - Un vierge hein ? » Tu lui adresses un clin d’œil quand tu passes devant lui, caressant ton comptoir du bout des doigts, tics instinctif. Sur Keller, tu aurais eu le privilège de lui montrer la porte. Tu es vaguement fâché qu’il ne veuille pas au moins un cocktail sans alcool, mais hey, un soda, c’est facile y en a dans le frigo. Tu fais glisser la bouteille de verre encore close sur le comptoir, et jongle un instant avec le verre. Il est déposé, léger comme l’atterrissage de la capsule d’une équipe d’abeille et une paille recyclable y tourbillonne un instant, lancée d’une main adroite.

« - En voilà un revenant. » Tu lui fais signe, touchant brièvement ta tempe. La bulle de soulagement dans ta poitrine tu ne la laisses pas voir. Il est en vie, malgré tout, ce petit con. S’il se laisse crever d’amour, tu n’auras pas le cœur d’écrire la suite du roman sur l’amour perdu dans l’attaque du Jeanne. Tu n’es pas un tel bâtard. Quand même. Tu te mets face à lui, les coudes posés sur le comptoir, miroir de l’âme blessée en face de toi – placé un peu plus haut que lui, tu ne peux pas poser ton visage dans le creux de tes bras. Tu suis le tracé ancré dans ta chaire, jusqu’à la comissure de ta lèvre et tu lui fais la grâce d’une moue. > « - C’est la saison des ragots, ça fait boire. Et faire boire les bybliens… » Tu lui adresses un clin d’œil, moqueur et complice. Tu as de la tendresse pour les nouveaux, tu as emménagé avec Vega pour ces petits cons. Mais il y a des plaisirs simples aussi dans la vie.
code by bat'phanie


Oberon n’attendait plus rien de la vie, le cœur brisé par son premier et seul amour ; s’installer sur la Flotte c’était prendre sa retraite et couler des jours tranquilles. Mais il va bientôt apprendre que l’amour a plus d’une façon de s’exprimer dans la Fédération.
©️ FRIMELDA


MessageSujet: (#) Re: False Kings - Crius     Dim 30 Déc - 23:12
Bennwihr Quinn
http://beyond-earth.forumactif.com/t984-i-refuse-to-be-anything-but-successful-benn http://beyond-earth.forumactif.com/t995-fail-better-benn
Messages : 48
Âge : 38 ans
Occupation : Lieutenant de la douane | Délégué du C5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : il y a 12 ans - 2215
Pseudo : frey
Avatar : JJ Feild
Crédits : Frey | ava : wiise | sign. : Elara
« Un vierge hein ? » Tu lui souris, sans que ça n'atteigne réellement tes yeux. Tu te souviens le nombre de fois où, môme, Crius t'avait refilé des expérimentations censément sans alcool et où celui-ci dénotait au goût ou à la force. Tu n'étais pas sûr que par la suite il ait tenu sa parole – comment croire un kellari ? - mais au moins tu ne le sentais plus. Il était cependant certain que Crius avait surtout appris à mieux doser son alcool ou trouvé un moyen d'accentuer la sensation de douceur que provoquaient les boissons trop sucrées qui étaient à la portée de ta bourse. « Bien sûr, je ne voudrais pas gâcher une de tes merveilles. » Tu n'as jamais aimé le goût, de toute façon, et tu l'as toujours assimilé à des relents d'haleines chargées, de vomissures et de comportements aussi dangereux que fatals. Les gamins avec lesquels tu avais grandi savaient boire bien avant de savoir escalader avec sûreté les plate-formes de la Belle. Faut dire que celui-ci fait oublier la douleur, la peur et la hauteur, alors on vous en bourrait dans le biberon. Des mômes sans foi, sans loi, sans peur et avec beaucoup de reproches.

Tes deux doigts pianotaient sur le comptoir tandis que tu observais la danse bien travaillée – et tout aussi bien exécutée – du barman, ton sourire s'accentue lorsque la paille s'incruste dans le verre. Tu l'accueilles toujours avec une joie enfantine, persuadé pendant toute ton enfance qu'il s'agissait de la preuve ultime d'une réussite sociale. Les barmen, avares en décorations, ne les glissaient que dans les consommations trop compliquées ou pour les clients intéressants qui amenaient leur progéniture. Dans tous les cas, tu ne faisais pas partie du lot. Tu avais, pour tes 13 ans, dépensé plus de dies que tu ne pouvais te le permettre, pour acheter une boisson dont tu n'avais pas retenu le nom et où tu avais juste récupéré le petit parasol et la paille toute poisseuse.

« C'est moi que v'là. » De bonne humeur, tu jouais avec ta boisson, tu remuais le soda dans ton verre, observant avec un plaisir non feint les bulles tourner autour de la paille et du tourbillon. Tu opinais doucement à sa remarque, tu avais eu l'occasion d'en entendre, des trucs, en restant avec tes collègues et les quelques bybliens que vous aviez intégrés. On te parlait d'autres choses, on essayait de te changer les idées, la peur de mourir et la digestion de la non invulnérabilité déliait également d'autres langues. T'es un bon réceptacle pour ça, Benn, les gens pensent que tu as besoin de voir d'autres choses pour oublier Dot, ils te rendent service, avec empathie, avec gentillesse et, tu les en remercies. « Huh-huh. » Tu sors la paille du verre et tu en lèches l'embout avec de la poser en équilibre sur le rebord. Un regard sur le comptoir et tu frottes machinalement les manches de ton uniforme – trop – propre. T'en es fier, trop fier, Benn, mais tu ne peux pas t'en empêcher, tu as besoin du regard des autres pour assimiler tes réussites, parce que tu n'existes que par les autres et pas pour toi. « J'ai cru comprendre que tu avais cédé ta cabine pour l'un d'entre eux. Ça se passe bien? »



SANS FAMILLE, L'HOMME SEUL AU MONDE
TREMBLE DANS LE FROID
MessageSujet: (#) Re: False Kings - Crius     Ven 11 Jan - 9:28
Crius Serrano
http://beyond-earth.forumactif.com/t440-this-is-why-we-can-t-have-nice-tings-cassiopee http://beyond-earth.forumactif.com/t449-pervert-but-in-a-romantic-way-crius-serrano-cassiopee
Messages : 130
Âge : 52 ans
Occupation : Gérant de son bar, la Ruche ( C5 )
Habitation : C5
Arrivée : 2217
Pseudo : Elorin
Avatar : Tommy Flanagan
Crédits : Vocivus & Frimelda & Elara

False kings


Tu pointes la liste des cocktails sans alcool derrière toi, l’air affable d’un gérant de tripot, bonhomme comme un gérant de bordel, l’étincelle vicieuse dans tes yeux d’un marchand de rêves, le sourire presque tendre de l’aubergiste. Tu te fais ton beurre sur tes créations. La Xingji, les sodas et toutes les merdes, elles sont à prix de la fédération. Tu fraudes en vendant au prix légal de l’alcool dilué ou de la pisse, mais ce n’est que pour les enfants sages, les clients tapageurs, les galériens qui ne respectent pas tes règles. Un douanier digne de ce nom te dirait que c’est de la fraude, que ça t’apporterait le Lady au cul, et pas comme on l’aime. Pour toi, c’est une règle implicite, d’une sordide logique ; talk shit, drink piss. Il aurait du choix, des vierges comme on en fait plus, s’il avait envie de te faire plaisir. Puis, tu ne vas pas lui dire qu’il a raison, ça lui ferait trop plaisir, bousillerait ton aura, ton charisme, ta putain de trogne. Il t’en passe par la glotte tous les soirs de l’alcool, il faut faire tourner le commerce, tu t’en envoies derrière tes cravates de soie, de jour, quand il faut convoquer les fantômes de l’amour dans tes romans. Cela fait marcher le commerce, ça fait marcher les souvenirs et l’inspiration, et il faut bien ça pour pas se transformer en étoiles avant la puberté.  Pour ramper à dix ans dans les entrailles des vaisseaux, petites mains pleines de cambouis, pour se crever à la tâche et croire encore qu’on va devenir quelqu’un. Les définitions de quelqu’un varient tellement, tu pourrais en écrire des livres. Wilkinson soit damné, tu n’as pas eu le cœur à l’eau de rose ces dernières semaines, pas autant que tu l’aimerais.
Personne ne l’a remarqué, mais depuis dix ans, tu bois de moins en moins ; Tu bois plus à te vomir dessus, tu bois plus à lever la main sur ton.a partenaire, tu bois plus à dormir par terre. Tu sors un petit bonbon rose à la place, que tu coinces entre tes dents, sourire de pirate, avant de l’éclater d’un claquement de dents. Il est de bonne humeur, s’il n’y a qu’une paille à paillettes pour lui faire plaisir au gamin.  Cela finit par te frotter dessus, tu fredonnes, les lèvres closes et pincées.

Cela n’empêche pas ton regard équivoque sur ses vêtements et sa poitrine un peu trop bombée pour un type qui vient à la Ruche. On dirait qu’il a vingt ans et qu’il vient de tuer son premier mec, ou de faire une trop bonne affaire qui lui retomberait sur le nez en moins de temps qu’il faut pour finir sa Xingji. Cela n’a pas changé : pour toi, quelqu’un de propre, c’est qu’il a gardé les mains dans ses poches toute la journée, t’aimes pas ça. Tu as peut-être un costume trois pièces bien taillé aujourd’hui, mais tes mains sentent l’alcool, ton pouce cicatrise encore du verre coupé d’il y a trois jours, et par les Astres, parfois tes jambes n’ont plus de batterie. La question te fait fredonner plus fort. « - Je vis pas avec, tu es au courant ? » Tu as un rire étranglé, tes épaules se secouent indépendamment de ta volonté. « - Yeah, c’était fun. Emménagé chez Vega, au Columbiad. Les trois semaines les plus cinglées depuis longtemps. » C’était fun. De vivre avec une jeune femme haute en couleur, qui ne se laisse pas faire, quelqu’un qui sait votre identité secrète et n’hésite pas à vous interrompre en pleine écriture pour ajouter des commentaires. Des objets volent, ça glousse, la cabine s’encombre. Puis, on meurt. « - J’cherche à échanger la cabine, revenir au C5. Il y a des gamins, partout, ça fait chier. » Tu détestes surtout les voir s’agiter sous ton nez. Tu avais voulu, pendant longtemps, habiter au Columbiad. Comme si singer la vie que tu voulais, vivre au milieu des familles et des gitants feraient de toi quelque chose d’autre qu’un père sans gosse, qu’un pirate. Tu t’appuies du coude sur le comptoir et tu hausses une épaule, la moue nonchalante. « - J’ai pas vu beaucoup de bybliens, en somme. »


code by bat'phanie


Oberon n’attendait plus rien de la vie, le cœur brisé par son premier et seul amour ; s’installer sur la Flotte c’était prendre sa retraite et couler des jours tranquilles. Mais il va bientôt apprendre que l’amour a plus d’une façon de s’exprimer dans la Fédération.
©️ FRIMELDA


MessageSujet: (#) Re: False Kings - Crius     Ven 11 Jan - 10:57
Bennwihr Quinn
http://beyond-earth.forumactif.com/t984-i-refuse-to-be-anything-but-successful-benn http://beyond-earth.forumactif.com/t995-fail-better-benn
Messages : 48
Âge : 38 ans
Occupation : Lieutenant de la douane | Délégué du C5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : il y a 12 ans - 2215
Pseudo : frey
Avatar : JJ Feild
Crédits : Frey | ava : wiise | sign. : Elara
Tu suis sa main du regard, par politesse, plus que par intérêt. Tu as trop joué à ses jeux pour savoir que la manière la plus sûre d'avoir une consommation qui répond à tes attentes est d'en prendre une intouchable. Tu lui offres un autre sourire, l'air vaguement amusé et tu pèses le pour et le contre de le taquiner. C'est qu'il t'impressionne encore, le Crius, de vieux réflexes qui ont la vie dure et dont tu peines à te détacher. Il faut aussi dire que le vieux renard a parfois la susceptibilité disproportionnée. Tu te décides au final à ne rien dire et baisser le regard une fois qu'il croque dans son bonbon. Tu imagines la force de ses dents pour réussir à exploser la petite boule rose sans une grimace, toi par contre tu en fais une, d'autant plus lorsque tu sens son regard un peu trop réprobateur sur ton uniforme.

Oh allez, Crius, juge pas trop, sois fier des gamins que t'as plus ou moins élevé, éduqués avec des mots méchants, des petits travaux et des taloches. Puis il joue au plus bête, pourtant tu continues de lui sourire. Tu hausses une épaule puis l'autre, comme à contre temps. « Oui, bien sûr. » Pourtant, tu ne vois pas Crius ne pas chercher à savoir ce que devenait sa cabine. Il a pour toi tout gardé de ce revendeur d'informations, ce bouffeur de ragots qu'il était il y a quelques années et qui n'a pas tant changé que ça. Quant à Vega, ça ne te dit trop rien mais faut dire que tu ne connais pas personnellement toutes les petites têtes que parraine Crius. Si tu avais un visage à mettre sur sa face, tu pourrais probablement avoir un avis, un vrai mais là t'es juste à sourire et hausser les épaules. Si ça lui a fait plaisir, alea jacta est.

Tes yeux s’étrécissent un moment lorsqu'il se plaint du Columbiad, des mômes, il y a quelque chose de terriblement ironique, alors que Crius a toujours été entouré de gamins plus ou moins grands, qui quémandaient de l'attention, du travail, quelques dies. « A croire que tu as quitté Keller pour fuir les enfants que tu avais dans les pattes. » Tu as poli ton accent, fait disparaître tout ce qui te faisait remonter à Keller, adoptant le parler stellarien, les gestes, les expressions. Un vrai petit fédéré alors que tu ne te sens pas plus impliqué dans les rêves des colons que tu ne l'étais pour le bien être de ceux qui se mettaient sur ton chemin. « Dans ce sens, l'échange ne devrait pas être bien compliqué, il y a toujours des jeunes qui cherchent à créer une famille et qui veulent quitter le Colossus. » C'était dans vos projets avec Dot, lorsqu'elle reviendrait de Keller, adopter un enfant, fonder vraiment une famille maintenant que vous étiez parvenus à renouer. A croire que tes projets de famille n'étaient pas acceptés par les étoiles elles-mêmes. « Généralement, les bybliens s'intègrent bien. »



SANS FAMILLE, L'HOMME SEUL AU MONDE
TREMBLE DANS LE FROID
MessageSujet: (#) Re: False Kings - Crius     

RÉPONSE RAPIDE