Safe place / Evelyn
MessageSujet: (#) Safe place / Evelyn     Sam 10 Nov - 22:17
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 89
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : Miself (av)

C’était un exploit que David est réussi à atteindre la cabine de sa mère dans son état. A vrai dire, il n’avait pas questionné sa réussite se mettant en route vers le Regina Mercy. Non, son état l’empêchait de se poser des questions si pragmatiques. L'étau qui serrait son crâne compressait aussi son esprit et avec sa fièvre bouillonnante, sa vue était troublée. C’est ses jambes lourdes qui l'emmenèrent inconsciemment à destination. La seule destination qu’il savait désormais faire les yeux fermés. Mais aussi la seule destination où il se savait à l’abris de tout : des regards et surtout de la loi. Tout ça ne serait jamais arrivé s’il n’avait pas engloutit cette fiole d’Astre trois jours plus tôt.

Parler de regret était, non seulement pas assez fort, mais loin d’être le seul sentiment qui l'habitait. Il y avait la culpabilité, l’angoisse, la peur, la honte. Un mélange d’émotion chaotique qui lui tordait les tripes et ajoutait un mal supplémentaire à sa torpeur. Il avait l’estomac si secoué qu’en arrivant à la cabine, il régurgita toutes ses émotions dans la cuvette des toilettes. La panique l’envahit et fit monter sa fièvre en flèche. Le jeune homme ne comprenait pas : jamais il n’avait autant souffert d’une rechute. Il les savait particulièrement dur à surmonter mais il mettait beaucoup de volonté pour les faire passer pour de simple coup de fatigue. Et surtout, il avait toujours fait attention d’espacer ses consommations. Sa dernière remontait à des mois désormais. Alors pourquoi était-ce si terrible à dompter cette fois ?

Il croisa son visage dans le miroir : livide. Ce qui marquait un peu plus les cernes accumulés durant cette semaine infernale. Le jeune homme est rappelé à l’ordre par les quelques effets personnels de sa mère qui bordent l’évier. Celle qui, inévitablement, finirait par arriver et le voir ainsi. Il rassemble ses dernières forces pour passer sa tête sous un jet d’eau froide. Une vaine tentative pour dédramatiser son état et dissimuler le tout sous une simple grippe. Or ses muscles en décidèrent autrement. Ce qu’il redoutait le plus arriva et il fut incapable de tenir debout lorsqu’il fut pris, non pas d’une mais de plusieurs crampe qui tétanise sa jambe. Un cri de stupeur lui échappe et son équilibre faillit, le mettant à genoux. Au sol, il demeurait immobile et surtout paralysé par la douleur. L’eau continuait à couler sur lui, débordant sur son uniforme - qu’il n’avait pas eu le temps de retirer.

Moins de cinq minutes s’écoulèrent, ainsi coincé dans cette position quand il entendit la porte de la cabine coulisser. Ce qui ne pouvait être qu’Evelyn. La porte de la salle de bain étant toujours ouverte, il sait qu’elle viendrait en premier inspecter les lieux. « C’est rien ! » Qu’il lance avant qu’elle est le temps de dire quoique ce soit. Il s’agite, force avec ce qui lui reste d’énergie pour se reprendre quand même bien il était trempé. « J’ai… j’ai glissé et… » L’excuse semblait tenir pour lui, mais il était incapable de donner plus de détail tant il avait l’air dépassé par la situation. Il tend sa main vers le robinet dans un dernier élan de conscience pour ne pas gaspiller l’eau plus longtemps.


You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Show me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: Safe place / Evelyn     Mer 14 Nov - 21:50
avatar
Messages : 83
Âge : 41
Occupation : Vice-capitaine du C5
Habitation : Regina Mercy
Arrivée : 2200
Pseudo : canard
Avatar : Natalie Portman
Crédits : minako (av)
« David? » Elle lance l’interpellation au hasard dans la cabine en découvrant la lumière allumée à son arrivée et le son de l’eau qui coulait du robinet. Son fils avait l’habitude de l’avertir systématiquement lorsqu’il passait chez elle, même s’il n’allait que récupérer un pull oublié – un arrangement qui leur convenait parfaitement à tous les deux. Elle ne saurait dire ce qui la pousse à croire que quelque chose cloche décidément. Evelyn pose ses affaires sur une chaise, retire son veston, osant un regard vers la salle de bain, dont la porte ouverte laisse entrevoir la silhouette trempée de David qui tente tant bien que mal de poser les doigts sur le robinet pour couper l’eau qui s’écoule sans cesse. « Tu t’es fait mal? » qu’elle lui demande en réponse à son explication, consciente que s’il était bien sonné par une chute, un coup sur la tête, il aurait peut-être besoin d’aide pour se relever – et d’un point de suture ou deux, ce qui était loin de l’inquiéter outre mesure. Ce n’était pas le genre de chose qui l’angoissait lorsqu’elle avait, pendant toute sa carrière de médecin, remplacé hanches et genoux jusqu’à cesser de pouvoir les compter. La vice-capitaine attrape une serviette, qu’elle passe sur son épaule, avant de tendre les bras vers David pour l’aider à se lever. « Viens là, je vais regarder ça », qu’elle le rassure, le laissant s’appuyer sur elle le temps de le traîner jusqu’au lit soigneusement fait, plus proche que le canapé.

Elle le laisse s’asseoir sur le lit, lui offrant la serviette pour qu’il puisse éponger ses cheveux trempés, avant de sortir d’un tiroir une trousse de premiers soins professionnelle dont le contenu est parfaitement organisé. Evelyn détaille un instant les traits tirés de son fils, dont le visage pâle contraste avec le garçon plein de vie qu’il est d’habitude. « Je ne crois pas que ta jambe soit ton plus gros souci », note-t-elle, posant le dos de sa main sur le front du jeune homme, puis sur sa joue, puis sa nuque. Brûlants, une fièvre carabinée combinée à une confusion et une incohérence qui commençait à inquiéter la femme. La confusion sans s’être visiblement heurté la tête, la fièvre sans qu’il se soit plaint de quelque grippe ou malaise avant une telle poussée… Elle lui adresse un petit sourire qui se veut rassurant alors qu’elle farfouille dans la trousse, posant les doigts sur une petite lampe de poche. La lumière dans ses yeux lui ferait sans doute mal, mais c’était une façon facile de vérifier la présence d’une commotion plus ou moins sérieuse. « Tu peux garder tes yeux ouverts et suivre la lumière? »




--- some of us
are wild ones, ever under wanted, I believe

RÉPONSE RAPIDE