Nous sommes une espèce en voie de disparition ~ Abeilles [Crius]
MessageSujet: (#) Nous sommes une espèce en voie de disparition ~ Abeilles [Crius]     Mar 13 Nov - 18:10
Joaquín Mora
http://beyond-earth.forumactif.com/t885-joaquin-mora-du-rhum-des-femmes-et-d-la-biere-nom-de-dieu#8003 http://beyond-earth.forumactif.com/t887-joaquin-parce-qu-on-a-tant-besoin-que-l-on-ait-besoin-de-nous#8016
Messages : 94
Âge : 36 ans
Occupation : Extracteur
Habitation : C5
Arrivée : Il y a 15 ans à bord du C5, comme pirate
Pseudo : Chouu'
Avatar : Manuel Garcia-Rulfo
Crédits : Chouu'
Quelques part dans le vide infini, hors de la Flotte

La poussière, partout, qui empêche de cerner tous les détails du chantier, la sueur qui perle sur le visage et dans les gants, les plis gênants de la combinaison et tous ces obstacles à éviter pour atteindre la ressource à extraire. Je me tiens dans la file des abeilles qui déplacent les blocs de roche grise afin de libérer l'accès à l'autre groupe. Organisés, efficaces, silencieux, nous atteignons enfin notre but après plusieurs jours de travaux éreintants.
Je récupère les kilos de minéraux que me tend un collègue et me dépêche d'aller le placer plus loin, avec les autres, pour continuer de dégager la voie. Certains vont devoir se faufiler à travers les gravats émoussés et menaçants. C'est ainsi, malgré nos efforts, il y a toujours un risque. Aujourd'hui je n'ai pas à accomplir cette tâche, on se réparti équitablement, les équipes tournent. Certaines actions sont plus périlleuses, pas question que ce soient toujours les mêmes qui courent le risque.

Tandis que j'aide un extracteur à déplacer un bloc plus lourd que les autres, un cri nous parvient. Lointain, étouffé. Nous sommes enfermés dans nos tenues et malgré la technologie de communication, je n'ai pas entendu. Nous nous regardons et la mine inquiète qu'il affiche me glace le sang. Il s'est passé un truc...

~

Colossus

J'ai laissé couler l'eau chaude pendant de longues minutes et j'ai soupiré. Las, dégouté, triste. J'ai soupiré mais toute la frustration ne s'est pas évadée. Mes muscles tendus me font souffrir, je suis en colère contre des cailloux et je déglutis un vide étrange. Pénible.
Vega était sur le même chantier. Vega n'est pas revenue de la mission. Vega ne reviendra pas.

Comme déconnecté de la réalité, j'enfile mes vêtements et reste planté dans mes quartiers de nouvelles longues minutes. Rien ne se dissipe. J'ai beau attendre, ça ne me fera pas oublier. Les cris de stupeur, le redoublement d'effort, la belle solidarité de tous. On s'est démené mais c'était déjà trop tard. Je cherche une solution qui n'existe pas, au contraire, cette solitude m'empoisonne. C'est stupide, il faut que je sorte !
peinabombillas ;

Automatiquement mes pensées se dirigent vers Crius. Parce que c'est un ami, d'abord. Je dois avouer que les similitudes entre la situation actuelle et les circonstances de notre histoire m'obligent à penser à lui. Alors que j'allais y passer, Crius m'a sauvé. Pourquoi personne n'a pu sauver Vega ? Quels sont mes torts ? Suis-je lâche ? Est-ce juste faute à pas de chance ?

" ... Eh ? Tu m'offres un verre ? "

Dis-je au gérant, en entrant dans la Ruche, où d'autres extracteurs sont visiblement venus noyer leur peine. Tout le monde est au courant désormais, encore un tragique accident. C'est un métier dangereux, personne n'est vraiment surpris lorsque ça arrive. L'émotion reste néanmoins la même.

" J'avais besoin de croiser une tête amicale. "

Un sourire faux barre trop largement mon visage. Je suis entier, moi. Si je suis peiné, ça se voit. J'essuie une larme au coin de l’œil et ravale la suivante. Buvons.


No tengo un secreto

solo sonrie
©️ FRIMELDA
MessageSujet: (#) Re: Nous sommes une espèce en voie de disparition ~ Abeilles [Crius]     Jeu 6 Déc - 16:38
Crius Serrano
http://beyond-earth.forumactif.com/t440-this-is-why-we-can-t-have-nice-tings-cassiopee http://beyond-earth.forumactif.com/t449-pervert-but-in-a-romantic-way-crius-serrano-cassiopee
Messages : 126
Âge : 52 ans
Occupation : Gérant de son bar, la Ruche ( C5 )
Habitation : C5
Arrivée : 2217
Pseudo : Elorin
Avatar : Tommy Flanagan
Crédits : Kane & Frimelda & Elara

Espèce en voie d'extinction

Crius & Joaquin| Novembre 2227
Il y a une bouteille fracassée qui répand sa liqueur dans l’arrière salle. Tu la fixes et tu te concentres sur cette simple notion, il y a une bouteille d’alcool cassée par terre. C’est un problème simple et pourtant tu ne sembles pas capable mettre le doigt sur la solution. Tu restes appuyé au meuble derrière toi, les jointures blanchies par la force que tu y mets, et tu inspires, profondément, concentré sur ton souffle et la brûlure qui te traverse la poitrine, qui te fait mal au coeur. Tu ne peux pas défaire ce que tu as fait. Tu ne peux pas rattraper la bouteille avant qu’elle ne tombe. C’est trop tard.  C’est comme ça qu’on avance : on balaie tout en un petit tas propret, on range le balai dans le placard, et on demande à Charlie d’éteindre la lumière en partant. Cela ira dans le broyeur avec le reste des ordures jusqu’à devenir un petit tas de cendres.

Tu deviens vieux. Chaque jour, tu jures que non, tu te meus avec toujours autant d’aisance et de charisme dans les aléas de ton bar, tu as toujours un baiser au creux des lèvres, tu as moins de soucis de santé que les enfants de vingt ans nés dans le noeud. Mais tu deviens sentimental. Où était le type, qui parti livrer un colis, n’a pas pensé à sa compagne et à ce qu’elle ressentait une seule fois en six mois ? Où était passé le type qui avait tué de sang froid et balancé des corps en bas des passerelles ? Pendant les 40 premières années de ta vie, tu avais dû pleuré deux fois. Tu étais badass et maintenant tu as les mains qui tremblent et qui sont incapables d’apporter des bouteilles au comptoir.
“ - Gratuit pour les extracteurs ce soir.” Tu répliques à la question de Joaquin quand il s’approche du bar où tu as repris ta station. Tu es plus proche que d’habitude encore de tes clients, appuyé du coude sur le comptoir, tu tends l’oreille. Tu interviens peu. Tu te laisses bercer par leurs voix familières, leur aptitude à voir de quoi refaire le monde à partir des bouts de roches qu’ils extraient à partir de morceaux d’univers. Leur capacité à continuer, à y retourner, à l’enfer qui les attend, dans l’univers sans merci et sans âme. Ils rappellent leurs souvenirs de Vega, qui semble habiter les lieux, un instant, rappelée au chaud, dans la Flotte, par leurs anecdotes. C’est douloureux et plaisant à la fois.

Tu ne lui demandes pas ce qu’il veut, parce que tu as vu la tête des abeilles qui rentrent, à la queue à la ruche, les ailes froissées, la tête basse. Tu as une petite idée, désagréable et amère, de ce qu’ils ont besoin de boire. Ton spécial. Le liquide orangé tourbillonne dans le verre que tu lui glisses : amer, fort, piquant presque, et qui fait qu'on se souvient de plus grand chose au matin. Le spécial abeille. Le spécial deuil. Vous ne l’aviez plus ressorti depuis qu’on avait porté un toast à tes jambes. Et ton bourdon en est là quand tu vois le visage chiffonné de l’extracteur : Si tu n’avais pas sauvé Joaquin, tu aurais peut-être pu sauver Vega. Mais ce n’est pas une pensée qu’on peut accepté. Tu ne peux pas faire de choix entre ton protégé et ta colocataire.  “Première fois qu’on a envie de croiser ma tête.” Tu grinces, narquois, comme si tu ne fuyais la cabine vide que tu ne partages plus avec la tête dure de Vega. Tu presses un instant l’épaule de Joaquin, bourru.”- Content que tu sois là.” Content que ta bonne action n’ait pas été écharpée, écrabouillée, trois ans plus tard. Content qu’il n’y ait qu’une perte au final. Content que ça ne soit pas pire, parce que même si tu as les yeux rougis au-delà de tes pattes d’oies, on ne peut pas classer un extracteur plus haut qu’un autre. Ils savent pourquoi ils sont là.

code by bat'phanie


Oberon n’attendait plus rien de la vie, le cœur brisé par son premier et seul amour ; s’installer sur la Flotte c’était prendre sa retraite et couler des jours tranquilles. Mais il va bientôt apprendre que l’amour a plus d’une façon de s’exprimer dans la Fédération.
©️ FRIMELDA


MessageSujet: (#) Re: Nous sommes une espèce en voie de disparition ~ Abeilles [Crius]     Jeu 13 Déc - 19:05
Joaquín Mora
http://beyond-earth.forumactif.com/t885-joaquin-mora-du-rhum-des-femmes-et-d-la-biere-nom-de-dieu#8003 http://beyond-earth.forumactif.com/t887-joaquin-parce-qu-on-a-tant-besoin-que-l-on-ait-besoin-de-nous#8016
Messages : 94
Âge : 36 ans
Occupation : Extracteur
Habitation : C5
Arrivée : Il y a 15 ans à bord du C5, comme pirate
Pseudo : Chouu'
Avatar : Manuel Garcia-Rulfo
Crédits : Chouu'
“ - Gratuit pour les extracteurs ce soir.”

Dit-il avec un professionnalisme chaleureux. Combo rare que je n'ai vu que chez Crius, de mémoire. Il tient son bar comme s'il avait toujours fait ça. Serviable, à l'écoute, présent mais pas envahissant, il connait ses clients, leurs goûts, la moitié de leurs secrets posés entre deux tournées mais il sait aussi se faire discret, presque invisible pour offrir un service impeccable.
C'était un bon extracteur. Je ne le connaissais pas autant qu'aujourd'hui, mais j'avais de la sympathie pour ce type à qui le boulot ne fait pas peur, ni les efforts ni les risques ne l'inquiétaient.

Un frisson me parcoure l'échine quand un souvenir refait surface. Je le balaye de mes pensées en récupérant le verre tendu. Pas le moment de ressasser cette détresse, ma culpabilité, son handicap. Je ne veux pas penser à autre chose que Vega, son absence. Je voudrai ne pas penser à elle non plus. Juste me vider la tête, oublier.
Comme si elle était là, capable de me lancer un de ses regards accusateurs et narquois, je lève le verre à sa mémoire ;

“Première fois qu’on a envie de croiser ma tête.”

" Ne sois pas si modeste vieux ; tu crois que je les vois pas, tes fans ? "

On dirait n'importe quoi pour trouver un peu de sourire, de divertissement. Son geste franc sur mon épaule m'arrache un vrai rictus. Il est sympa, ce bourrin. Moi aussi je suis content qu'il soit là. Toujours prêt à me recevoir. Moi ou les autres. Ses anciens collègues, mais pas seulement. Son bar, c'est un lieu de vie. Mais nous, on est un peu sa famille.
Je regarde autour de moi et constate que nombreux extracteurs sont présents. Ouais, la Ruche, c'est la maison.

" J'étais pas sûr que tu sois là. "

Il peut bien faire travailler des employés. Il aurait pu avoir trop de chagrin, mais je ne l'imagine pas absent pour cause de deuil. Plutôt pour tracas administratifs ou que sais-je ; après tout ils vivaient ensemble non ?
C'est ridicule, Charlie s'occupe sans doute de tout. Je secoue la tête et avale une gorgée bienvenue.

" T'as besoin d'aide d'ailleurs ? Tu m'dis. "

Inutile de préciser que je lui dois au moins ça. A lui. A elle. Esclavagée, traumatisée, abusée. Sous mes yeux. La jeunesse n'excuse pas tout. Je focalise mon attention sur l'ami, espérant presque qu'il réclame mon aide.


No tengo un secreto

solo sonrie
©️ FRIMELDA
MessageSujet: (#) Re: Nous sommes une espèce en voie de disparition ~ Abeilles [Crius]     Lun 31 Déc - 0:19
Crius Serrano
http://beyond-earth.forumactif.com/t440-this-is-why-we-can-t-have-nice-tings-cassiopee http://beyond-earth.forumactif.com/t449-pervert-but-in-a-romantic-way-crius-serrano-cassiopee
Messages : 126
Âge : 52 ans
Occupation : Gérant de son bar, la Ruche ( C5 )
Habitation : C5
Arrivée : 2217
Pseudo : Elorin
Avatar : Tommy Flanagan
Crédits : Kane & Frimelda & Elara

Espèce en voie d'extinction

Crius & Joaquin | Novembre 2227

« - Où est-ce que tu veux que je sois ? » Il n’y a pas d’amertume dans ta voix, et pourtant ta vie d’exilé et d’orphelin de père t’y autoriserait. Les foyers, tu les égrènes, tu les reformes autour de toi, maniaque de la chaleur humaine, handicapé des sentiments, âme de gosse rêveur et romantique dans un corps tanné, terrassé par la vie et les lois de la gravité. Il y a de la chaleur dans ton gosier, de la douceur qui ronronne. Tu lui jettes un regard qui se veut plein de malice, qui brille peut-être un peu sous les néons colorés de ton nid d’abeille.  Ce n’était pas qu’un bar. C’était ta maison, bien plus que la cellule… que Vega avait peuplé de sa présence, de la flamme qui habitait son corps et embrasait son âme, vive comme les étoiles filantes dans le ciel incandescentes.

Tu expires par le nez, un peu bruyamment. Ça te prend comme une bouffée d’air qui ne vient pas, comme une nausée qui te tord l’estomac, par vagues. Vega est morte. Vega est restée dehors. Elle n’était pas une présence facile à ignorer de son vivant, son fantôme est pesant, bruyant, hurlant dans ton esprit. Depuis l’annonce de sa mort, tu n’as pas eu le temps de rentrer dans tes pénates. Tu étais au bar quand tu as appris, tu es au bar depuis. A servir les verres et à s’aligner quelques shots. La raison officielle est de porter des toasts en compagnie des abeilles, célébrer la mémoire de celle tombée au front de la voie lactée. La raison qui te tourmente c’est le besoin criant des vieux démons, qui hurle que la flotte n’est qu’un ramassis de conneries, faire autre chose que son beurre pour sa poire, des conneries. Que se lier à autrui est non seulement trop chiant, trop maladroit, mais que cela ne vaut pas le coup.
Tu avales ta salive et tu secoues la tête. « - Une bonne raison de ne pas rentrer dans ma cabine ce soir. Tu as en stock ? » Tu as le besoin pressant de dédramatiser – parce que tu as le cœur lourd à l’idée de différencier le chaos de Vegas du tien, au clapotis assourdissant de tes petites tortues, seules vies que tu partages. Tu passes ta langue sur ta lèvre asséchée par le chagrin et l’alcool.   « - Pas certain que je veuille que tu mettes le nez dans mes affaires, à faire les cartons et ranger ses affaires. Les astres savent ce que tu pourrais trouver. »

code by bat'phanie


Oberon n’attendait plus rien de la vie, le cœur brisé par son premier et seul amour ; s’installer sur la Flotte c’était prendre sa retraite et couler des jours tranquilles. Mais il va bientôt apprendre que l’amour a plus d’une façon de s’exprimer dans la Fédération.
©️ FRIMELDA


MessageSujet: (#) Re: Nous sommes une espèce en voie de disparition ~ Abeilles [Crius]     Ven 4 Jan - 21:32
Joaquín Mora
http://beyond-earth.forumactif.com/t885-joaquin-mora-du-rhum-des-femmes-et-d-la-biere-nom-de-dieu#8003 http://beyond-earth.forumactif.com/t887-joaquin-parce-qu-on-a-tant-besoin-que-l-on-ait-besoin-de-nous#8016
Messages : 94
Âge : 36 ans
Occupation : Extracteur
Habitation : C5
Arrivée : Il y a 15 ans à bord du C5, comme pirate
Pseudo : Chouu'
Avatar : Manuel Garcia-Rulfo
Crédits : Chouu'
Je ne sais pas bien ce que j'attends de Crius. J'apprécie toujours sa compagnie, la force tranquille qu'il dégage, cet air blasé qu'il affiche sans jamais être totalement las. Presque l'inverse de moi. Sa voix grave et ses regards sérieux m'apaisent. Il est un ami attentif à mes bavardages, comme un parent sur qui je compte sans qu'il n'ai envisagé de me le proposer.
Il m'a sauvé la vie.
Je n'ai rien pu faire pour Vega.

J'ai honte de ça, j'ai honte - comme à chaque fois que je le vois - d'être responsable de son handicap. Je sais que la disparition de la jeune extractrice ne me sera jamais reprochée, je n'étais même pas avec elle lorsque ça s'est produit. Mais c'est une perte de plus, une perte chère, une perte bête. Et il n'y avait pas de super Crius pour la secourir. Il n'y en a plus, des types capables de penser d'abord à l'autre. Par héroïsme, solidarité ou simple réflexe stupide. Personne n'a été assez rapide, assez humain, assez fou.

« - Pas certain que je veuille que tu mettes le nez dans mes affaires, à faire les cartons et ranger ses affaires. Les astres savent ce que tu pourrais trouver. »

Je soupire, un sourire amer sur les lèvres. Moi j'en suis certain : je n'ai pas envie de mettre le nez dans ses affaires ou de ranger les affaires de Vega. Je replace mon regard sur l'homme fatigué et hausse les épaules.

" Ok. "

Je fais tanguer le liquide dans mon verre en le fixant avec trop d'attention avant de laisser échapper cet aveu, sans être sûr qu'il était secret :

" ... elle était dans le C5. Avant que ce soit le C5 j'veux dire. On est arrivé en même temps sur la Flotte. "

Et nous sommes devenus extracteurs. Probablement nos uniques points communs. Pour le reste, tout nous opposait, à commencer par son statut de captive lorsque j'étais compté parmi les pirates. Je déglutis ces horribles souvenirs. Elle méritait mieux, dès le début. Elle méritait mieux. Mais elle n'est plus là.
Je relève les yeux vers lui pour essayer de deviner : est-ce qu'il savait ? Lui en a-t-elle parlé ? Sait-il les conditions de son arrivée, de son passé sinistre ?

Un peu plus loin on trinque à l'abeille disparue une fois encore. Les verres se lèvent les voix se mêlent à l'unisson. Je suis le mouvement, incapable de prononcer son prénom cependant. J'avale une gorgée et secoue la tête. J'espère peut être effacer ces sentiments douloureux qui me traversent.


No tengo un secreto

solo sonrie
©️ FRIMELDA
MessageSujet: (#) Re: Nous sommes une espèce en voie de disparition ~ Abeilles [Crius]     

RÉPONSE RAPIDE