it's definitely not a date, uh-uh // david
MessageSujet: (#) it's definitely not a date, uh-uh // david     Mer 26 Sep - 21:54
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t1011-keep-swimming-lise http://beyond-earth.forumactif.com/t1013-up-lise#9569
Messages : 51
Âge : vingt-deux ans.
Occupation : journaliste pour le stellarian tribune à qui on donne des sujets nazes.
Habitation : une petite chambre avec lit simple dans une colocation à trois bybliens sur le columbiad.
Arrivée : depuis le 21 mai 2227.
Avatar : ella purnell.
Crédits : nymphéas.

Quatre mois, déjà, que la vie de Lise avait pris une tournure dont la brune n'avait jamais qu'osé rêver. Vivre au milieu des étoiles dans un vaisseau en perpétuel mouvement, dormir dans des quartiers trop petits mais sur lesquels elle fermait yeux lorsque ceux-ci n'étaient jamais assez ouverts pour découvrir jour après jour de nouveaux aspects à la vie dans l'espace. Ces derniers mois étaient à la fois passés bien trop vite, comme un claquement de doigts, lui laissant le goût de l'inachevable. Et à la fois, cela semblait faire une éternité qu'elle n'avait pas parlé à ses parents. Ça lui pesait, sans qu'elle n'en parle à ses nouveaux proches, et elle espérait que les ingénieurs de la flotte trouvent un moyen d'entrer en contact avec Byblos dans les prochaines semaines. Si l'humanité avait trouvé comment vivre dans des vaisseaux, alors Lise s'imaginait que ça ne devait pas être bien compliqué de trouver comment communiquer avec les bybliens depuis le confort de la flotte. En attendant, elle s'impatientait quant à la date du prochain voyage sur sa planète d'origine auquel elle comptait bien participer après tous ces mois si loin de ceux qui l'avaient élevée. Mais d'ici là, l'étrangère avait bien des choses à faire, à entreprendre et à découvrir : l'une d'entre elles était un article sur ce groupe de jeunes qui pratiquaient le parkour dans les structures de la flotte. Anonymes car accusés d'intrusions dans des lieux interdits, elle avait réussi à ouvrir une conversation avec eux : c'était peut-être son âge proche du leur ou ses origines curieuses qui avaient conquis le groupe. Après des jours à converser via starchat privés, ils s'étaient rencontrés en chaire et en os déjà deux fois et le courant était plutôt bien passé. Juan la harcelait presque de messages et Aoife maintenait qu'il fallait que Lisbeth aille prendre un verre dans un bar caché du Tiantang avec elle. Les autres étaient restés assez silencieux : un silence qu'elle espérait voir se briser car depuis son arrivée Lise n'avait pas vraiment eu le temps de sympathiser avec d'autres jeunes de son âge. Ils se connaissaient déjà tous, trainaient déjà ensemble alors une fois passé la curiosité vis-à-vis de ses origines bybliennes les relations qu'elle avait tissé restaient pour la majorité superficielles. Pourtant elle n'attendait que ça : se faire des amis, ou plus.

Dans ses minuscules quartiers, difficile de voir à quoi elle ressemblait avant de partir de chez elle : pourtant, elle avait fait des efforts et n'avait pas attrapé de pull cette fois. Même si elle le regrettait déjà sur le chemin, elle qui avait toujours froid et qui ne s'habituait définitivement pas à la température stellarienne. Elle avait troqué ses laines habituelles pour un haut rayé et une jupe en jean, motivée par l'envie de plaire. Son rendez-vous avait beau être "professionnel", elle avait décidé de faire un effort : parce que l'interviewé avait ce quelque chose de mignon et d'accessible qu'elle n'avait pas senti chez quelqu'un d'autre depuis son arrivée. Elle l'aimait bien, tout simplement, même si elle n'en était encore qu'à la curiosité à ce stade. Après tout, elle ne le connaissait pas vraiment. Mais bon, elle pouvait s'en faire un ami. Ce serait sympa. Oui. Son terminal sonna dans son sac et en sortant de la navette, Lise l'attrapa pour le ranger presque immédiatement. Encore Juan. Décidément. En marchant vers la Ruche à grands pas de converses noires, Lisbeth en profita pour se regarder lorsque son reflet était suffisamment voyant dans les vitres sur son passage ou les rares miroirs. Ça ira, pensa-t-elle en ouvrant la porte du bar. Crius la remarqua, hélant sa nouvelle habituée dans un sourire agréablement surpris avant de lui servir sans avoir à lui demander une de ces Xingji que Lise avait découvert en arrivant sur la flotte. Puis elle alla s'assoir à une table de façon à voir qui entrait dans la Ruche. Et dans l'attente, elle s'inquiéta, jouant anxieusement plusieurs scénarios dans sa tête comme s'il s'agissait d'un vrai rendez-vous.

Mais elle était là pour le travail, qu'elle se sermonnait.

Pourtant, les questions qu'elle aurait aimé poser à son invité n'étaient pas vraiment professionnelles, loin de là. La porte s'ouvrit peu après sur celui qu'elle attendait, tandis qu'elle le laissait d'abord la chercher du regard. Et ça n'est que lorsque celui-ci croisa le sien qu'elle leva la main comme pour affirmer sa présence dans un sourire qui se voulait chaleureux. Lise ne le quitta pas du regard, avant de se lever un peu brusquement lorsqu'il fut à distance suffisante. Elle lui lança simplement un Salut David dans un nouveau sourire. C'était la première fois qu'elle le voyait sans ses sept autres acolytes, et déjà l'atmosphère n'était plus la même.

La Ruche, Colossus 5, 26 septembre 2227.
Lise parle en ffcc33
David parle en balise d




.


☾☾ PLEASE DON'T GIVE UP ☾☾
YOU DESERVE MUCH BETTER THAN THIS
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Mar 2 Oct - 1:13
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 81
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : HEART ATTACK (av)
Le Colossus était un endroit assez nouveau David, quand bien même il avait toujours vécu sur la flotte. Il avait commencé à réellement mettre les pieds sur le vaisseau lorsqu’il commença son stage de milicien dans l’équipe du sergent Donovan. Désormais affecté au vaisseau et fils de la seconde des lieux, il passait le plus clair de sa nouvelle vie entre ces murs. C’était par obligation et cela prendrait encore du temps pour que le jeune homme se fasse à cette ambiance si particulière. En attendant, le Colossus restait bien derrière le Columbiad : le vaisseau dans lequel il avait toujours vécu, où il avait vécu ses premiers déboires, escaladés ses premiers murs, vu son premier match de taik. C’est là-bas qu’il aurait aimé amené Lisesbeth, profiter de ce rendez-vous pour faire découvrir à la byblienne les fondements de la vie stellarienne. Or il n’avait pas contesté son choix de rendez-vous, convaincue qu’il s’agirait d’une autre occasion de la revoir. Et puisqu’il finissait son service de journée, il fut plus simple pour lui de la rejoindre directement à la Ruche. Si le nom du bar lui disait quelque chose, persuadé d’être déjà passé devant, il avait demandé son chemin à Charlie.

Il avait roulé en boule le haut de son uniforme dans son sac à dos puis l’avait jeté sur une épaule pour arriver à l’heure. Avec son t-shirt blanc sorti de son pantalon, seul ses rangers pouvaient trahir son appartenance à l’armée. David franchit la porte de la Ruche avec un léger retard de cinq minutes, avec la démarche de celui qui n’avait jamais mis les pieds ici. Il s’arrête à l’entrée, gênant au passage la sortie d’une bande d’ami, et son regard passe entre les différentes têtes jusqu’à ce que le sourire de Lise le sorte de sa torpeur. C’est d’un léger bond qu’il fend le bar pour la retrouver, faisant glisser son sac le long de son bras pour le jeter aux pieds de la table où elle était installée. « Hey ! » Le brun sourit à son tour quand elle se lève et il ouvre chaleureusement les bras une fois à sa hauteur. Le contact est léger, une main sur le haut de son bras et une joue collé contre la sienne en guise de salutation. Pour David, ce rendez-vous n’a rien de pro. Bien qu’il ne connaisse que la jeune femme depuis quelques semaines, il est incapable de voir cette réunion comme quelque chose de foncièrement sérieux. Elle connaissait l’équipe, elle avait passé deux jours avec eux. C’était peut-être un début, mais un début prometteur qui effaçait l’étiquette de journaliste avec laquelle elle s’était présentée.

« T’as invité que moi ? Demande-t-il sans arrière-pensée alors qu’il prend place en face d’elle. C’est cool, pour une fois je vais p’te pouvoir dire des conneries dans leur dos. » Le jeune homme ricane, définitivement détendu face à elle. Il était toujours ravi de faire de nouvelle connaissance, et celle-ci était particulièrement plaisante. Il ne saurait dire si c’était à cause de l’attrait de Lise pour l’équipe, ses origines bybliennes ou juste ce regard toujours rieur. « Je connais pas du tout l’endroit, tu viens souvent ici ? » David regard autour de lui, leurs tables voisines, le comptoir avant de se concentrer sur elle.



You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Sshow me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Mar 2 Oct - 14:23
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t1011-keep-swimming-lise http://beyond-earth.forumactif.com/t1013-up-lise#9569
Messages : 51
Âge : vingt-deux ans.
Occupation : journaliste pour le stellarian tribune à qui on donne des sujets nazes.
Habitation : une petite chambre avec lit simple dans une colocation à trois bybliens sur le columbiad.
Arrivée : depuis le 21 mai 2227.
Avatar : ella purnell.
Crédits : nymphéas.

Quand il répond à son sourire, Lise se détend un peu. David a cette aura chaleureuse qu'il trimballe avec lui un peu partout, et ce rictus confiant qui lui fait l'espace d'un instant oublier le pourquoi de leur rendez-vous. Elle est juste contente de le voir, sur le moment. Et il est avenant, le milicien (ça, elle l'a appris lors d'un précédent rendez-vous avec le reste de son groupe après un tour de table sur leurs occupations respectives. Lise avait d'ailleurs été surprise par leurs diversités. Comme quoi, tout le monde pouvait pratiquer le parkour que ce soit une professeure ou un milicien). Si bien qu'à peine lui lance-t-il un Hey ! le voilà qui ouvre ses bras pour l'enlacer rapidement. Lise est un peu surprise par le geste, habituée à saluer la troupe entière d'un simple signe de main plutôt que par huit étreintes à chaque rencontre. Mais ça lui fait plaisir quelque part, alors elle l'enlace aussi et l'imite en déposant un bref baiser sur sa joue avant de se rassoir. Puis elle l'observe en faire de même, son regard glissant sur sa tenue qu'elle soupçonne ne pas être habituelle. Elle a beau ne pas le connaître plus que ça, elle se doute que les rangers ne sont pas là pour rien. Mais il engage déjà la conversation, laissant seulement le temps à Lise de poser ses coudes sur la table et de se pencher un peu pour l'écouter malgré le brouhaha du bar qui se remplit doucement mais surement.  T’as invité que moi ? la byblienne secoue la tête positivement, un peu étonneée qu'il ne s'en soit pas aperçu plus tôt. Yep, j'avais besoin de voir que toi. lui répond-t-elle, son accent tranchant avec celui du stellarien, sans se rendre compte des interprétations qui pouvaient en découler. Pourtant, ça n'était que la vérité. C’est cool, pour une fois je vais p’te pouvoir dire des conneries dans leur dos. ça lui arrache un rire franc qui se mêle à celui de David quelques secondes avant de disparaître dans un sourire amusé. Attention hein, tout ce que tu diras pourras être retenu contre toi... qu'elle plaisante à son tour dans un nouveau rire, mélangeant le mythe du journaliste prêt à tout garder pour un article sensationnel et ce que David devait répéter à longueur de journée. Du moins, c'est ce qu'elle imaginait être son quotidien.

Le silence qui s'en suit est vite remplacé par une nouvelle intervention de ce dernier. Je connais pas du tout l’endroit, tu viens souvent ici ? elle le voit observer l'endroit un instant, avant qu'elle n'en fasse de même son regard s'attardant sur Crius qui travaille plus loin. Hmm, ouai. Des amis m'ont fait découvrir l'endroit à mon arrivée et j'me suis dis que c'était peut-être bien de venir souvent ici plutôt que m'éparpiller. elle explique ça en croisant le regard de Crius à qui elle fait un signe de main et un sourire complice qu'il lui renvoie avant de s'occuper d'autres clients. Comme ça j'suis devenue proche du gérant là-bas, Crius. Il a pas l'air commode comme ça mais il est vachement sympa. Crius, il avait le physique d'un pirate à qui on demanderait pas de service. Pourtant, son regard était l'un des plus bienveillants de la flotte : il lui faisait un peu penser à son père. Physique peu avenant mais personnalité douce. Surement qu'ils s'entendraient bien, quand elle y pense. En plus, ils bossent dans le même domaine ou presque. Elle reste dans la lune à le regarder travailler un moment, oubliant ce pourquoi elle était venue avant de cligner des yeux et d'inspirer longuement, de retour sur terre. Enfin bref ! elle clappe des mains en reposant son attention sur David. Tu veux boire quoi ? J'suis déjà servie, mais je paye la première tournée et tu prendras l'autre ? Deal ? qu'elle demande, enjouée. Elle ne lui laisse pas trop le choix et se lève déjà, prête à partir en direction du comptoir pour aller chercher ce qu'il choisira avec l'assurance de quelqu'un ayant toujours connu cet endroit.

La Ruche, Colossus 5, 26 septembre 2227.
Lise parle en ffcc33
David parle en balise d




.


☾☾ PLEASE DON'T GIVE UP ☾☾
YOU DESERVE MUCH BETTER THAN THIS
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Mer 3 Oct - 3:10
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 81
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : HEART ATTACK (av)

Quand Lisbeth fait un signe de main au barman, David jette un regard par-dessus son épaule pour apercevoir l’homme en question. Effectivement, ce n’était pas le genre d’homme qu’il imaginait proche de la jeune femme. Il l’observe quelques secondes, devinant aisément ses origines de kellaris. Il ne le jugeait pas terrifiant - Lanzo, lui l’était, mais il décelait difficilement la sympathie qu’elle essayait de décrire. Lise claque des mains et comme rappelé à l’ordre, la tête du brun revient aussitôt à elle. Pris de court, son regard alterne entre le verre déjà présent et la byblienne qui se lève, déjà décidée. « Est-ce que j’ai vraiment le choix ? Il fausse une mine vexé qui vient rapidement s’effacer par un large sourire. Il reprend rapidement avant qu’elle s’éloigne trop.   Une xingji, s’il-te-plait ! » Lance-t-il par-dessus le brouhaha. Lorsqu’elle tourne définitivement les talons, il se dit qu’elle a enregistré sa commande. Du fond de sa chaise, il la suit du regard jusqu’au comptoir.

David était en train de se dire qu’il la trouvait particulièrement à l’aise pour byblienne quand sa réflexion fut interrompue par la sonnerie de son terminal. Sur son écran, la photo d’une veste unique fraîchement déniché par Newt qui se vantait de sa trouvaille. David n’a que le temps de réagir par un pouce en l’air que sa pinte arrive sous son nez et avec, l’odeur qui si particulière de fermentation qui définissait la boisson. Son terminal est poussé vers un coin de la table alors qu’il s’étonne devant son verre. « Wow ils déconnent pas sur la pinte ici. » Le petit dôme de mousse menaçait à la moindre secousse de s’effondrer hors du large verre. Cela relevait de l’exploit qu’elle est réussi à l’amener jusqu’à la table sans incident. D’une extrême précaution, David soulève son verre et le cogne contre celui de Lise. La manœuvre fait tanguer la mousse et c’est avec précipitation qu’il porte la bière à ses lèvres - en vain, la boisson déborde aux coins de sa bouche et tâche son t-shirt blanc. Un gémissement de surprise lui échappe alors qu’il a un mouvement de recule inutile. Il écarte les bras pour jeter un coup d’oeil aux dégâts. « Tu vois ça, Lise, c’est notre premier secret. »

Il tente de frotter son haut, mais rien ni fait. Ça finira par sécher, tant pis. Il essuie ses lèvres du dos de sa main, non sans souffler un léger rire moqueur de lui-même. « Je crois que je t’ai jamais demandé… tu es sur la flotte depuis combien de temps ? » Passant sa bêtise, il tourne la conversation vers elle, sincèrement curieux. A en juger par son aisance, il se disait qu’elle était arrivé avec la première arrivée de bybliens. Cela restait tout de même impressionnant, qu’il s’agisse d’effort ou de simple adaptation naturelle. David se reprend en secouant la tête, jugeant sa question quelque peu intrusive. « Non parce que tu sembles parfaitement intégrée, c’est fou. Enfin super même ! Je croise encore des bybliens complètement tétanisés à l’idée de traverser une passerelle. »



You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Sshow me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Mer 3 Oct - 22:40
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t1011-keep-swimming-lise http://beyond-earth.forumactif.com/t1013-up-lise#9569
Messages : 51
Âge : vingt-deux ans.
Occupation : journaliste pour le stellarian tribune à qui on donne des sujets nazes.
Habitation : une petite chambre avec lit simple dans une colocation à trois bybliens sur le columbiad.
Arrivée : depuis le 21 mai 2227.
Avatar : ella purnell.
Crédits : nymphéas.

Est-ce que j’ai vraiment le choix ? Non, bien sûr que non. Lise aimait prendre les choses en mains, contrôler quelque part ce qu'il se passait : le désordre était source d'anxiété. Peut-être était-ce un vestige de sa mère, celle sur Byblos à qui elle n'a pas parlé depuis bien trop longtemps. Toujours à l'affut de la moindre étrangeté pour en faire des tonnes et mettre à jour son programme du moment méticuleusement plannifiée. La jeune journaliste n'en était pas encore là, se refusait de devenir comme sa mère mais n'en restait pas moins épanouie lorsqu'on mettait entre ses doigts le bénéfice du choix, la responsabilité de l'après. Le sourire large de David lui en arrache un autre tout aussi radieux, l'ombre d'une complicité qui s'installe déjà tandis qu'elle se tourne en direction du bar et que par dessus son épaule elle entend David lui commander son précieux. Une xingji, s’il-te-plait ! Lise se retourne, prête à lui répondre que c'est noté, mais elle bouscule un client qui grogne sans s'arrêter plus longtemps sur la byblienne. Celle-ci grimace, gênée, à la fois au pirate, à elle-même et en direction de David à qui elle fait signe de loin qu'elle a entendu ce qu'il voulait en joignant son pouce et son index dans un cercle et en haussant les épaules. Puis elle disparait autour du bar, seulement pour revenir quelques longues minutes après à leur table.

Lise arrive, experte, le verre en main comme elle l'avait fait des centaines de fois dans le restaurant de son père et pose la pinte devant David dans un Et voilà Monsieur ! satisfait. Maintenant la soirée pouvait vraiment commencer. Elle sourit à la remarque du milicien et lève son verre pour trinquer à cette soirée sans oublier de boire une gorgée de sa bière avant de la reposer : une question de superstition. Du côté de David c'est plus périlleux et Lise voit le désastre se dérouler au ralentis. La mousse qui tangue, la précipitation du stellarien et la bière qui déborde, finit sa course sur son t-shirt immaculé. Un grand sourire moqueur vient illuminer son visage, sans arrière pensée car la situation appelle naturellement à la moquerie (bienveillante). Mais elle ne rit que parce que la première chose qu'il trouve à dire est Tu vois ça, Lise, c’est notre premier secret. et que la perspective de partager plus qu'un verre avec lui (un secret, donc) l'enchante et l'amuse. Un premier pas qu'elle se dit, vers quelque chose de plus qu'une relation de travail. Le rire du milicien l'accompagne sans surprise, loin d'être gêné par sa maladresse. Je crois que je t’ai jamais demandé… tu es sur la flotte depuis combien de temps ? Non parce que tu sembles parfaitement intégrée, c’est fou. Enfin super même ! Je croise encore des bybliens complètement tétanisés à l’idée de traverser une passerelle. Il lui faut une nouvelle gorgée de bière et une longue réflexion avant de se rendre compte du temps qu'elle a passé sur la flotte. C'est qu'il passe vite, trop pour que cela lui vienne naturellement en tête : elle sait qu'elle est arrivée le 21 mai. Cette date, elle ne l'oubliera probablement jamais. Mais elle parait si loin (4 mois) et si proche à la fois (un claquement de doigts). J'suis arrivée le 21 mai avec les premiers bybliens. qu'elle répond d'abord simplement dans un sourire plus que fier. On peut dire que j'suis une pionnière quelque part... qu'elle plaisante un peu plus bas avant de reprendre. Parce qu'elle n'est pas tout à fait d'accord avec ce qu'il avance. Si seulement il savait. Alors elle lève un doigt vers lui, presque accusateur et arque un sourcil. Eeet je n'suis pas d'accord avec toi. dit-elle comme un fait absolu. J'suis loin d'être "parfaitement intégrée". qu'elle le reprend en mimant les guillemets avec ses doigts pour souligner la citation directe. Je triche ! Avec le Stellarian Tribune, j'ai pas mal vadrouillé sur la flotte à la rencontre des stellariens, donc forcément j'suis plus avancée que d'autres... mais j'suis juste bien intégrée ici, à la Ruche. Dans un autre bar ce serait une toute autre histoire.... Y'en a même qui veulent pas servir les bybliens alors bon. si elle commence toute enjouée, la fin de sa tirade est plus sombre. Toute la flotte n'avait pas accueillie les bybliens les bras grands ouverts et beaucoup de stellariens continuaient à désapprouver la chose à leur façon : pour certains, il s'agissait de simples regards attirés par les accents chauds de Byblos, pour d'autres c'était plus radical. Un peu moins légal. Dans un soupire, elle ramène la bière à ses lèvres et en prend une longue gorgée qui vient lui brûler gentiment la gorge. Consciente d'avoir un brin alourdi l'ambiance, elle continue dans un sourire qui se veut complice et loin de la réalité triste qu'elle avait malgré elle soulevé. Et j'te fais dire que vos passerelles là... c'est n'importe quoi ! Ça pourrait s'casser à n'importe quel moment, pas étonnant qu'on soit pas sereins en les traversant. qu'elle répond, le ton passionné et engagé, les mains qui se mettent à appuyer ses propos de manière imprévisible. Mais c'est vrai quoi ! Satanées passerelles. Si elle avait le choix, elle les emprunterait le moins possible. Marcher sur du verre. Dans l'espace. Quelle idée... Lise finit par souffler, relevant son verre pour en boire une nouvelle gorgée mais s'arrête à mi-chemin pour taquiner le stellarien sensiblement de la même manière qu'il l'avait fait en s'en prenant à son peuple. Puis j'suis sûre que toi, au fond d'un canyon sur Byblos tu ferais pas non plus l'malin, Starboy. le surnom sort tout seul et l'espace d'un instant elle hésite (est-ce que c'est trop ?) mais finit par assumer dans un clin d'oeil espiègle avant de prendre enfin sa gorgée. Pourquoi se priver d'être elle-même, après tout.

La Ruche, Colossus 5, 26 septembre 2227.
Lise parle en ffcc33
David parle en balise d




.


☾☾ PLEASE DON'T GIVE UP ☾☾
YOU DESERVE MUCH BETTER THAN THIS
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Jeu 4 Oct - 16:09
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 81
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : HEART ATTACK (av)

« C’est génial tu veux dire ! C’est magique, c’est juste… » David se pince les lèvres sans trouver les mots. Nombreux étaient les natifs qui traversaient les passerelles le nez plongés dans leur terminal, lassé de la magie qui les entouraient. Mais il n’était pas l’un d’eux. Il était celui qui privilégiait la traversée à pied plutôt que d’emprunter des navettes. Celui qui, au lieu de courir en rond dans une salle, préférait faire son footing sur la passerelle interminable entre le C5 et l’Hélios. Incapable de surenchérir, il est repris par la jeune femme qui ne paie pas cher de lui au fond d’un canyon. S’il aimerait lui prouver le contraire, il ne peut pas feinter son ignorance. Son visage se fronce alors qu’il semble peu sûr de lui-même. « Les canyons de Byblos ? Les grands trous ? » Il ferme un œil en tordant ses lèvres, persuadé qu’il était en train de dire une bêtise. Le brun se met à rire de lui-même avant d’étouffer sa honte dans son verre.

David savait qu’il ne pouvait pas se comparer à Lise, tout simplement parce qu’il ne s’était jamais retrouvé dans sa situation. Sa récente affectation au Colossus 5 n’était même pas comparable, cela restait le même environnement qu’il avait toujours connu. « Non sincèrement, j’veux pas me moquer. Je trouve ça super, que tu triches ou non. A l’inverse, j’trouve certain comportement honteux… C’est vrai cette histoire ? Qu’on refuse de servir des bybliens ? » Le sérieux de David revient quand il croise ses bras sur la table, un peu plus penché vers elle pour ne pas avoir à tendre l’oreille quand elle parle. Ils semblent même en avoir oublié la raison première de leur venue. A son tour, le milicien voulait en savoir plus sur elle, sur les bybliens. Trop pris par ses examens finaux, il avait manqué l’arrivée des premiers bybliens, ceux dont Lisebeth faisait partie. Tout ce qui l’intéressait à ce moment-là : c’était de finir premier de sa promotion. « Rassures-moi, c’est que des rares exceptions ? »



You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Sshow me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Jeu 4 Oct - 17:14
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t1011-keep-swimming-lise http://beyond-earth.forumactif.com/t1013-up-lise#9569
Messages : 51
Âge : vingt-deux ans.
Occupation : journaliste pour le stellarian tribune à qui on donne des sujets nazes.
Habitation : une petite chambre avec lit simple dans une colocation à trois bybliens sur le columbiad.
Arrivée : depuis le 21 mai 2227.
Avatar : ella purnell.
Crédits : nymphéas.

Parler de Byblos la rendait nostalgique. Jusqu'à il y a peu, elle avait pu rester en contact avec ses parents en profitant des voyages répétitifs entre la flotte et sa planète pour leur envoyer photos et récapitulatifs de ses journées, des évènements marquants. Ce à quoi, ils répondaient eux-même par des photos d'eux, de ses amis, des anecdotes sur la vie qui continuait son cours là-bas. Mais depuis l'incident du Jeanne d'Arc tout s'était compliqué et Lise n'avait pas pu échanger avec eux : un coup à encaisser pour elle, qui avait toujours été proche d'eux. Pourtant, les choses semblaient s'arranger puisqu'une délégation avait été de nouveau envoyée il y a quelques semaines et qu'elle pouvait à présent leur envoyer des vidéos, des messages et recevoir leurs réponses quelques jours plus tard. Elle attendait donc leur réponse. Dans la lune, elle cille quand c'est au tour de David de lui répondre passionnément au sujet des passerelles et elle rit un peu de lui (et avec) à vrai dire. Les canyons de Byblos ? Les grands trous ? par contre cette fois elle éclate de rire sans penser à mal, c'est qu'elle est prise de court et ne s'imaginait pas une telle réaction ni ne s'attendait à ce qu'il hésite sur ce qu'un canyon puisse être. Mais elle se calme rapidement en le devinant gêné, s'excuse même d'un Pardon, j'voulais pas... avant de se racler la gorge et reprendre. Oui, les grands trous en quelque sorte. Aussi grands que des vaisseaux, voire plus j'dirais même. Que d'la roche. Attends, j'dois avoir une photo. explique-t-elle d'un ton plus bienveillant cette fois. Elle sort donc naturellement son terminal dont elle fouille les photos envoyées par ses parents début juin avant le lockdown de la flotte. Non sincèrement, j’veux pas me moquer. Je trouve ça super, que tu triches ou non. A l’inverse, j’trouve certain comportement honteux… C’est vrai cette histoire ? Qu’on refuse de servir des bybliens ? Et pendant qu'elle fait glisser ses photos les unes après les autres, celle qu'elle veut précisément lui montrer bien en tête, elle secoue cette dernière positivement sans un mot d'abord. Yep. Malheureusement, tout le monde ne soutenait pas les décisions de l'Amirale. Ce que Lise pouvait comprendre : d'après ce qu'on lui avait dit, beaucoup de stellariens avaient dû lâcher leurs quartiers et créer des colocations pour libérer de la place. Certainement que sur Byblos, si la situation avait été inversée, les gens auraient réagis de la même façon.

Rassures-moi, c’est que des rares exceptions ? Cette fois, elle grimace et tangue de gauche à droite, pas certaine de ce qu'elle allait avancer. Meeeh... Ça dépend des endroits, des vaisseaux, des gens. J'veux pas faire des généralités non plus. C'était pas si rare que ça, mais ça ne l'empêchait pas de vivre non plus. Puis les esprits échauffés finiraient bien par se calmer : ça ne faisait que quatre mois après tout, dont deux plus que mouvementés par le Jeanne d'Arc, Keller, etc. Pas de quoi en faire tout un plat à ses yeux. Ah ! Quand elle tombe sur une photo de sa mère dans un des canyons prise par son père, elle glisse son terminal vers David. Regarde, c'est ma mère dans un canyon. dit-elle en ricanant un peu. Pas vraiment le genre de phrase qu'elle s'attendait à dire ce soir : d'ailleurs, elle s'éloigne de ce pourquoi elle l'avait fait venir sans pour autant faire d'effort pour y revenir. Discuter avec David et passer du temps avec lui lui allait aussi. Et encore, celui là est pas l'plus profond de Byblos. Mais depuis les tremblements de terre on évite de trop y trainer parce que ça pourrait s'effondrer. Elle parle comme si elle y était encore, persuadée d'y retourner quand l'occasion de présentera. Pour des vacances, qu'elle se dit, peu avide de retourner s'enterrer sur la planète sableuse. L'espace, les étoiles, Qiang : tout ça était bien plus excitant que la vie qu'elle aurait eu sur Byblos. T'as toujours vécu sur la flotte toi ? finit-elle par demander. Le genre de question qu'elle avait prévu de lui poser, parce que c'était dingue de se dire qu'il n'avait peut-être jamais posé le pied sur une planète.

La Ruche, Colossus 5, 26 septembre 2227.
Lise parle en ffcc33
David parle en balise d




.


☾☾ PLEASE DON'T GIVE UP ☾☾
YOU DESERVE MUCH BETTER THAN THIS
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Ven 5 Oct - 0:21
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 81
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : HEART ATTACK (av)

Ca dépendait, qu’elle dit, des endroits ou des personnes. David ne décèle aucune amertume, aucune rancœur dans sa voix ou encore sur son visage. A les voir tous les deux, c’est même David qui semble plus contrarié par cette histoire. Il concevait difficilement la réaction de ces gens, qu’importe s’ils étaient nombreux ou non. Lui qui n’avait connu que la flotte et ses stellariens, ce peuple issu de tous horizons, ne désirait qu’une chose : s’ouvrir au monde. Un exploit rendu possible grâce à Priya. Tourner le dos à l’univers était aussi déprimant que terrifiant. Il fallait donc en profiter, embrasser cette nouvelle proximité avec les bybliens. La flotte avait besoin d’alliés, pas d’ennemis. Les récents événements venaient de confirmer cette idée.  

« Ah ! » Lisbeth sort David de ses pensées. Il n’en rajoute pas, il pourrait ruiner la soirée avec son indignation. Un trait de caractère que toute la famille semblait avoir, paternelle ou maternelle. Il avance un peu plus son visage vers le terminal, attirant son verre contre lui, sur le bord de la table et contre son torse. « Wow ok. J’comprends mieux ton rire quand j’ai appelé ça un grand trou… » Le brun se permet même de rapprocher le terminal vers lui et d'agrandir la photo. Il avait déjà vu des images de byblos, ramené par la délégation. C’était toujours aussi impressionnant. Il est comme attiré par le paysage, subjugué. Mais il y a aussi sa mère, et ça étire un sourire sur ses lèvres. Il hoche la tête quand elle demande s’il a toujours vécu ici, sans détacher son regard de la photo. « Ouaip, je suis né ici. » On peut entendre la fierté dans sa réponse, celle d’être un stellarien de pur souche. Il ne connaissait peut-être pas le monde, mais il faisait parti d’un pan de l'histoire.

On ne pouvait pas tout avoir. Il glisse son terminal vers elle alors qu’il se remet au fond de sa chaise. « En tout cas on peut dire que t’as les yeux de ta mère. Et sur le moment, David se croit sincèrement drôle. S’il a peut-être tort de faire cette blague, elle est nullement dotée d’un mauvais fond. Il écarquille les yeux à peine sa bêtise soufflée, perdant son sourire. Ok, c’était complètement débile. Le-le prend pas mal. Pardon. Je me, euh, j’me suis permis parce que je suis pareil. » Que quelqu’un se prenne les pieds dans sa chaise et renverse une pinte sur lui, qu’il en finisse avec ce moment gênant. Il avait conclu à l’adoption de la jeune femme sans même savoir la vérité. Et dans sa tentative d’excuse, il fit croire qu’il était dans le même cas. Ce qui n’était peut-être pas vrai officiellement, mais qui en avait l’air quand on connaissait les Kruger.




You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Sshow me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Ven 5 Oct - 1:07
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t1011-keep-swimming-lise http://beyond-earth.forumactif.com/t1013-up-lise#9569
Messages : 51
Âge : vingt-deux ans.
Occupation : journaliste pour le stellarian tribune à qui on donne des sujets nazes.
Habitation : une petite chambre avec lit simple dans une colocation à trois bybliens sur le columbiad.
Arrivée : depuis le 21 mai 2227.
Avatar : ella purnell.
Crédits : nymphéas.

Quand David se penche pour regarder de plus près son terminal, Lise a un mouvement qu'elle avorte rapidement, inquiète qu'il se renverse sa pinte dessus. Il s'était montré maladroit une fois. Mais elle n'alla pas jusqu'au bout de son geste en voyant que le verre était finalement plus en sécurité contre lui qu'en bord de table. Et pour pratiquer le parkour, il devait être bien plus habile qu'elle ne saurait l'être. À la place, elle attend sa réaction. Wow ok. J’comprends mieux ton rire quand j’ai appelé ça un grand trou… qu'il dit enfin, en lui arrachant un sourire presque attendri par le fait de lui faire découvrir la réalité d'un canyon. Enfin, presque. Ça n'était jamais qu'une photo. D'ailleurs, ses yeux ont du mal à quitter le visage de sa mère. Ils fixent tantôt le terminal, tantôt le visage de David et les expressions qui traversent ses prunelles comme pour y déceler ce qu'il pouvait bien penser. Même après toute une vie passée dans les bras de ses parents, elle était toujours un peu anxieuse lorsqu'elle les dévoilait pour la première fois. Surtout à des gens qu'elle ne connaissait pas plus que ça, parce que la réalité de leur famille était flagrante : ils étaient tous les deux noirs, elle était blanche, ce qui laissait peu de place à l'imagination. Et si lorsqu'elle était jeune elle avait subi quelques moqueries ou maladresses, elle avait tout fait pour ne pas s'en formaliser. Parce que quelque part elle comprenait qu'on ne saisisse pas bien la situation au premier regard. Son histoire n'était pas courante et soulevait toujours des questions. Encore aujourd'hui.

David, lui, était donc un stellarien de toujours. Ça l'étonne et pique sa curiosité : n'a-t-il jamais voulu partir d'ici ? Est-ce que cela avait eu une incidence sur sa santé ? Qu'est-ce que ça faisait de n'avoir jamais connu que la vie en suspend entre les étoiles ? Déjà les questions fusent dans son esprit, et elle s'apprête à se délester de quelques unes quand il glisse son terminal vers elle et s'éloigne un peu. En tout cas on peut dire que t’as les yeux de ta mère. C'est un peu bête, maladroit, mais ça ne la blesse pas. Elle a connu bien pire comme réaction, et vu le sourire qui se dessine sur les lèvres de milicien sa mère ne semble pas le gêner plus que ça. Lise rit un peu dans un souffle avant de porter sa bière à ses lèvres. On nous le dit souvent, ouai. décide-t-elle de répondre sur le ton de la plaisanterie. Parce qu'elle n'a pas franchement envie de le mettre mal à l'aise. Le mal est pourtant déjà fait, parce qu'il s'agite subitement. Ok, c’était complètement débile. Le-le prend pas mal. Pardon. Je me, euh, j’me suis permis parce que je suis pareil. qu'il débite à toute vitesse. Lise lui lance un sourire en reposant son verre, du genre presque désolée pour lui qu'il se mette soudainement dans cet état là. Hey, ça va, c'est bon. J'ai l'habitude, c'est pas grave. c'est à son tour d'aligner les mots dans une tentative de désamorcer le malaise. Cependant, elle littéralement sur ses dernière paroles et arque un sourcil interrogateur. T'as été adopté ? se permet-elle de demander, puisqu'il amène le sujet sur la table et que ça n'a jamais été un tabou pour elle. En même temps, ce n'était pas quelque chose qu'elle avait pu ignorer. Je l'ai toujours su, bon en même temps c'était pas franchement un secret... continue-t-elle en riant de la situation. La réalité était moins drôle, parce qu'elle se souvenait aussi de ce pourquoi elle avait du être adoptée. Que ça n'avait pas été un choix, mais une fatalité et même si de ses parents et de ce jour elle ne garde en tête que quelques flashs, c'est une réalité qu'elle n'a jamais oublié. Elle espère quand même avoir allégé l'atmosphère un peu, le mettre mal à l'aise était bien le contraire de ce qu'elle avait voulu faire en l'invitant ce soir. À son tour cependant de marcher sur des oeufs. Enfin, t'es pas obligé de répondre hein. On peut aussi parler d'autre chose, genre... je sais pas, t'as déjà quitté la flotte ou pas ? elle grimace d'un sourire forcé qui tend ses traits, à son tour de ramer.

La Ruche, Colossus 5, 26 septembre 2227.
Lise parle en ffcc33
David parle en balise d




.


☾☾ PLEASE DON'T GIVE UP ☾☾
YOU DESERVE MUCH BETTER THAN THIS
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Ven 5 Oct - 19:36
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 81
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : HEART ATTACK (av)

Lisbeth lui assure que ce n’est pas grave et David cesse de se confondre en excuse. Impossible pourtant de retirer cette expression de culpabilité qui tord son visage. Il sort tout de même sa tête recroquevillé de ses épaules, essayant tant bien que mal de se détendre. Lui qui s’était immédiatement senti à l’aise avec la jeune femme, avait oublié qu’il ne la connaisse pas plus que ça. Il s’en veut d’avoir pris autant d’aise (bien que d’un côté ça soit bon signe). Ses lèvres s’ouvrent quand elle demande s’il a été adopté, se rendant compte alors de sa double connerie. Il n’ose pas se corriger, ne sachant pas s’il allait s’enfoncer un peu plus ou pas. Par chance, elle le sauve de toutes explications et il relâche enfin la pression dans un rire.

David hoche négativement la tête alors qu’il reprend quelques gorgées de sa bière (de quoi alléger la situation). « Jamais, jamais. » Il pince ses lèvres pour aspirer la mousse de sa boisson. « En fait avant Priya, peu de personne pouvait partir. Seuls les douaniers et une poignée de kellari faisaient l’aller-retour sur Keller. Puis… les douaniers étant ce qu’ils sont, on envoyait pas de petit gars fraîchement diplômé au casse-pipe. » Des petits gars comme lui. Mais là n’était pas la question. David aurait pu rejoindre les douaniers, ou même les légionnaires. Or, il avait jugé ses capacités plus utiles ici, au sein même de la flotte qu’il avait toujours connu. « Tout ça pour dire que l’occasion s’est jamais présentée. Mais maintenant que tout t’es différent… » Il hausse les épaules, intéressé peut-être mais pas totalement concerné. Partir, ça demandait du courage. Il admirait ceux qui l’avaient eu, comme Lisbeth. Mais il avait mis beaucoup trop d’effort dans sa carrière, dans sa relation avec sa mère pour tout plaquer. « Et puis ! Je t’aurais pas rencontré si j’avais choisi la délégation. On se serait juste croisé. » David retrouve son large sourire alors qu’il vient de nouveau trinquer contre le verre de la byblienne.



You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Sshow me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Ven 5 Oct - 21:27
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t1011-keep-swimming-lise http://beyond-earth.forumactif.com/t1013-up-lise#9569
Messages : 51
Âge : vingt-deux ans.
Occupation : journaliste pour le stellarian tribune à qui on donne des sujets nazes.
Habitation : une petite chambre avec lit simple dans une colocation à trois bybliens sur le columbiad.
Arrivée : depuis le 21 mai 2227.
Avatar : ella purnell.
Crédits : nymphéas.

Elle ne savait même pas qu'il était possible d'adopter un enfant sur la flotte. Ni même qu'il y avait des orphelinats. C'était logique pourtant, prévisible, mais Lise s'était imaginée une société si bien organisée qu'elle n'avait pas cru que même les stellariens pouvaient avoir besoin d'orphelinats. Cette révélation la touche, parce que c'est un point commun très rare et elle a la bête impression de partager plus que leur premier secret à présent. Parce que c'est tellement inattendu, qu'il faut un autre orphelin pour en comprendre vraiment un. Elle lui sourit, la sensation d'être plus proche à présent. En tout cas, ce qui était clair c'est qu'elle ne s'y attendait pas. Son rire se mêle au sien, tandis qu'elle boit une gorgée de sa pinte, plus détendue. Jamais, jamais. C'est à son tour de hocher la tête, fronçant légèrement les sourcils tandis qu'elle tente de comprendre pourquoi diable n'est-il jamais parti et il répond à ses interrogations sans qu'elle n'ait besoin de les formuler. En fait avant Priya, peu de personne pouvait partir. Seuls les douaniers et une poignée de kellari faisaient l’aller-retour sur Keller. Puis… les douaniers étant ce qu’ils sont, on envoyait pas de petit gars fraîchement diplômé au casse-pipe. Oh. C'était donc aussi simple que ça, et à la fois si compliqué pour Lise. Avant Priya, elle savait qu'il y avait un autre Amiral, mort de vieillesse. Wilmerson, Wilverson quelque chose comme ça. Mais elle ne pensait pas que les stellariens puissent avoir été forcés de rester sur la flotte. C'était un peu cruel à ses yeux, même si Byblos fonctionnait de la même manière jusqu'à peu : une chose qu'elle avait toujours amèrement critiqué. Quant à Keller, elle n'en a entendu que du mal surtout depuis l'attaque du Jeanne D'Arc. Le reste est flou, semble suffisamment dangereux et complexe pour qu'un jeune comme David n'y soit pas envoyé alors elle secoue silencieusement la tête de bas en haut.

Je vois... souffle-t-elle sans jugement, elle comprenait mieux maintenant. La flotte avant Priya semblait avoir été aussi stricte et fermée que Byblos. Tout ça pour dire que l’occasion s’est jamais présentée. Mais maintenant que tout est différent… malgré les épaules du milicien qui se haussent, Lise lui lance un sourire plein d'optimisme à deux doigts de lui dire d'aller sur Byblos avec la prochaine délégation. Peut-être même qu'elle pourrait l'accompagner ? Elle n'avait pas vu sa famille depuis si longtemps... Et puis ! Je t’aurais pas rencontré si j’avais choisi la délégation. On se serait juste croisé. Il la fait rire, avec son grand sourire et son soudain entrain. Peut-être que les rôles auraient été inversés... Toi, perdu dans les rues de Byblos au lieu de moi devant constamment utiliser Charlie pour ne pas me tromper de route. qu'elle dit en faisant tourner son terminal sur la table comme une toupie. Son regard passe de l'objet à David qu'elle observe un instant dans un sourire. Puis elle soupire. Désolée, j'veux pas être la fille qui se plaint H24. dit-elle dans un rire en se redressant, avant de secouer sa frange distraitement. M'enfin... Elle se pince les lèvres en haussant les épaules. Tu sors du boulot non ? Elle lance un regard vers ses chaussures. C'est pas trop dur ces derniers temps ? Lise s'attend à la positive, Aileas aussi était surchargée par rapport à Qiang et elle ne pouvait que s'imaginer la pression que le corps militaire subissait.

La Ruche, Colossus 5, 26 septembre 2227.
Lise parle en ffcc33
David parle en balise d




.


☾☾ PLEASE DON'T GIVE UP ☾☾
YOU DESERVE MUCH BETTER THAN THIS
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Dim 7 Oct - 22:58
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t940-david-higher-the-mountain-higher-i-claim#8573
Messages : 81
Âge : 22 ans
Occupation : Milicien, affecté sur le C5
Habitation : Sur le Columbiad, ou sur le RM pour un peu de tranquilité.
Arrivée : Natif
Pseudo : GP / Kim
Avatar : Tom Holland
Crédits : HEART ATTACK (av)

« Mais non ! » Qu’il tente de la rassurer, sans plus d’argument. A vrai dire son seul sourire suffisait à montrer qu’il n’était pas embêté par ses pseudos-plaintes. Il passait un bon moment, quand bien même l’endroit était un peu bruyant. C’est bêtement qu’il reste à l’observer entre deux gorgés de xingji. Elle agite sa frange et c’est à ce moment que David met les mots sur ce qui ce feeling qui ne cesse d’accroître depuis qu’il est assis à cette table : il la trouve charmante. Ce qui voulait dire plus bien que la trouver jolie. Car des jolies filles, David en voyait souvent, et il n’était pas rare qu’il se retourne sur l’une d’entre elle pendant qu’il faisait sa ronde de milicien. Simple homme qu’il était. Or chez Lise, il y avait quelque chose de plus captivant, son sourire, son regard, peut-être les deux. Ce qui faisait sourire le milicien beaucoup trop facilement.

Il se reprend à sa question, plongeant son nez dans sa bière dans l’espoir d’agir le plus normalement possible. Il suit son regard vers ses chaussures avant de comprendre le lien avec son interrogation. « Oh ! Ouais, j’étais dans le coin en plus aujourd’hui, donc je suis venu directement. » Il lance son pouce par-dessus son épaule pour désigner le “coin”, ou plutôt le quartier où il avait passé sa journée à patrouiller. Il secoue le fond de son verre, l’air de réfléchir un instant. « J’dirais pas que c’est calme, ça l’est jamais sur le Colossus mais… C’est pas invivable non plus. L’Australe c’est invivable si tu peux mon avis. » Il pointe son doigt dans un réflexe banale pour attirer son attention, agitant la tête l’air de dire qu’il détestait travailler ce jour-là. « Les gens sont juste un peu plus tendus, c’est normal. S’il y a des débordements c’est surtout parce qu’ils arrivent plus à s’entendre alors que tout le monde souffre de ce qui s’est passé. » Il pince les lèvres mais ne se veut pas défaitiste non plus. C’était un drame, oui. Mais Rosenstein l’avait dit : il fallait aller de l’avant.

« Décidément faut toujours qu’on replonge dans un sujet sérieux ! Mais ça me fait penser, t’as déjà fait l’Australe ? » Il pousse son verre vide vers le bord de la table alors qu’il dévie le sujet. Il expose ses mains à plat sur la table, sans savoir où les mettre. Il a quelques bleus ici et là, mais surtout des écorchures au bout des doigts. Comme Abel ou Keo ou le reste de la bande. Des traces d’escalades périlleuses qui ne faisaient que prouver leur passion.



You've got blue blood on your hands, I know it's my own.
Of all the people, I hoped it'd be you.
Sshow me my home where I belong.
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     Lun 8 Oct - 0:15
avatar
http://beyond-earth.forumactif.com/t1011-keep-swimming-lise http://beyond-earth.forumactif.com/t1013-up-lise#9569
Messages : 51
Âge : vingt-deux ans.
Occupation : journaliste pour le stellarian tribune à qui on donne des sujets nazes.
Habitation : une petite chambre avec lit simple dans une colocation à trois bybliens sur le columbiad.
Arrivée : depuis le 21 mai 2227.
Avatar : ella purnell.
Crédits : nymphéas.

Il réagit presque au quart de tour et ça lui arrache un rire satisfait. Tant mieux, alors, qu'il n'ait pas l'impression qu'elle se plaigne tout le temps. Sans trop se l'expliquer, Lise voulait vraiment se faire bien voir de lui. Elle l'aimait bien, en fait. Ne pouvait pas se le cacher. Donc loin d'elle l'idée d'avoir l'air de n'être jamais contente. Au contraire, elle voulait qu'il la voit sous son plus beau jour... pour le moment. Comme le reste du groupe qu'elle souhaitait quelque part intégrer, sans pour autant espérer les suivre dans leur délire sportif. L'envie (presque de la jalousie même) était là, mais la raison la suivait de près et lui rappelait qu'elle avait beau le vouloir ça ne serait pas possible. Elle devrait se contenter de les regarder faire. Oh ! Ouais, j’étais dans le coin en plus aujourd’hui, donc je suis venu directement. puis il montre le dit coin d'un signe de main derrière lui, que le regard de Lise suit naturellement. Il travaillait sur le Colossus 5 visiblement, ou du moins dans le quartier. La byblienne se demanda ce à quoi une patrouille pouvait ressembler : est-ce qu'ils se contentent de trainer dans les rues ? Est-ce qu'ils fouillent les gens ? Appréhendent les méchants ? C'est bête, mais elle n'a aucune idée de ce à quoi ses journées pouvaient ressembler. Et ça commence tout juste à lui titiller l'esprit. J’dirais pas que c’est calme, ça l’est jamais sur le Colossus mais… C’est pas invivable non plus. L’Australe c’est invivable si tu veux mon avis. L'Australe... L'Australe... C'était quoi l'Australe déjà ? Elle en avait déjà entendu parler, avait dû lire quelques trucs dessus mais n'y avait jamais activement participé : le hasard avait voulu qu'elle ne soit pas disponible quand elle avait lieux. Envoyée sur d'autres vaisseaux pour interviewer des gens, ou obligée de rester au bureau pour retranscrire des fichiers audio... parfois même ceux de ses collègues. Elle était prête à tout pour être dans les petits papiers de son boss, dans l'optique de gagner sa confiance et plus de responsabilités. Lise lui lance un sourire un peu désolé, qui se veut compréhensif, et le laisse terminer. Les gens sont juste un peu plus tendus, c’est normal. S’il y a des débordements c’est surtout parce qu’ils arrivent plus à s’entendre alors que tout le monde souffre de ce qui s’est passé. Et son coeur se serre un petit peu quand elle comprend qu'il fait allusion à l'attaque du Jeanne D'Arc. Est-ce qu'il avait perdu quelqu'un là-bas ? Est-ce qu'il en souffrait beaucoup encore ? Elle se sent bête tout à coup de lui avoir demandé ça, et d'avoir sans doute déterré quelques cicatrices. Peut-être trouvera-t-elle le courage de le lui demander plus tard, si jamais leur relation avance et le lui permet. Alors elle se fait plus petite, silencieuse, se contente de le regarder un peu tristement cherchant quoi dire (et comment rattraper la situation).

Mais il lui sauve la peau et change de sujet. Décidément faut toujours qu’on replonge dans un sujet sérieux ! Mais ça me fait penser, t’as déjà fait l’Australe ? Lise retrouve des couleurs, boit une gorgée de sa bière qu'elle a presque terminé (non sans remarquer le verre vide de David, qui a une descente plus rapide visiblement). Elle est rassurée de le voir changer de sujet, le Jeanne D'Arc, c'était beaucoup trop lourd d'émotions pour qu'elle se permette de continuer là dessus. C'parce qu'on est des gens sérieux nous. C'pour ça. fait-elle mine de plaisanter en prenant un ton coincé, avant de ricaner d'elle-même à moitié dans son verre qu'elle termine d'une traite. Bien décidée à ne pas laisser David prendre trop d'avance. Elle glisse la pinte vide à côté de celle du milicien, avant de grimacer. Coupable. Euuh... Si je te dis que j'y suis encore jamais allée, tu me juges ? demande-t-elle en s'enfonçant dans sa chaise, presque honteuse, avant de rajouter dans un rire espiègle et à toute vitesse comme si les mots lui brûlaient la langue. J'sais même pas trop c'que c'est ! puis elle sourit, comme prise la main dans le sac, les yeux pétillant. Mais j'suis byblienne, t'as pas le droit de trop m'en vouloir. un peu malgré elle -et tant mieux- son accent ressort particulièrement quand elle sort sa carte "byblienne : pas juger, pas punir" qui lui avait déjà évité quelques réprimandes. Ça la fait rire encore, tandis qu'elle revient s'assoir plus près comme si maintenant qu'elle avait joué sa carte la gêne de ne pas trop savoir ce qu'était une des fêtes les plus populaires de la flotte n'avait plus lieu d'être. Elle pose un coude sur la table, même, venant maintenir sa tête dans la paume de sa main tandis que l'autre rejoint celles étalés de David. C'est l'parkour ? fait-elle mine de changer de sujet (même si au fond, ça l'intéressait), en effleurant à peine les bleus et les écorchures qui constellaient sa peau.

La Ruche, Colossus 5, 26 septembre 2227.
Lise parle en ffcc33
David parle en balise d




.


☾☾ PLEASE DON'T GIVE UP ☾☾
YOU DESERVE MUCH BETTER THAN THIS
MessageSujet: (#) Re: it's definitely not a date, uh-uh // david     

RÉPONSE RAPIDE