Misleading a priori
MessageSujet: (#) Misleading a priori     Mer 24 Oct - 20:15
Jamie Farzan
http://beyond-earth.forumactif.com/t971-jf-si-j-etais-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t976-dies-irae-jamie
Messages : 64
Âge : trente ans
Occupation : pilote de commissionaire; réaffectée temporairement comme mécano
Habitation : C5
Arrivée : 2224
Avatar : pilar moraga
Crédits : mischievous wink, vovicus
La tête lourde et les muscles perclus de courbatures, Jamie émerge difficilement de son sommeil agité et les miettes du cauchemar lui tordent encore le ventre pendant qu’elle s’assoit. La poitrine pressée par l’horreur, Jamie s’impose une respiration lente, calme et régulière. Autour d’elle, le silence d’abord rassurant se fait bien vite oppressant alors que les souvenirs du mauvais rêve s’impriment durablement dans sa mémoire. Elle va gerber. Un frisson pour lui secouer la carcasse, Jamie enfile le pantalon échoué sur le sol puis quitte la cabine sans un bruit. Un silence, la mâchoire crispée, elle observe l’aspirine se désagréger dans le verre d’eau, les paumes posées sur le rebord de l’évier. Elle en est à fouiller les placards à la recherche de quelque chose à manger qu’Ethan aurait laissé que la porte du vaisseau s’ouvre. Alerte, rien ne vient pourtant troubler sa quête alimentaire. Un rapide coup d’œil à son Charlie lui apprend que son shift commence dans à peine une heure : inutile d’espérer se rendormir. Un grognement mécontent lui passe les lippes tandis qu’elle entre dans la minuscule salle d’eau du vaisseau. La douche, brûlante, la détend à peine et c’est d’une humeur particulièrement maussade qu’elle laisse l’Alabatros derrière elle. Et sa journée achève de lui buter le moral.

Le pas vif, Jamie fend la foule, ses écouteurs vissés sur les oreilles, les mains dans les poches, comme un maigre refuge à l’agression perpétuelle du monde et du bruit sur ses sens à vifs. Au croisement, elle hésite un instant, piétine, mais prend finalement la direction du vaisseau d’Ethan plutôt que de la cabine où Eran et Delilah l’attendent déjà depuis quelques jours. Elle a besoin de temps et de calme pour s’apaiser. Ou de cogner quelque chose. L’idée de se rendre à la salle de sport lui travers l’esprit, mais l’idée même de devoir supporter d’autres personnes lui suffit pour se raviser. A la place, c’est dans la cabine qu’elle s’épuise en traction et pompes. La sensation, sournoise, lui a grimpé depuis le ventre jusqu’à n’importe quel recoin de son corps : elle se sent sale. Elle sait que c’est son rêve, ce que le psy qu’elle daigne voir parfois appelle un syndrome de stress post traumatique, blablabla. Mettre des mots compliqués ne changeait à l’état affreux et destructeur dans lequel elle nageait depuis le matin. Le sport, pourtant, finit par faire son effet, et à défaut de l’apaiser, elle s’endort, l’esprit vaincu. Des rires un peu rauques, des soupirs et des grognements satisfaits la tirent brutalement de son sommeil anormalement lourd. Un chapelet de jurons particulièrement grossiers lui passe les lèvres. A tâtons, ses doigts cherchent et empoignent ses écouteurs qu’elle branche à son Charlie, et elle pousse le volume au maximum. Putain de merde. Elle qui voulait une soirée et une nuit tranquilles.

Lorsqu’à nouveau elle ouvre les yeux, Jamie se sent terriblement fatiguée. Tous ses muscles hurlent à l’agonie suite à la séance de sport trop brusque, trop longue et trop intense de la veille, et l’odieuse sensation ne lui a pas quitté le ventre. Le seul point positif qu’elle trouve, c’est le silence revenu dans la cabine. Soit les amants dorment, soit la nana qu’a ramené le blond s’est fait remercier ou alors ils sont allés ailleurs. Peu lui importe, Jamie se réjouit d’avance à l’idée d’une matinée solitaire et silencieuse. L’odeur de café emplit doucement la cabine et elle s’apprête à se servir une tasse que la porte de la cabine d’Ethan s’ouvre sur une jolie brune échevelée, un t-shirt qui lui tombe sur les hanches et une jolie culotte sur les fesses.  Les échos de la veille et les restes de son cauchemar lui tirent un long frisson de dégoût et une nausée tenace. Jusqu’à ce que Jamie croise les mires hostiles de l’autre. Un sourire goguenard lui creuse le visage et Jamie demande, irrévérencieuse « Un s’cis ? T’as p’rdu ton p’talon ? »



stabat mater
MessageSujet: (#) Re: Misleading a priori     Lun 29 Oct - 23:48
Anastasia Donovan
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 617
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

Misleading a priori.
Ana & Jamie

Tu passais plus souvent sur l’Albatross désormais, à moitié poussée par l’envie de laisser Rosa profiter pleinement de sa cabine (et de son compagnon) et à moitié motivée par le désir de simplement profiter de la situation pour abuser du pirate. Les événements du Jeanne d’Arc t’avaient perturbée, suffisamment pour que tu prennes du temps pour toi. Retrouver Ethan t’avait finalement fait plus de bien que tu ne voulais l’admettre et tu n’hésitais pas à rattraper le temps perdu, si l’on peut dire. Cette fois ci n’avait donc pas fait exception et si tu avais profité de ton début de soirée avec quelques collègues, tu avais rapidement retrouvé ton habituel compagnon, pour finir par partager ses draps et sa nuit. Tu ne te souciais de rien d’autre dans ce genre de cas, seule comptait cette petite bulle que vous partagiez, cette intimité que vous aviez forgé avec le temps. Et c’est bien souvent dans un sourire que tu finis par t’endormir. C’est également bien souvent de bonne humeur que tu te réveilles le lendemain, surtout lorsque, comme aujourd’hui, tu savais pouvoir profiter d’une journée de congé que tu estimais toujours bien méritée. Jetant un bref coup d’œil au pirate encore endormi à tes côtés, c’est le plus discrètement possible que tu quittes le lit, enfilant rapidement un t-shirt et une culotte avant de délaisser son étroite cabine afin de grignoter ces quelques biscuits dont il faisait continuellement la réserve sur son vaisseau. Tu guettes encore par-dessus ton épaule les réactions du blond lorsque la porte coulisse derrière pour toi pour se refermer, t’assurant de ce fait que tu as réussi ta mission qui consistait à l’abandonner encore un peu au pays des rêves, et c’est ce qui fait que ta surprise est amplifiée lorsqu’en te détournant de l’habitacle, tu te retrouves face à cette femme.

Jamie. T’avais questionné Ethan quant à son identité, une fois. T’avais pas insisté afin de ne pas démontrer ton intérêt pour la chose (d’autant plus que t’ignorais pas le penchant du pirate pour les belles femmes, de toute manière) mais t’en étais pas moins curieuse de cette fille, et pas franchement dans le bon sens. Non pas qu’elle te paraissait antipathique, bien que tu ne l’ais croisée que de façon fugace, mais le simple fait d’avoir pu distinguer son faciès à plusieurs reprises durant tes passages sur l’Albatross avait suffi à te faire tiquer. Elle était visiblement souvent dans le coin, un peu trop à ton goût en vérité bien que tu préférerais t’arracher toi-même la langue que d’avouer éprouver un semblant de jalousie. Encore que, était-ce vraiment ça le problème ? De la jalousie ? Ou s’agissait-il plutôt de rivalité ? Ton sentiment d’infériorité dans le cadre de ta profession te poussant à au moins être plus intéressante que d’autres gueuses de passage. Tu sais pas trop et t’essayes de pas trop y penser en vérité, au moins pour arrêter de la lorgner avec un air sûrement aussi sceptique que hautain. Peu importait ce qu’elle foutait ici (t’essayes par ailleurs de te convaincre qu’il s’agissait peut être que d’une amie, un peu comme Rosa, qui trouverait toujours refuge ici), tu ne pouvais de toute manière décemment pas faire scandale. Et tu valais mieux que ça, pas vrai ?

Un s’cis ? T’as p’rdu ton p’talon ? Et toi probablement quelques neurones pour causer comme ça. Bien évidemment les mots ne sortent pas, demeurants pensée bien que l’étincelle colérique qui s’était mis à étinceler au fond du regard la milicienne devait témoigner de son opinion du moment. Elle avait rien contre l’humour Ana, du moins quand il émanait de proches et non pas d’une parfaite inconnue qui ne semblait pas l’aimer non plus. Il lui faut alors un bref instant pour juguler ses émotions et étirer ses doigts comme pour les empêcher de devenir des poings, avant qu’elle ne daigne hausser les épaules dans une allure faussement nonchalante. « C’est pas bien grave, j’aurais tout le temps que j’veux pour le retrouver. Qu’elle rétorque simplement en jetant un coup d’œil autour d’elle. Sous-entendu : j’compte pas dégager de là, tu ferais bien de t’y faire. Tes mirettes se vrillent finalement sur les différents placards et tu prends soin de contourner un minimum Jamie afin de t’approcher de l’un d’entre eux, l’ouvrant pour y déloger de quoi calmer ta faim. Tu peux pas t’empêcher de lorgner du coin de l’œil le café, dont l’odeur te donnait déjà particulièrement envie, mais tu réprimes ton désir de demander si tu pouvais te servir. D’aucuns trouveraient cela puéril, de ton côté tu t’estimais simplement méfiante et tu ne tenais pas à te montrer un minimum polie pour te heurter de nouveau à la familiarité de celle qui te faisait face. Tout simplement parce que tu ne risquais pas de le tolérer longtemps. Après avoir croqué dans l’un des en cas, achevant de mastiquer ton bien, tu finis alors par demander. T’étais là cette nuit ? On t’a pas trop dérangé ? » Il est évident que sous couvert de politesse, t’essayais simplement de rappeler que t’étais bien celle qui avait fini dans le plumard du pirate. Quand t’y penses deux secondes, ça te paraît totalement con d’ainsi affirmer une prétendue supériorité juste parce que t’avais fini dans le lit d’un foutu coureur de jupon. Y a pas de fierté à en tirer au fond, alors pourquoi diable est ce que tu t’obstinais ? Putain Ana en plus si ça se trouve cette Jamie c’est peut-être vraiment une cousine ou une connerie du genre. Fous lui la paix.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: Misleading a priori     Lun 12 Nov - 20:16
Jamie Farzan
http://beyond-earth.forumactif.com/t971-jf-si-j-etais-un-homme http://beyond-earth.forumactif.com/t976-dies-irae-jamie
Messages : 64
Âge : trente ans
Occupation : pilote de commissionaire; réaffectée temporairement comme mécano
Habitation : C5
Arrivée : 2224
Avatar : pilar moraga
Crédits : mischievous wink, vovicus
L’hostilité de l’autre est presque palpable : ça taille une balafre sardonique à Jamie. Si elle ne sait rien de la colère qui habite la brune, il est par contre aisément facile d’en deviner l’origine, de la jalousie pour celle qui vit ici de temps à autre et que son blond saute peut-être à l’occasion. L’idée même révulse Jamie qui pour masquer son dégoût, creuse plus encore le sourire. Les mires captent les mains fines d’Ana qui peinent à se détendre. C’est petit, puéril, mais la vengeance parfaite pour la nuit qu’elle a subit à cause d’eux. Jamie, bien sûr, pourrait lui dire qui elle est, qu’elle ne vient ici que lorsqu’elle a besoin de tranquillité ou de repos, qu’Ethan est un collègue de travail et qu’il n’y a rien de plus entre eux qu’une franche camaraderie (ce serait un petit peu un mensonge, mais ça ne la dérangerait pas vraiment.) A la place, la kellari conserve un silence buté et scrute Ana, dont le fond des billes brillent de colère. C’est cocasse, comme situation, que la nana qui sorte à moitié à poils de la cabine d’Ethan après s’être envoyé en l’air avec lui une bonne partie de la nuit soit celle qui bouille le plus. Les manières de la brune soulève brièvement la poitrine d Jamie d’un rire rauque et sauvage. « T’mignonne, mais j’vais pa’t’manger, pa’b’soin d’m’éviter comm’ça, et comme de la provoquer un peu plus, Jamie ouvre un placard et sort une tasse qu’elle remplit de la mixture noire. Tiens. »

C’est au tour de Jamie de se crisper un peu, et son sourire dont elle ne s’est pas départie depuis le début de l’entrevue se tord un tantinet alors qu’un nouveau frisson de répulsion la secoue. « J’tais là, ouais. J’dormi comme un bébé. J’dors avec d’la musique l’plus souvent. » Jamie ment avec suffisamment d’aplomb pour qu’elle soit crédible et se fiche totalement de froisser éventuellement la donzelle qu’Ethan saute le plus régulièrement. Elle n’a, de toute façon, aucune envie particulière de s’épancher sur les cauchemars de la nuit passée, et surtout pas auprès d’une inconnue. Continue à pédaler ma fille, tu t’en sors pas si mal… « C’pas l’première fois qu’ç’a arrive, Jamie enfonce le couteau dans la plaie. » Parce que si l’autre tenait vraiment à jouer les jalouses possessives, autant lui rappeler qu’elle n’était sûre qu’un nom dans une liste. Certes, elle venait souvent, mais les détails de la vie sentimentalo-sexuelle de son logeur ne l’intéresse guère. Elle prend déjà suffisamment sur elle pour ne jamais faire de scandale – il pourrait l’envoyer chier en lui rappeler qu’il es chez lui et qu’il fout bien ce qu’il veut (ou qui il veut en l’occurrence). Elle avait besoin de ce havre de paix, et en réalité, la cohabitation n’était pas si terrible. Du reste, Jamie ne s’était jamais posée la question mais une part d’elle se doutait que s’il savait vraiment, il ne dirait rien et s’excuserait peut-être.



stabat mater
MessageSujet: (#) Re: Misleading a priori     Mer 19 Déc - 23:45
Anastasia Donovan
http://beyond-earth.forumactif.com/t83-anastasia-i-m-just-a-product-of-the-system http://beyond-earth.forumactif.com/t87-anastasia-i-may-end-up-failing-too
Messages : 617
Âge : 34 ans
Occupation : Milicienne (sergent) au Colossus 5
Habitation : Colossus 5
Arrivée : Il y a 24 ans (2203)
Pseudo : Drathir/Loreline
Avatar : Riley Keough
Crédits : avatar - Isleys ; code sign - Anesidora ; crackship - Elara ♥

Misleading a priori.
Ana & Jamie

T’arrives pas à savoir quoi penser de cette fille. D’un côté ses sourires narquois et sa façon de s’adresser à toi te donnaient des envies de meurtre, tu te sentais agressée et sans nul doute que tes propres à priori sur Jamie venaient rajouter à ton agacement. De l’autre, t’as la sensation -fugace- qu’elle est probablement comme ça avec tout le monde et que finalement sa façon de te jauger n’a peut être rien de personnel. C’est du moins cette possibilité qui t’effleure l’esprit lorsque la jeune femme te rassure (si on peut vraiment appeler ça comme ça) dans un ricanement : elle comptait pas te bouffer, la preuve étant qu’elle te servait désormais une tasse du café sur lequel tu lorgnais. T’aimerais te justifier, expliquer que t’avais certainement pas peur d’elle (peu importe le sens qu’elle donnait au verbe « manger »), mais tu te ravises bien vite. L’attitude d’évitement dont tu avais fait preuve te paraissait soudainement trop complexe à expliquer : un mélange de pudeur, tant pour elle que pour toi, et de prudence. L’envie de ne pas rajouter un affront physique aux affronts verbaux que vous ne cessiez de provoquer toutes les deux. « Ça a rien à voir. Que tu lâches simplement, avant de siffler entre tes dents : Merci. » T’as toujours trouvé ironique ce paradoxe chez toi : quand la plus élémentaire des politesses se glisse entre deux saloperies ou deux claques dans la gueule. Si ça t’amuse, tu doutes toutefois que ce soit au goût de tes interlocuteurs.

T’en étais à profiter tant de la boisson que des biscuits que tu grignotais lentement, le tout entre deux remarques, quand ton interlocutrice expliqua avoir bien dormi. Du coin de l’œil, t’essayes de savoir si elle mentait, tentant de façon puérile de capter un signe d’agacement : en vain. La répartie qui suit t’arrache l’esquisse d’un ricanement et tu secoues légèrement la tête, vaguement amusée. Si Jamie avait employé d’autres mots, elle aurait probablement pu raviver ces élans jaloux que tu tentais de masquer, toutefois cette formulation précise te laissait relativement de marbre. En vérité, elle t’offrait plutôt une réponse toute trouvée : « J’sais bien. Que tu rétorques dans un sourire éclatant, faisant mine de ne pas comprendre ce qu’avait vraiment voulu dire la jeune femme. Tu préférais montrer que t’étais bien placée pour savoir que les sauteries étaient régulières, vu que tu étais souvent la principale concernée avec Ethan. Biscuits ? Que tu proposes alors, tendant le paquet que tu avais entre les doigts tout en sirotant une nouvelle gorgée de café. L’amusement que tu essayais plus ou moins de feinter laisse finalement place à un air plus sérieux alors que tu observais la femme qui te faisait face. L’agressivité laisse place à quelque chose de plus consciencieux, non pas parce que tu avais soudainement révisé ton opinion concernant ton interlocutrice mais bien parce que t’espérais en apprendre plus sur elle. Quitte à ne pas oser demander des détails à Ethan (détails qu’il ne fournirait peut être pas de toute façon), autant profiter de la présence de la donzelle pour te forger une opinion par toi-même. J’suis surprise que tu viennes ici quand tu veux avoir la paix. » Du moins si c’était bien pour ça qu’elle venait. Mais entre le besoin visiblement évident de Jamie de se laisser bercer par la musique et sa remarque un peu plus tôt que tu avais interprétée comme étant un moyen de savoir combien de temps tu comptais t’éterniser dans le coin, t’en étais arrivée à la conclusion qu’elle avait trouvé refuge ici. T’espérais juste que ça signifiait dormir loin du pirate.

- BLACK PUMPKIN


† Tu sais, ce soir j'ai lu dans mon corps relâché le manuel torturé de cette danse exaltée. J'ai même glissé ma langue dans des bouches saliveuses, dans de tout petits angles où l'on voit qu'les muqueuses. Puis là je suis rentré bel et bien les mains nues, avec cet air déjà vu et l'envie de surplus.


Rosa, love of my life:
 
MessageSujet: (#) Re: Misleading a priori     

RÉPONSE RAPIDE